Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le Peuple : « majeur » (?)

Le Peuple : « majeur » (?)

Voyant combien en appellent au "Peuple" : Sommes-nous un peuple "majeur"(?) "Majeur" au sens de non-"mineur", parce que ses membres portent la responsabilité de son devenir selon les vertus qu'on lui attribue.

Ce qui pose d'abord, en démocratie, la question d'une "majorité" à constituer et à en faire exercer les pouvoirs. Et donc, à voir aussi, le rôle des minorités. Et l'ensemble des électeur(e)s doivent s'avérer capables de s'accorder sur des programmes de gouvernement, donc avoir une compétence suffisante et parvenir à s'entendre sur des projets communs réalisables.

Quels sont les Défis ?

L'"unicité" du peuple :
Un peuple se définit par ses différences avec d'autres peuples. Comment la multitude de ses membres peut-elle se reconnaître dans une unité nationale définie par un pays(1), ce qui le rend légitime. Et comment s'organisent, à l'intérieur du pays, les mécanismes de pouvoir permettant de légiférer, de gérer, et de juger ? Et qui, au sommet, va exercer, ou seulement représenter, cette unicité ? La difficulté de tendre vers une unité suffisante est bien attestée dans l'Histoire, jusqu'à nos jours. Et ensuite les peuples, ainsi définis, comment vont-ils coexister sur la planète ?

La solution la plus simple est d'avoir, à sa tête, un Chef qui, soutenu par ses partisan(e)s, parvient à imposer violemment ses volontés, s'appuyant sur une idéologie religieuse ou, de nos jours, plus souvent séculière. Un Chef qui, si possible, agira de même envers les pays voisins en concurrence. La "démocratie" s'inscrit en contestation d'un tel système, mais s'en rapproche dès que, le "corps social" ne parvenant pas à constituer une solidarité garante d'un ordre social, s'impose le recours à la contrainte violente pour constituer une unité d'action (2).

La "solidarité" du peuple :
Si on exclut de parler de "solidarité" globale d'un peuple dirigé violemment par une minorité, il s'agit de savoir comment les électeur(e)s, plus largement le "corps social", vont surmonter leurs différences, ou composer malgré leurs différences afin de réaliser une union jugée légitime. Nos "différences", qui existent sauf à s'illusionner, peuvent devenir "incapacitantes", c.-à-d. ne permettant pas de réaliser l'union nécessaire et suffisante pour qu'un Projet rassembleur puisse être mis en oeuvre. Elles sont "verticales" quand des solidarités "clivantes" se manifestent en opposition à des mesures gouvernementales quel que soit le statut social de leurs adhérent(e)s ; elles sont "horizontales" quand elles correspondent à des strates socio-économiques où se manifestent des revendications liées à la place des citoyen(e)s dans le processus de production et selon la répartition des richesses. Elles peuvent déborder du cadre de l'État ; ainsi du prétendu "Communisme" à partir du "Socialisme" ...
Actuellement, les niveaux extra-étatiques se définissent par : - la Domination du Capitalisme mondialisé, financiarisé qui impose sa dynamique économique aux États ; - les essais de mise en commun de certaines exigences, de "développement", de "droits de l'Homme", de "maintien de la paix" par des institutions internationales (à évaluer !) ; ces deux mouvements
d'organisation du pan-étatique étant, par définition, exclusifs, c.-à-d. que le Capitalisme, fondé sur le profit maximal des détenteur(e)s du capital, n'a aucune contrainte de nature à répondre aux besoins ressentis et/ou déclarés des populations des pays où se constitue le profit.

Vers un autre Modèle de Peuple :
Excluons le cas "simple", bien rodé dans l'Histoire, qui consiste pour une personne influente et son entourage à rassembler un groupe plus ou moins grand sur une intention de prendre et conserver le Pouvoir, puis d'imposer ça violemment aux autres (personnes, groupes, pays), autant que possible. Un tel modèle se "décline" en versions dures ou atténuées, fluctuantes ; la prétention à la "démocratie" est, le plus souvent, avancée, mais floue ou même niée en pratique. Et, si une "révolution" pense pouvoir y mettre fin en instaurant un régime "démocratique" et à supposer que ce soit sincère, le risque de rétrogradation par suite de dégradation démocratique reste toujours possible (?)

Le Modèle ["démocratique"] existant-actuel :
Des candidats font des promesses, sur des programmes sans savoir s'ils/elles peuvent les tenir (3). Les insatisfactions ultérieures envers les élu(e)s dans l'exercice de leur mandat, se manifestent CONTRE des projets et/ou pratiques au cours de l'exercice du Pouvoir. Si ces insatisfactions sont assez puissantes - surtout assez largement partagées - les élections suivantes entraîneront un changement de majorité, feront élire d'autres candidat(e)s ...

Le Modèle Futur(?) :
Il faudrait :
Que les candidat(e)s soient élu(e)s sur des INTENTIONS de résultats basées sur un Projet général précisé, exposant les buts et les moyens proposés pour les réaliser, modifiable à l'épreuve des faits et avec le concours de l'ensemble de la population qui, après les élections, apprécie les mesures prises et leurs effets, et puisse proposer des modifications d'objectifs comme de méthodes et moyens. En fin de mandat, le bilan ne porte plus sur des espoirs initiaux - toujours incertains - mais sur la manière dont les élu(e)s ont mis en oeuvre les projets en s'adaptant aux conditions et difficultés nouvelles auxquelles il a fallu faire face. Ce Modèle intègre l'alternance(4) comme un processus continu. Il suppose : - la transparence sur la stratégie du gouvernement ; - la motivation des citoyen(ne)s à y participer(5), y compris la critique des actions de leurs mandaté(e)s et - si prévu par la Constitution - leur "révocation"...
Que l'Histoire soit reconnue comme "expérimentale"(6), que les Peuples évoluent, en civilisation(s), par des heurts, secousses, dégradation et renouveau, dont on peut penser que la violence (pensons au XXème siècle) pourrait en être diminuée en faisant preuve de plus de réflexion et d'"intelligence" dans l'organisation des sociétés humaines.
| Ce Modèle s'oppose de manière systémique, dynamique à l'actuel en ce qu'on ne s'y manifeste pas seulement CONTRE ceux/celles qu'on commence ou finit par désapprouver (le renouvellement politique étant alors le changement de cibles à démolir), mais qu'on est AVEC les élu(e)s tout au long de leurs parcours durant leur mandat, en critique permanente et en vue d'un meilleur résultat possible.

- - Non(?) Oui(?) - -

 

[1]La correspondance entre "peuple" ou "nation" et "pays" est difficultueuse dans l'Histoire : voir le cas des Kurdes ...

[2] Voir, au XXème siècle : Hitler, Staline, Pol Pot ... Hormis ces extrêmes, le degré de contrainte est variable et fluctuant ; du point de vue des citoyen(ne)s invité(e)s à adhérer au régime, la réflexion se fait sur l'alternative : - "Est-ce que je préfère l'ordre au désordre ?" ou : - "Est-ce que je préfère la conformité à mes idées ?" Ainsi, on peut être amené(e) à préférer un parti qui semble pouvoir apporter l'ordre nécessaire pour agir efficacement, même si on n'en partage guère l'idéologie ; ou, à l'inverse, préférer un parti jugé peu capable d'apporter cet ordre jugé pourtant nécessaire, mais dont les projets correspondent le mieux à nos attentes.

[3]"Tenir" les promesses n'a de sens qu'après être élu(e) puisque si on échoue à se faire élire, on n'aura pas l'occasion de les mettre en oeuvre (! ?) - donc, les candidat(e)s sont porté(e)s à faire les promesses qui peuvent faire les électeur(e)s les élire, qu'ils/elles[les candidate(e)] envisagent ou non de pouvoir les tenir ; ceci tant que les électeur(e)s, non encore "matures", continuent de juger les candidat(e)s sur des "promesses" et non sur leur capacité prévisible, à mettre à l'épreuve des faits, de réaliser le possible de leurs[=électeur(e)] aspirations ! Demain (?) Après-demain (?)

[4]L'"alternance" au Pouvoir exprime un atout de la démocratie, une certaine fluidité dans la correspondance, dans le temps, entre attentes de la population et projets de renouvellement des programmes et des équipes pouvant les appliquer ; mais n'y a-t-il un degré de tolérance à l'insatisfaction ainsi "absorbée" ? Le risque est qu'un échec démocratique pour satisfaire la population soit suivi par un gouvernement non-démocratique ou moins démocratique ; c'est l'épreuve de faisabilité du "Modèle Futur", conçu pour prévenir une telle dégradation ...

[5]Exemple : Élire par "tirage au sort" (selon une procédure à valider, sécuriser) des représentant(e)s citoyen(ne)s, considéré(e)s comme émanations de la "société civile", chargé(e)s de participer aux élections et, post-élection, d'assurer le suivi des mesures prises ; - ceci sans oublier que mettre à l'épreuve un projet nécessite une certaine durée de mise en oeuvre et d'application des mesures (avant de pouvoir les évaluer valablement) et qu'il faut une équipe assez soudée pour être efficace (?)

[6]L'"expérimentation" s'oppose au dogmatique, historiquement à la dogmatique religieuse supposée seule capable de "souder" un Peuple. L'"Idéologie" séculière a, le plus largement (mais ces temps-ci nous savons combien les exceptions sont "dures" !), remplacé la réligieuse, - les défis sur les capacités des populations à promouvoir des solidarités unifiantes et applicables aux instances politiques restant là, à résoudre (?) Ça nécessite un entraînement, - que nous voulions agir autrement qu'à se chercher des cibles, des boucs-émissaires, et, à la tête, des "Sauveur(e)s", destiné(e)s au pire ! Et, pour ça, la pratique d'expérimentations sociales (voir l'"Économie sociale et solidaire") est essentielle, à certaines conditions (de motivations des acteur(e)s, des moyens ...).

----

Moyenne des avis sur cet article :  1.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 13 mai 09:13

    Intéressant.


    Le pouvoir, quel qu’il soit, a tout intérêt à maintenir le « peuple » en situation infantile, affective et irrationnelle.

    C’est même le premier outil de manipulation utilisé par l’humanité chronologiquement et en matière d’efficacité.

    « Panem et circenses » en était un exemple, les écrits de Machiavel un autre exemple.

    Faire semblant de déplorer le manque de maturité du « peuple » est plus qu’une hypocrisie : c’est de l’ironie, une provocation.

    Et la meilleure alliée pour cette méthode de gouvernement est la peur.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 09:54

      @Jeussey de Sourcesûre
      La peur, et surtout, le mensonge et la propagande dont cet article est un bel exemple.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 09:53

      Quel bouillon confus.. C’est simple, pourtant. L’Union européenne, est un pouvoir supranational au service de la finance et des multinationales. Constitué de non élus, il prend les décisions, sans ce soucier de l’avis des citoyens.
      Tout en laissant fonctionner « le théâtre national des marionnettes », pour tromper les couillons, qui croient que les décisions continuent à être prises chez eux.


      Enfin..., ils y croient de moine en moins, puisque Bruxelles vient de perdre en un an , 3 referendum, en Grèce, au Danemark et aux Pays Bas, refusant « toujours plus d’ Europe ».

      Quant à la légende urbaine, que les euro-atlantistes distillent goutte à goutte, que « tout pouvoir est dictatorial », il ne s’adresse bizarrement jamais à l’Union européenne, et jamais non plus aux USA, cette grande démocratie qui illumine le monde... Mais toujours aux pouvoirs nationaux..., étonnant, non ?

      C’est oublier un peu vite que de nombreux dirigeants, la plupart élus démocratiquement, mais récalcitrants à la politique des USA, ont été victimes de « révolutions colorées », d’accidents d’avions, ou d’assassinats divers et variés...,« Rapport anti Empire de William Blum. »

      Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont :

      Tenté de renverser plus de 50 gouvernements étrangers, dont la plupart étaient élus démocratiquement. Bombardé la population de plus de 30 pays. Tenté d’assassiner plus de 50 dirigeants étrangers.Tenté de réprimer un mouvement populiste ou nationaliste dans 20 pays. Gravement interféré dans les élections démocratiques d’au moins 30 pays."

      Le dernier exemple, c’est le Brésil. Mais dans l’article, silence radio.


      • Ruut Ruut 13 mai 09:57

        Le Peuple, si il est correctement informé, est TOUJOURS Majeur.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 10:54

          @Ruut
          Merci, ce qui va sans dire va encore mieux en le disant...
          Le plus souvent, ceux prennent les citoyens pour des abrutis se gardent bien de les informer du dessous des cartes...


          Essayez de trouver dans les médias ou chez nos Mamamouchis divers, la liste des articles des Traités européens les plus toxiques..., nada, wallou, rien du tout !

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 19:47

            @soi même
            En voilà une idée idiote propagée par les européistes ! L’UE soutient les mouvements autonomistes pour faire éclater les Etats Nations. Comme ils utilisent les djihadistes au Moyen Orient dans le but de faire éclater les Etats rétifs aux Américains et à l’ OTAN.


            Le danger des Etats Nations et de la souveraineté, c’est la capacité à faire des lois contre la finance et les multinationales. Diviser pour mieux régner. Et il y a des idiots utiles pour ne pas comprendre qu’en divisant la France, ils se tirent une balle dans le pied.... ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès