Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Patriotisme et civisme artistique : à propos d’un tableau de (...)

Patriotisme et civisme artistique : à propos d’un tableau de Poussin

« La fuite en Egypte », un tableau peint par Nicolas Poussin vers la fin de sa vie, en 1657, pour un admirateur et ami lyonnais, Cerisier, tableau interdit d’exportation par le ministère de la Culture en août 2004, risque de partir aux Etats-Unis si les fonds nécessaires (10 millions d’euros) ne sont pas réunis d’ici au 11 février, pour son acquisition par le Musée des beaux-arts de Lyon.

J’ai appris cette nouvelle ce dimanche 4 février au Journal de 13 heures sur France 2 qui a donné la parole à Sylvie ramond, directeur du Musée des beaux-arts de Lyon. Que France 2 en soit remerciée ! L’échéance, le 11 février, est proche ! La mobilisation, urgente ! mais qui s’en soucie ? Je me souviens qu’il y a quelques années l’acquisition d’un tableau de Georges de La Tour avait fait l’objet d’une souscription nationale qui avait permis sa conservation au Louvre. Le patriotisme artistique aurait-il depuis disparu ?

En tout cas je n’ai pas trouvé trace de ce dossier sur le site du ministère de la Culture, ni sur l’agenda du ministre ! En ces temps de post-modernité galopante, Poussin, le peintre du classicisme par excellence, ne semble pas être une priorité pour le ministre qui a en revanche, prévu d’asssister au concert de Johnny Hallyday demain à Tours ! Tous deux ne sont-ils pas supporters du candidat UMP à l’élection présidentielle ? Mais n’épiloguons pas sur ces turpitudes... Bien que le sujet du tableau concerne la Sainte Famille je n’ ai pas trouvé non plus la nouvelle sur le site de l’Eglise catholique...

Mieux vaut revenir au sujet de cet article civique et citer ce qu’a écrit Jacques Thuillier à propos du tableau de Poussin (que l’on pourra voir sur le site de la Tribune de l’art) : "La Fuite en Egypte retourne à la composition en bas-relief que Poussin avait affectionnée au temps du Vénus et Enée de Rouen, mais cette fois en plaçant l’axe de l’action au centre même du tableau, figeant du même coup toute la véhémence du mouvement. De là, une monumentalité nouvelle, tandis que la solitude des personnages leur restitue toute leur gravité. Ils ne sont plus l’incarnation d’une "passion", ils tiennent leur sens de leur seule présence. Leurs gestes se calment, leurs silhouettes s’immobilisent, alourdies par des voiles épais, leurs visages sont cachés ou deviennent des masques impassibles : ils s’expriment désormais par le poids tragique des statues."

Pour terminer sur une note de subjectivité , je me souviens de quelques tableaux de Nicolas Poussin : Diogène jetant son écuelle, qui est au Louvre, et surtout Vénus pleurant Adonis qui est au Musée des beaux-arts de Caen : le mystère pour moi de ce dernier tableau avec ces deux pigeons posés à proximité de la scène, comme une note de musique silencieuse, "muta eloquentia" dirait Marc Fumaroli, une note apaisante posée sur la scène tragique dépeinte, le Poussin stoïcien que l’Eglise a sans doute des difficultés à reconnaître... le Poussin que la "France d’après" a oublié !


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • (---.---.105.23) 5 février 2007 13:16

    C’est bien triste, mais la France à des dettes, or comme la France est riche, on vend.


    • clairette (---.---.30.73) 5 février 2007 17:25

      @ px......23 :

      Une petite précision : on ne peut pas vendre ce tableau, qui ne nous appartient pas, avant de l’avoir acheté ! Et c’est pour l’acheter qu’il faut 10 millions d’euros !


    • clairette (---.---.30.73) 5 février 2007 17:27

      @ l’auteur :

      comme vous, j’ai appris la nouvelle hier sur France Inter. Savez-vous qui vend ce tableau et comment le prix en a été fixé ?


      • Emin Bernar Paşa Paşa 5 février 2007 17:43

        consultez le site www.latribunedelart.com : les brèves du 4/2


      • hommelibre (---.---.36.35) 5 février 2007 20:35

        Je me suis renseigné. Le Louvre à lui tout seul possède déjà 39 tableaux de Nicolas Poussin, sans compter ceux qui se trouvent dans d’autres musées français. Ne pourrait-il pas en prêter un au Musée de Lyon ? Est il vraiment nécessaire, alors que le pays est complètement endetté de vouloir absolument acheter un Poussin de plus ?


        • orsi (---.---.9.187) 5 février 2007 21:31

          Débat inintelligent sur le prix,tous les états,riche ou pauvre,font ce qu’ils peuvent pour garder leur patrimoine. Le vrai problème aujourd’hui n’est pas tant ce Poussin (avec ici un bel exemple de décentralisation) que la délocalisation prévue par l’Etat des œuvres du Louvre et des autres musées parisiens et provinciaux pour les louer pour plusieurs années à Atlanta ou à Abu Dhabi et autres pays riches dans le but de vendre des armes ou de toucher des commissions des entreprises de BTP ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès