Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le soufflé retombe

Le soufflé retombe

Le soufflé est un plat délicat, qui demande beaucoup de précautions, et qui, s’il est consommé trop tardivement, s’affaisse misérablement.

Un trompe l’œil en quelque sorte.

Faisons un parallèle avec l’aventure de notre président puisque après sa victoire tonitruante fêtée à grand frais au "Fouquet’s", avec « quelques amis », les sondages le mettent de plus en plus bas.
 
On peut sans crainte de se tromper beaucoup annoncer que la page de « l’état de grâce » est définitivement tournée.

Les causes de cette baisse d’opinion favorable sont multiples :
les paillettes et les bling-bling présidentiels, qui ont suivi l’élection, les fêtes luxueuses, ou se côtoient tous les amis du Président : grands patrons de la presse parlée, écrite ou télévisuelle, grands chefs de l’industrie, avec servie en prime cette arrogance d’une pensée de droite qui s’affirme sans complexe.

Les français aiment bien sentir que les hommes au pouvoir sont des puissants, mais ils veulent aussi les sentir proches de leur préoccupations, et voudraient bien qu’on s’occupe un peu de leur pouvoir d’achat en baisse.

D’autre part, commence une lassitude de voir le premier homme de l’Etat omniprésent chaque jour, dans chaque journal, dans chaque télévision, et chaque radio. Une lassitude de le voir partout, s’agiter, contrôler, minorisant allègrement la tâche de son premier ministre, qu’il considère comme un « collaborateur ».
La collaboration est un mot qui ne passe plus très bien en France depuis la dernière guerre.
François Fillon s’offusque de ce rôle dans l’ombre, et attend que son heure vienne.

Et comme Sarkozy dit qu’il fera ce qu’il avait promis, les expulsions du territoire des sans papiers s’intensifient, ce qui commence à ne plus être très populaire, surtout quand les passagers d’un avion s’offusquent avec raison de la brutalité des forces de l’ordre, et se retrouvent à la barre d’un tribunal pour offense à la république.

Le couple franco-allemand bat de l’aile. Madame Merckel supporte difficilement les embrassades intempestives en place publique de la part de Nicolas Sarkozy.

Les suppressions de postes dans l’administration ont frappé de plein fouet l’éducation nationale, l’hôpital, les prisons, ou faute de personnel, les ratages et les suicides se multiplient.

Le gouvernement entend mettre à l’unisson l’âge de la retraite pour tous, sans tenir compte de la pénibilité d’un travail et parle à nouveau d’une taxe sociale laquelle portera un autre nom.

Le Grenelle de l’environnement a définitivement pris l’allure d’un pétard mouillé, et le nucléaire en sort tout ragaillardi, puisque Sarkozy à l’EPR qui le démange.

Nous sommes aujourd’hui à deux mois de l’anniversaire électoral et la crise mondiale qui perdure ne va rien arranger.

Cerise sur le gâteau, on s’agite dans les îles, et après la Guadeloupe, ou pour une fois Sarkozy a été invisible, c’est à Madagascar que la révolte gronde.
Ce n’est pas vraiment une colère contre « la mère patrie », mais plutôt contre les Békés, ces anciens colons qui détiennent d’une main de fer toute l’économie du pays, et qui, se trouvant sans concurrence, pratiquent des prix au delà de ce qu’il est convenu d’appeler raisonnable.

Pour assombrir le tableau, les quelques socialistes que Sarkozy a réussi à attirer dans son giron font boulette sur boulette.
Besson se révèle encore plus à droite qu’on aurait pu l’imaginer, et le « bon docteur » Kouchner se voit obligé de traîner quelques casseroles, suivi par un Lang qu’on attendait ailleurs que dans un rôle de « facteur ».

Après avoir entendu de la bouche présidentielle que « les manifestations n’étaient plus remarquées », plus de 2 millions de français sont sortis dans la rue en grand nombre en février, pour le faire mentir, et seront vraisemblablement encore plus nombreux le 19 mars.
En attendant, ils s’entraînent au jet de chaussure.

D’autant que les quelques miettes offertes aux classes moyennes n’ont satisfait personne, et surtout pas les plus pauvres.
Ils se sentent les grands oubliés de la République.

Avec le temps qui passe, le carrosse est en train de tourner en citrouille.

Car comme disait un vieil ami africain :
« le bois peut rester longtemps dans la lagune, il ne sera jamais caïman ». 

Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Gasty Gasty 3 mars 2009 16:40

    Pour info, il ne s’agit pas d’une recette de soufflé aux pommes.


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mars 2009 17:24

      Gasty,
      d’autant que je ne suis pas certain qu’il existe ?
      à moins que tu aies la recette ?


    • morice morice 3 mars 2009 18:07

      non, les pommes, ce sont les français...


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mars 2009 18:38

      morice,
      les français, des pommes ?
      je dirais plutot, jusqu’à présent des poires...

      sauf qu’a force de les presser comme des citrons,
      il n’ont plus la banane,
      et ils en ont marre de bosser pour des prunes,
      payés a coup de cacahuettes,
      ce qui ne manque pas de piment,

      on en revient au carrosse, qui retourne à l’état primaire,
      juste une grosse citrouille.


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 mars 2009 17:37

      archibald Haddock

      çà doit être ce qu’on appele la nouvelle cuisine,
      qu’est-ce qui vont pas inventer !
      tout çà pour mériter une éventuelle étoile...


    • gruni gruni 3 mars 2009 21:22

      Un peu caricaturale cet article,il y a sûrement un juste milieu à trouver.Notre président a sans aucun doute un problème comportemental,mais si un autre,ou une autre était à sa place il n’aurai probablement pas fait mieux.


      • olivier cabanel olivier cabanel 3 mars 2009 22:46

        gruni,

        caricatural,
        peut etre, mais je n’en suis pas si sur,
        de toutes façons, il faut de temps en temps grossir le trait pour faire vivre le débat,

        l’argument que vous avancez ne me parait pas très valable,
        une autre, ou une autre aurait-il fait mieux ?
        comment juger une personne à qui l’on a pas donné la possibilité d’exercer le pouvoir ?
        ç’est un peu facile,

        pour enfoncer le clou, je dirais qu’il est difficile de faire pire que ce qu’a fait, jusqu’à aujourd’hui sarkozy.

        s’agiter n’est pas gouverner,
        gouverner c’est prévoir, et çà manifestement, il n’a pas su le faire.
        gouverner c’est aussi déléguer,
        et là aussi, il y a problème.

        non franchement, je n’ai pas vu grand chose de positif dans la gouvernance de sarkozy.
        mais je suis pret a lire et discuter votre commentaire à venir.


      • JONAS JONAS 3 mars 2009 22:19

        Bonsoir Olivier :

        Je te dirai que souffler n’est pas joué… ! Et comme le croupier, tu as raison, rien ne va plus et il n’est plus temps de miser !  smiley

        Nous n’avons plus de Président depuis le traité de Lisbonne, nous avons un GOUVERNEUR parmi 26 autres.

        Il n’a pratiquement plus aucun pouvoir et comme un hamster en cage, il fait tourner la roue, mais, pas celle de la Fortune…. !

        Les Français ont fait un choix avec l’aide de " Mite Rangs ", à moins de 2 %, ils se sont privés d’une monnaie nationale et des 2/3 des Droits inscrits dans leur Constitution.

        Ils ont cru les sirènes marchandes de l’abondance, pensant que les autres feraient pour eux, ce qu’ils devaient faire eux-mêmes.

        Ils sont aujourd’hui avec l’Allemagne et en partie l’Angleterre, les cocus de l’Europe.  smiley

        Le nombre ne signifie rien et on n’a jamais fait une grande richesse en partageant la pauvreté.

        Environ 200 millions de " riches " Allemagne, Angleterre, France, ne pouvaient faire 460 millions de " riches ".

        Les pays de l’Est de l’Union, sont devenus nos concurrents et si l’on ajoute cette crise factice, il va bien falloir réduire notre train de vie.

        Cette crise pourrait se définir : Comment arrêter la croissance continue et rentrer dans le cadre des accords de Grenelle, sans le dire et le faire de manière autoritaire.

        C’est mon point de vue et il n’engage que moi !

        Il n’existe aucunes solutions miracles, de Gauche ou de Droite, en supposant que ces deux côtés aient encore une signification.

        Attachez vos ceintures, la nature va nous occasionner des turbulences…. !  smiley

        Amicalement à toi  ;/- , et bonne soirée aux lecteurs.  smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 3 mars 2009 22:49

          Jonas,

          je profite de ton commentaire sur cet article pour te remercier,
          j’ai écris aujourd’hui un article grace aux documents que tu m’avais parvenir sur les centrales nucléaires et les différents problèmes liés à leur sécurité,
          l’article s’appele "centrales en danger"
          j’espère que les rédacteurs d’agora vont l’accepter,
          il risque de faire beaucoup de remous,
          grace à toi,
          cordialement


        • gruni gruni 4 mars 2009 07:49

          Je suis d’accord avec Jonas..."il n’existe aucune solutions miracles, de gauche de droite" voilà ce que j’ai voulu dire dans mon commentaire,Olivier ;je suis sûr que tu l’avais bien compris.
          Salut.


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2009 08:38

            Gruni,
            c’est bien ce que j’ai compris,
            je n’ai pas voulu dans cet article opposer la gauche et la droite,
            seulement décrire l’état de santé du gouvernement actuel

            il m’apparait incongru de prétendre que la gauche n’aurait pas fait mieux, en tout cas celle représentée par l’ex candidate socialiste, puisqu’elle n’a pas eu l’occasion de le démontrer.

            non pas que je refuse le débat, mais je crois qu’il faudrait une autre politique :
            basée sur le principe de la décroissance,
            sur celui effectif d’une solidarité citoyenne,
            sur la défense du service public sans l’obliger à une automatique rentabilité,
            sur un vrai développement des énergies renouvelables, plutot que de proposer des "rustines environnementales", plutot que de continuer un nucléaire dangereux et sans avenir.
            sur une diminution drastique des salaires et avantages des élus, a quel niveaux soient ils,
            je laisse au lecteur le soin de prolonger la liste,

            voila une politique que j’appele de mes voeux...


          • dom y loulou dom 6 mars 2009 21:25

            au parlement européen entretemps...


            http://www.youtube.com/watch?v=XdB_lQMJnIA&feature=related  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès