Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Nos gouvernants politiques se trompent, ils nous manipulent depuis 2007 sur (...)

Nos gouvernants politiques se trompent, ils nous manipulent depuis 2007 sur l’origine de la crise mondiale

Le 6 février 2013, la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l'Assemblée Nationale a entendu Monsieur Jean-Marc Jancovici sur le changement climatique et la transition énergétique.

L'audition, ouverte à la presse, a été filmée en totalité et est disponible sur youtube.

Cette audition dure une heure et cinquante cinq minutes.

Il nous a semblé particulièrement important de retranscrire les moments forts du début de cette audition.

« Le premier élément de conclusion auquel j'ai envie de vous amener, c'est que sans énergie, le monde moderne n'existerait pas. L'énergie a façonné la totalité de ce qui nous entoure, la hausse du pouvoir d'achat, l'urbanisation, la tertiarisation, la mondialisation, le temps libre, les retraites, les études longues, les 35 heures.

En gros la totalité de ce qui aujourd'hui fait ce qu'on considère être les acquis sociaux que nous pensons éternels c'est l'énergie et il n'y a pas assez d'énergie pour que le smicard français continue à consommer comme il consomme. Il ne s'agit pas de vous et moi qui sommes dans les catégories supérieures, il s'agit bien du smicard Français, qu n'aura pas la possibilité et cela à déjà commencé, de continuer à consommer comme il consomme et toute la question est de savoir comment ce genre de situation se gère sans que cela dégénère en instabilité sociale très forte.

la deuxième chose que je souhaite vous dire c'est qu'en première approximation, j'ai de très belles courbes pour vous le montrer, le PIB mondial ne dépend que de l'énergie disponible.

Dit autrement, si l’énergie disponible se met à être contrainte et il ne s'agit pas de prix mais il s'agit de volume, alors le PIB se met à être contraint et en fait c'est très exactement la raison pour laquelle Monsieur Sarkozy s'est trompé quand il a annoncé la hausse du pouvoir d'achat en 2007, et Monsieur Hollande s'est trompé quand il a annoncé le retour de la croissance en 2012, Ils ont tous les deux fait la même erreur, ils ont pensé que leur volonté était plus forte que la physique, malheureusement la physique est plus forte que leur volonté, et donc il n'y aura plus de croissance à partir de maintenant en Europe, en règle générale on sera dans un monde sans croissance, une année sur deux la décroissance une année sur deux un petit rebond.

C'est tout simplement lié au fait que l'approvisionnement énergétique en Europe est déjà contraint.

En Europe, à cause des contraintes qui pèsent dès à présent sur l'approvisionnement en gaz et en pétrole, ce qui représentent les deux tiers des énergies consommées en Europe,

il y a, dès à présent en Europe une contrainte d'approvisionnement qui fait, j'insiste, que la croissance perpétuelle ne reviendra plus. Alors on peut trouver cela triste, désagréable, mon sentiment est que tout plan fait pour l'avenir qui présuppose qu'on va financer n'importe quoi avec les surplus d'une croissance retrouvée fera faillite. Ca c'est simple, a partir de maintenant il faut faire des plans pour l'avenir sans croissance.

Voila, cela je viens de le dire, de ce fait , le temps joue contre nous. Et de ce fait, il y a un effet d'éviction absolument majeur dans le fait de financer des trucs qui servent à rien.

Dit autrement, tout truc qui sert à rien engendre un effet d'éviction sur les trucs qui pourraient servir à quelque chose.et pour aller directement au fruits de ma pensée, si on dépense des dizaines de milliards en panneaux photovoltaïque, ces dixièmes de milliards ne sont plus disponible pour faire des trucs qui servent vraiment à quelque chose, étant donné que les panneaux photovoltaïques portent sur des pouillièmes dans la situation actuelle.

On ne peux pas compter sur la limitation de l'énergie fossile disponible, dit autrement, on ne peux plus habiller Paul sans déshabiller Jacques.

C'est la caractéristique d'un univers sans croissance.

On est dans une mauvaise situation en terme d'échelle de temps, c'est à dire qu'il y a trop d'énergie fossile sur cette terre pour compter sur sa limitation pour sauver le climat mais il n'y en a déjà plus assez pour compter sur son abondance pour faire redémarrer l'écono-mie européenne.

Dit autrement il va falloir que l'Europe trouve le moyen, avec une économie sans crois-sance, d'inciter les gens qui ont plein de charbon à ne pas taper dedans.

Je vous rappelle que nos voisins allemands ont décidé de faire exactement l'inverse pour le moment.

Et enfin la dernière chose, le dernier élément de conclusion, la hiérarchie des nuisances ou la hiérarchie des mérites valables dans un monde infini n'est pas celle que dans un monde fini, puisque l'ordre respectif des contraintes que l'on doit prendre en compte change complètement.

Entre autre conclusion, ça implique aussi que les modèles macroéconomiques que nous utilisons aujourd'hui qui bouclent par les prix et qui présupposent des élasticités entre les prix et les volumes qui sont a peu près constantes sont devenus grossièrement inopérants

c'est la raison pour laquelle ont a pas « vu venir la crise de 2007 », qu'on pouvait très bien voir venir si on se concentre sur les volumes, et notamment les volumes d'énergie, qu'on ne voit pas venir si on regarde les prix, et une des choses que je vous montrerai si j'en ai le temps, c'est qu'aujourd'hui, il par exemple sur le pétrole, il n'y a plus d'élasticité prix volume, c'est à dire que le prix du pétrole ne donne pas la quantité de pétrole. Il donne le prix, point.

Ors ce qui compte pour l'économie, c'est la quantité, c'est pas le prix.

Voila les quelques conclusions que je vous propose, alors maintenant il y a deux options,

C'est comme les films, vous pouvez choisir la fin, ou bien on part de ces choses là, je n'ai plus rien à vous montrer et on discute, ou bien cela demande quelques explications et à ce moment là je vous les fournit,

- Rire du conférencier

Alors ? On va continuer et on va commencer par des choses que vous avez déjà entendu ... »

La suite de cette audition est disponible sur Youtube.

Si ces six premières minutes vous ont convaincu que les propos de Jean-Marc Jancovici sont pertinents, vous pouvez continuer à écouter la vidéo :

 

Si vous pensez que ces éléments méritent d'être connus, nous vous invitons à partager largement cet article.

 

http://citoyens20-site.org/?p=51

 

Pour Citoyens 2.0

François Jacques


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • anomail 28 février 2013 14:41

    Je vous suis tout à fait sur
    Energie => Production => Croissance => Finance.

    Si l’énergie vient à manquer (ce qui est probablement en train de se produire), l’échafaudage s’écroule.

    Et c’est pour cela que nous boirons notre nucléaire et notre gaz de shiste jusqu’à la lie, c’est irrésistible et rien ne saurait l’empêcher.


    • Stof Stof 28 février 2013 15:17

      CQFD


      Parmis les trucs biens cons, on peut signaler la construction de l’aéroport NDDL.

      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 1er mars 2013 10:35

        quant a etre MANIPULES seuls quelques idiots bobos ou fachos NE LE SAVAIENT PAS

        double MANIOPULATION DES BANQUES ET DES POLITIQUES FRANCAIS (650000) dont les

         les nationaux et régionaux nous coute chacun 2500 euros/jour...ILS SONT 7127


      • DES GROUPES ..................................BILDEBERG OU ROCKFELLER

         (L’ OPUS DEI CONTRE LA DIASPORA JUIVE MONDIALE...°)


      • Matthhou 28 février 2013 15:23

        Tout ça c’est bien beau, mais les solutions existent pour économiser l’énergie.
        En généralisant ces techniques, les lois de la concurrence feront que les prix vont baisser et même un smicard pour se payer un maison passive.
        Le seul souci, c’est que ça va mettre EDF au chômage...
        http://www.youtube.com/watch?v=DVLS-y0dsJI


        • Le421 Le421 28 février 2013 20:27

          Exact !! D’ailleurs, cela fait longtemps que nous pourrions économiser massivement de l’énergie. Or, les lobbies ne veulent absolument pas cela. Si nous consommons moins, il y a tout un tas de gens pleins de sous qui vont en avoir moins. Et ça, c’est carrément impossible !! smiley
          Ceci dit, à titre personnel, j’ai pris une habitude d’économie qui me fait éclater de rire quand je vois, par exemple, qu’on va encore investir des fortunes dans des nouveaux radars alors que nous roulons de moins en moins et de moins en moins vite...
          Entre autres choses. Les économies de chauffage dans l’habitation sont un domaine ou il y a tant à faire... Sauf que celui qui n’a pas les moyens, il est coincé. L’écologie et la bonne bouffe (qualité, pas quantité) sont des privilèges de riches, hélas !!


        • Rémi Manso Manso 28 février 2013 16:07

          Nos « gouvernants politiques » nous manipulent d’autant plus sur l’origine de la crise mondiale qu’ils omettent de faire référence à sa cause principale à savoir la surpopulation, mondiale évidemment, mais occidentale en particulier : il n’y a aucun problème écologique ou social qui ne serait plus facile à résoudre si nous étions moins nombreux. 

          La seule issue pour éviter l’effondrement de notre civilisation serait la mise en œuvre d’une Démographie Responsable : il y a cependant peu de chance qu’elle voit le jour.

          •  C BARRATIER C BARRATIER 28 février 2013 16:12

            Economiser l’énergie est possible dans chaque foyer, dans chaque école, dans chaque bureau. J’ai fait un max dans les années 80 pour ma maison, et non seulement j’amortis, mais je profite en bien être, et je pollue moins. Certes ,j’aurais mieux fait de ne pas acheter une maison toute faite, ancienne et gourmande...Mais en 1982, on ne savait pas faire ce qu’on fait aujourd’hui. Bref, je « gomme » mes regrets.
            Le problème est dans l’inégalité, c’est pourquoi il faudrait taxer les consommateurs qui, parcequ’ils sont très riches, gaspillent allègrement. Ils ne sont pas très nombreux, la notion de richesse est relative, il y a des gens qui passent pour riches parce qu’ils sont économes presque « par nature ». Eux n’ont pas de jet privé, de yacht (au fuel détaxé), de maison grand luxe avec piscine chauffée toute l’année même lorsqu’il fait moins 10 dehors. J’ai une piscine, un peu chère car couverte (se découvre bien sûr) pour avoir du chauffage solaire et l’eau à plus de 20 degrés d’avril à fin novembre. L’hiver je me passe de piscine facilement (je m’en passerais toute l’énnée si nécessaire).

            Je pense que les gens de pouvoir vont essayer de nous manipuler. Nous avons un gouvernement qui devrait au contraire jouer la transparence.
            Avec Internet, il arrive ce que Michel SERRES annnonçait :
            (table des news)
            Manipulations de l’opinion publique échec et tournant ? http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=126

            Michel SERRES:science, civilisation, religions en bascule  http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=136

            Merci pour ce bon article


            • julius 1ER 28 février 2013 16:41

              la croissance çà se fabrique à tous les étages elle peut -être redéployé sans changer grand-chose tout est affaire de volonté ; un exemple l’automobile Volkswagen vient de terminer un véhicule hybride bicilyndre/electrique consommant 0,9ltre/100klms roulant à 160klm/H or n’importe quel véhicule moyen consomme 7/8 Litres/100klms il s’agit d’une dépense ou une économie pour n’importe quel foyer de l’ordre de 7 à 14 fois si l’on considère que la plupart des foyers possède 2 véhicules on pourrait considérer que la dépense énergetique pour ces dits foyers qui est de l’ordre de 150 à 400 euros par mois divisé par 10/12 reviendrait à des sommes comprises entre 15 et 50euros par mois ce qui n’est pas négligeable or tout est affaire de volonté et de cahier des charges. Demain le gouvernement peut très bien dire aux constructeurs automobiles , il faut une voiture pour la plupart d’entre nous qui consomme peu et ne coûte pas cher à l’entretien il faut rappeler c’est ce qu’avait fait les allemands avec la Coccinelle au lendemain de la seconde guerre mondiale, imité chez nous avec la 2CV et R4L

              mais bien sûr il faut arrêter avec le délire des voitures surpuissantes à options qui ne font qu’alourdir les véhicules mais aussi leurs coûts. On peut dire qu’on a le choix mais là aussi les choix qui ont été fait dans les décennies 80/90/2000 n’ont pas été dans le sens de voitures économiques c’est même le contraire qui a été fait, car là aussi c’est le mensonge qui a prévalu or le mensonge c’est de faire croire aux gens à l’énergie pas chère car la réalité depuis 30 ANS ce sont des véhicules qui captent une grande partie du budget des ménages entre l’acquisition du/des véhicules leur entretien, le carburant, les assurances etc...d’autant plus que des véhicules qui ne consomment pas grand chose en carburant rendent possible la possibilité d’utiliser d’autres carburants issus de l’agriculture et des déchets organiques !
              un autre monde est possible c’est certain et l’on peut dire à portée de main en utilisant d’une manière bien plus rationnelle ce qui existe actuellement, encore une fois il appartient aux gens de renverser la table et d’exiger une autre société !!!!!

              • pierrot pierrot 28 février 2013 16:57

                Le raisonnement de J.M. Jancovici est globalement exact.
                cependant il n’y a aucun risque de manquer d’énergie à long terme car les idées innovantes sont fertiles :

                - énergie nucléaire de troisième génération (actuel) puis de quatrième génération avec surgénération par les réacteurs à neutrons rapides qui permettent d’augmenter de 70 fois les ressources en uranium (utilisation de l’isotope 235 puis du plutonium 239)

                - réacteurs nucléaires au thorium

                - réacteurs de fusion nucléaire deutérium/tritium

                - énergie éolien off shore

                - énergie hydrolienne (rotor mu par les courants marins)

                - photovoltaïques sans silicium (molécules organiques)

                - géothermie profonde

                etc.


                • nenyazor 28 février 2013 17:32

                  Toutes les énergies ne sont pas interchangeables. Tout ce que vous proposez c’est de la production d’électricité, ce qu’on a le plus de mal à stocker. D’ailleurs, avec la raréfaction des métaux, la voiture électrique à un avenir aussi sombre que celui de la voiture au pétrole.
                  http://petrole.blog.lemonde.fr/2012/05/08/rarefaction-des-metaux-demain-le-peak-all/

                  Sans transports « gratuits » et à très longue distance, une réorganisation complète de l’économie et de la société est inéluctable.


                • bert bert 28 février 2013 21:04

                  c’est pas nécessaire dans un « no man’s land » nucléaire


                • pierrot pierrot 1er mars 2013 19:41

                  C’est exact , mais l’énergie électrique peut se transformer en énergie mécanique (transport), chimique, chaleur etc.

                  Les métaux sont facilement récupérables et recyclables dès que leur prix le justifiera (fer, aluminium, zinc, lanthanides, platine, or, argent ... ) de plus ils peuvent être interchangeables avec des substances organiques dans de nombreuses applications.


                • Aldous Aldous 1er mars 2013 08:35

                  Salut moïse,


                  Ce que dit doctement Jancivici est connu depuis les années 70 avec le rapport Meadows.

                  tous les effets de la réduction de la quantité de ressources naturelles avait déjà été simulés dans les superodinateurs du MIT del’époque 

                  Le PC de votre fiston a une puissance de calcul qui laisse à des années lumières cet ancêtre.

                  Autrement dit, la ’’découverte’’ de la situation est une vaste blague. n’importe quel état qui dispose de mathématiciens est capable de compiler les données et de calculer des projections.

                  Autrement dit, l’ignorance n’est pas le fruit du hasard, elle et organisée.

                  A ce stade il faut regarder les évolution qui ont suivi Meadows :

                  Les USA on subitement cessé de trouver du pétrole. pas de bol ?

                  Ils ont adossé le dollar sur du vent, et ont obligé le monde entier a vendre le pétrole en dollars.

                  Au bout de 40 ans, ils se sont offert tout le pétrole des saoudiens contre du papier vert et alors que le pétrole saoudien s’épuise, mirâcle ! les USA redeviennent exportateur de pétrole.

                   
                  Du point de vue économique, ils ont noyauté l’enseignement de l’économie avec l’école de Chicago, qui fait comme si la croissance sera éternelle. 

                  Impossible depuis les années 90 de penser la crise énergétique à cause de ça.

                  Aujourd’hui on se rend compte que lEs élites ont systématiquement démantelé l’industrie pour récupérer le capital mobilisé en prévision du colaps general.

                  Pour eux, le but est de retirer le capital de l’économie réelle avant que la crise des ressources ne transforme le monde en charnier, de se barricader avec le fric et les ressource hors de porté des gueux que nous sommes et d’attendre que ce qu’ils appellent entre eux les bouches inutiles aient fini de s’entretuer.

                  Mais plus encore, dans leur philosophie, tout est opportunité.

                  La grande crise est une opportunité de mettre en place leur gouvernement global unique.

                  En attendant, il faut que les bouches inutiles se tiennent tranquilles, alors Hollande et les autres marionnettes promettent une croissance qui ne viendra jamais...

                  Et réorganisent les moyens de répression pour mater les crève la faim en agitant le spectre du terrorisme (fichage numérique universel, carte d’identité biométrique a puce ( implant RFID) snipers, drônes, partiot acts, tortue légale, camps FEMA, fin de l’Habeas Corpus, videosurveillace avec reconnaissance automatique, contrôle des médias et du net, déficit démocratique, pensée unique, police de la pensée...)

                  Le réveil va être brutal.


                  • aberlainnard 1er mars 2013 12:34

                    ’’Ce que dit doctement Jancivici est connu depuis les années 70 avec le rapport Meadows.

                     tous les effets de la réduction de la quantité de ressources naturelles avait déjà été simulés dans les superodinateurs du MIT de l’époque 

                    Le PC de votre fiston a une puissance de calcul qui laisse à des années lumières cet ancêtre. ’’


                    Très juste.

                    Édifiant, n’est-ce pas ?

                    J’ai acheté d’occasion leur petit bouquin sur Amazon USA, The Limits to Growth en édition d’origine 1972. (2$75 à l’époque !)

                    Je suis, comme vous, stupéfait de leur prouesse compte tenu du peu de moyens informatiques de l’époque et des sources qu’ils ont du compiler à droite et à gauche ’’à la main’’ faute de statistiques centralisées.

                    On voit sur leurs courbes que rien ne se passe de dramatique avant 2000, quels que soient les différents scénarios envisagés, mais que les points d’inflexion interviennent dans les premières décennies du 21ème siècles. Nous y sommes !


                    Terrifiante, l’insouciance de nos contemporains !




                  • Aldous Aldous 1er mars 2013 12:46

                    Tres juste.


                    The limit to growth est la version grand public du rapport Meadows et elle disait déjà tout ce qu’il y avait à en dire.

                    Rien que le titre explique que Holland ment.

                    On a dépassé le pic pétrolier en 2006.

                    En 2008, on en a eu la traduction au niveau économique.

                    C’est un peu comme si les médecins des années 1980 ignoraient tout de la découverte des antibiotiques dans les années 40...



                  • SergeL SergeL 3 mars 2013 17:16

                    http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2012/126/Futurism-Got-Corn-graph-631-thumb.jpg

                    « « The world is on track for disaster… », autrement dit, “tout se déroule comme prévu pour que survienne le désastre”. Ce désastre, comme le résume le physicien australien Graham Turner, qui a succédé à Dennis Meadows comme rédacteur coordonnateur, découlera du fait que, si l’humanité continue à consommer plus que la nature ne peut produire, un effondrement économique se traduisant pas une baisse massive de la population se produira aux alentours de 2030.

                    Le désastre n’est donc plus loin de nous, mais tout proche. 2020 est d’ailleurs considéré par certains experts comme une date plus probable. »


                    http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-paul-baquiast/080412/1972-2012-le-club-de-rome-confirme-la-date-de-la-catastrophe



                  • Stof Stof 1er mars 2013 10:38

                    Quand on voit les branquignoles politiques de cette vidéo, on se dit que rien d’intelligent ne sera jamais fait. 

                    Il faudrait voter pour des gens comme Yves Cochet ou Corinne Lepage. Mais comme ils ne parlent pas d’immigration ça n’intéresse personne.

                    Bref, préparez vous au pire. Il vient.

                    • aberlainnard 1er mars 2013 11:58

                      Merci Moïse.

                      Nous faire partager cet exposé est salutaire sur AGORAVOX où les informations relatives à l’énergie, trop souvent détachées des ordres de grandeurs physiques et de l’échelle de temps conduisent les intervenants à des positions erronées, plus émotionnelles que raisonnables.

                      Je sais J.M. Jancovici adulé par les uns, détesté par les autres mais j’apprécie la concision et la clarté de son discours.

                      Autre intervention instructive devant les élus :

                      Il y a bientôt un an, le 20 mars 2012, J.M. Jancovici avait été auditionné par la commission d’enquête du Sénat chargée de se pencher sur le coût réel de l’électricité.

                      Sur le site du Sénat : http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video12508.html

                      ou plus commode sur YouTube : http://www.youtube.com/watch?v=MULmZYhvXik

                      Il faut voir l’air goguenard du Rapporteur au début de l’exposé ! !  !

                      À 50’ réponses aux questions de la Commission. Attention, c’est violent !

                      En fin d’exposé (1h16’50’’), quelques précisions surprenantes et édifiantes.

                      Dans l’ensemble l’attitude des sénateurs me paraît moins conne que celle des députés du 6 Février 2013, devant la Commission sur le Développement Durable de l’Assemblée Nationale





                      • rhea 1481971 3 mars 2013 07:11

                        Ne pas oublier que la monnaie papier nous sert à faire entre nous des échanges d’ènergie.


                        • julius 1ER 3 mars 2013 12:04

                          le grand mérite de JM Jancovici, c’est de vraiment bien poser les problèmes, ses exposés sont très pertinents et limpides tellement limpides même que l’on peut se demander comment on n’y a pas pensé bien plus tôt, faut-il qu’on nous fabrique une masse de pollution visuelle pour que l’on en arrive à ne pas reconnaître ce que le simple bon sens permet de reconnaître !!!!!!

                          le lien qu’il fait entre la masse d’énergie consommée et le pib est tout simplement édifiant et ses graphiques sont éminemment pertinents ! 
                          ou l’on voit les limites de son exposé sur le pib et la coissance, c’est que pour lui la croissance n’existera plus chez nous qu’une année sur deux et à des taux ridiculement bas, du fait de la raréfaction de l’énergie et des matières premières, raison de plus à mon avis pour redistribuer ou plutôt redéployer le produit de la dîte croissance si l’on veut assurer une certaine pérennité démocratique, sinon on risque de revenir très vite à des formes de totalitarisme de fait........................
                          sur ses exposés concernant les transports et les gisements d’emplois qui existent dans l’isolation des bâtiments et une architecture économe de l’énergie, 100% d’accord de même que pour la révolution automobile avec des véhicules consommant moins de 1L/100klms ce qui devrait être la norme au jour d’aujourdhui si l’on ne mentait pas aux populations sur le rapport à l’énergie.quand à son volume disponible notamment en matière de pétrole et autres matières fossiles................ en tous cas merci à lui en espérant que son travail ne reste pas lettre morte et pénètre les strates de la société, ce qui à mon avis est encore la part de travail
                          la plus importante à réaliser tellement je partage la vision d’un autre internaute, quand à l’incrédulité des politiques lors des cessions devant l’assemblée nationale, commission sénatoriale ou autre ENS............................pour parler trivialement, je serai tenté de dire «  »c’est pas gagné«  »"................ ; 

                          • Marc Chinal Marc Chinal 3 mars 2013 18:31

                            Petit à petit, ils viendront tous à réfléchir sur l’opportunité de construire une civilisation post-monétaire, tant pour le social, que l’environnement.
                            .
                            Ne soyons plus limités par les budgets, pensez sans monnaie.


                            • ecolittoral ecolittoral 3 mars 2013 20:05

                              Rien de nouveau sous le soleil...qui est toujours là !

                              Le Shah d’Iran en parlait déjà : « votre progrès ne dépend que de notre pétrole. Profitez en, parceque ça ne durera pas éternellement ». C’était au début des années 70. 

                              Déjà à l’époque, on parlait d’un système de consommation condamné à terme.
                              Des générations futures qui pâtiraient de ces dégâts écologiques, humains et financiers.

                              La différence, aujourd’hui, c’est qu’on peut dire que cette fin, c’est maintenant et que les générations qui étaient « futures » en 70 sont celles qui existent depuis hier et aujourd’hui.

                              • rhea 1481971 4 mars 2013 07:14

                                J’ai retrouvé dans ma bibliothèque édité en 1978 un ouvrage dont le titre est "l’énergie le compte à rebours’, j’en est relu quelques passages, en fait les têtes pensantes de l’époque savaient que nous allions dans une impasse, ils espéraient solutionner le problème en développant les surgénérateurs.Combien de surgénérateurs en fonction de nos jours ? aucun. Il ne faut pas oublier que les fondements de la société de consommation datent de 1954, période des premières explosions de bombe de fusion (bombe H) qui laissait entrevoir la maîtrise de la fusion nucléaire pour la production d’énergie, utopie qui est loin d’être réaliser. Le culte irraisonnè du progrès technologique nous a mené à la crise actuelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès