Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les indignés 57

Les indignés 57

Paradoxalement, c'est de la part de militants (de partis politiques essentiellement de gauche, la vraie et de syndicats) que les indignés perçoivent souvent des réticences.

Ce qui revient toujours c'est :

« Vous n'arriverez à rien. Ce qu'il faut, c'est une grève générale ; il n'y a que de cette façon qu'on obtient quelque chose. » (Notez le « vous » alors que cela devrait être « nous »)

Ma réponse est bien rodée maintenant :

« Depuis combien de temps attendez-vous cette fameuse grève générale ? Ne remontons pas jusqu'à la préhistoire, parlons seulement de la période de contestation de la régression des retraites, automne 2010. Même dans ce contexte où la majorité de la population était contre le projet du gouvernement, où plus de trois millions de personnes étaient dans les rues, vous n'avez pas obtenu une grève générale... et vous y croyez encore ? Et cela reste encore votre cheval de bataille ?

Vos adhérents sont si peu nombreux par rapport à la population... peanuts, les amis, peanuts... et pourtant, vous existez depuis des décennies !!!

Prenez conscience que vos discours sont formatés, répétitifs et, surtout, inefficaces, ceci dit sans vouloir vous fâcher, c'est un constat, simplement un constat dont vous devriez tenir compte pour réfléchir et changer de méthode.

Vous êtes dans une ornière et vous vous obstinez à y piétiner encore, ne faisant que creuser encore plus la dite ornière … bientôt, vous n'y serez même plus visibles.

Pensez autrement ! Faites un pas de côté !

Nous n'avons pas (encore) la solution pour sortir du bourbier mais, ça y est, nous avons fait un pas de côté.

Ah ! Bien sûr, il n'est pas confortable, ce chemin inconnu où tout est à découvrir, à défricher... il est difficile de prévoir ce que l'on va trouver plus loin... il est facile de retomber dans l'ornière... nous veillons à ce que cela n'arrive pas et nous devons tout apprendre au fur et à mesure.

Pour sortir de ce système qui nous broie, nous avons compris qu'il ne faut plus du tout appliquer ses règles : non, nous ne voulons pas créer un énième parti politique, non, nous ne voulons pas de représentants de notre mouvement, non, nous ne nous contentons pas de la majorité pour décider de quelque chose, nous pratiquons le consensus jusqu'à obtenir l'unanimité, non, nous ne voulons pas être récupérés ni par un parti politique, même « ami », ni par un syndicat. »

 

En ce qui concerne les citoyens « lambda », la palette de réactions est plus large et va de :

- « C'est bien ce que vous faites, bravo  ! » (Notez encore le « vous » au lieu du « nous »... ne nous dites pas bravo, il n'y a aucun héros, ici ; rejoignez-nous, c'est mieux)

- « Alors ? Que proposez-vous  ? » (Encore le « vous »... nous n'avons pas à proposer quelque chose, nous ne sommes pas des politiques en campagne électorale, nous sommes des citoyens... réfléchissons, cherchons ensemble)

- « Vous devriez avoir un leader  ! » (toujours le « vous » !!! Quand donc nos concitoyens cesseront d'attendre un homme providentiel ? Quand comprendront-ils que c'est à eux de prendre leur destin en mains ?)

- « Nous sommes en démocratie ! Que voulez-vous de plus  ? » (Euh... non... justement... et de développer notre argumentaire : la démocratie ne se résume pas au seul droit de vote, il faut un contre-pouvoir citoyen au pouvoir politique, etc...)

Jusqu'à la pollution quasi quotidienne de fachos qui arrachent nos affiches, inscrivent des insultes, des appels à la violence, des propos racistes sur le mur de la démocratie que nous avons installé avec les moyens du bord. (nous devons « faire le ménage » à chaque fois)

********************

Nous sommes sur le Titanic qui coule par soubresauts successifs.

Le capitaine et l'équipage, censés faire évacuer les passagers, sont déjà dans les canots de sauvetage et s'apprêtent à abandonner le navire tout en jurant qu'ils s'occupent de tout et que tout le monde sera sauvé. Ils emmènent déjà avec eux les passagers de 1ère classe.

D'ailleurs, des gilets de sauvetage sont à la disposition de chacun et si la température de l'eau est à environ deux degrés, il faut bien comprendre qu'il faut accepter de faire des sacrifices en une telle circonstance.... et...

il faut du monde pour aider à porter les caisses de champagne, les paquets de nourriture de luxe, les coussins moelleux, les radiateurs dans les canots... certains des passagers se précipitent pour apporter tout ça, puis retournent à leur place, sur le pont du bateau... c'est normal... l'équipage, les passagers de luxe, ils font partie de l'élite, ils ont plus d'importance que la populace.... au fait..

il y a aussi besoin de quelques-uns, bien costauds pour ramer... ce n'est pas aux membres de l'équipage de le faire, ils ont déjà tant de responsabilités pesant sur leurs épaules... Pour les nourrir, nous avons tout un sac rempli de pain rassis...

immédiatement, des volontaires se bousculent...

une voix s'élève sur un des canots déjà presque plein : « En plus, il faut les nourrir ! Comme c'est ennuyeux... ce sac de pain, ça prend de la place ! Ah ! Les travailleurs, quelle plaie ! » - « Voyons, voyons » lui répond quelqu'un « N'oublions pas que la devise de la France, qui fait partie de son identité, est « liberté, égalité, fraternité », offrons-leur la possibilité de manger ce pain rassis, soyons généreux. » et, le visage transfiguré par l'immense joie d'avoir, de façon magistrale, prouvé sa bonté d'âme, il réajuste avec soin la ravissante couverture en fourrure de vison dont il est enveloppé.

 

Sur le pont, les passagers, pour une large moitié, ont entièrement confiance et attendent patiemment le moment où l'eau les atteindra et où ils pourront agréablement flotter sur l'eau grâce à leurs gilets de sauvetage si généreusement mis à disposition.

D'autres se lamentent ou/et protestent, sans plus, en pensant qu'ils ne s'en sortiront pas dans une eau si froide : ils vont mourir d'hypothermie avant l'arrivée des secours... et attendent le moment où l'eau les atteindra et où ils pourront lentement mourir de froid en flottant grâce à leurs gilets de sauvetage que ces « enfoirés » ont mis à leur disposition.

Une minorité cherche une solution... vite !

Sur le pont supérieur, l'orchestre joue en boucle le même air.

 

Le Titanic, bien sûr, c'est le système qu'on nous impose depuis des décennies.

Le capitaine et l'équipage, les passagers de 1ère classe, c'est l'oligarchie qui nous opprime.

Les passagers, hors ceux de 1ère classe, ce sont les citoyens. Ceux qui font confiance aux promesses qu'on leur a faites, sont … de droite ; ceux qui se doutent qu'ils vont mourir de froid quand le bateau aura complètement coulé sont... de gauche ; la minorité qui cherche une solution en ne comptant que sur soi-même, ce sont les indignés.

Et l'orchestre, ce sont les militants évoqués plus haut, serinant le même refrain depuis des lustres, sans aucun résultat pour faire évoluer les choses. (Titre du refrain : « Il faut une grève générale »)

Les indignés commencent à s'activer tout en exhortant les autres passagers et les membres de l'orchestre à faire de même.

« Fabriquons des radeaux avec des tables, des sommiers de lit, des bancs, des portes d'armoire et de placards ! Vite ! Cherchons des cordes pour les faire tenir ! Vite ! Il faut être prêts avant que le paquebot ne sombre définitivement ! »

Peu, très peu de passagers les suit ; l'orchestre, lui, continue à jouer son sempiternel air.

Les indignés s'écrient : « Regardez ! Voyez du côté opposé à celui où vont les canots de sauvetage : une caravelle, toutes voiles hissées ! Oui, comme une de celles sur laquelle s'est embarqué Christophe Colomb ! Celle-là, elle est baptisée « réelle démocratie »... fabriquons des radeaux pour la rejoindre et monter à bord et partons chercher une nouvelle route vers les Indes... nous découvrirons ainsi un monde nouveau. »

********************

Depuis le 29 mai, les indignés 57 sont sur la place St Simplice, à Metz, tous les soirs, du lundi au samedi, de 19h à 21h, par tous les temps.

Tous les dimanches, à 17 h, ils organisent un débat public.

Pour faire un travail d'information, ils affichent des articles traitant de sujets jamais abordés à la télévision.. régulièrement arrachés par les fachos... tant pis, on recommence et on recommence encore.

Le 14 juillet, certains d'entre eux ont rejoint les indignés de Paris (et ont ainsi pu goûter à la joie de respirer des gaz lacrymogènes)

Fin juillet, ils sont partis 3 jours pour soutenir ceux qui luttent à Bure contre l'enfouissement des déchets radioactifs.

Jeudi 4 aôut, ils ont participé à la « faites de l'égalité » organisée par la LDH devant le centre Pompidou en y affichant ce texte :

« La déclaration des droits de l'homme peut se résumer en UNE phrase :

« Nul être humain ne sera humilié, jamais, d'aucune façon, d'aucune manière, en aucune circonstance, aucune situation » 

Or, celui qui ne mange pas à sa faim est humilié,

celui qui ne dispose pas d'un logement décent est humilié,

celui qui est méprisé, violé, torturé, puni injustement est humilié.

Pendant ce temps, les puissants qui s'octroient des privilèges vivent dans le luxe, la gabegie, le gaspillage ; ils ne craignent même pas, souvent, d'être poursuivis par la justice quand ils commettent des délits.

LE PEUPLE EST EN SOUS-FRANCE ! »

Samedi dernier, une indignée madrilène est venue leur rendre visite.

Ils rejoindront les indignés espagnols qui sont partis vers Bruxelles à pied, lors de leur passage à Paris et/ou lors de leur arrivée dans la capitale belge.

Ils ont un autre projet important pour la rentrée, en septembre....

Leur philosophie est affichée sur la face avant du « mur de la démocratie » : (réécrite, déjà, trois fois pour cause de « sabotage » des fachos)

LES INDIGNÉS :

- Ne font l'apologie d'aucun parti politique

- Rejettent toute forme de racisme

- Ne sont pas tous de gauche

- En ont assez d'être en sous-France

- Veulent un réveil citoyen

- Sont solidaires des autres peuples

- Se méfient de tous les gouvernements

- Prônent la non-violence (la non-violence, ce n'est pas la passivité, c'est ne pas céder)

********************

En ce moment, pour cause de vacances de certains, nous sommes peu nombreux : VENEZ !


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Shiva Shakti Shanti Shiva Shakti Shanti 11 août 2011 11:14

    Salut Miha ! Je constate que Agoravox a été complètement gangréné par les ténardiers QI d’huitre du FHaine, c’est dramatique tellement c’est FLAGRANT. Si Agoravox devient le bras armé du FHAINE je ne vois pas ce que vous et moi on viendrai y faire !!!.... (surtout jamais de faire-valoir)


    Leurs reponses sont calculées, et vous voyez, nos sujets de réflexion ne les intéresse pas... 

    De dicauture molle on passe carrément au facisme sous couvert. 

    Notre Peuple vaincra ;)

    • miha 11 août 2011 11:42

      Sur notre « mur de la démocratie », quelqu’un a laissé un jour un dazibao (nom chinois qui désigne une affiche manuscrite comme celles qu’on voyait près de la place Tsin’am-men) :

      « Ne voter ni UMP, ni PS, ni FN, ce trio de tête qu’on veut nous imposer ».

      Nous le remettons à chaque fois après avoir fait le ménage pour enlever les messages de haine, d’appel à la guerre, de propos racistes.


    • Kalki Kalki 11 août 2011 11:55

      Il faut voter radical ? ou laisser se mettre en place le fn, l’ump ou le ps ?

      OU ne pas voter et agir ?

      SOyez clair dans vos discours.

      BAS LES MASQUES, mr ultraliberal qui veut du controle de classe

      Je ne sais pas pourquoi nous ne voulons plus aller sur Mars, mais j’ai peur de le comprendre : les Martiens sont parmi nous et ça nous enlève le goût d’explorer, même le goût de vivre, parfois. Les «  Martiens », ce sont ces élites qui nous gouvernent et nous possèdent et qui ne pensent plus du tout comme nous. Mais alors, pas du tout ! Ils sont si différents que, s’ils sont humains, on n’en voit plus la trace. On leur a déjà donné tous les noms d’oiseaux. Disons simplement « les Martiens »

      Il y a plusieurs espèces de Martiens. Les Martiens milliardaires capitalistes, par exemple, les quelques milliers qui engrangent la moitié de la richesse du monde et défèquent dans le reste en pourrissant les systèmes de production, pendant que des milliards de gens souffrent et meurent. Ces Martiens peuvent prévoir à cinq ans une inflexion des cours de la Bourse, mais pas à plus de trois jours d’avis la plus grande famine en soixante ans dans la Corne de l’Afrique.

      C’est que pour la famine, ils comptent que la charité populaire s’en chargera. Que les moins pauvres s’occuperont des plus pauvres, mais n’emmerderont pas les riches… Il vaut donc mieux organiser les collectes de fonds et jouer sur l’urgence en retardant la nouvelle. Ils ne pensent plus du tout comme nous, ces Martiens. Faut-il vraiment leur garder une place parmi nous ?

      Il y a aussi les Martiens-fonctionnaires… L’armée d’occupation des exploiteurs, qui ne font généralement rien pour nuire, mais nuisent beaucoup en ne faisant rien. Assez de fric pour l’aisance, assez de loisir pour la santé, assez d’arrogance pour l’insolence. Je n’ai pas le courage ni le temps de faire la liste des organismes totalement inutiles où s’activent comme des hannetons ces Martiens-fonctionnaires qui se sont créés de petites niches dont ils tirent une rente, comme autant de fiefs d’Ancien Régime.

      Les Martiens-fonctionnaires parlent entre eux un sabir qu’eux seuls comprennent et voient comme des victoires de l’esprit d’avoir mémorisé les numéros des formulaires dans lesquels ils enverront se perdre ceux qui ont des problèmes et ne connaissent pas les numéros magiques. Ici, on est Martien par apprentissage, au contact répété de l’insignifiance les uns des autres.

      Pourquoi, par exemple, à l’hôpital, l’ordinateur ne peut-il pas obtenir tous les renseignements sur le patient à partir de sa carte de la RAMQ ? Pourquoi faut-il lui poser des question administratives avant de le traiter ? Voyez la chronique de Lagacé dans la Presse du 21 juillet. (J’ai dénoncé il y a 20 ans, ces jaquettes « conçues pour l’humiliation »). Tout le système est inhumain. Étrange et étranger. Martien.


      • Kalki Kalki 11 août 2011 11:57

        Pour ou contre l’allocation universelle ?

        Ca commence par là.

        Indignés de quoi , de l’indignation ?


        • Kalki Kalki 11 août 2011 12:04

          Changer de président ne résoudra vos problèmes existentiels

          Petit anarchiste,
          casse couille pour vieux
          tu mets des bracelets à clous
          pour faire peur tellement t’a pas de muscle

          Petit anarchiste,
          casse couille pour vieux
          ton tee-shirt anarchie
          eh ben il vaut 300 balles


          Petit anarchiste,
          casse couille pour vieux
          Il faut pas que tu perdes espoir,
          un jour toi aussi t’auras des poils

          Petit anarchiste,
          casse couille pour vieux
          si tu trouve pas de boulot
          eh ben comme tout le monde t’essayeras de faire gendarme


          Petit anarchiste,
          casse couille pour vieux
          prends des cours de djembe,
          t’embetras pas tout le monde dans les campings

          Petit anarchiste,
          casse couille pour vieux
          pour prouver que t’existes,
          tu te fait mettre des boucles d’oreilles sur le bout de ta bite


          Eh c’est marrant ça ouais, hein c’est super marrant

          Eh solo d’aspirateur


          Petit anarchiste,
          casse couille pour vieux
          avant t’avais une playstation 2
          que ta maman t’a acheté
          pour te félicité
          quand t’as failli avoir avoir ton BEPC
          mais tu l’as plus
          tu l’as échangé
          contre un bout de shit

          Petit anarchiste,
          casse couille pour vieux
          Quand tu danses dans les concerts de métal
          on dirait bambi

          Petit anarchiste,
          casse couille pour vieux
          Si t’as un comportement, comme ça , aussi bizarre
          c’est peut-être que si ça se trouve,
          t’es pas tout a fait conscient que t’es homosexuel


          • Lorelei Lorelei 11 août 2011 12:57

            la démocratie ne se résume pas au seul droit de vote, il faut un contre-pouvoir citoyen au pouvoir politique

            en effet vous avez raison, il y a d’autres moyens de lutter c’est d’enfanter de projets, n’importe quel projet viable, ça peut être une ferme bio, nettoyer son quartier, donner des cours à des enfants etc..etc..etc.

            il faut des actions citoyennes, en france cette mentalité n’existe pas il faut montrer des alternatives face à l’hyper mondialisation violente

            et surtout ne pas répondre à leurs violences par la violence mais par plus de démocratie


            • miha 11 août 2011 13:07

              Ok à 100 %.

              Et pour avoir un contre-pouvoir citoyen, une piste : une constitution écrite par le peuple pour le peuple, comme c’est en train de se faire en Islande.

               


            • zakari 11 août 2011 13:03

              Les indignés sont les devanciers et « Seul » un être providentiel pourra comprendre leur langage
              il y a d’un côté ceux qui suivent les marchands et puis de l’autre les devanciers
              Pour rester dans le contexte du double langage , je ne donne pas « chair » du sang versé lors de cette rencontre providentiel ou le système qui est en place disparaitra , avec ses graphiques trompeur

              Ce ne serait pas la première fois que cela arrive , De Gaulle en est un exemple ou Jeanne d’Arc et bien d’autres encore

              Des leaders qui sont au service du citoyen , cela a existé
              Oui oui !! vous ne rêver pas , une hallucination

               


              • miha 11 août 2011 13:09

                Un être providentiel une fois au pouvoir est corrompu par le devoir, c’est humain.

                Il faut un contre-pouvoir citoyen, leader providentiel ou pas.


              • Six_souris Six_souris 11 août 2011 18:25

                Excellent tout cela...

                Des idées qui existent et sont clamées depuis des siècles depuis nombre de personnes, des idées auquel j’adhère...
                Cependant une interrogation brise cette soudaine montée de belles paroles :
                POURQUOI vous appelez-vous les indignés ?
                Du livre « indignez-vous ! » bien sur...Toutes les pensées issues de ce livre existaient déjà auparavant et sont en discussions tous les jours, dans tous les pays. Mais il a fallu que ce soit un philosophe reconnu pour que tout le monde commence à se questionner ! 
                Ce n’est ni votre, ni notre mouvement, ni celui des indignés. C’est uniquement la conséquence de ce livre et la preuve que malgré les slogans que vous clamez, il a fallu que toutes ces jolies espérances viennent de « l’élite », et garde sa marque de fabrique, pour que le mouvement démarre. Un vol de révolution, une occasion parfaite pour un philosophe de faire rentrer son nom dans l’histoire comme Voltaire et tant d’autres l’ont fait auparavant et ainsi encore tromper l’histoire, en étant certains que l’humanité recommencera les mêmes erreurs. Se faire le porte parole INDIRECT, l’annonciateur d’une révolution en profitant de son statut de personne « écoutée » pour attribuer son propre mot et ses quelques dérivées à une contestation qui n’avait jamais été sienne.
                Je trouve cela extrêmement pervers et hypocrite de la part aussi bien de la part de Stéphane hessel que de tous les adhérents à ce mouvement.

                Enfin peut être que je me trompe et qu’en tant qu’anarchiste, ma vision soit troublée. N’y voyez nul forme d’agression, je m’interroge simplement sur le sujet qui m’interpelle mais dont j’ai encore quelques réserves. Je suis ouvert à toutes les réponses, prônant le scepticisme avant toute idéologie.
                Merci d’avance si quelqu’un pouvait m’éclairer.

                • miha 12 août 2011 08:50

                  Stéphane est d’abord un ancien résistant.

                  Dans son petit livre, dont il était très très loin d’imaginer le succès, rien de pervers ou d’hypocrite de sa part,, il reprend d’ailleurs les arguments développés par les anciens résistants (dont Lucie et Raymond Aubrac, pour ne citer que les plus connus) lors de leur appel lancé en 2004 et pratiquement passé sous silence.

                  Ce sont d’abord les espagnols qui se sont désignés comme étant des indignés (indignados), c’est par solidarité avec le peuple espagnol, puis avec le peuple grec qui a repris le même nom, que ce mouvement a choisi cette dénomination en France.

                  Et c’est maintenant aux Chiliens de se proclamer « indignés »...

                  L’anarchie ne pourra, enfin, véritablement exister que lorsque l’humanité aura suffisamment évolué vers plus d’intelligence, plus de bon sens, plus de responsabilisation individuelle et collective, plus de solidarité.... nous en sommes, hélas, très loin, n’est-ce-pas ?

                  Et il faudrait que cela arrive avant que les humains ne s’auto-détruisent... ce que je pense possible tellement ils sont encore barbares.


                • Six_souris Six_souris 12 août 2011 11:28

                  Merci tout d’abord pour la rapidité et l’amabilité de la réponse.

                  Je persiste à croire que l’histoire ne retiendra que les mauvais noms - du fait justement qu’elle les retiens - mais me voici déjà plus éclairé.
                  La démonstration est dans votre réponse : Je questionnais sur l’ensemble du mouvement et surtout sur son organisation et ses réelles motivations, mais vous vous êtes contentés de baser votre argumentation sur la seule et unique personne de Stephane, de plus est en citant d’autres personnes connues en supposant que ce statut suffisait à justifier la dérive que je dénonçais.
                  Votre réponse m’apparaît donc une confirmation à ma crainte.
                  Merci cependant de m’avoir répondu.
                  Je continu de mon coté à m’interroger sur ce sujet.
                  Bonne journée.

                • zakari 11 août 2011 21:48

                  Pour répondre a miha
                  "Un être providentiel une fois au pouvoir est corrompu par le devoir, c’est humain.

                  Il faut un contre-pouvoir citoyen, leader providentiel ou pas."

                  Je suis profondément d’accord sur la nécessite d’un contre pouvoir pour les ambivalences , d’ailleurs vous donner des solutions serait vous mentir

                  • miha 12 août 2011 08:52

                    il faut aussi prendre en compte le fait que même providentiel personne n’est éternel.

                    Un contre-pouvoir efficace est nécessaire.


                  • zakari 11 août 2011 21:57

                    Je vais vous soumettre une de mes pistes pour orienter le devoir
                    Personne n’est indigné sur la Loi et la constitution qui sont corrompues
                    Qui avance tel un rouleau compresseur limitant ce qui est humainement possible


                    • miha 12 août 2011 08:55

                      Tous les indignés s’indignent de la déliquescence de nos institutions. (lois, constitution, valeurs républicaines, démocratie qui ne mérite pas son nom, ...)


                    • Jonathan Moadab Holly_Crapp 26 août 2011 09:12

                      Clair que le mot « indigné » pose problème. Je le rejette moi-même. Mais ça ne reste qu’une étiquette, un emballage, notre travail étant d’expliquer ce qu’il y a à l’intérieur.

                      PS : Je n’ai pas lu le « livre » de Hessel, mais il me semble qu’il est assez éloigné de ce qui est réclamé. Au sens qu’il pense encore que notre société peut se réformer...


                      • miha 26 août 2011 09:19

                        Hessel fait plutôt un constat, il ne propose pas de solution, en effet.

                        Dans son livre « l’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie », Hervé Kempf, lui aussi, fait un état des lieux, il conclut en disant que les citoyens doivent réagir, sans dire comment... à nous de le trouver, après tout, car, le peuple, c’est nous si démocratie signifie bien « pouvoir au peuple »


                      • Kalahari 26 août 2011 14:54

                        Bonjour à tous en paticulier à Miha qui écrit très bien et qui vit proche de chez moi semble-t-il.
                        Je voudrais simplement dire que l’indignation c’est bien beau mais... y longtemps que beaucoup ont dépassé ce stade. En lisant cet article, j’ai l’impression de baigner en pleine utopie ou en tout cas de lire des idées de personnes qui se gargarisent de mots à défaut d’autre chose. « Moins d’actions des mots » écrivait-on en 1968. C’est tout à fait ça. On se réunit, on cause et on rentre sagement chez soi dormir en se disant que les autres sont des andouilles de faire la même chose aux terrasses des cafés... Qu’est-ce que vous voulez clairement et COMMENT comptezvous l’obtenir ? Tant que les Indignés resteront dans un tel flou artistique ils resteront une poignée. Oui mais me dira-t-on à Madrid... Soyons sérieux. Qu’ont obtenu de CONCRET les indignés madrilènes ? Ont-ils seulement obtenu ne serait que le début d’une once d’une promesse de leur gouvernement ? Ont-ils crée ou obtenu davantage de justice sociale ? Ok, on a parlé un peu d’eux dans les media, chez Mermet en particulier, mais en dehors de brassage de vent, pour quel résultat ? Tant que vous ne VOUS (et non pas nous car je ne peux me reconnaître comme un membre des Indignés tels qu’ils se présentent) n’aurez pas déjà UN OBJECTIF clair (auminimum) et que vous ne fixerez pas les moyens pour y parvenir, même le Républicain lorrain qui fait des articles sur les chiens écrasés à défaut d’autre chose de palpitant ne parlera pas de VOUS et vous ne serez q’une poignée. Alors oui, il faut proposer la grève générale ou du moins du zèle (j’en rêve : on est au boulot et on ne fait RIEN !!!!!!) et ce sans attendre les syndicats. Oui, il faut faire des manif’ mais surtout bloquer les routes, les accès aux bâtiments publics, les entrées de supermarché. Alors oui, avec femme et enfants je vous rejoindrai. Sinon j’ai mieux à faire qu’à perdre mon temps.


                        • miha 26 août 2011 15:11

                          bonjour, Kalahari

                          des actions, nous en faisons et allons en faire encore... ne serait-ce que la marche des indignés qui arrivera à Bruxelles en octobre... des indignés de plusieurs pays.

                          Un de nos objectifs, en France, c’est d’obtenir une nouvelle constitution rédigée par une assemblée constituante formée de citoyens.

                          Les moyens pour y arriver ?

                          Déjà, faire en sorte que l’opinion publique adhère à cette idée.

                          C’est en train de se faire en Islande, pourquoi les français ne seraient pas capables d’en faire autant ?

                          Ce qu’il faut, c’est que le peuple puisse être entendu.

                          Or, notre démocratie de façade ne le permet pas, n’est-ce-pas ?

                          Alors... changeons les règles du jeu... une constitution permettant aux citoyens d’exercer un contre-pouvoir à la classe politique qui ne nous écoute pas et à la finance qui nous opprime...

                          Votre objectif, c’est de bloquer les routes, etc..., faire une grève générale sans l’aide des syndicats... quels sont les moyens que vous proposez pour l’atteindre ?

                          Vous serez encore moins nombreux que les actuels indignés à vous engager à fond dans ce type d’action, croyez-moi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès