Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Pour que les indignés deviennent des engagés !

Pour que les indignés deviennent des engagés !

S'il y a bien une chose dont nous sommes tous certains, c'est que le monde ne tourne pas rond : les indignés se font chaque jour un peu plus nombreux, et il apparaît aujourd'hui clairement que les choses ne vont pas en s'arrangeant.

Mais s'il ne fait désormais aucun doute que le nombre d'indignés dépasse largement le nombre de “satisfaits”, rien n'indique que la force du nombre suffise à inverser la tendance : malgré les nombreuses actions menées ici ou là en Europe, elles ne parviennent toujours pas à dépasser le stade de la contestation, sans jamais parvenir à la proposition ; et cela malgré de fortes mobilisations. Car la crise que nous traversons n'est pas qu'une crise économique ; c'est surtout une crise idéologique. Et ce qui fait défaut aux indignés, c'est justement cette idéologie.

Nous ne sommes bien sûr pas tous d'accord sur ce qu'il convient de faire, car il est difficile d'imaginer un “autre monde” que celui qu'on nous impose depuis si longtemps. Et c'est sans doute une des principales raisons qui empêchent tous les indignés de se rassembler. Car pour se rassembler il faut un objectif commun, quelque chose de plus fort que nos différences et qui anime à la fois notre espérance et notre volonté.

Comment faire alors pour se rassembler si nous ne sommes d'accord sur rien ?

Et bien tout simplement en nous accordant sur le seul point commun qui lient toutes les indignations, à savoir la nécessité d'un changement des règles qui permettent les injustices qui nous indignent. En admettant nos différences sur les solutions à apporter, nous pouvons nous unir sur la nécessité du changement des règles de la Société. Ces règles, qui se basent aujourd'hui sur l'idéologie capitaliste, peuvent être mises en débat à travers un projet rassemblant toutes les sensibilités, une Assemblée Constituante.

En exigeant tous ensemble la mise en place d'une Assemblée Constituante, fruit d'un processus allant de la convocation d'Etats Généraux à la rédaction d'une nouvelle Constitution, les indignés de tous les pays, de toutes les tendances, de tous les partis peuvent alors s'unir sans renier ce qui fait leur spécificité. Cette revendication commune permettrait ainsi de lier les forces contestataires pour former une sorte de coalition plus forte, plus organisée que la somme de toutes les indignations prises une à une.

Autour de cette revendication unique, la mise en place d'une Assemblée Constituante, les indignés deviendraient alors plus qu'une force contestataire : ils seraient de fait une force de proposition. Car seul un processus constituant, démocratique et indépendant, permettrait enfin de dégager cette idéologie qui manque à ceux qui s'opposent à l'actuelle. Unis dans un même soucis de justice et de changement, les indignés doivent s'engager à réfléchir ensemble aux nouvelles règles qui devront, au terme de ce processus, être soumises à la volonté des peuples. Notre objectif ne doit pas être de nous rassembler pour nous opposer, mais de proposer ensemble à la Société une nouvelle manière de fonctionner.

Cela ne se fera pas en un jour, les débats seront certainement vifs et nous ferons sans doute des erreurs : mais au moins nous aurons, nous le peuple, décidé nous-mêmes de notre destinée. Cela s'appelle la démocratie.

Indignés de tous les pays, devenez des engagés !

 http://www.convergencedesluttes.fr/petitions/index.php?petition=14

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • le journal de personne le journal de personne 20 août 2011 08:04

    La fille de Gaza

    Ne me dites pas que les israéliens sont en train de rejoindre le rang des indignés ...
    il faut croire que si ...
    peut-être parce qu’ils se sont persuadés que leur armée a beau gagner toutes les batailles, elle perdra la guerre.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/08/la-fille-de-gaza/


    • Kalki Kalki 20 août 2011 10:03

      Le travail est mort, plus personne ne travail

      QUE FAIT ON ?

      RIEN ou alors ?


    • eric 20 août 2011 08:08

      Tous ce que l’on peut lire sur ces indignés va dans le même sens. Ce sont essentiellement des gens qui dépendent pour vivre des fonds publics, et, parmi eux, les franges les plus précaires. Ceux dont le financement est le plus aléatoire. Par exemple, les intermittents du spectacle ou les précaires de la fonction publique. Les assistés par choix plus que les victimes de la vie.
      Leur indignation est liée pour l’essentiel au fait que la crise des finances publiques conduit à des remises en causes des dépenses et bien entendu, les bénéficiaires statutaires sont mieux placés pour défendre leurs revenus. Ces derniers constituent les forces vives de ce qu’il est convenu de nommer les gauches de gouvernement.
      Leur égoïsme de classe les poussera à toutes les extrémités contre l’arrière garde du prolétariat des précaires.
      Ceux ci, confrontés à des droites qui souhaitent le rétablissement des finances publiques, et des gauches dont les revenus sont en jeux,n’ont aucune chance de parvenir démocratiquement à des révisions constitutionnelles face au bas mot à 30-35% de droites diverses et 30-35% de gauches de gouvernement.
      En revanche, ils ont beaucoup plus de chance d’obtenir la préservation au moins partielle de leurs prébendes des droites que des gauches. Les droites en effet peuvent être conduite à des arbitrages en faveur de la paix civile là ou les gauches ne sont pas prêtes à négocier sur leurs revenus, leurs crédites, leurs postes etc....
      Aujourd’hui, d’un point de vue marxiste, le choix électoral rationnel pour les indignés devrait être de voter à droite, seul chance pour eux de préserver un peu leur niveau de vie à inactivité économique et indignation données. Mais bon, tant qu’ils resteront idéologiquement aliénés par les gauches de gouvernement qui parviennent à leur faire croire qu’il existe tellement de riches qu’il suffira de les faire payer pour résoudre leur problèmes, ils risquent de rester durablement les dindons de la farce.


      • miha 20 août 2011 11:36

        Parmi nous, les indignés, on trouve de tout : des travailleurs (et ça va du fonctionnaire à l’intérimaire), des chômeurs, des jeunes, des moins jeunes.

        Remettez dans votre poche vos a priori, SVP


      • chapoutier 20 août 2011 08:58

        eric
        Les résistants, en 39-45 étaient quelque part des indignés.
        en tenant votre discours, on en avait pour mille d’ordre social sans contestation et remise de l’ordre établi !


        • eric 20 août 2011 10:10

          Chapoutier, je crains que votre commentaire ne soit susceptible de tomber sous le coup de la loi Gayssot, pour minimisation de crimes contre l’humanité. Comparer des gens qui risquaient leur vie pour combattre l’occupation fachiste, avec des subventionnaires qui occuppent leur nombreux loisirs en faisant des sittings sur les places touristiques des centres villes me parait au minimum déplacé.
          C’est aussi oublier que la catégorie sociale la plus représentée à Londres en 40, c’est celle des marins pécheurs catholique, pendant que les extrêmes gauche de l’époque négociaient avec l’occupant pour des augmentations de salaire en rapport avec l’ampleur de leur participation à son effort de guerre....


          • jaja jaja 20 août 2011 11:43

            « C’est aussi oublier que la catégorie sociale la plus représentée à Londres en 40, »

            Et la plus représentée dans les maquis FTP en France (les combattants).... la classe ouvrière et la paysannerie pauvre... Et que les FTP étaient bien l’extrême gauche de l’époque...

            Comme quoi vous dites n’importe quoi....

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_du_Mont_Gargan


          • chapoutier 20 août 2011 12:37

            eric
            arrêtez de fumer le chichon
            se permettre d’écrire ce que vous écrivez est le signe manifeste de la plus confusion mentale ou bien l’expression de la haine pour le peuple.
            choisissez !


          • eric 20 août 2011 19:25

            Jaja, cela ne coute rien de répéter ces contre vérités, malheureusement, les FTP comprenaient une forte proportion de communistes et les études démographiques d’Emmannuel Todd entre autre, ont fait depuis longtemps justice du mythe d’un PC peuplé d’ouvriers et de paysans pauvres. On sait désormais que l’essentiel du parti, comme les partis de gauches en général et les partis communistes en particulier, ont toujours été massivement peuplés de classes moyennes en large partie fonctionnarisées. Cela n’enlève du reste rien à l’héroisme de ceux qui se sont engagé suite au revirement du parti, encore moins a celui de ceux qui ont été réprimés par le même parti pour volonté de résistance anticipé pour cause de manquement à la ligne générale, mais là, de toute façon, je parlai de 40 et je crains que vous n’ayez pas lu en détail wikipédia.


          • eric 21 août 2011 18:06

            A chapoutier : fou ou méchant ? Et il faudrait choisir ? Vous êtes un peu moins absurde que vos camarades qui voient partout des fous et méchant. En effet soi on est fou, et alors on ne saurait être responsable et être qualifie de méchant. Soit on est méchant, donc responsable, et on ne saurait se réfugier derrière sa folie. Absurde vous l’êtes comme beaucoup de gens contamines par la pensée de gauche dans ce qu’elle a de plus primaire, vous qui considérez que qui ne partage pas vos idées est nécessairement l’un ou l’autre. Absurde aussi quand vous considérez que vous juger a l’aulne a laquelle vous jugez les autres serait ne pas aimer « le peuple ». Mechant, pour sur, vous qui comme beaucoup de vos prédécesseur voulez envoyer vos contradicteurs en hôpital psychiatrique. Fou, certainement pas. Vos discours absurdes cachant l’exploitation de classe du peuple par les classes sociales que sont les gauches sont certes mensongers, mais ils sont intéressés. Ils visent clairement a aliéner les exploites. Ou alors vous y croyez sincerement ? Regardez vous enfin ! Qui êtes vous majoritairement, qui sont les cadres, les candidats, les militants des partis de gauche, si ce n’est les bénéficiaires directs des 58% de la richesse nationale dépensée par l’État ? Ou sont les travailleurs ? Ou est le peuple ? Combien connaissez vous personnellement de travailleurs et ouvriers engages a gauche si on exclu les ouvriers de l’État qui sont sociologiquement fonctionnaires avant d’être ouvrier et pour lesquels être a gauche est un impératif de plan de carrière ?


          • miha 20 août 2011 11:39

            Salut, Caleb,

            Les indignés réclament une assemblée constituante formée de citoyens afin de rédiger une nouvelle constitution permettant au peuple d’exercer un contre-pouvoir à la classe politique et à la finance, comme c’est en train de se faire en Islande.


            • aobc 20 août 2011 14:06

              Bonjour,

              „Indignés de tous les pays, devenez des engagés !“

              Ok, je vous écoute ==> 

              1. Je m´indigne :

              Avant tout , je refuse de me faire appeler un „indigné“.
              Moi, j´ai pas besoin de terme de source douteuse, d´outil de propagande des autres, d´invention des merdias……….

              2. ensuite je m´engage :

              Alors moi - si déja tirroir/dénomination il fallait, je préfèrerais qu´on m´ apelle p.e. un
              „ GEORGEGINAU“ .

              Pourquoi ?
              Ben j´ai trouvé plein de bons Georges sur cette planete, de toute nationalité :
              Le Saint George, George Carlin, Georg Schramm……… et sans oublier celui que j´écoute a l´instant - GEORGE BRASSENS

              Cordialement, un georgeginau smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès