Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le vote utile ? D’accord, mais utile à qui ?

Le vote utile ? D’accord, mais utile à qui ?

A quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle les intentions de vote se précisent. Mais depuis maintenant dix ans le spectre du 21 avril 2002 persiste et encourage le "vote utile". Une sécurité pour la démocratie ou bien au contraire un préjudice pour les idées ?

L’idée du vote utile est apparue le lendemain du premier tour de l’élection présidentielle de 2002 et s’est popularisée en quelques heures seulement sur tout le territoire. On parlait alors de la démocratie en danger, du risque ultime, du danger à éviter coûte que coûte. On a vu des unions apparaître, aussi improbables qu’éphémères. On a vu les rues inondées de monde pour des marches populaires. On a vu beaucoup d’effroi chez des électeurs de tous bords, une grande désillusion chez la jeunesse, un sentiment d’insécurité arriver comme un tsunami. Le vote utile était alors un synonyme de dernière chance, d’ultime espoir. Il était synonyme de « votez Chirac, quelques soient vos idées politiques, votez Chirac pour éviter le pire. ».

Qu’est-ce qui est utile dans le vote utile ?

   Le vote utile est tout d’abord un vote d’évitement. On vote Chirac pour faire barrage à Le Pen. On vote Royal ou Hollande pour faire barrage à Sarkozy. Le vote utile n’est donc pas un vote de soutien mais de protestation et dans une proportion massive. Il s’agit d’un phénomène de résistance à un danger imminent, comme c’était le cas en 2002. Et comme la France est un pays solidaire dans l’adversité, le vote utile a eu un écho très particulier lors de l’élection de Jacques Chirac avec plus de 80% des voix ; un score africain ! Le vote utile est un vote bouclier, qui permet de protéger la nation contre un danger politique.

   Cependant depuis 2002 l’idée du vote utile est toujours présente. L’apparition des deux visages du second tour reste un spectre dans notre inconscient collectif. Nous avons peur, nous, électorat de tous bords sauf de l’extrême droite. Nous avons encore peur aujourd’hui, dix ans après. Et comme nous avons peur, nous votons utile. Voilà donc trois élections présidentielles, 2002, 2007 et 2012 où nous évoquons couramment la possibilité de voter utile, sans compter les élections intermédiaires, tout cela dans le but de faire barrage aux candidats d’extrême droite. Dix ans que nous sacrifions nos idées pour certains, renonçant à un vote d’adhésion au profit d’un vote par dépit. Voilà ce qu’est devenue la démocratie en France.

A qui profite le vote utile ?

   Ce qui est sûr c’est que le vote utile ne profite pas à l’extrême droite. Néanmoins ce parti n’est pas le plus exposé. Son électorat semble se galvaniser avec le temps et il se maintient depuis 2002 à un niveau plutôt élevé. Le vote utile lui aura été préjudiciable en 2007, mais qu’en sera t’il en 2012 ? En revanche le vote utile porte un lourd préjudice en 2007 sur la gauche antilibérale portée par Olivier Besancenot, Marie-George Buffet, Jové Bové et en d’autres mesures par Arlette Laguiller. La gauche est désunie et face à ce constat le vote utile prend toute son ampleur. Les antilibéraux sont contraints de voter massivement pour la candidate socialiste pour faire barrage à la droite. Les deux grands gagnants du vote utile sont bien évidemment les deux candidats placés par les sondages en tête des intentions de votes : Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Mais cette polarisation obligée éveille alors une opposition. A ceux qui refusent l’abandon des idées au profit d’un vote de résistance, une nouvelle opportunité s’ouvre ; un candidat qui s’affirme ni de gauche, ni de droite, et opposé en même temps à cette polarisation. Le candidat centriste, qui installera d’ailleurs sa campagne dans ce créneau, sera le plus grand bénéficiaire de l’opposition au vote utile, ce qui lui offrira la troisième place au premier tour.

   En 2012 la donne semble peu ou proue la même. Nous retrouvons cette polarisation utile, le candidat centriste qui fédèrent ceux qui la refusent et l’extrême droite qui tient ses positions.

Une alternative pour 2012 ?

   Pour cette nouvelle élection il faudra compter sur l’émergence du candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui progresse régulièrement dans les sondages. L’impopularité du président sortant et l’avance considérable du candidat socialiste sont sans doute les deux facteurs qui ont permis à gauche de faire oublier le spectre de 2002 et qui ont permis aux sympathisants de choisir de soutenir un candidat pour des idées fortes, autre que le socialiste. Ayant quasiment doublé son score dans les intentions de votes depuis le début de l’année, Jean-Luc Mélenchon s’impose désormais comme une alternative idéologique à l’électorat de gauche contrarié ou déçu par la candidature socialiste. Et si cette dernière bénéficie encore grandement du vote utile, elle est désormais mise en danger. Il ne fait toutefois pas de doute que l’électorat Mélenchon se reportera massivement sur le candidat Hollande au second tour s’il venait à y être. Mais il serait intéressant de voir parmi l’électorat de gauche lequel aurait la majorité au second tour s’il avait lieu entre Hollande et Mélenchon. Le danger de l’extrême droite écarté, le vote utile n’aurait plus de sens et les électeurs auraient alors de nouveaux critères de sélection.

Le vote utile qui achève la démocratie.

   Le vote utile, qui se veut être un réveil national pour la défense de la démocratie est devenu aujourd’hui le pire ennemi de celle-ci. Forçant une polarisation il porte atteinte aux idées. En ce sens il s’oppose littéralement au vote d’adhésion. Il est question de voter par dépit et non par conviction. Notre démocratie en devient une démocratie au rabais. Les principaux candidats se savent en sécurité quand les plus petits s’époumonent à défendre des idées et des programmes. Les sondages contribuent grandement à la défense du vote utile. Il suffit que la courbe d’intention de vote de l’extrême droite monte pour que celles de Sarkozy et Hollande remontent. Si la courbe de l’extrême droite baisse alors on voit s’agiter les courbes les plus basses. Le même phénomène a lieu, dans d’autre mesure, avec le vote utile qui veut l’éviction du candidat Hollande ou du candidat Sarkozy.

   A force de combattre l’extrême droite, on en vient à aplatir le débat politique. Jamais avant 2002 et surtout avant 2007, les thématiques de l’extrême droite n’avaient eu autant de place dans le débat. Aujourd’hui elles occupent presque tout le champ de vision des électeurs. Tant que le débat sera maintenu à ce niveau, le vote utile demeurera, et les électeurs iront aux urnes non pour défendre des idées et soutenir un candidat mais plutôt pour soutenir l’un des deux candidats qui saura le mieux faire barrage à l’extrême droite. Le vote qui voulait donc protéger la démocratie montre ses effets pervers et devient aujourd’hui le principal frein de la démocratie.


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 21 mars 2012 08:31

    Bonjour, Paul.

    Il n’y a pas un vote utile, mais plusieurs.

    Est un vote utile celui qui amène tout naturelleemnt l’électeur à mettre dans l’urne le bulletin correspondant à ses idées.

    Est un vote utile celui qui incite l’électeur à choisir, non le candidat le plus proche de ses idées, mais celui qui a les meilleures chances de l’emporter dans la famille politique en favorisant une dynamique en sa faveur.

    Est un vote utile celui qui, non par adhésion, mais par rejet, pousse l’électeur à choisir le candidat qui possède les plus grands chances d’empêcher l’accession à l’Elysée (ou un 2e mandat) d’un candidat de camp opposé.

    Vote utile idéologique d’un côté, vote utile pragamatique de l’autre. Tous ont leur logique ! Tous ont leur légitimité !


    • SALOMON2345 21 mars 2012 12:22

      À Fergus

      Vous résumez exactement les différentes raisons qui légitiment un vote dit « UTILE » !
      Un bon esprit disait : « Je ne suis pas sûr de mes goûts mais suis certain de mes dégoûts ».
      Pour chacun, il faut ainsi hiérarchiser sinon le bien obtenu par son choix, que le mal évité, des maux douloureux insupportables pour cinq années supplémentaires
      Bien que Jean Luc Mélenchon soit plus « sexy » (en parlant gauche, radical, libre et lucide sur beaucoup de points), et bien que le coeur inviterai à voter pour lui, la raison affirme que JAMAIS (hélas) il ne pourra sur sa seule personne obtenir 50,01% !!!
      Croire le contraire, c’est méconnaître la carte électorale et revient à entrer en « religion », emporté par un talent incantatoire qui élève certes, qui « venge », qui exalte légitimement mais après ? Où sont les troupes ? Où seront les voix - dites « modérées » - qui voudraient le rejoindre après avoir au premier tour, flirté avec le centre gauche ? Ou irait ce complément, arithmétiquement obligatoire, pour basculer vers une nouvelle majorité ?
      Prétendre l’inverse de ce qui ressemble à un postulat est soit « religieux » soit....je laisse l’adjectif libre !
      Le PS (vilipendé parfois avec raison) est mathématiquement (s’il est dans les deux premiers) le seul parti à gauche capable d’obtenir ces 50,01%...et plus  ! Tout le reste n’est que rêve mais afin que toute cette partie espérée d’un grand soir inaccessible ne se perde totalement...les législatives suivent... !
      Nous sommes républicains, les citoyens votent mais si leur bulletin ne nous convient pas il nous faut alors proposer mieux (ou différent), mais on ne peut pas, comme ça, insulter - même si on ne les aime pas - ceux qui font un choix différent du nôtre car on connaît la suite...
      Souvent, dans des bistrots, on a parfois pu entendre entre deux apéros : « Sois tolérant sinon j’te fous sur la gueule, nom de Dieu... !!! » et voilà le résultat...


    • Fergus Fergus 21 mars 2012 22:50

      Question à l’auteur : pourquoi tant de commentaires sont repliés alors qu’ils respectent parfaitement la charte d’AgoraVox ?

      Etes-vous responsable de cette censure ?


    • Fergus Fergus 21 mars 2012 23:02

      Euh... manifestement, vous n’êtes pas responsable, l’un de vos commentaires ayant été également replié.

      Qui s’amuse ainsi à polluer le débat ?

      Merci à AgoraVox de rétablir ces commentaires.


    • Paul Barthe 21 mars 2012 23:11

      Toutes mes excuses... Je suis le « responsable ». Nouvel utilisateur d’Agoravox je pensais que « replier » un message me permettait de réduire seulement les fenêtres. pour y voir plus clair et voir les nouveaux messages j’en ai replié certains, ceux que j’avais lu, sans savoir que ce « repliage » était en réalité une censure et cachait les messages à tout le monde. Du coup j’ai tout redéplié... Encore désolé


    • Fergus Fergus 22 mars 2012 08:18

      Bonjour, Paul.

      Pas de problème en ce qui me concerne.


    • devphil30 devphil30 21 mars 2012 09:29

      Il n’y a pas de vote utile , il y a un vote du moins pire , de celui que l’on perçoit humainement , politiquement avec le plus d’espoir de changement et d’évolution positive qu’il peux apporter à la France.


      Certain ont pu croire aux sirènes de sarko en 2007 , il nous ressort la même recette sans pouvoir s’appuyer sur un bilan.
      La crise de 2008 lui permet de dire qu’il est le sauveur , il n’est sauveur en rien sauf de son poste et de ses futurs démélés avec la justice.
      Remettons le à la place d’un citoyen ordinaire ce qu’il lui laissera le temps de s’expliquer avec la justice.

      Pour revenir au vote utile , utile à qui ? on vote pour celui que l’on pense être le meilleur pour le pays et aussi pour ses propres intérêts....la majorité pensante en France est à droite , la période ouvrière est terminé d’ou le déclin du PC et de l’extrême gauche.

      La bonne campagne de Melenchon redonne espoir à beaucoup de personne qui sans être dans la catégorie des ouvriers se retrouvent aujourd’hui précarisé même avec un travail.

      Le vote utile se joue dans les classes moyennes qui feront pencher la balance à droite ou à gauche , le déclin des classes moyennes va probablement les conduire à pencher plus à gauche par intérêt personnel mais aussi bien droite que gauche nous devons nous attendre à un matraquage fiscal on peux juste penser que la gauche répartira mieux l’impôt et socialement redistribuera mieux aux personnes en difficulté.

      C’est aussi là que le vote utile peux avoir une signification

      Philippe 



      • Livadiotti 21 mars 2012 10:10

        Vote vraiment utile = Bayrou


        • Paul Barthe 21 mars 2012 14:09

          Le vote utile, par opposition au vote idéologique, n’est valable que pour deux candidatures. les candidatures actuellement majoritaires dans les sondages et qui ont le plus grand potentiel d’être représentée au second tour. Il s’agit donc pour l’heure des candidatures Hollande et Sarkozy.


          Le vote Bayrou ne fait donc pas actuellement parti de ce concept de vote utile. Il s’agit davantage d’un vote soit d’adhésion soit de rejet des autres candidatures.

          La proportion du vote utile pour les candidats Hollande et Sarkozy sont très difficiles à cerner. Les sondages, encore une fois, nous donne une idée de cette proportion par rapport aux gens qui disent voter tel ou tel candidat pour faire barrage à l’autre.

        • stereo 21 mars 2012 11:02

          Vue la tournure que prend actuellement la politique européenne ( MES, etc,... ), le vote utile pour le peuple serait cette fois-ci de voter contre cette dictature larvée et en devenir, et donc, mieux vaut choisir un candidat qui proposerait plutôt de s’en détacher... 


          • devphil30 devphil30 21 mars 2012 11:25

            Regardez l’actualité d’hier et d’aujourd’hui et ne pensez pas que le MES soit connu de beaucoup de Français , ils en apprendront le fonctionnement lorsque ce traité ignoble sera activé par les banques et les organismes européens.


            Il sera activité quand la Grèce , le Portugal , l’Espagne , l’Italie auront sombré , le MES , c’est le Mourir Ensemble Solidairement pour assurer le plus longtemps possible une rente aux banques.

            Philippe



          • stereo 21 mars 2012 11:41

            Oui Devphil30, si les français savaient, les « deux premiers » des sondages seraient surement loin derrière le peloton de tête !


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 21 mars 2012 12:57

            @l’auteur,

            Le vote utile.... vaste sujet, à caution....Et pourtant quelque part cela a du sens à un moment d’être pragmatique, à savoir voter non pas pour le candidat idéal, mais celui qui s’en rapproche et qui surtout est politiquement armé pour réussir.
            La politique c’est difficile, n’oublions pas, pour la gauche, que la dispersion de voix, au 1er tour a permis, dans un passé récent ,au Front national d’être présent au second tour en éliminant Lionel Jospin.
            Condamnant ainsi les français à un choix biaisé entre Le Pen et Chirac. il faut s’en souvenir.
            http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


            • Salade75 21 mars 2012 13:25

              Bon article.
              En démocratie (pouvoir du peuple), le seul vote utile est celui qui permet au futur élu de savoir ce que pense le peuple (le problème restant de différentier le peuple qui pense de celui qui suit...) pour pouvoir ensuite gouverner selon ses aspirations.
              Tous les tripotages dont nous parlent les tenants du « vote utile » n’ont pour seul résultat, même si ils affichent des atours pragmatiques (vote du moins pire, impossibilité d’être élu, ...) que de confisquer le pouvoir pour le laisser en permanence aux mains d’une « oligocratie » formatée et auto proclamée.
              Le pire étant que ces « votes utiles » lui permettent en plus de se dire « légitimes ». Comme ces élus sont « légitimes », ils peuvent alors gouverner au profit de telle ou telle catégorie de la population (les grands industriels, financiers et rentiers pour Sarko, les intellectuels urbains pour le PS, ...) sans jamais avoir à se poser la question du peuple autrement que par la question : comment leur donner quelques hochets pour qu’ils me réélisent .
              Le vote utile est plus que le frein à la démocratie, c’est sa mort.


              • Soi Même 21 mars 2012 15:48

                Merci pour cette réflexion, le vin a été tiré, maintenant nous devons boire jusqu’à la lie ce que nous avons pas voulues voir et entendre.

                Pour moi le choix est fait, je d’aptiens de voté, je ne veux pas prêter ma voie à qui s’emble devenir une mascarade.

                Le premier tour à été fait par les médias et les sondages.

                Le deuxième tours par les grand électeurs qui sont les Maires.

                Le troisième serra le notre avec deux tours.

                Dans ces conditions la règle de base n’a pas été représenté par les deux premier tours de la pluralité de traitement appliquer à tous les candidats.

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Candidats_%C3%A0_l%27%C3%A9lection_pr%C3%A9sidentielle_fran%C3%A7aise_de_2012

                Dans ses conditions il y a eu dénie des règles de base de nos droits fondamentaux, au mon de quois je dois ne sentir obligé de participé à cette mascarade.


                • NOJ71 21 mars 2012 17:18

                  En 2002, le vote utile était celui en faveur de Jospin au premier tour. Après avoir fait connaître leurs idées, les « petits candidats » auraient dû se retirer. Nous aurions évité dix ans de droite plus ou moins calamiteuse.

                  Si le vote d’adhésion aboutit à laisser élire le pire candidat, le vote utile s’impose dès le premier tour.
                  Les intentions de vote pour Melanchon dépassent 10%, et le rassemblement de la Bastille a été une réussite. Il faudra donc prendre en considération les propositions de la gauche de la gauche.
                  Toutefois, le vote de droite est majoritaire dans le pays. Pour être élu, Hollande a besoin d’un important report des voix du Front de gauche et d’un appoint de voix du centre.
                  Raffarin a bien dit que l’espoir pour la réélection du néfaste dépendait de Mélenchon. Plus ce dernier obtiendra de voix, plus il aura une attitude spectaculaire, plus il effraiera les centristes qui donc ne voteront pas pour Hollande.
                  Le vote utile qui s’impose, après réflexion, est celui pour Hollande dès le premier tour. 

                  • Salade75 21 mars 2012 18:34

                    @NOJ71,
                    Votre raisonnement montre bien que le « vote utile » n’a pour objet que de réconcilier la
                    carpe et le lapin, ou plutôt de ne pas les froisser le jour du vote.
                    Voter contre Sarko. Le beau programme !

                    Si les électeurs tendance Bayrou et ceux tendance Poutou votent pour Hollande, il y aura des cocus ... et on peut même assurer que tous le seront (mais ceux de Poutou plus).
                    Les promesses des politiques n’engagent que les électeurs.
                    Hollande, en homme « honnête », n’en fait pas beaucoup (60), et des bien floues (60), et précise même que celles-ci s’autodétruiront si la croissance n’est pas là (ce qui sera le cas !).
                    Le beau programme !
                    Et il faut un « vote utile » pour cela ?


                  • NOJ71 21 mars 2012 20:57

                    Salade 75

                    Voter utile, c’est empêcher l’élection d’un mauvais président (Sarkosy),
                    Même si Hollande ne vous enthousiasme pas, s’il est élu, il arrêtera la destruction des services publics et vous sauvera la vie grâce à l’hôpital public.
                    L’intérêt de la population française passe avant vos pensées sublimes irréalisables.
                    En 2007, Sarkosy était le candidat du MEDEF, qui a dépensé beaucoup d’argent pour le faire élire. Les spécialistes en communication l’ont vendu comme une savonnette.
                    Grâce à la publicité négative à l’égard de Kerry et à une forte abstention, le très minable Bush a été réélu. Sarkosy espère que les Français seront aussi couillons que les Américains et le rééliront donc.

                  • Salade75 22 mars 2012 13:21

                    @NOJ71,
                    Mais tout est là : l’objectif de la démocratie n’est pas d’élire un mauvais président pour se préserver d’un pire !
                    L’objectif est que le représentant du peuple ... représente le peuple.
                    Or Hollande ne sera pas celui-là !
                    La résignation des électeurs, dont le paroxysme est le « vote utile », est ce qui tient tout leur système. c’est ce qui fait que les seuls qui ne craignent pas pour leur emploi en France sont les politiques !
                    Ce vote, au lieu d’envoyer le moindre avertissement à l’élu, lui apporte la légitimité pour abuser du pouvoir qui lui est délégué.
                    Regardez Sarko qui pendant 4 ans a vendu ses réformes (en direct du MEDEF, vous avez tout à fait raison) en se réfugiant derrière le fait qu’il était légitime, avec 53% des votes exprimés en sa faveur, pour faire ce qui était dans son programme, c’est à dire n’importe quoi !
                    Le vote utile, c’est un chèque en blanc donné à un escroc qui vous semble, du peu que vous en savez, moins escroc que les autres.
                    Je suis peut-être radin, mais je ne donne jamais de chèque en blanc à un escroc !


                  • Dominique TONIN Dominique TONIN 21 mars 2012 17:33

                    ELECTEURS ELECTRICES DE FRANÇOIS BAYROU ET JEAN-LUC MÉLENCHON 
                    VOTEZ POUR VOTRE IDOLE AU 1er TOUR C’EST VOTRE CHOIX ET VOTRE DROIT 
                     
                    A ceux qui voteront au 1er tour pour un candidat qui ne serait pas au second,
                     
                    POUR LE 2ème TOUR COMME VOUS REJETEZ DEPUIS DES MOIS ET DES MOIS AVEC FORCE ET RAISON LE DUO SARKOLANDE 
                     
                    VOTEZ BLANC 
                     
                    AINSI VOUS AUREZ LA FIERTÉ DE NE PAS VENDRE VOS IDÉES ET LE PLAISIR DE PARTICIPER NON PAS A L’ELECTION D’UN PRÉSIDENT MAIS D’UN RIDICULE.



                    • Fergus Fergus 21 mars 2012 20:07

                      Et vous aurez contribué à élire le vainqueur, fût-il le pire des deux !

                      Avant de voter blanc, M. Tonin, pensez à tous ceux qui souffrent dans notre pays et à qui vous risquez d’imposer 5 années supplémentaires de galère.

                      En démocratie, il faut savoir prendre ses responsabilités, fût-ce en votant pour un candidat médiocre lorsque son adversaire est pire.


                    • Dominique TONIN Dominique TONIN 22 mars 2012 10:28

                      C’est votre avis FERGUS et je ne le partage pas, bien au contraire, en votant massivement blanc, cela démontre à l’UMPS que ns ne voulons plus de leurs magouilles et des mêmes tronches sur l’échiquier politique depuis plus de trente années.

                      De plus, notre objectif n’est pas de prendre leur place ^pour faire comme eux, mais de donner le pouvoir et la parole au peuple par une démocratie Athénienne ou son pendant.

                    • Soi Même 21 mars 2012 20:46

                      @ Fergus, suppose simplement si Madame Le Pen soit élue et ce met en tête d’appliqué son programme. Je suis sur d’une chose elle va se faire rappelle à l’ordre d’une façon où d’une autre.
                      Et en même et tu es sur que c’est une véritable menace ce partie n"a jamais dépassé 20% des votes exprimes avec une abstention qui frôle les 60%.

                      Il y a une autre réalité que tu prends pas en compte, c’est cette majorité silencieuse, je suis sur qu’elle beaucoup plus vivante que cette platitude de candidat professionnelle.

                      De tous façon, cette année on est bon pour le scénarios grecque.

                      Donc Sarkozy où Hollande, avec en plus le MES nous allons tous boire le bouillon.

                      Et pense à l’éventualité que l’Iran nous coupe le robinet du pétrole, et bien notre élue se retrouve en caleçon et nous avec.

                      Finie les hypermarchés, finie cette vie artificiel. Car il faut bien un jour revenir de ce rêve de l’hyperconsommation, et croit moi c’est juste une question de temps même de jour.

                       


                      • PapaDop PapaDop 21 mars 2012 21:00

                        Fergus vous voulez choisir entre le pire ou le moins pire ,

                        n’y a t’il pas un problème ?

                        Ne pourrez t’on pas mettre des bâtons dans les roues de cette machine infernale ?

                        Ne serait-ce que par un vote contestataire* ,de toutes façons ,comme vient de le dire Soi-Meme ;

                        Le Mur n’est pas loin ,ce n’est qu’une question de temps ,Quel que soit le Capitaine  smiley

                        *pourquoi pas le plus pire   :->


                        • Paul Barthe 21 mars 2012 21:36

                          La question reste délicate. Pour un sympathisant de gauche qui trouverait en Hollande un candidat trop peu socialiste, comme il en est beaucoup, quelles sont les alternatives qui s’offrent à lui ?


                          1>> Voter Hollande au premier tour, pour voter « utile », quitte à faire le sacrifice de ses convictions propres, dans le but d’écarter Sarkozy.
                          2>> Voter Mélenchon au premier tour pour donner du poids à son programme et à ses idées, dans l’espoir qu’un score entre 10 et 15% donnerait à Hollande une leçon en l’encourageant à ne pas se reposer exclusivement sur ses idées mais sur le désir d’un électorat plus vaste. Avec le risque de voir un second tour catastrophe.
                          3>> Voter blanc au premier tour pour dénoncer le système bipolaire et la contrainte du vote utile. Sachant que le vote blanc n’est pas comptabilisé.
                          4>> Ne pas voter du tout au lieu de voter blanc puisqu’après tout le vote blanc n’est pas comptabilisé.

                          Dans le premier cas l’électeur en question écarte, à son échelle, la probabilité de voir au second tour un face à face Sarkozy Le Pen. Mais au prix de ses idées. Dans le second cas il prend le risque, à son échelle, d’un second tour de droite mais affirme néanmoins ses convictions et son engagement politique...

                          Pour les deux derniers cas, je ne sais pas vraiment quoi en dire sinon que je ne condamne pas catégoriquement ces choix. Pour ma part je m’estime heureux d’avoir enfin... ENFIN un candidat qui correspond à mes idées. Depuis que j’ai le droit de vote je n’ai toujours voté « qu’utile » et je pense pour la première fois pouvoir enfin voter par convictions. Mais je m’interroge encore, comme beaucoup.


                          • Ruut Ruut 22 mars 2012 08:39

                            Nous voyons le résultat de ce vote utile.
                            Le remède fut pire que la maladie prédite.

                            Peut etre que cette fois le vote utile sera l’opposé de 2007 l’histoire de souffler un peut.


                              • mardouk 22 mars 2012 19:01

                                Le vote utile est de rejeter toutes les injustices que nous subissons depuis 10 ans. Le français ne doit pas avoir la mémoire courte et se laisser « balader » par ceux qui ont favoriser les plus riches.

                                N’oublions pas toutes les difficultés journalières : sociales, démantèlement des services publics, hôpitaux .... que nous rencontrons.
                                L’avenir de nos enfants et petits enfants est un enjeu que nous pouvons améliorer.
                                Nous devons mettre fin au pouvoir de cette finance et politique qui sont responsables de cette crise.
                                N’oublions pas que les avancés sociales ont été conquises sous des gouvernements de gauche , qui il est vrai, n’a pas toujours été à la hauteur . Je fais confiance à la gauche pour relever notre pays dans le respect du peuple. 
                                Le vote blanc ne peut que favoriser l’injustice qui permet aux mêmes familles, banques et copains des coquins de spolier notre pays.




                                • communauthic communauthic 23 mars 2012 00:37

                                  Le vote utile c’est un vote qui se veut efficace : soit je vote pour mes idées, soit je vote pour le moins pire afin d’éviter un risque. 

                                  C’est le cas en démocratie, quand le peuple choisit majoritairement la politique qu’il souhaite.
                                  Nous ne sommes pas en démocratie. Les élus font ce qu’ils veulent. Personne ne contrôle pendant toute la durée de son mandat. Il fait ce qu’il veut.
                                  Si vous êtes d’accord avec ça, alors, il ne faut pas voter. C’est inutile et même malsain.L’élu bénéficiera d’une légitimité d’autant plus forte qu’il aura été élu avec une bonne participation.
                                  En boudant les urnes, l’un ou l’autre des candidats sera bien sûr élu malgré tout, mais avec une si faible majorité que sa légitimité en sera affaiblie d’autant.
                                  Après, agissons ensemble pour de véritables actions concrètes et efficaces.
                                  Avouez que le petit jeu droite gauche et un peu passé de mode. On a grandit.

                                  • lalejand lalejand 26 mars 2012 18:24

                                    Pour tordre le cou au vote utile : le Vote de Valeur
                                    http://www.votedevaleur.org

                                    Il y a d’ailleurs une expérimentation à l’occasion des présidentielles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès