Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Pas d’homo à l’échafaud !

Pas d’homo à l’échafaud !

Quel que soit le degré de sympathie que l’on peut avoir pour la Gay pride ou le combat des gays, lesbiennes, bi et trans, il est évident que nul ne conteste en France qu’il est impossible que quelqu’un puisse être condamné en raison de ses préférences sexuelles.

C’est pourtant encore le cas dans de nombreux pays : Nigéria - Soudan - Yémen - Mauritanie - Émirats Arabes unis - Arabie saoudite - Afghanistan - Pakistan - Iran.

L’association « Ensemble contre la peine de mort  » qui regroupe près de 200 adhérents et de nombreux donateurs, dont des Barreaux (Paris, Rennes, Bordeaux, Marseille, Lille, Chambéry, Caen, Ordre des Barreaux belges francophones...), des collectivités locales (Rennes, région Basse-Normandie), des personnalités (Robert Badinter, Catherine Deneuve, Bianca Jagger, Corinne Lepage, Ari Vatanen, Nöel Mamère, Christiane Taubira...) participeront à la Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans pour dénoncer les pays dans lesquels l’homosexualité et autres minorités sexuelles sont encore aujourd’hui passibles de la peine capitale.

À l’occasion de cette campagne, deux clips audio :

Clip 1

Clip 2

libres de droit, ont spécialement été créés pour ECPM à destination des télés et radios.

Elle appelle les participants de la Marche et l’ensemble des citoyens à « affirmer leur solidarité et leur soutien aux homosexuels qui sont arrêtés, emprisonnés voire condamnés à mort et exécutés dans le monde ». Cette année ECPM veut dénoncer particulièrement l’Iran qui a exécuté plusieurs homosexuels durant l’année 2005.

Bien que la peine de mort s’éloigne de plus en plus des mœurs de l’Union européenne, il me semble indispensable, même sans être militant, de prendre conscience d’un état de fait intolérable.

Les actuels dirigeants de l’Union pourraient, en s’investissant dans ce combat, redonner un peu d’intérêt à une construction européenne en recherche de repères.

Le combat de « Ensemble contre la peine de mort » porte également sur la Journée mondiale contre la peine de mort qui est fixée cette année au 10 octobre.

Sources et dossiers de presse

Marche des fiertés
ECPM
World coalition

Documents joints à cet article

Pas d'homo à l'échafaud !

Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (80 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • Adolphos (---.---.59.170) 21 juin 2006 11:11

    Pourquoi imposer aux autres nos valeurs ? Vous aimeriez vous que des x débarquent pour vous expliquez que ce que vous faite c’est « Mal » ?? C’est complétement inutile d’aller énerver les gens et se les mettre à dos, d’autant plus que l’Europe en générale est en pleine déconfiture : nous ne sommes plus le centre du monde. Alors la colonisation, même mentale, c’est du passé.


    • Dani (---.---.47.6) 21 juin 2006 13:34

      Ces « valeurs » comme tu dis, à force de les tolérer chez les autres, finiront par débarquer chez nous.

      Si on ne fait rien il semble que dans l’histoire de l’humanité le mal finisse par l’emporter sur le bien.


    • Adolphos (---.---.59.170) 21 juin 2006 13:36

      « Ces »valeurs« comme tu dis, à force de les tolérer chez les autres, finiront par débarquer chez nous. »

      Mais, dans une société Multi-culturelle comme la notre, aucune des composantes culturel n’a vocation ou légitimité à imposer ses propres valeurs aux autres partenaire. La culture, c’est évidement la façon de penser, pas le couscous ou la limonade !


    • en passant (---.---.47.140) 21 juin 2006 13:56

      > « Pourquoi imposer aux autres nos valeurs ? »

      Dans les pays en question, c’est justement ce qui se passe, certains veulent imposer leur valeur (ici l’homophobie) à tous. Et donc, d’une, puisqu’ils se le permettent, pourquoi pas nous ? Et de deux, la seule valeur qu’on cherche à imposer en la circonstance, c’est justement de ne pas imposer ses valeurs aux autres (à l’exception de la valeur de respect et de tolérance bien sûr).


    • Dani (---.---.193.30) 21 juin 2006 13:57

      Vis tu en France ? Si oui, tu ne dois pas bien regarder autour de toi ; ces « valeurs » sont justement en train de chercher à s’imposer !


    • Gnole (---.---.192.187) 21 juin 2006 15:28

      Curieux comme dans l’article sur la hiérarchisation des arts vous dites exactement le contraire d’ici mon cher Adolphos... schyzophrénie ?


    • Jigmy Jigmy 21 juin 2006 15:30

      peut etre justement qu’on est encore trop traumatisé par le colonialisme qui a imposé ses valeurs aux autres, pour voir que les droits de l’homme sont des droits inaliénables, et que nous avons peut etre tort de ne pas nous permettre l’ingérence au nom les droits de l’homme ! A quand un tribunal des droits de l’homme qui puisse s’en prendre a tous, même ceux qui n’ont pas signés la convention ??

      je crois que l’avenir nous obligera à y penser...


    • Adolphos (---.---.59.170) 21 juin 2006 19:11

      « Curieux comme dans l’article sur la hiérarchisation des arts vous dites exactement le contraire d’ici mon cher Adolphos... schyzophrénie ? »

      Chuuut ! ;)


    • Adolphos (---.---.59.170) 21 juin 2006 19:12

      « Dans les pays en question, c’est justement ce qui se passe, certains veulent imposer leur valeur (ici l’homophobie) à tous. »

      Puisque c’est marqu" noir sur blanc dans l’Alcoran qui faut tuer les pd, c’est leur valeur, on y peut rien. Vous êtes vraiment ethnocentriste.


    • en passant (---.---.19.102) 21 juin 2006 20:02

      > « Puisque c’est marqu" noir sur blanc dans l’Alcoran qui faut tuer les pd, c’est leur valeur, on y peut rien. Vous êtes vraiment ethnocentriste. »

      Adolphos, vous le faites exprès là ? Vous croyez véritablement que dans un pays, une région, ou simplement une ville, tout le monde partage les mêmes valeurs ?

      Je persiste et signe, certains (qui sont homophobes) veulent imposer leur vue à d’autres vivant sur le même territoire. Même si une religion est d’état, ce n’est pas pour autant que tous ses habitants y adhérent (même s’ils n’ont pas le droit de le dire tout haut).


    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 26 juin 2006 08:13

      Là vous poussez le bouchon.

      Qui est anti-relativiste ceux qui font règner la terreur en interdisant par la violence et le meurtre (même légal) l’expression des libertés individuelles fondamentales ? Ou ceux qui manifestent leur solidarité aux victimes de l’absolutisme intégriste ? Qui est libéral, ceux qui sont solidaires des victimes de l’anti-libéralisme ? Ou ceux qui répriment les libertés individuelles ?

      Nul n’est libéral, s’il ne défend pas les libertés individuelles partout dans le monde, ici ou ailleurs ; Les homosexuels exigent-ils par la violence que tous le soient ? De quels droit les talibans poltiques ou religieux voudraient-ils exiger que tous soient hétéros ? Notre corps ne nous appartient-il pas ? N’est-ce pas là le fondement de tout libéralisme théorique ?

      De plus en plus nous ne formons qu’un seul monde (interdépendance économique et idéologique). Nos valeurs de libertés et d’égalité sont universelles ou ne sont pas ; il est donc impossible et contradictoire d’être relativiste au sens où l’on pourrait tolérer l’intolérance, car cette prétendue tolérance ne pourrait être que la tolérance aux boureaux et donc de l’intolérance à leurs victimes. Ainsi votre tolérance des intégristes absolutistes n’est que l’expression de votre complicité vis-à-vis de leur intolérable intolérance.

      On ne peut être comme vous le prétendez (à mon avis à tort, mais c’est une autre question) libéral en économie et anti-libéral en matière de droits de l’homme. La liberté ne se divise pas ; elle exige la solidarité àvis-à-vis de tous ceux qui sont victimes de l’intolérance partout dans le monde. Votre position relève donc de ce que les logiciens appellent une contradiction performative.

      Mais peut-être êtes vous un violent en politique, comme vous semblez l’être en économie. peut-être que votre libéralisme consiste-t-il à laisser les violents agir sans limites de droit ou protestations. En ce cas il n’ y a pas de débat possible entre nous et vous devez accepter la conséquence de votre position : si j’ai les moyens de vous interdire définitivement de parler et pour ce faire, si je vous tue, j’aurais, de votre point de vue, nécessairement raison .


    • le passant (---.---.142.130) 21 juin 2006 12:52

      On peut toujours espérer que nous ayons une influence positive sur ces états mais le fait est que comme partout beaucoup préfèrent détourner les yeux et ne pas voir cet archaïsme.

      Même en France certains sont des nostalgique de la peine de mort, c’est un réflexe si primitif qu’ils jugent être dans la normalité. Ce spectacle affligeant nous n’avons pas fini de le subir.

      Certains ont du mal à oublier leurs réflexes animaux et ont besoin de davantage de temps que d’autres c’est pourquoi moi aussi je crois qu’il est important de peser de tout notre poids sur ces nations afin qu’elles progressent vers l’humanisme et non la négation de la valeur humaine.


      • Adolphos (---.---.59.170) 21 juin 2006 13:24

        Bein, c’est trés bien la peine de mort, on n’a pas trouvé moeux pour éviter récidive et réinsertion.


      • Gnole (---.---.192.187) 21 juin 2006 15:30

        Effectivement... ça nous éviterai de te lire...


      • machinchose (---.---.129.40) 21 juin 2006 15:38

        Adolphos me fait terriblement penser à scipion qui se fait rare d’ailleurs. On lui avait démontré par a + b au dit scipion que ce genre de phrase adolphos est avant tout un ramassi de connerie. C’est un fait. Donc n’essaie pas de justifier tes désirs de vengeances et de lynchage par des arguments de pragmatisme.


      • pierrot (---.---.141.25) 21 juin 2006 17:05

        Pour Gnole.

        Je suppose que t’es pour la liberté d’opinion, pour la tolérance et conte l’absolutisme.

        Belle démonstration ! ...et en si peu de mots


      • Adolphos (---.---.59.170) 21 juin 2006 19:13

        « Donc n’essaie pas de justifier tes désirs de vengeances et de lynchage par des arguments de pragmatisme. »

        Tss, la justice, ce n’et qu’un service public, comme n’importe qu’elle autre, et donc ca doit suivre les désir du client, sinon, le client se débrouille tous seul.


      • jeanmarie13000 (---.---.25.49) 25 juin 2006 14:13

        Avec ce raisonnement on arrive à : couper la main du voleur puis le pied suivant la gravité....

        Ensuite on pourrait couper la main de l’enfant qui vole une image à un camarade dans la cour d’école ...

        Y a-t-il une limite pour pardonner le droit à l’erreur ???

        Par principe la peine de mort (même pour des crimes atroces) n’est pas du ressort de la justice mais de celui de la vengeance. Et la veangeance appelle la veangeance et ne s’assouvit jamais, tout comme la douleur qu’on n’efface jamais.


      • miaou (---.---.12.195) 21 juin 2006 12:52

        Il n’a aucune raison de ressentir de sympathie pour le militantisme homosexuel, insupportable de lobbyisme : envahissement médiatique (alors que notre société a bien d’autres problèmes à régler), carnaval navrant, irruption violente dans les églises (pourquoi ne vont-ils pas dans les mosquées ?).

        Il n’en est pas moins vrai que, si l’acceptation sociale de l’homosexualité (pourquoi pas la pédophilie, comme chez les anciens Grecs ?) n’a pas à être une valeur universelle, le combat contre la peine de mort doit le demeurer. Dans ce cadre-là, toute ma solidarité.


        • Alexandre Santos (---.---.4.10) 21 juin 2006 13:04

          « Il n’a aucune raison de ressentir de sympathie pour le militantisme homosexuel, insupportable de lobbyisme : envahissement médiatique »

          Euh, que proposez vous aux sympathisants de la cause gay à la place du lobbying et de l’occupation médiatique ? Il me semble que c’est ce que font tous les groupes qui ont des révendications, non ? (professeurs, vignerons).

          Mais si vous avez des alternatives efficaces, je suis intéressé.

          « alors que notre société a bien d’autres problèmes à régler »

          Encore l’argument de la priorité... Comme si on ne pouvait pas régler plusieurs problèmes en même temps. Comment établissez vous les priorités ? Est-ce que celui qui veut se marier, avoir des enfants, doit attendre dix, vingt ans qu’« il soit temps » de s’occuper de son problème ?

          Quels sont les problèmes qui doivent être résolus avant celui-ci ? Depuis combien de temps existent-ils ?

          Auriez vous le même genre de commentaires pour l’esclavage ?


        • miaou (---.---.12.195) 21 juin 2006 14:13

          "Euh, que proposez vous aux sympathisants de la cause gay à la place du lobbying et de l’occupation médiatique ? Il me semble que c’est ce que font tous les groupes qui ont des révendications, non ? (professeurs, vignerons). Mais si vous avez des alternatives efficaces, je suis intéressé."

          Je vous rassure, les autres me font également chier. Que les gays vivent leur vie et qu’ils arrêtent d’emmerder le monde. Si on les emmerdent (violences, insultes...), qu’ils saisissent la justice, comme tout un chacun. Mais la réciproque est également vraie...

          « Comment établissez vous les priorités ? »

          Les problèmes communautaristes loin , très loin derrière... Etant au chômage, comprenez que les problèmes existentiels de quelques bobos friqués me laissent passablement indifférents.

          « Quels sont les problèmes qui doivent être résolus avant celui-ci ? Depuis combien de temps existent-ils ? »

          il n’y a pas de problème : il est risible de voir les héritiers de la liberation sexuelle réclamer à cors et à cri le mariage.Quitte à réformer cette institution, pourquoi ne pas permettre la polygamie (argumentation tout à fait parallèle au mariage homosexuelle), puis abaisser l’âge du mariage à 12 ans, voire moins (comme dans certains pays ?) Quant à l’adoption d’enfants, plusieurs points :

          * rien ne vous interdit d’en faire (c’est assez courant chez les lesbiennes, débrouillez-vous)

          * il y a pénurie d’enfants à adopter dans nos pays ; je ne vois pas pourquoi les couples hétérosexuels devraient céder la place. (en cas d’excédent suite à des catastrophes, la situation serait différente et on avisera)

          « Auriez vous le même genre de commentaires pour l’esclavage ? »

          Comparaison ignoble, droit dans la récente tradition victimaire et misérabiliste.


        • Salami & Loukoum (---.---.148.171) 21 juin 2006 14:38

          Quel est le rapport avec le fil ? Il ne s’agit ni d’un article sur la gay pride, ni d’un article sur la peine de mort mais d’un article sur la mise à mort des homosexuels dans les pays islamiques.


        • en passant (---.---.19.102) 21 juin 2006 14:58

          > « Les problèmes communautaristes loin , très loin derrière... Etant au chômage, comprenez que les problèmes existentiels de quelques bobos friqués me laissent passablement indifférents. »

          Ben voyons, c’est bien connu, les riches s’ennuient tellement que pour varier le quotidien ils vont voir du côté des personnes de même sexe... Soyons sérieux, l’orientation sexuelle ne relève pas d’un choix conscient (et probablement pas d’un choix tout court), aucun autre trait de caractère ou de goût ne permet d’identifer a priori un-e homosexuel-le. Vous critiquez le communautarisme (et vous avez bien raison !), mais avec cet amalgame et préjugé plus que douteux, vous êtes en plein dedans !

          > « il n’y a pas de problème : il est risible de voir les héritiers de la liberation sexuelle réclamer à cors et à cri le mariage »

          De plus en plus fort, maintenant on est obligé de penser comme ses parents... Arrêtez de penser pour les homosexuel-le-s, ils peuvent le faire tou-te-s seul-e-s comme des grand-e-s. Ceci étant dit, l’ensemble de votre discours m’amène à interpréter votre phrase plus avant : vous ne seriez quand même pas en train d’insinuer que tous les homosexuel-le-s batifolent à tout va, et que l’homosexualité exclut la fidélité ??

          > « rien ne vous interdit d’en faire (c’est assez courant chez les lesbiennes, débrouillez-vous) »

          Et si la mère biologique meurt, c’est les parents de celles-ci qui récupèrent la petite et lui interdisent de voir celle qui était pourtant son véritable deuxième parent... bonjour les dégâts psychologique pour la fille (et la mère restante !). Pourquoi la loi accorde des protections parents-enfants pour les uns et pas pour les autres ?

          > « il y a pénurie d’enfants à adopter dans nos pays ; je ne vois pas pourquoi les couples hétérosexuels devraient céder la place. »

          Tout comme je ne vois pas pourquoi les couples de même sexe devrait céder leur place...

          > « Que les gays vivent leur vie et qu’ils arrêtent d’emmerder le monde. »

          Bien d’accord, mais, alors qu’ils ont tout autant de devoirs qu’un autre, ils ont moins de droits : vous leur demander de vivre leur vie en leur donnant moins de moyen que vous en avez, un peu facile non ?


        • miaou (---.---.169.71) 21 juin 2006 16:48

          « bonjour les dégâts psychologique pour la fille » c’est marrant que vous me sortez comme argument les dégâts psychologiques ches les enfants d’homosexuels.... Vous n’avez qu’à militer contre l’IVG (vous n’êtes plus obligés de penser comme vos parents), comme ça, vous en aurez suffisamment à adopter

          « Tout comme je ne vois pas pourquoi les couples de même sexe devrait céder leur place » La chansonnette sur le droit à l’enfant et le désir d’enfant, vous connaissez, je pense. bientôt, pour respecter la « parité », la moitié des enfants adoptables seront réservés aux homosexuels. Au passage, vous ne m’avez pas répondu sur la polygamie.

          Encore une fois, vos problèmes virtuels (et si.ceci, et si cela..) , on s’en fout, à peu près autant que vous vous en foutez des miens. Se mobiliser en faveur de condamnés à une mort, c’est une chose ; forcer, par ce biais, l’adhésion à un militantisme homosexuel, c’en est une autre.


        • (---.---.141.25) 21 juin 2006 17:07

          Pour A. Santos

          Comment établissez vous les priorités ?

          L’ordre naturel pour commencer. Et y’a du boulot à tous les niveaux.


        • en passant (---.---.19.102) 21 juin 2006 19:39

          @miaou > « Se mobiliser en faveur de condamnés à une mort, c’est une chose ; forcer, par ce biais, l’adhésion à un militantisme homosexuel, c’en est une autre. »

          J’ai bien relu l’article, nul part il ne parle, ne serait-ce de manière même indirect, à adhérer à un militantisme homosexuel (à l’époque de la lutte pour les mariages inter-raciaux aux États-Unis, vous auriez plutôt été du genre à parler de militantisme noir, je me trompe ?), c’est au contraire vous qui avez commencé à parler de ça dans le post démarrant ce fil de discussion (« Il n’a aucune raison de ressentir de sympathie pour le militantisme homosexuel »).

          > « c’est marrant que vous me sortez comme argument les dégâts psychologiques ches les enfants d’homosexuels.... »

          Et peut-on savoir ce qui vous amuse tant ?

          > « Vous n’avez qu’à militer contre l’IVG (vous n’êtes plus obligés de penser comme vos parents), comme ça, vous en aurez suffisamment à adopter »

          « vous en aurez »... car évidemment, pour vous, il faut être homosexuel soi-même pour défendre l’égalité de droit hétéro/homo ? Désolé de vous décevoir, mais on peut être très sensible à ce problème et un être un hétéro parfaitement épanoui.

          > « La chansonnette sur le droit à l’enfant et le désir d’enfant, vous connaissez, je pense. »

          Dans la mesure où la réalité et les études sérieuses (on oublie les études sur 10 cas financées par les évangéliques, merci d’avance) ont montré que des parents de même sexe ne sont ni meilleurs, ni moins bons, que des parents de sexes différents, et que la seule différence qui pèse sur l’épanouissement de l’enfant, c’est l’homophobie ambiante (1), et bien oui, je trouve que ce désir d’enfant n’est pas plus mal placé que celui d’un couple hétéro.

          (1) Mais si on se servait de ça comme argument contre, alors on peut tout de suite interdire de nombreuses catégories de personnes à avoir des enfants de peur des moqueries dans la cours de récréation

          > « Au passage, vous ne m’avez pas répondu sur la polygamie »

          Déjà, je vous dirais qu’« au passage », vous ne répondez rien quant je vous critique sur le fait de sous-entendre que homosexuel=riche, et quand je vous soupçonne (de plus en plus à juste titre) de vouloir rendre antinomique fidélité et homosexualité.

          Quant à la polygamie, il suffit de l’envisager pour voir à quel point elle pose des problèmes et soulève des contre-arguments dont ne souffre pas le mariage sexuellement neutre.

          Ainsi, le principe d’égalité obligerait à ce que tout le monde (hommes et femmes) ait le droit de se marier à plusieurs personnes... On imagine A marié avec B, C et D, mais D serait marié (en plus de A) avec C (encore !) et E, etc...

          Or, le mariage civil, même si tout à chacun lui associe des valeurs (différentes d’une personne à une autre, et y compris entre les deux conjoints d’un mariage), est un contrat où l’état donne des droits (pour protéger le couple) en l’échange de devoir (l’état ne gagne à protéger le couple que s’il n’est pas de pacotille).

          Or, si dans le mariage à deux les devoirs vont envers l’autre conjoint uniquement, au contraire dans l’optique d’un mariage polygame chacun aurait des devoirs envers plusieurs personnes, impliquant des conflits entre ces différents devoirs. À chaque nouveau mariage, l’ensemble des droits et devoirs entre toutes les personnes concernées de manière directe ou indirecte devraient donc être renégociés... (et ne parlons même des responsabilités envers les gamins...)

          Il apparaît alors clairement que le mariage ne peut passer le cap d’une telle généralisation, car comment attribuer droits et devoirs dans un « tel bordel » (je sais, elle était facile celle-là ;)).


        • miaou (---.---.10.148) 21 juin 2006 21:31

          « J’ai bien relu l’article, nul part il ne parle, ne serait-ce de manière même indirect, à adhérer à un militantisme homosexuel » Il est bien évident que je faisais référencen non pas à l’article, mais à vos propres réactions ...

          « Et peut-on savoir ce qui vous amuse tant ? » (dégât psychologique) puisqu’il faut mettre les poins sur les i, le fait qu’un « militant de la cause homosexuelle » (c’est bien écrit comme ça, ou faut-il encore une tartine de poliquement correcte ?) reprenne l’argument des dégâts psychologiques des enfants, tarte à la crème depuis toujours de leurs opposants

          « il faut être homosexuel soi-même pour défendre l’égalité de droit hétéro/homo ?... » Oh que non ; encore une fois, c’est le militantisme homosexuel (comme toute expression exacercerbée de communatarisme) que je pourfends, pas l’homosexualité.ça me fait penser à ses fils de la grande bourgeoisie qui viraient gauchistes pour emmerder « papa-maman ». D’autre part, trouvez autre chose que vos fines distinctions sémantiques sur le « vous », on s’en fout un peu ce que vous êtes.

          « Dans la mesure où la réalité et les études sérieuses... » manque de recul, échantillonnage statistique insuffisant ; de plus, ces personnes d’une part auront été soigneusement sélectionnées, et d’autre part elles se savent surveillées... si dans ses conditions elles ne font pas mieux, c’est déjà grave.

          « Déjà, je vous dirais qu’« au passage », vous ne répondez rien quant je vous critique sur le fait de sous-entendre que homosexuel=riche » je ne fais aucun ’amalgamme homosexuel=riche, j’établissais un rapport avec le militantisme homosexuel.

          « Quant à la polygamie, il suffit de l’envisager pour voir à quel point elle pose des problèmes et soulève des contre-arguments dont ne souffre pas le mariage sexuellement neutre »

          La polygamie, comme le truc-muche homosexuel, constituent un coup de canif dans la conception du mariage monogamique classique. Trouvez déjà un autre nom (PACS, c’était très bien) Le mariage « sexuellement neutre » (encore du politiquement correct, beurk) souffre de la non-complémentarité de ses partenaires (qui est le mari, qui est la femme ?), de leur non-fertilité (ressortez-moi donc l’argument massue de papy-mamy qui se marient, vous en crevez d’envie...). Un mariage homosexuel incestueux sera-t-il possible (après-tout, pas de risque au niveau de la descendance) . De plus, le principe d’égalité que vous mettez en avant discrédite tout autant le mariage hétérosexuel classique (peut-être est-ce là où vous voulez en venir ?)

          De toute façon, le mariage n’est pas interdit à un homosexuel, pour peu qu’il épouse...une personne de sexe opposé ?Je vais finir par militer pour donner aux prêtres (et autres...) le droit de marier sans passer par la case mairie ; ça au moins, il s’agit d une vraie liberté. L’amour, la fidélité...peuvent se vivrent en-dehors du mariage. Un peu de discrétion et de retenue. Et le droit à l’indifférence, vous connaissez ?


        • en passant (---.---.19.102) 21 juin 2006 22:21

          @miaou

          > « Il est bien évident que je faisais référencen non pas à l’article, mais à vos propres réactions ... »

          Je vous ai cité en prouvant ainsi que c’est vous qui aviez commencé sur le militantisme homosexuel, et vous faites fi et continuez comme si je ne l’avais pas écrit et que vous n’aviez pas été démasqué !

          > « D’autre part, trouvez autre chose que vos fines distinctions sémantiques sur le « vous », on s’en fout un peu ce que vous êtes. »

          C’est à l’aune de l’ensemble de votre prose qu’il m’a apparu évident que ce « vous » n’était pas une faiblesse d’expression de votre part. Ceci étant dit, effectivement ça n’est pas très important... pour moi, je l’ai mis parce que je crois que par contre ça en a beaucoup pour vous (malgré ce que vous dites là).

          > « manque de recul, échantillonnage statistique insuffisant ; de plus, ces personnes d’une part auront été soigneusement sélectionnées, et d’autre part elles se savent surveillées... si dans ses conditions elles ne font pas mieux, c’est déjà grave. »

          C’est sûr que le million de gamins élevés par des couples de même sexe au É.-U., ça ne permet pas de faire un échantillonnage statistique suffisant... Quant à être surveillé, mais n’importe-quoi, c’est pas compliqué de voir ce que les gamins deviennent à l’âge adulte, de leur faire passer des entretiens, pas besoin d’être sur leur dos en permanence ! Et puis vous oubliez un détail, même s’il y a surveillance, vous pensez bien que la comparaison se fait avec des couples hétéros avec enfant qui « subissent » les mêmes éléments d’étude, et donc l’influence d’une telle surveillance pèse sur tous.

          > « je ne fais aucun ’amalgamme homosexuel=riche, j’établissais un rapport avec le militantisme homosexuel »

          J’ai été relire la phrase de départ... je dois donc comprendre qu’à votre idée il n’y a que les homosexuels riches qui se battent pour l’égalité des droits, vous pouvez développer ?

          > « Trouvez déjà un autre nom (PACS, c’était très bien) »

          Ce n’est pas de ma faute si c’est le même nom que l’union religieuse. S’il n’y avait pas de mariage civil, mais une union civile uniquement... mais là ça s’appelle mariage, il n’y a pas de raison que ça soit un autre nom alors que ça implique les mêmes droits et et les mêmes devoirs.

          > « Un mariage homosexuel incestueux sera-t-il possible (après-tout, pas de risque au niveau de la descendance) »

          Vous allez tous nous les faire, alors après la polygamie, l’inceste... je vais la faire courte, l’inceste implique de sérieux problèmes d’ordre psychologique : les parents ont un lien tel avec leurs enfants qu’y ajouter un lien amoureux est très destructeur psychologiquement. Pour que l’enfant grandisse affectivement et devienne véritablement adulte, il faut qu’à un moment il s’éloigne de ses parents, c’est impossible s’il y a un lien amoureux de cet ordre là (je ne parle plus de l’amour filiale classique évidemment).

          Bref, l’interdit de l’inceste repose sur une contre-argumentation rationnelle spécifique, et ouvrir le mariages aux gai-e-s n’implique nullement (mais quelle idée !) de faire sauter cette interdiction.

          > « De plus, le principe d’égalité que vous mettez en avant discrédite tout autant le mariage hétérosexuel classique (peut-être est-ce là où vous voulez en venir ?) »

          Expliquez-vous.

          > « De toute façon, le mariage n’est pas interdit à un homosexuel, pour peu qu’il épouse...une personne de sexe opposé ? »

          Effectivement, l’égalité formelle est respectée, mais l’égalité formelle a pour visée de tendre vers l’égalité de liberté. Or, actuellement les hétéros ont la liberté d’épouser la personne qu’ils aiment, pas les homos.

          > « Et le droit à l’indifférence, vous connaissez ? »

          Plutôt oui, on pourrait commencer par l’indifférence vis-à-vis des sexes des deux personnes qui veulent se marier ? :) (sinon, en fait, je ne comprends pas du tout pourquoi vous parlez de ça d’un seul coup)


        • Alexandre Santos (---.---.4.10) 21 juin 2006 12:59

          Vous confondez deux choses :

          - imposer son point de vue aux autres

          - sensibiliser les autres

          Il est vrai que chaque état a souveraineté à voter ses lois de façon autonome (mais avec des limites, les génocides ne peuvent être légitimés par les lois locales).

          Par contre rien ne nous empêche de faire bouger les opinions de ces pays. Après tout, il y a quelques années/siécles, les pays européens avaient aussi des lois attentatoires aux droits de l’homme, et pourtant on a réussi à changer ça.

          Je suis donc d’accord que l’on ne peut abolir la peine de mort en bombardant les pays concernés, mais cela ne nous empêche pas de se mobiliser pour ce qui se passe dans ces pays.

          Lorsque les EUA étaient esclavagistes, les femmes anglaises faisaient des boycots au coton du Sud. N’avaient elles pas le droit de protester contre l’esclavage ?


          • Alexandre Santos (---.---.4.10) 21 juin 2006 13:00

            NB:Je m’adressais à Adolphos


          • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 21 juin 2006 14:20

            Je souhaite rapeller aux auteurs de certains commentaires que mon article met en avant la peine de mort appliquée à des gens qui n’ont commis aucun crime ni délit.


            • en passant (---.---.19.102) 21 juin 2006 15:01

              un sympathique rappel, mais je crois que vu la nature du sujet, on ne peut empêcher les passions de s’envoler, et dans la foulée de ne pas répondre à ces commentaires plus que limite même si en lui-même ils étaient déjà hors sujet... Mais l’article est très bien :)


            • pierrot (---.---.141.25) 21 juin 2006 15:02

              Je souhaite rapeller aux auteurs de certains commentaires que mon article met en avant la peine de mort appliquée à des gens qui n’ont commis aucun crime ni délit.

              Entièrement d’accord, mais cependant une distinction, et de taille : chez nous ce ne sont ni crime ni délit. Chez eux ce n’est pas le cas et cela nous choque. Nous nous prétendons civilisés mais lorsque lôn voit le théâtre du monde civilisé, manifestement c’est pas la joie, et à bien des égards ils le sont plus que nous dans d’autre domaine.

              Qu’on balaie devant notre porte il y’a bien à faire. Le reste ne me concerne pas car c’est juste affaire de se donner bonne conscience.


            • Les « gays » & « Röhm-Putsch » (---.---.41.253) 21 juin 2006 15:14

              Il me semble que beaucoup de personnes sous-estiment les consequences des « gays »[SIDA depuis Max Gallo] involves comme soldats dans un[e] guerre avec des blessures graves. Exemple : Fricke & Hitler ont nettoye la SA[7 millions hommes] des gens d’une orientation « gay ».

              L’armee a le principe « don’t ask » & « don’t tell ». Moi, je souligne, que des gens « gay » n’ont pas une place dans l’armee. Vous avez bien compris ? Ca n’implique alors pas la peine de mort pour les « gays » comme automatisme. Concernant Ma rigueur de Votre rapelle : « Je souhaite rapeller aux auteurs de certains commentaires que mon article met en avant la peine de mort » comparez s.v.p. SA « (( appliquée à des gens qui n’ont commis aucun crime ni délit )) »(Monsieur Bennard, agoravox France, 21.6.2006).


            • Jean Claude BENARD (---.---.92.11) 21 juin 2006 15:33

              Merci de préciser votre pensée


            • Gnole (---.---.192.187) 21 juin 2006 15:33

              C’est moi ou le commentaire ci-dessus n’as aucune syntaxe... j’ai rien compris


            • en passant (---.---.19.102) 21 juin 2006 15:46

              @Gnole : ce que j’en comprends (mais je peux me tromper tellement c’est difficilement déchiffrable), c’est que sieur « Les « gays » & « Röhm-Putsch » » s’imagine qu’être gai, c’est avoir le sida, et qu’être hétéro, c’est échapper à cette maladie. Et qu’en conséquence de quoi il ne veut pas des homos dans l’armée... bref, un beau tissu de c_______.


            • claude (---.---.143.156) 21 juin 2006 17:21

              le débat est faussé dès le départ car, comme le souligne pierrot, vous basez votre article sur la législation française où depuis 1982 l’homosexualité est dépénalisée.

              Mais il est totalement impossible d’envisager « imposer » notre législation aux pays énumérés dans votre article,

              alors question « que faire après la manif du 10 octobre ?  »

              question subsidiaire : pourquoi, malgré près d’un quart de siècle de dépénalisation l’homosexualité continue tant à provoquer dégoût, rejet ? quelles en sont les raisons ?


            • en passant (---.---.19.102) 21 juin 2006 18:51

              Claude a dit « pourquoi, malgré près d’un quart de siècle de dépénalisation l’homosexualité continue tant à provoquer dégoût, rejet ? quelles en sont les raisons ? »

              Il m’apparaît plutôt normal qu’un quart de siècle de dépénalisation ne peut peut pas faire oublier des siècles et des siècles de condamnation par l’église dominante...


            • (---.---.141.25) 21 juin 2006 19:08

              il m’apparaît plutôt normal qu’un quart de siècle de dépénalisation ne peut peut pas faire oublier des siècles et des siècles de condamnation par l’église dominante

              Pures conneries

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès