Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le retour des citoyens dans le débat politique et social

Le retour des citoyens dans le débat politique et social

Quand de nombreux indices révèlent un retour du citoyen...

Que se passe-t-il dans notre beau pays ? Un vent de révolution commencerait-il à souffler ? L’irruption d’un mouvement comme celui des Enfants de Don Quichotte sur la scène médiatique et politique, tout en refusant que ce soit ces derniers qui mènent la danse, change le ton d’une campagne présidentielle où seuls les deux favoris donnaient le rythme. Nouveauté, les responsables du mouvement, de simples citoyens, annoncent qu’ils ne s’érigent pas en héros des pauvres et qu’ils vaqueront bientôt à leurs occupations habituelles ; ils ne réclament rien de nouveau, ils attendent seulement que la loi soit respectée, comme celle imposant les logements sociaux...

Autre indice, l’inscription massive de nouveaux votants sur les listes électorales. Cela ne concernant pas que des jeunes comme le montrent un peu facilement les médias, car leur inscription est automatique dès leur 18 ans. On voit venir s’inscrire de jeunes adultes, mais également des plus "vieux" qui n’avaient jamais jugé utile de s’inscrire jusque-là. Je doute que cela ne s’explique que par les suites des émeutes de novembre 2005 car même le milieu rural connaît une hausse des inscriptions.

La proposition de contrôle citoyen par la candidate Ségolène Royal est-elle arrivée par hasard ? Non, les évolutions sociales n’arrivent jamais de manière décousues, elles ne sont que le fruit de lignes de fracture que nous n’apercevons pas toujours du premier coup d’oeil. Consciemment ou non, la proposition de Ségolène Royal se place dans un contexte de changement.

Difficile de dater quand commence un changement social. L’émergence des blogs fait partie du socle de ce changement, cela est évident. La participation citoyenne devenait accessible à tous et permettait de se retrouver à plusieurs là où l’on se pensait seul. Le Bondy blog initié par des journalistes suisses, mais citoyens (joke), repris maintenant par des jeunes de la ville ; mon puteaux.com, blog d’un citoyen qui se pose des questions sur la gestion de sa ville... Les candidats et le monde économique ont compris l’importance du phénomène, mais n’ont peut-être pas compris ce qu’il y avait réellement derrière. Preuve en est que les faux blogs (les frogs, des sites à usage de communication institutionnelle) sont vite éventés. Les médias n’y comprennent également que peu de choses, continuant à sacrer Loïc Lemeur comme pape des bloggeurs, alors que son site fait partie des frogs, dans une tentative ultime de croire qu’ils comprennent ce qui se passe, eux qui perdent des lecteurs de tous côtés et perdent la révolution numérique.

Cela a-t-il commencé en avril 2002 ? Peut-être, mais la maturation fut longue alors. La campagne présidentielle, et son lendemain, vont encore nous réserver de nouvelles surprises, et sûrement de nombreux abus et tentatives de récupération. Mais il paraît indéniable de voir, non pas une révolution, mais en tous cas un revival citoyen dans ces petits indices quand on les additionne. Ce qui en découlera peut changer notre société. Des propositions de loi arrivent qui, dans un camp comme dans l’autre, surprennent par leur audace et la remise en question qu’elles supposent. Une bataille idéologique est en train de se préparer, avec, d’un côté des idées de gauche très marquées, et de l’autre une tentative du socle ultralibéral de subsister (alors que ce dernier est déjà quelque peu entamé par notre constat environnemental). Mais il ne s’agit pas forcément d’un simple débat gauche/droite, les avis internes de chaque camp étant plutôt partagés.... A suivre...


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Bill Bill 15 janvier 2007 10:25

    « Une bataille idéologique est en train de se préparer, avec d’un côté des idées de gauche très marquées, et de l’autre une tentative du socle ultra-libéral de subsister (alors que ce dernier est déjà quelque peu entamé par notre constat environnemental). Mais il ne s’agit pas forcément d’un simple débat gauche/droite, les avis internes de chaque camp étant plutôt partagés.... A suivre... »

    Curieux... ! Je ne vois pas dans notre pays de socle ultra-libéral !?! et pourquoi la gauche d’un coté et le reste de l’autre ?

    D’autre part nous ne savons pas pour qui vont voter les nouveaux...

    Bill


    • T.B. T.B. 15 janvier 2007 13:16

      Bill, moi au contraire je suis assez d’accord avec cette citation, que tu reprends, de l’auteur. C’est le mot gauche qui me géne pas le mot socle ultra-libéral très enraciné dans notre pseudo-démocratie.

      Pour moi un parti de gauche (même si je trouve le combat droite / gauche aberrant car il ne fait le jeu que des « élus ») est un parti qui s’attaquera au lobby nucléaire, aux corporations syndicales qui vont avec et aux « régimes spéciaux » de tous les agents EDF, SNCF, RATP, journalistes, syndicats du Livre et de l’Edition et bien sûr les parlementaires qui en bénéficient. Régime de « gauche » à deux vitesses, deux poids deux mesures, non merci.


    • Bill Bill 15 janvier 2007 13:29

      Je suis surpris TB de ton intervention ! Ne crois tu pas que la gauche distribue beaucoup d’argent à ceux-là ? Penses tu que la gauche remettrai en place la sncf et se mettrait les syndicats à dos ?

      Tu te fais beaucoup d’illusions !

      Les socialistes sont en train de se couler avec leur conservatisme ! Ils ne changeront pas ce qu’ils ont construit ! Je suis étonné que tu penses cela !

      Qu’est ce qui te le fait dire ?

      Bill


    • T.B. T.B. 15 janvier 2007 13:46

      Tu ne me comprends Bill. Pour moi, gauche droite ne signifie pas grand chose. J’ai tenté de l’illustrer en montrant que certains « gens de gauche » ou qui se prétendent tels sont, en réalité et plus que les autres, ce que nous sommes tous : à droite. Même ceux qui se dévouent pour une cause le font pour quelque chose de très personnel (en relation avec les premières années de la vie, l’affect etc ) ...


    • T.B. T.B. 15 janvier 2007 13:59

      Si tu ne comprends toujours pas ce que je veux dire Bill, tu peux toujours te reporter à la réponse, plus développée, que je donne à l’un de tes commentaires :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17564


    • Nathanael (---.---.252.222) 15 janvier 2007 11:23

      en même temps, il reste toute une classe agée nombreuse plutôt soucieuse de sa fin de vie, et ils n’iront pas révoutionner le paysage politique français en 2007... Pourtant la France a besoin d’énormes changements, mais qui voudra en prendre le risque ?


      • T.B. T.B. 15 janvier 2007 12:00

        L‘auteur écrit : « les responsables du mouvement, de simples citoyens, annoncent (...) qu’ils vaqueront bientôt à leurs occupations habituelles ; ils ne réclament rien de nouveau, ils attendent seulement que la loi soit respectée, comme celle imposant les logements sociaux... »

        Affirmation que je récuse fortement pour différentes raisons et pour celle-ci :

        J’ai écouté hier dimanche sur France5 Arrêt sur images animée et présentée par Daniel Schneidermann qui critique, de moins en moins, la manière dont la télévision présente l’information et influence le spectateur.

        Jean-Baptiste Legrand, co-fondateur des « Enfants de Don Quichotte » y indiquait que les tentes avaient d’abord été dressées Place de la Concorde. 10 CRS pour 1 tente plus loin et autres péripéties non relayées par les medias ils ont eu l’idée de s’implanter autour des berges, les 2 « noyés » de la semaine avant, les ayant fait réfléchir + l’aide d’un comédien connu et les medias se déplacèrent enfin ... Mais les mêmes medias ont oublié de s’appesantir, comme ils le font en revanche pour SEGOZY SARKOLENE, sur les mêmes tentes dressées à Lille, Orléans, Tours, Lyon, Poitiers, Dax, Aix en Provence, Nice, Toulouse, Sète, Marseille ...

        Etait également invité à s’exprimer, et il ne s’en est pas privé heureusement, Manuel Domergue co-fondateur du Collectif JEUDI NOIR. Collectif qui avait réussi à s’imposer aux médias avec leurs slogans « stagiaire 1 jour, stagiaire toujours ? » il y a 1 an et avait contribué à lancer le mouvement, au départ autonome et pas encore récupéré par les syndicats, anti-cpe et beaucoup plus ... Aujourd’hui le Collectif s’attaque à la bulle immobilière et l’insuportable coûts des loyers par de superbes actions que je vous invite à visualiser sur :

        http://zerotv.online.fr/

        Bref, Scheidermann ou pas .... La fronde des jeunes et moins jeunes citoyens autonomes, légitimement en colère, continuent à prendre de l’ampleur ... et c’est tant mieux !


        • Marsiho Marsiho 15 janvier 2007 13:54

          depuis que j’ai écrit ce petit texte (il y a 11 jours qu’il était en attente de validation, ce qui arrive de plus en plus souvent...), de nombreuses infos sont venus expliciter le mouvement des donquichotte. Cela dit, je maintiens ce que j’ai écris, car vouloir que la Loi soit respectée n’est pas antinomique avec une organisation et un plan média... D’ailleurs la première manif, celle à laquelle vous faites allusion et qui a été balayée par les CRS avaient été médiatisée intelligement via le net.

          Quant au socle ultra libéral que ne vois pas un commentateur... Pour moi il s’agit tout simplement de Sarkozy, ce petit César. Ce Zidane du Medef comme l’avait lui-même surnommé le baron.


        • T.B. T.B. 15 janvier 2007 14:06

          Bonne réponse Marsiho

          Socle libéral appuyé de droite à gauche par les lobbies (ou groupes de pression, en français) qui vont avec.

          « (il y a 11 jours qu’il était en attente de validation, ce qui arrive de plus en plus souvent...) ». Ca aussi c’est de l’info interne. Je ne pense qu’AV soit indépendant et neutre. Difficile de l’être, de toutes façons ...


        • (---.---.21.162) 15 janvier 2007 18:38

          Première intervention festive de « jeudi noir » sur le marché du logement !

          http://www.jeudi-noir.org/spip.php?article27


        • (---.---.162.15) 15 janvier 2007 14:04

          Je ne suis pas sûr qu’un vent de révolution commence à souffler, mais ça bouge. Et actuellement, un phénomène venu de la base est en train de changer pas mal de choses dans le paysage fractionné de ce que l’on appelle la gauche anti-libérale.

          Le « Non » de gauche à la Constitution européenne avait provoqué un élan unitaire allant de la LCR à certains verts et socialistes et même au delà (Taubira). Une « alternative unitaire » s’était mise en place. La désignation d’un candidat à la présidentielle a fait voler en éclat cette fragile unité. L’appareil le plus soudé a fait bande à part avec Besancenot, l’appareil le plus fort a imposé sa candidate Marie-George Buffet et les sans appareil se sont retrouvés éclatés.

          C’est alors, il y a une semaine, qu’un groupe de militants des Bouches du Rhone a déclenché, avec l’accord de l’intéressé, un appel à se réunir autour de la candidature de José Bové. Ils ont lancé une pétition en espérant 10.000 signature en 15 jours. (cf site http://www.unisavecbove.org) (à titre de comparaison, l’appel principal de l’Alternative Unitaire avait recueilli 8.000 signatures en 8 mois).

          A raison de 1.500 à 2.000 signatures par jour, alors que le site est parfois bloqué sous l’affluence, les 10.000 signatures sont obtenues en 6 jours, et ça continue on en est bientôt à 15.000...

          Pourtant les soutiens sont encore rares. Parmi les personnes connues, seuls Etienne Chouard, Jean Ferrat et Michel Onfray sont dans les premiers signataires. Raoul-Marc Jennar les a rejoint, Clementine Autain et Yves Salesse hésitent et approuvent tout de même un peu...

          Quant aux médias, alors que ce phénomène dure depuis presque une semaine, ils se taisent pour la plupart. Quelques entrefilets sur la page principale des sites de Libération, du Monde et de Yahoo News, c’est à peu près tout... Même Agoravox, le méda citoyen ne réagit qu’avec le présent message... Et les signatures continuent à affluer...

          C’est la dernière illustration du « retour des citoyens dans le débat politique et social ». Là où les appareils politiques coincent, une volonté populaire peut utiliser l’outil Internet pour véritablement s’exprimer et renverser les clivages.

          Ca ne veut pas dire que pour Bové ça marchera, il y aura bien d’autres obstacles à franchir, mais cette pétition lui ouvre une précieuse légitimité.

          Am.


          • Cyrano (---.---.24.204) 15 janvier 2007 14:39

            Cette prise de conscience citoyenne ne date pas d’aujourd’hui mais les technologies actuelles comme les blogs ou Agoravox permettent de diffuser de l’information, de communiquer et d’échanger plus facilement, plus largement. Et de trouver un écho global à ce qu’on exprimait à son collègue ou à son voisin il y a peu de temps. Et le ras le bol des hommes politiques « éternels » et des comportements décevants voir douteux génère d’avantage de mouvements collectifs citoyens. Exemple avec cette initiative de rédaction d’une charte de l’élu : On ne peut attendre ad vitam une loi sur le cumul des mandats ou sur les bonnes pratiques politiques. Les citoyens prennent les choses en main pour faire pression. Ces actions risquent de se multiplier tant que la politique reste éloignée de l’intéret général.


            • rodofr (---.---.234.236) 15 janvier 2007 15:01

              J’aime bien votre article mais je trouve qu’il manque de bon sens sur la réalité de la nature humaine. Redonner du sens aux mots. Qu’est-ce qu’être citoyen au XXIème siècle ? Peu de personne peuvent me répondre autour de moi. Et pour ceux, qui s’essaient à la dialectique, on retrouve toujours les mêmes, sur les blogs et dans les associations. Je vois pas de gros changement. Si les gens sentent que la ligne rouge a été passé par les politiques, aux élections ,ils vont jouer l’alternance et continuer leur quotidien. La plupart des gens ont une vague idée de ce qu’est être citoyen dans une démocratie. Pas de quoi espérer des bouleversements importants. Je vois plus une citoyenneté à la carte. Néanmoins, l’idée que chacun peut beaucoup y perdre, de laissé les rouages du pouvoir aux mains d’une petite partie, plus préoccupé pour sa survie politique, commence à faire son chemin. Je vois plus une tentative de réorganiser les pouvoirs de décisions pour profiter au plus grand monde, et une fois cela fait, revenir à son quotidien. Mais comme il n’y pas de recettes miracles, n’est pas Athénien qui veut, que le consensus ne joue plus dans un monde individualiste ou l’idéal se résume au bien être alors que rien ne peut se faire sans sacrifice, la partie d’échec que se joue les français entre eux s’annonce des plus délicates. Conclusion. Le système restera ce qu’il est avec en horizon, d’importantes corrections « Citoyennes », qui trouvera sa pleine mesure ,je pense, pour les générations futurs car on est encore trop sous le coup de carriéristes de la politique, qui vont pas lâcher le morceau comme ça. L’animal politique a encore de beau reste ! Et l’assemblée citoyenne n’est pas pour demain. Mais rien n’est sûr. La France est pleine de surprise !


              • Marsiho Marsiho 15 janvier 2007 15:19

                A défaut de vent, il souffle tout de même une petite brise... En tous cas, c’est la première fois que je resens autre chose que du désintérêt pour les scrutins à venir. Ce qui me pose question, c’est de comprendre comment, alors que la pression citoyenne n’a jamais bouleversé les politiques jusqu’ici, comment donc, certains en viennent à s’aventurer sur un terrain d’idées qui n’est pas le leur habituellement : développement durable pour tous ; citations de gauche pour Sarkozy hier pendant son sacre ; tentative de concilier les classes superieures pour la gauche... Au risque de froisser le premier secrétaire du parti... Je n’aimerais pas être dir.com au PS ni à l’UMP en ce moement...


                • cambacérès cambacérès 27 janvier 2007 06:51

                  ATTENTION RISQUE MAJEUR !

                  et si on avait ouvert un vaste droit d’expression « avant » pour mieux museler l’opinion « après » à l’heure des réformes inéluctables et impopulaires ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès