Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le pot de terre contre le pot SFR

Le pot de terre contre le pot SFR

Pégomas est une petite ville de l’arrière-pays grassois, sur la route du mimosa, où poussent aussi des roses pour les parfumeries et des olives. Une belle image champêtre, qui fleure déjà la Provence. « Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes », quand SFR vint à installer une antenne de téléphonie mobile UMTS, soit près de trois fois la puissance des antennes classiques, à 80 mètres de l’école primaire du village, d’une clinique, du stade et du centre de loisirs ! Les parents, membres de la section locale de la FCPE, découvrent avec stupéfaction, le projet en septembre 2004. Ces mêmes parents créent un collectif « Bougeons l’Antenne », qui s’ouvre aux citoyens en général, en particulier aux riverains et à toute personne qui se sent concernée par le problème. Le collectif veut faire bouger l’antenne dans une zone moins sensible et non pas la détruire. L’inquiétude se justifie et est renforcée par la publication, en janvier 2005, du dernier rapport du Professeur William Stewart, éminent scientifique, chargé par le NRPB (1), d’établir, comme en 2000, un état des effets sanitaires des téléphones mobiles et des antennes. Ce long compte rendu, qui est avant tout un appel à la prudence en matière de téléphonie mobile, souligne huit points, dont trois nous apparaissent comme devant être soulignés ici : le texte demande un audit du parc des antennes existant et jette, en quelque sorte, les bases d’une véritable politique d’implantation des antennes. Une grande prudence en matière d’utilisation des téléphones mobiles par les enfants : En Grande-Bretagne, les téléphones destinés aux tout-petits ont été retirés de la vente. En France, le Babymo, commercialisé entre autres par Carrefour et le BHV a été lui aussi enlevé des rayons. Dernier point à souligner : le professeur Stewart recommande de ne pas installer d’antennes à moins de trois cents mètres des écoles et des lieux dits sensibles en général. A Pégomas, nous avons été vraiment malchanceux. En effet, sans rentrer dans toutes les péripéties du dossier, SFR a gagné contre la ville dont le maire refusait l’autorisation de travaux, le 11 mars 2004. Les trois opérateurs de téléphonie mobile regroupés au sein de l’AFOM ont signé, le 28 avril 2004, le Guide des Bonnes pratiques avec l’Association des Maires de France (AMF) pour respecter en particulier des lieux dits sensibles et instaurer une véritable politique de concertation en matière de téléphonie. L’antenne UMTS a été installée à Pégomas fin octobre 2004 ! Le collectif, suite à une réunion publique en février 2005, décide de procéder à des négociations pression avec l’opérateur, puisque toutes les actions en justice échouent. Ce fait est confirmé par André Aschiéri, ancien député, maire de Mouans- Sartoux et président de le Commission Environnement au Conseil Régional. Le collectif remet, en mains propres, le 25 février 2005, au Ministre de l’Ecologie, Serge Lepeltier, de passage à Pégomas, une lettre appelant à une vraie politique d’implantation des antennes. A cette occasion, nous rencontrons la Députée de la 9ème circonscription des Alpes Maritimes, Madame Michèle Tabarot. Rendez-vous est pris, le 17 mars en mairie avec le maire de Pégomas, M.Gilbert Pibou, Madame Tabarot, le collectif et surtout trois représentants de SFR. Le maire, soutenu par son député, propose de trouver un nouveau terrain et de prendre en charge une grande partie des frais de déplacement. Pendant deux heures d’un échange toujours poli, mais tendu, les parties s’affrontent. A la question du collectif à un des représentants de SFR : « à l’instar du Professeur Stewart qui, la main sur le cœur, ne peut pas jurer que les téléphones mobiles sont sans danger »(2), pourriez-vous jurer, la main sur le cœur, que les antennes mobiles sont sans danger ? Réponse : certainement pas !!! Comment alors croire que les antennes sont sans danger, alors que le même opérateur, sur son propre site, rubrique santé, avoue qu’en matière d’UMTS des recherches sont encore à entreprendre (3) et qu’en matière de validation scientifique, nous n’avons pas le recul nécessaire. L’amiante, le sang contaminé, les méfaits de la cigarette ... sont dans toutes les mémoires. La réunion s’est terminée par une fin de non-recevoir de la part de SFR, puisque légalement l’antenne émet dans les normes françaises (les plus élevées au monde !!!) et qu’ils ne sont pas tenus par la loi de la déplacer, le Guide des Bonnes Pratiques n’ayant aucune portée contraignante. Pour conclure, le collectif va continuer son combat d’abord en grossissant les rangs et en continuant à diffuser de l’information. Les instituteurs de l’école primaire nous ont déjà rejoint. Le 4 juin, à Pégomas, le collectif a organisé une grande manifestation où les élus, les citoyens de la ville et des environs ont scandé en chœur « bougeons l’antenne ! ». Les télés étaient là et la presse aussi. Nous avons eu une belle couverture médiatique et nous espérons maintenant un rendez-vous avec le nouveau ministre de l’Aménagement du Territoire, M.C.Estrosi. Le pot de terre n’a pas dit son dernier mot !

(1) National Radiological Board of Trade, organisme gouvernemental anglais. (2) Extrait de conférence de presse : Professeur W.Stewart janvier 2005 (3) www.sfr.fr/FR/sante/


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • MD (---.---.17.230) 12 juin 2005 16:57

    Les parents d’élèves et personnels du collège Jean Bertin de Saint Georges sur Baulche (Yonne - 89) sont sur le point d’obtenir gain de cause avec le déplacement de l’antenne de téléphonie mobile Bouygues Télécom située à proximité immédiate des salles de classe.

    Leur action était motivée par des similitudes avec le cas de Saint Cyr l’Ecole.

    Sous l’impulsion des parents d’élèves et avec l’aide des élus locaux, l’Yonne se prépare à devenir un département pilote en ce domaine.


    • (---.---.94.30) 14 juin 2005 12:33

      Bravo Véronique ! Continue !


      • V.Lederman (---.---.180.187) 15 juin 2005 21:19

        Je vous promets une suite, puisque l’Afsse vient de sortir son rapport. On nous dit qu’il n’y a pas de risque avéré, mais cependant « le groupe d’experts retient cependant la nécessité d’évaluer les nouveaux appareils de dosimétrie individuelle qui seuls permettront de connaître les niveaux réels d’exposition aux champs en vue de la réalisation éventuelle d’études épidémiologiques de grande envergure en population générale ».Pour des gens pas inquiets, ça surprend !!!

        A souligner aussi les deux journées de l’OMS 15/16 juin consacrées au même sujet.

        Comme disait le Professeur Zmirou, ancien président de l’AFSSE,« nous payons et nos enfants paieront demain le prix de nos aveuglements. »


        • abalanten (---.---.154.75) 20 juin 2005 11:23

          Ce rapport est bidon comme les précedents. l’afsse, l’anfr,l’art etc presentent une information tronquée donc mensongère car ils n’evaluent pas tous les risques et maintiennent la population dans l’ignorance de certains de ces risques. Contrairement a ce que l’on vous raconte il y a un risque certain que ces braves gens sont incapables de réfuter.

          En effet les « antennes relais » peuvent tuer par les conséquences de la violation des lois et regles sur la compatibilité electromagnétique avec les appareils électroniques à usage médicaux utilisés a domicile ( appareils pour diabétiques, thermometre électronique etc..) . Ces appareils ne présente aucune garantie de fonctionnement et peuvent donner des informations erratiques lorsque le champ électromagnétique environnant dépasse 3V/m.

          Ceux qui prétendent que les niveaux de 41,58 et 60V/m du decret de 2002 sont sans danger « oublient » de vous dire que ce niveau de champ est 20 fois plus elevé que 3V/m soit 400 fois la puissance a laquelle les appareils ont été testé et sont garantis fonctionner.

          Mefiez vous aussi des mesures de l’anfr qui utilisent un protocole adapté au corps humain et n’est pas valide en matière de compatibilité electromagnétique il fera apparaitre des valeurs systematiquement sous estimées.

          Peut on appeller cela de l’information ? dormez bien braves gens !


          • JL (---.---.171.89) 21 février 2006 16:34

            LES PARENTS D’ELEVES DU COLLEGE JEAN BERTIN DE SAINT GEORGES / BAULCHE (YONNE) ONT GAGNE !

            Après 2 années de combat et après avoir alertés les élus (député, maires du SIVOS, conseil général) sur le danger de ce type d’installation, Les parents d’elèves du Collège Jean Bertin de Saint Georges / Baulche (Yonne) obtiennent gain de cause : l’antenne de téléphonie Bouygues Telecom a été démontée pendant les vacances de fevrier ! (l’antenne avait été instalée fin 1999)

            Nous espérons qu’aprés les cas de Saint Cyr l’école, Ruitz et maintenant Saint Georges / Baulche, les élus voteront enfin une loi interdisant ce type d’installation sur les écoles. A noter que M.Soisson, qui avait rencontré le porte parole des parents en 2005 (député de l’Yonne) s’est engagé à soutenir une loi dans ce sens.

            Merci à tous de votre aide,

            Respectueusement

            Les parents d’élèves.

            rappel de notre action sur http://contre-antenne.site.voila.fr


            • ACN (---.---.104.141) 22 février 2006 19:21

              Comme tout ceci nous est familier !

              Depuis plus de 15 mois, l’Association du Coteau de Nogent sur Marne et les parents d’élèves se battent pour qu’un projet d’antennes de Bouygues Telecom soit modifié. Le projet tel qu’il est aujourd’hui placerait les antennes à 20 m d’une écoles maternelle et au coeur d’un groupe scolaire de 2500 élèves, avec en plus une gymnase et une résidence de personnes agées.

              Un vrai roman feuilleton.

              http://coteaudenogent.fr/wp/category/environnement/antennes-relais/


              • Véronique Lederman (---.---.128.217) 22 février 2006 22:57

                Bravo aux parents d’élèves de l’Yonne, et courage à tous les autres ! Pour l’heure, à Pégomas, rien n’a bougé. Nous nous activons pour essayer de faire inscrire, à l’ordre du jour de l’assemblée nationale, la proposition de loi n°2491 qui verrait une vraie législation en matière d’implantation d’antenne de téléphonie mobile, mais ce n’est pas facile.

                Donc je lance un appel solennel pour que cette proposition de loi soit étudiée. Nous en avons tous besoin et à l’instar du Professeur Zmirou, ancien président de l’AFSSE, on peut dire que « nous payons et nos enfants paieront demain le prix de nos aveuglements ».

                En tant que citoyens et électeurs, nous exigeons de nos députés le vote de cette loi ! Mobilisons-nous ! V.L.


              • Cathy (---.---.86.199) 23 février 2006 00:40

                Félicitations aux parents de Pégomas ! La ténacité paie, ne vous laissez pas démonter par l’arrogance de vos interlocuteurs. Bravo à Véronique.


                • mortimer mortimer 21 janvier 2007 21:03

                  Quoi de neuf sur cette question Véronique, depuis le 22 février 2006 ?


                  • V Lederman (---.---.131.215) 21 janvier 2007 23:00

                    Pas grand chose, dans la mesure où la proposition de loi n’a toujours pas été inscrite à l’ordre du jour de l’assemblée. Nous avons été pris dans la tourmente CPE, puis on nous a assuré que ça devrait passer à l’automne et d’urgence en urgence, nous sommes toujours relégués pour après. Cela dit, l’association Robin des toits continue le combat avec d’autres associations de manière incessante, et puis ça bouge à l’OMS... Le plus grave, c’est qu’en tant que citoyen, on a l’impression qu’on nous ment. J’ai un portable et je m’en sers, je veux juste qu’on ne mette plus les antennes si près des écoles ! Comme on n’a pas réussi à faire bouger l’antenne, nous avons décidé de déménager, et même si l’antenne n’est pas la seule raison, elle est primordiale. Ma fille se plaint trop souvent de maux de tête, comme beaucoup d’autres enfants sur le site de l’école. Mais comme pour le cas de Saint Cyr l’école, cela doit être dû au hasard ! Ou à la faute à pas de chance !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès