Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le Québec en France

Le Québec en France

Allons, enfants de la patrie...

Personne au Québec ne parle jamais de la "Quatrième Voie". La majorité de la population veut rester canadienne, une minorité plus que significative de la population veut devenir québécoise, un petit groupe est à coaguler autour du concept de "monnaie unique" et des bienfaits du libre-échange qui ne tardera pas à nous dire que notre avenir est "américain"... mais au Québec - "pays de langue et culture française"- il semble que personne ne veuille être Français.

Est-ce bien vrai ? Ou n’y a-t-il pas une solide conspiration du silence pour occulter cette évidence qu’il n’y a pas que les trois options traditionnelles Quebec-Canada-USA qui s’offrent à nous, mais aussi un quatrième choix d’avenir qui serait de renouer avec notre histoire et de redevenir Français ?

Hier soir, veille du 14 juillet, j’ai eu la curiosité de poser la question à quelques amis réunis. La France ? ha... ha... ha ! Un canular ! Et quand on repose la question sérieusement, c’est non. Non, parce que les Français sont comme ci..., et qu’ils sont comme ça... et qu’ils parlent une langue qui n’est pas tout à fait la nôtre... Bon. Affaire classée ? Minute ! Après deux verres de vin rouge, ce n’est plus "la France, non", c’est devenu "la France, si...". Puis, quand on va au fond des choses et de la bouteille - "in vino veritas" - on s’aperçoit que "tout le monde" au Quebec ou presque voudrait être Français. Tiens donc !

Et pas seulement les intellos nostalgiques qui sirotent un pastis, ne mangent que du pain baguette et feignent de s’intéresser au Tour de France. Oh non ! On en arrive au même résultat avec le chauffeur de taxi, les col-blanc, les col-bleu et toute la gamme des cols-roulés... On y arrive même plus vite avec eux - et le verre de vin en moins - car la vérité vient plus naturellement aux gens simples. "La France ? Oui, si... "

Si quoi ? Quand on enlève une à une les pelures de réticence, on en arrive à des vérités qui ne font pas plaisir. Oui, devenir Français..., si on se sentait de taille à occuper un espace culturel valable dans une France où le Québec trouverait sa place. Oui, devenir Français, si les Américains nous "laissaient partir" (sic). Oui... si la France et les "vrais" Français voulaient de nous... C’est avec des "si" comme ceux-là qu’on ne va pas à Paris.

Un peu navrant, vous ne trouvez pas ? Comme si le grand tabou à toute discussion concernant l’hypothèse d’un rattachement à la France venait du refus de nous avouer à nous-même un sentiment viscéral d’infériorité et une peur morbide de nos voisins anglo-saxons. Un sentiment d’infériorité qu’on veut cacher sous une fierté affichée avec cette énergie qu’on met à défendre les causes qui ne sont pas évidentes.

"Je suis fier d’être Québécois" ! Oui, bien sûr, qui en doute ? Mais on est ni plus ni moins fier d’être Bourguignon ou Provençal, ce qui n’empêche pas d’être Français. Est-ce que nous ne pourrions pas être tout ce que nous sommes, ne rien renier de ce que nous avons été... mais renouer avec Saint-Louis, Voltaire et Napoléon et nous offrir ainsi l’encadrement le plus "porteur" pour devenir le mieux de ce que nous pourrons être ? On ne parle pas assez de la Quatrième Voie : la France.

L’encadrement le plus porteur pour l’avenir du Québec, c’est la France et, derrière la France, l’Europe. Un Québec qui serait la troisième région économique de France - après Paris et Rhône-Alpes - n’aurait à rougir de rien. Bastion avancé en Amérique du Nord d’une Europe dynamique, nous verrions les entreprises non seulement françaises mais allemandes, hollandaises, etc., s’établir chez nous pour y préparer la conquête du marché des USA. Pas seulement pour des raisons de proximité et de logistique, mais aussi et surtout parce que nous connaissons à fond la langue, les lois, les coutumes de ce marché USA. Être des Français (Européens) en Amérique serait infiniment plus profitable pour les Québécois que d’être les partenaires juniors de l’ALENA.

Et la culture ? Alors, là, c’est la voie royale ! Le problème culturel fondamental pour l’avenir du Québec francophone n’est-il pas son incapacité à assimiler la masse des immigrants qui viennent ici se substituer à une relève que notre faible taux de natalité ne produit pas ? C’est ce problème qui rejoint et amplifie celui d’une minorité irrédentiste au Québec qui choisit de ne "pas" être de culture francophone. Or le problème de l’assimilation serait totalement réglé si le Québec était la France.

D’abord, un immigrant qui arrive en France (au Québec) ne pense pas à autre chose qu’à devenir Français : si c’est l’Amérique-USA qu’il veut, il ne tardera pas passer la frontière de nuit et l’on n’en entendra plus parler ! Ensuite, la question du bilinguisme ne se posera même pas. On pourra toujours, dans un beau geste de générosité, maintenir des services en anglais pendant quelques années ; mais ce sera une période de grâce et il n’y aura pas de malentendus à ce sujet.

Enfin, notre propre assimilation à la France d’Europe dans le respect de notre spécificité sera facilitée par un phénomène de migration interne Québec-Hexagone qui prendra une ampleur considérable, à la mesure des mythes dont les deux populations actuelles s’affublent. Des dizaines de milliers de Parisiens viendront chercher leur "cabane au Canada"... alors qu’un nombre sans doute similaire de francophiles inconditionnels chez nous se hâteront d’aller là-bas réaliser leurs fantasmes culturels.

Ce brassage de population sera bénéfique pour tout le monde. Même les "accents" qui nous séparent tendront à converger. Avec un peu de chance, Antenne 2 se rapprochera du français international de Bernard Derome et Lucien Bouchard s’exprimera un peu plus comme Giscard d’Estaing. Pasqua et Jean Chrétien ne changeront sans doute pas de langage, mais une langue sûre d’elle-même peut bien tolérer un peu de folklore.

Evidemment, notre économie collée sur les USA aurait des ajustements à faire, mais on serait tellement mieux... ! Une bonne campagne médiatique - on pourrait l’appeler "Opération Roussillon"- et je serais curieux de voir les sondages sur une souveraineté-association... avec la France.

Allons ! Défions toutes les Bastilles ! Québécois, pensez "France" et passez un joyeux 14 juillet... et sans rancune pour ce pavé dans la mare des options "oui" et "non" qui stagnent depuis quarante ans au Québec.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • merlin7511 17 juillet 2007 14:53

    Etonnant et intéressant.... Je n’avais jamais envisagé cette possibilité, mais il est certain que la France aurait tout à y gagner, car outre qu’il nous permettrait d’avoir un pied solidement posé en Amérique, le Quebec est un pays solide économiquement. La vraie question est : est-ce suffisamment intéressant pour le Quebec lui-même ? La natalité (la France a le plus fort taux de natalité d’Europe occidentale) est un élément de réponse.


    • miaou miaou 17 juillet 2007 16:52

      Etonnant, effectivement...

      Mais certains Wallons n’envisageraient-ils pas de rejoindre la France en cas d’éclatement de la Belgique ?


      • Marsupilami Marsupilami 17 juillet 2007 17:08

        @ Pierre

        Article rigolo et intéressant. Une de mes connaissances très proches est un médécin urgentiste québecquois immigré en France et naturalisé français. Pourtant y a pas plus yankee que lui dans sa pensée et sa way of life. Bouffeur de saloperies MacDo & abonné à Time & pro-Bush. Au demeurant devenu très franchouillard quand même. Toujours au bord du divorce avec son épouse française à cause de tout ça, mais ça tient quand même dans la forge du moule de la bourgeoisie.

        Mais comme le chante Richard Desjardins : « Gringo, que Dieu de blesse ! »

        Amitié à toi.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 juillet 2007 18:49

          A Marsu. Le SEUL problème - autrement on y serait déja - est que les USA achètent plus de 80% de notre production et que nous produisons évidemment pour leur demande. Le Québec en France se sentirait comme un cordonnier dans un Club Med. Pour votre copain, trainez-le chez les traiteurs, il va s’en sortir..

          PJCA


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 17 juillet 2007 18:14

          @ Marsu

          Cet ami urgentiste a su s’approprier le meilleur des deux mondes, quoi. Intéressant.

          Pierre Jc

          À quand un pont entre les deux rives (je sais, je sais pour la rive on repassera), entre les deux mers ? Excellente initiative, mon cher compatriote. Le gouvernement du Québec a, en urgence, besoin d’un véritable ministre des relations Franco-québécoises pour réaliser ce projet audacieux. Si les Québécois, à l’aide de billets d’avion économiques, se dirigeaient vers la Côte d’Azur au lieu de Miami les bains, cela serait déjà mieux. Je n’ose imaginer comment nos amis les Français surnommeraient les Tabernacos du sud, ces Québécois de Miami les bains. Allez savoir pourquoi les Tabernacos ? Nous pourrions surnommer les Québécois en campinge sur la Côte les Calvados d’Amérique. Qu’en dites-vous ?

          Pierre R.

          Montréal (Québec)


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 juillet 2007 18:55

            Pour les expats de Hollywood Beach greffés sur La Croisette, je suggère un régime minceur, sardine et Pays d’Oc..

            http://www.nouvellesociete.org/5078.html

            PJCA


          • moebius 17 juillet 2007 18:37

            cote d’azur ou Miami...fait toujours aussi froid chez vous


            • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 17 juillet 2007 18:46

              @ Moebius

              Ben oui... l’hiver. Au cours du dernier hiver, nous avons atteint des degrés de -28 Centigrade. Un peu frisquet, non ? Lorsque nous atteignons un certain âge, le chaud est préférable au froid. Donc, les caravanes motorisées se mettent en marche ou sont déjà installées. Miami les bains est une destination bien prisée des Québécois.

              Pierre R.

              Montréal (Québec)


            • IP115 17 juillet 2007 19:12

              ce que tu oublies de dire Pierre, c’est que l’été la chaleur est épouventable (clim obligatoire) ...


            • igwana 6 août 2007 12:20

              la suisse romande c la france, il a que les suisse a pas le savoir !!!


            • IP115 17 juillet 2007 19:11

              Le Quebec, quelle merveille ! entre vieux continent et amérique, il est clair que les québécois n’ont pas choisi, ils ont pris les 2 ...

              je ne connais pas bien Quebec (la ville) qui m’a semblé très européanisée au niveau architecture, mais Montréal, ce mélange de building et de petits immeubles de quelques étages est impressionnant (connais tu cette église complètement imbriquée avec un immense building au point qu’il faut passer par l’un pour penetrer dans l’autre ?)

              Ce que j’ai beaucoup apprécié personnellement c’est la spontanéïté et la joie de vivre des quebecois, ils sortent beaucoup (il faut dire que j’y suis allé pendant le festival de jazz), les bars sont ouverts jusque tard dans la nuit, et l’on peut y écouter des groupes de jazz pour le prix d’une simple conso (je conseille vraiment cette destination à tous ceux qui aime la vie nocturne) ... et pour les autres vous pourrez vous évader dans les laurentides (attentions aux moustiques), si mes souvenir sont bon, nous avions dormis dans des petits hotels en pleine foret ... que de souvenirs fantastiques ...


              • bozz bozz 18 juillet 2007 10:59

                des moustiques ? tu veux dire des maringouins gros comme des moineaux qui te pompent 3l de sang à chaque passage !!!


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 17 juillet 2007 19:54

                @ IP115

                Bon. On fait quoi maintenant ? Vous promettez de revenir ? Y a d’autres Festivals à voir : le western, l’humour, la Francofête, Festival de Québec, le Bohomme Carnaval (l’hiver), etc. Avez-vous goûté à notre poutine ? Aux tartes aux bleuets ? Aux binnes (fèves au lard), à la tourtière, au sixpates ? J’arrête.

                À la revoyure !

                Pierre R.

                Montréal (Québec)


                • IP115 17 juillet 2007 20:24

                  arrête pierre, si ça ne tenait qu’a moi ...

                  pour les spectacles je me souviens d’être allé voir une pièce de théatre (je crois que c’était avec une troupe qui s’appelait groupe sanguin, c’était il y a une dizaine d’année alors je ne sais pas si elle existe encore), on a strictement RIEN compris à ce qu’ils racontaient tellement leur accent était fort (et nos traducteurs étaient trop pliés de rire pour nous « traduire » ... smiley


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 18 juillet 2007 02:41

                  @ Demian West

                  Votre oncle a fait deux bons choix : son épouse et le fait de venir la joindre. Qui choisit mari prend pays. Essayons de ne pas être trop déplaisant et de faire en sorte que ce nouveau couple puisse se bien plaire au Québec. Transmettez-lui mes voeux de bienvenue.

                  Pierre R.


                • floruf floruf 18 juillet 2007 10:17

                  Oui , Pierre ! Je garde un superbe souvenir de la fête du bonhomme carnaval à Québec ! les 2 semaines d’hiver que j’ai passé à l’époque dans votre pays m’ont donné l’envie d’y retourner à toutes les saisons ! Quel bonheur de passer quelques jours dans une pourvoirie et de pouvoir réaliser le rêve de gosse de vivre comme un trappeur ! Pour moi Québec est synonyme d’authenticité que ce soit dans sa nature éxubérante et intacte , dans la chaleur des gens qui y vivent ou dans sa gastronomie. Surtout ne changez rien !

                  Je vous laisse , je me fais du mal !! smiley


                • Djanel 18 juillet 2007 05:55

                  Que le Québec redevienne Français oui mais il faut être pas mal bourré pour entrevoir cette troisième voie.

                  Deux possibilités :

                  __ soit les Québécois indépendantistes redeviennent majoritaires et votent au référendum pour l’indépendance à condition que le reste du Canada accepte le verdict. Après vous faites une demande d’adhésion à l’union européenne et l’affaire est dans le sac. __ soit la France repart à la reconquête du Canada pour en faire une province européenne outre-Atlantique ce qui permettrait de rentabiliser la remise en service du Concorde pour bombarder les armées d’opposants à l’indépendance. Après il faut être encore plus bourré pour imaginer le sourire que feraient les Anglo-saxons une fois vaincu.

                  On peut toujours envoyer NPM en éclaireur pour tester la résistance de l’ennemie.

                  Oui mais :

                  __ par le passé les Français n’ont jamais pu reconquérir les terres perdues en Amérique, le Québec ne peut que compter sur lui-même pour maîtriser sa destinée. Retransmettre la langue aux générations futures, c’est déjà résister héroïquement et ce n’est pas gagné d’avance non plus parce que le Français est déjà en voie de disparition au profit du franglais.

                  __ cinquième : voie ressusciter Jeanne d’Arc.


                  • hurlevent 18 juillet 2007 11:24

                    Bizarre comme idée.

                    C’est très bien si nous avons de bonnes relations avec le Québec, mais si on regarde l’histoire :

                    Toutes les colonies européennes (Etats Unis, Canada, Mexique, etc...) ont TOUTES souhaité et obtenu leur indépendance.

                    On peut logiquement supposé que si le Québec était resté Français après 1760, il aurait voulu son indépendance un jour ou l’autre.

                    La situation rappelle celle du Newfoundland, resté colonie Anglaise jusqu’en 1949 : les habitants ont alors choisi de rejoindre le Canada.

                    En résumé, l’hypothèse est intéressante mais je doute qu’elle soit mise en pratique.

                    Cela dit, si la discussion permet d’améliorer les échanges culturels France-Québec, c’est très bien.


                    • Thomas Thomas 18 juillet 2007 12:11

                      Amusant, intrigant mais en fin de compte guère réaliste.

                      Le Québec, que je connais assez pour y avoir vécu et travaillé quelques mois (c’était en 95, en pleine fièvre référendaire) et y avoir voyagé 7 ou 8 fois, est un pays de langue et culture française mais pas de tradition ni de mode de vie français. L’état d’esprit reste celui de pionniers tandis que les Français vivent sur leurs acquis. En plus, la France est un pays profondément centraliste ; comment les Québécois pourraient-ils accepter que tout se décide à Paris, eux qui sont habitués au modèle fédéraliste ? S’il faut en venir à reconnaître les spécificités du Québec au sein de la France alors que nous buttons déjà sur celles de la Corse...

                      Du point de vue de la France, intégrer un pays 3 fois grand comme l’actuel territoire national nous conduirait presque à devenir un pays américain avec des annexes en Europe. Et parlant d’Europe, la Turquie dont on rejette l’entrée au motif qu’elle est située à 90% en Asie s’amuserait bien d’une France qui serait située à 75% sur le continent américain !

                      Franchement, cette 4ème voie est cocasse mais je ne m’étonne guère de n’en avoir encore jamais entendu parler jusqu’à présent.

                      En revanche, si le Canada voulait bien envisager un accord de libre échange voire de libre circulation avec l’Europe, nous aurions fort à y gagner. Je crois justement savoir que le Premier Québécois pousse dans cette direction...


                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 juillet 2007 03:59

                        @ tous. Mais oui, mais oui, je sais que ce n’est pas réaliste, le Québec est structuré pour produire pour les USA ; c’est le pain et le beurre... mais j’aime bien rêver, les 14 juillet. Merci à tous ceux qui ont commenté.... et « à la revoyure » smiley

                        PJCA


                      • dom y loulou dom 18 juillet 2007 23:59

                        quelle brillante idée. smiley


                        • Nicolas L Nicolas L 20 juillet 2007 11:12

                          c’est un rêve qui m’étreint ! Merci pour cette bouffée d’air frais venu du pays de nos cousins !


                          • Internaute Internaute 21 juillet 2007 12:22

                            Il a bien fallu arriver au fond de la bouteille avant de dire « mais renouer avec Saint-Louis, Voltaire et Napoléon et nous offrir ainsi ... ». Car dans les vapeurs de l’alcool la nostalgie d’un passé révolu se confond avec la réalité.

                            Le Québec ne retrouvera jamais la France du Grand Siècle car les aïeux des québécois ont disparu de France et leur descendance se regarde penaude le nombril en se demandant si elle a encore le droit de vivre ici. La France d’aujourd’hui c’est plutôt Rachida Dati ou Serge Krasfeld qui nous sert à la fois à réécrire notre Histoire et aux israéliens à aller « casser du bougnoule » dans la bande de Gaza.

                            A rejoindre la France, le Québec disparaîtra corps et âme en tant que province française en Amérique. On vous apportera la démocratie, les droits de l’homme et la discrimination positive, tout un attirail de poisons qui feront des illuminés qui auront rejoint la France les dernier québécois du Québec. Malheureusement il vous faudra deux générations pour vous en rendre compte et il sera trop tard. Tiens, jetez un coup d’oeil sur l’annuaire téléphonique de Montréal puis juste aprés sur celui de Paris. La France c’est vous, ce n’est plus nous.


                            • Zorba La Mouche 21 juillet 2007 16:00

                              Wow ! Quel belle idée...

                              Si seulement c’était possible.

                              Mais en attendant que les planètes s’alignent. Ça serait probablement une bonne idée si le Québec et la France pouvaient s’entendre afin de permettre la libre circulation des travailleurs entre les deux continents.

                              L’histoire des québécois s’en ait une de conquête, de résistance et d’assimilation. Si y avait pas eu l’assimilation de million de québécois. Aujourd’hui au Canada y aurait environs 50 millions de québécois francophones et environs 30 millions d’anglophones.

                              Ça ferais vraiment beaucoup de bien aux québécois de vivre dans un pays qui est réellement maître de son destin. Indépendamment que l’on soit nationaliste ou pas ça me semble souhaitable.

                              Ça aurait le mérite d’éliminé une certaine ignorance.


                              • Internaute Internaute 21 juillet 2007 18:49

                                Je ne sais pas de quelle ignorance vous parlez mais toujours est-il que le Canada comptait 30,7 millions d’habitants en l’an 2000 et non pas 80 millions comme vous le suggérez.

                                http://www.dfait-maeci.gc.ca/canada-europa/france/canadaaz/aboutcanada9-fr.asp


                              • Zorba La Mouche 21 juillet 2007 20:26

                                Vous m’avez mal compris.

                                Ce que je dis c’est que si les francophones du Canada avait pas été assimilé en masse et de force par les anglophones. Aujourd’hui la répartition de la population Canadienne serait d’environ 50 millions de francophones et environ 30 millions d’anglophones - correction 25 millions d’anglophones.

                                Puis l’ignorance dont je parle : c’est que les québoicois ne savent pas ce que c’est d’avoir une identité solide. Pas de besoin d’être un grand sociologue pour comprendre qu’y a un problème quand on voit a quel point les québécois sont tatillon qu’en il s’agit de la langue....


                                • Zorba La Mouche 21 juillet 2007 21:19

                                  Je m’excuse, je viens d’allumer.

                                  Le déficit de 50 millions d’habitants s’explique par le fait que à un moment donné, il me semble que c’est quelque part autour de 1880 et 1900, les québécois crevaient littéralement de faim et on du s’exiler en masse au dans le nord des états-unies.

                                  Faut dire aussi que traditionnellement jusqu’avant la deuxième guerre mondial les québécois avaient un taux de natalité stratosphérique. Une québécoise pouvait facilement avoir entre quinze et vingt enfants. J’ai pas les chiffres exacte mais plus de quinze c’est absolument certain.

                                  Le taux de natalité des anglophones était dérisoire à comparer de ceux des francophones.


                                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 juillet 2007 19:00

                                    @ A Zorba. Il y a aujourd’hui aux USA ente 8,5 et 11 millions de descendants des émigrants du Québec. SI ils étaient restés au Canada, les Francophones auraient été majoritaires au Canada en 1945, les immigrants se seraient assimilés à cette majorité, le français serait dominant de l’Atlantique au Pacifique - à quelques bourgades près d’irréductibles « blokes » - et on n’aurait jamais parlé de l’indépendance du Québec. Aujourd’hui, c’est différent

                                    http://www.nouvellesociete.org/5073.html

                                    Mais SI les Italiens n’avaient pas émigrés, ils seraient plus nombreux que les Russes en Europe...

                                    PJCA

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès