Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Passons de la T.V.Ajoutée à la T.V.Détruite

Passons de la T.V.Ajoutée à la T.V.Détruite

Aujourd’hui la Taxe sur la Valeur Ajoutée pénalise ceux qui créent de la valeur.

Je propose que l’on remplace la Taxe sur la Valeur Ajoutée par une Taxe sur la Valeur Détruite.

Par exemple à chaque fois que l’on détruit un litre d’essence, on paye une taxe, de même quand on détruit des emplois, des forêts, des associations, des personnes etc.

Cela permettra de motiver tous les acteurs de la démocratie à augmenter leur contribution à la création de valeurs et diminuer leur contribution à la destruction de valeurs.

De même cela mettra le financement des services mutualisés à la charge de ceux qui détruisent des valeurs au lieu de les mettre à la charge de ceux qui les construisent.

Qu’en pensez-vous ?


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Emmanuel Delannoy (---.---.172.139) 3 juin 2005 09:48

    Bravo pour cette excellente idée ! Elle a en plus le mérite d’être simplement applicable. Voici peut être la trame d’une future directive européenne, à préparer d’urgence, pour rapprocher l’Europe de ces citoyens. Puissiez vous être entendus par nos élites !


    • Olivier (---.---.148.29) 3 juin 2005 11:08

      Je trouve ça génial !


    • Jean-Yves (---.---.142.233) 3 juin 2005 13:02

      Une excellente idée à faire circuler : Avis à ceux qui gèrent des newsletter ! Pourquoi ne pas en parler aussi aux organisations sociales (genre ATTAC) ou environnementales (genre Greenpeace) ...


      • isabelle (---.---.40.70) 3 juin 2005 19:18

        Génial. On peut aussi faire une taxation proportionnelle aux GES émis par produits, ou préférentielle s’il y a plus value sociale (ex : comm equitable) ou environnementale (bois FSC... agriculture bio...). De plus ce sont souvent des activités plus génératrices d’emplois. Et la taxe GES permettrait de favoriser les PME locale (moins de transport, moins de taxes), qui sont aussi plus pourvoyeuses d’emploi par unité de chiffre d’affaire....


        • écoco (---.---.216.132) 12 juin 2005 17:13

          « Qu’en pensez vous ? » C’est une belle idée, du moins tant qu’on ne l’analyse pas dans le détail. Je m’explique : un impôt est composé d’une assiette (le revenu pour l’IR par exemple) et d’un taux. Les recettes totales sont le produit de cette assiette et de ce taux. Or l’assiette de la TVA, c’est-à-dire plus ou moins la consommation finale, a l’avantage d’être gigantesque (et stable, ce qu’il ne lui enlève rien). Ce qui permet de financer les dépenses de l’Etat (qui me semble pour la plupart nécessaires, voire parfois insuffisantes) avec des taux relativement faibles (de 10 à 30% pour le taux normal selon les pays).

          J’en viens au point principal : l’assiette proposée (destruction de forêts, d’hydrocarbures, d’emploi...) est très faible. Les taux appliqués devraient être donc tout à fait irréalistes pour compenser la perte de recettes consécutive à la perte de la TVA (à moins de vouloir beaucoup mais alors beaucoup moins d’Etat).

          Dernière chose : des spécialistes et non spécialistes ont déjà envisagé à de nombreuses reprises de taxer en fonction des destructions (concept d’ailleurs bien relatif : on détruit bien souvent pour créer autre chose, pas seulement en pure perte : dès lors, qu’est ce qu’une destruction juste ? Jusqu’à quel point la taxer ? on ne peut bien sûr pas empêcher toute destruction, au risque de bloquer le processus de création).

          La TIPP a été en partie instaurée pour cela (l’autre motivation étant de réduire l’engorgement des routes). Et combien d’entres vous sont favorables à son augmentation ?

          De nombreux économistes (Tirole notamment) préconisent aussi actuellement d’instaurer une taxe au licenciement, fonction du coût moyen d’un chômeur pour l’ASSEDIC (en échange de l’arrêt des contrôles judiciaires sur le licenciement).

          Bref, ni ATTAC, ni Greenpeace n’ont attendu cet article pour proposer des taxations fonctions des destructions environnementales (et Kyoto qui taxe la destruction présumée du climat).

          Pour finir, les bonnes vieilles recettes sont souvent les meilleures : réduisons la TVA contre une augmentation du montant et de la progressivité de l’IR.


          • (---.---.109.26) 12 juin 2005 23:31

            Cher écoco,

            1)Le passage de la TVA à la TVD devra être progressif et pourra être fait à recette totale constante. 2)La liste des destructions est grande aussi bien que tous les citoyens qui en font ou en profitent, donc l’assiette est aussi gigantesque que pour la TVA. 3)La TVD n’empêche pas les destructions, elle internalisent leur cout dans les prix. 4)Nombreux sont les personnes favorables à l’augmentation de la TIPP en échange de la baisse de TVA sur les produits de prémière nécessité, en particulier tous ceux qui ne gagnent pas assez d’argent pour acheter une voiture. 5) Je soutient la proposition de Tirole, ma proposition 12 pour 11 est complémentaire. 6)La baisse de TVA compensé par l’augmentation de l’IR ne diminuera ni le chomage, ni la polution, ni les maladies psychologiques provoquées par le chomage, ni les maladies physiologiques provoquées par la polution.

            Que proposez-vous de mieux que cette mesure ? Merci d’avance de votre réponse. Fraternellement Christian GEOFFRAY


            • Michel Barria (---.---.25.118) 14 juin 2005 09:24

              Bonjour a toutes et a tous,

              je lis pleins d’articles passionnant, dans lesquels beaucoup d’idees sont suggerees afin d’ameliorer l’emploi, le dynamisme economique,... bref le niveau de vie du plus grand nombre de personnes.

              Mais toujours, ces idees prennet la forme d’une nouvelle reglementation. Les reglements sont fait pour etre contournés !

              Augmentons au maximum les libertés, simplifions les regles, mais soyons hyper strictes sur le non respect de ces regles et sur l’application immédiate de peines lourdes (financieres, etc...).

              Un exemple très simple : La protection de l’emploi. Les CDD et CDI sont en théorie censés protéger les salariés. Mais ils sont en permanence baffoués ! Je l’ai vécu comme beaucoup d’entre vous certainement : CDD déchirés, reconduits avec une pseudo nouvelle mission, ou avec une proposition de mission intenable (mutation du jour au lendemain a l’autre bout de la France). Bref, les entreprises sont en général bien mieux au fait des méthodes qui permettent de contourner les règles. En tous cas beaucoup plus que les salariés eux-memes. (Anecdote : un employeur a refusé de me verser la prime de précarité due apres un CDD. Il m’en a couté 4.000F d’avocat pour récupérer les 4.000F de la prime, au bout de 2 ans ! Autant dire que les prud’hommes, « achetés » par l’employeur, penchaient en sa faveur).

              Pire : la majeure partie des grosses entreprises ont abusivement recours a de la sous-traitance, ce qui permet par exemple de partager les bénéfices entre moins de personnes, de licensier facilement en faisant porter les risques sur la sous-traitance,... QUELLE HYPOCRISIE GENERALE ! En France, nous montrons du doigt le libéralisme anglo-saxon, alors qu’en meme temps nous pratiquons l’HYPER-LIBERALISME de facon déguisée !

              Alors, pourquoi ne pas etre beaucoup pus souples sur l’embauche, comme sur la debauche, laissant bien plus de libertés aux entreprises d’ajuster leurs effectifs. Mais durcir les réglementations (et leur application) a un tel point qu’une entreprise y refléchira a 2 fois avant de licensier au moindre creux de charge, tant les pénalités seront lourdes s’il s’avère que ces licensiements ont été abusifs. Cela va de soi, l’application des peines doit etre ultra-rapide dans ce cas, donc je parle aussi de réformer le système pénal.

              De toutes facons, c’est la refonte complète de nos institutions qui est à faire si l’on veut que le dynamisme écologico-économique (je ne parle pas d’expansion ou de pollution a tout prix) profite au plus grand nombre de manière équitable.


              • Riovas (---.---.208.31) 7 juillet 2005 02:57

                Et ça donne quoi concrètement ? On prélève la taxe ou ? Si on la prélève à l’achat du produit je ne vois pas la différence avec la TVA. Si on la prélève au moment de la destruction on fais comment pour vérifier que le produit est détruit ? Un exemple : l’essence. On achète généralement de l’essence pour le consommer (le détruire pour reprendre le terme utiliser dans l’article mois je dirais simplement l’utiliser mais bon) pas pour le conserver. Donc soit on prélève l’argent à la pompe (ce qui ne change rien a ce qui se passe aujourd’hui) soit on vérifie que l’essence est bien consommé ce qui revient aux même mais coûte plus cher en contrôle (sans compter tout les autres effets néfaste du contrôle). A moins que vous ne vouliez parler d’une sorte de taxe écologique ou sociale mais dans ce cas là ça n’a rien d’original. Si il s’agit de taxer la consommation plutôt que la production, on peut dire qu’au final c’est équivalent (après tout dépend bien sur du mode de taxation mais toute chose étant égale par ailleurs c’est équivalent).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès