Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les Maires, nouveaux « pigeons » ?

Les Maires, nouveaux « pigeons » ?

Nous sommes toujours surpris par les réactions corporatistes qui font suite à des annonces gouvernementales et surtout par la précisions des argumentaires : là ce sont x milliers d’emplois emplois qui seront supprimés si le gouvernement maintien son projet de taxation, là encore ce sont des milliers d’entreprises qui seront en difficulté, ou bien ce sont encore des centaines d’entreprises qui se délocaliseront, etc…

A chaque fois, les chiffres précis annoncés sont censés attirer l’attention non seulement des politiques mais surtout frapper l’opinion publique stressée par la crise. Inutile de dire que ces chiffres ne sont jamais confirmés par la suite. La baisse de la TVA dans la restauration, les milliers d’emplois qu’elle devait créer et la baisse des prix qu’elle devait entraîner, est là pour nous rappeler l’intoxication médiatique qui est la règle dans ce genre de procédé.

On pensait jusque là que ce procédé était réservé aux lobbies du privé. Ce n’est malheureusement plus le cas et la sphère publique s’adonne également à ce jeu pervers.

C’est le cas pour la mise en œuvre de la semaine de 4,5 jours à l’école primaire qui donne lieu actuellement à des débats, ce qui n’est jamais inutile en démocratie, mais également à l’échange d’arguments financiers : « la mesure va coûter 600 Millions d’euros aux communes » braillent en cœur les lobbies des maires en montant au créneau.

Et ça marche ; Comme pour les fameux pigeons qui sont en passe d’obtenir l’annulation d’un amendement défavorable à leurs intérêts, les Maires vont obtenir l’étalement de la mesure sur 2 ans et une enveloppe de 200 Millions d’euros pour la mise en œuvre du dispositif.

A croire que la chose publique ne se distingue plus en rien des intérêts privés alors que la première poursuit en principe l’intérêt général et que les seconds l’enrichissement individuel.

Offrir de bonnes conditions de scolarisation pour nos enfants est désormais vu à l’aune de ce que ça coûte et non pas de ce que cela sera susceptible de rapporter au pays en compétences et en intelligence. L’intérêt de l’enfant est totalement ignoré.

Déjà, la semaine de 4,5 jours déplaisait au secteur du tourisme et aux bobos qui voulaient pouvoir continuer à partir en week-end dès le vendredi soir. Ils ont obtenu que le demi-jour supplémentaire ne soit pas mis le samedi matin. Ils pourront toujours payer des cours particuliers à leurs gosses s’ils ont des difficultés, ce qui ne sera jamais le cas pour ceux des cités.

Mais revenons aux Maires, si soucieux des dépenses publiques et si oublieux de l’intérêt des enfants dans ce dossier.

Ils se sentent, avec les autres collectivités territoriales, très concernés par le maintien de leur réputation de principaux investisseurs publics en France et de meilleurs soutiens aux entreprises locales et veulent absolument conserver cette image flatteuse pour leur électorat : « c’est bon pour l’emploi ».

Lorsqu’on gratte un peu et que l’on regarde de près la nature de ces investissements, la perplexité nous gagne. Ce sont en effet des aménagements urbains récurrents souvent inutiles, mais qui tapent à l’œil de l’électeur, qui font l’objet de travaux dans les communes.

Petit problème d’arithmétique pour terminer : « Sachant qu’un aménagement de carrefour dans une commune, avec pavé, bordures en granit barrière et poteaux en alu a coûté 350 000 euros, et que le renforcement du service périscolaire nécessaire à la mise en œuvre de la semaine de 4,5 jours coûtera 35 000 euros par an, calculez la propension du Maire de la commune qui hurle contre la mesure à se payer la tête de ses administrés ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 28 novembre 2012 13:16

    sans compter les belles eglises


    • jpm jpm 28 novembre 2012 17:02

      Et les audits en tout genre effectués à prix d´or par des cabinets aussi fantaisistes qu´incompétents, uniquement pour faire passer un message politique.
      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-serpilliere-ou-le-paradoxe-du-126090


    • Michel DROUET Michel DROUET 28 novembre 2012 22:02

      Bonsoir Foufouille

      Pour les églises on peut dire qu’il y a une loi qui met leur entretien à la charge des communes, alors que pour les ronds points et autres aménagements urbains coûteux, il n’existe aucune contrainte, sauf celle que se donnent les élus vis à vis du « monde économique créateur de richesse »...


    • bel95 28 novembre 2012 14:19

      Quand finirez vous par comprendre que les mômes ne vous appartiennent pas !!!
      L’intérêt des enfants est celui des parents pas de l’état encore moins des pseudo-collectivités térritorials, allez faire votre gras ailleurs


      • Jason Jason 28 novembre 2012 19:14


        Mais vous avez parfaitement raison. Tout cela est d’une ringardise avérée, périmée, usée jusqu’à la corde.

        La France est le seul pays d’Europe à avoir 36.000 communes pour 63 millions d’habitants. Dont la plupart n’ont aucune utilité (les communes, et certaiins habitants) et sont dirigées par des quasi illettrés, et de petits traficants en influence.

        L’Allemagne, devant laquelle tout lemonde se pâme en ce moment, a depuis longtemps rassemblé les petites communes en plus grandes communautés très bien gérées et très économiques.

        Ici, on assiste à des combats homériques pour la survie de terroirs qu’on assimile à des mairies. Le terroir et la mairie n’ont rien à voir, sauf dans l’avis des stipendiés qui trafiquent leur influence microscopique et font croire que les deux sont liés aux imbéciles qui les ont élus..

        On se moque de la Grèce, mais qu’on regarde un peu la France !

        Mais, rassurons-nous, ni vous ni moi n’avons le pouvoir d’y changer quoi que ce soit. Le suffrage universel y veille.


        • Michel DROUET Michel DROUET 28 novembre 2012 22:11

          Bonsoir Jason

          36000 communes et 36000 clochers avec la course effrénée des élus aux subventions diverses et variées auprès des autres collectivités et qui permettront au maire de se prévaloir de connaître des gens « hauts placés » qui lui donnent trois francs six sous pour réparer le clocher.

          Dans les cas extrêmes, je ne parle plus de « terroirs » mais de plouquitude crasse perpétuant un système de dépendance qui s’exprime lors des élections sénatoriales en particulier.


        • Laury 28 novembre 2012 22:43

          Vous je ne sais pas ,mais moi en aucun cas je ne voudrais faire ce
          poste ingrat de maire avec la mentalité des administrés actuel !!!


          • Michel DROUET Michel DROUET 29 novembre 2012 09:09

            Bonjour Laury

            Moi non plus, je n’aimerai pas exercer un tel mandat dans les conditions actuelles.

            Vous parlez « d’administrés », c’est à dire des gens qui ne participent à pas grand chose, qui ne votent pas toujours mais qui sont prêts à gueuler si le trottoir devant chez eux n’est pas nettoyé.

            Je préfère la notion de citoyen qui me semble intégrer la responsabilité et la participation.

            Enfin, les maires sont prisonniers d’un système et sont trop nombreux, ce qui ne favorise pas la réflexion.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès