Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Ni Pauvre Ni Soumis Midi-Pyrénées revendique un revenu d’existence (...)

Ni Pauvre Ni Soumis Midi-Pyrénées revendique un revenu d’existence décent

Ni Pauvre Ni Soumis (NPNS) est un collectif rassemblant une centaine d’associations nationales. (Voir site national : Ni Pauvre Ni Soumis)

Car la situation est grave : des centaines de milliers de personnes en situation de handicap ou de maladie invalidante, quel que soit leur âge, sont condamnées à vivre toute leur vie sous le seuil de pauvreté.

Cela fait des années que cela dure, tant d’années, trop d’années que nous dénonçons cette situation. La loi du 11 février 2005, en dépit de nos mobilisations n’a pas apporté de réponse à cette question des ressources.

Notre mobilisation inter associative et citoyenne, nous en sommes sûrs, y parviendra ! Parce que notre mission n’est pas de panser des plaies mais bien de défendre des droits !
 
Qui sont ces personnes dont nous parlons ? Et bien ce sont les personnes en situation de handicap ou atteintes d’une maladie invalidante, quel que soit leur âge, qu’elles vivent à domicile ou en établissement. Ce sont ces familles qui s’inquiètent pour l’avenir de leur enfant, qui aimeraient leur offrir d’autres perspectives que celle d’une précarité et d’une insécurité financière toujours croissantes.
 
« Ni pauvre, ni soumis », c’est le projet d’une société qui n’exclut personne, c’est
faire en sorte que les valeurs de citoyenneté, de solidarité, de participation, de
non-discrimination, de respect et de dignité cessent d’être des mots, encore des
mots, toujours des mots, rien que des mots dans le discours de nos politiques.
Ce que nous attendons d’eux, ce que nous exigeons d’eux, c’est qu’ils en
viennent enfin aux actes !
(extrait du pacte interassociatif)
 
L’Allocation Adulte Handicapé, AAH, revalorisée bien tardivement pour atteindre les 5 % d’augmentation en 2008, est depuis le 1er septembre de 652 € par mois ! Toujours 25% sous le seuil de pauvreté ! Les rentes d’accident du travail, de maladies professionnelles, les pensions de retraite ou d’invalidité n’ont été augmentées que de 0,8 % ! Le collectif « Ni Pauvre Ni Soumis » dénonce ces augmentations inégales et bien en dessous des besoins réels !
 
Quant aux annonces faites sur la réforme de l’Allocation Adulte Handicapé, (et non sur l’ensemble des revenus des personnes en situation de handicap ou de maladies invalidantes), elles ne répondent toujours pas aux problèmes de revenus bien en dessous du seuil de pauvreté. Elles n’apportent pas plus de réponse aux personnes qui ne peuvent pas ou plus travailler.
 
Pour le rassemblement du 5 décembre à Toulouse, il y a eu 50 associations signataires de l’action en midi pyrénées ! Plus de cent personnes présentes, malgré la pluie, le froid, le vent : merci à la mairie qui a prêté des tentes ! Et à la sono de Sud Solidaires.
 
Les élus de midi pyrénées présents à nos côtés, et que nous remercions :
Mr Jean Jacques MIRASSOU, sénateur de la Haute Garonne,
Mme Catherine LEMORTON, députée de la Haute Garonne,
Mme Martine MARTINEL, députée de la Haute Garonne,
Mr Francis SANCERRY, député suppléant de Mr IDIART, Haute Garonne,
Mr Alain GABRIELLI, conseiller général Haute Garonne,
Mme Marie Christine LAFFORGUES, conseillère générale Haute Garonne,
Mme Monique DURRIEU, adjointe au Maire de Toulouse,
Mr DAURIAC député suppléant de Mr Philippe MARTIN, Gers,
Mr LASSERRE, député du Gers,
Mr IMBERT, maire du Gers,Mr
Mr François TOLSAN, adjoint au maire de Cugnaux,
Et Messieurs GIUSTI, président CPAM Haute Garonne, et MISTRORIGO, président CPAM Gers, représentants l’ensemble des présidents de CPAM de midi pyrénées.
 
Pourtant tous les élus avaient été sollicités ! Sans disctinction de bord ! Les élus de la majorité présidentielle ne s’interressent –t-ils donc pas au handicap ???
 
Les élus et les associations se sont exprimées tour à tour pour revendiquer un revenu d’existence décent, à hauteur du SMIC brut, soumis à cotisations et cumulable avec les revenus du conjoint.
(voir vidéos, photos, articles, sons sur le site NPNS Midi Pyrénées)
 
Puis une délégation a été reçue en Préfecture par Mme Baudoin- Clerc, sous préfète directrice de cabinet du Préfet de région, assistée de Mr Lemaitre, responsable handicap et de Mme Fauroux, représentants de la DDASS.
Participe à la délégation 2 élus, Francis Sancerry, député suppléant et Mr Llorca, conseiller général 31, ainsi que des représentants de l’APF, de la NAFSEP, de l’UNAFAM et d’Handi-Social.
Réunion de travail sur la réforme de l’AAH telle qu’elle est présentée et qui va à l’encontre des besoins des personnes en situation de handicap ou maladies invalidantes.
(Voir le dossier complet remis à la Préfecture)
 
Nous avons dénoncé le simulacre de réforme de l’AAH qui mélange les notions d’employabilité, la question des ressources pour le quotidien et la question de la compensation des surcouts du handicap, au lieu d’une remise à plat de l’ensemble des ressources des personnes en situation de handicap ou maladies invalidantes.

Afin de mettre fin à tous les effets pervers, injustes d’un système qui maintient bien au dessous du seuil de pauvreté une majorité de personnes en tentant de monter ceux qui peuvent travailler contre ceux qui ne peuvent pas ou plus.
 
Pire, le maintien de systemes séparés pour ceux qui ont déjà travaillé, accidentés ou pensionnés, de tout âge, et le système de minima social de l’AAH, plus la réparation du préjucide, créent énormément d’effets pervers, avec les avantages dits connexes (CMU, APL, compléments, secours, …), qui ont déjà été rapportés par maints rapports élaborés pour certains par des personnes « autrement capables » au Sénat et ailleurs.
 
Comment accepter que ceux qui ont travaillé aient encore moins que l’AAH ?

Proposition

L’incompréhensible complexité entre les différents régimes de protection fait qu’il existe des différences entre les personnes en situation de handicap, ou atteintes de maladie chronique ou invalidantes.

On nous parle de la création d’une grille de critères pour l’employabilité, mais même le groupe d’experts chargés d’y réfléchir est plus que sceptique !!! Quid de la formation des agents MDPH, ANPE, CAP EMPLOI ? Quid des retards encore plus importants des MDPH à cause des RQTH ?
 
Comment accepter que des personnes malades et handicapés qui travaillent à temps partiel aient moins que le seuil de pauvreté sans les avantages du RMI ?
Comment parler d’insertion professionnelle quand on diminue le nombres d’entrées en formation des personnes en situation de handicap et maladies et qu’on ponctionne 10% du budget de l’AGEFIPH ? Quand on suprime les ressources des étudiants handicapés qui ne peuvent cumuler emploi et études par suppression des bourses spéciales ?
 
En catimini, au détour du projet de loi sur le RSA et en procédure d’urgence, une disposition vient d’être prise"pour encourager l’embauche de travailleurs handicapés à temps partiel, le handicap nécessitant très souvent le recours à ce type de recrutement, le travail à temps partiel (article L. 3123-14 du Code du travail) sera assimilé à un travail à temps plein."
 
Quant va-t-on cesser de refuser d’entendre nos solutions afin d’avoir un système équitable ?

Alors que les propositions existent, que des rapports sénatoriaux s’en sont faits l’échos (rapport Nuss de juin 2007), que des communiqués et dossiers ont été élaborés et rendus publiques ??? !!!! (voir dossier Réforme de l’AAH)
Aujourd’hui, et malgré toutes les mobilisations, le Président de la République et son gouvernement restent sourds à nos demandes. Avec nos élus, aidons les à se déboucher les oreilles !
 
La valeur « travail » ne peut être l’unique réponse et la valeur « solidarité » est tout aussi essentielle pour une société qui se veut « civilisée » !!
 
 Odile MAURIN, pour le collectif « Ni Pauvre, Ni Soumis Midi Pyrénées » 
 
Voici le dossier complet remis à la Préfecture de Toulouse le 5/12/08 par NPNS MP (cliquer pour aller sur le site NPNS MP pour télécharger tous les documents ci-dessous)  :
- Communiqué de presse du 3/12/08 de NPNS MPpour un revenu d’existence décent à hauteur du SMIC brut, soumis à cotisations et cumulable avec les ressources du conjoint
- dossier de presse du 22/11/08 de NPNS MP
- lettre du Ministère sur la Réforme de l’AAH, reçue par tous les titulaires de l’AAH en octobre - novembre 2008 de la part du Secrétariat d’Etat chargé de la Solidarité - un mélange entre questions de ressources, moyens de compensation, et question d’employabilité .. qui ne tient pas la route
- Communiqué de presse du 1/10/08 de NPNS : PLF – PLFSS : le handicap, une priorité … loin d’être démontrée !
- Extrait du rapport de Marcel NUSS, de juin 2007, pour la commission des Affaires Sociales du Sénat (pages 36 à 41 sur les ressources)
- Communiqué et dossier de presse de la CHA de janvier 2007 : les personnes handicapées doivent elles être maintenues sous le seuil de pauvreté ?
- Lettre ouverte du 19 septembre 2008 de Marcel NUSS au président de la République (il a travaillé plus et gagner moins et non le contraire !!!)
- Dossier Chroniques Associés sur Maladies chroniques et invalidité de sept 08
- Communiqué de presse de la FNATH du 28/11/08 contre la fiscalisation des indemnités journalières
- Communiqué de presse de l’APF du 30/10/08 : handicap et emploi : vote en douce au Parlement !
- Communiqué de presse de l’APF du 26/11/08 : affaire DAL Enfants de Don Quichotte : la liberté associative en danger !
- Communiqué de presse de la CFE-CGC du 4/11/08 contre la nouvelle méthode de comptage de l’obligation d’emploi des TH ...
à suivre, en cours ....

Liste et liens vers les lettres de soutien des élus absents, et copie remise à la Préfecture :
 
Dr Dominique DORLIAC, députée du Lot, avec copie de sa question écrite à l’assemblée nationale à Martin Hirsch (juillet 08) sur les revendications de NPNS,
Mme Jacqueline ALQUIER, sénatrice du Tarn,
Mr Henri NAYROU, député de l’Ariège et conseiller général de l’Ariège,
Mme Françoise CIEUTAT, élue présidente du Conseil Consultatif midi pyrénées des personnes en situation de handicap au Conseil Régional MP,
Mme Martine PEREZ, pour le groupe Communiste du Conseil Régional MP,
Mr Pierre COHEN Maire de Toulouse,
Mme Nicole DEDEBAT, adjointe au Maire de Toulouse, en charge du handicap,
Mr Antoine MAURICE et Mme Danielle CHARLES, conseillers municipaux délégués de Toulouse,
Mr Jean Louis IDIART, député de St Gaudens, représenté par son suppléant, Mr Francis SANCERRY
Mr Philippe MARTIN, député du Gers, représenté par son suppléant
Mr Jean LAUNAY, député du Lot, et la copie de sa question écrite au Ministre de la Solidarité sur l’AAH et les revenus du couple de novembre 08

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • orange orange 18 décembre 2008 16:00

    Un article très intéressant, mais pour qui ¨veux s’en intéresser. A mon avis, si une personne en situation d’handicap à la possibilité d’intégrer dans un conseil départemental , voir instance nationale peut être que une lueur d’espoir serait à l’horison. Mais voila.


    • Le péripate Le péripate 18 décembre 2008 16:16

       Voilà exactement le genre de solidarité qui aurait du sens. Mais, bizarrement les étatistes redistributeurs ont toujours fait le silence radio sur les conditions de vie des handicapés. Est-ce que c’est parce que les handicapés, divers dans leurs conditions, ne forment pas un bataillon électoral cohérent que l’homme politique soucieux d’être élu et rééelu ne se préoccupe pas de prendre en compte cette question ?

      Pourtant les dispositifs de "redistribution" sont impressionnants, et les règlementations pour protéger l’emploi de ceux qui en ont un font des kilomètres de papier, excluant ceux qui ne peuvent rapporter 1,7 smic à l’employeur (le smic plus les charges). Mais pour ceux qui ne peuvent vraiment travailler, c’est le minimum.... syndical...

      Putain, quand j’en entends certain hurler à la casse du service public pour 3% de suppressions dans le mammouth, et que je vois que le revenu d’un handicapé, c’est 625 euros.... j’ai les boules.


      • bobbygre bobbygre 18 décembre 2008 16:43

        bizarrement les étatistes redistributeurs

        Je trouvais étrange que vous preniez la défense d’un système solidaire bien en peine. Bien entendu, c’était sans compter sur votre incroyable capacité à tout ramener à votre fixation.
        Le Grand Leader libéral que nous avons en ce moment n’a pas amélioré la situation loin de là donc je ne crois pas qu’il soit pertinent de mettre en cause spécifiquement les "étatistes redistributeurs" ; les "libéraux adeptes de la main magique" n’ont pas mené de politique différente.
        Ceci dit, je suis d’accord avec vous. Simplement honteux et symptomatique d’une société où la valeur d’un être humain (du moins ce à quoi il peut prétendre) devrait être proportionnelle à sa capacité de production ou à son héritage.


      • foufouille foufouille 18 décembre 2008 17:33

        en fait, on a aussi l’APL
        par contre, on est oblige pratiquement de vivre en HLM
        vaut mieux oublier la mutuelle trop cher
        le credit est tres peu possible, car les talibanqiers estime le risque trop important
        le boulot c’est si, l’etat de sante est stable, bac+5, jeune et con pour bosser comme un valide

        pour les "aides", c’est a la tete du client et en plus faut baisser son froc
        pour la "formation", c’est comme pour les chomeurs, faut bien rentrer dans le moule


        • bobbygre bobbygre 18 décembre 2008 20:22

          l’etat de sante est stable, bac+5, jeune et con pour bosser comme un valide

          C’est le cas d’un de mes proches, il est pas con mais juste envie de ne pas dépendre des autres et de pouvoir être indépendant malgré son handicap.
          Il a une motivation d’enfer et il est plutot intelligent et a les diplomes qui vont bien avec. Ca ne l’empeche pas de se faire jeter à tous les entretiens.
          Des qu’il rentre dans le bureau en fauteil, l’expression du visage de l’interlocuteur change et son idée est déjà faite. Mon cousin rame tout ce qu’il peut pour le convaincre qu’il peut travailler aussi bien voire mieux qu’un valide (poste dans les ressources humaines en plus !!) mais rien n’y fait.
          Le courage et l’espoir se réduit à chaque tentative infructueuse...


        • foufouille foufouille 18 décembre 2008 22:09

          j’aurais du ajouter

          - et il se bousillerat ses organes en bonne sante pour faire plaisir aux ploutocrates en travaillant

          l’ennemi est la france d’en haut

          tyler dordone


        • Le vénérable du sommet Le vénérable du sommet 19 décembre 2008 13:25

          A rappeller aussi qu’une personne vivant avec un(e) handicapé(e) touchant l’AAH n’a pas le droit de toucher le rmi et n’existe plus administrativement même pour demander une formation ou une aide au déplacement. Les 625 €, c’est donc pour deux personnes.
          Proposition des services sociaux du coin pour vivre un peu plus décemment : Trouver un travail mal rémunéré (sinon, hop on coupe l’AAH) ou quitter ma compagne (mais elle n’aura plus la cmu) ... smiley


          • foufouille foufouille 19 décembre 2008 14:51

             je pense pas
            meme si l’aah est legerement superieur au rmi, le calcul de l’aah se fait sur les revenus imposable du foyer
            donc, il convient de raler


          • foufouille foufouille 19 décembre 2008 15:37

            je pense que c’est la personne en AAH qui doit declare la personne sans revenu comme etant a charge

            pour le travail, seul une partie de l’aah est deduite jusqu’a ce que le plafond des ressources soit atteint
            evidement la caf a du mal a faire les calculs ds ce genre de cas
            les papiers mettront 15jrs a atteindre la poste ou l’ordinateur perdra des fichiers


          • Fadge Fadge 19 décembre 2008 14:58

            Est ce que en temps de crise on va s’occupper des exclus ? NON

            Est ce qu’il serait possible de faire :
            * Un revenu d’existence pour chacun, sans condition ?
            * baisser les prix a la consommation ?
            * augmenter le pouvoir d’achat ?
            * mecaniser/automatiser les productions, diminuer les salairiés, sans baisse de pouvoir d’achat ?
            * financer les grands travaux pour l’avenir ?
            * financer la recherche ?
            * et le tout sans inflation, sans revolution, a partir des structures sociales et economique actuelles ?
            la réponse est OUI

            Comment ?????????
            * Creation monétaire publique sans interet (les banques ont triché, généré l’inflation en augmentant la masse monetaire de plus de 10% par an, elles ne sont plus légitimes a exercer ce pouvoir en notre nom)
            * Creation d’un Office National de Credit pour l’application du Système créditiste
            et voilou

            Pour tout comprendre sur l’argent, et le système créditiste : www.yhad.fr/yhad_eco/comprendre/precurseurs/1-douglas1.htm (cliquer sur suivant en bas de chaque page)

            Mais quel politique osera retirer le création monétaire du privé si le peuple ne l’exige pas ?


            • miwari miwari 19 décembre 2008 19:24

              @ l’auteur,

              Aucun lien ne marche smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès