Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les petites mains de l’atome

Les petites mains de l’atome

Une grave faute d'état.

Vidéo : Un documentaire indispensable

Les intérimaires du nucléaires

La pratique systématique, organisée et délibérée dans une entreprise publique de nier les règles sanitaires protégeant les individus est une faute impardonnable qui retombe sur les responsables comme sur l'état. 

Dans les centrales EDF, mais pas seulement (Cogema et CEA aussi), l'exploitation de sociétés sous-traitantes constitue un choix économique honteux pratiqué par des dirigeants qui méritent d'être mis en accusation.

Les sous-traitants, véritables intermittents du nucléaire, travaillant sans filet, ont remplacé les personnels EDF protégés par leur statut pour les opérations les plus risquées de maintenance des installations. Dans nos merveilleuses centrales si sécurisées, on fait appel à ces soldats du feu radioactif lors des arrêts de tranche. Quand des réacteurs sont mis en pause afin de permettre des réparations ou le rechargement en combustible, les petites mains de l'atome arrivent de nulle part !

Voilà une belle activité saisonnière et itinérante pour les nouveaux nomades du risque. Si elle leur semble lucrative, elle n'est pas sans risque pour leur santé, mais encore faudrait-il le savoir … Ils sont vingt-neuf mille « sacrifiables » - vingt-deux mille rien que pour EDF – qui, sous-couvert de contrat à durée déterminée (CDD) ou simplement de missions d'intérim, vont là où la maison-mère n'oserait plus mettre ses propres salariés. Quel beau progrès social !

Nos forçats du nucléaire se baladent dans la France entière, au gré des commandes de leurs entreprises. On peut affirmer que les innombrables incidents mineurs qui sont répertoriés par l'autorité de sûreté, doivent beaucoup au recours systématique à ces prestataires extérieurs souvent mal formés et peu qualifiés. Quelques agents d'EDF osent s'insurger contre ce recours à des travailleurs qui ne bénéficient ni de leur statut ni de leurs compétences mais se voient souvent interdits de communiquer avec eux …

Naturellement, les syndicats EDF exigent que leur société renonce aux travailleurs précaires. Ils réclament leur intégration au sein de l'entreprise. EDF refuse cette proposition naturellement pour des raisons économiques. Le sort de ces sous-travailleurs du risque n'émeut pas les gouvernements qui se font complices d'une forfaiture scandaleuse. Nous sombrons dans des pratiques de servage.

Des études sérieuses de la Commissions des Communautés Européennes s'étonnaient que les doses de radioactivité reçues par les travailleurs français du nucléaire soient différentes selon qu'elles étaient mesurées par EDF ou par l'OPRI. Les différences dans ces mesures allaient d'un coefficient un à trois et les plus grands écarts concernaient à chaque fois les agents extérieurs à la maison mère – étonnant non ? -

Celui qui entre sur un site nucléaire doit équiper son vêtement d'un film dosimétrique qui atteste de la quantité de radiation absorbée par la personne lors de son séjour en zone hostile. Cette mesure est obligatoire. Les agents EDF sont contrôlés par leur entreprise, les contrôles pour les agents extérieurs subissent une double vérification : EDF et le OPRI. Pour celle-ci, un écart de presque 300 % des résultats était constaté.

Un travailleur du nucléaire ne doit pas absorber une dose de rayonnement supérieure à un seuil fixé par la loi. S'il va au-delà, il ne peut plus travailler sur site nucléaire. Les travailleurs intermittents, afin de ne pas perdre leur mission, retirent parfois leur dosimètre avant de pénétrer en zone périlleuse. EDF n'ignore rien de cette pratique, l'utilisation de personnels extérieurs, sans protection statutaire, la favorisant naturellement.

En plus de son film réglementaire, chaque agent, EDF ou extérieur, allant sur zone à risque est muni d'un dosimètre électronique à affichage numérique. Cet appareil permet de connaître instantanément la dosimétrie qu'on appelle " opérationnelle ". Ainsi, chaque site nucléaire est en mesure de connaître précisément la dosimétrie de tous les personnels. Ces appareils ont permis de constater que les agents extérieurs soumis aux plus fortes doses sont les calorifugeurs et les chaudronniers, qui travaillent sur plusieurs réacteurs dans l'année. Curieusement, on peut constater que l'orthographe du nom de ces valeureux travailleurs change d'un site à l'autre. Surprenant non ?

La confusion est la règle pour éviter de démontrer clairement que des personnels sont exposés annuellement à des doses qui dépassent les normes fixées. Ceci pour maintenir l'illusion d'une industrie sans risque et totalement sécurisée. Les négligences viennent à la fois des personnels dont le statut précaire favorise la prise de risque et d'EDF qui instrumentalise sans vergogne ce flou artistique et si dangereux.

Les principales organisatrices de ces pratiques sont néanmoins les entreprises sous-traitantes qui veulent optimiser leurs travailleurs au maximum, sans égard pour les doses absorbées. 

Lors des stages organisés par EDF pour ces entreprises de service, les travailleurs ne sont jamais avertis des menaces qui pèsent sur leur espérance de vie lorsqu'ils ont à supporter un niveau de radiation plus élévé que la norme. Le discours étant naturellement qu'il n'y a aucun risque. Pourquoi effrayer à l'intérieur quand on ne fait que rassurer les gens de l'extérieur. La même logique est en place, le nucléaire est sans risque !

Les prochains démantèlements des vieilles centrales nucléaires provoqueront des expositions encore plus fréquentes pour des personnels qui viendront de simples entreprises du bâtiment. Le risque est grand que le jeu de cache-cache avec les mesures personnelles d'exposition continue encore longtemps dans une entreprise qui relève pourtant du service public. La crise de l'emploi favorise encore plus le silence des travailleurs précaires. Ces pratiques scandaleuses relèvent du crime d'état. C'est une tâche insupportable sur une industrie qui a toujours manipulé le mensonge et la falsification.

Nous devons exiger d'un gouvernement qui se prétend socialiste qu'il mette fin à des pratiques féodales inacceptables. Si la filière nucléaire, comme l'affirme le joyeux ministre du redressement national, a un avenir, il doit au moins se faire dans des conditions dignes et sécurisantes pour tous ses travailleurs. Cette hypocrisie est une insulte à la conception que nous sommes encore nombreux a avoir du service public à la française.

Solidairement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Laurent C. 3 septembre 2012 13:32

    @ l’auteur
    Vous pourriez rajouter que ces petites mains, entre 2 chantiers nucléaires, sont souvent employés sur des chantiers de désamiantage sauvages. La encore, il est rare que les consignes de sécurité soient respectées.
    Comme en plus, ils sont itinérants, la médecine du travail a beaucoup de mal à les suivre.

    Irradiation ou amiante, leur avenir c’est le cancer assuré.


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 septembre 2012 17:26

      Laurent


      Nous savons tous que le medef souhaite lapaupérisation des travailleurs pour revenir au bon vieux temps de l’escalvage. Une époque dorée pour les ancêtres de certains.

      Nous y revenons tranquillement.

    • PascalR 3 septembre 2012 14:10

      Je n’entrerai pas dans cette polémique, mais cet article est un tissu de bêtises fortement orienté.
      Etre rebelle c’est bien, mais un idiot, c’est dommage.
      Je ne dis pas que tout est beau dans le nucléaire français (j’y travaille), mais de là à écrire de telles conneries, pas d’accord.
      Il serait temps qu’AgoraVox trie ses articles, cette tribune devient tout et n’importe quoi.
      Mais il semble que cela fasse du bien à un peuple en grande frustration de reconnaissance et d’expression de soi.


      • pissefroid pissefroid 3 septembre 2012 17:11

        Pouvez-vous préciser ce qui est faux dans le papier du rédacteur ?

        A ma connaissance l’externalisation de l’entretien des tranches nucléaires
        par edf
        a bien pour objectif d’externaliser les doses enregistrées par le personnel d’entretien,
        car leur contrat précaire n’oblige pas edf
        à les mettre au vert (dans un emploi hors rayonnement)
        en cas de dépassement de dose.


      • C'est Nabum C’est Nabum 3 septembre 2012 17:27

        PascalR


        L’idiot ne se rebelle pas et vous salue courtoisement.
        Vous irradiez d’intelligence et vous avez bien de la chance.

        Merci de votre visite.

      • C'est Nabum C’est Nabum 3 septembre 2012 17:30

        Pisse froid


        Bien qu’une fois je vous ai envoyé une petite vacherie autrefois vous n’en venez pas moins me défendre d’une attaque discourtoise et sans explication qu’une parole assermentée puisque venant d’un agent EDF.
        Je vous en remercie.

      • Laurent C. 3 septembre 2012 20:25

        Bonsoir PascalR,

        J’attendais que l’auteur fasse d’abord sa réponse pour en rajouter une couche.
        Le nucléaire, vous y travaillez, j’espère sincèrement pas comme « petites mains ».

        En prenant comme référence le site de l’ASN (vous connaissez bien sûr).
        Une petite recherche avec le terme prestataire donne 1327 résultats dont les premiers :

        - un incident de niveau 2 (sur 7, c’est un bon score) pour un prestataire (une petite main) irradié.

        - une inspection de grande ampleur (titre de l’article !!!!!) sur le site de Cadarache.
        Si l’ASN commence à se poser des questions sur la maintenance par prestation de nos sites, où va allons nous !!!

        Quelques morceaux choisis sortis de leur contexte. C’est très orienté et même à charge :

        Ces contrôles avaient pour objectif de vérifier l’application des dispositions réglementaires en matière de surveillance des prestataires et de conditions de recours à la sous-traitance

        les conditions de recours à la sous-traitance ont en effet été retenues comme une priorité de l’ASN

        des lacunes significatives ont été relevées

        la surveillance des prestataires est globalement conforme

        Enfin, les inspections d’entreprises extérieures intervenant dans les INB du centre

        [8] ont mis en évidence, malgré quelques écarts ponctuels, une gestion globalement satisfaisante

        En conclusion, si l’ASN a comme priorité de contrôler la prestation dans le nucléaire, c’est tout de même que tout n’est pas beau dans le domaine.


      • lolet lolet 3 septembre 2012 14:14

        Moi non, plus, je ne rentre pas dans la polémique, je serais obligé de donner des faits ...
        ...et ça m’embêterait ...

        Sinon, concernant cet article, je me dis qu’un jour, on va finir par s’apercevoir que nous sommes dans une société fascisante ...

        Mais bon, tant qu’on s’indigne, hein ? ....


        • C'est Nabum C’est Nabum 3 septembre 2012 17:31

           lolet


          On garde le pouvoir d’indignation, la démocratie est sauve !

        • Les Bulles Les Bulles 3 septembre 2012 18:08

          Un bon roman sur le sujet (la vie des salariés interimaires employés dans les centrales) :

          « La centrale » de Élisabeth Filhol


          • C'est Nabum C’est Nabum 3 septembre 2012 18:13

            Les Bulles


            Mais vous insistez !

            Puisque Pascal, travailleur du Nucléaire, nous dit que tout est faux dans ce tissus de bétises. Vous n’allez pas en ajouter un autre, nous allons finir dans de beaux draps. Je croix même qu’il y a un téléfilm ce soir qui évoque un autre problème dans ces centrales au-dessus des soupçons.

            Allez, on ne dit plus rien. D’accord ?

            Merci quand même. 

          • PascalR 3 septembre 2012 19:33

            Désolé, je ne voulais pas être discourtois, mais je finis par en avoir marre de cette vendetta contre le nucléaire français. Je vous dis que je bosse dans le nucléaire, avec des sous-traitants, et que la réglementation française est respectée en ce qui concerne les doses. POINT.

            Je ne suis pas EDF d’ailleurs.
            Je ne dis que tout est rose, il y a probablement eu des dérives, mais faut pas dire tout et n’importe quoi.
            Parlez aussi, puisque nous y sommes, des pollutions chimiques qui attaquent nos organismes, de la mal bouffe qui nous ronge, de la finance qui nous tue, des mafias qui nous droguent, de la route et de la bêtise qui tue 5000 individus par an, etc etc ...
            Le nucléaire, c’est un peu comme le diable, faut bien un responsable des malheurs du monde.
            Il convient de mettre en évidence TOUS les risques que nous encourons si on veut être honnête, et vous verrez que le nucléaire n’arrive pas forcément en tête de liste.
            Ah oui, j’oubliai le plus grand fléau de tous les temps : la SURPOPULATION HUMAINE.

            • C'est Nabum C’est Nabum 3 septembre 2012 20:15

              Pascal


              Mais là, vous avez parfaitement le droit au désaccord. C’est l’essence même du débat. Les insultes, les mots désagréables n’ont rien à faire ici.

              Oui, pour moi le Nucléaire relève du démoniaque parce qu’il représente un pari fou sur une maîtrise incertaine, qu’il insulte l’avenir en laissant des poubelles immondes.

              Vous avez le droit de l’envisager sur un autre jour. Il est bien moins couteux en vie que le charbon dans l’immédiat, il ne produit pas de CO2 ... Il propose des emplois ...

              On peut tout dire mais pas votre conclusion qui n’a rien à voir avec le sujet.
              C’est aussi un autre vaste débat mais hors de celui-ci

              Merci à vous

            • Laurent C. 3 septembre 2012 20:41

              PascalR,
              vous avez raison sur au moins un point : il n’y a pas que le nucléaire comme poison dans nos vies.

              PS : Vous avez oublié vos ennemis habituels dans votre liste...(les ROMs, l’Europe de SHENGEN)


            • PascalR 3 septembre 2012 21:27

              Allons, il ne s’agit pas d’ennemis et vous voulez bien comprendre et faire croire aux autres ce qui vous arrange bien.

              Tout le problème vient de ce que tant que les pays européens ne seront pas alignés en terme de fiscalité, salaires ..., créer des espaces Schengen n’engendrera que des injustices dans les pays « fortement développés ». Je vous rappelle que la France compte au moins 3 millions de chômeurs et nous sommes bien loin de la réalité.
              Etes-vous chômeur ?
              Cela ne me dérange pas, au contraire, d’aller bosser en Roumanie, mais pas pour 150 euros par mois.
              Vous comprenez ?

            • Laurent C. 4 septembre 2012 10:41

              On s’éloigne du sujet de l’article mais comme vous me posez une question, je me dois d’y répondre.
              Oui, je comprends très bien.
              Pour moi non plus, Shengen n’est pas une situation tenable pour tous les raisons que vous donnez et pleins d’autres. On est encore très loin de certains aspects de la constitution pour laquelle on avait voté.


            • bert bert 3 septembre 2012 22:39

              bienvenue aux temples des francs macon.......


              • C'est Nabum C’est Nabum 4 septembre 2012 07:15

                Bert


                Cela a-t-il un rapport ?
                N’est-ce que du prosélitisme ?


                Reprenez-vous que diable !

              • bert bert 4 septembre 2012 21:21

                les centrales nucléaires furent les « cathédrales » du XX°

                afin de léguer l’arme suprême à Israel

                ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès