Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Non à la suppression de « 60 millions de consommateurs » !

Non à la suppression de « 60 millions de consommateurs » !

JPEG - 8.2 ko

En septembre 2011, sous le gouvernement Sarkozy, une menace sérieuse a pesé sur l’avenir du magazine « 60 Millions de consommateurs ».

Le gouvernement de l’époque voulait réaliser des économies et rassurer les publicitaires…Le magazine privatisée rentrerait dans le rang !

Une pétition nationale de défense de ce magazine et de l’INC (Institut de la Consommation) était lancée.

En juillet 2013, le ministre délégué à la consommation du nouveau gouvernement, Benoît Hamon a solennellement promis de garantir l’avenir de ces deux outils au service des consommateurs.

Le 25 juin 2014, les vieux démons reviennent…. Les services de la secrétaire d’Etat Carole Delga décident d’exclure sans autre forme de procès « 60 Millions de consommateurs » des activités de l’INC !?

Nous sommes là au centre du projet de contrat d’objectifs et de performance 2014-2018 voulu par Bercy.

L'INC va être privé des ressources des ventes de son journal, soit les trois quarts du chiffre d'affaires.

Rappelons pour mémoire que « 60 Millions », activité non subventionnée, permet à l'Institut de compenser la baisse dramatique de ses subventions qui ont été divisées par trois en vingt ans, et diminuées de 17 % en deux ans.

Les associations de consommateurs s’inquiètent, il en va de l’avenir des salariés et de l’avenir de ce journal qui perdrait son indépendance et pourrait dépendre d’un ou de deux groupes privés !? :

« Le pluralisme de l’information et de la presse est essentiel aux citoyens-consommateurs

Non à la suppression de « 60 millions de consommateurs »

Benoit Hamon, secrétaire d’Etat à la Consommation et à l’économie sociale et solidaire avait stoppé l’entreprise de liquidation de la revue « 60 millions de consommateurs » et de l’INC (Institut National de la Consommation).

L’ensemble des associations de consommateurs lui en était reconnaissant.

Voilà que la nouvelle secrétaire d’Etat, Carole Delga, reprend à son compte le rêve libéral de Bercy. Encore une liquidation d’un outil public auquel le CNAFAL est attaché : des enquêtes, des études, des essais indépendants au service de la protection des consommateurs et un journal, outil pédagogique d’accès et de défense des droits des consommateurs !

Le CNAFAL est consterné de cette dérive qui consiste systématiquement à affaiblir les outils publics d’accès au droit de défense des citoyens (inspection du travail, DGCCRF) pour les laisser face à l’Etat libéral à la mode américaine d’autant que l’économie réalisée est dérisoire par rapport au déficit global du budget de l’Etat. Tout le contraire d’une République sociale et on s’étonne du discrédit du politique !

Le CNAFAL croit toujours à un état protecteur contre les multinationales, les grands groupes financiers, les marchands de « soupe » et les escrocs de grande échelle ! »

DEFENDONS L’INDEPENDANCE ET LE MAINTIEN DE « 60 MILLIONS DE CONSOMMATEURS » !

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 27 juin 2014 13:00

    Dans le titre, il est question de la suppression de 60 millions de consommateurs.

    Arrivé à l’illustration, il n’est plus question que de privatisation de 60 millions de consommateurs.

    Si l’on lit l’article, on comprend qu’il s’agit séparer le magazine de l’INC.
    Magazine rentable, si l’on en croit le tract !

    De qui se moque le marchand de ’soupe’ Chalot ?


    • Garance 27 juin 2014 13:46

      La Vigue


      La réaction de Chalot est compréhensible

      Il faut savoir que quand quelque chose passe du public au privé dans C’Pays ( boites, journeaux...ect) c’est la perspective de rentrées de pognon en moins pour les syndicats pompeurs de flouze via les CE

      Pour les Chalot de C’Pays si 50 Millions de Consommateurs passe au privé c’est la suppression d’une rentrée d’argent

      Le journal va vivre (peut-être ) : mais pour eux il est mort

      • Spartacus Spartacus 27 juin 2014 17:21

        Ou avez vous vu que les libéraux n’aimaient pas ce journal ?

        Mais non 60 millions de consommation est un journal 100% libéral.
        Il défend la libre concurrence, contre les ententes...
        La libre concurrence nécessite indépendance. L’état disposant d’entreprises, il est important qu’un journal comme celui ci soit indépendant de l’état et pas subventionné.

        Vous êtes bien placé pour savoir que les subventions sont détournées dans ce pays.

        • Robert Lavigue Robert Lavigue 27 juin 2014 19:02

          60 millions d’apres chalot ne reçoit pas de subvention

          Parce qu’il suffit que Chalot l’écrive pour que ce soit vrai ?
          C’est bien entendu faux.
          Par exemple, 60 millions de consommateurs touche une subvention du Ministère de la Culture, au titre des aides à la presse (190 000 euros en 2012, derniers chiffres publiés)
          http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/En-continu/Aides-a-la-presse-les-chiffres-2012

          Je n’ai pas cherché plus loin  !


        • Spartacus Spartacus 28 juin 2014 09:28

          @tonimarus

          Le vrai média indépendant ne peut exister que dans un marché libre et non faussé. La subvention déforme le marché et leur émergence.

          Les médias subventionnés sont des médias qui ne sont pas indépendants...
          Certains sont aussi des forces privées d’obtentions de privilèges effectivement.
          Le Monde et le Nouvel Obs, sponsorisent tous les jours le « socialisme cétélem », Pigasse étant aussi dirigeant d’une banque spécialisée dans le redressement de dette d’état. Son intérêt étant que le pays emprunte toujours plus et ne puisse plus rembourser ces créanciers.


        • CHALOT CHALOT 27 juin 2014 20:52

          Mr Lavigue, ce marché n’est pas juteux, il s’agit de journaux qui ne font qu’équilibrer leurs comptes


          • Robert Lavigue Robert Lavigue 28 juin 2014 10:49

            M. Chalot,

            Probablement que je ne comprends rien à votre économie laïque et pataphysique.

            C’est vous qui écrivez : "Rappelons pour mémoire que « 60 Millions », activité non subventionnée, permet à l’Institut de compenser la baisse dramatique de ses subventions« .

            C’est un élu du personnel qui dit »Quand on sait que l’INC survit financièrement grâce à 60 millions de consommateurs."

            Chaque année, l’INC facture pour 1,7 million d’euros d’études au magazine.
            http://medias.blog.lemonde.fr/2014/06/26/60-millions-de-consommateurs-craint-de-nouveau-pour-son-avenir/

            Le principe des vases communicants m’amène à conclure que l’activité du magazine est rentable, chose très rare dans la presse d’aujourd’hui !

            500 000 exemplaires vendus (60 Millions + Que Choisir) ce n’est pas rien. C’est l’équivalent de la diffusion du Nouvel Observateur, par exemple.

            Il y a donc un marché important pour cette presse, un marché qui permet de générer des profits.
            Bref c’est ce que l’on appelle un marché juteux et il n’est pas surprenant que quelques officines aussi douteuses que peu familiales cherchent à en profiter.


          • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 28 juin 2014 01:38

            L’important, c’est que le gouvernement affaiblit par cette décision les droits des consommateurs : droit à l’information sur la qualité et le rapport qualité/prix de ce qui a été produit par d’autres, à la fois producteurs et consommateurs comme lui. Comment voulez-vous lui faire avaler le poulet lavé au chlore ou le boeuf aux hormones que les Etatsuniens vont bientôt pouvoir nous envoyer quand le GMT sera signé ? Et tous ces médicaments qui soignent le petit bobo et font mourir d’un cancer cinq ans après ? Finies, les normes pour les marchandises. Fini, le droit du travail et les droits sociaux. Terminée, l’information sur les produits et la traçabilité.
            Travaille, consomme et tais-toi !


            • Croa Croa 28 juin 2014 08:52

              Bof, nous sommes là dans la suite logique de la libération de l’économie. L’encouragement au développement des associations de consommateurs dont le soutient à ce magazine fait partie n’était que la contrepartie de la libération des prix voulu par le pouvoir socialiste dans les années quatrevingts. Comme il y a longtemps que tout cela est oublié il est possible maintenant d’achever le travail de libéralisation donc « 60 millions de consommateurs » ne vivra que s’il le peut de lui-même, CQFD ! 


              • Furax Furax 28 juin 2014 11:31

                60 millions de consommateurs supprimés ! Belle est grande victoire des« forces de progrès » contre les « obscurantistes » qui s’opposent à la légalisation de l’ euthanasie !

                 smiley


                • zygzornifle zygzornifle 28 juin 2014 12:49

                  Chic un emmerdeur de moins s’écrièrent les multinationales américaines qui vont envahir l’EUde leurs saloperies une fois les accords de traîtrises signés par les politiques ..... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès