Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale : (...)

Ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale : cherchez l’erreur !

Nicolas Sarkozy a appelé de ses vœux récemment la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale. Doit-on s’offusquer du rapprochement entre une politique de contrôle de l’immigration et la notion d’identité nationale, ou bien plutôt condamner ce travers bien français qui consiste à croire que la solution d’un problème passe inévitablement par la création d’un nouveau ministère ? S’il faut à l’évidence rejeter cette proposition pour éviter de multiplier inutilement le nombre de ministres, je pense, contrairement à la plupart des opposants à cette mesure, qu’identité nationale et politique d’immigration sont en réalité parfaitement indissociables. Reconnaître la complémentarité de ces deux concepts en en comprenant bien la nature ne constitue en rien une concession aux thèses nationalistes ou xénophobes de certains.

Dans une interview accordée au journal Le Monde du 10 septembre 2006, à la question : "La pratique présidentielle américaine peut-elle vous inspirer ?", Nicolas Sarkozy terminait sa réponse par la phrase suivante : "Il y a à peine quinze ministres pour un pays de 300 millions d’habitants, et les ministères ne changent pas d’intitulé à chaque alternance". Cette louange d’une certaine sobriété en matière de multiplication des postes ministériels chez nos amis américains est en contradiction avec l’annonce de la création, s’il est élu, d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale.

Contrairement à ce que dénoncent les nombreuses critiques suscitées par l’annonce de ce projet, ce n’est pas l’accolement des termes "identité nationale" et "immigration" qui me paraît choquant, mais bien l’ineptie de cette proposition qui renoue avec l’habitude bien française de créer un nouveau ministère pour chaque problème émergent. La contradiction avec son admiration affichée pour les pratiques américaines plus sensées en la matière permet d’espérer que, dans le cas où il serait élu, passées les fièvres électorales, le bon sens prévaudra chez Nicolas Sarkozy. Sans s’attarder plus sur cette ineptie, il me paraît cependant utile d’examiner la relation qu’il peut y avoir entre immigration et identité nationale.

Les déséquilibres actuels en matière de développement et de niveaux de vie, qui caractérisent la situation internationale dans un monde globalisé aux allures de village planétaire, ne permettent pas l’abolition brutale des frontières. Les politiques d’immigration s’avèrent sans aucun doute nécessaires. Le contrôle de l’immigration aux frontières de pays insolemment riches par rapport au reste de l’humanité constitue, dans le court et le moyen terme, le seul remède contre un afflux massif d’hommes, de femmes et d’enfants dont la condition serait immanquablement humainement catastrophique compte tenu des capacités d’accueil limitées de ces pays.

On voit bien là les limites de cette politique d’immigration qui doit impérativement s’intégrer dans un ensemble plus vaste de mesures, dans le cadre d’une politique étrangère ambitieuse de rééquilibrage du monde et de lutte contre les inégalités planétaires, dont les résultats ne pourront être effectifs qu’à long terme. En attendant donc le rétablissement d’un équilibre apte à garantir la stabilité naturelle des populations sur leurs territoires d’origine, le déracinement d’hommes et de femmes en provenance de pays défavorisés et leur implantation dans des pays riches doit impérativement être maîtrisé. Cette maîtrise a deux visages : on ne voit malheureusement la plupart du temps que son aspect numérique le plus spectaculaire (limitation du nombre), et on oublie trop souvent son volet culturel (respect des valeurs fondamentales qui font le ciment des communautés nationales).

C’est dans ce deuxième volet culturel de la maîtrise de l’immigration que l’expression "identité nationale" prend tout son sens. Force est de constater qu’elle a toute sa place dans une politique d’immigration bien conçue. L’identité nationale n’est pas un concept creux ou sulfureux dont l’usage devrait être réservé aux xénophobes de tout poil. C’est ce qui fait le ciment indispensable au fonctionnement de nos sociétés organisées en Etats nations. Elle repose sur le partage de valeurs communes positives, pas sur la méfiance et la peur de l’autre. Elle s’enrichit des apports extérieurs qui la font progresser, mais doit rejeter sans aucune faiblesse ceux qui la feraient régresser dans des pratiques d’un autre âge. Pour disposer de cette force indispensable au maintien des valeurs fondamentales d’une communauté bâtie sur l’universalité des droits de l’homme, la nation doit disposer d’un ciment suffisamment solide pour unir les millions d’individus qui la composent malgré leur diversité, leurs différentes religions et l’infinie variété de leurs sensibilités. Cette union se réalise en France autour de valeurs inaliénables incarnées par la République.

Pour tous les pays, ce ciment a un nom, c’est l’identité nationale. Celle-ci est indissociable d’une politique d’immigration bien pensée qui s’attache autant à la limitation du flux qu’à la préservation des valeurs, tout en s’intégrant dans une politique étrangère d’aide au développement. En limitant le nombre de ceux qu’elle décide d’accueillir, la communauté nationale s’assure d’être en mesure de leur offrir des conditions de vie décentes. En s’assurant que ceux qu’elle accueille adhèrent aux valeurs fondamentales garantes du fonctionnement harmonieux des institutions nationales, la communauté préserve la tenue du ciment qui fait sa force.


Moyenne des avis sur cet article :  3.37/5   (86 votes)




Réagissez à l'article

124 réactions à cet article    


  • gnome (---.---.192.226) 26 mars 2007 13:45

    Le concept nationaliste c’est comme les hémorroïdes, n’importe quel trou du c.. peut en avoir .  smiley


    • (---.---.62.23) 27 mars 2007 09:39

      Merci de nous apprendre que tu as des hémoroides, c’est trés interessant, et TF1 a censuré cette importante nouvelle.


    • Pépin le Bref (---.---.45.35) 27 mars 2007 12:05

      Il y des immigrés qui n’aiment pas la France : La preuve ! :

      Rapportée par Éric Branca et Arnaud Folch dans Le Mystère Villiers, biographie sortie le 5 octobre, l’anecdote illustre le fossé qui sépare les deux hommes :   « Tu as de la chance, Philippe, toi, tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse plus qu’à l’avenir... » C’était en 1999, Sarkozy était alors en pleine traversée du désert...

      http://www.sarkopipo.com/archive/2006/10/11/sarko-ou-le-carrierisme-comme-seul-combustible.html

       smiley


    • (---.---.38.189) 26 mars 2007 13:58

      A ip 226 et à tous les collaborateurs de l’invasion migratoire et de l’occupation du territoire qui se permettent l’incivisme de déni identitaire, comme leurs semblables en 39-45, il n’est pas inutile de rappeler cette phrase que Houari Boumedienne ex président d’Algérie, prononça à l’ONU en 1974 :

      « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. »

      Ainsi il n’y aura pas d’excuse d’ignorance.


      • gnome (---.---.192.226) 26 mars 2007 14:50

        Bonjour Mr l’identitaire Je regrette que mon post ait pu vous incommoder. Certainement pas autant que des hémorroides, si vous voyez ce que ça veut dire. Sachez tout simplement que je voulais faire remarquer le fait est que chaque individu quelque soit son origine,sa richesse, sa couleur et sa condition, peux se prévaloir d’une identité pour laquelle il peut etre fier. Je voulais surtout déplorer le caractère dérisoire de l’orientation prise par le débat de la campagne presidentielle sur ce thème. Alors que, franchement, le débat est ailleurs. Maintenant, étant de passage dans votre douce France et l’ayant bien observée, j’avoue que celà ne me surprend pas trop. Un pays où un borgne haineux collecte sur son discours abject prés de 20% des suffrages ne pourrait que fouiner dans sa merde. Ne dit-on pas si bien qu’au pays des aveugles les borgnes sont rois smiley PS Révisez au passage votre géographie, l’Algérie et la majorité des pays Africains sont situés au nord de L’équateur par consequent pas dans L’hémisphère Sud !


      • mcm (---.---.121.120) 26 mars 2007 16:00

        Monsieur gnome que faites vous dans un pays où les gens ont des hémorroïdes et où les borgnes sont rois ?

        En tout cas c’est clair que vous haïssez un pays qui vous accueille et vous laisse baver sur lui !

        Vous ne seriez pas mahométan par hasard ?


      • (---.---.7.126) 26 mars 2007 18:30

        les collabos chantent haut et fort jusqu’au moment ou la résistance entre en jeu, c’est bien connu...Ensuite, ils déchantent....


      • (---.---.141.80) 26 mars 2007 18:32

        Le gnone est surtout venu en France pour toucher du pognon. La France est une fille généreuse avec ceux qui lui crache dessus.

        Il est tant de réagir !


      • Ségolène Bayrou (---.---.39.235) 27 mars 2007 02:46

        Votre discours est ridicule. Une immense majorité des individus résidant en France sont français et aiment la France. Arrêtez d’essayer de détruire ça ! Déjà qu’on doit tous essayer d’oublier qu’il y a des gens comme vous pour continuer à aimer notre pays ! On parle toujours des musulmans comme des bêtes sauvages, comment voulez vous que ça se passe bien ? S’ils sont stigmatisés et mis à l’écart, ils ne peuvent pas se sentir français ! Les autorités et les média agissent bien différemment en Angleterre. On les considère comme des citoyens comme les autres, ils sont anglais avant d’être musulmans ! Vous pigez ? Et ça se déroule plutôt bien.

        Et puis Sarkozy qui parle d’identité nationale, ça vous fait pas marrer ? C’est quoi l’identité nationale ?
        - la discrimination positive ? Surement pas !
        - suivre la politique étrangère américaine ? Encore moins ! La France est bien le pays de de Gaulle, non ?
        - tous les média possédés par quelques groupes militaires ? Ah ba je croyais que c’était le pays de la diversité journalistique !
        - le communautarisme à tout pris ? Pas du tout, la France est une république Une et Indivisible. Je l’ai appris à l’Ecole.

        Non, décidemment, M. Sarkozy est très mal placé pour nous parler d’itentité nationale. J’ai limite du mal à croire qu’il soit français...


      • (---.---.62.23) 27 mars 2007 09:42

        « Les autorités et les média agissent bien différemment en Angleterre. On les considère comme des citoyens comme les autres, ils sont anglais avant d’être musulmans ! Vous pigez ? Et ça se déroule plutôt bien. »

        C’est faux que cela se passe trés bien, attentats par des immigrés, émeutes raciales réguliérement, percé spectaculaire du FN anglais au derniére election, fuite des anglais hors de leur pays lorsque leur quartier est aliéné...


      • Dreik (---.---.125.194) 26 mars 2007 14:37

        Si cela peut permettre une meilleure intégration, avec à la clé, un sentiment d’appartenance, le respect de nos valeurs, de notre culture et son plébiscite, pourquoi pas..

        Mais encore faut-il, que cessent, les discriminations, qui donnent à certains Français d’origine immigrée, le sentiment d’être des citoyens de seconde zone, et les amènent à dériver vers des comportements communautaristes.


        • EDARI (---.---.54.100) 26 mars 2007 14:38

          Je crois me souvenir qu’il a dit qu’il allait créer un Ministère qui en regrouperait trois qui existent actuellement, et que ce Ministère s’appellerait le « Ministère de l’immigration et de l’identité nationale ».

          Ce serait donc plutôt une diminution du nombre des Minitères qu’une augmentation.

          Non, je me trompe ?


          • (---.---.45.150) 26 mars 2007 17:55

            En même temps, les ministeres en question ne gerent pas que l’imigration. Donc il y aurait bien un ministere de plus...payé par le contribuable.


          • Milla 26 mars 2007 14:52

            @ L’auteur

            Georges Lemaître, spécialiste de l’immigration à l’OCDE

            Sources : économie matin.

            Quels pays européens gèrent le mieux leur"politique d’immigration ?

            Le Royaume-Uni et la Suisse. Les deux pays mènent une politique d’immigration active et attirent de façon équilibrée à la fois une population immigrée qualifiée et non qualifiée.

            Une politique qui répond aux besoins en main d’oeuvre de leur économie florissante et fait face au vieillissement de leur population active.

            Quid de l’Espagne ou de l’Italie qui ont régularisé en nombre des sans-papiers ?

            Les pays d’Europe du Sud ont longtemps été des nations d’émigration. Ils apprennent aujourd’hui à gérer l’inverse, l’accueil de populations immigrées. Les vagues de régularisations massives sont des réponses urgentes à des situations ingérables sur le marché du travail. Car toutes les personnes régularisées avaient un emploi et avaient été embauchées sans permis de travail.

            La régularisation a concerné autant les employeurs que les immigrés. Ces embauche sont permis de répondre aux besoins ; des économies en main d’oeuvre peu qualifiée dans, des secteurs tels les services, la construction ou l’agriculture..

            Mais il faudrait trouver d’autres moyens d’y parvenir que l’emploi illégal.

            Quelle politique d’immigration l’Europe doit-elle mener selon vous ?

            Dans dix ans, sans immigration, la population européenne en âge de travailler comptera 3 % de personnes en moins, le double dans certains pays.

            La demande, elle, restera forte : les retraités continueront à consommer. Il faut anticiper cette question. Une partie sera réglée par la résorption du chômage et la participation à l’activité des femmes et des seniors plu large. Mais il faut également organiser les flux d’immigration.

            L’Union européenne a installé un bureau de recrutement à Bamako au Mali. C’est un exemple parmi d’autres de ce qui pourrait se faire. Il faut favoriser les rencontres entre les entreprises européennes en manque de main d’oeuvre et les populations en recherche. Une évolution qui devra s’accompagner d’un nouveau regard sur les étrangers en Europe.

            PROPOS RECUEILLIS PAR MURIEL ROY


            • Briseur d’idoles (---.---.168.138) 26 mars 2007 14:56

              On dit qu’Arno Klarsfeld sera le futur élu de ce ministère !!


              • Senatus populusque (Courouve) Courouve 26 mars 2007 20:29

                « On dit qu’Arno Klarsfeld sera le futur élu de ce ministère !! »

                Malgré sa double nationalité ???


              • (---.---.214.8) 26 mars 2007 21:29

                Et pourquoi pas ! Au point où nous sommes, lui ou un autre, qu’est ce que ça peut changer ?

                A moins qu’il y a ceux qui préfèrent

                Barre à fond


              • Milla 26 mars 2007 15:02

                @ Briseur d’idoles

                ontontion briseur, tu frises la polémique là, quelle identité ton humour jaune, noire ?

                sourire...


                • gnome (---.---.192.184) 26 mars 2007 16:02

                  Oui ! ce serait pas mal arno karcher feld de quoi bien nettoyer la france


                  • Salem Sahli (---.---.234.79) 26 mars 2007 17:46

                    Ce sont ceux qui crient au loup qui l’introduisent dans la bergerie. L’identité française n’est nullement menacée par les musulmans de France (pour faire court puisque c’est d’eux qu’il s’agit). Nous assistons par contre à une peur panique chez certains « français purs » de voir évoluer le contenu de la nationalité française. il s’en suit chez eux une crispation identitaire qui contribue à alimenter une autre crispation chez les autres et c’est l’escalade. Pourtant, il va falloir s’y faire car c’est ainsi : les « barbares » sont bien récalcitrants, ils s’obstinent à conserver des éléments de leur héritage culturel propre et à refuser de les gommer. Je pense que les regards extérieurs sont entrain de « réislamiser » les populations d’ascendance musulmane, d’attiser le sentiment communautariste qui les condamne à n’exister que sur un mode réactif. Cette question d’identité menacée tout comme celle du foulard islamique il y a un an, n’est qu’une manoeuvre politicienne qui n’honore pas ses auteurs. En France, chacun peut et doit vivre pleinement sa culture, sa religion sans que cette culture ou cette religion ne deviennent l’alpha et l’oméga de son identité. Salem SAHLI Hammamet (Tunisie)


                    • (---.---.69.212) 26 mars 2007 18:45

                      « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. »

                      signé : Charles


                    • Milla 26 mars 2007 22:28

                      @ (IP:xxx.x49.69.212)

                      Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche...

                      je suppose que tes ancêtres sont apparus sur la calotte glacière... qu’est ce qu’il ne faut pas lire comme conneries !


                    • Bois-Guisbert (---.---.134.54) 27 mars 2007 15:32

                      Dites, Milla, vous savez qui est le Charles en question ?

                      *mdr* de chez *mdr*


                    • Bois-Guisbert (---.---.134.54) 27 mars 2007 16:11

                      Est-on bien sûr que le sens qu’a voulu y mettre l’auteur est si différent de mon interprétation ?

                      Il n’a rien voulu y mettre du tout !

                      La formule, dans l’esprit de ses conseillers, est une auberge espagnole au sens le plus absolu de la métaphore : hostile ou favorable, chacun met dedans ce qu’il a envie d’y trouver !

                      Ca a été étudié pour, comme aurait dit Fernand Raynaud.


                    • Briseur d’idoles (---.---.168.138) 26 mars 2007 19:44

                      On peut aussi s’attendre à un « Ministère de l’Humain et du Tri Humain », chargé de trier les individus en fonction de critères de santé, de rentabilité, d’opinion...

                      Bien évidemment, le « type Sarkozy » sera privilégié !

                      Nos maîtres nous disent au quotidien que c’est le canon de la beauté et de l’intelligence ! smiley


                      • JL (---.---.73.200) 26 mars 2007 20:39

                        briseur de truc : «  »nos maître nous disent au quotidien ..."

                        Où vivez-vous ? Qui peut dire ça ?

                        Beurk !


                      • armand (---.---.105.148) 26 mars 2007 21:56

                        Il y a maldonne. La France n’est pas menacée par l’Islam - il y a cent ans un député, converti à l’Islam pouvait même siéger en gandoura et faire sa prière, et Pierre Loti, académicien, paradait en guerrier turc tout en rempilant à plus de soixante ans pour servir dans les tranchées. C’est le ’revivalisme’ islamiste, encore plus féroce dans les pays musulman envers tout ce qu’il estime déviant, qui pose problème. Et c’est le refus d’arborer nos propres traditions et de les considérer comme naturelles, qui nous désarme.

                        Et surtout, oublieux de notre héritage(dont la part orientale) nous avons retiré à nos écoles le pouvoir de transmettre une identité collective, humaniste. Surtout, nous ne lui donnons pas la force nécessaire pour contrer la sous-culture de prédateur et de consommation effrénée recyclée des ghettos américains et déversés sur le monde entier.


                        • Senatus populusque (Courouve) Courouve 26 mars 2007 22:26

                          L’islam a bien changé en cent ans ...


                        • RAF (---.---.150.132) 26 mars 2007 22:51

                          RAF

                          Voici à des fins de comparaisons un article de Tzvetan TODOROV - un Français et non moins humaniste, qui (contrairement à certains) sait fort bien conjuguer le terme d’identité.

                          @ L’auteur : Vous devriez méditer longtemps...devant chaque mot de ce Texte.

                          « Un ministère indésirable dans une démocratie libérale », par Tzvetan Todorov

                          LE MONDE du 16.03.07

                          « Dans son roman 1984, Orwell décrit plusieurs ministères institués dans le pays totalitaire Océania : le ministère de la vérité, celui de la paix, de l’amour, de l’abondance. Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de la République, vient d’allonger cette liste en promettant de créer, s’il était élu, un »ministère de l’immigration et de l’identité nationale« . Orwell précise que les nouveaux ministères sont désignés en »novlangue" par des abréviations : Miniver, Miniamour, et ainsi de suite ; c’est à cette série qu’appartiendrait le nouveau Minident.

                          "Pourquoi jugeons-nous indésirables les ministères imaginés par Orwell ? Non parce que nous sommes contre la vérité ou l’amour. Mais nous pensons que ces grandes catégories ne relèvent pas de l’action gouvernementale. C’est aux scientifiques et aux journalistes qu’il faut laisser la libre recherche de vérité ; c’est à chaque individu de s’occuper de ses affaires amoureuses. Ni le gouvernement ni le Parlement n’ont à s’en mêler. C’est en cela que notre démocratie est libérale : l’Etat ne contrôle pas entièrement la société civile ; à l’intérieur de certaines limites, chaque individu reste libre.

                          « Il en va ainsi de l’identité nationale : ce n’est pas un hasard si, pour l’instant, aucune démocratie libérale n’a confié sa protection à un ministère. Qu’entend-on par cette formule : »identité nationale" ? Il faut rappeler que, non exceptionnellement, mais partout et toujours, il s’agit d’une identité mouvante, en constante évolution. Seules les nations mortes ont acquis une identité immuable. La société française de 2007 n’a que peu de traits communs avec celle de 1907, et encore moins avec celle de 1707. Si l’identité ne devait pas changer, la France ne serait pas devenue chrétienne, dans un premier temps ; laïque, dans un deuxième.

                          "L’identité évolue, d’abord, parce que les intérêts des groupes qui la composent ne coïncident pas entre eux, et que ces intérêts forment des hiérarchies instables. Par exemple, l’octroi du droit de vote aux femmes en 1944 leur a permis de participer activement à la vie publique du pays : l’identité nationale en a été transformée. De même lorsque, vingt-trois ans plus tard, les femmes ont obtenu le droit à la contraception : cela a entraîné une nouvelle mutation de l’identité nationale.

                          "Celle-ci évolue aussi en raison du contact avec d’autres populations : américanisation des moeurs, européanisation des institutions, ou encore, aujourd’hui, présence de minorités significatives venues du Maghreb, d’Afrique noire, d’Europe de l’Est ou d’ailleurs. Les migrations n’ont, elles non plus, rien d’exceptionnel, puisqu’on sait qu’un Français sur quatre a un parent ou un grand-parent immigré. Or, en proposant un ministère traitant ensemble de l’identité nationale et de l’immigration, le candidat à la présidentielle suggère un rapport négatif entre les deux : l’immigration est ce dont il faut protéger l’identité française. Ce faisant, il oublie que cette identité, comme celle de toutes les grandes nations, est le produit, aussi, des rencontres entre populations, depuis le temps des Gaulois, Francs et Romains jusqu’à aujourd’hui. L’impact qu’ont ces rencontres sur l’identité française est la preuve que celle-ci est toujours vivante.

                          « Qu’est-ce qu’être français ? Le candidat explique : »La France, ce n’est pas une race, pas une ethnie« , et en cela il a raison. Il poursuit : »La France, c’est tous les hommes qui l’aiment, qui sont prêts à défendre ses idées, ses valeurs... Etre français, c’est parler et écrire le français." Ce sont là des formules inconsistantes : il y a évidemment beaucoup de non-Français, hors de France, qui aiment ce pays, qui parlent et écrivent sa langue ; réciproquement, un certain nombre de Français, on le sait hélas, sont analphabètes : cela ne les empêche pas d’être de bons Français... Mais surtout, l’amour n’a rien à faire ici (pas de ministère de l’amour) : la citoyenneté ne se définit pas par des sentiments, seuls les Etats totalitaires rendent l’amour de la patrie obligatoire. Le candidat poursuit : « L’identité française est un ensemble de valeurs non négociables », et il cite à titre d’exemple : « La laïcité, l’égalité homme-femme, la République et la démocratie. » Ces valeurs sont belles, et l’on doit effectivement les défendre. Mais sont-elles spécifiquement françaises ? Démocratie et République sont revendiquées bien au-delà des frontières hexagonales, égalité et laïcité font partie de la définition même de ces régimes politiques. Au vrai, ces valeurs appartiennent non à l’identité française, mais au pacte républicain auquel sont soumis les citoyens et les résidents du pays. Ce n’est pas parce qu’elle est contraire à l’identité française que la soumission des femmes est condamnable. C’est parce qu’elle transgresse les lois ou les principes constitutionnels en vigueur. L’identité nationale, elle, échappe aux lois, elle se fait et défait quotidiennement par l’action de millions d’individus habitant ce pays, la France.

                          « Il serait souhaitable que le candidat renonce à son projet d’un ministère de l’identité ; ou, sinon, qu’il n’ait pas l’occasion de mettre son projet à exécution. »

                          Tzvetan Todorov est historien des idées et essayiste.

                          Mis par RAF.

                          Cordialement.


                          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 26 mars 2007 23:04

                            Tzvetan Todorov, d’origine étrangère récente, n’est pas le plus qualifié pour parler de l’identité française.


                          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 26 mars 2007 23:08

                            Tzvetan Todorov, né en Bulgarie en 1939.


                          • RAF (---.---.150.132) 26 mars 2007 23:30

                            RAF

                            @ Coucouve

                            Peut-être bien...en effet...mais dites-moi stp à partir de quel jour, quel mois et quelle année on doit pouvoir commencer à être Français. T. TODOROV a cet avantage que n’a pas Sarkozy : il n’oublie pas d’où il vient et être étranger pour lui ne le rend guère malade (voire enragé,enfin... comme certains...).

                            Mais au fait, que peux-tu reprocher aux idées de T. TODOROV ? Tu n’en parles pas...

                            RAF


                          • Milla 27 mars 2007 00:44

                            @ RAF

                            j’ai failli ne pas aller jusqu’au bout de votre commentaire, et ... finalement, je vous trouve exceptionnel...tout comme Léon

                            c’est tout

                            cordialement

                            Milla


                          • Milla 27 mars 2007 01:00

                            @ Raymond Hiresh

                            Je crois qu’en effet Sarko met les atouts de son coté, et qu’il réussisse... les français ont le choix de le suivre ou pas dans sa folie, mais Monsieur Hiresh, la question juive ne devrait pas intervenir ici, il faut être prudent, car une situation a peu près similaire à celle qu’ils ont subie il y a un demi siècle...est peut être en train de se vivre...

                            Cordialement

                            Milla


                          • Milla 27 mars 2007 01:04

                            @ l’auteur,

                            ce n’est pas l’accolement des termes « identité nationale » et « immigration » qui me paraît choquant...

                            qui cela devrait il choquer que cela ne vous choque pas... vous etes très limite...


                          • tomadakin (---.---.161.99) 27 mars 2007 03:03

                            .................

                            Superbe !


                          • (---.---.62.23) 27 mars 2007 09:44

                            « Tzvetan TODOROV - un Français »

                            C’est un immigrés, qui parle au nom de sa communauté d’immigrés, rien de plus. Il ne peut même pas comprendre ce que c’est que d’être français, le pauvre...


                          • Joe Staline (---.---.94.125) 27 mars 2007 11:35

                            Mais bon dieu de bon dieu, pourquoi voulez transformer tous les habitants du tiers monde en français ?


                          • JL (---.---.73.200) 30 mars 2007 01:07

                            à RAF, Milla, Courouve et les autres. A part Milla, les autres ont critiqué le texte reproduit dans le commentaire de RAF.

                            Ce que RAF ne dit pas c’est que Tzvetan Todorov est directeur de recherches honoraire au CNRS. Il est l’auteur entre autres de ’L’esprit des lumières’ (éditions Robert Laffont), une synthèse limpide de ses travaux sur la question du socle intellectuel et moral sur lequel nous devons bâtir notre vie commune, à savoir, pour lui, le versant humaniste des lumières.

                            Vous lirez en 4ème de couverture cette belle citation : « C’est en critiquant les lumières que nous leur restons fidèles ».

                            Ceci pour ceux qui ne jugent de la valeur d’un texte que en fonction de l’estime qu’ils ont pour l’auteur.


                          • moebius (---.---.218.15) 26 mars 2007 23:02

                            Le théme de l’identité nationale à pour but de dresser les français entre eux, les français dit de « souche » et les français dit « issu de l’émmigration ». Ce théme est la, « au choeur de la campagne »( mais qui l’installe là ?) pour masquer les « réels problémes. »En désignant « au loin » des boucs émissaires, nous nous situons sur le terrain du symbolique voir du phantasme. Les « vrais français » et fiers de l’etre, reserrent les rangs au delà de leurs clivages sociologiques et politiques pour porter leurs voix vers le candidat qui leur fera la meilleurs offre identitaire, ils agitent leurs drapeaux pour celle ou celui qui incarnera le mieux les valeur de cet France (métissée ou xénophobe) que nous chérissons,haissons tous mais qui mérite( excusez du peu) tout nos sacrifices... Un peu de vaseline ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès