Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les 3 piliers de la profitation mondialisée : trois axes pour le mouvement (...)

Les 3 piliers de la profitation mondialisée : trois axes pour le mouvement social

C’est à la fois une conclusion synthétique et un point de départ. Le capitalisme comme système, analysé sous l’angle épuré de la seule recherche de sa destruction, repose principalement sur trois piliers. Ces trois piliers deviendront immanquablement trois axes fondamentaux de lutte et de proposition pour le mouvement social qui se rassemble en tournoyant, de place en place, du Caire, à Athène, de Tunis à Madrid et ailleurs, encore incertain de sa direction, mais à la fois déterminé et condamné à trouver une issue aux maux du siècle.

Le premier pilier du système capitaliste devenu mondial repose tout simplement sur la forme juridique de la personne morale des entreprises, sociétés anonymes et sociétés à responsabilité limitée. Dépasser ces formes pour en demander la cogestion apparaîtra bientôt comme une évidence. Il nous faudra bien finir par réguler ces "choses communes" potentiellement si dangereuses que sont les entreprises, et y prendre entre gens concernés des décisions sensées et humaines. C'est une révolution législative chirurgicale mais décisive pour découpler pouvoir et propriété privée et accoupler responsabilité et gestion commune, pour donner un sens autre que le profit pour lui-même (c’est-à-dire le non-sens) au travail et à l’action collective humaine.

Le deuxième pilier du capitalisme, qui lui confère une toute-puissance qui a fini par nous asservir tous autant que nous sommes, états, nations comme individus, c’est la création privée de la monnaie par la dette soumise à intérêts. La communautarisation de la création monétaire devient une urgence absolue pour tous les peuples qui veulent à la fois conjurer la faillite budgétaire, l'esclavage de la dette et la malédiction de la croissance. Elle appelle à une véritable révolution monétaire locale, régionale et mondiale.

Le 3ème pilier, c’est notre propre soumission et notre propre participation, résignée, désespérée ou jouisseuse à l’édification ou au maintien des hiérarchies financières, entrepreneuriales, politiques et religieuses. S’affranchir de la hiérarchie, y compris de la hiérarchie dite démocratique, c’est apprendre à construire sa vie et le monde sur autre-chose que sur la corruption le pouvoir, la manipulation, la séduction, l’envie ou la peur. Il s'agit d'une révolution spirituelle, culturelle, pédagogique et sociale, celle du gouverner ensemble sans chefs que préfigurent les campements des "indignés" du printemps européen et bien d'autres qui manifestent qu'il est enfin possible de dépasser la démocratie représentative majoritaire, cette ébauche incomplète de la modernité qui échoue historiquement devant nos yeux et qui contribue tant à la propagation des maux.

Ces trois piliers : statuts des sociétés anonymes, monnaie-dette privatisée, soumission aux hiérarchies, ne sont pas les seuls à comprendre et à couper, ils sont seulement les trois principaux. Mais réfléchissez bien. Toutes les autres réalités, structures et dynamiques, toutes les inventions et les innombrables conséquences importantes ou secondaires, monstrueuses ou anodines du capitalisme reposent et foisonnent à l’infini à partir de ces trois piliers fondamentaux enracinés dans l’histoire de la modernité et bien au delà en arrière.

C'est pourquoi, venir de tous les horizons et se rassembler pour commencer à casser ces trois piliers, c’est couper court aux bavardages, aux commentaires interminables, aux pesées grassement rémunérées avec deux poids et deux mesures du pour et du contre, c’est prendre l’initiative en sachant où aller, c’est se lever pour pour agir, se lever pour protéger, se lever pour chasser, pour tuer l’hydre à trois tête qui dévaste cités et campagnes, qui empoisonne la terre, arrête le bourdonnement de l’abeille, fait fondre les montagnes, brûle la forêt, noircit la mer, éteint les étoiles du ciel et corrompt jusqu’au for intérieur de l’homme, de la femme et de l’enfant.

Les "indignés" ont raison de se rassembler. Il est temps de dévaler depuis tous les horizons à la fois, pour circonscrire le mal et pour le vaincre, pour changer d’ère, de paradigme enfin. Avant qu'il ne soit trop tard pour la terre et pour nos enfants, pour l'ours blanc, pour l'ile de corail, pour les peuples du monde et pour nos proches. Il y a trop à perdre à ne rien faire.


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 1er juin 2011 10:51

    Une classe mondialiste qui s’enrichit, faite d’hommes d’affaires, de banquiers,
    des rentiers.
    Une autre classe de plus en plus déconnectée de la mondialisation et des réalités,
    une classe que l’on maintient dans un état d’ignorance.
    Une autre classe de plus en plus déconnectée de la mondialisation et des réalités,
    une classe que l’on maintient dans un état d’ignorance.
    Pour un panel plus complet lire l’article suivant :

    http://2ccr.unblog.fr/2011/06/01/les-riches-les-pauvres-et-les-autres/


    • boris boris 1er juin 2011 15:31

      Exact l’auteur, mais va falloir y aller à grands coups de burin, ça urge !

      A mon avis c’est fichu mais nous pouvons toujours essayer, à défaut d’y arriver ça nous soulagera.

      Faut pas oublier non plus que les mouvements populaires sont souvent soient récupérés, soient téléguidés dés le départ, exemple récent la Tunisie, l’Egypte et puis la Lybie, dans se dernier cas Sarko lui, n’hésite pas à y aller au marteau piqueur.


      • Vigilius Argentoratensis 10 juin 2011 21:32

        Oui Boris,

        Mais de ne pas y arriver ne nous soulagera pas beaucoup. Oui, les mouvements populaires sont (comme la bourse ou les démocraties) des roulettes à beaucoup de joueurs, c’est un fait. Que les jeux soient toujours pipés, c’en est un autre. Mais là, c’est le casino lui-même qui s’écroule. Dans ces cas-là, c’est à tous les étages qu’on commence à se poser les bonnes questions. Maintenant, il nous faut aussi apporter des réponses. C’est soit la fin du nihillisme, soit la fin.

        Vigilius argentoratensis

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès