Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > « LE » problème des déchets nucléaires ? Les populations locales. (...)

« LE » problème des déchets nucléaires ? Les populations locales. Enfouissez-les, ou achetez-les !

Qui a entendu parler de très discrètes « conférences internationales » où se rencontrent les fossoyeurs du monde entier ?

C’est pourtant là, tous les quatre ans et sous l’égide de la puissante agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA), que les apprentis sorciers de l’atome, débordés par leurs déchets, viennent faire leur marché à la recherche de tours de passe-passe.

Bien qu’ils auto-proclament que l’enfouissement fasse « consensus international », ils se heurtent partout aux « peuples autochtones » qui, eux aussi, partagent un consensus international pour refuser ce cadeau empoisonné.

La grand messe 2012 a donc décidé de se pencher sur ce problème, LE problème des fossoyeurs. Ni informés, ni invités, les autochtones de BURE, via le CEDRA, y auront un envoyé spécial pour rappeler les fondements démocratiques et éthiques envers le présent et les générations qui vont nous succéder.

 Ce dimanche 30 septembre et pour plusieurs jours, Toronto (Canada) donne asile à la 4ème « Conférence internationale sur le stockage géologique ». Retour aux sources car il semble bien que ce soit le Canada qui, le premier, tira la sonnette d’alarme. Se débarrasser des encombrants déchets nucléaires en les enfouissant procurerait de sérieux avantages (facilité, impression de « solution » à un problème majeur, etc) mais…

mais personne n’en veut et, pire, les populations des sites ciblés de par le monde se rebellent. Une prise de conscience qui rend caduque, ou bien plus compliquée, la politique du passage en force. Et le lapin sortit du chapeau canadien : les autochtones, les indigènes (au sens premier) posent problème ? Passons-les à la moulinette de la sociologie, étudions ces cobayes à la loupe afin de trouver les ingrédients qui amèneraient à une invention toute belle : « l’acceptabilité sociale ».

Acceptabilité sociale ! Le graal des fossoyeurs.

Et, pour ça, ils vont accourir du monde entier à Toronto. Pas moins de 200 « décideurs de haut rang », de partout, des « ministres, parlementaires, responsables de la règlementation, représentants de ministères, représentants d’organisations de mise en œuvre [Ondraf, Skb, Nagra et autres Andra] et des représentants des collectivités concernées ».

Ces collectivités à qui - le cas français en est emblématique - on ment à tour de bras (« laboratoire », pas enfouissement), à qui on promet monts et merveilles (emplois, sûreté, développement économique, etc), qu’on couvre de pacotille, cette pacotille qui brille tant que les caciques (de Meuse et Haute-Marne par exemple) en sont aveuglés et en demandent toujours plus, enfouissant au plus profond éthique, réflexion, responsabilité, courage, développement réel...)

 

A Toronto, au sein de l’assemblée des faux responsables, le message va être clair :

 "Ne plus subir > AGIR !"

 Déchets nucléaires : ne plus en produire et surtout ne pas les enfouir !

 BURE/Déchets nucléaires : stop ou encore ? D’où que vous soyez, soutenez le CEDRA > http://raseru.free.fr/cedra/cedra15.html

Ø concrètement > http://raseru.free.fr/cedra/CEDRAposte%20animateurformulaire.pdf

Communiqué CEDRA

samedi 29 Septembre

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 1er octobre 2012 14:32

    bonjour,

    moi je suis pour le nucléaire, comme un quart des français, mais seulement à condition que nos armées aillent mettre au pas les peuples autochtones des pays producteurs d’uranium et cela afin d’assurer notre sécurité et notre dépendance énergétique. En remerciement, je trouve normal qu’on l’est arrose d’obus à l’uranium appauvri, produit exclusif à l’image des peuples eux mêmes appauvris, et je me réjouirais qu’on leur revende nos déchets en les payant pour qu’ils creusent eux même à la petite cuillère les galeries où les cacher. Servons nous allègrement sur le dos des talibans...vive les nucléocrates et leurs nucléocide avancé... !

     « Rendons à ces arabes ce qui est à César  » !


    • Gaiga Kaunta Gaiga Kaunta 1er octobre 2012 20:30

      ce que le cartel fait tout bas et que peu dénoncent et tout haut
      ce que le cartel fait tout haut et que peu dénoncent et tout bas.. ça marche aussi
      ^-^
      qui a osé mettre un -1 à ton com ? s’rai pas étonnée que ce soit Oursel, jaloux de ne pouvoir faire son coming out de cette façon smiley


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 2 octobre 2012 08:50

      Voir nos articles, à propos des énergies renouvelables et d’une enquête encours :

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/10/01/enquete -biomasse-et-energies-renouvelables.html

      Enquête Biomasse et Energies Renouvelables

      Le 1er octobre 2012, Actu Environnement écrit « Sécurité électrique : prévoir la production des énergies renouvelables ». De son côté, La Nouvelle République emploie le titre « Energies plurielles à Melle : trois jours pour convaincre », à propos d’un forum sur les énergies nouvelles prévu pour jeudi, vendredi et samedi. Haute Provence Info annonce « Sisteron : le mois de la science est ouvert ! » avec une exposition sur l’énergie au musée Terre et Temps dont le sujet de cette année est l’énergie renouvelable. ZoneBourse souligne « Ministère de l’Ecologie, du Développement durable : Nouvelle mesure de soutien au photovoltaïque ». Futura Sciences écrivait la semaine dernière « L’aviation chinoise et Airbus à la recherche du carburant vert », se référant à un projet localisé en Chine et qui utiliserait une biomasse locale et durable. Sans chercher à aborder ici une analyse détaillée de cette problématique, il paraît indispensable de faire état de l’énquête lancée par un laboratoire du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Le Laboratoire Réactions et Génie des Procédés (LRGP), unité propre du CNRS, organise une consultation avec l’intitulé Enquête Biomasse et Energies Renouvelables. Tous les citoyens sont invités à y répondre par une simple visite du questionnaire mis en ligne (23 questions).

      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/10/01/enquete -biomasse-et-energies-renouvelables.html ]

      http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/021012/cnrs-enquete-sur-la-biomasse-et-les-energies-renouvelables

      CNRS : enquête sur la biomasse et les énergies renouvelables

      Le 2 octobre 2012, Les Echos publie un article du président du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Alain Fuchs, avec le titre « Non, le CNRS n’est pas un mammouth ! », répondant au rapport récent de l’Académie des Sciences évoqué dans notre article du blog La Science au XXI Siècle « Recherche publique : le rapport de l’Académie des Sciences (I) ». Malheureusement, la réponse du président du CNRS ne porte que sur le rôle de l’administration centrale mais ne formule aucune analyse sur le constat essentiel des académiciens dans ce domaine : à savoir, l’augmentation progressive, au cours des cinq dernières décennies, du rapport entre la « masse salariale » et le budghet total du CNRS. Mais d’où vient cette évolution, si ce n’est d’une insuffisance croissante du financement de la recherche française ? Nous écrivons à ce sujet : « Mais les embauches au CNRS sont-elles le véritable problème ? L’échec historique de la « grande expansion coloniale » initiée et claironnée sous Léon Gambetta et Jules Ferry aurait dû inciter les décideurs français à renoncer à la politique d’exportation de capitaux qui avait conduit à deux guerres mondiales et développer à la place une politique d’investissements massifs dans la recherche publique nationale. Tel n’a pas été vraiment le cas, et de moins en moins au cours des quatre dernières décennies ». Comment le CNRS pourrait-il développer une activité scientifique sans ses chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs des laboratoires ... ? Y compris, en ce qui concerne l’information scientifique du public et l’indispensable contact avec les citoyens. Précisément, notre article d’hier « Enquête Biomasse et Energies Renouvelables » fait état d’un questionnaire mis en ligne par un laboratoire du CNRS à l’adresse de tous les citoyens sur les questions très actuelkles de la biomasse et des énergies renouvelables.

      [la suite, sur le lien http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/021012/cnrs-enquete-sur-la-biomasse-et-les-energies-renouvelables ]


      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/
      http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Gaiga Kaunta

Gaiga Kaunta
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès