Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Pour une grève générale en Europe !

Pour une grève générale en Europe !

Alors que les richesses produites par les travailleurs européens n’ont jamais été aussi importantes, alors que les profits bancaires (malgré la crise, provoquée par les banques elle-mêmes, des subprimes, qui a mis des milliers de gens dans la rue) n’ont jamais été aussi faramineux (75 milliards pour les banques françaises en 2007, 3 milliards de gains dans l’année pour le seul trader John Paulson), alors que les salariés européens n’ont jamais autant été soumis au travail précaire, à la « flexisécurité » sans sécurité, au travail à temps partiel, à la dégradation des salaires, à la baisse de leur pouvoir d’achat, au transfert du produit du PNB du travail vers le capital, alors que l’inflation atteint, dans la zone euro 3,5 %, les ministres des Finances européens, réunis la semaine dernière à Ljubljana, ont appelé à (je cite) : « la modération des salaires »...

Cette fois-ci, il semble que la coupe soit pleine.

L’année 2008 doit être celle de la prise de conscience des travailleurs européens qu’il leur faut s’unir pour cesser de subir, constamment, la dégradation de leurs conditions de travail, de leur pouvoir d’achat, de leurs conditions de vie : disons même de survie.

Le temps est largement venu de mettre fin à l’avancée dévastatrice du rouleau compresseur de l’ultralibéralisme, au détriment de la grande majorité des citoyens de la planète, et au profit de seulement quelques-uns.

Comme on ne saurait attendre des pays émergents (Chine, Inde, Afrique) de sensibilisation ni de mobilisation suffisamment forte des travailleurs (soumis au régime de leur stricte survie), ni de mouvement de la part des Etats-Unis, vu la force des puissances financières sur leur système politique, ce n’est que de la part des citoyens européens que peut venir le coup d’arrêt, la crise salutaire.

Et il y a urgence.

Les syndicats européens en ont d’ailleurs parfaitement conscience. Mobilisés eux aussi à Ljubjlana, autour de la CES (Confédération européenne des syndicats, représentant 27 pays européens), ils ont, par une manifestation commune, exprimé leur colère devant la dégradation du pouvoir d’achat des citoyens.

On trouvera ici l’interview de son secrétaire général John Monks, sur la situation du marché du travail en Europe, la dégradation de l’emploi, la nécessité, enfin de la prise en compte de l’aspect SOCIAL de l’Europe, au moment où la France s’apprête à en prendre la présidence, et alors que cette préoccupation apparaît (selon une enquête réalisée par Touteleurope.fr,), comme la principale préoccupation des Français, avec l’environnement.

Le temps n’est plus aux vagues revendications sectorielles, à la défense corporatiste de certains secteurs, à l’éparpillement des négociations branche par branche, ou pays par pays (qui fait, évidemment, le jeu des puissances financières) : le temps est venu d’une nécessaire mobilisation générale des travailleurs et des citoyens européens, pour la juste affirmation de leurs droits légitimes à une plus juste redistribution des richesses qu’ils produisent.

C’est d’Europe que doit se lever le mouvement salutaire de régulation d’un système ultralibéral devenu meurtrier, livré aux seules puissances de l’argent.

C’est pourquoi il semble indispensable d’entreprendre des actions d’envergure, au niveau européen : une grève générale des travailleurs européens semble, à ce niveau, la première étape nécessaire d’une plus juste redistribution des cartes.

Secteurs privés et publics unis dans la juste revendication de leurs droits, il est temps que les syndicats européens, unis, entament l’épreuve de force qui, seule, pourra faire plier les forces mortifères de leur exploitation, et de la continuelle dégradation de leurs conditions de vie.

Halte aux effets dévastateurs d’un ultralibéralisme dérégulé : appel à la mobilisation pour une grève générale dans toute l’Europe.

Citoyens européens, à l’action !

Documents joints à cet article

Pour une grève générale en Europe !

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (126 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • JPC45 11 avril 2008 16:05

    à ceux qui croit (propagande encore) que la répartition des richesse va de plus en plus au capital au détriment du travail

    http://www.optimum-blog.net/public/images/va_france.png

    de plus dans ce graphique est intégré dans la rémunération du capital la rémunération de l’épargne populaire...

    après les 15 milliards pour les riches, voici encore une contre vérité relayée par Sysyphe qui a bien du mal à maitriser ces notions mais qui relaie très bien la propagande de la LCR

     

     


    • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 16:49

      Ben oui, mais, manque de bol, le graphique s’arrête en 97, et l’on voit bien que le courbe avait déjà commencé à s’inverser en faveur du capital : faut se tenir à jour, JPC 45.

      Pour les 15 milliards du "paquet fiscal", j’ai largement démontré, textes et chiffres à l’appui, ce qu’il en était. Depuis, d’ailleurs, en ce qui concerne les heures sup’, la commission des finances du parlement a rendu un rapport, qui démontre que ça coûte plus cher à l’état (4 et quelques milliards) que ça n’a remis d’argent dans le circuit (3,7 je crois).

      Pas de bol, JPC 45 ; les faits et les chiffres sont tétus, quoique vous en ayez.

      Pour le reste et la qualification de "propagande", c’est, en général les termes employés par ceux qui n’ont pas d’argument : je vous en laisse donc l’entière responsabilité.

      Par ailleurs, je n’ai jamais été à la LCR, ni carté dans aucun parti ni syndicat : désolé de vous décevoir : il y a encore des citoyens libres qui sont capables de penser par eux-mêmes, et d’analyser la situation, en dehors des pensées formatées.

      Mais vous, cher JPC 45, pour qui roulez vous ?


    • Fred 18 avril 2008 11:19

      euh non sisyphe, vou sn’avez jamais démontré que la majorité de l’argent irait aux plus riches. La seule chose que vous avez faite est de parler de l’utilité du paquet fiscal et là nous sommes peut être d’accord.


    • Naoh 28 juin 2008 20:51

      Cher JPC 45.

      J me permets de prendre la plume (électronique) pour prendre part au débat. Je ne suis cliarement pas de votre bord idéologique mais en débattre n’est pas le but de mon message.

      Je voulais juste parler de votre graphique. La source pour commencer ? Car celui-ci est de langue anglaise.cela m’intrigue. Deuxième point, je note que ce graphique traite des années1913 à 1997, soit 84 ans. Il manque donc la période 1998-2008 soit 10 ans. Ce qui représentearit 12 % de la courbe que vous nous proposez. Je pense que des évolutions marquées pourraient trouver place, graphiquement parlant, sur ces 12%. je ne saurais affirmer dans quel sens iraient ces évolutions, mais comme on dit, dans le doute, abstiens-toi ! Alors ce n’est pas du tout dans le but de vous incendier, mais je crois que ce document vieux de 10 ans est obsolète et qu’il n’est pas judicieux d’y faire appel... D’autant plus que nous ne sommes plus, il me semble, avec la flambée du prix de l’énergie de base, des denrées alimentaires de base, et des métaux et autres matières premières, dans une période dite "stable" économiquement, personne n’oserait me contredire, j’ose espérer !!! Donc il est difficile d’extrapoler de la suite de la courbe en remarquant son caractère relativement stable d’auparavant.

      Sinon, j’ai remarqué que ce graphique traite de la situation francaise. Hors avec les délocalisations et l’ère nouvelles de la mondialisation, je crois qu’il serait intéressant d’observer un tel graphique au niveau international. Car la situation de la France est elle représentative de celle des pays pauvre où beaucoup des grosses compagnies se sont développées ? Je crois que pour avoir une vision non tronquée de la chose, il faudrait un graphique de l’évolution internationle et jusqu’à nos jours. Ceci dit, je ne peux rien faire de mieux que de le souligner car je n’ai guère ce graphique sous la main !!! Déso,lé !

      Allez, au revoir à tous et pensez à éviter de vous vider de votre énergie en vous agrippant sur les forums car j’ai l’impression que bientôt, on aura besoin de l’énergie de tous et dans une logique de solidarité et d’entraide mutuelle pour s’en sortir !

       

       


    • valere valere 11 avril 2008 17:08

      Serait-ce un article annonciateur d’une révolte à l’échelle européenne ? Si seulement...

       


      • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 17:17

        Pour ce cher JPC 45 :

        1979 : le coup d’état mondial

        Après une crise monétaire importante et des poussées inflationnistes, la réserve fédérale américaine dit : "c’est finis, on va augmenter les taux d’intérêts". L’objectif principal des politiques économiques n’est plus le plein emploi, mais la lutte contre l’inflation, et ainsi revaloriser les profits. C’est la fin du compromis social.

        En effet, l’objectif est donc de redresser la courbe du partage de la valeur ajoutée. Avant nous avions une répartition entre capital et travail loin d’être égalitaire, mais le travail avait encore une place non négligeable. D’après Serge Halimi, rédacteur en chef adjoint du monde diplomatique, il y a eu un transfert d’environ 8% du P.N.B français des revenus du travail vers les revenus du capital, des sommes qui auraient autre fois versé aux revenus du travail.

        Comment a-t-on réussi à transférer l’argent du travail vers le capital ?

        Au début des années 80 on explique que cet ajustement doit être provisoire : "c’est la crise tout le monde se serre la ceinture, on remet le bateau à flot et puis ça repart". On met en avant des théoriciens oubliés des années 30 comme Hayek, on voit la création de la société du Mont-Pèlerin, et peu à peu on fait taire tout autre voix. Cela s’accélère avec la chute du bloc de l’est, supprimant définitivement l’idée même d’alternative.

        En s’appuyant sur des chercheurs qui vont donner un habillage savant aux préférences économiques et financières des milieux dirigeant, on va nous expliquer qu’il faut enrichir les riches pour qu’ils puissent créer des entreprises et offrir des emplois aux pauvres. On nous présente cela comme inexorable, en ne laissant pas la parole à d’autres chercheurs comme Michel Husson, Yves Salesse, avec la Fondation Copernic, le CRID etc...

        Retour à la case départ.

        Avec Reagan et Thatcher on signe la fin claire et nette du capitalisme industriel (qui pouvait encore supporter le social) au capitalisme financier, qui ne fait plus l’essentiel de son profit sur la production, mais sur la spéculation. On supprime tous les obstacles aux mouvements des capitaux : libre circulation des capitaux, déréglementations, financement des entreprises par le marché financier et ouverture des frontières entre les divers marchés financiers et monétaires. Résultat : la sphère financière se replie sur sa propre logique et se déconnecte peu à peu de l’économie réelle. Deux chiffres pour bien comprendre l’importance de ce changement. Entre 1989 et 1998 le volume du marché des changes est multiplié par trois. Une journée de spéculation sur les devises (seulement sur les devises) représente 1.500 milliards de dollars, soit le montant des réserves en or et devises des principales banques centrales dans le monde.

        Dans cette nouvelle économie mondiale, le besoin d’un salariat qualifié avec le quel on avait un contrat social, même imparfait c’est terminé. Aujourd’hui on va chercher l’argent directement sur les marchés financiers.

         

        Au plaisir de vous lire, cher JPC 45 !


        • Christophe Arvis Christophe Arvis 11 avril 2008 17:36

          Attention aux confusions : Les libéraux, notamment de la société de Mont Pélerin (que je connais bien) sont extrêmenet critiques de la politique des banques centrales, càd des systèmes à réserve fractionnaire, qui est en général anti-libérale. Il suffit de se plonger dans les sites internet des grands think tanks libéraux pour lire les analyses. 

          La crise des subprimes a une forte origine monétaire en raison des politiques irresponsables des directeurs de Banque Centrale, notamment aux USA.

          Tant que l’on aura l’illusion de pouvoir manipuler la monnaie, l’on créera des cycles économiques et financiers artificiels, faits de bulles et de krachs.

           


        • jice 11 avril 2008 21:05

          Vu le commentaire de JPC45, je doute qu’une feuille de chou gauchiste comme le monde diplomatique, et Serge Halimi en particulier, soit une source digne d’intérêt.


        • JPC45 11 avril 2008 21:26

          ce n’est pas un pb de droite ou de gauche mais de vérité des chiffres et je suis pret à discuter mais dès qu’on creuse un peu, pas de répondant


        • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 21:37

          Mais dis-moi, machin, tu vas arrêter de te la jouer, oui ?

          Je t’ai donné TOUS les chiffres, et tous les textes : si ceux du Monde Diplomatique, c’est du pipeau, ceux d’Attac, c’est pas sérieux, Michel Husson, Yves Salesse, avec la Fondation Copernic, le CRID, tous des tocards, les 1.000 milliards de pertes annoncés par le FMI ; de la propagande, Stiglitz, sans doute un vieux ringard, jusqu’à présent, toi tu n’en as pas avancé UN SEUL de chiffre, contradictoire, et tu viens nous gonfler, toujours en avançant masqué, sans même avoir les c... de répondre d’où tu parles ; alors, maintenant, basta : ou tu avances des chiffres et des arguments, ou tu fermes ta gueule. 

          Va jouer les cadors dans ta cour, si y en a qui arrivent à y croire, mais arrête de venir polluer ce sujet.

          Mobilisation pour une grève générale européenne : les pseudo-économistes agréés, fossoyeurs de la démocratie et des droits de l’homme à la comptabilité des épiceries ; qu’ils arrêtent de nuire.

           


        • JPC45 11 avril 2008 21:44

          Machin, rigolo, etc

          Je vois que ça vole pas haut... des mémoires spécifiques sur le sujet de la répartition entre travail et capital ont été fait qui ont démontré que les extrapolations d’ATTC et autre sont exagérés

          Après tu peux me sortir qui tu veux comme nom, je ne vois pas en quoi ça répond à ma question.


        • Frederic Stephan 11 avril 2008 17:19

          Il est temps de proposer un nouveau modèle de société.

          Le changement doit être radical et non pas minime comme en 68. Les français voient leur pouvoir d’achat baisser et constatent des toubles encore plus graves dans certains pays du tiers monde. La bulle financière, pour laquelle ils n’y sont pour rien, ménace d’exploser et d’empirer les choses. La hausse du pétrole semble ne plus vouloir se stabiliser. Et pendant ce temps là, les profits des sociétés du CAC40 n’ont jamais été autant important et le grand capital s’en met plein les poches (j’ai dit "grand capital" et pas "petits patrons").

          Alors ayez l’audace de proposer un modèle humaniste, qui ne soit pas basé sur le profit personnel mais sur le bien être de tous, et les français, et j’espère la majorité des citoyens d’Europe, suivront.


          • Fred 18 avril 2008 11:26

            Le problème est la variable humaine ; chaque personne veut plus et souvent malheureusement au détriment des autres. Plus un bénéfice est illégal, plus l’homme y tient disait Balzac. Rien n’empêchait les propriétaires de vendre en dessous du marché et limiter la bulle immobilière, le problème est que chacun veut en profiter.

             

            Le système capitaliste est le moins imparfait des systèmes, malheureusement personne n’a trouvé quelque chose de mieux. Certes la France s’appauvrit mais il n’y a jamais eu aussi peu de pauvres dans le monde.


          • Christophe Arvis Christophe Arvis 11 avril 2008 17:26

            Le débat éternel entre la répartition des richesses entre la travail et la capital est un non sens, et révèle à quel point nous sommes encore intoxiqué de culture économique marxiste.

            La part des richesses (VA) qui revient au travail sous forme de salaires est généralement immédiatement détruite car consommée. Celle qui revient au capital est réinvestie directement ou indirectement avec un effet ricochet profitable pour l’économie toute entière. CAr qu’on le veuille ou non la croissance économique repose d’abord et avant tout sur l’accumulation du capital, c’est-à-dire l’investissement qui permet le financement de l’innovation. Si la relance de la consommation de type kéynesienne fonctionnait, nous serions le pays le plus riche du monde avec notre niveau de dépense publique !!!

            Les pays occidentaux qui ont compris cela, affichent un croissance économique sur le long terme, alors que notre pays s’enfonce dans ses illusions économiques avec des effets dévastateurs : chômage élevé depuis 20 ans, dette et déficits publics considérables, croissance faible.

             


            • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 17:32

              par Christophe Arvis (IP:xxx.x45.64.10) le 11 avril 2008 à 17H26

               
              Le débat éternel entre la répartition des richesses entre la travail et la capital est un non sens, et révèle à quel point nous sommes encore intoxiqué de culture économique marxiste.

              La part des richesses (VA) qui revient au travail sous forme de salaires est généralement immédiatement détruite car consommée. Celle qui revient au capital est réinvestie directement ou indirectement avec un effet ricochet profitable pour l’économie toute entière.

               

              Mais bien sûr : c’est bien connu, l’économie mondialisée est "intixiquée de culture économiste marxiste".

              Et la crise financière est directement liée aux agissements des trotsko-gauchistes !

              Ce que vous dites, par ailleurs, est totalement faux ; et, soit vous le savez, soit vous raisonnez sur l’économie d’il y a plus de 20 ans. Car vous oubliez la part énorme et grandissante de la part des richesses qui revient au capital, et qui n’est PAS DU TOUT REINVESTIE, mais qui ne sert strictement qu’à la spéculation : avec seul effet ricochet pour l"économie toute entière, de la livrer enbtièrement aux puissances et aux bulles spéculatives, au détriment de la valeur réelle : tant du travail, que des matières premières.

              Vous êtes soit d’une totale mauvaise foi ; soit pas au courant : alors, renseignez vous, avant de prononcer des sentences à côté de la plaque : merci.


            • JPC45 11 avril 2008 17:40

              le problème c’est que vous en connaissez rien en économie et que vous reprenez à votre compte ce que l’on pourrait entendre au coin du bar d’un café.

              En attendant donnez nous les chiffres qui prouvent vos dire (répartition richesse ?)


            • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 17:45

              par JPC45 (IP:xxx.x35.8.126) le 11 avril 2008 à 17H40

               
              le problème c’est que vous en connaissez rien en économie et que vous reprenez à votre compte ce que l’on pourrait entendre au coin du bar d’un café.

              En attendant donnez nous les chiffres qui prouvent vos dire (répartition richesse ?)

               

              Ecoutez, mon vieux, vous avez ici-même suffisamment fait preuve de votre totale incompétence en économie ; alors, pensez bien que je me passe volontiers de vos commentaires, sur le bar du coin que, personnellement, manifestement contrairement à vous, je ne fréquente pas.

              Pour les chiffres, il vous suffit de lire autre chose que le Figaro ; par exemple tous les rapports publiés depuis des annéées par l’OCDE, dans Le Monde Diplomatique, et un tas d’autres organes, pour les avoir sans cesse sous les yeux : il n’est de pire avuegle que celui qui refuse de voir.

              Et vous n’avez toujours pas répondu à ma question : pour qui roulez vous ?


            • Dudule 12 avril 2008 04:00

              "La part des richesses (VA) qui revient au travail sous forme de salaires est généralement immédiatement détruite car consommée."

              La richesse consommée serait donc détruite, d’après vous.

              Je ne vais pas épiloguer, mais il semble manifeste que vous n’avez absolument aucune notion des questions que vous abordez.


            • Mr Mimose Mr Mimose 11 avril 2008 17:27

              Une révolte ?

              Non je pencherais plutot pour une guerre, contre l’iran par exemple pour commencer, après on verra.

              Quand je parle aux gens que je connais, tous sont persuadés que nous sommes en danger à cause du terrorisme, que Ben laden est caché derrière la porte pret à nous refiler un méchant coup de cutter.

              La propagande depuis le 11 septembre à fait son oeuvre, quand le signal sera donné, les gens iront se battre, il suffit juste de les appauvrir encore un peu, ensuite plein de haine ils voudront en découdre avec les musulmans ou n’importe qui d’autre car on leur montrera le coupable de la situation.

              Et personne ne se souviendra qu’on à employé la meme tactique dans l’allemagne nazie, mais l’ennemi était juif à cet époque.

              Regardez autour de vous, et voyez comment les gens sont remplis de la propagande qu’on leur sert avec leur repas du soir.

              Penser demande des efforts et de la volonté, regarder et repeter est bien plus confortable.


              • Mr Mimose Mr Mimose 11 avril 2008 17:41

                Cher M Arvis

                Que faut-il faire alors selon vous ? Continuez à privatiser ? Je veux bien, mais j’ai l’impression que plus on privatise, pire c’est ! Y’a de plus en plus de pauvres ! Ou sont les richesses crées ? Pas dans ma poche en tout cas !

                Alors votre petit laius economique me fait doucement rigoler ! Vous croyer convaincre qui ? Mais qui etes vous ?

                Je serais curieux de savoir quel est votre profession et vos revenus, car en parlant de la sorte on croirait entendre le fils Bouygues.

                Mais je pencherais plutot pour dire que vous etes un de ces minable gagne-petit qui veut se croire plus royaliste que le roi.

                 


              • JPC45 11 avril 2008 17:28

                sur les 15 millairs vous avez répondu à coté parce que la somme des mesures ne fait pas 15 milliards. De plus, si j’ai bien compris l’arguementaire du PS, les heures sup ça ne marche pas donc devrait couter moins cher que ce qui était prévu : 6 milliards

                donc d’un coté on ne peut pas dire que ça coute 15 milliards (en fait entre 10 et 12 quand on somme) et dire que la mesure principale sur les heures supplémentaires ne marche pas (et que donc devrait couter moins que prévu)

                Moins je constate que 3,7 millaird ont été distribué : c’est pas une bonne nouvelle ?

                Je suis preneur des chiffres après 1997, vous êtes sur de vous j’ai l’impression mais montrez moi les chiffres qui appuie votre argumentaire car les chiifres jusqu’à 1997 montre un stabilité dans la répartition.

                vous me sortez ensuite un article du monde diplomatique mais aucun chiffre (rien de surprenant quand on connait l’idéologie de ce journal) il sort ou ce 8%

                 

                 

                 


                • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 17:41

                  par JPC45 (IP:xxx.x35.8.126) le 11 avril 2008 à 17H28

                   

                  sur les 15 millairs vous avez répondu à coté parce que la somme des mesures ne fait pas 15 milliards. De plus, si j’ai bien compris l’arguementaire du PS, les heures sup ça ne marche pas donc devrait couter moins cher que ce qui était prévu : 6 milliards

                  donc d’un coté on ne peut pas dire que ça coute 15 milliards (en fait entre 10 et 12 quand on somme) et dire que la mesure principale sur les heures supplémentaires ne marche pas (et que donc devrait couter moins que prévu)

                  Moins je constate que 3,7 millaird ont été distribué : c’est pas une bonne nouvelle ?

                  C’est ça : essayez de continuer à noyer le poisson !

                  Les 15 milliards, j’en ai détaillé entièrement les mesures : textes et chiffres à l’appui, et vous le savez parfaitement (puisque vous m’avez lu).

                  Sur la seule somme consacrée aux heures sup, que vous-même avez chiffrée à 5 milliards (en année pleine), il se trouve que le rapport de la Commission des finances de l’Assemblée qui vient de rendre son rapport pour la période de mise en place (donc, MOINS d’une année pleine), elle constate que 4,2 milliards ont été distribués par l’état pour cette mesure, pour une remise en circuit de 3,8 milliards .

                  C’est une bonne nouvelle ? Pour qui ?

                  Pour l’ensemble des contribuables qui ont payé ces 4,2 milliards, sans retout sur leur investissement ?

                  Pour le budget de l’état, plombé de ces 4,2 milliards, et qui cherche maintenant à faire des économies de bouts de ficelle sur le dos des pauvres ?

                  Si le coup des heures sup ne marche pas, l’argent, lui, a bien été dépensé.

                  Par ailleurs, comme je l’ai déjà signalé, et comme vous faites semblant de ne pas l’avoir lu, cette loi est propice aux effets d’aubaine (haures normales comptées comme des heures sup’) qui vont, également, pénaliser le budget de l’état.

                  Vous ne comprenez pas très vite, ou il faut vous expliquer longtemps ?

                  En attendant, vous n’avez pas répondu à ma question, JPC 45 : POUR QUI ROULEZ VOUS ? Merci de votre réponse.


                • Fred 18 avril 2008 11:35

                  En l’occurence, ceux qui font des heures supplémentaires ne sont surement pas les plus riches et donc l’argent dépensé repartira dans l’économie car ces personnes font rarement des économies.


                • JPC45 11 avril 2008 17:42

                  Sysyphe crois que l’on est dans un pays "ultra libéral"... avec entre 1/4 et 1/3 des actifs qui sont fonctionnaires ont a du mal à le croire.


                  • JPC45 11 avril 2008 17:47

                    sur la loi TEPA vous m’avez surtout renvoyer vers un site qui indique "Le montant projeté des mesures du "paquet fiscal" se monte à plus de 10 milliards d’euros pour l’année 2008 et 13 milliards d’euros par an à partir de 2009 "

                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_TEPA

                    donc ne dites pas que vous avez répondu...


                  • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 17:48

                    par JPC45 (IP:xxx.x35.8.126) le 11 avril 2008 à 17H42

                     
                    Sysyphe crois que l’on est dans un pays "ultra libéral"... avec entre 1/4 et 1/3 des actifs qui sont fonctionnaires ont a du mal à le croire.
                     
                    JPC 45 est un rigolo : pour lui, le libéralisme, c’est comme le nuage de Tchernobyl : il s’arrête à nos frontières !
                    Et ça vient donner des leçons d’économie et parler du bar du coin, en évoquant le "nombre de fonctionnaires" !
                    Tordant, comme garçon !

                  • JPC45 11 avril 2008 17:50

                    au fait il sont été distribué à qui les 3,7 Milliards ?

                    vous dites que c’est l’esemble des contribulables c’est à dire ceux qui paient des impôts sur les revenus donc les 50% les plus aisés : vous devriez être content de cette redistribution...


                  • JPC45 11 avril 2008 17:52

                    et c’est vous qui parlez d’arguements... je crois que vous allez jamais me répondre sur les chiffres qui soutiennent vos dire qur la répartition... mais c’est moi le rigolo...


                  • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 17:56

                    par JPC45 (IP:xxx.x35.8.126) le 11 avril 2008 à 17H50

                     
                    au fait il sont été distribué à qui les 3,7 Milliards ?

                    vous dites que c’est l’esemble des contribulables c’est à dire ceux qui paient des impôts sur les revenus donc les 50% les plus aisés : vous devriez être content de cette redistribution...

                     

                    Une fois de plus, totalement à côté de la plaque, mon pauvre.

                    Le budget de l’état provient, en ce qui concerne les impôts, pour 50% de la TVA : payée, donc, par TOUT LE MONDE, et au même taux, que l’on soit fortuné ou misérable : révisez vos classiques, mon vieux : vous en êtes ridicule ...

                    Et toujours pas de réponse... Ma question vous gène tellement ?


                  • JPC45 11 avril 2008 17:59

                    dois je vous rappeler la définition du mot contribuable que vous avez employé

                    comme je sais que vous aimez bien wikipedia

                    Le contribuable est l’individu ou le ménage qui paye une contribution ou impôt direct à l’État.

                    Tous les citoyens ne sont pas des contribuables ; Ainsi en France, environ 50% des citoyens ne payent pas d’impôt sur le revenu (IR).

                    Des mouvements de défenses des contribuables ont vu le jour dans les dernières décennies, d’abord dans les pays anglo-saxons puis repris en France. On peut citer Contribuables Associés en France ou le Rassemblement des contribuables français de Nicolas Miguet. Néanmoins ce parti semble exister davantage pour la promotion de son leader que pour la défense des contribuables.

                     

                    et c’est moi le rigolo ou à coté de la plaque (sic)

                     


                  • JPC45 11 avril 2008 18:00

                    J’attends toujours les chiffres qui confirment vos dires sur la répartition des richesses, ça ne devrait pas être dur...


                  • Christophe Arvis Christophe Arvis 11 avril 2008 17:48

                    Je travaille au coeur des marchés financiers. Les bras m’en tombent lorsque j’entends ou je lis des propos du genre : "l’argent ne sert pas à de l’investissement productif mais à de la spéculation !!!". Mais enfin qu’est-ce que cela veut dire ??. Heureusemnt qu’il y a nombre d’opérateurs qui prennent des risques que d’autres ne veulent pas prendre. Soit le capital va directement dans le financemnt de l’activité (favorisé grâce aux réformes récentes sur l’ISF qui multiplient actuellement les fonds et autres véhiculent d’investissments), soit il s’agit d’investissemnt en produits de couvertures, sans lesquels des "investissements productifs ne se feraient pas".


                    • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 17:53

                      par Christophe Arvis (IP:xxx.x45.64.10) le 11 avril 2008 à 17H48

                       
                      Je travaille au coeur des marchés financiers. Les bras m’en tombent lorsque j’entends ou je lis des propos du genre : "l’argent ne sert pas à de l’investissement productif mais à de la spéculation !!!".
                       
                      On s’en serait douté, que vous travaillez au coeur des marchés financiers !
                      Quant à la spéculation, vous n’y apportez que la réponse..... d’un spéculateur, qui n’infirme en rien ce que j’en disais plus haut.
                      On vient d’ailleurs de voir précisément les effets formidablement bénéfiques de la spéculation, avec la crise des subprimes, qui a coûté, selon le FMI 1.000 milliards de dollars à l’économie : bien joué !

                    • JPC45 11 avril 2008 17:57

                      j’ai une question quand je vois le niveau de vos commentaires sur l’économie et la finance : pour affirmer que la crise des subprime est liée à la spéculation, vous connaissez j’imagine la titrisation (vite sur wikipedia)

                      Pour parler de qq chose il faut connaître un minimum car sinon ça risque de pas voler haut...


                    • sisyphe sisyphe 11 avril 2008 18:04

                      par JPC45 (IP:xxx.x35.8.126) le 11 avril 2008 à 17H57

                       

                      j’ai une question quand je vois le niveau de vos commentaires sur l’économie et la finance : pour affirmer que la crise des subprime est liée à la spéculation, vous connaissez j’imagine la titrisation (vite sur wikipedia)

                      Oui : j’ai lu ce que j’avais à en connaître sur la titrisation.

                      Et, donc, selon vous, ce n’est pas de la spéculation ?

                      Bon : j’ai assez perdu de temps avec vous : d’autant que vous essayez de noyer le poisson depuis le début. Le sujet de ce topic est la nécessité d’une grève générale pour empêcher la dégradation constante des revenus du travail des travailleurs, pour s’opposer à l’ultralibéralisme qui aggrave toutes les inégalités, qui est le jouet des puissances financières et de la spéculation sur l’économie mondiale, au détriment de la très grande majorité de la planète : c’est un fait, que vous n’arriverez pas à occulter, malgré tous vos artifices.

                      Si vous voulez défendre ce système meurtrier, c’est votre choix : à chacun sa conscience, mon vieux : moi, je cesse de perdre du temps avec un embrouilleur qui, depuis le début, refuse de dire pour qui il roule, alors que ça se voit comme le nez au milieu de la figure : ayez au moins les c.... d’avouer vos opinions, au lieu de faire diversion, mon vieux.


                    • Dudule 12 avril 2008 04:25

                      "Je travaille au coeur des marchés financiers."

                      Tout s’explique ! C’était donc ça ! C’est pour ça que vous avez écrit ça :

                      "La part des richesses (VA) qui revient au travail sous forme de salaires est généralement immédiatement détruite car consommée."

                      Ainsi donc, seul le pognon qui est épargné ou spéculé, bref celui qui passe entre vos mains, n’est pas gaspillé, d’après vous ? Le pognon est créé ex-nihilo par l’entrepreneur, puis gaspillé par la populasse. Voilà une théorie économique dont je n’avais jamais entendu parler ! On ne peut pas dire vraiment que c’est nouveau, puisque c’est manifestement très antérieur à la première réflection économique qu’un être humain a jamais produite. Mais c’est nouveau quelque part, puisque personne n’avait jamais osé dire un truc pareil.

                      Vous avez acheté votre diplôme dans une école de commerce, c’est pas possible !.

                      Vous avez quand même du courage de la ramener, si vraiment vous travaillez "au coeur des marchés financiers", par les temps qui cours... ou alors vous êtes complètement inconscient, ou vous êtes une entité issue d’une autre dimension, ou vous êtes un mythomane qui lit trop les pages saumons du Figaro.


                    • 5A3N5D 12 avril 2008 10:11

                      "Je travaille au coeur des marchés financiers."

                      Comme si les marchés financiers pouvaient avoir un coeur !


                    • anny paule 11 avril 2008 18:00

                      Très drôle : quand on lit les commentaires de cet article (au demeurant, très honnête) et les "votes" qui leur sont attribués, on n’a plus à s’étonner d’avoir le petit chef que nous avons...

                      L’Europe, la France, le Monde sont en quête de paix sociale... La richesse qui circule n’a jamais atteint de tels sommets... et, à l’opposé, la misère extrême grossit chaque jour davantage.

                      En ce qui me concerne, appartenant ("encore" ? jusqu’à quand ?) à la classe moyenne qui vit correctement, s’offre des loisirs, des vacances, un certain nombre de luxes, j’ai beaucoup de mal à envisager que mes enfants (très diplômés) et mes petits enfants (encore jeunes) ne puissent espérer un niveau de vie au moins égal au nôtre. Ce déclassement progressif est intolérable...

                      La question est éminemment politique (pas besoin d’insultes, d’attaques...) et mérite d’être posée, au moins au niveau européen. De toutes façons, rien ne se passera sans la volonté des peuples... mais, pour l’instant, l’anomie dans laquelle on les maintient ne permet pas grand chose, au niveau d’une action collective. "Le monde est dangereux à vivre ! Non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et le laissent faire" écrivait Albert Einstein... Il faut se demander à quel moment "ceux qui le laissent faire" et qui subissent, cesseront de regarder et auront l’audace d’entrer dans l’action...

                      Je suis loin d’être une révolutionnaire, je suis seulement consciente et critique... J’avoue espérer que les peuples prennent conscience de ce qu’ils sont, de ce qu’ils représentent, et se mettent en action. De toutes façons, le système dans lequel nous sommes va droit dans le mur... mais s’il l’atteint (et il n’en est pas loin !) il sera trop tard pour tous... même pour ceux qui "flambent" aujourd’hui ! 


                      • Annie 11 avril 2008 18:04

                        Une grève à l’échelle européenne, pourquoi pas ? la crise de l’insécurité alimentaire est en train de s’internationaliser, c’est donc envisageable. Autour des syndicats mais pourquoi pas aussi avec un renouveau des mouvements altermondialistes ? Pour proposer une solution de substitution à la mondialisation avant qu’il ne soit trop tard.

                        Il y avait aussi un très bon article sur AV sur le découplement entre les bénéfices des entreprises et les investissements, qui servaient à nourrir la spéculation virtuelle.


                        • Yohan Yohan 11 avril 2008 18:13

                          Un grève générale, même s’il y de quoi vouloir que ça pète, n’est pas souhaitable dans le contexte économique actuel. Trop de PME déjà quasiment sur le flanc n’y survivraient pas ?. Et puis qu’est-ce que ça changerait ? Nous ne sommes même pas d’accord sur la route à suivre....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès