Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le nucléaire ne peut relever que de l’Etat (ou pourquoi il ne faut (...)

Le nucléaire ne peut relever que de l’Etat (ou pourquoi il ne faut pas privatiser Areva)

Le nucléaire, tant civil que militaire est au cœur de l’actualité. Et il n’a pas fallu longtemps au président de la République pour constater que le nucléaire joue, dans le monde, un rôle particulier et qu’en détenir les clés constitue un argument politique de première importance.

La France est présente et crédible dans tout le nucléaire, aussi bien civil que militaire. Je ne dirai rien du nucléaire militaire. De par la Constitution, le président de la République, chef des armées, est le seul à pouvoir en disposer. Mon propos ne concerne que le nucléaire civil.

Dans ce domaine, la France occupe une position exceptionnelle grâce à l’existence de trois organismes qui, depuis cinquante ans et plus, accumulent une expérience et des réalisations sans équivalent. Ces trois organismes sont le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), Electricité de France (EDF) et Areva, lui-même résultant de l’intégration de Cogéma (Areva NC) et Framatome (Areva NP).

A eux trois, EDF, CEA, Areva couvrent la panoplie complète du nucléaire civil, depuis la R§D effectuée largement au CEA jusqu’à la production d’électricité effectuée dans des conditions excellentes par EDF. Le maillon Areva se situe entre les deux, intervenant depuis l’extraction du minerai d’uranium jusqu’au retraitement des combustibles brûlés dans les réacteurs, en passant par toutes les étapes de l’enrichissement, de la fabrication des combustibles des réacteurs, de la conception des réacteurs, de la fabrication de leurs composants et de leur construction. Sans oublier, naturellement, les aspects commerciaux, financiers, etc.

Tout ceci représente une énorme industrie qui, il faut le souligner, a été montée intégralement sur les fonds de l’Etat. Personne autre que l’Etat n’aurait été capable de prendre les risques qu’implique tout ce qui a été fait. L’Etat dispose donc là d’un capital intellectuel et matériel impossible à évaluer par les méthodes capitalistiques courantes et, en tout cas, hors de portée pour n’importe quelle entreprise privée, sauf à le recevoir en cadeau !

Dans la situation qui prévaut actuellement, le président de la République est le responsable suprême de tout cet ensemble. L’Etat est en effet propriétaire du CEA et il détient une large majorité dans EDF et Areva.

Lorsque le président de la République parcourt le monde et offre les réalisations du nucléaire français à différents pays, il agit comme le chef de l’entreprise nucléaire et l’Etat assume naturellement les risques éventuels, techniques, financiers et politiques des opérations.

Il ne faut pas oublier que l’industrie nucléaire a un statut particulier dans tous les pays du monde. La construction et l’exploitation d’installations nucléaires ne se font pas sur de simples initiatives privées, comme cela peut être le cas pour des centrales à gaz, au fioul ou au charbon. En nucléaire, les autorités de sûreté, toujours liées à l’Etat, autorisent, surveillent, interviennent souverainement tout au long de la construction et de la vie des installations.

J’en conclus que l’organisation actuelle du nucléaire français, fruit d’un long passé et d’une grande expérience, est parfaitement adaptée à la demande mondiale.

Dans ces conditions, il serait bien difficile de comprendre les raisons pour lesquelles le président, qui dispose d’un outil incomparable, si chèrement acquis aux frais du contribuable et si bien adapté aux projets politiques qu’il met en œuvre, déciderait de le démanteler pour y faire intervenir des entreprises privées hautement honorables, mais qui n’ont pas de vocation particulière pour intervenir dans ce domaine si complexe, si spécialisé et si bardé de contraintes étatiques auxquelles il faut être rompu par une longue expérience.

Rappelons comment se commande une installation nucléaire, une centrale électrique par exemple. L’électricien autorisé par son gouvernement lance un appel d’offres pour la partie nucléaire car c’est elle qui gouverne tout. Une fois ce choix effectué, l’électricien attend les spécifications qu’établit le constructeur nucléaire retenu pour pouvoir lancer les appels d’offres des sous-ensembles : génie civil, centrale de secours, groupe turboalternateur, traitements des effluents, etc. L’électricien est le maître de son plan de cantonnement des lots de la centrale et il y tient beaucoup.

Pour chacun des lots retenus par l’électricien, un appel d’offres a lieu qui met en concurrence plusieurs sociétés du même métier. Plusieurs sociétés de génie civil sont aptes à réaliser les bâtiments des installations nucléaires. Il en est de même pour les groupes turboalternateurs. Dans ce domaine précis, parler de « turbine nucléaire » est un abus de langage. Il n’y a rien de nucléaire dans une turbine de centrale nucléaire. Elle doit simplement être adaptée le mieux possible aux caractéristiques de la vapeur produite par le réacteur.

Lorsque tout ceci est fait, l’électricien coordonne avec l’aide du constructeur nucléaire la réalisation de la centrale. On voit bien que les deux acteurs essentiels et incontournables sont le client et le constructeur nucléaire. Toute intervention d’un tiers ne peut que polluer le système et brouiller les cartes.

Pour compléter ce point de vue, je reviens sur un point très particulier et très important, déjà mentionné précédemment. C’est le fait que l’acteur principal de ces dossiers est le président de la République lui-même.

Qui peut se croire capable de limiter ou d’encadrer son action, lorsqu’il est par exemple en tête-à-tête avec un chef d’Etat étranger ? Ou le faire revenir sur une position prise sous prétexte que le risque encouru serait trop grand ?

Non, je suis vraiment convaincu que le schéma français actuel est le mieux adapté possible à la situation. Et si Areva a des besoins de financement pour faire face aux programmes importants qui s’annoncent, il faut étudier et mettre en œuvre des procédures qui ne portent pas atteinte à la propriété et à la direction majoritaire de l’Etat dans ce domaine.


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 8 février 2008 10:12

    Rappelons que c’est peut etre avec le TGV le seul grand outil industriel moderne qui appartient à l’Etat

    Comme quoi de bon projets peuvent générer des filières exceptionnelles pour la recherche et l’industrie et donc pour l’emploi.

    C’est une politique d’investissement durable 


    • pseudo pseudo 8 février 2008 10:25

      Investissement durable ?

      Vous avez déjà oublié Tchernobyl sans doute...

      Par contre, il y a bien quelque chose de durable dans le nucléaire, ce sont les déchets qu’il génère !


    • chams 8 février 2008 10:29

      @pseudo

       

      et tu propose quoi a la place ? le charbon ?


    • pseudo pseudo 8 février 2008 10:58

      @chams

      Ah non, je pensais plutôt à des énergies renouvables, voyez-vous. Remplacer une pollution par une autre ne me semble pas particulièrement judicieux.

      Beaucoup de pays européens développent des énergies renouvelables, par ailleurs productrices d’emplois. Par exemple, 14% de l’énergie produite en Allemagne provient de sources renouvelables.

      Mais la France reste vissée sur le nucléaire et n’investit donc que peu dans la recherche de nouvelles sources d’énergie.


    • chams 8 février 2008 11:11

      Parlons en de l’allemagne

      c’est un des pays d’europe qui rejette le plus de co2

      avec leur jolie zeolienne il n’arrete pas de rallumer les centrale charbon des qu’il n’y a plus de vent

      nan franchement heureusement que De Gaulle a mise sur le nucleaire. Grace a ca l’energie est un des seul point ou nous ne sommes pas encore hasbeen

      La seul energie renouvelable qui ai de l’avenir c’est de mettre tous les lobbies anti-nucleaire sur des velos d’appartement avec de grosses dynamo et les faire pedaler du matin au soir

      Et qu’il pedale plus vite a 19h c’est l’heure ou je lance ma machine a laver


    • loran 8 février 2008 11:53

      ce genre de remarque m’amuse toujours, car ressortir Tchernobyl à tout bout de champ à propos du nucléaire c’est comme diaboliser les voitures d’aujourd’hui en prenant des arguments d’il y a trente ans. Tchernobyl est un accident sur une centrale conçue dans les années soixante à cause de gens qui ont fait des essais en débrayant trois systèmes de sécurité. Transposer cela aujourd’hui c’est dire " je ne roulerai pas de laguna III car mon grand-père a eu un grave accident avec sa renault 12 alors qu’il portait pas sa ceinture de sécurité !!". Faut arrêter de prendre les gens pour des enfants. Le nucléaire actuel est dangereux, mais moins que celui d’hier et plus que celui de demain. Il nécessite un cadre rigoureux et peut difficillement être exportés dans des pays économiquement et politiquement instables.

      En ce qui concerne les déchets, ils sont aussi dangereux en termes de risques sanitaires que le sont les déchets chimiques. Une grande différence avec les déchêts chimiques est qu’un fut de déchêt à vie longue (qui contient 99% de la toxicité des déchêts ultimes) est conditionné de façon à avoir 50 cm acier et deux mètres de béton entre les déchêts vitrifiés (non non-soluble) et l’environnement. Il en faut du temps et des aggressions (érosion, incendie, etc..) pour librer la chose. Quid de l’amiante ? quid des métaux lourds infiltrés dans les nappes autour des usines sidérurgiques (voir Metalleurop) ? quid des pesticides ? quid des produits ménagers avec des doses infimes de produits cancérigènes ? 

      Je ne dis pas que le nucléaire est la panacée, qu’il n’est pas dangereux, mais il faut balayer devant sa porte avant de critiquer la maison du voisin !! 

       


    • pseudo pseudo 8 février 2008 14:05

      Comme vous le dites, ce genre de remarque m’amuse beaucoup, car vous me faites dire ce que je n’ai pas dit.

      J’aurais pu effectivement vous parler des pesticides, des produits chimiques divers et variés que l’on disperse allègrement dans notre environnement, j’aurais pu vous dire bien des choses encore ... Ce n’est pas parce qu’il y a la peste qu’on échappe forcément au choléra !

       

      Mais bon, en l’occurence je répondais à un post concernant le nucléaire.

       

       

       

       

       


    • Spiritatus 8 février 2008 22:57

      Pour que le nucléaire soit : "L’indépendance énérgétique de la France" il faudrait encore qu’il y ait des mines d’uranium en France.

      Le nucléaire tout au plus diversifie sa dépendance énergétique...


    • sto sto 9 février 2008 05:25

      @loran : non, tchernobyl n’est pas qu’un accident de malveillance du passé.

      Rassembler dans un espace clos à grande échelle des radionucléides est par essence très dangereux.

      une centrale nucléaire, par définition, est instable. seulement on controle (normalement) cette instabilité.

      Il suffit que des systèmes soient en panne, ce qui en soi est très possible, n’importe le contexte. des accidents fôlant la criticité, comme tchernobyl, ont eu lieu a TMI, et en angleterre, au japon, etc....

      Tokaimura 1999 : tout comme au tcherno, les sécurités ont été tout bonnement ignorées pour un souci de rentabilité (ah non jamais on ferait ca dans le monde civilisationné d’aujourdh’ui, ma bonne dame)

      Forsmark 2006 : une panne entrainant une défaillance des systèmes de sécurité redondants a failli provoquer une criticité (explosion nucléaire). sures, nos centrales ? Jean doute aussi.

       

      il y en a d’autres comme ça, en france aussi ... http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_nucleaire

       

      La conclusion (depuis 40 ans). le nucléaire est dangereux par essence, les fragilités des hommes et institutions faisant office de détonnateur.

       

      Pour le moment il n’y a pas encore eu d’accident avec explosion nucléaire, seulement quelques explosions thermiques qui ont éparpillé du matériel radioactif. Le seul réacteur qui pourrait être un minimum sûr serait un réacteur enterré à grande profondeur. Et encore.


    • Spiritatus 9 février 2008 15:06

      le nucléaire est une énergie relativement propre du point de vue du CO2

      Encore que l’on ne tienne jamais compte des énergies grises "CO2 émis lors de la construction, démantèlement, production du minerai, enrichissement transport"... énergies toutes sauf nulle

      Que l’on soit bien d’accord, le problème du CO2 et autre RC c’est un problème mondiale, pas franco-franchouillard, il faut donc raisonner de manière globale.

       

      Petit exemple concret : Que se passe t il si une centrale nuc est construite en Allemagne pour remplacer X centrales à charbons, pétrole ou gaz ?

       

      1. les centrales polluantes à charbons mazout et gaz sont fermées & l’on ferme les mines de charbon, les puits de pétrole, et le gisements de gaz qui fournissait la matière première aux centrales qui ont été fermée.
      2. les centrales polluantes à charbons mazout et gaz sont fermées, le charbon/mazout/gaz est utilisé ailleurs
      3. les centrales polluantes à charbons mazout et gaz restent ouvertes

       

      Si votre réponse n’est pas la N°1, alors il faut admettre que construre une centrale nucléaire ne réduit en rien l’emission de CO2 au niveau globale... 


    • Sébastien MERIC 9 février 2008 15:28

      Bonjour,

       

      A ceux que Tchernobyl "amuse" parce qu’un accident ne peux pas arriver en France, parce que le nuage de l’époque a oublié de venir faire un tour au dessus de la France, je demande toujours :

      Alors vous ètes prêt à signer un engagement à devenir liquidateur en cas d’accident en France ?

      Les liquidateurs sont ces 100aines de milliers de personnes qui sont allées boucher le trou infernal avec une brouette et une pelle, parce que les appareils, les robos étaient grillés par les radiations en appochant du site !

      http://www.dailymotion.com/relevance/search/liquidateurs%2Btchernobyl/video/x1rrd0_la-bataille-de-tchernobyl-1_events 

      Moi, j’ai du mal à oublier et à m’en amuser. On peut aussi oublier les horreurs de la guerre mondiale, on peut oublier tant de choses pour se rassurer... Et puis s’amuser de ceux qui n’oublient pas... Jusqu’au jour ou çà n’arrive pas aux autres.


    • blackdot 9 février 2008 18:56

      C’est justement ce que défend cet article : la privatisation du nucléaire génèrera des besoins de rentabilité et donc une ignorance des règles de sécurité.

       

      A l’heure actuelle, pour avoir travaillé sur du matériel destiné à des centrales nucléaires (pour EDF entre autre) je peux vous dire que le niveau de vérification est assez élevé. Une entreprise privée se permetrait de nous demander du matériel moins cher quitte à laisser passer des défauts de fabrication sans aucun remord.


    • Stephane Klein Stephane Klein 10 février 2008 11:35

      Le TGV appartient a Alstom qui est une compagnie privee et qui s’en porte tres bien, merci du contre-exemple, lerma.


    • Stephane Klein Stephane Klein 10 février 2008 11:40

      @chams : du grand n’importe quoi.

      Il y avait deja un troll qui a essaye de nous vendre : l’Allemagne est un producteur de CO2 or l’Allemagne utilise beaucoup les EnR DONC les EnR polluent.

       

      Franchement, de tels argument c’est faire preuve de misere intellectuelle.

       

      1/ La part des EnR dans la production electrique en Allemagne augmente de 0,5 a 1% par an, preuve, pour un pays grand et energivore comme l’Allemagne que les EnR peuvent etre la solution alternative au charbon ET au nucleaire.

       

      2/ si les allemands consomment encore beaucoup de CO2, il faudrait regarder du cote des transports, non ?


    • Stephane Klein Stephane Klein 10 février 2008 11:56

      Parlons-en du nucleaire publique ou prive !

       

      Connaissez-vous le cout previsionnel du demantellement des centrale nucleaires francaises ? Certainement pas alors que celui des centrales nucleaires britanniques, privatisees, est connu : 100 Milliards de nos Euros pour 19 reacteurs nucleaires.

      Comme nous en avons 54, faites le calcul. Mais non suis-je bete : ceci n’est absolument pas transposable en France car en France, nous realisons tout mieux que tout le monde : nous sommes exceptionnels.

       

      Exceptionnels, c’est bien le mot : exceptionnels d’exceptionnalites : le monde entier gere des centrales nucleaires par des operateurs prives : en Allemagne, RU, Suisse, Belgique, Espagne (qui va fermer TOUTES ses centrales), Japon, USA.

      Mais ca, ca n’est transposable en France ma bonne dame car en France, nous sommes exceptionnels !

      Que ca n’empeche ni le Japon, ni les USA, ni l’Allemagne de developper une industrie nucleaire nationale n’est pas un argument recevable : en France, on est exceptionnel on vous dit, enfin en voila des manieres !

       

      Il demeure un fait têtu : le nucleaire dans les mains du publique cree un collusion d’interets entre groupement publiques : vous imaginez serieusement un organisme publique tancer et punir un autre organisme publique ? Dont les directeurs s’echangent les places et les interets sont croises ? Allons, reveillez-vous !

      Interrogez donc les anti-nuke sur le role de l’Autorite de Surete Nucleaire, et si le tiers de ce qu’ils pretendent est vrai, il y a de quoi avoir de sacrees sueurs froides.

      Et pendant que nous nous echarpons a propos de notre panier de crabe nucleaire, Allemands, Espagnols, Chinois, Japonais vendent eoliennes et panneaux solaires par dizaines de milliards, avec les dizaines de milliers d’emplois a forte valeur ajoutee a la cle ........


    • blackdot 11 février 2008 03:37

      @Stephane Klein

      Tu fais bien de parler des USA, eux qui s’en sortent si bien avec leur électricité privée. La moindre branche d’arbre qui tombe sur une ligne c’est 1 mois d’attente avant réparation, bah oui faut consulter les actionnaires avant de débloquer 100$.

      D’ailleurs c’est la même chose pour leur réseau téléphonique, ils vont pas tarder à être pire que certains pays africains.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 12 février 2008 06:09

       encore un débat, encore une discussion interminable, et rien ne change puisqu’aucun d’entre vous ne conduit notre autobus commun. Je ne suis pas contre le nucléaire s’il devient substitutif. Encore faut il que l’on reconnaisse nos erreurs du passé.

      Un exemple : ITER, comme Airbus, Eurotunnel ,c’est la pratique façon qu’utilisent nos dirigeants pour produire des factures à rallonges. Celles-çi peuvent être largement multipliées en fonction de la gourmandise de ceux qui les parasitent. Ainsi, il devient difficile de vérifier comment des milliards d’euros sont détournés. Dans le cas d’ITER, 20 milliards d’euros sur 20 ans pour fabriquer une grosse cocote minute et la raccorder au réseau EDF...ça fait mille millions d’euros par an, ( six mille cinq cent soixante dix millions de francs, plus de six milliards de francs par an ! )... avec trois cent emplois ouvriers. A l’heure de délocaliser, ce système est encore complètement centralisateur et congestionné. Pourtant, décentraliser, cela devrait dire que l’on pourrait tous produire chez soi une partie non négligeable de nos besoins en énergie. Pourquoi ne pas doubler chaque poteau électrique, ( Il y en a encore 65000 non enterrés dans le département de la Creuse, 254.000 haute et moyenne tension et donc plus ou moins SIX MILLIONS dans le pays. ), d’un semblable, éolien. Une hélice en proportion, débrayable, transparante, silencieuse, un relais au réseau et un accumulateur pour ceux qui sont situés en bord de route. 

      Il y a trente ans, c’était impensable...aujourd’hui, ça l’est.

      Dans trente ans, vingt pays à la croissance record voudront de l’uranium...Vu le bordel pour le pétrole, je n’ose pas imaginer ce qui en sera... !

      Mais, pour s’épargner ces problèmes à venir, il faut s’y atteler dès aujourd’hui. 

       


    • grangeoisi 8 février 2008 10:45

      Si cet ensemble est , à l’instar d’une centrale nucléaire, sous contrôle et géré par the right people at the right place, alors tout va bien !

       

      Mais...mais on imagine mal l’ Europe de Bruxelles acceptant cela bien longtemps.


      • alberto alberto 8 février 2008 11:16

        Bonjour, Grangeoisi, je constate qu’il y a des mal-comprenants qui moinssent votre excellente remarque : quelle est la position de "Bruxelles" sur le sujet.

        Interessant, non ?

        Bien à vous.


      • Forest Ent Forest Ent 8 février 2008 11:14

        C’est article est assez exact. A noter également l’article remarquable de M. Boiteux sur le bilan de la libéralisation du marché de l’énergie. J’attends avec amusement de voir la haute technocratie devenir franchement souverainiste. Et je note avec le même amusement que le rapport Attali valorise les "infrastructures" françaises sans toutefois remarquer qu’elles ont été construites en faisant à peu près le contraire de ce qu’il préconise.


        • alberto alberto 8 février 2008 11:24

          Forest , "que la haute technocratie devienne souverainiste"  : que le ciel vous exauce !

          Mais, vous savez aussi bien que moi, que l’appel du billet de banque succite des appétits bien féroces...

          Bien à vous.


        • ZEN ZEN 8 février 2008 12:19

          Bonjour Forest

          Utile rappel que les avertissements de M.Boiteux . Voici son propos (ouvrir le dossier pdf) :

           

          www.faitpasser.org/spip.php


        • grangeoisi 8 février 2008 11:23

          Merci Alberto ... ! Entre moinsses on peut se saluer. Ici une "coterie" un "réseau idéologique", allons donc que vais-je chercher là....


          • geo63 8 février 2008 11:58

            Simple question à l’auteur : comment intègre-t-il dans sa stratégie "le nucléaire ne peut relever que de l’Etat" le fait que Siemens détient 34% de la filiale Areva dédiée aux réacteurs, ceci est assez systématiquement oublié, y compris par nos gouvernants dans leurs grandes envolées lyriques sur le nucléaire (!). Je ne sais pas si on apprécie beaucoup outre-Rhin. C’est une question en toute objectivité.


            • pallas 8 février 2008 12:22

              Le fait de liberalisé le nucleaire est une excellente initiative, l’etat n’a pas les moyens de faire la maintenance de son parc en plus de sa, ont ne peut pas vendre a l’etranger. Le nucleaire liberalisé créera de la conccurence sur une energie non polluante et sur, il n’y a aucuns risques sur le coté sanitaire, tchernorbyl sa a ete une erreur technique, mais depuis le temps, la technologie a enormement evolué et l’informatique fait office de garde fou, l’homme ne peut pas etre de garde 24h/ sur 24 et n’est pas aussi pointu qu’une garde informatique. La conccurence va permettre de developper un pole de competitivité créeant emplois et nouveaux travail, en terme de depense, l’etat n’aura plus besoin d’investir des millions perdu en vain. C’est l’avenir, la conccurence, le developpement des secteurs, il n’y a que les fonctionnaires qui ont peur car quelque soit le secteur de la fonction public ou ils se trouvaient, ils ne foutaient absolument rien.


              • Zalka Zalka 8 février 2008 13:56

                Je ne sais pas si l’état a les moyens ou non d’entretenir son parc nucléaire. en revanche, ce que je sais, c’est que dans une entreprise privée, la sécurité passe après le profit. Hors dans une centrale nucléaire, faire passer la sécurité après le profit est tellement dangereux qu’on pourrait presque parler de crime contre l’humanité.

                Par ailleurs, les derniers incidents grave ont eu lieu en Allemagne, au Japon et au Canada, peu de temps après les privatisations de ces centrales. Au Canada, la situation était tellement catastrophique, que l’état a renationalisé en urgence les centrales nucléaires.


              • Gilles Gilles 8 février 2008 14:19

                Pallas, le low cost brain a encore frappé

                " l’etat n’aura plus besoin d’investir des millions perdu en vain."

                Ah bon, la filière nucléaire est en déficit ? Elle est vaine ? Areva aussi perd de l’argent ? ça doit être pour ça que Bouygues lorgne dessus...

                Et rassures toi le cout des démentelement des centrales incombera toujours à l’état....qu’Areva soit publique ou privé car ça n’a rien à voir pauv’ cloche


              • chams 8 février 2008 14:48

                je suis d’accord avec Pallas

                mais attention : les prochaine centrale a refroidissemenr sodium sont d’une instabilite terrible

                pas moyen de faire dans le low cost avec ca

                la moindre vapeur dans le sodium et c’est l’explosion assure

                nan vaut vraiment mieux que ca reste dans le giron de l’etat


              • pissefroid pissefroid 8 février 2008 12:45

                L’énergie nucléaire est une source potentielle très importante de risque. Dire que tchernobyl n’est pas possible en france est un pari osé. Il-y-a toujours une succession d’incidents mineurs qui peut amener un accident majeur. La libéralisation des marchés préconisée par l’europe amène edf à sous-traiter la maintenance des centrales nucléaires. Il est évident que dans ces conditions nul ne peut affirmer que le travail est bien fait, car une entreprise cherchera toujours à augmenter sa marge, et, involontairement, peut-être à rogner sur l’aspect sécurité et sureté. Il suffit de voir ce qui se passe avec l’industrie chimique (pesticide et autre produit phytosanitaire) pour comprendre qu’il ne faut surtout pas libéraliser l’industrie nucléaire. Elle doit rester du domaine public, l’idéal étant qu’elle disparaisse (c’est mon opinion).


                • Algunet 8 février 2008 18:01

                  à pissefroid

                  Votre opinion doit donc concerner également les centrales à charbon dont l’extraction du combustible a fait bien plus de mort que l’exploitation nucléaire (5000 par an en Chine), également concerner les barrages hydrauliques dont les ruptures ont aussi fait nombre de morts (Entre 1959 et 1987, 30 ruptures de barrage ont fait 180 000 morts, deux fois plus qu’Hiroshima, Malpassé 423 morts d’un coup !)

                  Et je n’oublie pas non plus l’électricité elle même qui a fait des milliers de morts (dont 200 par an en France) depuis sa découverte, et le gaz...

                  Décés du aux catastrophes naturelles et techniques : 20000 morts en 2007 dont 10% environ pour les catastrophes techniques si ont compare les coûts d’assurances engendrés.

                  Tout cela pour dire que que les irreductibles du principe de précaution et autres éternels inquiets n’empecheront pas le monde et les techniques d’évoluer, à tous de se battre, et merci à ceux qui militent, pour en garder la maitrise afin de minimiser les risques. La première cause de mortalité, c’est la naissance !


                • pissefroid pissefroid 9 février 2008 11:23

                  Si le principe de précaution avait été employé au moment de la construction des barrages, les accidents ne seraient peut-être pas arrivé. Ce qu’il faut comprendre c’est que la fission nucléaire a recréé des éléments qui n’existaient plus. D’autre part ces développement à risque sont décidés par une minorité de personnes qui pensent détenir la vérité. En ce qui concerne les accidents miniers il faut bien admettre que c’est la course au profit à tout prix qui amène à rogner sur la sécurité.


                • pallas 8 février 2008 12:55

                  Le petrole est bien liberalisé non ? mr pissefroid, il en de meme pour le gaz, le nucleaire n’est pas dangereux, c’est le jeu de la conccurence c’est tout, la conccurence crée des poles de competitivités, seuls les entreprises offrant des services sur a bon prix gagneront, l’energie n’est pas dangereuse dans le civil, il n’y a eu absolument aucuns accidents sur toute la planete a part tchernobyl, c’est un risque quasiment nul. La peur de tout et de rien et ont avancent nul part a vegeté sur place, a vouloir agir comme sa, le nucleaire français se fera distancé et bouffé par la conccurence mondial, c’est la loi du plus fort et du plus intelligent, rester a ne rien faire et nous perdrons la course au nucleaire. La France qui fait parmis les meilleurs en aerospatiales, avec airbus, en developpement du chemin de fer, via le tgv et le nouveau train qui sort, et enfin le nucleaire, malgré notre savoir faire et nos capacités technologiques, nous perdons de la distance et nous nous faisons rattraper par la conccurence, en plus nous ne savons pas vendre notre savoir créeant un enorme manque financier dans l’internationnal. C’est a causes des gens comme vous qui avez peur de tout que notre pays va mal.


                  • Zalka Zalka 8 février 2008 14:09

                    J’aurais plutôt dit que c’est à cause de gens comme vous, Pallas, qui ne comprennez rien à rien, que la planète va mal.

                    Rien que là, vous auriez pu dire que c’est l’entreprise qui propose le meilleur service qui l’emporte. Cela aurait été acceptable comme point de vue, surtout pour le domaine du nucléaire. Mais non, avec vos belles oeillères, vous ne parlez que de moindre coût. Hors dans ce cas, qui l’emportera entre une entreprise qui rogne les coût de sécurité et une autre qui la renforce, qui l’emportera ? Les gars dangereux.

                    Car quoique vous en pensiez, une centrale nucléaire c’est dangereux. Pour s’en servir, il faut mettre le paquet en sécurité. Donc ne pas rogner les coûts de sécurité.

                    Par ailleurs, la compétition dans ce domaine n’est qu’un leurre. Le principe de concurrence peut marcher s’il y a une offre significative et donc pléthore d’entreprise. Est ce le cas ? Non. Et ne venez pas dire qu’il suffit que d’autres personnes créent des entreprises dans le nucléaire ! Vous croyez quoi ? Que c’est une petite affaire d’expo vente en entreprise ? Une boulangerie ? Les besoins techniques sont trop énormes pour permettre une multiplication d’entreprise du nucléaire. Bref, ce domaine n’est absolument pas dans la catégorie qui bénéficierait d’une libéralisation.


                  • chams 8 février 2008 14:51

                    100% d’accord avec toi Pallas

                    le nucleaire est beaucoup moins dangereux que de traverser la rue

                    mais les lobbies anti nucleaire ont bien fait leur travail et faute de la competence necessaire pour y comprendre quelque chose, la majorite du peuple se dit "bouh pas bien le nucleaire"

                    alors qu’il n’on pas le moindre debut de connaissance necessaire pour y comprendre quelque chose


                  • Zalka Zalka 8 février 2008 16:29

                    Chams, tu m’as l’air aussi à l’ouest que Pallas. Si tu avais bien lu ce que je disais, tu aurais remarqué que si j’affirme que le nucléaire est dangereux, je ne dis pas qu’il ne faut pas en utiliser. J’affirme simplement, que pour un domaine sensible comme celui là, on doit mettre le paquet sur la sécurité.

                    Bref, je suis bien loin de l’antinucléaire de base qui ne comprend rien à la physique nucléaire, n’a aucune idée de la technicité des centrales et se contente d’agiter le spectre de Tchernobyl voir celui d’Hiroshima.

                    En fait, tu es bien plus sur ma ligne que sur celle de Pallas, qui ne comprend pas pourquoi il faudrait garder le nucléaire dans le domaine public.


                  • chams 8 février 2008 17:20

                    disons que je suis d’accord avec les deux smiley


                  • Pehachem 8 février 2008 13:02

                    L’état doit rester l’actionnaire majoritaire dans le nucléaire.

                    D’une part, la logique privée (même assortie de contrôles) n’est pas capable aujourd’hui de proposer les garanties indispensables pour prévenir un événement de type Tchernobyl. L’affaire de l’Erika est un cas d’école et on y constate que :

                    - la logique du profit "gère le risque" avec des critères inadaptés au risque nucléaire ;

                    - les organismes de contrôle n’offrent pas les garanties suffisantes.

                    D’autre part, il me semble qu’un état non démocratique est trop irresponsable pour prendre les précautions nécessaires. L’histoire des poubelles nucléaires et chimiques de l’ex-URSS est exemplaire à cet égard. Et l’histoire iranienne, elle, paraît inquiètante vue sous cette lumière.

                    Que l’état conserve le contrôle, et qu’il soit lui même contrôlé par le peuple : ces deux conditions me paraissent nécessaires.


                    • manusan 8 février 2008 13:51

                      Ce que sous entend l’article c’est le danger de voir privatiser ou plus exactement offrir à des vautours, l’industrie nucléaire que presque personne n’a voulu pendant 25 ans et qui a été entretenu par des fonds publiques sous prétexte qu’un marché juteux se découvre à l’horizon.

                      L’état et ses contribuables doivent récolter ce qu’ils ont semé. Il y avait toujours possibilité pour le privé de participer à la recherche, ceux qui sont dans la partie depuis longtemps comme Alstom doivent récolter des contrats, ils ont une longue expérience en ce domaine, les profiteurs doivent être mis aux bancs sans tarder,

                      Les discussions concernant la fusion Areva-Vinci est a exclure catégoriquement car de tout de façon pas adaptée au marché international, la partie béton, étant généralement sous-traitée par des entreprises locales pendant la négociation des contrats.

                       

                       


                      • pallas 8 février 2008 14:15

                        zalka, la planete ne va pas mal, il ne faut pas tout melanger, rien a ete prouver sur l’existence du rechauffement climatique et pour la pollution elle est gerer et commence a etre pris tres au serieux, donc votre pessimiste catastrophique c’est de la debilité, il y a toujours eu des prophetes de fin du monde et nous sommes toujours la. Le nucleaire est une energie propre non polluante, parfaitement maitrisé, il est normal qu’elle soit liberalisé, je ne voi pas de quoi vous avez peur.


                        • Gilles Gilles 8 février 2008 14:29

                          Pallas, on a juste peur que les cons comme toi prolifèrent. Déjà qu’ils votent et se reproduisent, si en plus ils se répandent hors de leur canapé et de Dysneyland c’est la fin du monde.

                          Tu es le prototype parfait de l’inculte compléxé qui pour avoir quelque chose à dire et être écouté prend systématiquement le contre-pied du dernier qui a parlé, surtout s’il ne connait rien du sujet.

                          "il y a toujours eu des prophetes de fin du monde et nous sommes toujours la"

                          T’as raison mon pote !

                          Il y a toujours eu des guerres et des génocides et nous sommes toujours là

                          Il y a toujours eu des astéroïdes s’écrasant sur Terre et nous sommes toujours là

                          Il y a toujours eu des épidémies et nous sommes toujours là

                          Il y a toujours eu des hérétiques et nous sommes toujours là

                          Il y a toujours eu des Pallas et nous sommes toujours là ! Ouf, espoir......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès