Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Lisbonne et l’irresponsabilité des peuples

Lisbonne et l’irresponsabilité des peuples

Le peuple irlandais a dit non. Dont acte. Faut-il s’en réjouir ou se consoler par une approche "schumpéterienne" (la fameuse destruction créatrice) ? A qui la faute ? En démocratie, il est évident d’affirmer que c’est le peuple. Pas si sûr.

Un poète alsacien, René Eglès, a fait une réjouissante chanson, dépassant cette fois de loin la contingence économique. Evoquant la mort d’un arbre il dit : « Aus deinem Tod, mach’ ich ein Leben » (De ta mort, je fais une vie) et parmi tous les objets qui naissent de cette mort il y a une guitare. Alors cessons ces lamentations ? Oui, peut-être, mais pas sans réflexion préalable. Après tout « même pas mal ! » puisqu’on en reste au Traité de Nice, pour quelque temps encore... forcément ? Force est de se réjouir de constater que l’Europe existe lorsqu’on en prend conscience épisodiquement, à la faveur d’une crise suscitée par l’expression du peuple qui la refuse en l’état, mais qui prétend la désirer tout de même très ardemment... Peuple-roi ? On reverra ça dans quatre mois (le 15 octobre), ont dit en substance les 27 réunis à Bruxelles. Les augures les plus pessimistes parlent eux de décennies. « Et pourtant, pourtant, je n’aime que toi... » auraient pu chanter, à quelques exceptions près, les peuples et leurs dirigeants pour la Fête de la musique devenue quant à elle quasiment européenne. L’adjectif est d’ailleurs à ce point galvaudé qu’il ne reste plus que l’Europe qui ne soit pas européenne.

Et continuer malgré tout.

Evidemment tout cela est bien compliqué, complexe, obscur dans ce labyrinthe à l’issue lointaine et incertaine, hasardeuse. On s’en amuserait presque en cynique fataliste si ce n’était pas si grave. Surtout ne pas abandonner. Jacques Delors a raison : « Il faut continuer et rebondir par des coopérations renforcées ». De plus, l’ancien président de la Commission ne se trompe pas quand il fustige les visions nationales étroites des gouvernements qui se défaussent allègrement sur l’Europe. Il a encore raison lorsqu’il rappelle qu’en tout état de cause les décisions qui comptent sont prises par les Conseils des ministres (sommets), donc les gouvernements, et ce, au moins jusqu’en 2014, avec ou sans ratification du Traité de Lisbonne. Le prestigieux europhile est encore dans le vrai lorsqu’il accuse les gouvernements d’avoir des pratiques « antipédagogiques », en tout cas non pédagogiques, c’est sûr. Le président Sarkozy de son côté accuse Bruxelles et nommément Peter Mandelson, le commissaire européen au Commerce. En réponse, des commissaires accusent à leur tour Kouchner, notre ministre des Affaires étrangères d’avoir vu dans les Irlandais « les enfants gâtés de l’Europe » et Christine Lagarde, notre ministre de l’Economie et des Finances d’avoir annoncé des propositions d’ordre fiscal dangereuses et pour le moins néfastes à la République d’Irlande. Et ainsi de suite dans cette cacophonie insupportable.

Et le peuple ou les peuples dans tout cela ?

Sujets fragiles, susceptibles, mais intelligents et avisés, les citoyens européens se rebifferaient à la moindre menace, si confuse soit-elle ? Cette assertion est récurrente chez nos hommes politiques que ce soit d’ailleurs pour expliquer l’échec ou le succès d’un referendum. Pour les satisfaits, c’est sur l’heure, pour les déçus, un peu plus tard, réflexion faite, dans un souci d’apaisement et de retour à l’unité nationale... dont ils n’ont cure avant le scrutin. Sycophante ou thuriféraire, accusateur ou encenseur, c’est selon qu’on « prêche » chez soi ou à l’extérieur. Nation ou communauté : deux discours. Sans avoir ici recours trop facilement à mes connaissances de professeur d’histoire, j’ose affirmer que le peuple n’est pas intelligent même s’il est parfois rusé, madré même et malheureusement souvent stupide surtout quand il s’agit de son intérêt à long terme. Qui peut croire que, spontanément, l’immense majorité de ceux qui constituent ce qu’il est convenu d’appeler le ou les peuples, renoncerait à son statut s’il le croit privilégié par rapport à une communauté plus large comme dans ce qui nous occupe ici, l’Union européenne ? Cette solidarité communautaire européenne que la mondialisation requiert impérativement, inexorablement, échappe totalement, non seulement à Mme Michu ou M. Machin, mais bien au-delà à des privilégiés comme aux plus démunis, inquiets de concert de l’avenir que l’accélération de l’Histoire leur réserve. Les « politiques » qui affirment le contraire sont des flagorneurs démagogues. La crise du politique comme on se plaît à qualifier le malaise de nos démocraties, trouve là aussi un de ses fondements car, là aussi, on « désinforme », on ment tout bonnement. Qui a répondu clairement aux accusations les plus véhémentes à l’encontre de Bruxelles de la part de pêcheurs en colère ou de transporteurs excédés ? Barnier ? Un peu... Mollement. La presse se rend d’ailleurs souvent complice de ces invectives puisqu’elle les relaye goulûment sans les commenter judicieusement, objectivement.

Alors que faire ? Recommencer ?

Pas d’« homo europeanus » qui rappellerait la tentation de l’Est, mais tout simplement des citoyens européens, informés, formés, éduqués, critiques judicieux, en un mot INTELLIGENTS. Une Europe citoyenne peuplée d’hommes et de femmes, conscients de leurs identités diverses, mais aussi de leur appartenance à une communauté de destin et même à un modèle civilisationnel unique, mais menacé. Convaincre les Européens qu’ils n’ont pas d’autre choix. Qui doit conduire le bon peuple à ce niveau de sagesse et de responsabilité ? En premier lieu, les élus car leur candidature devrait impliquer, à mon avis, un engagement qui lui-même implique une certaine conscience de leur propre compétence à assumer des charges électives. Ainsi ils devraient constituer une certaine aristocratie au sens étymologique, c’est-à-dire « les meilleurs », en quelque sorte une élite disponible et disposée à servir. Il ne devrait y avoir aucune honte à nourrir cette ambition-là, à quelque niveau que ce soit. Des femmes et des hommes vertueux, là encore au sens ancien, qui restaureraient la confiance en bannissant toute promesse démagogique ou irréalisable. Se souvient-on que, jadis, il n’y a pas si longtemps, le grand public s’en remettait au choix de ses élus de proximité quand il était dépassé par la complexité de l’enjeu ? Dans combien de foyers français la Constitution de 1958 a-t-elle été lue et comprise, bien qu’elle fût bien plus courte que le Traité de Lisbonne ? Comme Sylvie Goulard, la présidente du Mouvement européen France, je suis persuadé que certaines questions complexes ne doivent pas forcément être soumises à referendum quand on sait que tel ou tel aspect peut être surexploité au détriment de tel autre. Foncièrement démocrate, elle préconise plutôt le recours au référendum pour des questions claires qui n’exigent aucune expertise en la matière et pour lesquelles les réponses sont simples et ne prêtent pas à confusion. Le rôle et le travail d’associations comme le Mouvement européen et d’autres doivent être plus suivis et mieux relayés. Et là le rôle des médias est primordial. Serait-ce à ce point contre-productif de consacrer systématiquement une rubrique bien identifiable aux affaires européennes dans la presse quotidienne comme dans les journaux radio ou télé ? En tout cas, c’est là une responsabilité qui incombe à l’ensemble des médias. Il reste beaucoup à faire pour que l’Europe citoyenne soit peuplée de gens cultivés, intelligents et lucidement responsables de leur destin. Le rêve d’une « aire civilisationnelle » exemplaire doit-il être rangé au rayon des utopies ? Non. Il faut continuer patiemment.

Antoine Spohr.


Moyenne des avis sur cet article :  2.07/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Pierre de Vienne Pierre Gangloff 25 juin 2008 11:00

    "J’ose affirmer que le peuple n’est pas intelligent même s’il est parfois rusé, madré même et malheureusement souvent stupide surtout quand il s’agit de son intérêt à long terme."

    Tout est malheureusement dit, cette arrogance qui caractérise les défenseurs du traité, le refus systematique de ne voir en ses opposants que des personnes repliées sur leur avantages communautaires, alors que le débat posait justement d’autres opportunités que cette fuite en avant basée uniquement sur la libéralisation de tous les marchés. J’avais voté oui au référendum Francais, depuis des arguments comme le votre finissent par me faire regretter mon vote.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 juin 2008 05:20

       @l’auteur : Vous parlez d’une "aire civilisationnelle". C’est ça qu’il faut proposer.

      Pierre JC Allard

       

       


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 juin 2008 05:21

       @l’auteur : Vous parlez d’une "aire civilisationnelle". C’est ça qu’il faut proposer.

      Pierre JC Allard

       

       


    • Alpo47 Alpo47 25 juin 2008 11:29

      "...Convaincre les Européens qu’ils n’ont pas d’autre choix....". Ce n’est pas avec ce genre d’arguments que vous les (nous) convaincrez ...

      Encore un texte qui argumente sur l’absence, ou la mauvaise, communication envers les citoyens comme étant la raison du refus des peuples.... Autrement exprimé," l’europe, c’est tout bon..., mais "le peuple" n’y comprends rien".

      Vous avez, bien entendu, raison, pour ce qui concerne le traité, quasi personne ne l’a lu et les rares, n’y ont rien compris. Reste cependant une autre "arme" aux peuples, le "bon sens". Celui ci dit que lorsque quelqu’un camoufle ses intentions, elles ne sont certainement pas honnètes.

      Ensuite, lorsqu’on regarde l’évolution de ces 10 dernières années, au niveau des lois, ou arrêtés, on ne peut qu’être sur la défensive vis à vis de cette "bureaucratie totalitaire" qui s’installe à Bruxelles. Quelle différence entre la commission européenne et le défunt politburo soviétique ? Peu, très peu...

      Faut il parler des dernières décisions, comme l’augmentation des horaires de travail hebdomadaires à 65heures maximum ? La liste serait très longue. Peut être l’auteur est il en situation privilégiée, mais tous les salariés soumis au moins disant social, à la destruction des acquis, au libéralisme, aux dérégulations ... ne peuvent que refuser en bloc cette europe CETTE EUROPE LA ...

      Si l’europe est incapable d’empêcher les spéculateurs de faire doubler les prix des denrées de base, à quoi sert elle ?

       

       


      • Anto 25 juin 2008 11:42

        C’est pas faire preuve d’intelligence que de dire que ceux qui sont opposés à la tournure que prend l’UE sont des imbéciles. Vous parlez du manque de pédagogie des médias, à cela je rétorque que lors de notre prrpre référendum, il y avait peu de voix s’élévant en faveur du NON avec le résultat que l’on connait. Avant d’instruire des citoyens européens, il faudrait déjà qu’il existe une idéologie, ou une cause commune qui ne soit pas strictement économique (économie->concurrence->défiance). Je ne peux pas croire que les pro européens soient tous de mauvais pédagogues. Ce sont bien leur thèses et leurs objectifs sur le long termes qui sont bancals.

        Il n’y a aucun argument dans votre plaidoyer qui inciterait un anti UE à revoir sa position. Vous préconisez en fait une propagande plus efficace et radicale. Puisque le peuple est idiot retournons le. Hmmm. Qui vous dit qu’un peuple mieux éduqué serait d’accord avec les développements actuels de l’UE.

         


        • Alpo47 Alpo47 25 juin 2008 12:16

          C’est également ainsi que je lis son texte. L’auteur nous dit que les peuples sont irresponsables (sous entendu, imbéciles) et ne peuvent pas percevoir tous les bienfaits qu’il y a à renforcer les institutions européennes...

          Avec des arguments comme ça, et la réaction épidermique qui s’ensuit, le NON gagne encore quelques millions de voix ..


        • ASINUS 25 juin 2008 12:11

           

           

           cher monsieur juste un mot un petit simple compréhensible meme pour une elite

           

           

           NON !

           

           


          • Laurent_K 25 juin 2008 18:58

            Pourtant ils ont l’air d’avoir un peu de mal à comprendre. C’est vrai qu’un mot d’une syllabe, c’est compliqué.


          • mandrier 25 juin 2008 12:20

            Cette "Europe" est une dictature en devenir qui sera sans nul doute pire que le IIIeme Reich ou l’URSS. (goulag ou "nacht und Nebel")

            Pour l’instant, il n’y a pas encore de régime policier, mais ca va logiquement venir. On en est pour l’instant à nier les Peuples et leurs votes.

            Quant à la France, Bruxelles aidé par les média et les actions souterraines des "politiques" , elle est sur le chemin de la désintégration qui passe par la destruction de son économie et de son système politique : la République...

            Ce processus doit être stoppé, les traités signés dénoncés, et les frontières fermées. Nous nous en porterons bien mieux et nous arreterons l’appauvrissement de notre peuple et le pillage de nos biens...

            Depuis que "Bruxelles" se mêle de nos affaires, tout va de mal en pire.... Les Francais souffrent de plus en plus, la pauvreté s’installe de plus en plus et en phase avec les soi-disant "avancées européennes"...

            Non ! Il faut arrêter cela ! Et changer nos politiciens d’une manière ou d’une autre : relisez l’Histoire !...


            • katalizeur 25 juin 2008 12:23

              @ l’auteur

              ancien jpurnaliste et attaché parlementaire,je comprend votre position ou elle ne m’etonne pas.

              moi travailleur, expliquez moi ,vous qui etes proche des aristocrates et de l’elite en quoi le fait de devenir un serf a du bon ? merci de me repondre dans des termes simples que moi comprendre.

              car moi pas comprendre comment moi survivre mieux en travaillant 65 h/ semaine

              moi pas comprendre comment faire devis correct quand enteprise europe faire devis 70% moins cher,moi pas comprendre toi la tronche expliquez moi silvoplai

               


              • bobbygre bobbygre 25 juin 2008 17:09

                Brave manant, je m’en va t’expliquer par le menu :

                Innocent petit agneau, ta servitude a ceci de bon qu’elle te permet de ne pas être embarassé des moults tracasseries et autres difficilles responsabilités qui émaillent la vie d’un homme qui compte (car toi, tu ne comptes pas). "Heureux sont les simples d’esprit, le royaume des cieux leur appartient" a dit le Seigneur.

                Certes, travailler 65h par semaine ça peut paraître beaucoup, mais rassures-toi, en cherchant bien, on arrivera à trouver plein de pays où c’est pire et, finalement, tu te rendras compte à quel point tu as de la chance de ne travailler que 65h par semaine. Et, puis, comme tu travailles plus, tu va gagner plus ! Tu pourras donc acheter des produits plus chers de meilleure qualité ! Euh... en fait, non, les mêmes produits qu’avant... Mais plus cher quand même !! Waouh ! Ah, progrés quand tu nous tiens !

                Tes concurrents proposent un devis 70% moins cher ? Mauvaise perspective, l’ami, ce n’est pas le concurrent qui est 70% moins cher, c’est toi qui est 70% TROP cher. Si eux arrivent à faire moins cher, pourquoi pas toi ?

                Si eux arrivent à vivre avec un salaire de quelques dizaines d’euros par mois, pourquoi pas toi ?

                AAAhhh.. et ne te plains pas de la France, le peuple est con, mais le pays est trés sympa, si t’es pas content, va voir ailleurs et arrete de te plaindre !

                Espece de fonctionnaire islamo-gaucho-ortho-terroriste (ortho-terroriste : terroriste de l’orthographe)

                 


              • katalizeur 25 juin 2008 17:30

                moi bien compris ton message monseigneur

                moi et beaucoup d’autre serfs pas partir mais bientot entrée en resistance,

                je suis maçon donc l’orthographe je sais pas ,mais pour te construire un bunker ou tu pourras te cacher avec tes amis de l’elite ça je sais faire

                ,je te jure que je ne leur donnera pas les plans pour qu’ils viennent te chercher fait moi confiance ;monseigneur.


              • Alpo47 Alpo47 25 juin 2008 17:47

                Tant qu’à faire, ne lui donnes pas non plus les plans ... pour retrouver la sortie .


              • gil 5 juillet 2008 10:13

                pb de calcul
                c’est pas 70% trop cher mais 233% !


              • dup 25 juin 2008 12:27

                Cette solidarité communautaire européenne que la mondialisation requiert impérativement, inexorablement, échappe totalement, non seulement à Madame Michu ou Monsieur Machin mais bien au-delà à des privilégiés comme aux plus démunis, inquiets de concert de l’avenir que l’accélération de l’histoire leur réserve.

                La voilà la boulette !! vous pensez en terme de blocs, d’affrontement de guerre .

                 Inexorablement : beau sophisme pour utiliser le langage Thatcher : there is no alternative . Discours bien Stalinien pour éluder les choix et les débats.

                Vous citez les citoyens ’Michu’ et ’Machin’ , vous auriez tout aussi bien dire les Bidochon , cela sied mieux à la considération que vous leurs portez

                Il y a donc pas d’autre solution que ‘hors de l’église pas de salut’ ? imaginez que le monde entier fasse partie de l’EU . contre qui aura elle à relever ces fameux défis puisqu’elle aura plus de frontière pour se protéger ? ce sera la compétition mortelle ,car sur terre il y a TOUJOURS quelqu’un qui fait mieux et moins cher ce que vous produisez . Avez-vous pensé un seul instant que VOUS AUSSI êtes remplaçable et la compétition libre et on faussée vous conduit à la tombe . Vous aussi Monsieur bardé de diplômes êtes pas mieux protégé que monsieur Michu !

                Ce qui arrive à monsieur Michu vous arrivera aussi , simplement vous ne le savez pas encore . Croire faire partie des élus est un égoïsme et un aveuglement sans borne , je permet de vous le dire Monsieur le Professeur , moi qui suis simple mécanicien électricien .  

                Les Irlandais ont dit non parce qu’ils ont flairé le piège du nouvel ordre mondial : encore un petit effort et demain sera radieux. La carotte devant l’âne . Ils ont vu que les baillis étrangers vont leur confisquer leur raison de vivre : la libérté . l’Europe (oligarchique , la géographique a 1000 ans )  à été faite pour soi disant protéger les peuples . Elle en est le pire ennemi.

                Lisbonne et l’irresponsabilité des peuples

                En lisant votre titre , je ne peux que vous inviter au soir de votre vie à un peu plus de modestie et de perspicacité . Soyez curieux ,les ‘Michus` sont pas aussi cons que vous croyez

                http://www.dailymotion.com/relevance/search/lelibrepenseur/video/x5rkb3_je-dis-oui-pour-le-non_news

                http://pagesperso-orange.fr/philosophie/liberalisme.htm

                 


                • FYI FYI 25 juin 2008 12:57

                  La suspicion de tous les peuples a commencé depuis Maastricht.

                  Après l’avènement de l’€ et de sa propagande sur une meilleur prospérité, les peuples ont subi la face cachée de tous ses discours creux, sans droit de résultat, juste la vindicte de ceux qui « savent » face à un peuple ingrat.

                  Si l’UE donnait déjà des premiers résultats encourageant, les peuples voteraient les yeux fermés, mais ce sont des déceptions qui le payent très chères dans leur vie de tous les jours, d’autant plus que le symbole le plus important « l’Euro », cette monnaie, a été un cheval de Troie contre les intérêts généraux des consommateurs.

                  Qui peut encore croire que l’inflation des prix lié au passage de cette monnaie n’est qu’une vue de l’esprit (serait-ce encore une ingratitude du peuple) ?


                  • Gzorg 25 juin 2008 13:16

                    Rien que quand je vois le pedigré de l’auteur...je sais déjà que je vais avoir droit a de la bonne grosse propagande léche-boulesque à souhait , du frétillement de queue de caniche devant le systéme, heureux de le faire et qui en redemande...

                    Oui ça ne s’invente pas :

                    Professeur honoraire, ancien journaliste et ancien attaché parlementaire.

                    Donc voila merci l’auteur grace a vous, les gens comme moi qui on fait un virage a 180° face a l’Europe, se sentent moins seul , car chaque article de ce genre participe a créer de nouvelles vocations d’anti Européens.

                    Je pense que de toute façon le monstre dictatorial Européen reussira tres bien à se suicider lui même, au moins avez vous le merite d’accelerer le mouvement...et pour cela je vous dis merci !

                    Mr l’auteur !

                     


                    • mac 25 juin 2008 13:36

                      Votre texte comporte peu ou pas d’arguments mais donne l’impression d’un mépris caratéristique de cette pseudo élite que les peuples ne veulent pas voir au commande de l’Europe.A propos de ce traité vous ne parlez finallement que de la forme mais pas du fond.

                      Essayez dons de convaincre les gens avec de vrais arguments si vous en avez et si tant est que vous ayez compris quelque chose au texte que vous défendez peut-être par effet panurge de votre corporation ?


                      • pallas 25 juin 2008 13:38

                        Les peuples sont souvent manipulable, le truc de dire NON, a chaque coup, sans avoir chercher a comprendre de quoi il y retournai, c’est vieu comme le monde. Les peuples ont fait souvent des mauvais choix, par exemle, le communisme en Russie, qui a entrainé des dictatures, les Peuples, ne font pas tout le temps le bon choix, bien au contraire. Donc autorisé le peuple a choisir est une chose, mais bon, si c’est comme le CPE, dire NON, sans chercher a proposer une alternative, sa ne sert a rien. Le mot Europe Social, c’est beau, sa fait classe, mais c’est vide de sens, ou sont les projets alternatifs ? nul part. Les gens attendent que sa tombe dans leurs assiettes, dise que sa leurs plait pas, et attendent d’autre proposition, grosso modo, vous etes des imbeciles, faineants, qui ne faites rien, a par gueuler sans arret. Je n’est pas dit que j’etais pour l’Europe, n’y contre, simplement je donne une Vision que les Elites ont de vous, et ils ont parfaitements raisons.


                        • pallas 25 juin 2008 13:41

                          Si au moin, vous pourriez dire NON a ce traité, car nous proposer une alternative sur le droit du travail, ou economique, et dire OUI, sur d’autres secteurs. Dire NON ou OUI, c’est tres manicchéens, vous pourriez dire OUI, sur certaines choses, d’autres a revoir, et un NON total, enfin sur quelques propositions en proposants des alternatives qui vous semblent plus juste. Voila, comment devrai se passer les choses


                        • mac 25 juin 2008 14:10

                          @Pallas

                          Il est arrivé bien souvent que les élites gouvernantes mènent leur pays à la catastrophe par manque de clairvoyance,par incompétence ou par malhonnêteté.Il suffit pour s’en rendre compte de relire ses livres d’histoire.

                          Nos chères "élites" ne nous ont pas annoncé la venue de la crise des subprimes .Pourtant, si on prenait la peine de s’écarter du discours médiatique officiel que certains n’hésitent plus à remettre en cause , un nombre impressionant de sites internet annonçaient le problème à venir au moins 2 ans avant (tant sur l’immobilier que sur les matières premières).

                          Alors ces gens qui prétendent "savoir" sont-ils si compétents qu’ils voudraient le laisser croire ?

                           


                        • Anto 25 juin 2008 14:47

                          y’a que les cons qui sont surs d’etre plus malins que les autres


                        • pallas 25 juin 2008 14:13

                          Mon petit Mac, le peuple a toujours les Elites qu’ils meritent, car ils les choisis, si un civilisation crée des individues mediocres, alors celle ci s’effondrera, donc sa ne change rien a la donne et culpabilise encore un peut plus le peuple qui a le dernier mot quoi qu’il en soit. De plus pour la crise immobiliere, elle n’existe pas en France, a moin de lire Liberation, mais dans le concret dans le Réel, la France, n’est pas touché par celle ci.


                          • mac 25 juin 2008 14:38

                            Mon tout petit Pallas, la crise immobilière n’existait pas aux états unis il y a deux ans.Après tout la France sera-t-elle épargnée comme pour le nuage de Tchernobyl ?

                            C’est vrai que quand le prix sont multipliés par deux sans réelles raisons alors que les salaires stagnent, que la croissance n’ a pas suivi et que tout fout le camp autour de nous, il n’y a aucune raison de s’inquiéter...

                            Quandtà la crise financière elle est bel et bien là et nos dirigeants commencent à l’utiliser comme argument pour justifier certaines de leurs incapacités.


                          • Laurent_K 25 juin 2008 14:24

                            Cher monsieur Spohr,

                            Vous l’avez lu le traité au fait ? Ca aide pour se faire une opinion.

                             


                            • LE CHAT LE CHAT 25 juin 2008 14:40

                              les irlandais n’ont pas dit non à l’europe , ils sont d’ailleurs toujours heureux d’en faire partie .

                              Ils ont comme les français dit merde à ces traités imbitables conçus par les lobbies ultralibéraux à Bruxelles et illisibles pout tout un chacun . ils savent bien que ces écrits sont là pour leur mettre profond !


                              • pallas 25 juin 2008 14:42

                                Les prix de l’immobilier sont disparate en fonction de la localité ou ont se trouve, un F1 a Paris ou vers le coté atlantique, les sables, d’olonnes ou vers Marseille, en Mediterannée, environ 100 000 a 150 000 euros, en Province, Nantes, Tours, etc etc etc, sa coutera 50 000 euros en moyenne, donc les prix sont tres disparates, ainsi que la location, c’est de l’ordre de X 2 pour la location et X 2,5 pour l’achat immobilier. Donc non il n’y a pas de crise Mac, se sont de la pure betise, lu et ecrit par des journaleux Gaucho Troskystes, qui vivent a Paris meme.


                                • mac 25 juin 2008 15:31

                                  Ce que l’on aime avec vous ce sont vos certitudes.Croyez-vous que c’est en cornant ce que vous pensez que ça en fera la vérité ?

                                  Prenez la peine d’aller sur les sites qui parlent d’immobilier et vous verez qu’ils sont souvent produit par tout sauf des gauchistes mais au contraire par des gens qui boursicotent et font leur crédo de l’analyse technique...Que vous le vouliez ou non certains prix stagnent voire baissent dans certains coins, pas encore dans les endroits les plus prisés, je vous l’accorde mais ça ne veut pas dire que ça n’arrivera pas.Rappelez-vous que même à Paris les prix avaient largement chuté dans les années 90.

                                  Ceci dit pensez ce que vous voulez, le sujet c’est l’Europe,les élites et leur manque parfois de clairvoyance qui doit inciter les peuples à ne pas leur signer des chèques en blanc.

                                  Pour ce sujet les lecteurs jugeront de la pertinence de vos propos...

                                   


                                • Laurent_K 25 juin 2008 15:43

                                  Je me permet de vous renvoyer sur le journal très Gaucho anarcho socialo Troskyste du jour : challenges

                                  Ceci dit, tout comme vous, le gouverneur de la banque de France le dit lui-même "Notre marché immobilier n’est pas en crise.".


                                • Parpaillot Parpaillot 25 juin 2008 15:08

                                   

                                  @ l’Auteur :

                                   

                                  J’ai lu votre article avec intérêt et je partage l’essentiel de vos propos, notamment lorsque vous soulignez l’exploitation démagogique par les politiques de l’antagonisme entre l’Etat-Nation et la Communauté :

                                   

                                  « Nation ou communauté : deux discours. »

                                   

                                  En revanche je ne peux vous suivre lorsque, vous référant à votre expérience de professeur d’histoire, vous écrivez : « … j’ose affirmer que le peuple n’est pas intelligent même s’il est parfois rusé, madré même et malheureusement souvent stupide surtout quand il s’agit de son intérêt à long terme.  »

                                   

                                  Car ces propos pessimistes contredisent me semble-t-il ce que vous suggérez plus loin :

                                   

                                  «  Pas d’« homo europeanus » qui rappellerait la tentation de l’Est, mais tout simplement des citoyens européens, informés, formés, éduqués, critiques judicieux, en un mot INTELLIGENTS. Une Europe citoyenne peuplée d’hommes et de femmes, conscients de leurs identités diverses, mais aussi de leur appartenance à une communauté de destin et même à un modèle civilisationnel unique, mais menacé. Convaincre les Européens qu’ils n’ont pas d’autre choix. Qui doit conduire le bon peuple à ce niveau de sagesse et de responsabilité ?  »

                                   

                                  En effet, l’Europe ne peut se construire durablement sans les Européens, ni dans leur dos. Pour ma part, je crois en des citoyens responsables et capables de discernement. L’Europe sera vouée à l’échec si les citoyens qui la peuplent ne se sentent ni concernés, ni responsabilisés, ni convaincus des choix qui leur sont imposés et sur lesquels ils n’auront eu aucun pouvoir de décision. A cet égard, et vous avez raison, les médias et les « politiques » portent une très lourde responsabilité. Comme le disait fort justement le regretté Denis de Rougemont dans sa « Lettre aux Européens  », je cite de mémoire : « Avant de construire l’Europe, il faut faire les Européens ». Pour que le projet Europe soit viable, il faut en effet que les citoyens qui habitent l’espace européen soient conscients d’avoir un destin commun, eux qui partagent une même culture. Cependant cette prise de conscience ne se réalisera pas toute seule, ni même en quelques années. C’est une tâche de longue haleine qui commence à l’école où l’on persiste malheureusement encore aujourd’hui à enseigner l’histoire de sa Nation dans un chauvinisme de mauvais aloi et surtout anachronique, tout en contribuant ainsi à formater les esprits de nos petites têtes blondes ou brunes qui sont l’avenir de l’Europe.

                                   

                                  Mais qu’en pense notre auteur et professeur d’histoire ?

                                   

                                  Cordialement !


                                  • pallas 25 juin 2008 15:25

                                    Parpaillot, les individues sont generalement stupides et n’ont pas la capacité de voir plus loin que leurs visions quotidiennes des choses, en cela l’auteur a parfaitement raison en disant que les peuples ne sont pas intelligents. Eduquer le peuple, donc le rendre cultivé, intelligent, donc chaque individu soit capable de réellement penser a son devenir. Cela est proprement impossible, le cours de notre Histoire, a ete le massacre de l’evolution, des femmes et hommes intelligents, eliminés, et les tarés mis au pouvoir. Fort heureusement, aujourd’hui, nous sommes dans un civilisation pacifisque, une avancée extraordinaire dans une histoire passé Morbide, mais, actuellement, le compteur tourne rapidement et l’enjeu est la propre survie de l’espece humaine, en 2000 années, oui, c’est le temps minimum, pour que des civilisation tres intelligentes ou des individues tres instruits puissent voir le jour, et encore, sans incident notoire, ce qui n’est pas gagné. L’Europe est une extraordinaire avancé, mais de qu’elle Europe veulent les individues ? a terme, nous arriverons a un gouvernement mondial, car notre planete est devenu un Ville planetaire, ou l’action d’un pays, ne peut pas passer inapercu,e, par exemple l’arme nucleaire.


                                    • pallas 25 juin 2008 16:07

                                      Le marché immobilier n’est pas en crise, et d’ailleur sa construit partout, je travail dans le secteur, c’est simple, c’est mon emploi qui est en jeux, et donc sa construit réellement partout. Parcontre le probleme Immobilier, oui il y en a, et d’ailleur je suis etonné que vous qui etes soient disant experts n’en parler jamais, c’est la degradation du parc immobilier, car les immeubles sont vetustes, et les coproprietaires n’ont pas forcement les moyens de pouvoir faire des travaux rapidement, et l’ANAH a une action limité. Le marché de la construction se porte tres bien, parcontre celui de l’entretien fonctionne tres mal, nous ne sommes pas USA, ou la bas, il y a une vrai crise, mais se n’est pas du a la crise des subprimes, ou de la bulle immobiliere, la bas l’economie est virtuel.


                                      • mac 25 juin 2008 17:27

                                        Libre à vous de croire ce qui vous arrange mais les chiffres sont têtus.

                                        De plus cela n’enlève rien au fait que nos dirigeants nous disent n’avoir rien vu venir, ni de la crise américaine qui était pourtant prévisible ni de la crise financière et ni de la crise française qui est loin d’être absente, je vous donne rendez-vous dans quelques mois pour faire le point dessus...

                                        Car le sujet c’est de savoir si le peuple doit faire confiance aveuglement aux "experts" sachant qu’ils ne brillent pourtant pas toujours par leurs compétences ni par leur honnêteté.


                                      • katalizeur 25 juin 2008 19:20

                                        le marché n’est pas en crise, j’ai la truelle qui me tombe des mains

                                        kaufman et broad perd 70% de sa valeur boursiere non pas a cause d’une crise dans le secteur mais la chute est du a la baisse du prix de la maca.

                                        le marché et tenu a bout de bras les financiers ont perdu beaucoup ils s’agrippent encore aux quelques murs que je construis

                                        je continue a maçonner mais je m’attend aussi a "quelques defauts de PAYEMENT" a part ça

                                        tout va tres bien madame la marquise tout va tres bien.


                                      • Aleth Aleth 25 juin 2008 19:44

                                        Pourquoi tergiverser ? Il n’y a qu’un pouvoir légitime qui est en droit de s’exercer en démocratie par définition : celui du peuple. Sommes-nous en démocratie ? Ou en dictature ? Veut-on nous demander notre avis ? Ou nous IMPOSER des projets ?

                                        Les dirigeants élus sont censés tout entreprendre pour défendre les intérêts du peuple, pas pour établir une arnaque à l’insu de ceux qui les ont placés au pouvoir ( suivez-mon regard... Ô.o ). Le peuple a-t-il son mot à dire ? A priori non, d’autres préfèrent passer outre cette étape et signer des accords et traités en ignorant totalement ce que NOUS avons à dire et exprimer. On veut nous imposer la nouvelle bible de l’Europe. C’est le constat le plus pragmatique que l’on peut obtenir in fine. Quand le peuple dit non, et pas qu’une fois, que le Traité en cours actuellement et qui fait foi stipule que l’unanimité est INDISPENSABLE pour adopter un traité ou quelconque nouveau projet, inutile de battre des pieds et des mains. C’est la Démocratie, un point c’est tout !

                                        Alors ceux qui s’obstinent à vouloir faire passer en force le TCE de VGE - malgré le refus de plusieurs pays - sont jusqu’à preuve du contraire hors-la-loi et anti-démocrates. Pour rappel, combien de pays de l’Union ont eu l’opportunité d’avoir droit à un referendum ? Sarkozy affirme que la grande majorité des pays a voté oui. Mais qui a voté ? Les régnants ou la population ? Et sur les rares qui ont eu la chance, disons les citoyens qui ont eu droit à un "sondage référendaire" (bah oui, puisque le processus continue, c’était un simple sondage finalement...), il n’y a pas eu un, ni deux, mais trois votes nationaux contre !!!

                                        Donc il y a deux camps : celui du Genre Humain, des citoyens, de la très grande majorité de l’ensemble de la population, celui qui voit s’éloigner la démocratie, ses libertés, ses "richesses", et se rapprocher un peu plus chaque jour une sorte de pieuvre sans foi ni loi qui engloutit tout sur son passage au fil du temps. Ca c’est le deuxième camp, celui qui sème le désordre, l’omerta et la pauvreté.

                                        La question qu’il faut se poser maintenant c’est pourquoi ces "dirigeants" insistent-ils tant pour nous imposer un traité que l’on ne veut pas ? Imaginez alors ce que vaudra notre opinion si le TCE est adopté. Le "traité simplifié" qu’ils disaient... La démocratie violée et baffouée, ça sonne moins bien mais ça colle mieux au contexte et à la réalité...

                                        La prochaine fois ils vont hésiter à deux fois (ou pas du tout) avant de laisser s’exprimer la population. Et comme la constitution de beaucoup de pays - dont la France - permet de s’absoudre de l’opinion publique, ils ne vont pas faire la faute une deuxième fois, pas bêtes ! Et les grandes étapes au sein de l’Europe ne seront plus décidées par NOUS, mais choisies par une bande de malfrats avides de pouvoir, considérant les citoyens comme de simples entités biologiques qui travaillent, consomment et payent leurs taxes. Et votent parfois pour le fun... Aujourd’hui c’est devenu business & co., transferts d’argent discrets, mensonges et haute trahison. Ces perfides se goinfrent sur notre dos, et mettent en oeuvre des schémas violant tous les principes altruistes lesquels représentent les bases même des pays démocratiques. Sur le papier, c’est beau, mais dans les faits, c’est l’incarnation du Mal absolu...

                                        http://www.dailymotion.com/video/x4uj24_justice_news

                                        http://www.dailymotion.com/video/x4x6sb_revolution_news

                                         


                                        • Laurent_K 25 juin 2008 20:25

                                          "Pourquoi ces "dirigeants" insistent-ils tant pour nous imposer un traité dont on ne veut pas" ?

                                          Parce que ce traité permet de préserver leur petites places au chaud. Ils ont déjà le pouvoir mais à cause de la démocratie, risquent de le perdre un jour.L’idée est donc de faire un édifice qui donne l’essentiel des pouvoir à la commission et au conseil sans risque réel d’être renversé. C’est le but réel du TCE/traité de Lisbonne.

                                          La raison invoquée -mieux faire fonctionner l’Europe- ne tient pas l’épreuve des faits. L’UE na jamais pondu autant de textes que depuis les non français et hollandais et la BCE mène sans problème (de son point de vue) la barque économique. Quand à la prétendue démocratisation des institutions soit-disant apportée par ces traités, c’est bien entendu de la poudre aux yeux...


                                        • Scaevola 25 juin 2008 21:25

                                          Le fonctionnement actuel de l’Europe est assez bien connu, tout au moins l’information est facilement accessible pour qui voudrait s’y interesser, par conséquent la façon de présenter l’information voire les tentatives de récupération par qui que ce soit sont vaines et ne piègent que les gogos.

                                           

                                           


                                          • Yakelkun ? 26 juin 2008 01:18

                                            N’était-ce pas une fois de plus Montesquieu qui disait que si le problème de l’homme était d’être heureux, il serait résolu depuis bien longtemps... que ça n’est point le cas puisque son ambition n’est que d’être plus heureux que son voisin...

                                            Vu comme ça, quand on se met à habiter avec son voisin, qui de fait cesse d’être son voisin, forcément les enjeux se déplacent...


                                            • PascalR 26 juin 2008 08:47

                                              Et blablabla ...

                                              Quand est-ce que les gens ouvriront les yeux devant une des plus belles impostures de tous les temps ? L’Europe. 3 referendums, 3 non. Et malgré tout, les gouvernements continuent. Pourquoi ? Parce que les gouvernements en ont cure du bien commun et des avis des peuples. L’Histoire fourmillent d’exemples. L’Europe sera faite, car elle va rapporter très gros à une caste de financiers, mafias et autres gros bonnets. C’est tout et si simple.

                                              Les discours, les mots, les philosophies, du blablabla d’illusionniste. Et les peuples, hypnotisés par leur propre imbécilité et les ballons qui vont au fond des buts, les stars qui gesticulent, les peoples qui se trémoussent, n’y verront que du feu. Un gros tas de cerveaux disponibles, bien mous, bien creux ...


                                              • Valéry Valéry-Xavier Lentz 26 juin 2008 21:51

                                                "3 référendums, 3 non" : étrange comptabilité. Sur le traité constituttionnel il y a eu quatre référendums dont deux non. Dans les quinze dernières années il y a eu en Europe 27 référendums portant sur les questions européennes et 20 Oui.

                                                Ehn outre il ne faut pas négliger les ratifications parlementaires qui ont autant de valeur que les consultations référendaires. Les peuples exercent leur souveraineté avant tout à travers leurs représentants, comme le souligne la constitution française. C’est qinsi que sont votyées toutes nos lois. Pour le traité de Lisbonne nous avons déjà 20 ratifications contre un seul vote négatif. Une fois que les six pays restant se seront prononcés il sera alors possible de n’agocier avec l’Irlande une solution afin de permettre de respecter le choix des 26 autres Etats-membres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès