Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Lyon Turin à tout prix !

Lyon Turin à tout prix !

Petite histoire d'un grand projet, un film à voir sur : http://vimeo.com/64201772

 

Imaginé dans les années 80, le projet d'une nouvelle ligne entre Lyon et Turin s'inscrivait dans les nombreux développements de lignes à grande vitesse avec une priorité voyageurs.

Il a été intégré dans les projets d'interconnexions européens ce qui lui permet de prétendre à un financement de l'Europe.

Après l'accident du tunnel du Mont Blanc en 99, ce projet a connu une nouvelle dynamique et a été orienté vers une priorité fret, tout en conservant sa version voyageur avec une desserte, de Lyon aéroport Saint Exupéry à Chambéry.

La forte augmentation du nombre de poids lourds dans la vallée de la Maurienne due à la fermeture du tunnel du Mont Blanc et celle constatée jusqu'en 1994, justifiaient la création d'une infrastructure ferroviaire permettant d'absorber le transport routier des marchandises, polluant et dangereux.

Les nombreuses études concluaient toutes à un niveau de trafic en forte croissance, avec pour conséquence la saturation de la ligne existante ne permettant pas d'accueillir les 80 millions de tonnes de marchandises prévues entre la France et l'Italie pour 2010.

Qu'en est-il en 2013 ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Elise Tho 27 avril 2013 13:10

    Sur ce projet inutile, et vraiment très cher pour le peu de services rendus, les députés vont devoir ratifier prochainement l’accord franco-italien, le Conseil d’État va promulguer ou non l’utilité publique du projet Lyon Turin.

    Peut-on sortir de l’accord franco-italien ? les conditions qui ont prévalues à la naissance de ce traité sont -elles réunies pour qu’il soit maintenant ratifié ? Ce projet est-il d’utilité publique ?

    C’est à cela qu’en bonne logique il faudrait répondre... Dans ce contexte, que le député maire d’Aix-les-Bains, Dominique Dord indique, que suite à l’avis de la cour des Comptes, il a changé d’avis sur le projet, il n’en voit plus l’utilité publique et ne soutiendra pas ce projet.... 

    Bravo et merci pour cette information bien décryptée !


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 27 avril 2013 14:20

      « ...à tout prix  » et pis quoi encore ? Au delà de quelle somme un prix devient exorbitant et un projet du passé absurde deviennent ils obsolètes et inutiles ? dix, vingt, trente milliards  ? Mettez un euro toutes les secondes dans une caisse, il vous faudra trente ans pour en faire un milliard... !

      Un projet nait obsolète à partir du moment où l’autorité s’appuie sur des chiffres de croissance et d’évolution du marché mensongers et où ils répondent à des appels d’offres attractifs et dégonflés par de grands groupes pour mieux emporter le contrat. Dix ans après, on peut très bien savoir si le coût final sera double et le trafic deux fois moindre. dans ce cas, le tunnel ne débouche que sur une dette pour bien des générations à venir, pourquoi ne pas prendre leur avis en compte puisqu’il payent ?

      croissance à venir : http://www.notre-ecole.net/pic-de-petrole-et-decroissance-conference-debat-yves-cochet/


      • Elise Tho 27 avril 2013 19:45

        Lisa, tu devrai regarder le film, faire un projet alternatif, ce n’est pas forcement un gaspillage, il ya la pollution et la nécessite de faire des transports collectifs, c’est plus urgent que tout le reste.


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2013 11:25

        pour information, le projet alternatif que tu évoques est très précis. je l’avais évoqué dans un article récent. lien

        il s’agit de s’inspirer du modèle autrichien, très sophistiqué, qui permet de supprimer la quasi totalité des nuisances, et pas seulement en couvrant la voie.
        mais il s’agit aussi de permettre la réussite du fret ferroviaire, puisque la voie n’est exploitée à ce jour qu’à 18% de ses capacités.
        or la création d’une voie nouvelle n’est pas de nature à changer ce pourcentage.
        c’est la technologie qui doit évoluer : c’est ce que propose R-shift-R ; qui permet non seulement de rouler à bonne vitesse, de franchir des pentes de plus de 3%, mais surtout de charger et décharger le fret en moins de 6 minutes.
        c’est la seule condition de réussite permettant de transférer les marchandises de la route vers le rail, sans pour autant l’aide de l’état, sous forme de subventions, ou de taxes sur les poids lourds.
        il faut bien comprendre que les taxes sur les poids lourds ne résoudront rien.
        si le transporteur préfère, pour des raisons de fiabilité, utiliser la route, il payera la taxe, et en reportera le montant sur les marchandises transportées, faisant payer du coup au consommateur cette augmentation.
        c’est ce que l’on peut découvrir sur le blog des opposants, sur ce lien

      • alinea Alinea 27 avril 2013 14:44

        C’est une blague ?
        http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/lyon-turin-une-bataille-dur-rail-130322
        et une dizaines d’articles sur le sujet, du même auteur


        • alinea Alinea 27 avril 2013 14:48

          pardon : parce que vidéo inaudible !


        • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2013 11:27

          Alinea

          il faut prendre le titre de la vidéo au second degré...et je suis en phase avec le film proposé, même si je regrette que le projet alternatif n’ait pas été mieux développé.

        • alinea Alinea 28 avril 2013 14:44

          Olivier : inaudible, au sens propre ! au sens physique : son haché, pas audible quoi ! impossible de savoir ce qui s’y dit !!


        • Elise Tho 27 avril 2013 19:47
          • ce serait pas alinéa le mode inaudible ?

          • alinea Alinea 27 avril 2013 23:15

            je ne comprends pas votre intervention : je lis un article vide qui ne repose que sur une vidéo inaudible ! Je m’interroge et donne un des dix ou quinze articles sur le sujet écrits par Olivier Cabanel ! Donnant finalement mon avis de cette manière !
             ??? alors ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 28 avril 2013 11:29

            merci Alinea

            je comprend ton étonnement sur le titre du film, qu’il faut prendre bien sur au second degré !
            d’ou l’échange que tu as eu...
            mais globalement, le film en question s’oppose au projet actuel...
            et merci de ton soutien
            à bientot !

          • Chermau 27 avril 2013 22:08

            Peut-on encore sac­ca­ger des cen­tai­nes d’hec­ta­res de zones humi­des, gas­piller des terres agri­co­les pour des pro­jets inu­ti­les comme le Lyon Turin qui va sup­pri­mer direc­te­ment 800 hec­ta­res de terres agri­co­les ? Et près du double avec les mesu­res com­pen­sa­toi­res zones humi­des ! ou siphon­ner selon les pré­vi­sions des cons­truc­teurs 25 à 30 mil­lions de mètres cubes d’eau pota­ble par an ?

            Le trans­fert modal des mar­chan­di­ses de la route vers le rail est pour la sau­ve­garde de l’envi­ron­ne­ment d’une extrême urgence, mais le projet fer­ro­viaire Lyon Turin ne serait en mesure de réa­li­ser cet objec­tif que dans 20 ans.

            Or avec les amé­na­ge­ments réa­li­sés entre 2007 et 2010 sur la ligne his­to­ri­que exis­tante, avec la mise au gaba­rit GB1 qui permet de mettre les camions sur les trains, la quasi tota­lité des 22 mil­lions de tonnes mar­chan­di­ses qui tra­ver­sent les Alpes du nord entre le tunnel du Mont Blanc, celui du du Fréjus et celles trans­por­tées par la ligne his­to­ri­que Dijon, Modane, Turin, pour­raient cir­cu­ler tout de suite sur la ligne his­to­ri­que actuelle. Seule la volonté poli­ti­que manque ! Avec 20 mil­lions de tonnes de capa­cité, seules 3,5 mil­lions de tonnes tra­ver­sent annuel­le­ment ce tunnel his­to­ri­que, dont on pour­rait encore amé­lio­rer les capa­ci­tés par la moder­ni­sa­tion du maté­riel rou­lant.

            Dans la pers­pec­tive de ce projet qui va coûter 30 mil­liards, le dou­ble­ment de la ligne entre Saint André le Gaz et Chambéry est tou­jours en attente.... il y a pour­tant une urgence de déve­lop­per ces trans­ports en commun du quo­ti­dien ! Ces dix der­niè­res années, sur la rocade de Chambéry, s’il passe jour­nel­le­ment 1000 camions de moins, ce sont 10 000 voi­tu­res sup­plé­men­tai­res qui emprun­tent quo­ti­dien­ne­ment cette VRU.

            Un film « Lyon Turin à tout prix » exa­mine les condi­tions qui ont pré­valu à la nais­sance à la fin des années 80 du projet de ligne nou­velle entre Lyon et Turin avec un tunnel de base de 57 km.

            Qu’en est-il en 2013, avant que la France et l’Italie ne se lan­cent défi­ni­ti­ve­ment dans la cons­truc­tion de ce projet qui détruira de nom­breux espa­ces natu­rels et agri­co­les ?

            Ne vau­drait-il pas mieux conti­nuer la moder­ni­sa­tion avec du maté­riel rou­lant et réa­mé­na­ger les lignes pas­sa­ger entre Lyon et Chambéry ?


            • Chermau 27 avril 2013 22:14

              Peut-on encore sac­ca­ger des cen­tai­nes d’hec­ta­res de zones humi­des, gas­piller des terres agri­co­les pour des pro­jets inu­ti­les comme le Lyon Turin qui va sup­pri­mer direc­te­ment 800 hec­ta­res de terres agri­co­les ? Et près du double avec les mesu­res com­pen­sa­toi­res zones humi­des ! ou siphon­ner selon les pré­vi­sions des cons­truc­teurs 25 à 30 mil­lions de mètres cubes d’eau pota­ble par an ?

              Le trans­fert modal des mar­chan­di­ses de la route vers le rail est pour la sau­ve­garde de l’envi­ron­ne­ment d’une extrême urgence, mais le projet fer­ro­viaire Lyon Turin ne serait en mesure de réa­li­ser cet objec­tif que dans 20 ans.

              Or avec les amé­na­ge­ments réa­li­sés entre 2007 et 2010 sur la ligne his­to­ri­que exis­tante, avec la mise au gaba­rit GB1 qui permet de mettre les camions sur les trains, la quasi tota­lité des 22 mil­lions de tonnes mar­chan­di­ses qui tra­ver­sent les Alpes du nord entre le tunnel du Mont Blanc, celui du du Fréjus et celles trans­por­tées par la ligne his­to­ri­que Dijon, Modane, Turin, pour­raient cir­cu­ler tout de suite sur la ligne his­to­ri­que actuelle. Seule la volonté poli­ti­que manque ! Avec 20 mil­lions de tonnes de capa­cité, seules 3,5 mil­lions de tonnes tra­ver­sent annuel­le­ment ce tunnel his­to­ri­que, dont on pour­rait encore amé­lio­rer les capa­ci­tés par la moder­ni­sa­tion du maté­riel rou­lant.

              Dans la pers­pec­tive de ce projet qui va coûter 30 mil­liards, le dou­ble­ment de la ligne entre Saint André le Gaz et Chambéry est tou­jours en attente.... il y a pour­tant une urgence de déve­lop­per ces trans­ports en commun du quo­ti­dien ! Ces dix der­niè­res années, sur la rocade de Chambéry, s’il passe jour­nel­le­ment 1000 camions de moins, ce sont 10 000 voi­tu­res sup­plé­men­tai­res qui emprun­tent quo­ti­dien­ne­ment cette VRU.

              Le film « Lyon Turin à tout prix » exa­mine les condi­tions qui ont pré­valu à la nais­sance à la fin des années 80 du projet de ligne nou­velle entre Lyon et Turin avec un tunnel de base de 57 km.

              Qu’en est-il en 2013, avant que la France et l’Italie ne se lan­cent défi­ni­ti­ve­ment dans la cons­truc­tion de ce projet qui détruira de nom­breux espa­ces natu­rels et agri­co­les ?

              Ne vau­drait-il pas mieux conti­nuer par la moder­ni­sa­tion du maté­riel rou­lant et réa­mé­na­ger la ligne à voie unique entre Lyon et Chambéry ?


              • Martin 29 avril 2013 18:30

                Le modèle autrichien est tout de même un mix avec de nombreux aménagement sur des lignes nouvelles il comporte de nombreux tunnels en parallèle de la liaison historique vers l’Allemagne.

                Un convoi R-shift-R est toutefois un concept beaucoup plus coûteux qu’un convoi ordinaire, les Boggies sur vérin permettent de faire un gabarit GB1+, mais dans cette logique, pour le transport du sable qui constitue actuellement la moité des charges transportées sur cette ligne, ou les Transcéréales, il faudrait dès maintenant mettre des boggies motorisées sur les wagons sans attendre la réalisation de ces rames. On notera aussi que des ponts roulant du type de ceux des espaces portuaires seraient un autre système possible pour charger des wagons surbaissés beaucoup plus simple à construire donc moins coûteux. Dans le cadre d’un projet qui doit subir un appel d’offre, on ne peur rien préjuger de l’utilité publique, quels sont les intérêt de Cabanel pour proposer à longueur d’article le R-shift-R ?. 

                On notera aussi que faire venir d’Italie du sable siliceux à cause d’une législation environnementale plus laxiste n’est pas non plus un véritable besoin de transport, on devrait extraire ce sable en France.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Chermau


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès