Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les « professionnels de la politique »

Les « professionnels de la politique »

Cette expression qui associe deux mots a priori contraires est largement utilisée dans les commentaires de la presse écrite et audiovisuelle.

Dernière utilisation en date, il y a quelques jours sur France Inter à propos du désaccord entre les Verts et le Socialistes sur le nucléaire : Eva Joly a été recadrée par les « professionnels de la politique ».

Il est curieux de constater que le citoyen accepte que son quotidien et son avenir soit entre les mains, non pas d’élus censés les représenter et les défendre dans les instances démocratiques, mais dans celles de salariés de la république en Contrat à Durée Indéterminée avec une forme de contrat de travail très avantageux. Ils sont la face visible de ces professionnels de la politique dont on parle, la face cachée étant ceux qui peuplent les allées des partis politiques.

Le peuple souverain ne l’est donc pas tant que cela. Il faut dire que c’est un peu de sa faute au peuple souverain puisque c’est tout de même lui qui envoie par son vote les mêmes élus depuis bien longtemps et qui leur permet de cumuler allègrement des mandats.

C’est juste un article dans mon quotidien régional paru le 23 novembre qui m’a fait prendre conscience réellement de ce problème qui mine notre démocratie.

Les cumulards/professionnels de la politique

Deux élus de l’Ille-et-Vilaine répondent à mon sens à cette appellation de « professionnels de la politique ».

L’un (Pierre Méhaignerie) est entré en politique en 1973 comme député et l’est toujours. Dans les intervalles de son mandat de parlementaire, il a été Ministre (garde des sceaux, Equipement, Agriculture). Il est en outre Maire de sa commune depuis 1977 sans interruption, a été conseiller général (et Président pendant une longue période de cette collectivité) de 1976 à 2001, sans parler de la Présidence d’une communauté de communes depuis 2002 et pendant deux ans conseiller régional.

Le second, (un socialiste pour équilibrer) a un palmarès un peu moins fourni, mais présente lui aussi la caractéristique d’être élu (depuis 30 ans), sans discontinuer à l’assemblée nationale et d’y avoir des responsabilités dans le secteur de la défense nationale. Il a été conseiller général de 1976 à 1994 et conseiller municipal depuis 1977. Il s’agit de Jean Michel Boucheron, plus jeune que son collègue Méhaignerie, ce qui lui laisse sans doute l’espoir de pouvoir durer encore dans la carrière politique. C’est sans doute le sens de son combat local actuel puisqu’il est en concurrence avec un autre socialiste pour l’investiture dans une circonscription nouvellement créée.

Au-delà de ce constat, peu glorieux pour la démocratie, pour la parité hommes femmes et le renouvellement du personnel politique, force est de constater que ces élus, « professionnels de la politique », dont on se demande comment ils peuvent assumer tous leurs mandats, sont totalement coupés de la société qu’ils sont censés représenter dans sa globalité.

Ils vous diront, ou pas…

Ils vous diront que le mandat local leur permet d’être en prise avec la population et leur permet bien entendu d’être plus performants au Parlement en oubliant de vous parler de l’absentéisme chronique qui mine les assemblées.

Ils ne vous diront pas par contre que leur « carrière » dans des mandats locaux et nationaux les obligent à composer avec les lobbies de toutes sortes qui œuvrent dans les couloirs des différentes assemblées en leur faisant savoir qu’en ne votant pas les dispositions souhaitées ou en n’ayant pas localement une politique hardie d’investissements (par exemple en matière de routes et de ronds points), ce serait très mauvais pour l’emploi (sous entendu que les élus porteraient la responsabilité de licenciements ou de délocalisation d’activités).

Ils ne vous diront pas non plus que leur survol de dossiers, lié au papillonnage d’une assemblée à l’autre, est compensé par des assistants, personnels de cabinet et experts de toutes sortes liés aux partis et payés aussi par la collectivité publique qui sauront leur dire en quel sens voter sur des dossiers qu’ils n’auront pas eu le temps d’étudier. On voit là une autre limite à la démocratie représentative qui est la notre.

La réserve parlementaire

Voilà donc décrites quelques recettes pour durer. Il y en a d’autres, comme cette fameuse réserve parlementaire, autrement dit une somme de 150 Millions d’euros répartie entre Députés et Sénateurs et qui leur permet de donner des « coups de pouce » à des projets locaux ou à des associations selon des critères obscurs dont la finalité ne doit pas toujours être loin du « coup de pouce » en retour lors des élections suivantes. 

S’agissant du Département d’Ille et Vilaine on saluera la transparence affichée par tous les parlementaires sur le montant de la réserve attribuée et son utilisation (dans les grandes lignes), tous sauf un (Pierre Méhaignerie) qui a refusé de communiquer sur le sujet. On peut le comprendre lorsqu’on remarque que les parlementaires de droite disposent d’enveloppes trois à quatre fois plus importantes que leurs collègues de gauche et que sa position de Président d’une commission parlementaire lui permet sans doute d’émarger à un montant bien supérieur et ainsi s’attirer les bonnes grâces des relais locaux pour les prochaines élections.

Saluons l’honnêteté de J. M. Boucheron qui parle de « système électoraliste peu transparent » et qui n’utilise plus la réserve qui lui est attribuée.

La déconnexion du réel

Enfin, ils n’avoueront pas que, n’ayant plus aucune vie professionnelle, ils ne sont sans doute pas les mieux à même d’appréhender ce qui se passe au quotidien dans les entreprises, les usines et les administrations, que leur statut de « professionnels de la politique »et les avantages qui vont avec les font vivre sur une autre planète, et que leurs votes sont parfois déconnectés de la réalité.

Un exemple : pour financer la remise en cause du 4ème jour de carence dans le privé (200 millions), il n’est pas venu à l’idée de M. Méhaignerie de proposer la suppression de la fameuse réserve parlementaire. Cela aurait pourtant eu un certain panache !

Réformer le système

Pour mettre fin à ce genre de « mandat à vie », il faut bien entendu modifier les règles, en interdisant le cumul de mandats aux parlementaires et en interdisant plus de deux mandats successifs au Parlement. Cela permettrait aux intéressés de renouer épisodiquement avec une vie professionnelle et de rentrer dans le droit commun des rémunérations et des pensions de retraites, de goûter aux joies des journées de carence en cas de maladie, d’être exposés aux aléas de la vie des entreprises avec les plans sociaux qui vont avec, bref, de tester au réel les lois votées et de revenir dans la communauté des citoyens « normaux ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • Papybom Papybom 3 décembre 2011 09:14

    Bonjour Michel DROUET

     

    La manipulation des électeurs est certainement au programme de Science-Po. Et nous sommes coupables d’accepter de voter pour eux. La solution n’est pas de légiférer mais d’ouvrir notre esprit.

    Pour illustrer mes propos, prenons le cas de René Dosière. A 70 ans, il en est à son quatrième mandat de député. Spécialiste de la gestion des finances publiques et surtout locales. Il s’est notamment illustré dans le contrôle des dépenses de la présidence de la République française.

    Avec le temps et l’expérience, il obtient des réponses précises sur la gestion des dépenses publiques. Dans ce cas, pourquoi lui interdire de faire son travail  ?

    Mais, et je vous rejoints, combien d’autres devraient êtres écartés par nos bulletins de vote.

    Avant d’acheter une voiture ou un appartement, en principe on s’accorde un temps de réflexion. Avant de voter, gardons ce principe  !

    Cordialement.


    • Michel DROUET Michel DROUET 3 décembre 2011 12:00

      Bonjour Papybom

      « Pourquoi lui interdire de faire son travail ? »

      D’accord, mais il faut également dire que la complexité en matière de finances publiques est également le fait des mêmes parlementaires qui justifient ainsi leur place.

      Ne tombons pas dans ce piège et demandons à nos parlementaires (et aux administrateurs civils des Ministères) de simplifier les lois afin de les rendre plus lisibles par le citoyen. (avez-vous essayé de comprendre une loi de finances ?)

      Demandons leur également de supprimer celles qui ne servent plus à rien et qui encombrent notre législation.


    • bigglop bigglop 3 décembre 2011 21:47

      Bonsoir à tous,

      Merci @ Michel de cette bonne synthèse sur ce « hold-up » des institutions et j’attends de vous un article sur le « recyclage » des élus ayant perdu leur mandat, dans certaines institutions comme le Conseil Economique et Social et tutti quanti. Il y a du grain à moudre.

      Dans leur grande majorité, les citoyens ne croient plus aux « politiques », à la « cuisine », aux programmes « soupes » électoralistes mais continuent à voter pour le moins pire.

      Une mesure de salubrité publique et citoyenne : interdire les partis politiques, leur idéologie et appeler à un Comité de Salut Public.

      Quelques pistes :
      Constitution :
      une nouvelle Constitution issue d’une Assemblée Constituante et d’un référendum
      Pour les grandes décisions économiques, sociales, financières, juridiques, vote référendaire,
      le parlement n’ayant qu’un rôle technique de conseil et de mise oeuvre des décisions.
      Mise en pratique des référendums régionaux et locaux

      Elections :
      Casier judiciaire vierge
      Publication de l’ensemble des revenus élargie, du patrimoine et % détention de capital d’entreprises, SCI
      Absence de conflit d’intérêt
      Un mandat unique non renouvelable et sans cumul Proportionnelle intégrale Référendum à mi-mandat de l’action du Président de la République et de son gouvernement

      Finances Publiques :
      Renégocier les Traités Européens pour « casser la dictature des marchés » et la création d’une Banque centrale citoyenne avec la capacité de créer la monnaie et dirigée par des organisations syndicales, de consommateurs, des collectifs. Les « experts » financiers n’auront qu’un rôle de conseil technique.
      Contrôle des mouvements de capitaux (spéculation)
      Renégocier la dette publique par un audit sur la dette « indûe » ou l’effacer, purement et simplement en accord, si possible, avec les autres états européens.
      Réformer la fiscalité, notamment l’IR, CSG, CRDS (cf Thomas Piketty Pour une révolution fiscale)

      Justice :
      Indépendance des Procureurs de l’exécutif
      Renforcement du rôle des Juges d’Instruction
      Réformer les différents codes, notamment sur les infractions politico-économiques et financières qualifiées de crime relevant de la Cour d’Assises.
      Suppression des juridictions d’exception comme la Cour de Justice de la République.
      Responsabilité pénale du Président de la République, de son gouvernement, des conseillers pendant la mandature
      Modifier les critères de l’immunité parlementaire, des élus sinon la supprimer

      Création d’une Université de la République donnant une formation pour exercer les mandats, à tous les citoyens de toute origine et condition

      Et il reste bien d’autres champs à explorer


    • Michel DROUET Michel DROUET 3 décembre 2011 22:37

      @ Bigglop

       

      Vaste programme !

      Juste pour amorcer le travail sur le recyclage : vous vous souvenez sans doute de Mme Boutin à qui, au sortir de son Ministère, on avait confié une mission certainement très importante mais dont le sujet m’a échappé, avec une très confortable indemnité mensuelle à la clé, plus une voiture de fonction.

      C’était un peu gros et l’intéressée a du renoncer à ces avantages.

      A suivre également les désistements des candidats de droite pour ne pas faire d’ombre au président sortant (Villepin, Boorlo, en particulier). On connaîtra le prix de leur ralliement en cas de victoire : un maroquin ou bien une présidence d’un machin important et bien rémunéré.

      La proximité des élections et l’incertitude qui pèse sur le scrutin pour le pouvoir en place a lancé la saison des transferts. Les personnels de cabinet dans les ministères cherchent actuellement à se recaser dans des postes moins soumis aux aléas électoraux, dans le public ou dans le privé où ils exerceront leurs compétences de manière souple en attendant des jours meilleurs.

      Ne riez pas : comme disait Coluche, c’est avec vos impôts qu’ils font ça. 


    • bigglop bigglop 4 décembre 2011 00:18

      Merci @Michel pour votre réactivité.
      Pour Boutin, ce sont des articles des médias qui l’ont contrainte à renoncer à ses indemnités.
      Mais la liste va être longue et vous aurez de l’ouvrage :
      le prince Jean, administrateur de l’EPAD
      le fils de Bachelot placé au Ministère de la Santé
      les amis de Martin Hirsch, mis en sécurité avant son départ
      les dirigeants de l’agence France Trésor
      Président
      M. Jacques de LAROSIÈRE
      Ancien gouverneur de la Banque de France et conseiller du Président BNP Paribas
      Membres
      M. Peter R. FISHER
      Co-responsable de la gestion obligataire chez BlackRock
      Ancien sous-secrétaire du Trésor américain
      M. Jean-Louis FORT
      Ancien secrétaire général de la Commission bancaire
      M. Francesco GIAVAZZI
      Professeur d’économie à l’université Bocconi (Milan)
      M. Jean-Pierre HALBRON
      Ancien Directeur général adjoint d’Alcatel
      M. Emmanuel HAU
      Membre du directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild
      M. Assad J. JABRE
      Membre du conseil d’administration d’Ecobank Transnational Incorporated
      Membre du conseil consultatif de la SID (filiale de la BID)
      M. René KARSENTI
      Président exécutif de l’International Capital Market Association
      M. Ng KOK SONG
      Directeur général de Government of Singapore Investment Corp.
      M. Bertrand de MAZIERES
      Directeur général des Finances à la Banque européenne d’investissement (BEI)
      http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=7129
      Woerth et A.D.O. http://www.rue89.com/2010/06/30/ce-si-honnete-monsieur-woerth-deja-en-1992-157010&nbsp ;&nbsp ; avec une prime de départ de 175 000 francs et il nous demande sur ITELE des sacrifices

      Si vous cherchez bien vous allez exhumer tout un cimetière de la République



    • tres bon cet article "

      l’LE CUMUL NE NUIT PAS A LA SANTé’ MAIS PROFITE AU PORTE MONNAIES DES ELUS...VEREUX.........

      72% des francais pensent que leurs élus sont corrompus...aucun commentaire.les. chiffres parlent...


    • 36600 communes qui devaient etre remplacées par environ 3000 communautés de communes

      nous avons gardé les deux...doublon........ conseils generaux...département .doublon

      500000 CONSEILLERS MUNICIPAUX DONT 80000 MAIRES ET ADJOINTS PAYES.
      660 députés a 35000 euros mois ..autant de sénateurs s’engraissant avec leur cagnotte de 1.5 milliards

      UN REGIME DE PREVOYANCE DE LUXE ET UNE RETRAITE GAGNEE POuR 2 MANDATS:10 ans

       et non 42 ans puis 50 ans pour les salariés.............

      QUI FRAUDE LE PLUS EUX ET LE MEDEF QUI NE PAYE PAS SES CHARGES PATRONALES LES 500 FAMILLES TRES RICHES ET LE MEDEF DETOURNENT 50 MILLIARDS D EUROS...

      QUI FRAUDE LE PLUS...PAS LE SALARIE ENDETTE QUI NE PEUT SE PERMETTRE 3 JOURS DE CARENCE NOn PAYEs

      1 EXEMPLE UN FOOTEUX DEVAIT SE FAIRE OPERER DU MENISQUE ...IL DEVAIT 46 EUROS A SON CHIRURGIE QUI REFUSE DE L OPERER IL le règle et prend UN rv dans un hopital...operation en mars...notre travailleur footeux sera en arret jusqu’en avril...

      GABECIE ORGANISEE POUR COULER LA SECU ET METTRE UNE SECU PRIVEE DE LA BANCASSURANCE A LA PLACE(AGCS....°)


    • Catart Catart 16 décembre 2011 19:22

      L’exemple que tu donnes est excellent... Mais il faut quand même mettre tous les élus au mandat unique renouvelable 1 seul fois sauf pour les conseillers des villes de moins de 2000 ha. Mais aussi âge de la retraite comme les autres...

      Et je reviens à ton exemple je dis à René Dosière merci Monsieur et Bravo, comme vous êtes un personnage sans égo, de partage et de savoir je pense que maintenant vous aller avec votre coeur continuer comme conseiller mais totalement Bénévolement pour le bien de votre Nation et celui de vos concitoyens...

      Et là on est dans une logique de démocratie et de partage.


    • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2011 19:26

      @catart

      d’accord sur tout !


    • Robert GIL ROBERT GIL 3 décembre 2011 09:40

      je crois que les seul qui ne veulent pas que la politique soit un metier c’est le NPA, et ça ne plait a personne, a droite et au PS bien sur mais aussi a gauche......demandez a Melenchon !


      • jaja jaja 3 décembre 2011 10:22

        Exact Robert... Cela permet au NPA de ne pas transiger sur ses positions ou de signer de mauvais accords pour quelques strapontins comme celui signé par EELV avec le PS sur l’énergie nucléaire.

        Ainsi le NPA est aujourd’hui le seul parti à se présenter aux élections à exiger l’arrêt définitif du nucléaire (10 ans pour y arriver) et la création d’un service public de l’énergie expropriant Total et Areva...


      • Abou Antoun Abou Antoun 4 décembre 2011 10:24

        Ni aux verts, ni aux nationalistes, ce qui est la preuve que ce sont des partis traditionnels.
        Les négociations pour les postes d’élus l’emportent sur toute considération idéologique.
        Tout le monde veut ’croquer’.


      • pissefroid pissefroid 3 décembre 2011 11:21

        Je pense que, ce qui pourrait améliorer le système parlementaire,
        serait de payer les parlementaires
        au prorata des heures passées dans leur hémicycle.
        (je pense à cela à cause de l’action contre l’absentéisme scolaire)

        Les parlementaires sont élus pour voter le budget et les lois de la république,
        pas pour caresser l’électeur.


        • Michel DROUET Michel DROUET 3 décembre 2011 12:06

          En principe, mais en principe seulement, des sanctions financières sont prévues contre les parlementaires qui ne siègent pas en commission (mais ceux qui fraudent savent comment faire pour passer entre les mailles du filet : on signe la feuille de présence au début de la réunion et on s’en va).

          Il n’y a pas que des fraudeurs sociaux comme on se complait à nous le répéter en ce moment, il y a également des parlementaires fraudeurs, mais bizarrement on n’en n’entend pas parler.

          On voit également les ravages de l’absenteisme dans les sessions parlementaires lorsque les lois sont votées par une poignée d’élus.


        • Arafel Arafel 3 décembre 2011 19:28

          « payer les parlementaires au prorata des heures passées dans leur hémicycle. »
          Comme tout les français, quoi, rien de plus normal.
          T
          ous ces parasites devront un jour comparaitre devant un tribunal révolutionnaire et justifier leur comportement, avec la Veuve pas loin.


        • sertaje 3 décembre 2011 11:39

          Vous oubliez une chose, qui me parait essentielle, dans votre démonstration. La plupart des politiques sont des cumulards mais en plus profitent d’une rente de situation .Ils sont les descendants de baronnies politques .Ainsi monsieur Méhaignerie

           est le fils d’Alexis Méhaignerie, député MRP d’Ille-et-Vilaine de 1945 à 1968 et maire de Balazé de 1945 à 1976[1], et de Pauline Boursier. Son grand-père paternel, Alexis Méhaignerie était conseiller général du canton de Vitré Est et maire de Balazé[2].Non seulement ces personnages héritent des postes ( c’est le cas pour la majorité de nos politiques Aubry,Bachelot, De Gaulle , Sarkozy Debré , Baroin,Baudis, ETC....)mais en plus ils cumulent des fonctions sans discontinuer jusqu"à leur mort tout en percevant une ou plusieurs retraites 


          • Michel DROUET Michel DROUET 3 décembre 2011 11:53

            Bonjour Sertage

            Dans le cas que vous citez, on peut effectivement parler de dynastie qui règne sans discontinuer sur un même territoire depuis 66 ans.


          • Dzan 5 décembre 2011 10:32

            Mais, ils sont bien élus par des con...citoyens non ?


          • jef88 jef88 3 décembre 2011 12:25

            Les cumulards/professionnels de la politique... rien que le terme me fait vomir !
            Le mandat local leur permet d’acquerir un fief terme moyenageux qui refléte un état d"esprit
            Totalement coupés de la société ils forment une caste
            d’ailleurs quand on se penche sur leurs CV on trouve très souvent :
            - école privée
            - lycèe réputé
            - fac sciences politiques
            - ENA
            Et on s’étonne qu’ils ne connaissent pas la vie....

            1789 c’est quand ?


            • Arafel Arafel 3 décembre 2011 19:30

              1789 c’est quand ?

              Bientôt, bientôt........ils sont tellement déconectés de la vie de tous les jours qu’ils font tout pour ça.


            • révolQé révolté 5 décembre 2011 10:49

              Quand les francais retrouverons une paire de couilles,et c’est pas demain la veille.... !!!!!


            • Jean 3 décembre 2011 14:24

              Vous êtes trop modeste dans vos ambitions :

              Changement de vision du monde, capacité d’ envisager autre chose... Des démocraties, même partielles, fonctionnent bien (vetos du peuple, limogeage d’ élus, référendums en nombre et respectés...)

              Le tirage au sort à étudier sérieusement (voir mes liens)

              Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

              La révolution a commencé en 1789, elle finira en 20..

              Aujourd’ hui,

              En finir avec les lobbies banquiers, pharmaceutiques, ..., medef, plus de prises pour eux sur les assemblées, plus de pouvoir personnel, de corruption (pas le temps, etc.)

              Depuis des siècles, nous sommes conditionnés à être dominés par des rois, pouvoirs personnels, ...

              On se fait croire à nous-mêmes qu’ il n’ y a pas d’ autres solutions (encouragés par l’ oligarchie et les obscurantismes religieux qui font bon ménage), des exemples contraires existent de plus en plus (démocraties même partielles) dans le monde, même si encore rares.

              Re : Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

              http://www.democratiedirecte.fr/

              http://www.dailymotion.com/video/xl...

              http://www.dailymotion.com/video/xi...


              Un parti sans étiquette
              pourrait rafler les voix des abstentionnistes, déçus etc.
              (y a du monde) ; un président alors élu est chef de la police et des armées, en outre il peut dissoudre les assemblées, donc bousculer l’ oligarchie et instaurer une nouvelle constitution, à la Suisse (même en mieux).

              On peut imaginer dans les petits bourgs, un conseil municipal sans élus, mais constitué des citoyens eux-mêmes, le maire est élu pour un court mandat en tant qu’ exécutant, et contrôlé.

              Les grandes villes ...un conseil de « tirés au sort », un maire élu (court mandat et non renouvelable ? ou une fois) exécutant et contrôlé.

              Idem au niveau de l’ Etat, un président élu (court mandat non renouvelable) exécutant des décisions d’ une constituante de "tirés au sort", aidé de ministres, et aux pouvoirs limités (par ex. urgence militaire avec compte à rendre), et très contrôlé.

              Bien étudier les thèses (liens) qui font leur chemin.

              Et les bienfaits de la démocratie, en perspective : les « jeunes » participent à la vie de la cité au lieu de brûler des voitures, parité homme/femme assurée (en moyenne par le tirage au sort), les luttes de classe disparaissent (ne reste que des sollicitations à la constituante), ... (liste non limitative)

              Manifestement un nouveau parti sans étiquette à voir...http://www.lepf.fr/


              • Innsa 3 décembre 2011 16:48

                Je ne pense pas que ce soit le cumul des mandats qu’il faut regarder, mais le cumul des salaires et des avantages.
                Les hommes politiques professionnels font de la politique pour gagner leur vie le mieux possible et accumuler les richesses.

                On peut garder le cumul des mandats, mais un seul salaire : mécaniquement, ce serait signer la fin du cumul.

                On peut également payer les hommes politiques au smic... ou mieux, au RSA. Ce qui éliminerait tout de suite ceux qui veulent s’enrichir et les obligeraient a exercer un travail honnête (c’est ce qui se passe en suisse pour les cantons)

                Je pense que se mettre au service du peuple ne doit pas etre rémunérateur sinon on se retrouve avec des hommes qui sont députés, maires, présidents de région, président de parti politique etc. et qui en plus font des consultations d’avocat dans le privé et se font offrir des vacances et des Rolex par Takieddine ... Ce mec la, la France et les français il s’en fout.


                • Bruno Bruno 3 décembre 2011 17:26

                  Bonjour,

                  Bien sur qu’il faudrait réformer, bien sur qu’il faudrait empêcher ces cumulards !
                  C’est bien pour cela que certains mouvements sont nés comme « lemoder » des gens « du peuple » qui ont envie de voir une France respectable avec une vraie démocratie, mais voila ce petit mouvement comme d’autres n’ont pas les moyens de leurs ambitions car la majorité d’entre nous restent focalisé sur nos trois grands partis et ne voient pas la venue d’un changement ailleurs !
                  Ils ne faut pas oublier que nos politiques viennent pour la plupart des mêmes écoles et comme il est si bien dit dans cet article ils font de leur vie publique un CDI.

                  Réformons  : http://www.lemoder.fr


                  • Jean 3 décembre 2011 19:02

                    Intéressant, mais pensez sérieusement à la fin des élections pour des partis, et au principe du tirage au sort (mon com plus haut).


                  • Di Girolamo 3 décembre 2011 17:53

                    Nos sociétés sont liées par un pacte social simple : l’exploitation industrielle des ressources grâce à nos capacités d’exploitation des énergies fossiles a fait bondir la possibilité de bien se soigner , de se doucher à l’eau chaude et de pouvoir adhérer au club cycliste du coin , ou si l’on préferre au parti politique x ou y , peu importe .
                    Ce sont ces richesses et conforts matériels qui nous lie : l’état est là pour nous protéger et nous permettre d’en profiter.
                    Pour le député maire président.. c’est idem , sauf que lui au lieu d’aller faire du vélo , il cumul les mandats.
                    Il est bien évident que si le contrat social était la recherche de l’intérêt général , il y a belle lurette qu’il n’y aurait plus de cumul et que les citoyens participeraient . Que les uns et les autres seraient mobilisés autour de cet intérêt général et comment y parvenir , bref politisés au sens normal du terme.
                    Oui ! le cumul des mandats va contre la démocratie ! Mais tout le système , son organisation , son mode de vie et de pensée, son organisation va contre la démocratie en la réduisant seulement à cette liberté pour quelques uns de .......prendre douche chaude etc etc etc
                    Il est sans doute intéressant de rappocher les concepts de richesse et de démocratie en se disant qu’un société soudée par la recherche de la richesse aura bien du mal à être une démocratie , qui est recherche de l’intérêt général .
                    Dans une société où il faut être fort pour gagner , j’ai la faiblesse de penser qu’on va vite s’éloIgner encore plus de la démocratie ....Toujours en son nom , bien sûr.


                    • Michel DROUET Michel DROUET 3 décembre 2011 18:31

                      Le système fonctionne en période de croissance et on ferme généralement les yeux sur ses travers tant que cela marche.

                      Les périodes de récession ont cela de positif qu’elles permettent de mettre en lumière un certain nombre de comportements, dans la mesure où on ne demande pas d’efforts à ceux qui se sont enrichis pendant les périodes fastes.

                      Contrairement à vous, je pense que la démocratie pourrait faire des progrès.

                      Quand j’entends un éditorialiste du Figaro (c’est dire !) dénoncer le comportement des exilés fiscaux sur BFM je me dis que l’on va peut-être progresser...


                    • Jean 3 décembre 2011 19:03

                      "Quand j’entends un éditorialiste du Figaro (c’est dire !) dénoncer le comportement des exilés fiscaux sur BFM je me dis que l’on va peut-être progresser..."

                      Là je crois que vous rêvez.


                    • Michel DROUET Michel DROUET 3 décembre 2011 23:05

                      @ Jean

                      Oui je rêve un peu, mais c’était tellement inattendu d’entendre ça...


                    • Di Girolamo 4 décembre 2011 10:03

                      Que la démocratie puisse faire des progrès ! il y a de la marge ,c’est sûr ; là où ça se complique , mais c’est seulement mon point de vue ,c’est que le cumul des mandats et autres bonnes habitudes , comme par exemple l’organisation de la vie politique autour de partis et non directement autour de l’étude des problèmes , ne sont pas des épiphénomènes ,mais révèlent un système ; et un système c’est global et tout le monde est « mouillé » ; c’est structurant , ça touche à tous les domaines d’activité , à la manière de vivre et de penser . Ce raisonnement induit forcément un grand pessimisme puisque pour réellement changer la donne , il faut tout changer et que cela on n’en voit ni la possibilité ni la manière.
                      Ma seule « idée » sur la question est qu’il faut changer d’abord notre façon de penser et que lorsque numériquement un seuil sera atteint , la vieille peau tombera d’elle même.
                      De ce fait , dans cette logique , il me semble que ce qui est le plus utile ,c’est tout ce qui permet aux gens de réfléchir. Politiquement cela se traduit par la mise en place de lieux , d’espaces publics de réflexion directement autour des problèmes afin de décortiquer les logiques en oeuvre.


                    • Henri François 3 décembre 2011 18:25

                      Une seule façon de se débarrasser de cette mafia, INTERDIRE la profession de politique, je dis bien profession.
                      Après avoir interdit le cumul des mandats (ça rapporte) et séparer les mandatés du statut de fonctionaire, n’autoriser dans n’importe quel poste (Président de la République, député, sénateur - inutilité de celui-ci - maire, conseiller etc...) deux mandats successifs de cinq ans (pas un de plus) et interdiction A JAMAIS de se représenter.
                      En outre pas de salaires mais des défraiements convenus à l’avance accompagnés de la suppression de nombreux privilèges (retraites royales, voitures, appartements, voyages, etc...) 
                      Enfin donner la possibilté aux citoyens de « démissionner » l’un quelconque de leurs représentants en cours de mandat par un système à mettre au point, .
                      Telle qu’est aujourd’hui la Démocratie Française, je pense n’être qu’un pauvre utopiste !
                      Hélas... pour vius car je suis en fin de parcours et j’ai décidé de ne plus voter... 


                      • Jean 3 décembre 2011 19:06

                        Pensez au principe du tirage au sort des représentants, d’ élus presque sans pouvoir, exécutants ; (mon com plus haut)


                      • deovox 3 décembre 2011 21:15

                        @ l’auteur

                        A la fin de votre article vous parlez de reformer le système. Qui est abilité à reformer en France, si ce n’est ces chers politiciens professionnels.

                        A ce qu’on constate ces temps-ci, ils auraient plutot tendance à vouloir augmenter leurs privilèges que les diminuer. Penser qu’un seul seul d’entre eux renoncera volontairement à un cdi et une retraite (voire plusieurs en cas de cumul), c’est de l’utopie.

                        Conclusion, tant que le peuple ne reprendra pas manu militari le pouvoir qui lui a été volé, la grande goinfrerie continuera encore et encore. 


                        • Michel DROUET Michel DROUET 3 décembre 2011 22:50

                          @ deovox

                          Vous avez raison, le système est bloqué et comme on dit on ne scie pas la branche sur laquelle on est assis. Il ne faut donc pas attendre grand chose des élus en place.

                          C’est exactement la même chose pour la réforme des collectivités locales et des syndicats intercommunaux qui visait à en diminuer le nombre. Une majorité d’élus s’est opposée à cette réforme, sans doute pas dénuée d’arrières pensées de la part du gouvernement actuel (diminuer l’influence de la gauche, majoritaire dans bon nombre de collectivités).

                          Le résultat le plus tangible de cette opposition à la réforme a été le basculement du Sénat à gauche, et ce sont sans doute les petits élus de droite de certains départements (le Morbihan en est un bel exemple) qui ont provoqué ce changement.

                          Je ne sais pas si c’est manu militari qu’il faut modifier les choses, mais je suis bien conscient qu’elles ne peuvent plus durer comme ça.


                        • spartacus spartacus 3 décembre 2011 21:31
                          Mais ils ont a goûté aux privilèges, ils ne peuvent plus s’en passer.

                          Ils ne voterons jamais une égalité et un retour dans le droit commun.

                          A noter qu’en plus ces personnages refusent les débats contradictoires avec la société civile. Uniquement avec des journalistes sélectionnés et des réponses préparées.

                           

                          • kéké02360 3 décembre 2011 22:26

                            Il n’y a pas d’autre solution que de sortir en 2012 du bipartisme et des petites magouilles électoralistes !!!!!

                            un exemple parmi tant d’autres :

                            http://www.agoravox.tv/actualites/environnement/article/marine-le-pen-fait-retirer-une-32737 


                            • révolQé révolté 5 décembre 2011 10:57

                              sortir de l’UMPS pour le FN... ???
                              C’est ça la soluce ???

                              Ha... !!! ha... !!! ha... !!!! je croyais qu’on parlait de démocratie là... ?!?


                            • Christophe Leclaire 4 décembre 2011 06:40

                              Bonjour à tous. Et merci à Michel Drouet pour ce bel article très clair, limpide, plein de lucidité et de bon sens, et qui souligne une fois de plus que ce que l’on ose encore appeler « démocratie » n’est qu’une farce affligeante orchestrée par les « professionnels de la politique » en connivence avec les « professionnels des médias ».
                              Comme bigglop (dont le programme me ravit), je vous encourage fortement à poursuivre vos recherches sur les « recasés ». Je comptais aborder prochainement ce sujet, mais comme vous êtes si bien lancé, je vous invite à lire ce petit dossier, concocté par Olivier Drouin (il y a plusieurs pages), paru fin août sur le site « capital.fr » :
                              http://www.capital.fr/enquetes/revelations/les-plus-belles-planques-de-la-republique-621704/(offset)/2
                              Il y a beaucoup de noms et d’informations, notamment sur les salaires, les qualifications et les prétendues missions de ces recyclés qui, dans plus de 700 comités bidons, coûtent chaque années, pour rien (hormis les services rendus), plusieurs dizaines de millions d’euros à la France. Mais quand on aime, on ne compte pas... En espérant vous relire bien vite. Solidairement.


                              • Michel DROUET Michel DROUET 4 décembre 2011 17:20

                                Bonjour Christophe

                                A propos des recasés je vous signale un dossier sur Marianne de cette semaine : « ceux qui continuent à jeter l’argent par les fenêtres ». Il y a notamment un article sur les recasés ou pistonnés au Conseil Economique et Social (Raymond Soubie et Maud Fontenoy par exemple).

                                N’oublions pas non plus Fadela Amara qui a obtenu un poste à l’Inspection Générale des Affaires Sociales après son départ du Gouvernement.

                                La liste n’est pas close...


                              • Blé 4 décembre 2011 06:43

                                Cela fait du bien de rêver surtout si on a conscience que c’est un rêve.

                                Un constat, est-ce un hasard, mais autour de notre « CHER » président, il y a beaucoup d’évadés fiscaux. Je pense à l’ affaire Karachi qui a conduit les juges en Colombie et qui découvrent « des palais » construits avec de l’ argent tombé du ciel.

                                Nous l’ ignorions, mais l’ état est privatisé et partagé avec une poignée d’individus qui vivent sur le dos du peuple. Les fonctionnaires sur le terrain sont (d’après l’ U M P) des privilégiés mais les politiques professionnels sont quoi exactement ? Quel service rendent-ils aux contribuables ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès