Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Morlaix Communauté, 10ème rapport des Irréductibles

Morlaix Communauté, 10ème rapport des Irréductibles

Morlaix communauté n'arrive pas à mobiliser les citoyens dans le débat démocratique. Aidons-les, ils le méritent, ils en ont les moyens !

Habent Papam Yvonnus Papous… si c’est bleu, c’est un garçon … si c’est rose, c’est une fille ! … Ça fume noir… enfin... pas tout à fait noir… plutôt gris … ils ont beau nous vendre du développement durable et de la démocratie à tire-larigot … ça ne crache pas clair … chez Morlaix communauté.

Par cette soirée pluvieuse, un interminable conseil de communauté sur le budget 2013 semblait s’annoncer, comme à l’habitude trop long, insipide et fait pour décourager tout conseiller communautaire ayant des velléités de discussion ou de contribution. C’est en effet la méthode utilisée par le président, toujours aussi suffisant ou insuffisant selon de quel côté, on prend la chose !

Fidèles à notre engagement d’observateurs de la démocratie locale, lanceurs d’alertes, nous étions là. Ce qui nous intéressait tout particulièrement dans ce budget, c’était le montant du budget communication, ses attributions et la façon dont il est utilisé pour informer le citoyen. Car, depuis quinze mois que nous assistons à ces réunions, une question nous taraude : comment se fait-il que nous ne soyons jamais plus de dix citoyens à venir nous intéresser à ces conseils sur les 66 000 habitants que représentent les 28 communes de Morlaix Communauté ?

Bien entendu, la présentation du budget ce soir-là, n’aura pas satisfait notre curiosité tant ce budget était primitif au sens archéologique du terme et pauvre en explications. Budget d’autant plus difficile à suivre, même pour un citoyen avisé et consciencieux, que nous sommes privés de la notice explicative de synthèse pourtant demandée au président Yvon Hervé par courrier le 22 février 2013.

Nous nous sommes alors rendus dans les services financiers de Morlaix Communauté qui dans un premier temps, ont mis à notre disposition le document intitulé « Budget primitif 2012 ». Lecture difficile en l’absence des éléments d’information relatifs aux différents postes décrits dans le document mais nous avons finalement réussi à mettre la main sur un chiffre global qui est de l'ordre de juste en-dessous du demi-million d'euros. Quant aux détails sur la répartition de cette somme, Papam Yvonnus Papous, le président et ses services font de la résistance. Il faudra attendre la dé-classification de ces documents classés « top secrets » qui ne doivent surtout pas tomber entre les mains des citoyens. Lors d’un contact téléphonique avec le responsable financier, nous avons eu cette réponse de l’intéressé : « Je ne peux pas vous répondre, on n’informe pas d’ordinaire là-dessus, nous sommes 180 agents et ne sommes pas habilités à donner ce genre d’information de cette manière. Il s’agit d’éléments de comptabilité de gestion et de comptabilité analytique qui ne sont pas délivrés de la sorte ; cela nécessite une procédure interne. Si un élu nous pose la question, oui nous répondrons ! »

Alors ! … Comment expliquer que malgré toute cette débauche de communication et de tous ces moyens financiers et humains (environ 500 000 € de nos impôts, c'est quand même conséquent), Morlaix communauté ne parvient pas à intéresser le citoyen au débat ?

Pourquoi, alors que nous avons pu mettre la main sur le planning annuel des conseils communautaires grâce à des personnes infiltrées au sein de la communauté d'agglomération, Morlaix communauté ne le diffuse-t-elle pas largement auprès des citoyens ? … Ce serait pourtant une bonne occasion de montrer son souhait d’intéresser le citoyen. Au lieu de cela, Morlaix communauté se cantonne au minimum syndical : une annonce dans le journal local souvent le jour même de la réunion (sachant que la loi l'y oblige) et une annonce sur le site internet.

Certes, le magazine d'information BroMontroulez diffusé à 32 480 foyers, est de bonne facture. Mais, cette coûteuse publication est plus un splendide document de communication institutionnelle et d’autosatisfaction se rapprochant d’un outil de propagande qu’une plaquette d'information participative pour le citoyen. Cette forme de communication relève davantage d'une "politique de guichet" que d'une politique communautaire inter-citoyenne. On y trouve à volonté toutes les actions sur les semaines à thème : semaine information sur la santé mentale ; semaine des couches culottes lavables ; semaine d’information et de sensibilisation au développement durable. (Ce qui n'empêche pas de nombreux élus d’aller acheter leurs gâteaux chez Martin qui n’est pas spécialement connu pour faire dans le chocolat équitable !)

A quand la semaine du développement de la citoyenneté et du sentiment d'appartenance à la cité ? Quitte à remplir les colonnes en nous parlant du frelon asiatique et à nous fournir des infos pratiques sur le port de Primel Le Diben, les élus pourraient aussi nous parler par exemple, de l’avenir compromis de ce « projet phare » de marina au Diben à 23,5 M€, suite à l’annulation du Plan local d'urbanisme par le tribunal administratif de Rennes ! Des motivations du jugement rendus par ce tribunal qui montrent clairement qu'un certain nombre de paramètres environnementaux avaient été "négligés" par la mairie de Plougasnou et ignorés ensuite par les promoteurs du projet dont Morlaix Communauté devait être maître d'oeuvre. Ils pourraient également profiter de la large diffusion de la revue pour publier le planning annuel des conseils communautaires et inciter les citoyens à venir nombreux assister aux Conseils communautaires qui ont un impact direct sur leur vie de tous les jours (marina, assainissement, habitat, transport...).

Morlaix communauté ne semble pas se rendre compte que l'utilisation de ce budget communication est énorme et disproportionnée au regard des difficultés que connaissent nos citoyens. Dans le contexte actuel, la région a besoin d'être revitalisée autrement que par des actions superficielles.

Depuis des mois, nous attirons l'attention des élus sur les dangers de jouer à guichet fermé.

Or cette absence de débat démocratique au sein des assemblées délibérantes ne peut que renforcer le désintérêt de la plupart des citoyens à l’égard des travaux et décisions de tous ces conseils, et rend, dans l’espace politique local, la démocratie improbable.

 

Certains élus ont par ailleurs témoigné de leur inquiétude de voir les citoyens se mobiliser de

moins en moins lors des élections ou porter leurs voix sur des partis extrémistes. Il semble

qu'au fil des ans, un écart se creuse entre les élus locaux et les habitants.

 

Contacts : indignemorlaix@gmail.com

http://www.agoravox.fr/auteur/irreductibles-indignes-du-pays-de

https://www.facebook.com/IrreductiblesIndignesDuPaysDeMorlaix

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Antenor Antenor 25 mai 2013 17:53

    Le mode de scrutin indirect est une vraie plaie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires