• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les attaques des systèmes électoraux français et américain

Les attaques des systèmes électoraux français et américain

 

 

L’internationalisation des manipulations du « Hillary gate » au « Fillon gate »

 

Pendant plusieurs semaines, le candidat Fillon en position de favori pour l’élection présentielle a été l’objet d’une accumulation de « révélations » de la part de plusieurs médias.
Je ne cherche pas à rentrer dans la réalité ou l’irréalité de ces accusations, mais je regarde simplement le phénomène très particulier d’attaques politiques (justes ou injustes) à la veille d’une consultation électorale dans le but très probable de changer le résultat des urnes. Au delà d’une « moralisation » de la vie politique, on est devant une manœuvre électorale qui porte atteinte au principe des élections.
Il semble d’ailleurs que ces manipulations qui instrumentalisent les médias soient aujourd’hui non seulement en cours de banalisation mais également en voie d’internationalisation avec la mondialisation de l’information.

Aujourd’hui et de plus en plus par le biais de l’Internet et des réseaux sociaux, des pays étrangers tentent d’interférer sur les élections et la vie politique d’un autre pays.

On se souvient des accusations démocrates sur l’influence qu’auraient exercé les services de renseignement russes dans le résultat des élections américaines en piratant des mails du parti démocrate et par leur diffusion publique avant les élections par plusieurs biais. A l’époque wikileaks avaient diffusé ces mails et des médias russes anglophones (Sputnik et RT) avaient relayés les accusations contre Hillary Clinton (1). Les impacts de ces manoeuvres ont été prises très au sérieux par le FBI, la CIA et la NSA qui les a résumées et authentifiées en Janvier 2017 dans un rapport résumé.(2)
Aujourd’hui, la Russie semble également tenté d’influencer les élections françaises avec la diffusion de rumeurs sur la double vie du candidat Emmanuel Macron. On retrouve les mêmes sites internet officiel russe Sputnik et RT (Russia Today) dont les rumeurs sont relayés par un député républicain.(3)
 

La banalisation des pratiques électorales manipulatoires

Au-delà de l’internationalisation de tentatives de manipulation de l’opinion, on constate également leur banalisation. Les pratiques politiques manipulatoires utilisant les médias et l’opinion ne sont pas nouvelles. On les retrouve dès la naissance de la 5ème république. On se souvient qu’en 1959 en France, Mitterrand, ancien ministre a été accusé d’avoir commandité son propre attentat pour regagner les faveurs de l’opinion (l’attentat de l’observatoire). Il fut d'abord salué comme une victime, mais quelques jours plus tard, dans les journaux de l'époque, l’instigateur de l’attentat (un ancien député poujadiste) déclarait que Mitterand lui-même en avait été le commanditaire. Mitterrand après avoir affirmé ne pas connaitre cet homme, fini par avouer l’avoir rencontré. Son immunité parlementaire fut levée, mais les faits étaient troubles, l’auteur de l’attentat changea a plusieurs reprises de versions, nous ne saurons probablement jamais la vérité. Cependant Mitterrand revint au premier plan.

On ne peut qu’être frappé par la banalisation des pratiques de manipulation dans les processus électoraux français et américains. Il est désormais classique de « sortir » de prétendues révélations au moment le plus stratégique pour ternir les réputations et influer sur le résultat d’un scrutin. Les techniques pour influencer les résultats d'une élection sont multiples et dans celles qui en ont été le tournant, on se souvient du recomptage des votes dans l'état de Floride en 2000 qui fera basculer l’élection présidentielle américaine entre Georges W. Bush et Al Gore. A cette époque, Georges Bush avait dans son équipe, Karl Rove considéré comme l’un des spécialistes de ce qu’on appelle les « push polls », les faux sondages sur de très vastes populations et qui n’ont pour seul but que de distiller aux personnes interrogées de fausses informations.(4)

Concernant le « Fillon gate », je ne suis pas sur qu’un quelconque homme politique résisterait à un tel maelstrom doublé d’une présentation particulière des faits. Ainsi on aura remarqué que la communication des sommes versées à son épouse sera présentée cumulée en salaire brut sur une période de plusieurs années. Remis en salaires nets mensuels, les sommes n’auraient pas été aussi « communicantes » et choquantes … Sur 20 ans en salaire brut, un smicard touche la petite fortune de… 355 000 Euro.
 

Au-delà, c'est notre système électoral qui en sort affaibli

Que ce soit aux USA ou en France nous sommes face à des attaques de personnes en situation électorale à des dates très proches d’un scrutin et en position de favori (Hillary Clinton, François Fillon, Emmanuel Macron)

Face à ces candidats, on crée opportunément une polémique ou une rumeur, on instrumentalise les médias ou les sondages et qu’importe si les attaques ou les rumeurs se dégonflent, les impacts seront suffisants au moment de l’échéance électorale.
Hillary Clinton en a été victime, Fillon en a été victime et aujourd’hui Macron semble l’objet de nouvelles attaques. L’impact final de ces manœuvres est très difficile à évaluer. Il est très difficile de chiffrer les incidences d’une baisse d’image en terme de comportement électoral.
Cependant, au-delà des attaques personnelles, le plus grave dans la répétition de ces procédés, qu’ils soient français ou russes et qu’ils se situent aux USA ou en France, est qu’ils sapent les principes électoraux de la démocratie.
Quelles qu’en soient les victimes, c’est le système électoral et démocratique qui au final en ressort affaibli. Ce sont toujours les déçus du système qui seront les plus sensibles à ces manoeuvres et ce sont souvent les populismes qui en profitent.
Derrière ces attaques, c’est notre système politique qui est touché et en France ces campagnes ne serviront objectivement que le FN et sa critique des institutions politiques.

L’analyse des pratiques politiques manipulatoires qui attente à notre système électoral reste à faire.
Qui doit-on accuser ? Les médias qui s’en repaissent ? Les instigateurs opportunément masqués derrière les médias ou les sondages ? La corruption de plus en plus présente ?
Pour moi cet épisode de la campagne met surtout en exergue les attaques volontaires ou pas de notre système électoral démocratique.

 

 

(3) http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/08/attaques-informatiques-rumeurs-la-russie-a-t-elle-emmanuel-m/

(4) Gérard Dahan, "La manipulation par les sondages", 2014, édition l'Harmattan.


Moyenne des avis sur cet article :  1.15/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 10 février 09:03

    Arte a diffusé le 7 février un document intitulé « Mafia et République » qui montre en long, en large et en travers le niveau de corruption auquel a pu arriver le microcosme politique franco-français dans les années 60, et les relations entre la mafia corse et le gouvernement via le SAC et la CIA à travers le « vieux monsieur », Etienne Léandri, qui fait toujours l’objet d’une omerta glaçante.

    Malheureusement, corruption, manipulations et ingérences ne sont pas des phénomènes nouveaux dans notre pays, et il n’est pas nécessaire d’aller chercher en Russie ou aux USA les origines du mal : ils y contribuent d’une manière évidente, mais nos propres mœurs politiques sont le vrai cancer. Quand on fait appel à des criminels mafieux pour désamorcer un coup d’état, on se retrouve avec Foccart contre Salan, puis Pasqua comme ministre de l’intérieur, c’est-à-dire le patron de la french connexion comme chef de la police !


    • Pere Plexe Pere Plexe 10 février 18:30

      @Jeussey de Sourcesûre
      Rien de bien nouveau en effet.

      Si ce n’est qu’avant seuls les USA et dans une mesure moindre Israël avaient les moyens d’interférer
      dans de nombreux pays.
      Que l’occident reproche aujourd’hui à la Russie de « manipuler » c’est à dire intervenir plus ou moins directement est assez comique !
      Avec, sans rire, le concours de la Cia ou de la NSA.



    • Gasty Gasty 10 février 10:02

      Qui doit-on accuser ? Les médias qui s’en repaissent ?

      Les médias que nous connaissons ne s’en repaisse pas, elles dissimulent, elles ignorent, effacent, tous regroupé dans une même unité de la pensée unique et du deuxième tour déjà ficelé.

      Alors qu’elle est le bon moment pour faire exploser les affaires entre amis, dans la gueule des éleveurs de votant ?

      Ben c’est maintenant !


      • kalachnikov lermontov 10 février 10:07

        Storytelling, théâtre pom pom pom pom. Il faut bien que la populace croit à l’illusion.

        « Quelles qu’en soient les victimes, c’est le système électoral et démocratique qui au final en ressort affaibli. »

        Ah ouais ?

        petit a. le machin France va s’écroûler poil au nez ;

        petit b. cette petite pantalonnade récurrente avec chacun dans son petit rôle, la populace à sa place, tout va continuer comme ça y en a toujours été poil au pied.


        • JL JL 10 février 16:08

          ’’Pour moi cet épisode de la campagne met surtout en exergue les attaques volontaires ou pas de notre système électoral démocratique.’’

           
           Nous ne perdrions pas grand chose. Notre démocratie n’est que d’apparat. Notre système démocratique n’est au mieux qu’une façon d’élire le roi. C’est cela qu’il faut changer.

          En mai prochain nous aurons à choisir entre le futur calife qui gouvernera médiocrement le califat pendant 5 ans, et Mélenchon qui promet de mettre fin au Califat.
           


          • xana 10 février 23:21

            @JL

            Effectivement notre démocratie n’est qu’un trompe-l’oeil.

            Notre système n’a de la démocratie que le nom qu’il usurpe.
            Et ce que dénonce ici l’auteur de l’article est qu’un des petits défauts inhérents à cette pseudo-démocratie, cette oligarchie de tricheurs professionnels qui se battent (tous les coups sont permis) pour être élus et pouvoir ensuite se partager le gâteau avec leurs discrets commanditaires ; les copains (ou complices) et la famille.
            Cette parodie de démocratie a d’autres défauts, beaucoup plus graves, liés au fait que nos chers élus sont incontrôlables une fois en place : La corruption (Les élus sont des mortels, et la chair est faible) et la trahison lorsqu’ils servent la politique d’un autre pays, comme F Hollande pour les USA.

            Que pouvons-nous y faire ?
            En premier lieu accepter enfin de comprendre que depuis 230 ans on nous trompe : La démocratie ce n’est pas élire de temps à autre des salauds pour qu’ils se goinfrent sur notre dos. La démocratie, la vraie, c’est gouverner nous-mêmes.

            Oui, mais voilà : Est-ce possible, est-ce réaliste ?
            Tous les politiciens vous démontreront que non. Evidemment, croyez-vous qu’ils renonceront a une situation aussi avantageuse.
            Ils vous diront qu’eux seuls ont la compétence pour gouverner. C’est faux, leur compétence c’est de se faire élire et réélire, en magouillant pour obtenir fonds et investitures électorales, et en faisant aux électeurs des promesses dont ils savent déjà qu’ils ne les tiendront jamais.
            Le peuple a la compétence pour proposer et pour voter des lois. Les conventionnels de la première république étaient des gens du peuple et ils ont fait un travail législatif admirable. Avec les moyens actuels on peut tous ensemble créer une constitution et un système de lois et décrets bien meilleur.


          • JL JL 11 février 08:58

            @xana
             

             ’’La démocratie, la vraie, c’est gouverner nous-mêmes.’’

             
             oui, mais pas seulement le gouvernement de l’Etat : il n’y a pas des dirigeants et des dirigés mais des créateurs et producteurs d’un coté, des usagers et consommateurs de l’autre ; et c’est d ans toutes ces relations diverses et variées que ni le marché ni le pouvoir central ne sont ni compétents ni légitimes ni efficaces vis-à-vis de tous les paramètres pertinents - intérêt général, écologie, ... -, que la démocratie doit être imposée.
             
             Aujourd’hui, l’argent s’insinue partout : il faut que ce soit la démocratie qui s’installe partout.
             
             Lors du long processus de construction de l’UE, on nous a parlé du « Principe de subsidiarité » : mais c’était comme si on nous parlait du choix des papiers peints laissé au le locataire dans une maison que le gérant est en train de vendre à un promoteur immobilier ; c’était un marché de dupes, puisque les tenants de la décision en la matière - qui fait quoi ? - étaient corrompus politiquement, au service d’un projet mortifère, à savoir l’inféodation institutionnalisée des pouvoirs politiques nationaux, donc de la démocratie, aux Pouvoirs économique et financier.
             
             Il faut faire du principe de subsidiarité le pilier central de notre future constitution.

          • zygzornifle zygzornifle 10 février 17:39

            on devrait tous les passer au penthotal avant histoire de débusquer les cancrelats .... 


            • velosolex velosolex 10 février 23:13

              A quoi bon manipuler les sondages, quand on peut bidouiller une machine à voter ?...

              Non, je ne regarde pas du coté des hackers russes, les meilleurs de la planète actuellement. 
              Mais je ne me fais aucun souci ; 
              Ces gens là ont une éthique hors du commun, et une morale de même. Sinon c’est à vous dégoutter de l’ex empire soviétique
              Et puis nos fières machines à voter offrent un niveau de protection semblable à celle de la ligne maginot. C’est pour ça que le copain Fillon, le favori du Kremlin, doit garder le moral. 


              • Elliot Elliot 11 février 15:51

                Si j’ai bien compris l’auteur, qu’importe la réalité des faits, c’est le moment de leur divulgation qui est suspect de même que le pedigree de ceux qui les dénoncent et qui, ce faisant, mettent la démocratie en danger.

                C’est presque du Fillon dans le texte.

                Et on oublie de s’interroger sur ce qui dégrade le plus les institutions qui sont par nature temporelles et provisoires : les comportements peu en adéquation avec les discours ou ceux qui sont le cancer des menteurs et des hypocrites et qui dénoncent - avec ou sans arrière-pensée, l’important n’est pas là – des faits avérés qui tranchent avec la posture morale revendiquée de celui qui les commet.

                Des institutions qui ne tiennent plus qu’au fil ténu qui consiste à pourchasser comme des ennemis ceux qui témoignent de la bassesse de ceux qui en revendiquent la direction ne méritent pas de poursuivre leur route.

                Il est alors grand temps d’en changer car à défaut de pouvoir changer les hommes, il faut modifier l’institution vers plus de transparence, plus de contrôle du peuple sur ses élus, moins de pouvoir discrétionnaire pour des organes qui fonctionnent en totale inadéquation avec des règles de bonne gouvernance.


                • zygzornifle zygzornifle 12 février 10:51

                  les citoyens en ont marre de ces politiciens demandant un serrage de ceinture afin qu’ils puissent déboutonner largement la leur .... ils bossent tous pour eux même faisant croire a leurs électeurs qu’ils sont de leur coté mais en réalité ils méprisent les pauvres, les faibles, les malades, ils ne reconnaissent que ceux qui sont comme eux, ils pourraient nous balancer dans le vide spatial ils le feraient sans état d’âme ..... Ce sont des machines au courant de toutes les magouilles et malversations bien a l’abris des lois qu’ils ont écrites pour s’auto protéger, quand ils vous donnent généreusement 1 centime sous le feu des caméras vous pouvez être sur qu’ils en on déjà raclé des centaines a votre insu sur votre dos .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès