Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Paroles de Maires

Paroles de Maires

Organisée par l’Association des Maires de France, la journée de protestation des Maires contre la baisse des financements de l’Etat a connu un succès mitigé malgré une couverture médiatique importante.

Cette journée a cependant été l’occasion d’entendre différents propos, différents arguments, pas tous de bonne foi et loin de s’appliquer aux 36685 communes de France.

Les Maires sont tous les jours au contact de la population

C’est à la foi vrai et faux. Vrai dans les petites communes rurales (moins de 500 ou 1000 habitants) où ils exercent des fonctions proches de celles des travailleurs sociaux et où ils sont souvent appelés pour régler des problèmes administratifs ou de voisinage. Leur investissement de terrain au quotidien est une réalité. Faux dans les communes plus importantes chefs-lieux de cantons ou périurbaine, où les structures administratives plus importantes permettent de pallier l’absence des élus pris par d’autres obligations électives (intercommunalités, syndicats intercommunaux, voire Conseil Départemental ou Régional).

Les Maires sont étranglés par les normes qu’on leur impose

Vrai, mais alors pourquoi, les élus cumulards, députés ou sénateurs Maires ne jouent pas leur rôle de législateur, en particulier au Sénat, représentant des collectivités locales, en n’imposant pas les simplifications nécessaires ?

La surrèglementation

« Nous devons faire mieux avec moins d’argent public, mais tout est fait pour nous en empêcher ». Cette remarque, venant d’un Maire, qui lorsqu’il était Président (de droite) d’un Conseil Général s’est affranchi des règles concernant les 35 heures pour octroyer à son personnel des droits que n’auraient pas reniés des fonctionnaires dirigés par une majorité communiste, en dit long sur la crédibilité de la parole politique.

Bientôt, je ne pourrai plus payer mes agents municipaux

Faux, les dépenses de personnel font partie des dépenses obligatoires

Ma commune sera bientôt en cessation de paiement

Dans ce cas, la commune sera mise sous tutelle par le Préfet, qui augmentera les impôts locaux pour faire face aux dépenses. C’est une manière pour le Maire d’échapper à sa responsabilité qui serait cependant très mal vue par les citoyens et mettrait rapidement un terme à sa carrière politique.

On va devoir augmenter les impôts locaux et baisser les subventions aux associations

Le chiffon rouge des impôts locaux est brandi en premier pour affoler les administrés et rapidement ensuite viennent les coupes dans les subventions aux associations, menace fréquente mise quelques fois en pratique (surtout sur les budgets de manifestations culturelles, moins fréquentes pour les équipes de foot, allez savoir pourquoi…). Et si les Maires réduisaient en premier les dépenses de fonctionnement de la commune, les frais de communication, les indemnités, les fêtes et cérémonies auto promotionnelles ? S’ils examinaient les comptes des associations qu’ils subventionnent pour voir les sommes thésaurisées qui ne servent à rien, avant d’octroyer une nouvelle somme ? Difficile quand on est élu et que l’on ambitionne de solliciter un nouveau mandat… mais indispensable lorsqu’on se veut gestionnaire.

Les collectivités publiques sont le moteur de l’investissement

Sauf qu’avec 70 milliards par an, toutes collectivités confondues et pour des investissements pas toujours utiles mais répondant à un effet de mode (aménagements urbains, ronds-points,…), l’investissement public représente à peine 3 % du PIB. Alors 40 ou 50 milliards suffiraient sans doute à couvrir les besoins réels de administrés et cette économie compenserait largement la baisse des dotations de l’Etat.

Le mot de la fin

Il revient à un maire qui déclare : « Si nous voulons être dans l’air du temps, nous devons investir, mais ce ne sera pas possible. Tout le monde va en pâtir ».

Bel aveu : il s’agit avant d’être dans l’air du temps, comme si l’investissement devait répondre plus à un phénomène de mode plus qu’à des besoins réels ! Mais on s’en doutait déjà un peu.

 

Après cela, étonnez-vous que les élus ne soient plus crédibles et que leur parole ne soit plus audible. Par cette manifestation guignolesque, ils ont montré l’image, d’une corporation, d’un lobby, pourtant investi d’un mandat public, représentant les citoyens et effectuant des actes au nom de la Nation défilant et défiant une autre partie du pouvoir dont ils font partie eux-mêmes en cumulant les mandats ou aspirant à prendre la place : belle image d’instruction civique à montrer dans les écoles !

On aura vu aussi les ténors de l’opposition prendre fait et cause pour ce mouvement, notamment Juppé, qui aspire aux plus hautes fonctions. A-t-il pensé à demander à son collègue Fillon comment il compte faire 110 Milliards d’économies sur les finances publiques sans toucher aux dotations des collectivités ?

Etonnez-vous après cela que les citoyens désertent les urnes.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Rascar-Capac 21 septembre 2015 08:55

    Les Maires sont l’incarnation-même du syndrome de l’hypertrophie de l’ego.


    Leur seul but d’élu est de se faire réélire et leur plaisir consiste à se croire aimés alors qu’ils ne sont que flattés et à se croire utiles alors quils ne sont que la mouche du coche.

    Il faut une sacrée dose de paranoîa pour accepter ce boulot de larbin en livrée bleue blanc rouge en contre- partie d’une rémunération de misère dans les petites communes.

    • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 2015 09:47

      @Rascar-Capac
      Vous oubliez le prestige de la fonction, les réunions à la Préfecture ou au Conseil Départemental et le serrage de louche du Député ou du Sénateur, en se disant que, peut-être, on sera à sa place un jour ou bien on siègera au Conseil Départemental.
      Ne pas oublier l’ambition qui compense tout ce que vous décrivez.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 20:15

      @Michel DROUET
      Ce qui est dans l’air du temps, c’est censément de créer de l’emploi.
      Faire travailler des entreprises crée de l’emploi, ou au moins, évite d’en supprimer.


    • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 2015 20:42

      @Fifi Brind_acier
      Pour des investissements inutiles...


    • Jeussey de Sourcesûre Rascar-Capac 22 septembre 2015 13:05

      @Michel DROUET

      et l’augmentation des charges financées par les contribuables

    • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 2015 13:57

      @Rascar-Capac
      Oui, on invente l’économie fictive grâce aux contribuables


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 octobre 2015 10:03

      @Rascar-Capac

      paroles de MAIRES OU DE DIRECTEURS TERRITORIAUX !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      qui a cru a la parole et aux permis donnés par les maires de l AIGUILLON SUR MER (xyntia) MANDELIEU PIOT NICE  ?????????

      CEUX QUI Y ONT CRU SONT MORTS NOYES !!!!!!!!!!!!!!!!!! quelques fois dans leurs voitures garés dans des parkings a moins 10 METRES DU NIVEAU DE LA MAIRE

      REPONSE NI RESPONSABLES NI COUPABLES COMME LES ENFANTS DE MATERNELLES C EST PAS NOUS C EST EUX !!!!!!!!!!! A PARIS§§§§§ C EST francois qui est responsable pas bismuth  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 octobre 2015 10:29

      @Rascar-Capac

      TRES VRAI ET VERIFIE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • foufouille foufouille 21 septembre 2015 09:08

      "Vrai dans les petites communes rurales (moins de 500 ou 1000 habitants) où ils exercent des fonctions proches de celles des travailleurs sociaux et où ils sont souvent appelés pour régler des problèmes administratifs ou de voisinage. Leur investissement de terrain au quotidien est une réalité."
      ça doit dépendre des villages car je n’ai jamais vu ce genre de bestioles.
      la seule version que j’ai connu est celle du sang bleu avec une couronne.


      • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 2015 09:49

        @foufouille
        Pas de bol, Foufouille, l’endroit ou vous vivez, à force de nous le décrire loin de tout et abandonné, mériterait mieux qu’un nobliaux. Une solution : le déménagement.


      • foufouille foufouille 21 septembre 2015 09:58

        @Michel DROUET
        je me souviens plus le nombre de fois où j’ai déménagé.
        et c’était partout pareil.
        tu habites dans la france d’en haut ou tu as des grosses oeillières.
        tu as des forums sur lesquels la france d’en bas donne son point de vue.


      • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 2015 13:00

        pour la fête des mères on offre des fleurs ou des babioles, pour la fête des maires c’est des enveloppes de pognon .....


        • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 2015 13:01

          « Les Maires sont tous les jours au contact de la population ».... a pognon pour les autres circulez y a rien a voir .....


          • foufouille foufouille 21 septembre 2015 14:15

            @zygzornifle
            et aussi la distribution de repas gratuits au restaurant pour le conseil municipal et leur époux


          • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 2015 16:12

            @foufouille
            Pas de bol, Foufouille, vous êtes dans un trou perdu et entouré d’élus qui se sucrent : mauvaise pioche.
            Comme disait Coluche : « quand un avion s’écrase dans le monde, c’est sur les pompes de Roger Gicquel ». On dirait que c’est la même chose pour vous.
            Un conseil : dénoncez les faits délictueux dont vous avez connaissance auprès du Procureur de la République. C’est votre devoir de citoyen, mais là vous allez me répondre que tout le monde est au courant et que personne ne fait rien !
            Pour un Balkany, il y a des milliers d’élus qui sont honnêtes et qui s’investissent.
            Ce que je leur reproche, c’est de nous prendre pour des buses en sortant leur discours des élus indispensables, c’est tout, et le discours du « tous pourris » n’est pas le mien.
            Alors un cup de fil au Proc ou à la Gendarmerie avec dépôt de plainte et rappelez-nous pour nous faire part des suites.
            Mieux même, écrivez un billet sur Agv.


          • foufouille foufouille 21 septembre 2015 17:17

            @zygzornifle
            c’est un bled que j’ai habité étant jeune. toutefois, je connaissais quelqu’un qui y habitait. le terrain du restaurant a été vendu pour un euro.
            la moitié du département est pourri, donc le procureur c’est risqué.
            j’ai entendu pire, un membre de ma famille habites un village de 80 habitants ou tout a été payé à coups de subventions, terrain de tennis et de foot, église, tout à l’égout, etc.
            l’employé municipal est un CUI .........
            dans d’autres villages c’est juste l’église qui est rénové à crédit pour deux millions d’euros.
            c’est le style où tu peut louer un logement sans assainissement car le tribunal s’en fout même avec une lettre du spanc.
            il y a beaucoup de très gros cultos ou vignerons.
            c’est encore pire au niveau communauté de commune car aucun bulletin municipal en ligne.
            les gendarmes obéissent aux maires et aux notables uniquement.
            je me souviens d’un dealer de shit qui avait aucun problème car fils de « petit bourgeois ».
            c’est aussi très consanguins comme villages.
            ce sont des petites magouilles par rapport au reste RPS de la grande ville. ville sans FAC mais de belles écoles plus ou moins privées et hors de prix, une salle de conférences pour ploutocrates vide sauf en cas de visite UMP.
            le maire a été ministre et est député ou sénateur donc intouchable.
            et comme les juges sont pourris ou tenus en laisse, il ne se passera jamais rien.


          • foufouille foufouille 21 septembre 2015 17:19

            @Michel DROUET
            « Pour un Balkany, il y a des milliers d’élus qui sont honnêtes et qui s’investissent. »
            c’est l’inverse, la plupart sont pourris.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 20:17

            @Michel DROUET
            Ce ne sont pas les élus qui sont indispensables, ce sont les budgets :
            - pour les écoles primaires
            - pour les cantines et les transports scolaires
            - pour la réfection des voies
            - pour l’eau
            - pour les déchets
            - pour la vie associative et sociale.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 20:19

            @foufouille
            Et bien faites comme moi, bougez vous les fesses, allez assister aux Conseils Municipaux, tenez vous au courant des sujets traités, montez une autre liste et présentez un autre candidat.


          • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 2015 20:43

            @Fifi Brind_acier
            C’est exactement ce que je dis : les mêmes budgets avec moins d’élus.


          • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 2015 20:45

            @foufouille
            Désespérant !


          • Michel DROUET Michel DROUET 21 septembre 2015 20:55

            @foufouille
            C’est Chicago, votre bled ! Faut envoyer Eliott Ness


          • zygzornifle zygzornifle 22 septembre 2015 11:41

            @foufouille

            Dans le moyen et haut pays Niçois je ne parle même pas de Nice qui est un nid de crotales c’est Bygmallion a coup de millions ......


          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 octobre 2015 10:06

            @zygzornifle

            EXCELLENT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 octobre 2015 10:33

            @Michel DROUET pour FOUFOUILLE

            NON DENONCONS A TRACFIN OU TRANSPARENCY.FR cela fonctionne !!!!!!!


          • Céline Ertalif Céline Ertalif 22 septembre 2015 12:34

            Il ne suffit pas d’être au contact de la population pour faire de la politique, il faut au moins passer des intérêts individuels (généralement privés) aux intérêts communs (généralement publics).


            Amusant aussi cette croyance que l’investissement permet d’échapper au gaspillage mieux que le fonctionnement. C’est juste oublier qu’il faut bien amortir l’investissement, ah ces gestionnaires amateurs ! 

            « Nous devons faire mieux avec moins d’argent public, mais tout est fait pour nous en empêcher » : alors ça, c’est tout de même pas faux ! Les injonctions contradictoires sont la marque des politiques qui ont perdu la boussole. La contradiction la plus évidente de ce type, c’est la mission de faire des économies budgétaires en sauvegardant simultanément l’emploi, et accessoirement le statut de la fonction publique.

            Les charges de personnel, ou disons plutôt la masse salariale (barrons les ambiguïtés libérales), est une dépense obligatoire qu’il est très difficile de limiter, et même souvent d’empêcher de croître. Je vais vous dire quelque chose qui paraîtra affreux à nombre d’entre vous, quand on réduit les effectifs, non seulement on fait des économies mais on modernise des services qui fonctionnent bien souvent nettement mieux après la réduction ! Oh que je suis méchante ! Mais enfin, j’ai tout de même visité quelques services publics... Tout cela pour dire que je pense comme Bernard Stiegler qu’on ne peut pas continuer dans un modèle qui confond le travail (un acte créatif avec des mains et des cerveaux) avec l’emploi salarié (une condition sociale de dépendance et de soumission au propriétaire des moyens de production).

            Or ce qui est dramatique, c’est que les collectivités locales sont l’endroit où l’on défend le plus l’emploi salarié au lieu d’ouvrir de nouveaux modèles sociaux où la contribution sociale à la production devrait échapper le plus facilement au schéma de l’appropriation privée. Qu’est-ce qui doit être bénévole, quel travail doit-on automatiser, quelles contributions doit-on rémunérer par la monnaie ? Voilà de la matière pour le débat public local !

            Il faudrait juste s’occuper de revenir à la souveraineté du citoyen (empowerment), à la responsabilité individuelle et collective. Pendant ce temps-là, les uns vont défendre les acquis appelés dotations auprès de « l’exécutif (national) qui ne rend plus de comptes à personne »( formule de Pierre Rosanvallon la semaine dernière sur Médiapart), les autres vont défendre l’emploi pour sauvegarder les revenus salariaux et par là-même le salariat. Il n’y a qu’un problème dans tout cela, c’est qu’on ne sortira pas de nos malheurs croissants dans un système et de plus en plus contre-productif par la soumission. Je fais partie de celles qui veulent la liberté, la démocratie et qui ne portent pas dans le coeur le modèle patronal top/down autoritaire dans les entreprises, voilà pourquoi je regrette que les administrations publiques (prétendument dirigées par des représentants du peuple) soient la caricature de cette anti-démocratie d’une part et que les élus locaux puissent se laisser « empêcher » par des institutions qui ont encore moins de relation démocratique avec la population qu’eux-mêmes.

            • Michel DROUET Michel DROUET 23 septembre 2015 06:27

              @Céline Ertalif
              Non, vous n’êtes pas méchante, Céline, la confusion entre travail et emploi, je l’ai bien connue et cela se traduisait le plus souvent par des renoncements d’élus pourtant se présentant comme des « gestionnaires » devant des syndicats « révolutionnaires » dont le but avoué était le fameux « grand soir ». Ce que je décris s’est traduit par l’accord sur les 35 heures.
              L’emploi, cela pouvait être également le recrutement de contractuels chargés de missions, pas pour leurs compétences mais pour leur couleur politique. Certes, le phénomène était marginal dans cette collectivité, mais on peut imaginer ce que cela peut donner dans d’autres aux exécutifs moins scrupuleux.
              Tout cela se traduisait par des renoncements de la hiérarchie au moment de la notation et des propositions d’avancement de grades ou de promotion interne, au nom du principe « pas de vague » et de celui « de toutes façons, si je dénonce les pratiques d’untel, je serai désavoué ».
              Je l’ai vécu : des directeurs m’appelaient en me disant « j’ai proposé machin à un avancement, mais il n’est pas prioritaire ».
              J’ai connu également le délégué syndical qui utilisait sa voiture de service (avec logo de la collectivité) pour aller au match de foot le samedi soir : pas de suite, là non plus....
              Enfin, j’ai connu le responsable syndical « révolutionnaire » qui instrumentalisait un agent en dépression afin de « promouvoir » le harcèlement moral....
              Non, finalement vous n’êtes pas méchante, et si la collectivité qui m’employait n’était pas la pire, je vous laisse supposer ce qu’il pouvait en être dans d’autres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès