Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > On dit que la Femme se prend pour Dieu. Tant mieux ! Je voulais faire la (...)

On dit que la Femme se prend pour Dieu. Tant mieux ! Je voulais faire la morale à Ma Déesse

Préambule moral avant l'édition de la charte des comités civils

Dieu pardon ! Malgré le titre accrocheur, je n’ai pas cette prétention, je taquine l’auditoire tout en rétablissant un peu d’égalité sémantique en ce bas monde.
Car l’être humain n’a pas besoin de se prendre pour dieu. L'humain X ou Y est un créateur à lui tout seul. Pardon mesdames je ne vais pas non plus mettre des (e) partout.

Pourquoi un homme ne serait-elle pas amené à vouloir mener son œuvre à son apogée ? Comme tout Bon Dieu. Pas vrai ?

Qu’il soit immoral ou fondamentalement moral chaque bon croyant est un totalitaire en devenir.

Toujours en quête de nouvelles questions je suis parti pêcher, prêcher et pêcher.

On m’a donc récemment parlé d’anarchie capitaliste, d’anarchie communiste, de différents courants libertaires, de panarchie et d’économie basée sur les ressources sous diverses formes.

Je n’arrive pas à me retrouver dans un seul de ces vœux. Toujours partagé entre le bien et le mal, je ne sais plus où donner de la tête.

Ce qui m’embête d'emblée dans la panarchie par exemple, c'est le système de pluri-systèmes qui tend forcément vers des oppositions ; de style, dirons nous pour rester dans la légèreté.

Non vraiment je pense que ce soit le TZM ou quelconque EBR, ou le VP , aucun n'est possible sans une approche pragmatique concernant le lien social actuel et la stratégie pour le modifier.

Il y a besoin d'un peu de renouveau car les tensions morales, religieuses, économiques découlent sans cesse de logiques suprématistes. Des gens les plus ouverts aux plus virulents fachos on retrouve cette racine à un moment donné.

Nous avons la possibilité de faire plus de progrès et moins de dégâts qu'avec le système de concurrence actuel.

Pour moi ce mot est central : la concurrence. Sans dire que c'est néfaste, mais il a le monopole. Que peut on opposer à ce concept prédominant et à ses abus sous jacents ? Quel concept ? Quels réformes et quelles actions surtout ?

Zm ou Fresco et d'autres n'arrivent pas à fédérer les idéaux ni à trouver des leviers influents pour la transition. Pas étonnant vu les clivages ethnico-culturels.

Nous en sommes réduits à communiquer à outrance (ou pas assez), à tenter de transmettre des valeurs par des mots.

Au final ça nous amène à prêcher dans nos paroisses si on se laisse aller, à se résigner, à s'opposer durement avec l'autre bord, ou pire encore, à nous embrouiller entre personnes du même bord. Comme si le partage n'avait pas d'autre fin que l'opposition.

 Mais l'opposition c'est bon, c'est apprendre à douter de sa propre nature. C'est une question de physique pure à tous les niveaux de structure, et de physique quantique. Au final en sait on vraiment plus aujourd’hui que ce que nous a enseigné ce vieil adage : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » ? 

Revenons-en à la racine naturelle de nos maux existentiaux-socialo-environnementaux.
Qu'oppose-t-on à la concurrence ?

Le partage ? Oui et non, ça me gêne, c’est dans l'idée mais pas le bon terme. Je dirais l'équité. Petite idée abstraite qui suppose des limites à la liberté tout en la rendant plus tendre, petite idée qui a besoin qu'on l'aide pour faire son chemin.

 

Georges Braque disait cela et cela résume parfaitement ma pensée

 

 « Ce n’est pas le but qui est intéressant, ce sont les moyens pour y parvenir.  »

« Le progrès en art ne consiste pas à étendre ses limites, mais à les mieux connaître.  »

« L’art est fait pour troubler. La science rassure.  »

« Il faut toujours avoir deux idées : l'une pour tuer l'autre.  »

« Il n'y a que celui qui sait ce qu'il veut qui se trompe.  »

« Contentons-Nous De Faire Réfléchir, N'essayons Pas De Convaincre »

« Il faut se contenter de découvrir, mais se garder d'expliquer.  »


Pourquoi en effet vouloir imposer son idée, alors qu’il suffit de la lâcher dans le temps et dans l’espace, afin de voir comment elle grandira et quels petits elle aura.


« La conscience est la mère du vice » disait-il également.

La conscience est un mot à prendre au sérieux, il en va, au-delà de l’au-delà, de sa dignité.



Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 15 février 2014 13:43
    « On dit que la Femme se prend pour Dieu » .... Tant que ce n’est pas pour Dieudonné on n’aura pas affaire a Valls......

    • christophe nicolas christophe nicolas 15 février 2014 23:57

      On ne peut pas démontrer Dieu, certes mais il se révèle par les preuves. Comme on retrouve toujours Jésus et Marie.

       

      1. Ca coince dans le monde juif, péché de justice vis à vis de Jésus, à eux de rattraper le coup en prenant troquant l’habit de juge contre celui d’esprit de vérité. Les esprits charitables ne seront brimés.
      2. Ca coince dans le monde chrétien, péché de manque d’amour par idolâtrie, à eux de rattraper le coup en n’assimilant plus le comportement de bonté à la justice. Dans un monde de connaissance l’ennemi brime l’esprit et non plus les corps, son arme est la coercition mentale et non la coercition physique. Les esprits honnêtes ne seront plus dépréciés.
      3. Ca coince dans le monde musulman, péché de chemin de vie à cause d’une forme intentionnelle endurcie qui reste de esclave du passé, à eux de rattraper le coup en améliorant l’intention de bonté vis à vis du peuple. Les esprits humbles ne seront plus dévalorisés

       

      Les vrais croyants n’ont pas cédé mais l’argent a pollué beaucoup d’esprits chez ceux qui l’ont mis au dessus de la spiritualité. Les religions étant plutôt macho, les femmes, pourtant plus spirituelle que les hommes ont été polluées par ceux qui combattent la spiritualité, pourtant :

       

      1. En philosophie on retrouve les attributs de Dieu par la critique de la connaissance mais cela reste une confirmation par la raison que la mauvaise foi peut facilement battre en brèche.
      2. En science également, on retrouve les attributs de Dieu comme unique et 1er hypothèse fondatrice puisqu’on ne peut pas le démontrer, qu’Il ne peut être sous aucun autre principe par définition. Cela donna la théorie de l’intrication, après on apprécie l’arbre à ses fruits. Par rapport à la philosophie, les conséquences pratiques font réfléchir puisqu’on retrouve l’antigravité, les sources d’énergie propres, gratuites et disponibles partout et bien d’autres choses.

       

      La nature du pouvoir est conservatrice, le pouvoir ne veut pas évoluer sur le fond même si le discour dit l’inverse car sa logique matérielle le pousse à renier la prééminence de la justice divine. Dieu délègue des apôtres, prophètes, saints et charismatiques inspirés chargés de faire évoluer l’église et autres mouvements religieux. Cela est nécessaire parce que la connaissance progresse et que des situations nouvelles apparaissent. L’état d’esprit est la seule chose qui est intemporelle, il ne change pas que ce soit l’ancien testament, le nouveau ou les évolutions à venir puisque le mal moderne s’exprime sous la forme du culte de l’argent rendu possible par l’enfumage des esprits.

       

      On pourrait résumer en disant que les roupettes d’Asmodée sont sur le grill.


      • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 16 février 2014 09:07

        « On dit que la Femme se prend pour Dieu »


        => Préjugés liés au genre, risque d’agression par les Femens, de procès et pire, de livre avec promotion médiatique par C. Fourest :)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Garraty


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès