Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le Porte-Avions Charles de Gaulle refondu pour 1,3 milliard en 2016. Trop (...)

Le Porte-Avions Charles de Gaulle refondu pour 1,3 milliard en 2016. Trop cher, inutile ?

Le plus puissant navire militaire d'Europe, fierté de la flotte française, sera inactif de 2016 à 2018 pour un entretien en profondeur, notamment de ses chaudières nucléaires. Coût de l'opération d'après le ministère de la Défense : 1,3 milliards d'euros. On l'a récemment appris de la discussion du projet de loi de programmation militaire adopté vendredi.

On voit sur les sites en ligne des grands médias de nombreux citoyens se demander quelle utilité peut bien avoir un tel projet et un tel navire en période de disette financière et d'anomalies budgétaires incroyables au sein des armées (mauvais équipements au Mali, Louvois, etc). 

Voici un article en trois parties pour éclairer votre lanterne sur la nature, l'emploi et l'utilisation de notre navire amiral.

1) Aspects techniques : Indisponibilités, Choix du nucléaire
2) Comment opère notre porte-avions ?
3) Quelle est la place du porte-avions dans la sratégie française mise en oeuvre par les Armées ? 
Conclusion
Liens

Abbréviations courantes : 

PAN : Porte-Avions Nucléaire
CDG ou PA CDG : Porte-avions Charles de Gaulle
LPM : Loi de Programmation Militaire (loi quinquennale fixant dans tous ses détails le budget des Armées)
IPER : Indisponibilité périodique pour entretien et réparation

Le Charles de Gaulle - Image US Navy, domaine public

1) Aspects techniques

- Sur les "indisponibilités" du Charles de Gaulle

On dit que la France n'a qu'un demi Porte-Avions Nucléaire (PAN) tant les indisponibilités liées à la haute complexité de ce type de bâtiment pèsent sur son fonctionnement. La période d'indisponibilité de 2016-2018 devait correspondre à l'entrée en service du second porte-avions dans le concept original de deux porte-avions.

Ce n'est pas la première indisponibilité programmée de longue durée (IPER dans le jargon) du CDG, la précédente datant de 2008. Tous les navires de la Marine sont soumis à ce type d'arrêt, et leurs très longues durées concernant le CDG ne sont pas dues qu'à la propulsion nucléaire (c'est l'occasion de changer les deux coeurs nucléaires du bateau). Tous les systèmes doivent être rénovés, mis à jour, et le navire devra être entièrement adapté à l'avion de combat Rafale, les derniers avions de la génération précédente (la moitié de la flotte embarquée actuelle) prenant leur retraite.

Mais cela ne peut pas justifier un coût de 1,3 milliards d'euros. La précédente IPER a couté 0,3 Milliards d'euros malgré des modifications imprévues (rallongement du pont d'envol, nouvelle hélice). Le PAN va donc subir des modifications considérables qui vont probablement accroitre ses capacités.

- Ce prix annoncé est très élevé en l'absence d'informations précises : 

Pour comparaison, le second porte-avions, s'il avait été construit en 2012 sur le modèle du CDG, aurait coûté environ 2,5 milliards d'euros, dont une petite partie avaient déjè été payés d'avance. Le dernier porte-hélicoptères construit en Europe, par les Italiens, a coûté 1,6 milliards d'euros. On s'interroge alors sur l'utilité d'une telle refonte alors même que le CDG est considéré par beaucoup comme un système incomplet en l'absence d'un autre porte-avions pour pallier à ses indisponibilités.

Le blog "Le Fauteuil de Colbert" (lien en fin d'article) spécule sur l'utilisation de cet argent, et sur l'utilisation de crédits supplémentaires venant des fonds de soutien à l'industrie. Ceci serait en accord avec la politique énoncée par François Hollande dans le Livre Blanc de 2013. 

- La propulsion conventionnelle (Diesel+Electrique+Turbines) face à la propulsion nucléaire :

Chaufferie nucléaire dans son enceinte - photo DCNSCe débat déjà tranché dans les années 1980 et 1990 avec les études préliminaires à la construction du CDG, fut brièvement relancé en 2008 avec l'opportunité de construire le second porte-avions en coopération avec les Britanniques, qui utilisent des avions à décollage court ou verticaux et une propulsion conventionnelle.

La propulsion nucléaire a des avantages considérables et se révèle a priori plus économique (le choix anglais s'est par ailleurs avéré ruineux, à cause du prix des avions notamment). Un porte-avions à propulsion classique est non seulement sujet aux prix toujours plus hauts du carburant, mais doit aussi être beaucoup plus grand à capacité égale, car il doit posséder une ligne d'arbre supplémentaire, des conduits d'évacuation des gaz, des espaces de stockage des carburants, etc. Un tour d'horizon très concis de cette question a été réalisé par l'Académie de Marine en 2008.

Les capacités aéronautiques du porte-avions conventionnel seraient aussi affectées pour des avions "normaux" à décollage horizontal, par les contraintes de design mais aussi à cause des turbulences engendrées par le flux d'air chaud d'échappement, et par des superstructures plus grosses voire "doublées" comme sur le design anglais. De plus la vitesse maximale serait beaucoup moins importante que sur un porte-avions nucléaire. Hors, la maîtrise de la vitesse, notamment par météo dégradée, est très importante pour que les décollages et appontages se déroulent correctement (la vitesse déterminante du porte-avions est la vitesse par rapport à l'air).

La propulsion atomique a des coûts cachés toujours évoqués par ses opposants : Le coût d'un accident nucléaire grave (heureusement très improbable), évidemment non pris en compte, et celui du futur démantèlement, qui est une grande inconnue en raison de l'évolution des technologies et des exigences de l'écologie (on ne peut pas en Europe faire comme les Américains et couler tout ca à 10 000 mètres de profondeur). Pour les opposants au nucléaire, jamais un démantèlement correct n'a été vraiment effectué, et les solutions actuelles (traitement, vitrification, enfouissement) sont critiquées.


2) Comment opère notre porte-avions nucléaire ?

Un Rafale lors d'un ravitaillement en vol - image DICOD librement réutilisable
- C'est avant tout une force aérienne projetable conçue aussi pour s'intégrer dans la flotte d'une coalition (idéalement européenne, en pratique sous organisation américaine, même en Lybie). Il a été démontré qu'un porte-avions est souvent plus efficace qu'un couteux réseau de bases dans des régions instables, sans compter la diplomatie nécessaire à l'obtention des autorisations de survol de pays neutres. Exemple récent, l'Afghanistan où l'établissement d'un aérodrome en Ouzbékistan fut lent et difficile, alors que le CDG était opérationnel dès novembre 2001 au sein d'une flotte française intégrée au dispositif OTAN sous le nom de Task Force 473. On s'épargne ainsi des négociations parfois difficiles et les blocages de pays opposés à nos interventions. C'est un instrument de souveraineté. Imaginons que l'Italie, où se trouvent des bases aériennes de l'OTAN, ait dit "sans moi" à l'opération en Libye ou à son extension offensive qui sortait du cadre imposé par l'ONU, M. Sarkozy pouvait toujours dire "J'y vais quand même".

- La portée effective du porte-avions est aujourd'hui telle qu'il n'existe presqu'aucun endroit au monde ou'il ne soit possible de mettre en oeuvre des avions depuis un porte avions, grâce aux ravitaillements en vol. Notons au passage que la capacité d'un porte-avions est déterminée par le type d'aeronef (avions et hélicoptères) qu'il embarque (leur portée, et leurs capacités, notamment missiles et électroniques), et le nombre de décollages/ atterrissages de ces aéronefs qu'il est capable de mener à bien en fonction des conditions météo.

- Le porte-avions nucléaire opère dans une autonomie logistique considérable. Son autonomie de déplacement est de plusieurs années. Ses opérations sont limitées par les entretiens périodiques, les vivres (45 jours en standard), le carburant des avions, et surtout (on l'oublie parfois) les nerfs et la fatigue de l'équipage, notamment en opération.

Néanmoins, il ne peut pas opérer seul et est toujours intégré à une flotte (appelée en France un groupe aéronaval). En effet il faut le ravitailler et le protéger des attaques aériennes et sous-marines (notamment écoutes et surveillance). Le CDG dispose de moyens de défense à courte portée, mais pas comparables à la capacité de frégates spécialisées. On déploie toujours le porte-avions avec une frégate anti-aérienne, et un navire de ravitaillement, et très souvent en plus un sous-marin et une frégate anti-sous-marine. Ce groupe peut être franco-français, mais aussi franco-anglais, européen ou OTAN. 

En Afghanistan, la flotte française arrivée fin 2001 était un groupe aéronaval composé du Charles De Gaulle, de deux frégates de lutte anti-sous-marine, d'une frégate anti-aérienne, d'un sous-marin d'attaque, d'un ravitailleur, et d'un aviso pour les missions secondaires. Six navires envoyés seulement pour mettre en oeuvre les avions du Charles de Gaulle (les Afghans n'ayant pas de sous-marins ou de forces navales).

- Autre fonction éminement politique : la mise en oeuvre de la bombe atomique, via les missiles à têtes nucléaires dont peuvent être équipés les avions Rafale (appelés ASMP-A). Ce n'est pas tout à fait une fonction militaire : un soldat d'une armée démocratique peut décider de tirer de tirer au fusil sur l'ennemi au lieu de tirer au pistolet, mais pas, aussi gradé fût-il, d'utiliser une arme nucléaire.

 

3) Quelle est la place du porte-avions dans la sratégie française mise en oeuvre par les Armées ?

Le mandat que les représentants du peuple donnent aux armées est défini dans plusieurs textes, notamment les deux livres blancs de 2008 et 2013 sur la Défense et la Sécurité Nationale (liens en fin d'article).

Cet ouvrage est publié chaque fois que le besoin de clarifier la stratégie militaire de la France s'en fait sentir : en 1996 pour la fin du service militaire et la chute du mur de Berlin, 2008 après le 11 septembre et le retour dans l'OTAN, 2013 après la crise internationale et les accords franco-anglais de Lancaster House. La France y définit pour le monde et pour ses citoyens sa stratégie, la place qu'elle ambitionne dans le concert des nations, et les moyens qu'elle donne aux armées pour mettre en oeuvre cette stratégie.

Extrait :

Les forces navales contribueront à la dissuasion nucléaire avec la force aéronavale nucléaire et au travers de la permanence des patrouilles de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. Elles seront également dimensionnées pour les opérations de haute intensité ou de crise majeure grâce à des capacités de combat de premier plan, polyvalentes, disposant de feux précis et puissants et s’intégrant sans difficulté dans les dispositifs multinationaux avec la faculté d’en prendre le commandement. Elles s’articuleront autour du porte-avions, des sous-marins nucléaires d’attaque, des bâtiments de projection et de commandement, des frégates de défense aérienne et des frégates multimissions.

Le Livre Blanc n'a pas force de loi. C'est un discours politique, connu pour être apartisan. Sa mise en oeuvre est assurée par les Lois de Programmation Militaires (LPM) votées tous les 5 ans. Elles sont rarement mises en oeuvre correctement (notamment á cause des cahots budgétaires). Pour la première fois en 2013, l'exécution de la LPM sera contrôlée par le Parlement pour tenter de contrer ces dérives. Les LPM contiennent les prévisions commandes de matériels, la répartition du budget des armées, les crédits de développment, etc.

Les porte-hélicoptères BPC sont l'autre outil de projection de force majeur de la Marine (ici avec un ravitailleur brésilien, photo librement réutilisable du Centro de Comunicação Social da Marinha )

Le Livre Blanc définit des fonctions et des priorités stratégiques. 

Les 5 fonctions stratégiques sont les moyens de la stratégie, définis par les politiques : le renseignement, la dissuasion (surtout nucléaire), la protection (des territoires, des population, des institutions), la prévention des crises et l'intervention si elles se déclenchent.

Les 5 priorités stratégiques sont les buts de la politique de Défense et de Sécurité, par ordre décroissant : la protection du territoire national, des ressortissants français à l'étranger, et des fonctions essentielles de la Nation (institutions, économie, voies maritimes), puis la sécurité de l'Europe et de l'Atlantique Nord (lire OTAN), puis la stabilisation du voisinage de l'Europe (Balkans, Maghreb, Sahel), puis la stabilité du Proche-Orient et du Golfe Persique (par où transitent nos imports, l'importance de l'Océan Indien est toujours croissante), puis la paix dans le monde (aide humanitaire, interventions sous mandat ONU). 

Il est évident que le Porte-Avions s'inscrit dans une logique d'intervention et de coopération européenne ou OTAN.

Le projet original qui prévoyait deux porte-avions en faisait un formidable outil de souveraineté : La capacité pour les dirigeants français d'agir rapidement partout dans le monde de l'après guerre froide en cas de crise majeure pour installer une zone d'interdiction aérienne, des attaques au sol ou des bombardements.

Avec l'abandon du second porte-avions et le retour dans le commandement intégré de l'OTAN sous Nicolas Sarkozy, la vocation du CDG est de soutenir militairement et d'influencer diplomatiquement une coalition majeure (comme celle de la guerre d'Afghanistan ou celle de la guerre de Libye). Cette réorientation relativement récente de la politique étrangère française en faveur de l'OTAN et des américains menée par les présidents Sarkozy et Hollande est elle-même critiquée à gauche comme à droite.

 

En conclusion, le Porte-avions est une arme puissante, très coûteuse, diplomatique autant que militaire : Son emploi efficace est presque impossible en dehors des coalitions OTAN, de par la complexité de sa mise en oeuvre, et par sa force de frappe offensive adaptée à de vraies guerres que nous ne pouvons de toute façons pas mener seuls. Mais il permet tout de même au politique une plus grande liberté de manoeuvre et un poids diplomatique pour peser sur la politique de sécurité mondiale au sein des coalitions, à l'OTAN et à l'ONU.

Liens :
Livre Blanc 2013 : http://livreblancdefenseetsecurite.gouv.fr/
Une critique instructive du Livre Blanc par un ancien soldat professeur à SciencesPo : http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130522trib000765884/livre-blanc-de-la-defense-le-livre-noir-du-desarmement-francais.html
Un rapport américain sur l'avenir des Porte-Avions : "At What Cost a Carrier ?" http://www.calameo.com/read/0000097795db8838fc36d
"Le Problème du Porte-Avions,", par un des plus grands penseurs français en stratégie, récemment décédé : http://www.institut-strategie.fr/PA2.htm
Spéculations d'un blog spécialisé quant aux utilisations possibles des 1,3 milliards : http://www.lefauteuildecolbert.fr/article-porte-avions-charles-de-gaulle-une-refonte-historique-121335335.html
Fiche technique très détaillée du CDG sur netmarine : http://www.netmarine.net/bat/porteavi/cdg/caracter.htm
L'Académie de Marine sur le second Porte-Avions en 2008, et sur la propulsion nucléaire : http://www.academiedemarine.com/aff_travail.php?num=9

´


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Le Yeti Le Yeti 4 décembre 2013 09:37

    "sera inactif de 2016 à 2018 pour un entretien en profondeur, notamment de ses chaudières nucléaires. Coût de l’opération d’après le ministère de la Défense : 1,3 milliards d’euros.« 

    Z’auront plus vite fait de l’équiper de rames ! Certes c’est rustique mais au moins ça fonctionne.
    Ou quand le pays du »provisoire qui dure" se jette à l’eau ...

    PS : ce pourrait être intéressant de faire une enquête sur les décideurs qui ont initialment validé le projet de ce porte avion IKEA. Non ?


    • @lbireo @lbireo 4 décembre 2013 19:13

      je me rappelle d’une émission dans laquelle ils voulaient changer le nom du charles de gaulle, tant le nombre d’avaries dont il était victime ne rendait pas honneur au général.

      une des propositions était justement « le d’aboville »


    • BOBW BOBW 4 décembre 2013 09:46

      « l’équiper de rames »
      Pour actualiser c’est ceci smiley


      • Le Yeti Le Yeti 4 décembre 2013 10:02

        MDR !
        Excellent ...

        @ « -1 » : n’empêche que ce « petit bateau qui va sur l’eau » à passé une bonne moitié de sa carrière en rade, dans les deux sens du terme.
        De plus, la France étant devenue une vraie galère, pourquoi pas notre-avion ? ...


      • claude-michel claude-michel 4 décembre 2013 10:18

        Nos chercheurs et scientifiques (l’élite)...ont un don pour fabriquer des choses inutiles mais très onéreuses...Le France..le rafale..le concorde..ce porte avions..l’EPR qui ne fonctionnera peut être jamais mais qui coûte une fortune (au peuple)..Tout cela sous l’oeil bien veillent des politicards mafieux de notre belle société installés par les urnes...vous savez le truc avec une fente ou on y met n’importe quoi...un genre de poubelle en somme.. !


        • bourrico6 4 décembre 2013 15:19

          T’as bien raison de t’exciter sur ce qui est technologies de pointe, avec tout ce qui va avec sans te soucier de voir plus loin que le bout de ton museau.
          As tu seulement le moindre idée des retombées de tout ceci ?
          Non hein, sinon tu te serais abstenu de sortir une connerie pareille.

          Allez, encore un peu et grace à des types comme toi, il ne restera que Disneyland comme secteur d’activité en France.


        • claude-michel claude-michel 4 décembre 2013 16:27

          Par bourrico6 .....5.000 milliards de dette et un pays en faillite...en effet les retombées sont belles.. ?

          MDR

        • SuperConnard 4 décembre 2013 17:38

          Pour les retombées, c’est difficile de faire plus simple. Le Charles-de-Gaulle ? 5 ans de fabrication chez DCN, avec les milliers d’emplois de sous-traitance que cela implique. Le Rafale ? Combien d’emplois chez Dassault depuis le lancement du programme en 1986 ? Le Char Leclerc ? Idem chez Nexter. L’industrie de défense, en 2011, c’est 2,7 milliards de benef’ à l’international, et 165 000 emplois. C’est sûr, aucune retombée. Et comme nous ne sommes pas en crise, on peut largement mettre 165 000 personnes de plus au chômage.


        • Bracam Bracam 5 décembre 2013 02:17

          Je suis vraiment épaté de la prescience sans doute totalement inconsciente de bourrico et superc. pour le choix de leurs pseudos. C’est surréaliste. 


          Je rajoute que si entrer en guerre contre l’Allemagne, par exemple, pouvait mettre au travail des millions d’hommes et de femmes, il ne faudrait pas hésiter un seul instant. En y réfléchissant cinq minutes, je ne pense d’ailleurs pas qu’il puisse y avoir meilleure solution.

          Et j’éprouve toujours la plus grande admiration et le plus grand respect à l’égard de tous ces individus qui injurient les autres, parce qu’ils auraient des idées (à défendre). Non décidément, la guerre doit bien être la seule solution à nos difficultés modernes, suivons-les.

        • bourrico6 5 décembre 2013 08:16

          Je suis vraiment épaté de la prescience sans doute totalement inconsciente de bourrico et superc. pour le choix de leurs pseudos. C’est surréaliste.

          C’est votre ignorance qui est surréaliste.
          Heureusement que les gens comme vous n’ont pas droit au chapitre.

          De Gaulle doit danser la samba dans sa tombe.


        • Bracam Bracam 5 décembre 2013 10:01

          c cui ki dit ki ait, hein...merci pour ce moment de détente. Ah, l’ignorant, l’expression exacte est « avoir voix au chapitre ». Je l’ai, c’est un fait simple et sans conséquences.


        • SuperConnard 5 décembre 2013 21:55

          Mon pseudo est à l’idiot ce que le drap rouge est au taureau.

          Ceci étant dit, je comprends parfaitement votre position et j’y adhère.
          Néanmoins, il faut voir la réalité en face.
          Un désarmement unilatéral serait une stupidité, voir même un suicide alors que tous les états (hors « occident ») n’ont jamais autant investi dans leurs armées.
          Deuxième point, il suffit de regarder l’histoire pour faire le triste constat suivant : la course à l’armement et la guerre sont les moteurs les plus puissants de la recherche technologique.
          Si aujourd’hui la France alimente tous ses voisins en éléctricité, c’est grâce/à cause de ses recherches nucléaires. Si nous pouvons explorer les océans, les airs et l’espace, c’est que nous avons dérivés des technologies militaires pour faire de la recherche.
          Cela en dit long sur l’humanité, c’est regrettable, mais je doute que l’on puisse y changer quoique ce soit.

        • Bracam Bracam 6 décembre 2013 00:47

          Je doute avec vous, évidemment :(


        • bernard29 bernard29 4 décembre 2013 10:19

          Etant donné la multiplication des catastrophes naturelles, ce porte-avions pourrait être transformé pour les seules missions humanitaires ( navire hôpital et transport de l’aide alimentaire.) les avions devraient être remplacés par des hélicoptères d’assistance et les militaires par des infirmiers et logisticiens.

          ainsi la France, à l’exemple des USA aurait son propre navire-hôpital. Ce grand navire hôpital pourrait être celui de l’Europe. Ainsi si l’Europe ne veut pas de CED (défense commune) au moins elle pourrait investir dans un navire européen d’assistance aux populations en détresse.


          • @lbireo @lbireo 4 décembre 2013 15:00

            une idée à creuser...
            « faites des pansements, pas la guerre ! » pourrait en être la devise...


          • Noumounke 27 septembre 2014 17:04

            POH ! Encore de l’immonde bienpensance dégoulinante !

            C’est une arme de GUERRE ! Tu piges ? fait pour TUER ! Pas pour faire une méga touze avec mes impôts ! ni protéger de l’africain ou qui ce soit !
            C’est fait pour protéger MES intérêts, économiques et stratégiques et MON pays !

            navire hôpital mon cul !

          • Noumounke 27 septembre 2014 17:07

            POH ! Encore de l’immonde bienpensance dégoulinante !

            C’est une arme de GUERRE ! Tu piges ? fait pour TUER ! Pas pour faire une méga touze avec mes impôts ! ni protéger de l’africain ou qui ce soit !
            C’est fait pour protéger MES intérêts, économiques et stratégiques et MON pays !

            navire hôpital mon cul !

          • juluch juluch 4 décembre 2013 10:27

            Pas mal cet article....


            C’est le problème des portes avions.
            Il leur faut régulièrement une refonte comme tous les matériaux militaires que se soit des gros ou mayens bateaux, aviations, blindés.

            Ça a toujours été.

            le soucis c’est que le CDG est seul.....c’est une gabegie grotesque.

            Ce bateau essentiel sera absent pendant au moins 1 an.....quid d’un remplaçant ?

            Il doit y avoir un deuxième, c’est impératif avec bien sur son groupe de protection.

            ça a un coût c’est sur....aux gouvernements de faire la part des choses et de négocier .

            Tous notre matériel coûte de la conception papier à la fabrication un argent fou....l’exemple le plus criant et que je connais bien vu que je l’ai en avatar est le Leclerc.....

            Trés bon chars qui après toutes ses modif’ coûte à l’unité 10 millions d’euros là ou un Abrams en coûte que de la moitié !!

            le Rafale coûte l’unité plus de 100 millions......


            Cherchez l’erreur !

            • devphil30 devphil30 4 décembre 2013 11:40

              Et si un porte avion nucléaire se fait tirer dessus ....


              Que se passe t’ il alors si une fuite radioactive suite au tir condamne le bâtiment malgré des dommages légers ???

              Ces « beaux joujous » sont ils vraiment adaptés à des missions de guerre du fait de ce risque nucléaire , idem pour les sous marin.

              N’est ce pas un sous marin russe qui a eu de gros problème et qui a coulé ....

              Philippe


              • juluch juluch 4 décembre 2013 12:27

                Si il coule, le réacteur coulera avec ....c’est déjà arrivé avec des sous marins nuc.


              • BOBW BOBW 4 décembre 2013 15:34

                Le commandant en croisière « funéraire » ira l’immerger en face du Japon s’il flotte jusque-là, après l’avoir fait asperger avec de« l’eau bénite »  smiley !!


              • Constant danslayreur 4 décembre 2013 12:20

                « et le navire devra être entièrement adapté à l’avion de combat Rafale »  smiley

                Ne me dites-pas qu’avec tout ce qu’il a coûté, ce n’était pas plutôt au rafale, d’être adapté non seulement au CDG mais également à tous les porte-avions américains par exemple.


                • juluch juluch 4 décembre 2013 13:34

                  Le rafale Marine est actuellement en service sur le CDG......depuis 3 ou 4 ans si je m’abuse.


                • bourrico6 4 décembre 2013 15:25

                  Les Marins sont les premiers à avoir reçu les Rafale F1, car les F8 étaient plus que vétustes.... on a traité les urgences dans l’ordre, c’était la première.

                  Ils sont stockés (9 ou10 avions, pas plus) depuis pas mal de temps et doivent passer au standard F3 sous peu, si ce n’est pas déjà commencé.


                • bourrico6 4 décembre 2013 15:36

                  « et le navire devra être entièrement adapté à l’avion de combat Rafale »

                  En même temps je vois pas le soucis, le Rafale se pose sur les PA US, on a le même système de catapultage. (Le SEM doit être le dernier à utiliser une élingue.)

                  Sachant qu’on est pas prêt de construire des machins inutiles comme les Italiens et les Espagnols.
                  Le système tremplin, c’est bien, mais on oublie le strike car on ne fait pas décoller d’avions lourdement chargé, avec moins de 10 avions, on peut à peine maintenir une CAP permanente pour protéger le PA, ce qui laisse queue dalle pour la moindre mission, on a aucun moyen de veille aérienne, etc, etc.
                  Dans le genre inutile, on ne fait pas mieux que ces bouses flottantes, le CDG au moins est apte à lancer des missions de combats, avec de vrais avions, ce n’est pas un porte hélico amélioré.

                  En plus, même si le Rafale est censé être utilisable depuis tremplin, les seuls avions opérationnels sont US ou Russes (Chinois).

                  On va rigoler avec le Brittons dans pas longtemps, ils construisent deux machins énormes à tremplin... pour leur quelques F35.... les porte hélicoptères les plus ruineux de l’Histoire...

                  L’adaptation du PA ne s’est pas faite pour le Rafale, mais pour les E2 Hawkeye.


                • bourrico6 4 décembre 2013 15:44

                  depuis 3 ou 4 ans si je m’abuse.

                  Ouch, j’ai pas relevé ça .... ça fait une dizaine d’année que les F1 sont entrés en service, 2004 de mémoire (flemme de chercher)

                  Venant de toi, je suis déçu .... je vais bouder !


                • juluch juluch 4 décembre 2013 15:52

                  ne boude pas....reviens !!


                  Depuis 2002 il est en service, et à présent au standard F3.....j’ai pris la peine de chercher...

                  Ouf....l’honneur est sauf....
                   smiley



                • Langlemort Bonneteau 4 décembre 2013 12:52

                  « spécule sur l’utilisation de cet argent [1 milliard d’euros de surcoût], et sur l’utilisation de crédits supplémentaires venant des fonds de soutien à l’industrie »


                  Pourquoi y a t-il mystère autour de ce surcoût puisque le billet dit aussi que la ventilation des coûts est désormais examinée par le parlement ?

                  • Lapalice Lapalice 4 décembre 2013 14:37

                    @Bonneteau : la surveillance par le parlement se fait en cours d’éxécution de la loi avec un ou deux débats si j’ai bien compris... en attendant ils ont juste validé les 1,3 milliards dans la LPM.


                    • ETTORE ETTORE 4 décembre 2013 15:27

                      j’ai vraiment l’impression de voir un p’tit garçon en culotte courte s’approchant du bassin au parc, avec son petit bateau dans la main et qui hésite à le poser au milieu des milliers d’autres qui prennent déjà le vent sur la surface ridée ;

                      Et pour cause, vient pas souvent, le pt’it, à chaque fois il craint qu’il ne doive mouiller ses gambettes pour aller le repêcher avant qu’il ne coule. La honte.
                      Alors, il hésite....ça se comprend !

                      • bourrico6 4 décembre 2013 15:41

                        C’est effectivement une impression, car il est souvent en mer, et déjà été bien utilisé.

                        De fait, dans le bassin, il n’y a que les ricains avec 11 bateaux deux fois plus gros que le notre.
                        Mais il n’y a personne d’autres.

                        Les Espagnols, Italiens, Anglais, Chinois, sont dans le bassin des porte hélicos de luxe.
                        Je dis « de luxe » car dans ce bassin, on joue avec 3 BPC, mais on a pas de Harrier ni de Mig29 ni de J15.


                      • reveil 4 décembre 2013 15:45

                        Petite information que je peux dévoiler maintenant que nous avons été trahis par notre pays. Selon un haut gradé du commandement de la marine nationale spécialiste en la question, la durée de vie du Charles de Gaulle en cas de conflit mondial ne dépasse pas les 5 minutes, il en va de même pour de nombreux navires hors sous marins. En outre Vladimir Poutine lors du conflit avec la Syrie ne s’en est pas caché non plus sous forme de menace à peine voilée.
                        En période de crise, nous sommes à même de réclamer des justifications sur les sommes considérables mises en jeu en regard du service que nous pouvons en espérer. Le secret défense ne peut justifier à lui tout seul l’absence totale de retour d’information pour le contribuable.


                        • agathe zeblouze 4 décembre 2013 18:02

                          en cas de conflit mondial, je pense qu’il y a pas mal de trucs dont l’espérance de vie serait de 5 minutes.... alors un rafiot de plus ou de moins ... 


                        • BOBW BOBW 4 décembre 2013 18:29

                          Le pédalo avec son pilote sera le premier à disparaître smiley


                        • bourrico6 5 décembre 2013 08:18

                          en cas de conflit mondial, je pense qu’il y a pas mal de trucs dont l’espérance de vie serait de 5 minutes.... alors un rafiot de plus ou de moins ...

                          Peu de pays ont les moyens de détecter, de cibler, et d’attaquer un PA.


                        • Ector Erlioz Ector Erlioz 4 décembre 2013 16:59

                          Il va aussi falloir mettre Fabius en indisponibilité durant cette même periode sinon ça ne va pas le faire !


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 4 décembre 2013 18:45

                            Vieille recette de l’armée ,le bromure pour deux ans ... smiley


                          • ETTORE ETTORE 4 décembre 2013 18:50

                            vous savez à la lecture du titre de l’article, comme ça de prime abord, et en diagonale....

                            je me suis dit ça y est, il vont le fondre pour récupérer le prix de la ferraille.....

                            meuhh non ! seraient encore contraints de lui faire faire des aller retours, comme à son prédécesseur .

                            pour le reste, oui, mettons les politiques aux rames, que d’économies de tous bords

                            • Piotrek Piotrek 4 décembre 2013 18:55

                              Même si ce n’est qu’une belle fierté, une simple vitrine de pouvoir et de savoir-faire, héritage d’un passé révolu :, 1,3 milliard c’est pas si cher !

                              Un zozo nommé Kerviel a coûté près de 5 milliards, il n’a fait que s’asseoir derrière un clavier et il ne l’a même pas fait exprès.

                              Mais c’est un signe que pour les prochains vrais conflits (et pas les conflits d’intérets français), les bateaux et les avions se révèleront n’avoir étés que de simples... mirages.


                              • Constant danslayreur 4 décembre 2013 19:44

                                Pas pour plomber l’ambiance, mais le Charles de Gaulle l’a quand même eu de sérieux ennuis en Mai 68 et je ne parle même pas de ses soucis de Novembre 70, c’est simple il n’en revient toujours pas...

                                ===>[]

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès