Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les isséens et les ordinateurs de vote

Les isséens et les ordinateurs de vote

A Issy-les-Moulineaux des citoyens tâchent de se faire entendre au sujet des ordinateurs de vote que la mairie leur a imposé sans consultation et avec une information mensongère.

les isséens et les ordinateurs de vote

DATE DE NOS ACTIONS

A Issy-les-Moulineaux jeudi 3 mai de 17h45 à 20 h, Place de la Mairie vendredi 4 mai de 17h45 à 20 h, Avenue du Général LECLERC DÉROULEMENT DU SCRUTIN À ISSY-LES-MOULINEAUX LE 22 AVRIL 2007

Lors du 1er tour des présidentielles, nous avons voté sur des ordinateurs. Il semble évident que le système choisi par la ville n’est pas au point : délais d’attente extraordinaires, intervention d’anonymes dans l’isoloir pour aider certaines personnes (négation du secret du vote), différence entre le nombre de votes annoncé par les machines et le nombre d’émargements (sans possibilité de recomptage), nombreuses mentions sur les procès verbaux (dont la comptabilité n’est pas dévoilée), carences quant aux vérifications des carte d’électeurs, personnes ayant voté deux fois, sans parler des problèmes techniques inhérents à ces machines, ...

RÉACTIONS À CE SCRUTIN

Nous ne sommes que de simples citoyens, inexpérimentés dans ce type de démarches, salariés (et donc manquant de temps) mais motivés par une conscience citoyenne. Nous, citoyens d’Issy-les-Moulineaux, avons été choqués par le déroulement du scrutin du 22 avril 2007.

Depuis, lors de discussions avec des amis, des voisins, de nombreux témoignages d’électeurs, d’assesseurs, de présidents de bureau de vote, ..., nous nous sommes aperçus que nous avons été très nombreux à nous être sentis floués dans notre droit premier : le suffrage universel sur des élections présidentielles.

NOTRE DÉMARCHE

En tant que citoyens (apolitiques) qui souhaitent garder leurs droits pour nous-même et pour les générations à venir, nous avons décidé de consulter nos concitoyens, sans aucune pression, afin qu’ils s’expriment sur « POUR ou CONTRE » les ordinateurs de vote (tels qu’ils existent) via un vote symbolique dans une urne transparente. Nous sommes également de grands utilisateurs des ordinateurs, passionnés de multi média, en contact constant avec des informaticiens et parfaitement informés dans ce domaine.

NOS MOTIVATIONS

Nous souhaitons démontrer à M. le maire que le maintien de ce vote électronique ne nous est ni compréhensible, ni vérifiable et qu’il semble poser plus de problème qu’il n’en résoud. Il ne s’est d’ailleurs toujours pas exprimé sur les problèmes engendrés par ce mode de scrutin. Rappelons qu’un certain nombre de villes ont préféré revenir au vote papier, le temps de trouver une façon moderne, respectueuse des citoyens et de la démocratie de faire évoluer les modes de scrutin vers un réel progrès. Après de nombreuses recherches au sujet des ordinateurs de vote, nous nous sommes aperçus qu’il existe des « machines » bien plus performantes ; notamment qui impriment un papier, qui tombe dans une urne scellée, qui indiquent le choix de l’électeur ; ce qui permet (si besoin est) un recomptage et qui rassure l’électeur quant à la certitude de la réelle prise en compte de son choix. Peut-être sont-ce là des pistes à explorer ?

INCIDENT A DEPLORER

Nous avons été agressés verbalement par un homme dégarni, d’une cinquantaine d’années, arborant un ruban bleu au revers de sa veste. Celui ci nous a réellement manqué de respect puis nous a affirmé « de toutes manières, c’est nous qui décidons, nous allons gagner les élections et ça ne changera pas de si tôt ». Des passants et des personnes qui s’étaient arrêtés pour signer la pétition, choqués, lui ont indiqué que ce manque de respect était injustifié et consternant. Ces personnes l’interrogent alors pour lui demander qui il est. "Je suis un élu de la ville", répond-il. "Vous pensez que c’est en vous comportant ainsi que vous gagnerez nos voix ?", "Je n’en ai rien à faire de vos voix" lâche-t-il, avant de partir voir les militants UMP qui distribuaient des tracts à l’entrée du Monoprix. Un des passant ayant assisté à la scène nous indique qu’il s’agirait de Mr Subrini, premier Maire-adjoint de la ville. Un élu donc, qui ne se préoccupe pas plus de ses administrés que de ses électeurs. Comment peut-il se croire tout permis, y compris l’insulte ?

BILAN D’ETAPE

Indépendamment de cet unique incident, bien que convaincus d’un mécontentement assez général, nous avons été très surpris, ces deux soirs (malgré la pluie vendredi), de l’ampleur de l’intérêt, du besoin de s’exprimer, de la demande de dialogue, du besoin d’information et du mécontentement des passants. Beaucoup de monde a eu besoin de s’exprimer et a pu le faire que l’on soit CONTRE ou POUR les ordinateurs de vote, et ce dans le respect des opinions de chacun et dans la convivialité.

Résultat en 2x2 heures de présence :

Jeudi 3 mai 2007 : POUR : 23 CONTRE : 147

Vendredi 4 mai 2007 :(malgré la pluie) :

POUR : 5 CONTRE : 83

Soit un total de :

28 POUR les machines à voter 230 CONTRE les machines à voter ou encore 12% de voix POUR et 88% CONTRE !

Nombre de signatures sur la pétition « ordinateurs-de-vote.org » (contre les ordinateurs de vote) sur les 2 jours (soit 4 heures) : 206 nouvelles signatures.

CONCLUSION

Nous étions fiers, jusqu’à ce jour, de l’aspect moderne et innovateur, en terme technologies de l’information, de notre ville, Issy-les-Moulineaux. Nous aurions été formidablement fiers si la ville avait fait le choix d’être un modèle et donc de s’équiper d’ordinateurs de vote qui respectent de façon transparente le choix des votes des électeurs, qui respecte le secret du vote, qui permette le recomptage, et surtout si tout cela avait débuté par une discussion citoyenne sur le bien fondé de l’utilisation de ces machines. Nous espérons que M. le Maire s’exprime quant à ses choix et qu’il nous informe sur le nombre et le contenu des mentions sur les procès-verbaux ainsi que sur tous les problèmes qui se sont manifestés lors du 1er tour, cela dans le but d’aller vers un mode de scrutin plus performant et plus respectueux des citoyens et de la démocratie.


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Sarro 9 mai 2007 14:19

    Pour l’anecdote lors du vote de dimanche à Issy, l’assesseur m’a appelé Philippe Sarko, je lui est aussitôt demandé si c’était un lapsus révélateur. Il ne m’a pas répondu mais je l’ai senti tout penaud.

    Plus sérieusement lors du premier tour j’ai rempli 2 procès verbaux sur lesquels j’ai écrit que j’exprimais mes doutes sur la fiabilité, la traçabiltité du système ainsi que sur le contôle démocratique du scrutin.

    Je suis moi même valideur de systèmes de télécommunication, et il était 8h15 j’ai pourtant éprouvé une petite difficulté pour la premère fois que je votais avec ce système. Pour confirmer mon vote j’ai pensé que c’était le bouton vert en bas de l’écran, j’ai alors demandé de vive voix si c’était bien lui que l’on devait taper. Il m’a semblé que le président du bureau a répondu que oui. Mais comme cela ne marchais pas je l’ai dit tout haut, j’ai senti un moment de panique autour, le président s’appretant à venir voir mais quelqu’un à aussitôt répliqué que c’était confidentiel et qu’il ne devait venir voir. Il m’a donc dit à voix haute que c’était en bas à droite qu’il avait un la confirmation tactile. Effectivement, mais je ne l’avais pas vu car il il y avait un beau reflet du soleil juste à cet endroit là. Quand je l’ai dit, j’ai entendu le président dire « c’est exact ». Ensuite j’ai demandé si je pouvais signé un cahier de doléance. Voilà pour mon témoignage. Evidemment lors du deuxième tour je n’ai pas eu de problème.

    Alors que, pour moi qui ait l’habitude des systèmes informatiques, j’ai pu merder d’entrée j’imagine pour les personnes agées qui sont passées après cela que n’a pas du se passer comme lettre à la poste. Il ne faut pas chercher plus loin les files d’attentes que l’on a constaté ensuite. L’explication par le fait qu’il y avait beaucoup de monde à cette éléction me semble erronée. Ceci pour dire que je trouve qu’il y a eu beaucoup d’impréparation dans ce vote, on a été informé que quelques jours avant que l’on voterait de cet façon. On aurait pu choisir un autre scrutin moins crucial pour préparer la population d’Issy les Moulineaux. Et puis, je pense qu’il n’est pas normal qu’il y ait plusieurs systèmes de vote electronique entre différentes communes, ne serait ce que pour la facilitation du contrôle démocratique. De même voir le président après chaque vote inserrer une cassette dans le système pour le devérouiller pour le citoyen suivant m’a un peu derouté.


    • JL JL 9 mai 2007 18:45

      Article tout en retenue, on approuve.

      Avez-vous comparé les resultats avec des bureaux de vote classiques, comparables en socio-économiquement ?


      • vero 9 mai 2007 19:27

        Je n’ai pas encore d’info précises sur toutes les communes et sur les 2 tours.

        En revanche, pour le 1er tour, il est estimé qu’en moyenne l’abtenstion est supérieure de 4% sur les communes qui utilisaient les ordinateurs de vote (82 communes, 1,5 millions d’électeurs).

        De plus, il semble qu’à Boulogne Billancourt, où les bureaux étaient équipés des 2 systèmes (Bulletins papier et urnes transparentes + ordinateurs) il y ai eu jusqu’à 9 points de pourcentage de différence en faveur de l’UMP.

        Hélas, concernant l’impact des ordinateurs de vote, les communes ne donnent pas les chiffres et les info aisément. Issy-les-Moulineaux s’y refuse. Demain je m’y déplace pour consulter les mentions faites sur les procès-verbaux,..., je verrai bien.

        Moi même et les personnes inquiètes et actives à Issy-les-Moulineaux ne sommes pas partisans. Nous sommes donc à la recherche de toutes informations et analyses sérieuses et argumentées sur les ordinateurs de vote.

        A bon entendeurs...


      • finael finael 11 mai 2007 12:55

        Personnellement je ne les appellerais pas des « ordinateurs » de vote mais des « machines à voter », un ordinateur, comme vous le savez puisque vous en utilisez un, est une machine destinée à faire des très nombreuses opérations aussi diverses que variées.

        Je ne sais pas comment elles sont conçues et fabriquées. Je ne pense pas, dans le cadre d’essais à petite échelle qu’il y ait eu fraude, mais ce n’est que mon impression personnelle.

        Par contre je peux imaginer ce qui est techniquement possible :

        - Accéder en réseau à la machine, tout simplement via la prise de courant, on sait le faire même si cela n’a pas été mis en oeuvre à grande échelle.

        - Fausser les résultats (volontairement ou involontairement d’ailleurs) si une touche ou une partie de l’écran tactile fonctionne « mal ».

        - Relever l’empreinte digitale laissée sur l’écran et ainsi savoir qui vote pour qui.

        On peut certainement trouver de nombreuses autres failles mais je n’ai pas pris le temps d’y songer plus avant.

        Etant moi-même informaticien je ne saurais cracher sur le progrès technique, mais je ne saurais trop conseiller la prudence (ou au moins la vigilance) dans son emploi sinon nous n’aurons bientôt plus besoin de voter, les machines le feront toutes seules.


        • philou 18 mai 2007 19:44

          Moi itou suis informaticien.

          Pas besoin d’empreintes digitales (quand même, à la fin de la journée, il me parait difficle de croire qu’elles ne se chevauchent pas entres-elles).

          Plus simplement : les gens votent un pas un. Donc on vote sur la machine. Et « clic », on sait pour qui vient de voter la personne.

          Le progrès : oui !!! j’aime bien. La régression de la démocratie, j’aime moins. L’informatique, c’est avant tout aussi un formidable outil de normalisation et de contrôle (et je sais de quoi je parle, c’est mon métier).

          Oui à l’informatique : mais pas dans les bureaux de vote.


        • a veheme 13 mai 2007 09:47

          Un citoyen ordinaire est incapable de se convaincre que le résultat du vote par la machine est sincère et non faussé. Ce système est donc incivique et nous devons nous y opposer. La loi doit nous permettre de l’interdire.

          L’idéal serait une action en justice (tribunaux administratifs, procédure bon marché) pour invalider les actes du gouvernement qui les ont autorisées. Même si on avait peu de chances de l’obtenir, le simple fait de lancer 50 procédures en France relantirait la mise en place et ferait réfléchir les maires.

          Par ailleurs, en cas d’échec, il y aura encore le recours devant la Cour Européenne des Droits de l’homme car un système qui « disanfranchise » (terme anglais qui réduit la citoyenneté) n’est pas admissible en Europe.

          Voulez-vous constituer un groupe qui lancera et suivra cette action ? Je veux bien y contribuer.


          • philou 18 mai 2007 19:29

            Félicitation pour cet article. Les « machines à voter » sont une négation des droits élémentaires : le secret du vote, et le contrôle de celui-ci par les citoyens.

            Oui, compte tenu des quelques villes concernées, le résultat de l’élection n’est pas à remettre en cause. Mais qu’en sera-t’il quand le système sera généralisé. Et sur les votes locaux, qu’en penser.

            Je me prétend informaticien, une trentaine d’année de pratique de la chose, et à l’aune de cette expérience, je refuse de voter sur une « machine à voter ».

            J’ai, dans d’autres commentaires sur agoravox, donné des arguments défavorables : aucuns n’a pu être contredit. Les contradicteurs n’y connaissent rien, et ne savent pas de quoi il parle.

            Le vote via des machines à voter est anti-démocratique, c’est inhérent à la technique elle même.

            Bravo de vous battre contre ça, je suis de tout coeur avec vous.


            • philou 18 mai 2007 19:37

              Concernant la pseudo-solution d’une machine qui « imprime le bulletin et le met dans l’urne » : bon alors là, autant pas faire de machine.

              Et puis rien n’empêche la machine d’imprimer ce qu’elle veut sur le bulletin.

              Il n’y a pas de solution. J’ai rien contre les (vrais) progrès, mais là, il s’agit d’une régression.

              Si quelqu’un a une solution informatique qui tient la route, je suis prêt à le lire avec attention.

              j’ai presque envie de lancer un concours avec récompense à la clef.. ça serait amusant à lire... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

vero


Voir ses articles







Palmarès