Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les leçons de l’histoire

Les leçons de l’histoire

Nombre de dignitaires nazis, sans parler des simples SS ni des collabos français, ont justifié leurs agissements par le respect de l’autorité et l’obéissance aux ordres. Ce respect semblait les exonérer de toute réflexion critique quant à la nature des ordres qu’ils exécutaient et la légitimité de leurs chefs. Ce type de comportement, unanimement dénoncé depuis, est-il pour autant inenvisageable en France de nos jours ? La façon dont se déroule la campagne électorale peut conduire à en douter sérieusement.

Si une leçon aurait pu être tirée d’un épisode tragique de notre histoire comme la 2e guerre mondiale, c’est que chaque citoyen est responsable éthiquement et moralement de ses actes ; l’accumulation de décisions individuelles insuffisamment réfléchies pouvant conduire des nations à la catastrophe. Au moment d’apporter un soutien à un candidat, et encore plus à l’heure du vote, peut-on se laisser emporter sur la foi d’une formule choc ou de promesses de futurs qui chantent ?

 

Le soutien à un chef qui pouvait sembler rassurant dans un premier temps - Mussolini en Italie, Hitler en Allemagne, Pétain en France - s’est ainsi révélé être une tragique erreur pour des citoyens qui ne voyaient que ce que l’on avait bien envie de leur montrer - et que ce qu’ils avaient bien envie de voir. Auraient-ils pu prévoir le comportement de leurs chefs ? En grande partie, oui. Notamment parce que ces derniers, s’appuyant sur la peur, sur la crainte et le ressentiment légitimes des peuples, n’offraient aucune perspective humaniste et raisonnée pour contribuer au développement de leurs nations.

 

La fascination de certains français pour Le Pen et plus récemment pour Sarkozy me fait exactement le même effet : tous deux ont très bien compris le mal dont souffrent une grande partie des français et savent exploiter leurs craintes légitimes. Sont-ils pour autant en mesure de les en guérir ? Sont-ils pour autant réellement en mesure de favoriser le redressement économique et social de la France ? Leur histoire, leur comportement nous indiquent clairement le contraire. Ni l’un ni l’autre n’ont obtenu de résultats probants au cours de leurs différents mandats. Tous les deux sont sévèrement entâchés par des affaires qui les concernent directement ou qui mettent en cause leur proche entourage. Tous les deux ont eu des gestes ou des mots déplacés, prônant la haine ou la défiance de l’autre sans apporter de solution constructive. Tous deux ont changé de discours, de ton, de références au cours des années, flirtant avec le paradoxe, sans s’en émouvoir outremesure.

 

Et pourtant... Et pourtant, ils font tous les deux l’objet d’un intérêt et d’une confiance de la part de nombre de citoyens, voire d’intellectuels, d’hommes d’affaires et de journalistes, qui me font penser que si Mussolini ou Hitler étaient candidats à l’élection présidentielle, ils seraient soutenus par des partis unis derrière la figure du "chef", qui malgé la crainte de certains - vite mis au ban de ces partis - les aideraient à aller jusqu’au second tour de l’élection présidentielle, et peut-être à être élus.

 

Sarkozy et Le Pen ne sont ni Hitler ni Mussolini, évidemment. Tout du moins je l’espère. Mais ils n’offrent de garantie ni d’honnêteté, ni de franchise, ni de compétence qui, à part leur savoir-faire pour exalter la peur des citoyens et se présenter en figures rassurantes et "nouvelles", ne peuvent pas conduire à penser qu’ils pouraient agir de manière plus éthique et responsable. Au contraire, leur mépris manifeste pour la démocratie, pour les journalistes, pour les hommes en général, ne peut que susciter la crainte. On peut reprocher beaucoup de choses à tous les autres candidats, mais d’être dangereux en eux-même, certainement pas.

 

Le 22 avril, ne faisons pas semblant de ne pas savoir.


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (232 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 11 avril 2007 11:48

    Toi qui essaies de percer la surface des choses , quand tu parles des partis unis derrière la figure du « chef », regarde aussi du coté de ceux qui se réclament du communisme et du trotskisme et interroge toi aussi ! que nous dit l’histoire ? que feraient t ils s’ils avaient vraiment le pouvoir ? Pourquoi les médias et les soi disants intellectuels n’en parlent pas ?


    • gAZi bORAt (---.---.164.192) 11 avril 2007 12:33

      « ..ceux qui se réclament du trotskysme.. »

      Nous en avons un exemple récent au Brésil et apparemment, il n’a pas mis son pays à feu et à sang..

      gAZi bORAt


    • ergo-sum ergo-sum 11 avril 2007 12:58

      Vous avez tout à fait raison... J’aurais pu mentionner Staline, Mao ou Lénine. Le principe est le même, hélas.


    • Julien (---.---.52.224) 11 avril 2007 18:12

      > Pourquoi les médias et les soi disants intellectuels n’en parlent pas ?

      Peut-être parce qu’ils ne font pas 32% des voix ?

      Et puis le raccourci Communisme = Staline est autant facile que faux. Le Marxisme mérite beaucoup de critique légitimes, mais jugez la doctrine sur son contenu, par sur l’interprétation qu’en ont eu des fous avides du culte de leur personnalité (tient ça me fait penser à un candidat).

      Je ne dirais pas que Sarkozy est fasciste, ça on le verra peut-être à l’usage. Mais je dirais qu’il inquiéte, et il y a probablement des raisons pour être inquiet :
      - lapsus troublants
      - pressions sur les journalistes
      - propositions flattant l’électorat de le Pen
      - culture sommaire
      - entourage et amitiés à la droite de la droite
      - n’admet jamais qu’il se trompe, même les preuves sous le nez
      - gesticule finalement plus qu’il n’agit, voir ses résultats en dessous des objectifs à l’intérieur
      - refuse les débats sous des prétextes changeants
      - positions inadmissibles et fausses sur l’inné en génétique
      - sans parler de certaines de ses phrases maladroites du type « La france tu l’aimes ou tu la quitte » reprise à De Villier ou « Le travail rend libre » des nazis qui tronait à l’entrée Auschwitz ou Dachau.
      - j’en passe...

      Je n’ais jamais voté à gauche. Mais un candidat qui avance un bilan faible, un programme fortement discutable, et surtout des propos et actes qui individuellement ne veulent rien dire, mais ensemble sément des doutes, je voterais probablement blanc au premier tour, et contre lui au second, même si je devais voter à gauche.


    • Julot (---.---.218.48) 11 avril 2007 23:30

      J’avoue être dubitatif vis à vis de votre article. Vous avez peur des hommes mais avez vous peur du système !

      Moi c’est le système tout entier qui m’effraie. J’ai bien plus peur de nos millions de fonctionnaires, prêt à voter pour l’extrème gauche, en dépit de tout, juste pour maintenir leurs privilèges.

      Je ne crois pas que le pen ou sarko fascinent. Vous en avez rencontré beaucoup des gens qui vous disent : « Je suis prêt à mourir pour Nicolas ! »

      On est quand même à des années lumières du nazisme et du fascisme.

      Cela ne veux pas dire qu’il ne faut pas être vigilant, mais il serait bon aussi de temps en temsp, d’être vigilant vis à vis des autres pays...

      Car nous sommes tellement omnubilés par notre nombril, que nous ne nous apercevons pas à quel point nous sommes coupé du reste du monde...

      Les anglais par exemple, nous prennent pour des barjots car nous avons 4 candidats trotskystes/communistes à la présidentielle...

      Au lieu de chercher le nazisme derrièer Mr Sarko, ou Mr Le pen, nous ferions mieux de dépenser notre énergie à réfléchir à la marche du monde.

      Ca ne veux pas dire qu’il faut tourner la page, pas du tout. Mais si vous voulez un président ou une présidente qui vous materne, vous rassure, vous aurez un gestionnaire, mais pas un président qui gouverne.

      Sinon, pour ce qui est de l’article, je suis assez d’accord avec vous.


    • (---.---.255.244) 12 avril 2007 12:44

      « J’ai bien plus peur de nos millions de fonctionnaires, prêt à voter pour l’extrème gauche, en dépit de tout, juste pour maintenir leurs privilèges. »

      @ julot :

      oui, oui ... moi ce qui me fait peur, ce sont les crétins qui bla-blattent ... et à qui votent...


    • ergo-sum ergo-sum 14 avril 2007 13:45

      Je vous conseille de lire le très intéressant dossier publié par le numéro qui vient de paraître de Marianne, qui fait écho à mes propos. Pouvons-nous donner le pouvoir suprême à un homme comme Nicolas Sarkozy ?


    • fouadraiden fouadraiden 11 avril 2007 11:49

      auteur

      Selon vous ,quand est-ce qu’un Hitler ou un staline deviennent-ils ce qu’ils sont censés être devenus ?

      est-ce au le début, vers le milieu ou une fois le résultat de leurs oeuvres connu ?


      • Gasty Gasty 11 avril 2007 19:34

        C’est scientifiquement reconnu par SARKO ! c’est génétique.

        Enfin.... ! du moins pour les PD et les suicidés.


      • Thomas Roussot Thomas Roussot 11 avril 2007 13:35

        C’est clair que la politique éditoriale est parfois plus qu’à géométrie variable, en matière d’arguments, on frise le néant là.


      • Gertrude (---.---.161.74) 11 avril 2007 11:58

        Je suis le seul à en avoir marre qu’on nous sorte du nazi, du hitler à chaque fois qu’on nous parle de Sarkozy ou le Pen ?


        • jak (---.---.71.33) 11 avril 2007 12:05

          Rassurez- vous, vous n’êtes pas le seul smiley


        • LE CHAT LE CHAT 11 avril 2007 12:08

          @Gertrude

          c’est le thème archiusé de la diabolisation


        • Bill Bill 11 avril 2007 12:10

          Tout à fait d’accord !!! Ségolène me fait particulièrement froid dans le dos ! et autrement que les deux candidats cités !

          Bill


        • gAZi bORAt (---.---.164.192) 11 avril 2007 12:42

          « Le thême archi-usé de la diabolisation »

          Loin de moi l’idée de diaboliser les électeurs du Front National dont beaucoup seraient, selon un humoriste bien connu "des communistes qui se sont fait cambrioler deux fois mais de remettre les pendules à l’heure sur les fondements idéologique d’un parti pas tout à fait comme les autres.

          A l’heure où celui-ci tente de se refaire une virginité avec le visage souriant de Marine Le Pen, on peut en faisant l’impasse sur les calembours et dérapages de son Président, en oubliant sa période guerrière, rappeler le passé d’engagement dans l’ombre du nazisme de certains membres du cercle DIRIGEANT du Front National.

          On peut notamment citer ici :

          Léon Gaultier. Ancien lieutenant Waffen SS, MEMBRE du CONSEIL NATIONAL du FN dès sa création, en 1972.

          André Dufraisse. Ex-membre du Parti populaire français et de la Légion des volontaires français (LVF), engagé à l’époque sur le front de l’Est et MEMBRE du BUREAU POLITIQUE du Front national de 1972 à sa mort où il était spécialement chargé du recrutement des chefs d’entreprise.

          Roland Goguillot, alias Roland Gaucher, s’occupa pendant la guerre des jeunesses du RNP de Marcel Déat, qu’il suivit à Sigmaringen en 1944. FONDATEUR en 1972, puis MEMBRE du BUREAU POLITIQUE du Front National, directeur de National Hebdo jusqu’en 1993.

          Pierre Bousquet, PREMIER TRESORIER du FN, décédé en 1991, ancien caporal de la division Charlemagne (régiment Waffen SS à recrutement français, qui s’illustrèrent dans les combats de Poméranie et la défense du bunker du fürher).

          Etc.. vous pouvez compléter cette liste...

          D’autres partis trainent aussi des casseroles, mais une telle concentration de personnages aussi refractaires à un quelconque idéal démocratique dans les instances dirigeantes d’un parti est quand même inquiétante..

          gAZi bORAt


        • Papy (---.---.237.52) 11 avril 2007 13:00

          Attendez, vous oubliez Mitterrand, membre du gouvernement de Vichy, membre de l’Action Française...

          Marre de ces diabolisations, marre de ce jugement de l’histoire. Vivez votre présent ou bien retournez dans vos bouquins poussiéreux pour tenter à nouveau de comparer NS ou JMLP à d’autres... Cherchez bien, je pense que vous leur trouverez un lien avec d’autres tyrans : Staline, Lenine, Trotsky, Castro, Attila...


        • LE CHAT LE CHAT 11 avril 2007 13:09

          @papy

          Il n’a pas vu papy fait de la résistance ! smiley


        • gAZi bORAt (---.---.164.192) 11 avril 2007 13:25

          @ Papy

          « Vivez dans votre présent »

          Celui qui ignore le passé est condamné à le revivre..

          gAZi bORAt


        • yoda (---.---.63.52) 11 avril 2007 13:41

          @ Papy-mougeot

          Ce n’est qu’un detail mais dans ton élan tu as un peu refait l’histoire : Trosky n’a pas eu le temps, l’occasion ou la fibre d’etre un tyran. Il denonca des 1923 les derives du regime sovietique et ensuite du Stalinisme ; En opposant qui se respecte, il fut assassiné en 1940 par un agent de Staline..


        • LE CHAT LE CHAT 11 avril 2007 14:04

          @yoda

          Avant de s’opposer à Staline ,Trostky fut un tyran lui même En mars 1921, au nom de la sauvegarde de la « révolution d’Octobre », il conduisit la répression de la révolte des marins de Kronstadt, en partie influencés par l’anarchisme (mais aussi par les SR de gauche, également de nombreux bolcheviks furent parmi les révoltés). Les révoltés de Kronstadt souhaitaient un véritable pouvoir aux soviets, la libération de tous les prisonniers socialistes, « la liberté de la parole et de la presse pour les ouvriers et les paysans, pour les anarchistes et les partis socialistes de gauche », etc


        • Unknown (---.---.241.82) 11 avril 2007 14:09

          Cela vient d’une lacune dans l’argumentation, le choc des mots renvoie à celui des photos, non, des clichés plutôt.

          Adolfito super-star


        • (---.---.30.16) 11 avril 2007 14:32

          @ Yoda ou comment ne pas utiliser la force pour ouvrir un livre d’histoire...

          je reprends un de mes posts de vendredi dernier :"cher 1984, vous parlez du même Trotsky que moi ? de Lev Davidovitch Bronstein ? parce que là ce que vous dites est révoltant !! vous savez que c’était un très proche collaborateur de lenine entre 1917 et 1924, qu’il a contribué à la prise du pouvoir par la force en Russie, qu’il a ouvert les camps de concentration avec Lenine, qu’il est le fondateur de l’Armée Rouge avec le nombre de fusillés condamnés de sa main ? que c’est le bourreau de Cronstadt (1000 fusillés sur place-même les blessés, 2500 condamnés à mort, 6400 déportés -150 encore en vie 2 ans après), le même trostky qui est le théoricien de la terreur rouge, le défenseur de la Tchéka en 1918 et même de la militarisation du syndicalisme (la grève est une désertion et une revendication est une insubordination) tout cela vous l’oubliez bien-sûr vous préférez voir le gentils anti-stalinien.... revoyez l’histoire telle qu’elle est et pas comme vous aimeriez qu’elle soit, prennez du recul"


        • LE CHAT LE CHAT 11 avril 2007 14:51

          C’est comme il y a le bon che guevara des tee shirts branchés et celui plus obscur gardien des prisons cubaines ....


        • cyrkar (---.---.89.20) 11 avril 2007 15:48

          bonjour. On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs. Vous citez tous des exemples qui abondent dans votre sens mais prenez les tous y compris ce que l’occident considère comme positifs. Il me semble que l’indépendance américaine s’est faite avec quelques têtes coupées et un génocide. Il me semble aussi que notre glorieuse révolution a accouché de quelques périodes de terreur. Enfin tout cela pour dire qu’il n’y a pas beaucoup d’actions à portées importantes qui se déroulent sans casse. Même Ghandi ou plutôt son mouvement a trainé quelques cadavres. Je ne juge pas, je constate.


        • (---.---.154.199) 11 avril 2007 16:12

          Que l’auteur se rassure, après l’élection de Le Pen il n’y aura pas « d’épuration » il ne sera pas tondu, quoique... ça ne lui ferait pas de Mal.


        • (---.---.30.16) 11 avril 2007 16:15

          enfin tout de même un peu de décence que sont les quelques morts de Gandhi face aux millions de ceux que nous évoquons ! faut être tout de même gonflé pour comparer les morts de la terreur et les morts des camps nazis ! l’échelle n’est pas la même...


        • eric (---.---.252.18) 11 avril 2007 16:47

          Gertrude faites comme moi, rejouissez vous au contraire, c’est la preuve de leur affolement croissant ! Au debut je leur renvoyait les curiculum de tous les responsables politiques de Vichy, tous issus de la gauche, maintenant j’ais compris que c’etait le dernier hurlement d’indignation de gens qui commence a comprendre qu’ils n’arrivent plus a tromper personne et qu’ils vont se prendre une grande volee democratique et par leur propre faute !


        • eric (---.---.252.18) 11 avril 2007 16:49

          Kronstadt !et ce n’est qu’un exemple pour ne pas avoir a lire ses tissus d’anerie qui aurait conduit exactement au meme resultat que Staline si il n’avait pas ete trop pretentieux pour prendre celui la au serieux


        • MyHyene (---.---.214.63) 11 avril 2007 16:57

          « Tout à fait d’accord !!! Ségolène me fait particulièrement froid dans le dos ! et autrement que les deux candidats cités ! »

          c’est normal, ségolène se dit socialiste mais a certains propos nationalistes (drapeaux, marseillaise,...)or ce mélange se nomme « nationnal-socialisme » plus connu par son diminutif « nazi » ; De plus son coté « moi je »,associé a sa grande démagogie lui donne un petit air hitlérien ; reste son coté fachiste qui consiste a muselé tous ceux qui ne sont pas d’accord avec elle... ouais, c’est normal d’avoir froid dans le dos...


        • eric (---.---.252.18) 11 avril 2007 17:01

          Le plus comique dans tous ces articles est sans doute que tous les braves fonctionnaires socialistes qui evoquent le fashisme et la collaboration en nous abreuvant de « vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas » continuent a servir cet etat dont le ministre de l’interieur est un presume fasho. Ils sont donc suivant leur propres termes des collabos ! Nul doute que l’on assistera a de courageuses et massives demissions de la fonction publique des l’election de Nicolas, ce qui facilitera grandement nombre de projets de reforme de la fonction publique. J’ose esperer qu’ils ne nous ferons pas le coup de la « resistance depuis l’interieur du systeme » argument trop facile et surtout trop evoque par papon en son temps....Allez les gars, un peu de « courage citoyen » commencez a taper vos lettre de « dem » moins encore que les autres vous ne pourrez dire que vous ne saviez pas !


        • (---.---.225.122) 11 avril 2007 17:14

          La loi de Godwin est une extension du Reductio ad Hitlerum faisant partie du folklore Usenet. En 1990, Mike Godwin énonça la règle empirique suivante : « Plus une discussion sur Usenet dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison avec les nazis ou avec Hitler s’approche de un »,

          Voir

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin

          aussi je propose que dorénavant chaque fois qu’on voit ces arguments rebatus on réponde seulement par « Allez Godwin, allez Godwin, Allez ... » Si un concours sur le meilleur encouragement Ou un classement sur le meilleur Godwinote vous tente !!!


        • Julot (---.---.218.48) 12 avril 2007 00:52

          @cyrkar

          « bonjour. On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs »

          Si je suis votre logique,n si lepen est élu, et que vous êtes ipso facto condamné à mort. Vous considererez qu’il n’a pas tort ?

          En gros, il y a pour vous ceux qu’on a le droit de tuer, et les autres. Et bien sur, vous vous rangez dans cette dernière catégorie.

          L’extrémisme, le vrai, est dans vos propos et vos idées nauséabondes.

          On est en 2007 bon sang ! Si vous voulez un héros, vous n’avez qu’à prendre zidane comme tout le monde, Trotsky, je suis désolé mais c’est dun plouc...


        • Yoda (---.---.63.52) 12 avril 2007 03:56

          @ le chat et .30.16

          Ok, concernant le léon, je n’avais pas bien lu toute sa biographie, il y avait bien eu la de la graine de tyran qui aurait en partie raté sa carriere. Autant pour moi.


        • cyrkar (---.---.89.20) 12 avril 2007 11:36

          @julot

          tu interprètes systématiquement mes propos pour qu’il rentre dans ton schéma de pensée. Tu as tort et te trompes sur mes intentions et sur mes principes. Je ne tenterais même pas de te les expliquer, tu ne veux pas entendre.


        • phyletta (---.---.138.204) 15 avril 2007 19:15

          Finale ment votre ton est tellement hargneux et méprisant envers les fonctionnaires, que vous donnez ainsi raison à l’auteur de l’article : si l’on veut se présenter comme un véritable homme d’Etat, un « rassembleur », un « président de tous les français » que dire de ces commentaires qui jettent l’opprobe sur une partie des citoyens (les fonctionnaires) pour la dette par exemple, mais naturellement, rien pour les milliards gaspillés, envoyés en cadeaux fiscaux divers et variés aux entreprises.Que dire d’un homme qui ne sait argumenter qu’en dresant une catégorie socio professionnelle, les gentils du privé qui travaillent, (par exemple B. TAPIE)contre ces fainéants de fonctionnaires qui coûtent cher (on en trouve plein dans les hôpitaux publics, les services de sécurité etc).Vous savez qu’à force d’entendre cela, cela marche, on le sinslte de plus en plus souvent (réflexe par essence emprint de civisme, cela va de soi !). On devrait inventer la notion de chantage économique (avec à sa tête, madame L ; PARISOT, au hasard). Et si le coeur vous en dit, privatisez à tout crin... voyez la compagnie de chemins de fer britannique, c’est un bon exemple (très rentable, on n’a pas besoin en effet de rembourser les billets aux morts accidentés pour cause de voies mal entretenues...)mais rassurez vous, je trouve très juste de revoir les régimes spéciaux des retraites, notamment celle des cheminot, dont les conditions de travil se sont nettement améliorées : la rigueur passe, si elle est a minima juste. Si vous appliquiez ce principe de base, vous vous apercevriez, avec un minimum d’hönneteté, que la fonction publique française n’est ni si mauvaise, ni si inutile...et qu’il y a quelques niches (privées, fiscales) qui coûtent largement aussi cher qu’un postier, un facteur, un service public fermé dans un village etc....je ne vous demande pas de changer d’avis, je vous demande simplement d’atténuer votre jugement, vous gagneriez plus en crédibilité.


        • jak (---.---.71.33) 11 avril 2007 12:02

          Ce dont vous souffrez s’appelle, un endoctrinement idéologique qui provoque une cécité intellectuelle grave.


          • Bill Bill 11 avril 2007 12:09

            C’est tellement convenu tout cela ! Et le plus drôle, c’est que cela vient de la pensée majoritaire, comme en son temps celle du défunt Hitler... de là à faire le rapprochement... !

            Bill


            • (---.---.222.224) 11 avril 2007 12:12

              Sans juger sur le fond : on a un point Godwin dès le départ là smiley Ca ne donne pas trop envie de lire.


              • Forest Ent Forest Ent 11 avril 2007 12:14

                +1

                Article Godwin


              • Kookaburra (---.---.150.43) 11 avril 2007 12:18

                Habitués à vivre dans une démocratie, désobéir aux ordres nous semble assez façile, ne demandant, tout au plus un peu de courage civique. Dans une dictature c’est moins façile. Dans les dictatures faschistes, communistes et islamiques ceux qui l’osent ne vivent pas longtemps. Mais ceci évidement n’est pas le sujet de l’article qui, me semble-t-il est un simple plaidoyer pour Ségolène.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès