Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Montréal : un succès... tout de même

Montréal : un succès... tout de même

La conférence de Montréal sur le réchauffement climatique et le protocole de Kyoto a semblé, pendant tout son déroulement, s’orienter vers un échec annoncé, en particulier du fait de la position des États Unis, qui refusaient toujours de s’engager dans une limitation chiffrée et datée de leurs émissions de gaz à effet de serre, par peur de l’impact que celle-ci pourrait avoir sur leur développement économique. Et pourtant, en fin de compte, la conférence se termine sur beaucoup de points positifs :

-Tout d’abord, grâce à un revirement de dernière minute des États-Unis qui, sans prendre d’engagement formel ni chiffré, ont néanmoins signé la déclaration finale et se sont donc engagés à participer régulièrement aux discussions sur les limitations d’émissions. Grâces en soient rendues à l’ancien président des États-Unis, Billl Clinton, qui a eu le talent de démontrer, à la tribune de la conférence et à l’intention de ses compatriotes, qu’il était possible de poursuivre le développement économique du pays, à condition de faire un effort discipliné et encadré de mise en œuvre à grande échelle des technologies d’économie d’énergie et de développement d’énergies propres existantes. Bravo, monsieur le Président !

-En montrant que le protocole de Kyoto existait et vivait au jour le jour dans les engagements des pays signataires, et qu’il influençait également les comportements des pays qui ne l’avaient pas encore signé.

-Même si aucun accord n’a été trouvé pour fixer d’ores et déjà des limites d’émissions pour l’après 2012, le principe d’un protocole qui s’étendrait au-delà de 2012 a été acté.

-Les pays en développement, dont certains contribuent déjà beaucoup, et contribueront encore plus, dans un avenir proche, aux émissions, se sont montrés particulièrement attentifs et désireux de participer à l’effort commun. Le mécanisme d’achat/vente des droits d’émission de CO2, et surtout la possibilité d’échanger des droits acquis dans des pays en voie de développement pour satisfaire des obligations de réduction dans les pays développés, se sont révélés particulièrement adaptés à la situation du monde, en permettant de faire des efforts importants et payants dans les pays en voie de dévéloppement, tout en leur implantant une technologie moderne dans leurs usines. Bravo à celui qui a eu l’idée de ce montage génial.

-Enfin, un système de sanction a été institué pour ceux qui ne respecteraient pas en 2012 leurs engagements.

Bonne session donc, et bravo à tous pour avoir réussi à transformer cet échec annoncé en succès.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès