Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les (dé)faiseurs de République ou leçon de démocratie bordelaise

Les (dé)faiseurs de République ou leçon de démocratie bordelaise

Les élections constituent un moment majeur de la démocratie. Ces élections municipales sont l'occasion de pouvoir s'exprimer sur les orientations à venir dans sa commune. Cet exercice démocratique est garanti par la République qui définit des règles d'information auprès des citoyens. Or, quand celles-ci ne sont pas respectées c'est donc forcément la prise de décision du citoyen lui-même qui est impactée à moins que celui-ci abandonnée par celle-ci décide de se mettre en retrait de sa citoyenneté.

Les partis extrêmes, aussi bien de droite comme de gauche ont souvent constitué à tort ou à raison une menace pour l'équilibre démocratique. L'effondrement de l'idéologie communiste et la dissolution du PCF dans la gauche unique puis plurielle a rendu son audience à des taux marginaux. A l'opposé, le Front national a toujours été considéré par les politiques aus politiques au pouvoir aussi bien de droite que de gauche comme l'épouvantail de la République, ce parti avec lequel on fait joujou. Petit chaton que l'on caresse dans le sens du poil quand on en a besoin, jouet dont on cherche à enlever les piles quand il se met à parler trop fort. Le Front national était pratique car il marquait la ligne rouge entre l'en-deça et l'au-delà, il définissait la ligne de frontière de la République. Il était l'ennemi intérieur de l'extérieur de la République.

L'idéologie dominante induisait ainsi que le péril de la démocratie ne pouvait venir que de l'extérieur et le maintien d'un cordon sanitaire, d'un front Républicain parviendrait ainsi à contenir des flots. Or, indépedemment de la valeur que l'on peut porter à ce parti, la crise de la République ne vient plus de l'extérieur mais de l'intérieur d'elle-même quand celle-ci ne parvient plus à maintenir les règles fondamentales d'un pluralisme déocratique.

Un exemple assez intéressant, ces élections municipales dans la ville de Bordeaux. En tête d'affiche, Alain Juppé, maire sortant et son adversaire socialiste, Vincent Feltesse. Configuration classique que l'on retrouve dans de nombreuses grandes villes de France. Cinq autres listes espèrent percer et créer la surprise qu'ils s'agissent de la liste Front National, celle du Front de Gauche, celle de lutte ouvrière ou du NPA mené par l'ancient candidat à la présidentielle Philippe Poutou, ou bien une liste indépendante menée par "le" guide bordelais, Yves Simone. Et alors ?

Durant cette période de campagne chaque candidat et liste s'est ainsi exprimée. Interventions dans les médias locaux, mais aussi et surtout campagnes publicitaires des deux poids lourds de cette élection, Juppé et Feltesse. Le marketing politique et le tracting a donc fait des siennes.

Alain(Juppé) m' a donc écrit une jolie lettre personnalisée reprenant le listing publicitaire des nouveaux arrivants dans la ville. Vincent (Feltesse) m' a donc envoyé un courrier personnalisé avec une jolie enveloppe de l'Assemblée Nationale. Mes voisins ont vu leur poignée de porte arborées d'une pancarte à poignée de porte similaire à celles que l'on trouve dans les hôtels ou les chambres d'adolescents. Au lieu de l'inscription Ne pas déranger, on y trouve un "Je vote Juppé". Tous les formats de tracts y sont passés. A3, A4, flyer, longs, larges, illustrés, pas illustrés. Cette fois-ci je n'ai pas eu droit au démarchage vocal d'un des candidats, mon profil ne correspondant peut-être pas au coeur de cible marketing à moins que mon interdiction de démarchage publicitaire de mon numéro ait rendu la tentative vaine. Mais après tout, c'est la camapgne et chacun est libre de s'exprimer comme bon lui semble dans le respect de la légalité.

Dans ce moment d'effervescence que constitue la campagne, la République ramène tous les candidats sur un même pied d'égalité où chaque citoyen-électeur reçoit l'ensemble des professions de foi et listes pour l'élection à venir. Et là... Plus de nouvelles. Ce n'est pas faute, d'avoir scruter la boîte aux lettres, fais le tri entre les tracts publicitaires. Mais l'échéance arrive et officiellement, je ne suis pas informé de l'ensemble des candidats présents à cette élection. On se dit c'est pas de chance. Je dois être un cas isolé. Et là le bât blesse, le problème ne semble pas si isolé que ça. En signalant le problème au bureau de vote, on me signale que le problème a été déjà signalé à de multiples reprises.

Alors cela pose un probème fondamental et assez inédit. En ne permettant pas aux citoyens de s'informer dans leur globalité par un accès (autre qu'une propre démarche volontaire) officiel à l'information, le citoyen est alors dans l'incapacité de décider son vote autrement que par les candidats aux moyens économiques ou aux stratégies marketing. En livrant un temps de la démocratie aux forces des pouvoirs économiques et des stratégies de communication et de marketing des candidats, on prive ainsi le citoyen d'une capacité à s'informer de manière globale, neutre et comparative. L'exercice citoyen ne devient plus une sollicitation de la République mais un acte sollicité par les candidats à fort pouvoir économique et usant de stratégies publicitaires habiles. Le citoyen est ainsi déresponsabilisé de son acte de vote et devient au mieux un consommateur politique au pire un mis au ban de l'exercice citoyen. Ou a contrario refusant la fatalité il prend en charge sa citoyenneté et dans une démarche personnelle cherche à constituer sa propre information au risque d'être lacunaire et d'être mis devant le fait accompli au moment du vote dont l'absence d'informations sur les listes et leur contenu pourra peser dans sa prise de décision.

En abandonnant, la politique aux seuls rapports de force économiques et de campagne marketing politique, la démocratie renie un de ses fondements essentiels : l'égalité et la neutralité de traitement entre tous les différents candidats. Même si cela est symbolique, on sait bien que cela n'empêche pas certains rapports de force économiques, médiatiques ou communicationnels. Mais il y a des symboles qui ont leur importance.

La menace démocratique ne vient pas de l'extérieur mais de l'intérieur d'elle même en n'étant plus dans la capacité d'exercer les règles fondamentales de son exercice démocratique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 24 mars 2014 13:09

    Alain Juppé .....condamné à dix-huit mois de prison avec sursis, assortis d’une peine d’inéligibilité de cinq ans. Magnifique d’avoir un maire comme celui la et on en réclame à corps et à cris ...encore..encore..encore.......
    http://www.lexpress.fr/informations/l-affaire-juppe_654940.html#id6Cde06LSKSFS4u.99


    • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 24 mars 2014 13:31

      Ne votez pas.
      Le vote, c’est le contraire de la démocratie.
      La démocratie, c’est le pouvoir exercé par le peuple. Directement.
      Les politiques professionnels ne sont qu’à leur propre service, et accessoirement au service des bailleurs de fonds pour les campagnes électorales.
       1 euro donné = 1 voix achetée
       Berk
      Dans la Grèce antique, les partis politiques étaient... interdis !!!


      • diogène diogène 24 mars 2014 16:57

        Dans la Grèce antique, seuls les « hommes libres » participaient à la vie politique, ce qui excluait les esclaves, largement majoritaires, et les femmes qui ont toujours constitué à peu près la moitié de l’humanité.


        C’est sûrement ce modèle qu’il faut adopter comme parangon de démocratie.

      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 24 mars 2014 17:03

        Alex... « ne votez pas »

        Vous avez raison.
        Conseil très efficace.
        Y’a qu’à voir.


      • ablikan 25 mars 2014 12:01

        Les anti-democrates primaires nous parlent toujours d’esclavage des lors que la democratie grecque est mentionnee, comme si l’un ne pouvait pas aller sans l’autre. C’est de la mauvaise foi de premier ordre, d’autant que conceptuellement, vous n’avez qu’a remplacer les esclaves par les robots si le bloquage mental est insurmontable. Vous pouvez aussi rester dans votre mauvaise foi (et j’ai presque envie de dire, considerant le coté pavlovien de la remarque, votre propagande).


      • Philippe VINSONNEAU Philippe VINSONNEAU 24 mars 2014 17:51

        Bonjour, des mouvements de grève des postiers de Caudéran et Bordeaux Nord sont sans doute la conséquence de quelques manquements dont vous faites état. En revanche j’ai souligné au contrôle des bureaux de vote que le candidat à la mairie et sa liste était sur la même feuille que la liste des candidats au conseil communautaire. Hors il s’agit bien de deux élections distinctes et dans la mesure où l’électeur n’a pas eu le double choix il n’était pas nécessaire de le faire voter pour la Communauté urbaine puisqu’on se doute bien que par le passé les élus des communes ne votaient pas pour le voisin à l’élection des Conseillers de la CUB, pourquoi pas sur la même feuille le prochain candidat à la Présidence de la République et les candidats aux législatives !!! interrogeons nous donc sur la légalité de cette élection bordelaise. Pour le reste effectivement vous faite bien de le souligner les candidats se sont activés. J’ai même reçu par la poste ( avec un timbre ) une lettre de la première colistière de Vincent Feltesse, Madame Delaunay Ministre «   socialiste «   des personnes âgées, qui y assure avec une parfaite assurance que les seniors avons un avenir merveilleux devant nous. Je vous confie la réponse que je lui est faite :

        j’ai bien reçu votre courrier du 12 mars et vous en remercie, cependant si vous mécrivez que pour une Élue au moment de prendre sa retraite souvre devant elle TRENTE nouvelles années de vie, je crains que ce ne soit pas le cas pour un ouvrier du bâtiment, hors Madame savez-vous quil y a en France davantage de Travailleurs que dÉlus. Permettez moi de profiter de votre enthousiasme à propos du lancement de «   la troisième vie «   ( qui statistiquement est en train de sécorner ), pour rafraichir votre souvenir. Jétais à trois pas de vous, le 12 octobre 2010 à loccasion des grandes manifestations contre lUMP pour le maintien de la retraite à 60 ans, quel bel arrêt du cortège place Gambetta où tous les Élus du Parti Socialiste faisaient signer les BRAVES GENS encore crédules sur leurs véritables intentions. Mais lorsque le 28 mars 2012 au café - lautre petit bois - question rapide que vous aviez organisé, javais demandé à Manuel Valls à quel moment la retraite serait ramenée à 60 ans, jai déjà senti cette déloyauté qui nous a conduit vers cette pire politique libérale avouée par le Président de la République que vous cautionnez. Madame, les trente belles années de vie après 60 ans commence bien mal pour moi parce que né en 1953 suite à un licenciement structurel je suis, avec déjà 420 000 autres Travailleurs, demandeur demploi parmi les premières victimes de la prorogation de lâge de départ à la retraite, et je ne perçois que lAllocation Spécifique de Solidarité, autant dire 13 mois de misère et de précarité sociale en attendant cette retraite pour laquelle nous avions cotisé en confiance et queffrite gravement aujourdhui le Gouvernement qui se réclame encore du Socialisme, saupoudrant les grosses entreprises dont les actionnaires nont jamais perçus autant de dividendes et quil faut être bien - innocent - pour imaginer quelles redistribueront une part de leurs profits en salaires de travailleurs.Oui Madame vous avez raison demain un Français sur trois aura plus de 60 ans et son rôle sera très important mais je crains quil nen confie pas la direction à ceux qui lont trahi. Je vous souhaite Madame les meilleures trente prochaines années de votre vie riantes opulentes.


        • Croa Croa 24 mars 2014 21:03

          « Les partis extrêmes, »
          Tu veux dire les partis populistes, ceux qui proposent des solutions d’intérêt général ? Si c’est ça ils n’ont jamais constitué une menace pour l’équilibre démocratique.

          Car les partis élitistes, tout aussi extrêmes en ce qui concerne leur volonté de réformes, quoique supposées réalistes (TINA), ne sont plus une menace pour l’équilibre démocratique puisque, grâce à eux il n’y a plus de démocratie ! smiley


          • mortelune mortelune 25 mars 2014 12:11

            @croa croa « une menace pour l’équilibre démocratique »


            Il faut commencer à connaitre le sens des mots avant de les écrire et surtout le sens de ces mots lorsqu’ils sont la base de la république française. La France est un état représentatif et pas du tout un état démocratique. La constitution rejette l’idée même d’un état démocratique. (voir discours de Sieyès en sept 1789).

          • mortelune mortelune 25 mars 2014 12:00
            Les gens qui ont voté UMP se sont pris des coups. Ils ont donc voté PS pour finalement s’en prendre d’autres. Ils finiront par voter FN pour s’en prendre encore. Quand comprendront-ils que les élections telles qu’elles sont ne servent qu’à choisir ceux qui vont les taper ? 
            Il faut changer quelques rubriques de la constitution pour mettre sous ’surveillance’ populaire ceux qui détiennent le pouvoir législatif. C’est sans soute trop difficile à comprendre ...

            "Le peuple n’a pas de volonté particulière à imposer. Si le peuple dictait ses volontés alors la France serait un état démocratique ; la France ne saurait l’être.

            le sept septembre 1789 par le député Joseph Sieyès 


            • mortelune mortelune 26 mars 2014 09:18

              je ’plus’... et je rajoute : Ils sont TOUS manipulateurs et fainéants. L’idée même de ’rentrer’ en politique après des études universitaires pour se remplir les poches me fait vomir. Des millions de gens font partis d’associations à titre bénévole et c’est la preuve que beaucoup de français sont vertueux ; les politiques NON !


            • chinansky 10 septembre 2014 11:25

              propos tenus par etienne chouard à « ce soin ou jamais » sous le sourire condescendent de jacques attali, bien placé pour le savoir
              au fait, qui a tué coluche ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès