Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Manifestations ou Concertation Citoyenne ?

Manifestations ou Concertation Citoyenne ?

La semaine dernière, le scandale occasionné par le 'mouchard' de la National Security Agency (NSA), Edward Snowden, nous a démontré qu'un programme de surveillance numérique à une échelle potentiellement continentale nommé 'PRISM' permet, depuis maintenant plusieurs années, à des fonctionnaires des services secrets de jeter un coup d’œil dans votre boîte aux lettres, d'accumuler vos publications, photos, et discussions sur vos médias sociaux préférés, d'avoir directement accès aux informations que vous envoyez tous les jours à des compagnies comme Google, YouTube, Yahoo ! et Microsoft en allant peut-être même jusqu'à enregistrer vos conversations vocales sur Skype. Bref, on peut maintenant l'affirmer sans se faire systématiquement étiqueter comme vulgaire paranoïaque sorti tout récemment de l’asile ou zélateur incurable de théories conspirationnistes, 'Big Brother' vous surveille. Et considérant l'inclinaison activiste des américains, un gigantesque tumulte aux allures belliqueuses risque d'être au rendez-vous, si ce n'est pas déjà le cas. Ce genre de scandale fait surface à un rythme effréné depuis la crise économique de 2008 et les mobilisations citoyennes font rage aux quatre coins du globe.
 
À moins que vous viviez dans une grotte, la tendance croissante, pour ne pas dire exponentielle, de ces épisodes de résistance citoyenne et policière à travers le monde à laquelle les plus à l'affût d'entre-nous assistons pratiquement tous les jours est viscéralement alarmante. Dans mon réseau de contacts, plusieurs sont d'avis que cette accroissement est signe que nous progressons dans notre 'combat'. Mais chose certaine, la population mondiale semble de plus en plus encline à un changement socio-économique majeur.
 
Mais voilà : existe-t-il des moyens plus intelligents d'engendrer une révolution qu'avec les manifestations ou les armes ? Lorsqu'on veut s'émanciper du nid familial, on ne brandit pas des pancartes en exprimant notre désaccord ; on se trouve une alternative (ici, un emploi et un appartement) et on en sort. En termes plus raffinés, il s'agit de rendre l'ancien système obsolète en en établissant un autre, plus intuitif et plus viable, vers lequel ses agents (la population) y migreront sans le moindre effort mental. Voilà pourquoi je ne fais pas l'apologie des manifestations, même si elles ont l'avantage d'informer les gens. Mais justement, n'existe-t-il pas des moyens plus efficaces de faire circuler ce genre d'information ? Les manifestations et parfois les émeutes, ne devraient-elles pas êtres utilisées qu'en dernier recours, lorsque l'état nous empêche de communiquer entre-nous, par exemple ? À l'heure actuelle, des recours plus efficaces sont à notre disposition.
 
Pourquoi ne pas organiser des rassemblements citoyens massifs dans l'unique but de discuter des alternatives possibles ? Des moyens de transcender notre système actuel. Je dis bien 'transcender', car si nous le faisons tomber, ne risquons-nous pas le chaos, et dans le chaos, comme nous l'a prouvé la crise d'Octobre de 1970, l'expertise n'appartient pas aux citoyens, mais bien à l'armée. Par ailleurs, dans notre contexte socio-économique actuel, n'est-ce pas justement ce qu'attendent les élites de ce monde ? Faisons preuve d'ingéniosité.
 
Avons-nous l'intelligence, la maturité et le sérieux pour remplacer entièrement nos institutions politiques défaillantes par une démocratie directe où l'on se concerte entre citoyens ? Rassemblons-nous intelligemment, faisons circuler l'information et dans la mesure du possible, boycottons les institutions frauduleuses.
 
Théoriquement, nous avons en ce moment-même les plans et l'ingéniosité pour éradiquer la pauvreté et la famine à travers le monde, pour l'éternité. Mais si nous ne sommes pas conscient que ces inventions existent et que nous continuons à nous fier aveuglément à un système inadapté à notre ère, ce genre de train de pensée n'arrivera pas à faire son chemin avant que tout s'écroule. Nous subirons alors les conséquences de notre fermeture d'esprit, névrose de civilisation unique à l'être humain ; un statu quo qui plait bien aux '1%'.
 
Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, ce n'est peut-être pas d'une révolution que nous avons besoin, mais d'une évolution.
 
Bonne chance !
 
Félix Boissonneault,
Coordonnateur du Chapitre de Longueuil du Mouvement Zeitgeist
 
Pensez à vous abonner au blog d'origine de l'article : http://versuneebr.wordpress.com/
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 29 juin 2013 10:33

    D’un coté ... environ 7 milliards d’individus apeurés, divisés, désinformés ... de l’autre une petite élite et leurs séides qui controle l’économie, les armées, la justice, l’information, les consciences ... tout.
    Les premiers ont peur de leur voisin, passent leur vie à regarder des émissions débiles en tout genre, à consommer alcool et drogues, à critiquer leur voisin ou sont maintenus dans la peur du lendemain ... de presque tout.
    Les seconds tirent toutes les ficelles de la société, imposent leurs choix, leurs intérêts.

    Qui va l’emporter ? La réponse est évidente. Les seconds ont toujours plusieurs coups d’avance ... AUSSI LONGTEMPS QUE NOUS JOUONS LEUR PARTIE.

    Par conséquent, effectivement, la seule solution qui a une chance pour nous sera de sortir en douceur du système. De créer, un peu partout, d’abord localement donc, des ventes directes, coopérations, réunions libres, nouvelles monnaies (bitcoin) ... etc... et surtout échanger, communiquer ... d’abord pour prendre conscience de notre nombre et de notre VRAI POUVOIR.
    Ce premier pas devrait être accompagné d’une forme de « résistance passive » au système en place : « vous ne me représentez pas ... je ne vous reconnais pas ... je refuse votre société et vos instructions ou réglementations ...) .
    Evidemment, et il le font déjà, les séides du système vont tout tenter pour s’opposer au premiers »dissidents« . Il s’agit donc de persévérer pour atteindre rapidement le fameux seuil où les idées vont se répandre comme une trainée de poudre et ... s’imposer à un grand nombre.
    Mais tous ceux qui veulent »sortir du système prédateur« doivent également savoir qu’ils seront en butte aux peurs et au refus de tous ceux que le changement effraie ou qui ne veulent pas risquer de perdre leur »confort« . Aucune idée,aussi valable fut elle, n’a jamais emporté l’adhésion de tous. De plus, les séides, volontaires ou non, du système tentent de détourner l’attention en faisant un appel aux violences, pour »tout cramer« . Ce n’est qu’une superbe opportunité pour le système de discréditer ses opposants, d’emprisonner et de ficher et controler (je devrais dire ...davantage) ... tout le monde.

    Tout changement commence d’abord par un petit nombre qui prend le devants.

    Et les séides du système en attaquant de manière immédiate et disproportionnée ces »dissidents" nous montrent que c’est là pour eux le plus grand danger, donc ... que c’est notre chance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès