Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Piquets de grève des salariés sans-papiers : pas de trêve estivale

Piquets de grève des salariés sans-papiers : pas de trêve estivale

Ils ont pris des risques dictés par la nécessité. Ils n’éprouvent pas de honte : ils ont fait leurs preuves. Ils veulent simplement sortir de l’ombre, obtenir une carte de séjour régulière et retrouver leur véritable identité.

Ils travaillent depuis trois, cinq ou dix ans souvent dans la même entreprise. Intérimaires, en CDD ou en CDI.
Ils sont chargés de famille ou célibataires.
Chaque mois, ils touchent leur salaire, paient leur loyer, paient leurs impôts et charges sociales (chômage, Sécurité sociale, mutuelle).
Une partie de leur salaire assure la survie d’une large famille dans leur pays d’origine, c’est ce qui les a poussés vers la France.
Ils sont venus pour travailler. Ils sont courageux (à des postes difficiles), travailleurs. Ils se lèvent tôt.
Les entreprises françaises ont besoin d’eux comme en témoignent les nécessités complices à leur endroit.

Ils sont des milliers en France et pas tous employés par des entrepreneurs voyous, loin s’en faut.

Ceux dont il est question ici travaillent dans des entreprises telles que : Véolia à Wissous, Millénium à Igny, Samsic à Massy, Stern à Verrières-le-Buisson, BBF à Ormoy, Urbaine des Travaux à Viry-Châtillon...

Ils sont soutenus par la CGT et Droits devant, selon les lieux, par la Ligue des droits de l’homme, le Secours populaire, Peuples solidaires, Réseau éducation sans frontières, Attac... par des avocats et des médecins... avec plus ou moins de bonheur par les Conseils municipaux concernés qui bien souvent assurent une partie de leur restauration, par les partis politiques : PC, PS, Verts, LCR...

Partout s’organisent des solidarités autour des piquets de grève des salariés sans-papiers qui ont décidé de devenir visibles.

Ce qui suit est une petite chronique pour un monde plus juste et plus généreux extraite de messages échangés au sein d’une liste de diffusion de la Maison du monde (affiliée à Peuples solidaires) à Evry.

Ormoy
21 mai 2008
Piquet de grève avec occupation de la Société BFF-Jardinage
20 grévistes salariés sans-papiers
37e jour de grève

 
« Au bout de 37 jours d’occupation, ils devaient être seulement 12 à recevoir cet après-midi leur APS (Autorisation provisoire de séjour) de trois mois, les huit autres ainsi que leur patron étaient venus les accompagner en espérant aussi pouvoir pêcher des nouvelles meilleures pour eux.

C’est à la grande surprise des grévistes qu’ils repartiront à 18 avec leur carte verte fraîchement tamponnée. Ils étaient tellement heureux qu’à la fin ils sont allés tous en groupe au guichet remercier les deux personnes qui officiaient.

Ça a fait désordre d’un seul coup, tout le monde riait aux éclats au guichet, le personnel derrière la vitre et les grévistes devant, même les gardiens de la préfecture ont eu le droit au passage à de grandes poignées de main enjouées.
A la sortie de la préfecture, nous avons croisé RESF 91 qui manifestait pour les jeunes majeurs, nous leur avons espéré le même dénouement.

Pour autant, tout le monde n’a pas été régularisé. Il reste toujours Rachid et Bachir, parce qu’ils sont Algériens. Les négociations vont continuer, mais pour eux c’est au niveau du ministère que cela va se jouer.

Alors les copains, malgré leur allégresse, n’en ont pas oublié que la partie n’est pas terminée. Vaille que vaille, encouragés aussi par leur patron, ils ont choisi de poursuivre la grève jusqu’à obtention de la régularisation des deux derniers du groupe et de faire la fête seulement lorsque tout le monde aura son bout de carton vert, de toute façon ils n’avaient pas l’âme à fêter quoi que ce soit devant Rachid qui s’est isolé pour pleurer.

Donc, si vous n’êtes pas encore allé les voir, ils sont tous toujours là (descendez jusqu’au garage). Rachid et Bachir ont vraiment besoin de votre soutien.

La mobilisation continue. » Marie

30 mai 2008
46e jour de grève
Fin du piquet de grève

« Au final 18 grévistes sur 20 ont été régularisés, la préfecture du 91 a refusé de régulariser les deux derniers qui sont Algériens. La CGT ne les laisse pas tomber et continue à suivre leur dossier.

Grévistes et patron ont signé le protocole de fin de grève vendredi après-midi.
Ils ont tous repris le travail aujourd’hui.

Merci à tous ceux qui sont venus leur rendre visite ou qui les ont soutenus d’une manière ou d’une autre.

La mobilisation continue sur d’autres piquets de grève qui ont débuté il y a quinze jours, notamment sur une entreprise d’Evry. » Marie

Evry
25 juin 2008
Piquet de grève avec occupation d’Europe Service Voirie/Déchets/Maintenance : ESV, ESD, ESM
13 salariés sans-papiers grévistes
36e jour de grève

« Sur Evry, ce sont 13 salariés sans-papiers de l’entreprise Europe Service qui sont en grève depuis presque trois semaines, 9 d’entre eux ont déjà abouti à une régularisation, mais ils continuent la grève en solidarité avec leurs 4 camarades. C’est l’union locale CGT d’Evry qui les suit.

Europe Service est une société qui s’occupe de nettoyage de voirie pour les municipalités, elle compte parmi ses clients, entre autres, la ville d’Evry. Ce sont leurs véhicules (au logo d’Evry) qui ramassent nos déchets ou nettoient nos rues.

(...) vous avez répondu présent pour les grévistes par vos visites, vos dons d’argent et de matériel. Je remercie déjà tous ceux qui ont contribué à leur rendre d’un seul coup la vie plus belle avec un peu plus d’espoir.

Désormais, nos grévistes ne se demandent plus au réveil comment ils vont pouvoir se nourrir dans la journée. Maintenant la petite cuisine collective de l’entreprise sent bon les odeurs de cuisine africaine aux heures des repas. Ils ont retrouvé leur gaieté naturelle, cela fait plaisir à voir (...)

Face à certaines inerties et certains blocages, nous avons décidé à quatre associations d’Evry (La Maison du monde, la LDH, Attac, la CGT de l’université d’Evry) de prendre en charge le soutien logistique et moral de ce groupe de grévistes. Maintenant ils sont visibles, plus personne ne peut les ignorer. » Marie

5 juillet 2008
57e jour de grève
Tous régularisés !

« Ils ont appris la nouvelle hier.
RC de la CGT est venu leur annoncer en personne vers 16 heures. Myriam, un soutien de la Maison du monde, qui est arrivée à cet instant a été témoin de l’événement, Mahamadou a beaucoup pleuré... de joie, mais pas que lui (...)

Tout le monde parlait et voulait me raconter, comment RC les avait consolés lorsqu’ils se sont effondrés de joie, Myriam heureuse de sa présence porte-bonheur, le directeur du site qui devait réaliser l’impact d’une mobilisation citoyenne... la méga fête qu’ils ont envie d’organiser jeudi soir avec tous les soutiens, les récépissés qu’ils doivent aller récupérer mercredi matin à la préfecture à partir de 9 heures... et la reprise du travail lundi dans huit jours, tout ça raconté avec fébrilité, complètement dans le désordre (...) ON A GAGNÉ !

C’est le seul piquet de grève en Essonne avec les grévistes de l’entreprise DUCA à Grigny (où il n’était que 5 sans-papiers) à avoir obtenu 100 % de régularisations.
(...)

En attendant vos dons sont encore les bienvenus, car ils ont besoin de faire face à leurs charges, deux mois de grève c’est lourd à rattraper financièrement.

Viry-Châtillon
1er août 2008
Piquet de grève avec occupation de l’Urbaine des travaux du groupe Fayat
31 grévistes salariés sans-papiers
33e jour de grève

« Ils sont en réalité salariés d’agences d’Intérim car ces sans-papiers ne travaillent que sous contrats d’intérim pour les sociétés du groupe Fayat et notamment depuis ces deux dernières années uniquement pour la société "Urbaine de travaux" de Fayat.

Les négociations au début de la grève avaient bien débuté, la société "Urbaine de travaux" avait accepté de réaliser des promesses d’embauches en CDI donc fini les contrats d’intérim, finalement la direction n’a accepté de déposer à la préfecture que 24 dossiers sur les 31 laissant la responsabilité à chaque agence d’intérim de démarcher pour les régularisations des 7 autres dossiers.

Il avait été également négocié que les dossiers seraient tous étudiés en bloc à la préfecture de l’Essonne à partir de l’adresse de domiciliation de l’entreprise, mais les grévistes ont appris que leurs dossiers ont été dispatchés sur les départements de leur domiciliation personnelle, ce qui éparpille et alourdit la négociation sur les dossiers de régularisations.

Pour finir, les grévistes, qui avaient accepté de se plier à la demande de la direction à rester un mouvement de grève caché dans les locaux, ont décidé devant la tournure des événements et au bout de trois semaines d’invisibilité de s’exposer au grand jour pour revendiquer et leur régularisation et un accompagnement plus volontariste de la société "Urbaine de travaux" sur les démarches auprès des préfectures.
Dernier coup de théâtre datant de ce matin, la direction de la société a menacé les grévistes de saisir le Tribunal de grande instance afin d’obtenir une autorisation d’expulsion si les sans-papiers ne lèvent pas le piquet de grève d’ici mercredi prochain car, suivant l’expression de la direction, cette grève porte préjudice à son image de marque... » Marie

11 août 2008
43e jour de grève

« Les relations sont très tendues avec l’entreprise qui ne veut ni les écouter (...) dans leurs difficultés ni appuyer leur demande en préfecture, sachant qu’il s’agit du groupe Fayat (10 000 salariés) qui aurait les moyens de faire pression.

La direction a mis à exécution son projet d’expulsion puisque les grévistes n’avaient pas levé le camp le 6 août, comme elle les avait mis en demeure de le faire.
L’huissier est donc passé le 7, devant des soutiens témoins et un jugement en référé au Tribunal de grande instance devrait vraisemblablement suivre en début de semaine.

C’est un coup dur pour le moral de la troupe, bien qu’ils soient très solidaires et déterminés à se battre. Ils sont inquiets de la suite des événements. L’expulsion signifierait l’installation sur le trottoir devant les grilles de l’entreprise et la police alors s’occuperait d’eux.

Un des 31 grévistes vient d’être régularisé, il y a quelques jours.

Le seul contact humain récent de la direction (à part la visite de l’huissier...) a été de demander au porte-parole du mouvement, de convaincre l’heureux régularisé de reprendre le travail !

Commentaires du porte-parole écœuré : "Jamais ils n’ont pris de nos nouvelles !"
Dans leur isolement, ils sont contents des soutiens qui se sont mis en place autour d’eux, malgré le mois d’août. La direction sait qu’il y a une mobilisation derrière. » Catherine

15 août 2008
47e jour de grève

« La semaine prochaine des rendez-vous doivent avoir lieu avec la préfecture de l’Essonne, ils auront besoin de ne pas y aller seuls et d’être accompagnés par des "nationaux". (...)

A l’heure d’aujourd’hui :
31 grévistes
Un seul régularisé

24 (pour lesquels l’entreprise) dit être d’accord pour les passer en CDI, mais pas question de les soutenir dans leurs démarches administratives, ils disent être plus du double de sans-papiers embauchés que ceux en grève, les autres ayant trop peur des représailles. » Michèle

16 août 2008
48e jour de grève

« Je suis passée au local syndical où se trouvent les grévistes. Un local de 30 m2. Des cartons le long du mur, des couvertures, des duvets sur les armoires.
J’apprends qu’ils dorment à 31 dans cet espace... à même le carrelage sur lequel sont disposés des cartons la nuit venue, et ce, depuis quarante-cinq jours.

J’apprends aussi les manifestations de solidarité des très nombreux usagers de la N7 qui, arrivés à la hauteur de l’Urbaine des travaux, actionnent le klaxon et ralentissent.

Mon message serait de poursuivre et d’amplifier ce brouhaha solidaire et de s’arrêter pour déposer des matelas de sol de camping (ceux qu’on roule et place sur les sacs à dos) - mais surtout pas de matelas pneumatiques : il n’y aurait pas la place ! - qui remplaceraient avantageusement les cartons à même le carrelage.
Ce serait également l’occasion de leur assurer un soutien explicite pour activer le traitement des dossiers par les préfectures et l’annulation de l’effet du passage de l’huissier venu constater les conditions d’occupation du local syndical, a-t-il dit, pour les expulser leur a dit la direction. » Emma

Documents joints à cet article

Piquets de grève des salariés sans-papiers : pas de trêve estivale Piquets de grève des salariés sans-papiers : pas de trêve estivale

Moyenne des avis sur cet article :  2.7/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • clostra 26 août 2008 13:57

    Réaction rationnelle et cérébrale

    L’image qui me vient est celle d’un bras qui se noie dans un océan qui serait le capitalisme et qu’on regarderait s’enfoncer sans prêter main forte...sous prétexte que de cet océan, on ne veut pas.

    la France : ce melting pot bien avant les contrôles aux frontières

    France terre d’asile

    France terrre d’accueil

    Regretterait-on que ces personnes épousant la culture française demandent un meilleur salaire ?

    Les salaires de ces personnes s’aligent semble-t-il sur les grilles de salaire professionnel


  • clostra 26 août 2008 16:01

    OK colère...

    Bon d’accord, alors reprenons au départ de tout ça : immigration avec accord bipartite dans des pays en voie de développement, pour diffuser la culture française a dit notre cher président, donc pas n’importe qui, des personnes qui s’expriment bien en français, ayant donc des sousous pour les cours et même des sousous pour les obtenir, ces cours.

    Et puis des sousous pour que leur dossier se retrouve sur le haut de la pile etc

    (zut je n’ai pas de smilies) Et vous croyez qu’ils vont aller travailler où ? dans la mine ?


  • clostra 27 août 2008 11:25

    heu ?


  • caminpaul94 26 août 2008 13:39

    A Bonneuil Sur Marne les Sans PApiers de Paris Store et Métal ON EST DES SALARIES
    PAS DES CRIMINELS
    ON PAYE DES IMPOTS
    MAIS ON NOUS REFUSE
    LE DROIT DE TRAVAILLER
    EN TOUTE LEGALITE !
    ON NE VEUT PAS DE PITIE
    MAIS NOTRE DIGNITE
    D’HOMMES ET DE TRAVAILLEURS


    SOUTENUS PAR RESF, LDH, CGT, FSU, LCR-NPA, PS , PCF, VERTS,
    et pleins d’autres qui nous rejoignent tous les jours !!!

    • plume plume 26 août 2008 14:06

      pour que le mouvement sois encore plus fort
      tous les sans papier de France devraient se rassemble à paris devant Les Champs Elysées dimanche prochain
      ....... cela facilitera grandement le travail de la police


    • clostra 26 août 2008 14:12

      On appelle celà une raffle...


    • clostra 26 août 2008 14:13

      On appelle celà une raffle : à situer sous le commentaire de la (grande) faucheuse


    • tvargentine.com lerma 26 août 2008 13:56

      Oui c’est scandaleux de savoir que durant des années,des employeurs ont en toutes connaissances embauchés des clandestins pour ne pas avoir à payé des salaires correspondant à la législation en vigueur pour n’importe quel salarié et SURTOUT ne pas vouloir embauché des travailleurs demandeurs d’emploi dont 27% sont d’origine étrangère en situation régulière

      C’est un détournement de fond public car pendant que l’argent ne va pas dans les caisses de l’Etat ,le négier-patron s’enrichi

      Comment se fait-il que la CGT se reveille maintenant alors qu’elle savait que cela existait ?

      Pourquoi une "sainte alliance CGT-NEGRIER" pour obtenir des régularisations pour des personnes qui sont rentrer en france en situation irrégulière ? et qui a permis d’exclure des travailleurs en situation régulières d’accéder à ses emplois ?

      A quoi cela sert de chercher un modèle étatique si c’est la porte ouverte au non droit,au non respect des lois en vigueur dans ce pays et si n’importe qui peut demain se faire embaucher moins cher que vous parce qu’il est clandestin ou a des faux papiers ?

      J’ai vu le phénomène se déclencher dans dans le métier de la sécurité et j’ai vu des collègues se faire virer pour être remplacer par des clandestins,qui étalaient le carton pour dormir et ne faisait pas leur ronde de sécurité et dont certain laissé les fenetres ouvertes !

      Ce métier à été detruit  ;les salaires des travailleurs réduit à la plus simple expression pour permettre l’enrichissement de bandits qui utilisent des clandestins dans ces sociétés de sécurités alors qu’ils permettaient à des personnes retraités,des étudiants ou d’autres ,d’exercer une activité professionnelle dans les régles et payées dans les régles

      Il est scandaleux de devoir payer pour des clandestins,car biensouvent ensuite ,ils auront tous droit en priorité à un relogement en priorité dans du logement social neuf sans passer par la case "LISTE D’ATTENTE’

      La CGT à vouloir courrir après l’extrème se dévalorise car le débat n’est pas de régulariser des clandestins rentrés en France de manière IRREGULIERE mais de s’assurer que des sociétés respectent bien les lois pour proteger le systeme sociale de ces dérives inquiétantes pour les caisses du systeme de protection sociale
      Prenons une fois de plus modèle sur le système scandinave qui savent ce que veut dire PROTECTION SOCIALE

      La CGT a sa manière participe à la destruction du système sociale,car puisque le travail clandestin est reconnu ,pourquoi payer plus (+) ???????????????,



      • clostra 26 août 2008 14:10

        Réaction viscérale

        Il y a aussi des bons français qui dorment durant leurs gardes...

        Eh ! bien ! pour une fois j’abonderais dans votre sens que l’idéal serait de supprimer les métiers de la sécurité et de confier ça à des services nationaux, sous contrôle des ministères concernés pour plein de raisons.

        Ce qui transparaît est qu’il manque des effectifs dans le bâtiment malgré les travailleurs "sans-papiers" du moins ce que disent les statistiques pour (re)mettre les français au travail. Alors ?


      • HELIOS HELIOS 26 août 2008 17:21

        excusez, mais... il y a assez de travailleurs en France et justement ceux qui sont prets à travailler sont prets a le faire dans des conditions legales, c’est a dire avec des salaires qui correspondent au boulot.
        La penurie de main d’oeuvre est une grosse esbrouffe.

        Pire, le gouvernement qui regularise les sans-papier, ce qui a mon avis est une grossiere erreur qui encourage d’autres a faire de même ne punissent pas les employeurs qui en ont profité alors que c’est interdit evidement. Pourquoi ?... mmhhh





      • clostra 26 août 2008 17:38

        Il semble que ce soit une contre vérité d’affirmer que la régularisation crée un appel de nouveaux clandestins.

        Par ailleurs - mais des calculs plus précis sont en cours - certains métiers manquent de main d’oeuvre, sont annoncés 900 000 emplois non pourvus (d’où la pression contradictoire que veut exercer le gouvernement sur les chômeurs*).

        * ne l’oublions pas, dans la bonne majorité l’entrée en chômage est un stress inimaginable, le temps que la personne se fasse à l’idée qu’elle va peut-être devoir abandonner son métier, souvent accepter un emploi moins valorisant et enfin, accepter de voir ses revenus baisser et pour clore le tout : accepter des trajets souvent moins confortables, voire des horaires moins convenants.

        Ces fameux emplois que ces travailleurs habitués aux conditions extrêmes (d’extrême pauvreté) ont accepté sans se poser de question.



      • clostra 27 août 2008 11:39

        C’est-à-dire que je ne suis pas déléguée syndicale ni CGT, ni aucun autre syndicat. Rassurez-vous dans un des dossiers la CGT a fait ce qu’il fallait en éparpillant les demandes de régularisation à la volée...

        Je suis un horrible mon propre patron qui n’a pas su défendre sa nécessité de gagner sa vie en tant que salariée...

        et j’accompagne avec des ressortissants, un village africain dans ses projets de développement communautaire : Ecole, forages, santé, micro projets...Dans ce cas précis, il s’agit de rendre acceptable la vie au village pour que des citadins au chômage dans leur pays, y reviennent et participent à son développement.

        Ils habitent une région superbe mais ils manquent de tout...

        On ne leur souhaite, à aucun, de gagner une capitale européenne où ils perdront le peu qu’ils ont, dans des conditions difficiles car ils enverraient une partie des sous gagnés au village... Ceux qui sont là, en France, le savent trop bien et accompagnent ce développement.


      • tvargentine.com lerma 26 août 2008 14:34

        @clostra

        Vous dérapez lourdement ,je n’ai jamais parlé ni écrit comme vous le faites de "bons français"
        mais de travailleurs qui ;à l’époque travaillaient dans un métier qui rapportait de l’argent pour des populations aussi diverses que le retraité,le demandeur d’emploi ,le jeune étudiant ou l’agent de sécurité et qui GAGNAIENT BIEN LEUR VIE !

        je parlais d’amis qui ont perdu leurs boulôts car leur activité à été detruite par cette mafia composé de NEGRIERS et de clandestins et je dois dire que je n’ai pas demandé la nationalité de mes amis car ils étaient avant tout des travailleurs heureux

        La sécurité comme le ménage en France a été trop souvent fait l’objet d’une sous-traitance excessive
        et nous le voyons maintenant attaquer les restautants d’une majorité de la place de Paris

        Et bien,non,il ne faut pas régulariser les clandestins,oui il faut sanctionner LOURDEMENT les négriers et offrir ces métiers aux demandeurs d’emplois et leur donner une formation pour cette activité professionnelle en valorisant aussi le salaire







        • clostra 26 août 2008 16:11

          OK vous ne leur avez pas demandé leur nationalité.

          Les personnels d’entretien, techniciens de surface et autres aides traditionnelles : il n’y a pas si longtemps - depuis je n’ai pas suivi l’affaire - on disait que aux US elles avaient des salaires de cadre...Loi du marché

          Heureusement, les appareils ménagers ont comblé un vide qui subsiste quand même sous forme d’auxiliaire de vie, aides ménagère, familiales etc plus nombreuses, moins payées que ci dessus etc... Etendue du marché

          Agent de sécurité, tout en étudiant, j’en connais au moins 1 qui n’a pas duré longtemps (un de mes fils)


        • clostra 26 août 2008 16:18

          Et enfin : désormais quasi tous les clandestins embarqués sur des "négriers" connaissent les risques de ces traversées.

          Des reportages nous ont montré leur détermination à tenter le passage : à la vie ou à la mort

          Vous ne trouvez pas ça questionnant ?

          80 à 90% de l’aide humanitaire dans ces pays provient de l’argent gagné par ces populations immigrées (légales ou illégales) sur lequel les banques se servent généreusement...

          Qu’avez-vous à proposer ?


        • HELIOS HELIOS 26 août 2008 23:26

          ... en tout cas, moi, je n’ai rien a proposer car ce n’est pas a la France à payer sur les impôts de ses citoyens le developpement du reste du monde.

          Vous dites que la regularisation ne fera pas rentrer d’autres clandestins ? Comment pouvez vous etre aussi credule ou alors aussi de mauvaise foi ? Tous ceux qui vont etre regularisés, vont soit partir d’eux mêmes soit etre virés car ils couteront bientôt ce qu’un chomeur demandait pour travailler. un certain nombre vont se retrouver au chomage, mais aucun ne va retourner dans son pays.
          De plus, l’information va se rependre comme une trainée de poudre et créer un "appel" a tous ceux qui sont restés dans les pays... imaginez un peu, on peut aller en France illegalement etr etre regularisé apres coup. tenez, bientôt plutôt que de payer un passeur il sera plus simple de prendre un billet d’avion, avec la garantie du "parent" regularisé en France... même plus le risque de la patera dans le detroit de Gibraltar ou l’ocean aux Canaris.

          Par contre, les employeurs voyous, les "negriers" comme d’autres disent, vont se depecher d’embaucher de nouveaux "clandestins" parce qu’ils sont prets a tout accepter. Ils diront qu’il "n’etaient pas au courant" ou alors que "il m’a présenté des papiers" etc... tout le monde sait qu’en un coup de téléphone, un seul, on peut savoir si une carte d’identité ou de séjour est vraie. On peut demander un extrait n°3 du casier judiciaire et si la personne est illegale, il n’y aura pas d’extrait... bref, la encore, les employeurs qui pretendent ne pas savoir se moquent en plus des organismes sociaux et de la justice.


        • clostra 27 août 2008 00:00

          Tout d’abord : nos impôts servent (disons, un tout petit pourcentage) à l’aide au développement tout à fait officiel que fournit la France dans le cadre d’accords de coopération ou d’aide au développement. D’ailleurs, il a été annoncé que cette aide diminuerait cette année.

          L’aide humanitaire dont il est question est celle que les travailleurs immigrés envoient à leur famille qui représente une partie de leurs salaires. Soyons clairs. Et cette aide correspond à plus de 80% de l’aide au développement (à la survie ?) qui parvient de France vers ces pays.

          Vous pourriez objecter que ces sommes ne sont effectivement pas dépensées en France (consommation) et qu’il y a un manque à gagner sur la TVA...

          Poussons un peu la raisonnement : ces phénomènes d’immigration (mais vous voyez que les "clandestins" sont moins sujets au chômage, donc que la France a besoin de ces travailleurs y compris clandestins) soient dus au sous développement des pays d’origine, il est alors logique que la France favorise le développement de ces pays pour limiter leur ampleur.

          Etre solidaire peut être un choix mais c’est également une nécessité.


        • Matéo34 Matéo34 26 août 2008 17:10

          Bonjour,

          L’article donne des faits bruts de décoffrage, c’est interessant car c’est une situation qui existe partout en France et dont les médias parlent très peu (sauf quelques journaux de gauche).

          Le plus interessant, c’est les réactions... Ca donne l’ampleur du mal, et cela dès la première réaction !!!

          CGT main dans la main avec les négriers qui importent la main d’oeuvre clandestine... Une fois le fou rire passé et qu’on a ramassé les bras qui nous sont tombés (Ca prend déja pas mal de temps !)... la colère arrive : dès le début de l’article, on apprend que se sont des salariés, qui paient des cotisations sociales et des impots, voir, crime supreme, un loyer !

          Voila des personnes qui sont dans la meme situation qu’un français ou une personne immigrée en situation régulière mais qui n’auraient pas droit à une régularisation. En plus, et ce qui n’est pas dit dans l’article, ce sont généralement les métiers sous tension, ceux qui ouvrent droit à immigration justement... Tous ses emplois que majoritairement les gens ne veulent plus pratiqués pas parce que ce sont d’infames faineants mais tous simplement parcequ’ils ont des aspirations autres et des qualifications qui vont avec (Saperlotte, que des impertinents ces gens qui exercent leur liberté de choix !).

          La CGT et les autres qui se battent pour le respect des droits et l’égalité des salaires, participent selon eux à l’arrivée massive des travailleurs clandestins, qui volent un travail payé des clopinettes et que ne veulent pas les français ... Celui qui comprend la logique gagne 20% sur son adhésion à l’UMP, un Pin’s du MEDEF et une photo dédicassée de L. Parisot avec N. Sarkozy.

          Si on se met à payer les etrangers comme les français, peut etre que les français voudront allez de nouveau vers les dits emplois. Ce que je doute la situation est un chouia plus compliquée qu’un simple vase communiquant...

          Le pompon revient à "la CGT participe à la destruction du système social français en aidant ces personnes " : donc des personnes qui cotisent à la sécurité sociale, qui payent l’impot CSG... qui se payent le luxe de tomber malade, voir des accidents du travail... sont des Huns qui fondent sur l’Occident !!! Par contre un touriste anglais ou koweitien qui va faire des marches en montagne et à cause de son imprudence, il faut déclencher tout un barnum... lui c’est un bon rapport qualité prix !

          Pour faire le point : des organsiations qui soutiennent des personnes qui participent à la richesse nationale tant dans la production que dans la répartition, pour qu’ils soient traités en égaux en droit (salaires et administrativement) (tient ! un droit de l’Homme), qu’il puissent bénéficier d’une sureté qu’ils financent (Diantre, encore un droit de l’Homme), régulariser une situation administrative car ils sont dans un emploi déclaré avec tous les papiers sont atteints d’une "bien pensence maladive".

          Voila ce qu’a donné tant de campagnes contre les "droit de l’hommiste"... Osez défendre un droit devient une maladie.

          Perso, j’ai choisi mon camp : je suis fier d’etre bien pensant maladif... désolé, j’ai choisi mon camp camarde !

          Bonne journée.

          Matéo.


          • el bourrico 26 août 2008 17:33

            Votre propagande communiste ou fascisante, je m’en cogne, j’en ai rien à secouer de vos salades d’extrêmistes.
            Perso, je porte à gauche... mais je supporte à droite (comme disais Coluche)

            Les deux ont des arguments valables, mais sont aveuglés par leurs dogmes.

            Je bosse avec un malgache, il est venu en France pour travailler, il est en situation régulière... bon, déjà, il faut savoir qu’il faut payer pour la demande de visas, que c’est non remboursable, et que ça représente pas mal de fric la bas. Mais passons.
            Il m’a dit une chose, il a été frappé par, je cite "y a plein de noirs à Paris, on se croirait en Afrique"
            Que penser d’une phrase pareille ?
            Certains vont crier au rascisme, et d’autres vont continuer à vouloir acceuillir la misère du monde. Je pense que les deux ont tort. Les vagues de migrants, ce n’est pas nouveau en France, mais quand la couleur est diférente, ça se voit, quand les cultures sont vraiment différentes, ça se voit aussi.

            Pour les crétins qui veulent les renvoyer chez eux, je vous signales que quand ces gens travaillent, ils font des boulots que les "blancs" refusent, tout simplement. Allez voir sur un chantier, et regardez combien de "Gaulois" y travaillent, combien de Portugais, d’arabes, de noirs, etc. Fouttez les dehors, et le pays s’arrête. Qui a construit le logement ou vous habitez ? Peu de chance que ce soit un bon petit Français bien de chez nous.

            Avez vous seulement conscience de ce qu’il en coute de laisser sa famille, son pays derrière soi, pour aller marner en Europe, se faire traiter de bougnoule, risquer la prison parcequ’on a pas de papier, croyez vous que ça se fait par plaisir sournois ? La plupart sont la par nécéssité.

            Ceux qui sont la et qui travaillent doivent rester.
            Les plus dangereux doivent être expulsés
            Il faut limiter les entrées futures.

            J’ai vu a la télé un africain qui attendait à Gibraltar, quand on lui demande ce qu’il pense de la forteresse Europe, des lois sur l’imigration pour protéger l’Eldorado, tout ça... il réponds : "Ils ont raison, sinon c’est toute l’Afrique qui va débarquer".

            Puis hé, le gugus de l’Elysée était prêt à donner asile à des membres des FARCS.... je me marre, la France donnant asile à des gens classifiés comme terroristes, et expulsant des gens qui travaillent depuis des années...





            • clostra 26 août 2008 17:54

              J’osais à peine le dire : en pointillé, je dirais que dans certains quartiers les africains ne sont pas dépaysés. J’ai même entendu de leur bouche des propos que je n’aurais pas osé avoir...Mais on les comprend tout à fait : un bon gâteau ça se partage difficilement, tout comme un statut d’exception.

              Pour revenir sur un autre aspect soulevé dans ce commentaire : deux "communautés" se sont parfaitement intégrées, toutes deux dans les métiers les plus difficiles (aide ménagère, contruction), je veux parler des "ritals" et des portuguais. Juste une frontière nous sépare de l’Italie, ceux-là sont restés, je pense car il s’agit de deux versants d’une même montagne. Les portuguais ont pour la plupart, et tout en soutenant leur famille, construit également chez eux pour leurs vieux jours, retournant chaque année passer des vacances dans leur pays. Aujourd’hui, je pense que certains descendants retourneront dans leur merveilleux pays...


            • Jean-paul 27 août 2008 01:16

              les Portugais et les Italiens sont Europeens .


            • daniel 26 août 2008 19:23

              J’ai vu dans le Bâtiment dans les années 70/80 comment on a littéralement viré de leurs emplois les "natifs" (fussent- ils "ritals" ou "portos") au profit de Turcs ou d’Africains amenés de chez eux par wagons entiers.
              Les gens du bâtiment avaient mauvaise réputation (des franchouillards, des soiffards et des emmerdeurs).
              Personne n’a moufté.

              Aujourd’hui on nous dit que les Français ne veulent pas travailler dans le bâtiment qui serait en tension. ????

              Aujourd’hui je vois comment on est en train de virer des abattoirs tous ces français , ces fénéants .On les vire à coups de bas salaires, à coups de mépris..On les remplace par des Maliens dont on s’aperçoit réguliérement qu’ils sont sans-papiers....Voir l’affaire de Montfort sur Meung.

              L’immigration est un magnifique outil pour casser les solidarités ouvrieres et le tissu social.
              Tout benef pour les patrons. Et ceci avec la benediction et le soutien d’une gauche dévoyée par la haine de soi et la fascination pour la figure christique du "sans-papier" .

              Mais aprés tout c’est bon pour "l’économie" ....C’est bon pour tous ces dictateurs africains qui se débarrassent ainsi de ceux qui ne manqueraient pas de les foutre en l’air s’ils restaient chez eux...C’est bon pour tous ces enfants de collabos qui comptent se laver de leur vichysme larvé en militant à RESF ou au MRAP , mais qui en fait ne font que gigoter dedans comme dans des porcs dans leurs bauges....

              Alors je dis bravo ! Je dis encore ! Mais s’il vous plaît : un peu moins d’hypocrisie...Un peu de tenue...



              • clostra 26 août 2008 20:14

                Vous apportez des informations intéressantes sur une situation ignorée (?) sur 70/80

                Vous illustrez la complexité du problème des emplois difficiles et proportionnellement mal payés (pourtant il y a eu des améliorations pour les ouvriers qualifiés), également des coûts à la construction...Vous ne parlez pas cependant des sous traitances qui étouffent les petites sociétés (réponse aux appels d’offre des marchés publics...) entrainant les malfaçons avec plus personne vers qui se retourner car la société a été mise en faillite. (elle renaît souvent, c’est vrai)

                Sans compter les accidents de chantier etc

                Une main d’oeuvre bon marché corvéable à mercie...

                Toute une chaine de responsabilités.

                Cependant vous le dites avec un peu de grossièreté....


              • clostra 26 août 2008 20:18

                J’ajouterais également qu’il faudrait être plus précis sur des accusations graves portées sur des mouvements entiers, des accusations qui frisent la calomnie.


              • clostra 27 août 2008 11:44

                Pris sous cet angle, c’est irréfutable ! Coluche aurait adoré !


              • Pie 3,14 26 août 2008 19:52

                Un article utile et surtout de bonnes réponses de la part de l’auteur.
                Bravo pour votre perspicacité.


                • JONAS JONAS 31 août 2008 23:56

                  JONAS à @ l’Auteur,

                  J’enlève mon casque et la tenue que je ne porte sur la photo pour vous répondre, puisqu’à la retraite, et surtout pour ne pas engager l’honneur de mes collègues en service.

                  C’est donc à titre personnel et en tant qu’homme que je vous dis, vous êtes complètement allumé ! ! !

                  La démocratie, c’est la loi du nombre, en suivant votre logique, demain nous serons des étrangers dans notre pays. Il est déjà partiellement occupé et vous collaborez ! En 1941, vous auriez été partisan de Pétain ! ! !

                  Vous me donnez envie de vomir avec votre humaniste à la petite semaine, allez en Afrique aider ceux qui sont dans la misère au lieu de perdre votre temps sur ce Blog !

                  Moi je peux me le permettre, j’ai déjà donné. Vos conseils commencez à vous les appliquer.

                  Les lâches sont toujours du côté du nombre, car ils considèrent qu’ils seront victorieux.

                  Mais la nature va régler son compte à tout le monde et aux pseudos dieux que vous croyez êtres…

                  Salutations.


                  • clostra 1er septembre 2008 09:44

                    Bonjour Jonas

                    Je ne sais pas très bien à qui vous vous adressez mais vous avez eu raison d’enlever votre casque, ici personne ne vous donnera des coups. Échanger - et voyez combien sont contre dans les commentaires - est une voie pacifique ; on réfléchit ensemble.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès