Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Pourquoi j’ai décidé d’être candidat aux présidentielles

Pourquoi j’ai décidé d’être candidat aux présidentielles

Quand 414 députés disent OUI à une Proposition de loi d’un citoyen, et que le gouvernement dit NON...

Après le choc du 21 avril 2002, j’ai été, comme beaucoup de Français, secoué par la présence du Front national au deuxième tour de l’élection présidentielle. J’ai été encore plus marqué par le très fort taux d’abstention des Français à ces élections : 14 millions de nos concitoyens sur 41 millions d’inscrits ont décidé de ne pas voter.

Sitôt le deuxième tour passé, j’ai décidé avec des amis, Leïla Hirêche, jeune architecte, et Jean-Bruno Roumegoux, éditeur de calendriers, de comprendre, d’étudier pourquoi 14 millions de Français avaient décidé de ne pas voter. Assez vite, en allant sur le terrain, en étudiant les rares petites enquêtes existantes, nous avons découvert les trois principales causes qui expliquent la montée en flèche de l’abstention dans notre pays. La première est que les Français ne croient plus en la capacité des politiques, de droite comme de gauche, à améliorer leur quotidien. La deuxième raison est la fin de la confiance des citoyens à l’égard des politiques, jugés égoïstes et roulant juste pour leur bosse. Enfin, la troisième principale raison invoquée est tout simplement un désintérêt des Français à l’égard de la politique ; cette troisième raison est en fin de compte la combinaison de la première et de la deuxième.

Au-delà de ces raisons et du chiffre astronomique des 14 millions de Français qui n’ont pas voté, ce qui nous a le plus surpris au cours de cette enquête qui a duré neuf mois, c’est la découverte d’un nombre considérable de Français qui n’étaient mêmes pas inscrits sur les listes électorales. En poursuivant notre étude, nous avons découvert des choses étonnantes : sur les 3,2 millions de Français non inscrits, 500 000 sont des cadres. Pourquoi ? Tout simplement parce que les cadres déménagent beaucoup, et évidemment très peu pensent à aller en Mairie pour se réinscrire. Car il faut savoir que dès lors que vous déménagez, vous êtes automatiquement radiés des listes électorales de votre commune de départ. En plus de ces 500 000 cadres, un million des non-inscrits vivent dans les quartiers populaires, où la confiance envers politiques est presque nulle. Les autres 1,7 millions de Français non inscrits font partie de cette classe moyenne qui a l’impression de constituer les oubliés du système social. De fait, cette classe moyenne est la première victime du Trésor public qui voit en elle l’essentiel des sources d’imposition.

Sitôt cette découverte faite, nous avons épluché le Code électoral pour connaître l’état de la législation sur la question : une loi du 10 novembre 1997 inscrit d’office les jeunes qui accèdent à la majorité, mais les députés de l’époque ont complètement oublié de se soucier des millions de Français ayant plus de 18 ans au moment de la loi, et qui, de fait, ne pouvaient pas bénéficier de son application.

Forts de ces éléments, nous avons décidé de formuler une proposition de loi afin non seulement d’inscrire automatiquement les 3,2 millions de Français non encore inscrits sur les listes électorales, mais aussi et surtout d’assurer un suivi automatique des inscriptions sur ces mêmes listes électorales pour celles et ceux qui déménagent chaque année ; ils sont en effet 2,5 millions à déménager tous les ans.

Contents d’avoir préparé cette proposition de loi, il fallait alors la déposer à l’Assemblée. Surprise ! Aucun citoyen ne peut déposer une proposition de loi. Seuls les députés ou sénateurs sont autorisés à le faire, en vertu de la Constitution ; on s’empresse alors d’étudier le profil des parlementaires susceptibles d’être intéressés. On prend rendez-vous avec des députés de gauche, du centre et de droite. L’accueil est plutôt chaleureux. Le 12 mars 2003, trois propositions de loi sont dès lors déposées à l’Assemblée nationale par trois députés, de l’UDF (Jean-Christophe Lagarde), de l’UMP (Lionnel Luca) et du PS (Jean-Pierre Dufau). Nous tenions beaucoup à ce que cette proposition de loi soit consensuelle, au-delà des clivages droite/gauche.

Et là commence le marathon pour rassembler le plus grand nombre de soutiens possible de parlementaires et d’élus afin d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale. 24 mois durant, nous arpenterons les marches de l’Assemblée nationale pour convaincre les députés de la nécessité de soutenir cette proposition. 24 mois durant, nous sillonnerons les routes de France, des plus petits villages aux plus grandes villes, expliquant à nos élus le pourquoi et l’importance de cette loi. 230 parlementaires et plus de 900 maires seront rencontrés. Au total, 414 députés, soit 72% des membres de l’Assemblée nationale, et 2417 maires de toutes tendances politiques confondues accepteront de nous apporter leur soutien écrit et tamponné à cette proposition de loi visant à inscrire automatiquement tous les citoyens français sur les listes électorales. Nous décidons même de créer un Club d’élus, « Allez France », pour appuyer nos efforts. Précision : nous n’avons jamais adhéré à un parti politique.

Evidemment, avec une majorité aussi écrasante de soutiens de nos députés, nous avons crié victoire, et nous étions heureux d’avoir réussi à atteindre cet objectif. Erreur. Trois ans après avoir réussi à faire déposer la proposition de loi, non seulement le président de l’Assemblée nationale refuse toujours de la mettre en discussion à l’Assemblée (malgré 17 courriers), non seulement aucun rapporteur n’a été désigné pour étudier cette proposition de loi, et ceci en totale infraction à l’article 86 du Règlement de l’Assemblée nationale, mais le gouvernement, Messieurs Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin (rencontré à trois reprises) et les ministres de l’Intérieur successifs ont toujours fait silence.

Malgré tous ces blocages, nous organiserons quatre conférences de presse entre 2003 et 2005 au sein même de l’Assemblée nationale, en présence de députés de gauche, de droite et du centre pour, d’une part, lancer ensemble un appel au président de l’Assemblée nationale et au Premier ministre et, d’autre part, leur demander de mettre cette proposition de loi à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. En vain.

Question :
à quoi sert d’avoir le soutien de 414 députés si au bout du compte, ces derniers ne décident de rien ? Eh bien, il faut savoir que le gouvernement décide à 95% de ce qui doit être discuté ou pas à l’Assemblée nationale.

Nos chers députés, de bonne volonté pour la plupart, qui depuis mai 2002 ont déposé 2900 propositions de loi, font de la figuration. A peine 6 propositions de loi sur 2900 ont été autorisées par le gouvernement pour être discutées. Malheureusement, nos députés sont juste une chambre d’enregistrement des projets de loi du gouvernement (Article 41 de la Constitution du 4 octobre 1958).

Quelle est la morale de l’histoire ?
Que la France est évidemment un pays de liberté, car on peut dire ce qu’on veut, ou presque. Mais la France n’est pas un pays de démocratie, au sens où un citoyen peut agir sur la politique de son pays, notamment en formulant des propositions de loi. Et pourtant, l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, laquelle est inscrite en préambule de la Constitution du 4 octobre 1958, stipule très clairement que tout citoyen a le droit de concourir directement ou indirectement, par le biais de ses représentants (députés), à la formation de la loi. C’est ce que nous avons essayé de faire.

De fait, aujourd’hui, cet article 6, qui est le fondement essentiel de nos droits politiques de citoyens pour être acteurs dans notre République, n’est pas respecté. Par conséquent, nous n’avons en réalité aucun pouvoir en France en tant que citoyen. Nous avons juste celui de déposer un bulletin de vote dans une urne, à une fréquence prévue par l’organisation des différentes élections auxquelles refusent de participer 17,2 millions de nos concitoyens (14 millions d’inscrits + 3, 2 millions de non-inscrits). Forts de cette expérience et de nos déboires de citoyens, que faire ?

Pour que ce combat ne soit pas vain, et pour que le mot démocratie garde encore tout son sens, je n’ai pas d’autre choix que de m’adresser directement à vous, à tous les citoyens (le gouvernement faisant barrage) pour défendre les principes et les valeurs qui nous animent toutes et tous.

Je me présente aux élections présidentielles.

N.B. A la suite des nombreux commentaires que j’ai reçu jusqu’à maintenant ici (plus de 300 en 24 heures !), j’ai décidé d’ouvrir un forum de discussion thématique sur mon site qui permette de structurer nos idées à partir des remarques des uns et des autres .

NDLR : Nicolas Voisin vient de publier un nouvel article sur AgoraVox avec une interview audio de Rachid Nekkaz et de deux autres candidats aux présidentielles (Alain Mourguy et Nicolas Miguet). 


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (419 votes)




Réagissez à l'article

457 réactions à cet article    


  • Zenest (---.---.86.1) 16 juin 2006 10:45

    Edifiant, mais consternant au final.

    La voici notre République, telle qu’elle est, après qu’on en a ôté les parures des lieux communs : une oligarchie quinquénale.

    Merci d’être les derniers citoyens de ces temps.

    Rendors-toi, jeune. Tout va bien.


    • ohlala 16 juin 2006 10:51

      Cher Zenest, Le diagnostic est bon. Mais en quoi la belle histoire que vous nous racontez justifie-t-elle de rendre encore plus complexe et inutile le choix des français ? Bien sur, on pourrait aussi explorer des pistes constructives mais votre témoignage vient encore une fois prouver le bien fondé de la théorie des jeux : l’homme ne tente rien s’il n’y trouve intérêt. Ne vous engagez pas dans la vie publique pour que votre travail soit reconnu ou pour recevoir des félicitations, mais pour avoir des résultats. Que sert d’inscrire automatiquement tous les français sur les listes électorales s’ils ne sont consultés que tous les cinq ans ? Que sert de remplacer cette consultation épisodique par une candidature coup de gueule ? Votre diagnostic est juste, vos moyens sont entachés d’ambition personnelle. Donner la parole au peuple en dehors des échéances électorales devrait être votre principale préoccupation. Au moyen d’un droit de pétition, par exemple ou de révocation des élus indélicats ou trompeurs. Pas au moyen d’une floraison de candidatures. Citoyennement votre, Pierre


      • Zenest (---.---.86.1) 16 juin 2006 10:58

        Plus que ce projet de loi, qui je l’avoue ma faciliterait la vie (cela fait quatre ans que je déménage sans arrêt), c’est le chemin de croix étouffant de cette proposition de loi qui m’a fait réagir.
        Ces personnes désirent être citoyennes, elles ont fait des démarches que peu auraient accompli, pour leurs convictions. Et tout ça, pour rien. Moi, ça me chagrine. Pas vous ?


      • JC BENARD (---.---.92.11) 16 juin 2006 10:54

        Sur votre blog on peut lire

        "Pour 2007, il est le Candidat de la Génération Internet aux élections présidentielles.

        Son programme est une base de travail. Il attend vos idées, vos propositions, vos réactions de façon à ce qu’ensemble, nous puissions proposer aux électeurs français un programme humain, innovant et adapté à la réalité complexe du 21ème siècle"

        Donc votre programme est : Vos idées sont les miennes.

        Où est votre originalité puisque c’est EXACTEMENT ce que font les autres partis politiques !!!

        Il semblerait que vous utilisez les ficelles du webmarketing pour promouvoir votre cause. J’espère que vous y trouverez la publiciét nécessaire à votre action commerciale !!!


        • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 16 juin 2006 11:41

          mon cher JC, tu as raison, je considère qu’il y a partout de bonnes idées. J’ai aussi mes idées et ce sont celles-ci que je mets sur mon blog. Mais une aventure présidentielle n’est pas juste une aventure personnelle. « Nous appartenons à un tout » comme dirait mon ami Thierry Crouzet, et c’est cette vision que je veux porter et continuer à défendre. Donc, oui, j’attends de vous, si vous en avez envie bien sûr, que vous réagissiez, validiez ou invalidiez cette base d’idées. C’est mon choix et je l’assume. Je ne suis pas un parti politique, et je n’ai jamais été encarté dans un parti politique depuis maintenant 15 ans que je milite dans la vie associative. D’ailleurs, je suis soutenu pour la proposition de Loi que je soutiens, par 2417 Maires et qui n’appartiennent à 91% d’entre eux à aucun parti politique et par 414 Députés de toutes tendances politiques confondues. Une petite précision, le phénomène d’adhésion à un parti politique est principalement urbain ; en campagne, les élus sont libres.

          Concernant ces partis politiques, l’usage est de faire croire que l’on considère les idées des citoyens pour appliquer au final leur propre politique. J’ai réalisé entre 1998 et 2000, avec mon ami Léonard Anthony, le premier livre interactif en demandant aux jeunes de la planète de poser des questions au Grands de ce monde. 200 000 ont joué le jeu et ça a donné un livre-entretien avec les Chefs d’Etat du G7. Je suis un citoyen engagé et je compte le rester jusqu’au bout en continuant la même démarche, demander l’avis aux autres. Ce que tu appelles le webmarketing, c’est ce que j’appelle, ma philosophie de la démocratie.


        • Talion Talion 16 juin 2006 11:46

          @Rachid NEKKAZ : J’ignore si ce sentiment est passager, mais vous venez de me redonner espoir en l’avenir.


        • Talion Talion 16 juin 2006 11:47

          Par contre je vous conseille d’ouvrir au plus vite un forum si vous souhaitez que les internautes que nous sommes puissions venir discuter avec vous de votre programme et y apporter notre contribution.


        • Marie Pierre (---.---.1.50) 16 juin 2006 11:02

          Etrange, je pensais qu’on était radié des listes électorales au moment où on s’inscrivait dans une autre commune. Un transfert en quelque sorte. Tant qu’il n’y a pas d’inscription, on reste sur l’ancienne liste non ? On peut toujours y voter.


          • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 16 juin 2006 11:22

            Tu as raison, dès que tu t’inscris dans une autre commune, tu es radiée de la commune où tu vivais précédemment. Le problème est le suivant : ceux qui déménagent (30 millions de Français ont déménagé en 10 ans) ne pensent pas à se réinscrire dans leur nouvelle commune de résidence. Résultat des courses, le nombre des non-inscrits augmente chaque année. Ils sont 3,2 millions aujourd’hui. Ma proposition est donc simple : assurer un suivi automatique de l’inscription lors d’un changement de résidence (ça existe au Canada, au Luxembourg etc.) et en même temps inscrire d’un coup les 3,2 millions qui ne ne sont pas inscrits aujourd’hui. Avec cette mesure, on économisera 50 millions d’euros par élection (c’est le cas au Canada) et surtout on rend service à tous les citoyens français.


          • uzer451 (---.---.32.51) 16 juin 2006 16:01

            « ceux qui déménagent (30 millions de Français ont déménagé en 10 ans) ne pensent pas à se réinscrire dans leur nouvelle commune de résidence »

            C’est consternant !!!!

            N’est-ce pas un devoir de citoyen d’aller s’inscrire sur les listes électorales ?

            Je ne vois rien de mal à votre idée de transfert automatique, mais je trouve quand même aberrant qu’on soit obligés d’assister les gens dans cette démarche. Etre citoyen, c’est un devoir, non ?

            Perso, j’ai déménagé 14 fois ces 11 dernières années, et ça ne m’a pas empêchée d’aller aux urnes ! Question de sens civique peut-être...


          • Christophe A. (---.---.21.117) 16 juin 2006 17:52

            Déménageant de ma Bretagne natale pour la Capitale en 1989, je me suis inscrit d’abord sur le 3ème arrondissement, ensuite j’ai déménagé pour Boulogne-Billancourt où je suis resté inscrit pendant 7 ans. Pendant ces 11 années, à chaque élection, ma mère (qui participe de plus en tant qu’assesseur) à reçu ma carte d’électeur, et à signalé, à chaque fois, que j’étais inscrit sur la RP. En 2002, je suis revenu vivre dans ma ville natale, et je me suis réinscrit. Résultat final, j’étais inscrit 2 fois dans la même ville, à deux adresses différentes, pour voter à deux bureaux différents !

            Tout est rentré dans l’ordre maintenant, je suis même assesseur, mais j’ai re-déménagé au sein de ma ville, changeant normalement de bureau de vote. Et bien pas du tout ... Il a fallu attendre le référendum pour que l’on me change de bureau de vote, tout en me gardant comme assesseur dans le précédent bureau ... Marrant non ?

            Ce qui est moins marrant, c’est que je ne savais pas que c’était le gouvernement qui choisissait quelles lois pouvaient être discutée et votées à l’Assemblée. Je vois les choses d’une toute autre façon désormais ...


          • Marc (---.---.123.29) 16 juin 2006 11:10

            Jean-Claude,

            Un peu de tolérance ! Il n’y a pas que les candidats socialistes que vous défendez dans tous vos articles... Pour une fois que quelqu’un a une vraie démarche citoyenne !


            • Talion Talion 16 juin 2006 11:20

              Et bien l’intention est louable !...

              Je réfléchissais jusqu’ici pour savoir si oui ou non j’allais voter pour le Front National histoire de bien faire chier le monde (et avant tout la classe dirigeante) et parce que je ne reconnais absolument plus dans aucun des candidats à l’élection présidentielle (n’allez surtout pas croire que je soutiens le FN, en réalité je vomis ses idées).

              C’est peut-être un comportement nihiliste, mais face à un tel décalage entre le point de vue des citoyens et celui de nos dirigeants, je me surprends à souhaiter une victoire de JM Le Pen qui justifierai un recours à la violence (une nouvelle révolution ?...) afin de renverser nos institution totalement sclérosées/corrompues et de les purger de la gangrêne qui fait lentement mourir notre démocratie.

              Je dois admêtre également que j’ai été particulièrement choqué de constater dans quel cadre somptuaire vivaient et travaillaient nos représentants alors qu’un simple bureau fonctionnel adapté au travail d’un Cadre devrait théoriquement leur suffire.

              Une politique d’austérité doit être mise en place au niveau de nos dirigeants car la France ne peut pas s’offrir les moyens de faire de l’Elysée le nouveau « petit Versaille » de l’époque moderne.

              Quoi qu’il en soit, je salue l’initiative de l’auteur et suivrais avec le plus grand intérêt l’évolution de son projet.

              Si son projet tient la route, peut-être mon vote en 2007 ne sera-t’il pas guidé par des pulsions nihilistes...


              • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 16 juin 2006 11:56

                Si on peut construire ensemble une alternative à un choix nihiliste, je suis ouvert à tout échange et proposition. N’oublions pas qu’il s’agit de notre pays et de notre avenir à nous tous. Ce n’est pas ringuard, c’est sérieux. En tout cas, merci pour ton ouverture.


              • FredLeBorgne (---.---.38.121) 16 juin 2006 13:16

                Le sens de la candidature d’un citoyen internaute à l’élection présidentielle n’est pas remis en cause. Il est normal que les citoyens qui depuis un certains s’interrogent sur le Net à propos des rouages grippés de notre démocratie appellent ce genre de candidature de leurs voeux.

                Pavé dans la mare ou réelle volonté ? C’est la première réponse que j’attends.

                Car je n’entends pas voter pour un citoyen lambda qui ferait le tour des députés actuellement élus pour trouver ses ministres. Je ne crois pas à leur « impuissance ». Je pense que le système actuel les satisfait.

                Donc, j’attends un site avec forum, programme et coordination régionale. J’attends du soutien au niveau régional avec de « futurs » volontaires-députés non énarques. J’attends les signatures, l’investissement personnel du candidat, le soutien de ces adhérents toujours plus nombreux.

                Car un autre « candidat » internaute pourrait bien vouloir s’inviter, à l’imitation.

                J’attends un truc qui ne tourne pas à la pagaille comme chez les verts.

                J’attends plein de choses, et si je mets la barre un peu haut, c’est parce que je le souhaite vraiment.


              • Angus (---.---.131.193) 16 juin 2006 11:37

                Moi ce qui me fait réagir, c’est le rapport entre les projets déposés - 2900 - et ceux qui auront été discutés - 6.

                La constitution précise bien que c’est le gouvernement qui établit l’ordre du jour de l’assemblée et donc des projets de lois qui y seront discutés. Cela permet au gouvernement de se garantir un temps d’examen de ses projets sans contraintes, la preuve ...

                Par contre, cela signifie que le gouvernement élimine sans vergogne depuis les débuts de la Vème république toute initiative parlementaire, à part en général sur des sujets sans débat ou sans enjeu.

                Pour trouver un équilibre dans ce contexte, il faudrait une vraie concertation entre le gouvernement et les parlementaires dans leur ensemble pour équilibrer l’ordre du jour des projets à débattre, sans que le gouvernement n’abuse de sa capacité de préemption.

                On peut rêver ... Il faudra bien un jour changer la constitution pour brider ces mauvaises pratiques. J’espère que notre valeureux candidat inscrira ce changement dans son programme.


                • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 16 juin 2006 11:48

                  Cher Angus, ton analyse est tout à fait correcte. et dans mon programme, il y a en effet la volonté de réquilibrer le pouvoir entre l’exécutif et le législatif afin de donner plus de pouvoir à nos représentants( Députés et Sénateurs). En même temps, je propose de diminuer le nombre de Députés de 577 à 100 (un par département) en intégrant une dose de proportionnelle ; Ce seront des députés élus au scrutin de liste (8 par liste, ça correspond aux 8 commissions parlementaires de l’Assemblée que je requalifierai). Ce seront des députés compétents et capables de « fabriquer » des Lois utiles, intelligentes et adaptées aux réalités complexes de notre société.


                • Zenest (---.---.86.1) 16 juin 2006 11:54

                  « Par contre, cela signifie que le gouvernement élimine sans vergogne depuis les débuts de la Vème république toute initiative parlementaire, à part en général sur des sujets sans débat ou sans enjeu. »

                  Tiens... à cette lecture une question : ce projet de loi, plutôt bénin au premier abord, aurait-il un véritable enjeu ?
                  3,2 millions de personnes, ça pèse assez lourd... Pour qui voteraient-elles ? Appartiennent-elles majoritairement à un panel défavorable à l’une de nos grosses formations politiques ?...


                • machinchose (---.---.129.40) 16 juin 2006 11:54

                  1 par departement ?

                  les correziens seront content d’imposer leur pouvoir aux parisiens. la démographie française n’est pas harmonieuse géographiquement.

                  J’ai déménagé je reste inscrit dans ma commune d’origine tant que je n’ai pas fait de démarche.


                • machinchose (---.---.129.40) 16 juin 2006 11:56

                  comment distngue t on un député compétent ?

                  vous voulez qu’on vote pour eux ou vous voulez les désigner ?


                • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 16 juin 2006 11:59

                  J’ai rencontré MM. Sarkozy et de Villepin à ce sujet. A ce jour, 500 000 cadres, 1 million de jeunes des quartiers populaires et 1,7 millions qui font partie de la classe moyenne ; Difficile de voir pour qui ces personnes voteraient. je pense que ça reflète à peu près ’équilibre actuel. Mais ce n’est pas sûr...d’où sûrement une certaine réticence du Gouvernement qui ne supporte pas de gérer des incertitudes


                • machinchose (---.---.129.40) 16 juin 2006 12:00

                  à propos de mon message sur les inscriptions, excusez moi je vous avais mal lu. Le problème de votre suivi c’est la centralisation des fichiers personnel. Là il y a un pb sur la loi informatique et liberté et le problème de fichiers personnel. Les fichiers fisc etc. enfin il me semble.


                • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 16 juin 2006 12:01

                  les Maires ont tendance à désinscrire les personnes qui déménagent pour ne pas enregistrer dans leur commune un taux d’abstention élevé lors d’une élection. D’autres maires laissent les choses dans l’état. Dans la majorité des cas, ils désinscrivent ceux qui déménagent.


                • machinchose (---.---.129.40) 16 juin 2006 12:02

                  de nombreuses personnes ne votent pas simplement parce que le vote blanc n’est pas pris en considération. (quorum par exemple). D’autres parce qu’ils ont le sentiment que leur vote ira dans le sens des tendances qui se dessinent (là c’est le pb des sondages)

                  ceux qui veulent vraiment bouleverser le jeu votent (cf. FN).


                • machinchose (---.---.129.40) 16 juin 2006 12:03

                  Les maires désinscrivent ? ils suivent les déménagements les maires ? Ils le font à partir de quels fichiers ?


                • Pehem (---.---.78.114) 16 juin 2006 13:21

                  ... et ils le font sous couvert de quelle loi ? Une loi qui les autoriserait à priver ainsi un citoyen d’une partie de ses droits d’électeur sans l’en prévenir ???

                  Si une telle chose est possible, alors c’est grave...


                • machinchose (---.---.129.40) 16 juin 2006 13:25

                  comment controlent ils cette situation géographique de leur administré ?


                • jebthebear (---.---.3.72) 16 juin 2006 13:43

                  « à propos de mon message sur les inscriptions, excusez moi je vous avais mal lu. Le problème de votre suivi c’est la centralisation des fichiers personnel. Là il y a un pb sur la loi informatique et liberté et le problème de fichiers personnel. Les fichiers fisc etc. enfin il me semble. »

                  trouvez vous que la carte Vitale soit une mauvaise chose ? Et les plaques d’immatriculation, comment croyez vous qu’ils vous retrouvent en cas de pépin ? Cela existe depuis toujours (enfin, depuis que c’est possible). Le pb, c’est de savoir si ces listing peuvent etre croisés ou non avec d’autres. C’est justement là que la CNIL intervient...

                  Jeb


                • machinchose (---.---.129.40) 16 juin 2006 13:47

                  c’est exactement ce que je dis : le croisemment.


                • parkway (---.---.18.161) 16 juin 2006 15:54

                  M. NEKKAZ en ce qui concerne leurs incertitudes qu’ils n’aiment pas gérer, il faut aussi qu’ils gèrent la certitude de leur échec en 2007 !

                  Y’a pas que sur agoravox que la majorité ex-silencieuse s’exprime.

                  Malheureusement, il y a trop de candidats, personne ne peut ou ne semple pas pouvoir rassembler la majorité aux élections : le 2ème tour sera sans doute avec d’un côté, les indigents politiques dynausaures et de l’autre les nouveaux réformateurs, qui vont faire peur aux crétins français !

                  j’espère que les crétins voteront comme en mai 2005 ! à 45% !


                • liliane (---.---.168.184) 16 juin 2006 23:00

                  Bonsoir, c’est une réalité. J’ai été radié 3 mois à peine après avoir déménagé soit début décembre ...et j’ai raté l’inscription dans la nouvelle commune...Eh oui !


                • lsdbs (---.---.16.50) 22 juin 2006 14:13

                  Tout d’abord, je trouve que ces idées sont très pertinentes.

                  Si ce projet peut aboutir (désolé de ce septicisme, mais dans l’état actuel des choses, je me pose beaucoup de questions sur la faisabilité de tels projets), je serais le premier à en fêter la victoire.

                  Bref, je voulais ajouter une précision sur les inscriptions sur les listes électorales. On peut se faire « radier » d’une liste électorale.

                  En voici un exemple concret : un ami a reçu un courrier chez ses parents lui annonçant qu’il avait été radier de la liste électorale par délation. En effet, il avait déménagé (à la suite de ces études), la mairie l’a donc radié de la liste. La « délation » (mot un peu fort je vous l’accorde) est du au fait que la mairie a eu connaissance de son démanagement sans qu’il l’ait annoncé lui-même.

                  Ses parents l’avaient signalé à la mairie (dans le cadre des personnes vivants dans le foyer, information qui permet à la mairie de calculer les charges pour les ordures ménagères).

                  Voila pour la petite précision.

                  A+


                • JC BENARD (---.---.92.11) 16 juin 2006 11:48

                  Marc,

                  « Pour une fois que quelqu’un a une vraie démarche citoyenne »

                  S’il s’agissait d’une association de type 1901, je pourrais trouver intéressante cette démarche. Mais il s’agit d’une candidature à la présidence de la république et là je dis trop c’est trop !!!

                  A force de penser (toutes tendances confondues) que la présidentielle est la meilleure des tribunes on finit par la ridiculiser. Les mouvements extrêmes sont étrangement calmes ces deniers temps, ils attendent traquillement la profusion des candidats pour mieux progresser.

                  Attention : 2007 est un tournant pour le choix de société à venir. Essayons plutôt cette fois-ci d’interpeller les candidats « sérieux »

                  Cordialement


                  • L'équipe AgoraVox Antoine 16 juin 2006 11:51

                    C’est qui les candidats sérieux ? Ségolène et Sarko ?? Ah Ah Ah. Je suis mort de rire.


                  • Talion Talion 16 juin 2006 12:02

                    @Antoine : C’est vrai que si Sarko et Ségolène sont les seuls candidats « sérieux » qu’on nous impose pour les prochaines élections, personnellement moi je voterai Le Pen.

                    Ma façon à moi de leur faire un bras d’honneur et de mettre une pierre dans toute cette mécanique bien huilée.

                    Quand un jeu ne vous plait pas, vous en changez les rêgles !


                  • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 16 juin 2006 12:06

                    Je défends la proposition de Loi depuis 2002 dans le cadre d’une association Loi 1901. 72% des Députés la soutiennent et 2417 Maires. Quand une association Loi 1901, autant soutenue que la mienne, est empêchée par un Gouvernement de faire son travail citoyen au service du plus grand nombre, il n’y a pas d’autre solution que s’adresser directement à tous les citoyens français au suffrage universel, ce n’est pas un caprice, c’est une nécessité aujourd’hui. Je vous invite à vous méfier des Candidats dits « sérieux » qui empêchent aujourd’hui « nous autres citoyens » que nous sommes tous de faire avancer les choses dans notre pays de façon citoyenne.


                  • machinchose (---.---.129.40) 16 juin 2006 12:09

                    ce n’est pas votre association qui est autant soutenue mais votre idée précise sur une loi extremement peu polémique.


                  • (---.---.102.41) 16 juin 2006 12:11

                    @ JC BENARD (IP:xxx.x80.92.11)

                    « Attention : 2007 est un tournant pour le choix de société à venir. Essayons plutôt cette fois-ci d’interpeller les candidats »sérieux«  »

                    Mise en garde pertinente et legitime. Peux-tu developper un peu plus ce que tu entends par « candidats sérieux » ?

                    Quels sont les critères qu’il faut retenir, d’après toi, pour juger si tel ou tel candidat est sérieux ou pas ?

                    bien à toi


                  • machinchose (---.---.129.40) 16 juin 2006 12:13

                    ceux qui ont une chance de gagner. Il s’agit de parler de façon pragmatique. La gauche a perdu le premier tour à cause de ce genre de pensée.


                  • jebthebear (---.---.3.72) 16 juin 2006 13:58

                    JC > le soit disant tournant dans la vie politique francaise aurait eu lieu en avril 2002... Le pb, c’est que ce « signal » envoyé par le peuple s’est perdu dans le cyber espace.

                    Donc que faire pour faire comprendre aux politiques qu’on ne veut plus d’eux si eux meme ne veulent rien lacher ? Certains font semblant d’avoir compris (Sarko et Sego) alors qu’ils sont en politique depuis un quart de siècle. Je ne vois pas ce qu’ils pourraient changer (meme si le fait que Sego soit un peu éseulée au PS me fait dire qu’elle a peut etre compris le raz le bol ? Mais son caractère vieille France et moraliste me fait peur).

                    J’en viens meme a envier les américains : chez eux, passé deux mandats, tu gicles. Tu fais ensuite le reste de ta vie a faire des conférences payées qq millions de $. Mais plus trop de politique directe... Ce ne sont donc pas les memes carrieristes que chez nous : si a 60 ans tu n’es toujours pas président, c’est mort pour toi. En France, c’est plutot a 60 ans qu’ils arrivent enfin a atteindre ce pour quoi ils sont venus en politique (certes, il est plus simple de changer les choses en haut du pouvoir que tout en bas)... Comment peut on décement croire qu’un retraité va changer notre pays ?? Presque par définition, les vieux sont conservateurs, et je me demande bien pourquoi ils tenteraient de changer une société dans laquelle ils évoluent depuis qu’ils sont nés !

                    C’est pourquoi avoir un(e) candidat(e) de moins de 50 ans est un minimum a toute chose a mon gout...

                    Jeb

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès