Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les pauvres arguments d’un partisan du cumul des mandats

Les pauvres arguments d’un partisan du cumul des mandats

A partir de 2017, en principe, le cumul des mandats sera limité. En principe, car comme toute loi concernant les élus et les collectivités, les mesures votées ne s’appliquent pas aux mandats en cours et 2017 étant l’année probable d’une alternance politique, certains candidats républicains ont déjà annoncé qu’ils reviendraient sur cette loi.

En attendant, les parlementaires républicains ont déjà déposé en catimini un texte à l’Assemblée Nationale et au Sénat visant à repousser cette loi de trois ans pourtant vivement souhaitée par les électeurs.

Si certains arguments en faveur du cumul semblent convenus et n’apportent rien au débat, il faut saluer tout de même la « créativité » de certains élus pour défendre leur fromage.

Les effets du cumul

Ce qui est reproché c’est non seulement le cumul de mandat (parlementaire et de président d’un exécutif local, par exemple) auquel s’adonnent 80 % de députés et 77% de Sénateurs, mais également le nombre de mandats successifs qui permet aux mêmes de faire carrière et d’amortir la perte d’un mandat en conservant un autre.

Autant dire que ce système de professionnalisation qui évite un retour à la vie professionnelle normale n’est pas un gage de compétences lors du vote de mesures concernant les salariés ou les entreprises. Beaucoup d’élus ont ainsi eu des carrières professionnelles très courtes mais continuent néanmoins de donner des leçons magistrales à ceux qui font marcher l’économie.

Le cumul produit également des effets désastreux sur la démocratie. Hormis les séances de questions d’actualités au Gouvernement où les parlementaires se pressent et se massent autour de celui qui pose la question, pour être dans le champ des caméras, l’absentéisme dans les hémicycles est toujours de mise et c’est très souvent devant des travées quasiment vides que se votent les lois de la République. Une exception tout de même, la visite de Paméla Anderson qui avait quasiment fait le plein ! 

Soyons objectifs tout de même, le cumul créé des emplois : collaborateurs d’élus, chefs de cabinet, attachés de presse, chargés de missions peuplent en nombre les couloirs des assemblées locales et sont aux petits soins de leur élus auxquels ils doivent tout et qu’ils cornaquent et entourent lors de la visite de l’homme providentiel qui vient assister au repas de l’association de chasse ou lors de la bise à la centenaire de la maison de retraite.

Deux ombres au tableau cependant, tout ce petit monde est payé par vos impôts et parfois le rideau de fumée produit par cette cour aurait tendance à escamoter la réalité du terrain aux yeux de l’élu.

Que disent les partisans du cumul ?

Ils nous parlent habituellement d’ancrage local et de la nécessité de détenir un mandat national pour mieux pouvoir plaider la cause d’un territoire dans les Ministères. En d’autres termes, cette fonction de rat de couloir de Ministère est juste utile pour favoriser un territoire - au détriment d’un autre ou de l’intérêt général - de préférence de la même couleur politique que l’élu, qui complète son action par une distribution très ciblée de la réserve parlementaire mise à sa disposition pour arroser le local, investissant ainsi sur sa future réélection.

Les « explications » de Michel Piron député UDI du Maine et Loire

Dans un point de vue publié récemment dans le quotidien « Ouest France », l’intéressé pointe d’abord du doigt la différence existante entre la France et les autres pays européens dont l’organisation territoriale et institutionnelle n’est pas la même pour expliquer la nécessité du cumul.

Notre système serait en cause selon M. Piron, car « il continue de privilégier une centralisation inavouée face à une décentralisation inachevée ». « On ne peut donc pas séparer la réflexion sur le cumul de celle de la décentralisation, sur la gouvernance en général et sur les rapports entre les collectivités locales et l’Etat ». Conséquence : « Un élu local n’a pas d’autre possibilité, s’il veut modifier les règles du jeu, que d’être également élu au niveau national ». CQFD !

M. Piron se moque du monde

Rappelons que le parti auquel M. Piron appartient (l’UDI) était contre la décentralisation Deferre en 1982 mais que les partis politiques de droite à l’époque se sont très vite aperçus des avantages que cela pouvait procurer en jouant sur les deux tableaux, le local et le national lorsqu’on était dans l’opposition (ça fonctionne également pour la gauche). C’est ainsi qu’en jouant sur les deux, on peut se permettre de voter (ou d’aller pisser pour éviter de le faire) une disposition au Parlement au nom de l’intérêt général et de défiler plus tard avec les élus locaux pour s’y opposer. 

M. Piron semble ne pas connaître les attributions d’un parlementaire

Il sert à faire la loi et lui et les autres députés des formations de droite ont eu la majorité au Parlement qui leur aurait permis de revoir le système centralisation/décentralisation qui explique selon l’intéressé la nécessité de cumuler les mandats.

Au lieu de cela M. Piron et ses collègues se sont bien gardé de revoir ce système et se sont même opposés à toute réforme d’ampleur des collectivités territoriales qui aurait permis d’y voir plus clair dans ce fatras de couche politiques et administratives.

A sa décharge, disons que les élus de gauche ne déploient pas non plus une grande activité dans ce domaine et la récente loi « Notre » (Nouvelle Organisation du Territoire de la République) votée par la majorité actuelle relève de l’imposture. Le fromage est également bon à gauche.

Pour conclure M. Piron n’hésite pas à dire que « la suppression du cumul aurait eu du sens si la majorité actuelle avait assumé la décentralisation », alors même que les partis de droite n’ont pas proposé grand-chose en ce domaine depuis plus de trente ans et qu’ils se sont systématiquement opposés à toute réforme visant à supprimer telle ou telle couche de collectivité.

M. Piron nous prend pour des cons !

Prenons le cumul pour ce qu’il est réellement…

La possibilité de faire carrière sans subir les aléas du marché du travail et de toucher une bonne retraite.

Avoir une position de repli si l’on perd un mandat

Une opportunité formidable pour les partis politiques qui disposent d’un vivier local important de petites mains financé par les impôts locaux.

Une déresponsabilisation des élus qui jouent entre le Local et le National et construisent leur carrière sur ce système au mépris de la démocratie

Un système filtrant ne retenant pas toujours les meilleurs et interdisant aux candidats ne se reconnaissant pas dans un parti de se faire entendre.

Un système basé sur les droits acquis et qui laisse peu de place à la mixité.

et combattons-le


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 14 octobre 12:21

    De deux choses l’une :


    - ou bien les mandats juteux justifient les indemnités et les avantages parce qu’ils demandent beaucoup de travail et sont incompatibles avec un autre travail aussi important

    - ou bien, les élus glandent et cela ne justifie pas les contreparties qu’ils reçoivent.

    Le jour où cette équation sera résolue, il y aura moins de candidats aux cumuls des mandats.



    • Michel DROUET Michel DROUET 14 octobre 15:16

      @Jeussey de Sourcesûre
      Je pense qu’on peut trouver les deux cas dans le personnel politique actuel, mais cela ne justifie pas le cumul pour le premier.


    • @Michel DROUET
      un très bon exemple de ripoux :MR WAUQUIEZ

      cumul retraite dorée parachute doré passage des commissaires ue comme barrrrrrrroso draghi a la finance GOLDMANNSACHS

      autre exemple celui de mr bismuth se prenant pour un dieu en politique alors qu’il est un nain politique................. double tout : le prix de ses campagnes son salaire avec primes son falcon qui sert aussi a ses amis les dictateurs africains bagbo ben ali khadafi assad arabie saoudite avec MAM COMME MERE MAQUERELLE !!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 13:27

      il suffit de regarder le taux d’absentéisme , jamais aucune entreprise ne tolérerait cela, elle coulerait, on voit bien que c’est l’argent des contribuables qui nourrit tous ces parasites qui vivent sur le dos des citoyens comme une tique sur le dos d’un chien ....


      • Michel DROUET Michel DROUET 14 octobre 15:17

        @zygzornifle
        Absentéisme chez les élus et abstention chez les électeurs...


      • alain-aaae (---.---.102.15) 14 octobre 16:18

        je voudrais faire savoir méme si je l ai écri sur un autre article que les parlemantaires ont leur carriere qui s ils sont fonctionnaires touchent en plus leur salaire de leur d administration avec bien le changement d échélon tous les 2 ans.


        • Michel DROUET Michel DROUET 14 octobre 17:17

          @alain-aaae
          Non, ils ne touchent pas de salaire lorsqu’ils sont en disponibilité pour exercer un mandat électif.


        • Arnes Arnes 16 octobre 15:39

          @Michel DROUET

          Mais ils sont automatiquement réintégrés s’ils perdent leurs mandat, et les trimestres en disponibilité comptent pour leur retraite de fonctionnaire ; ce qui n’est pas le cas du privé.

        • Michel DROUET Michel DROUET 16 octobre 15:57

          @Arnes
          Exact ! C’est une injustice flagrante par rapport aux salariés du privé qui ne favorise pas une bonne mixité des élus.
          Je voulais juste préciser qu’il n’étaient pas payé par leur administration pendant leur disponibilité contrairement à ce qu’un commentateur affirmait.


        • Etbendidon 14 octobre 19:13

          Hier à la primaire des ripoublicains Bruno Lemaire a commencé fort en déclarant :
          « Si vous voulez que rien ne change, vous avez tout ce qu’il vous faut sur ce plateau »
          Et ben didon
          Dommage qu’après il se soit endormi
           smiley


          • Michel DROUET Michel DROUET 14 octobre 19:59

            @Etbendidon
            En même temps, il était également sur le plateau...


          • alain-aaae (---.---.102.15) 15 octobre 06:28

            je suis désolé Mr drouet mais nos avons deux cas de figure LEMAIRE et PECRESSE qui ont démissionné de leur emploi de haut fonctionnaire.je suis toujours surpris par les gens qui se donnent des titres ronflants comme vous.vous vous dites cadre puis drecteur.on retrouve cela a la poste ou ils disent qu ils sont directeur mais ils ne représentent qu eux méme alors que nous nous sommes cadre mais un bureau de poste ou il y a 250 a 300 personnes


            • Michel DROUET Michel DROUET 15 octobre 08:49

              @alain-aaae
              Vous pouvez être désolé en effet : Lemaire et Pécresse ont en effet démissionné mais cela ne change rien au fait que ceux qui ne démissionnent pas sont en disponibilité et ne perçoivent plus leur salaire pendant toute cette période.
              Quant à votre surprise sur ma carrière, je vous laisse à vos interrogations qui n’ont rien à voir avec le sujet de l’article.



            • DROUET =CUMULARD BARATINEUR !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


              • Michel DROUET Michel DROUET 17 octobre 10:06

                @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE
                Tiens ! Touse, ça faisait longtemps

                Baratineur : c’est aux lecteurs d’en juger
                Cumulard : non. Je touche ma retraite comme tout le monde et je n’ai jamais été élu

                Tout faux, donc !

                N’oubliez pas de prendre une tisane avant d’aller retourner dormir


              • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 14:30

                les uns cumulent les mandats les retraites et les biftons pendant que les autres cumulent les dettes et les emmerdes .....


                • Drouet ou est passé le mot « autodidacte » dans votre « profession du foie » ( de foi ma foi )

                  ne crachez pas dans la soupe de vos ex sponsors : les élus  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! DIRECTEUR !!!

                  la tisane pour vous c’était cognac ou calva ????????????????????


                  • Michel DROUET Michel DROUET 20 octobre 09:39

                    @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE
                    Mon cher Touse

                    Toujours le doigt qui se coince sur certaine touche du clavier ? Vous devriez consulter...

                    Tisane ou calva ? Mais non mon pauvre touse, c’était champagne dès le petit déjeuner ! payé avec vos impôts !

                    Mais j’arrête, vous allez encore prendre ça au premier degré.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès