Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Pour arrêter de parler de développement durable (suite)

Pour arrêter de parler de développement durable (suite)

Pour revenir sur mon article un peu provocateur, proposant d’arrêter de parler de développement durable, je me sens un peu obligé de faire quelques propositions complémentaires.

Certains mots, certaines expressions fatiguent vite, à force d’être utilisées à tors et à travers, et récupérées par certains groupes d’intérêt particulier. C’est le cas, malheureusement, de « développement durable ».

A contrario, certaines expressions durent et gardent tout leur sens, c’est le cas par exemple de « Liberté, Egalité, Fraternité ».

La fraternité, comme je le rappelle dans l’introduction du site Noolithic, est indissociable d’une solidarité élargie, dans l’espace (L’humanité entière) et dans le temps (les générations futures). Nicolas Hulot, et d’autres, nous exhortent à intégrer une troisième solidarité, avec le monde vivant pris dans son ensemble. (Voir : Espèces vivantes de tous les pays, unissez vous !).

J’aime beaucoup l’idée de Sylvie Brunel, consistant à résumer l’idée de développement durable à la notion d’intérêt général, pris dans son sens le plus large (et donc, intégrant les trois solidarités fondamentales évoquées plus haut).

Pourquoi ne pas alors parler de « Développement fraternel », ou de « Développement solidaire » ?

Et surtout, ne pas se contenter de parler (ou d’écrire, comme je le fait), mais agir !


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Michel Monette 22 mai 2005 19:52

    La difficulté n’est pas avec l’idée de la durée, du sustainable mais plutôt avec celle de développement. Ce concept est devenu l’auberge espagnole de tant d’initiatives, heureuses comme malheureuses, qu’une chatte n’y retrouverait plus ses petits. Peut-être qu’en s’y mettant on pourrait trouver mieux ?


    • Emmanuel Delannoy (---.---.172.139) 23 mai 2005 12:21

      La question est pertinente, merci Michel. Dans certains ouvrages, on parle de « bien être » (Facteur 4). C’est un élément de réponse. Offrir à chacun sur terre des conditions de vie (et non de survie), permettant à la personne humaine de mener une vie épanouissante. Et donc de satisfaire ses besoins élémentaires (eau, nourriture, environnement sain), mais aussi santé, éducation, culture, participation à la vie sociale et démocratique, etc. Sans tomber dans le piège d’un discours que je trouve un peu démagogique sur la décroissance, attention aussi à l’association trop facile « développement = croissance du PIB ». Mais pourquoi ne pas demander aux migrants qui s’entassent dans l’enclave espagnole de Ceuta ce qu’ils en pensent ?


    • Michel Monette (---.---.154.154) 23 mai 2005 22:31

      En fait, ma remarque ne portait pas tant sur le concept de développement que sur le fait que ce mot a une connotation pour le moins problématique. Même si je sais bien qu’on peut difficilement s’en passer, faute de mieux, j’espérais un autre mot. Ceci dit, j’aime encore moins le mot décroissance. Trop moralisateur. Trop « vous repasserez dans quelques siècles ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès