Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Pourquoi j’ai du mal à aller voter ?

Pourquoi j’ai du mal à aller voter ?

Voici un petit article sans prétention, aucune, sur un sujet qui me taraude de plus en plus depuis 2007 : notre système de vote ne serait-il pas à revoir ?

Depuis l’élection de 2007 et la campagne qui a précédé ce vote, quelques questions me turlupinent et je ne trouve que trés peu d’articles dans la presse sur ce sujet. En effet, lorsque je discute politique je me rends compte que beaucoup de gens aiment ou détestent les deux candidats finalistes (qui se sont séparés sur le score d’environ 53% à 46%). Cela fait beaucoup de déçus et beaucoup de colère. De plus, il est assez rare que l’on soit entièrement d’accord ou parfaitement en désaccord avec l’un ou l’autre des candidats (ce serait même inquiètant).

Je dois avouer que le scrutin uninominal majoritaire ne me paraît pas représentatif des différentes sensibilités de la population. Pourtant, il existe une méthode, appelée méthode de condorcet, qui parait mieux prendre en compte le degré d’accord que peut avoir un citoyen avec les différents candidats. C’est un système de vote dans lequel l’unique vainqueur est celui qui, comparé tour à tour aux autres candidats, s’avère à chaque fois être le candidat préféré (pour une définition et un exemple précis voir wikipedia "la méthode Condorcet").

Certes, ce type de scrutin réclame une organisation béton, trés difficile à mettre en place pour une élection nationale ; mais la difficulté doit-elle nous faire renoncer ? Assurément pas. Cela demanderait plus d’assesseurs, plus de moyens et plus de temps mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ? Ce qui est sûr, c’est qu’au moins, se poser la question ça ne mange pas de pain.

Autre point que le mode de scrutin, mais qui me chiffonne également, c’est la manière dont se déroule la campagne. Nous ne choisissons pas un programme pour la France et les Français mais un candidat. Certes ce candidat défend un programme, mais il n’est absolument pas tenu de le respecter une fois élu. Ce qui nous donne droit à de sempiternelles promesses de campagnes qui n’engagent que ceux qui les croient. Pire, nous savons à chaque fois que le candidat ne tiendra pas toutes ses promesses mais nous sommes dans l’impossibilité de faire le tri entre promesses qui seront tenues, promesses tenables et promesses qui ne seront jamais honorées. Durant la campagne, c’est l’éternelle communication de la surenchère. "Avec moi, plus de sans abris d’ici 2 ans" pour ratisser à gauche ; "je propose que les mineurs délinquants soient pris en charge par l’armée" pour séduire à droite.
Pourquoi ne nous propose-t-on pas de voter pour un programme contractuel (non exhaustif). Puisque la France semble trés attachée à créer de nouvelles lois, elle pourrait en faire une qui obligerait le candidat élu et son gouvernement à effectivement tenir les promesses faites lors de la campagne. Ce qui n’empècherait pas le chef de l’état de mettre en oeuvres d’autres projets durant son quinquennat. Les programmes seraient plus clairs, plus concis et compréhensibles et nous n’aurions pas à nous torturer les méninges pour trier le bon grain de l’ivraie.

Enfin, et dernier point qui me turlupine, c’est le développement du vote électronique. Il rend, en effet, les fraudes quasiment invérifiables. Ce n’est déjà pas facile d’organiser des élections saines avec des bulletins papier. Avec le vote électronique, c’est la porte grande ouverte à tous les abus ! Et l’on ne sait que trop, à travers la presse, que la plupart de nos braves femmes et hommes politiques ne sont pas naturellement enclins à l’honnêteté (de gauche comme de droite en passant par le centre). Cette nouvelle technologie risque en plus de sérieusement compromettre le secret du vote, à l’heure où nous sommes fichés de partout (RG, police, entreprises...). Bien évidemment, aucun système de vote ne pourra garantir à 100% le zéro fraude ou tentative de fraudes, mais certains systèmes facilitent celle-ci et je m’étonne que ce soient ceux-là qui aient la préférence de nos chèrs décideurs.

Voilà, ce ne sont que quelques menues réflexions, non exhaustives, non arrêtées. Pour améliorer tout ça, il faudra du temps et une réelle volonté politique. Aïe, ça risque de pas être pour demain. En tout cas, rien ne nous empêche d’y réfléchir, d’en discuter. Si un grand débat citoyen se créait sur ce sujet, on pourrait espérer que les Français se sentent plus concernés par la politique et reviennent peut-être vers les urnes, y compris pour les élections locales ou européennes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 21 janvier 2009 10:07

    Un peu comme aux US on a eu un duel 100% skull and bones entre Bush et Kerry , les restants en France risquent d’être tous deux membres du Siècle ou du groupe Bilderberg , organisations pour la défense de la ploutocratie mondiale , autant choisir entre la peste et le choléra . D’où le vote blanc ou nul que je pratique de plus en plus en tant qu’anarcho écolo, même aux vote locaux car voter vert= allégeance au PS= soumission à la ploutocratie


    • anomail 21 janvier 2009 13:54

      << autant choisir entre la peste et le choléra >>

      Plus précisément, lors du dernier scrutin nous avons dû choisir entre la peste et le colérique smiley


    • LE CHAT LE CHAT 21 janvier 2009 14:25

      la peste et le colérique ! excellent !  smiley


    • matthius matthius 22 janvier 2009 21:52

      Mes concitoyens français sont décidément sidérants.
      Non content de ne pas avoir vérifié la validité de ce que proposaient les candidats ils ne vont pas non plus s’informer correctement sur le passé des candidats.
      Maintenant ils cherchent à trouver une raison de ne pas voter puisque leur vote à droite à mis à mal la démocratie.

      Si vous avez voté à droite dites le car la droite a toujours fait croire n’importe quoi à des imbéciles heureux. La crise est vécu depuis les années 90 par certaines personnes depuis vos, ni droite ni gauche, vos ce qu’on me dit est intéressant parce qu’on en parle. votre peste et votre coléreux...

      Une élection est un enjeux et il n’y avait jamais eu autant d’enjeux que lors de la dernière élection. Si vous voulez avoir confirmation de ce que je dis : Il y a du social et de l’écologie dans la région Poitou-Charentes pour ceux qui en demanderaient. Quant à SARKOZY il a fait ce qui était écrit sur son premier programme, à savoir les réductions d’impôts qui profitent évidemment et toujours aux plus riches.

      Quand je discute avec des personnes modestes, la première raison pour eux de voter à droite c’est "pas d’impôts"
      Les sondages permettent encore à la droite de s’apercevoir qu’ils ont encore un champ d’action étonnant.


    • Radix Radix 21 janvier 2009 10:22

      Bonjour

      Depuis que le vote électronique a été mis en place dans ma commune je ne vote plus !

      Vu le silence qui entoure ce problème dans tous les partis ce n’est pas près de changer, visiblement celà arrange beaucoup de monde.

      Radix


      • Cobalt-59 21 janvier 2009 13:37

        Je ne vois pas le problème du vote électronique, sinon qu’il change les habitudes d’une poignée de vieux barbons.


      • RilaX RilaX 21 janvier 2009 14:26

        Le probleme du vote electronique n’est pas qu’un question d’habitudes de vieux briscards. J’ai 28ans (donc pas vraiment vieux), et je travail dans l’informatique (donc pas refractaire aux progrés) ; mais je ne voterai jamais par machines electroniques sans une certaine condition.
        Cette condition est, selon moi, inateignable pour une machine electronique. A savoir la possibilité d’etre sur qu’en cliquant sur tartempion, mon vote va bien a tartempion.
         Tant que ceci n’est pas vrai (la certitude), il y aura toujours un doute et donc le scrutin sera soumis a caution.

        Et puis le progres c’est bien, mais franchement dans ce cas precis des elections, il apporte quoi ce progres ? a part une incertitude sur qui tu vote, il apporte rien. Les machines coutent cher, il faut les entretenir, et les garder dans un lieu sécurisé. Il faut en plus avoir une confiance absolue dans l’entreprise qui fournit et entretien ces machines.
        Alors qu’avec le bon vieux bulletin papier et l’urne transparente ; ben les fraudes sont vite vues, les recomptage toujours possible, et la certitude de voter pour qui on veux est la. Sans compter l’elan citoyen que cela provoque chez tous les citoyens qui assistent au depuillage et au comptage des voix.


      • LaEr LaEr 21 janvier 2009 14:37

        Comme Rilax, 28 ans, informaticien (avec entre autres, 3 ans en tant que spécialiste sécurité), et JAMAIS je ne cautionnerai le vote électronique. Tout d’abord, comme l’a dit Rilax : qu’apporte-t’il ? Rien, si ce n’est un dépouillement incertain, mais peut-être plus rapide de quelques heures quand tout va bien ( ce qui est rarement le cas). Il coûte cher, et il introduit trop de possibilité de fraude.

        Quand à la réfléxion sur les "vieux" qui y seraient les seuls réfractaires, c’est marrant, je ne connais aucun (jeune) informaticien qui y soit favorable...


      • Redj Redj 21 janvier 2009 14:46

        Comme Rilax et LaEr, 35 ans, développeur, et jamais je ne voterai sur une de ces machines. C’est trop facile à trafiquer. Et il n’y a pas qu’une seule façon de le faire (petites routines inclues dans le soft, inversement des votes...). Car ses machines, pour fonctionner, ont besoin d’une programmation, et je suis bien placé pour savoir qu’on faire faire n’importe quoi à une machine sans que cela soit visible.


      • LaEr LaEr 21 janvier 2009 15:02

        Exemple :

         

        Une porte dérobée a été découverte dans le SGBD Interbase le 10 janvier 2001 lors de l’ouverture du code source par son éditeur, Borland. Il suffisait d’entrer le nom d’utilisateur « politically » et le mot de passe « correct » pour se connecter en administrateur. La faille existait depuis 1994.


      • Traroth Traroth 21 janvier 2009 17:19

        Informaticien moi aussi, je pense comme mes petits camarades. Actif politiquement, je cesserais de voter le jour où on m’imposera le vote électronique. Belle unanimité chez les gens de l’art, en tout cas. Personnellement, je ne connais pas d’informaticien ou d’électronicien qui soit pour le vote électronique.

        http://traroth.blogspot.com/2007/06/machines-voter.html


      • Fergus fergus 21 janvier 2009 17:52

        Ancien informaticien moi-même (nous sommes décidément nombreux sur ce blog), je cautionne ce qui a été dit par RilaX et LaEr : rien ne vaut le vote papier. De plus, il humanise le scrutin et lui donne un côté rituel qui disparaît avec l’usage d’une machine.


      • Radix Radix 21 janvier 2009 21:08

        Bonjour messieurs

        Je vous remercie d’apporter de l’eau à mon moulin et je suis d’accord avec vos conclusions d’autant plus que moi aussi mon métier est l’informatique !

        A force de répéter une évidence celà finit toujours par lasser et est probablement espérer par les promoteurs de cette innovation dont il faut rendre la paternité au singulier : Nicolas Sarkozy !

        Il était, à l’époque, ministre de l’intérieur et a, à ce titre, autorisé les "machines à voter" en France, probablement séduit par les deux élections "gagnantes" de Bush !

        Radix


      • mojique mojique 22 janvier 2009 08:19

        Moi, je ne voterai plus quand le vote sera électronique


      • gimo 26 janvier 2009 00:03

        bon une affaire entendu le vote machine c’est la porte à plus de fraudes

        ont va y passer la soirée ok bien c’est un élément de 20 choses sur le vote
        n’est pas un jeu de pc

        c’est de la démocratie la vie des gens du citoyen que ont doit parler  m.......

        il faut savoir que le métier de politique sa spécialité c’est la magouille point

        et il faut tuer père et mère. Donc dans cette perspective il serait  temps de se revéillez

        j’ attents des commentaires riches de recherche pour faire avancer le bouchon merci à tous le
         monde sera gagnant une belle occasion de débattre je penses....... à vos claviers merci

        parceque marre dêtre tondu pour notre laine comme un mouton merci à tous


      • phil2nim phil2nim 21 janvier 2009 14:31

        le problème des idées, c’est qu’elles ne vivent que par les gens qui les portent.
        On retrouvera de toute façon
        * les pouvoirs (qui appliquent les idées sous forme de lois et de pratiques adminisratives) ;
        * la nécessité du contrôle de ce pouvoir
        * et le contre pouvoir.

        Donc, des élus, des professionnels, des citoyens.

        Votre proposition ne fait pas avancer le schmilblic, je crains...


      • gimo 26 janvier 2009 00:12

        @ abg
         c’est bien le bouchon avance quoi d’autres ? MERCI


      • maxim maxim 21 janvier 2009 10:34

        pour en revenir à ce que vous déplorez ,à savoir les belles promesses de campagne non tenues ......

        si il fallait ne plus faire de promesses sachant qu’elles ne seront jamais tenues ,alors que tout le monde sait pertinemment que c’est le B A BA de la vocation du politicien ,il n’y aurait plus de gens intéressés par cette carrière !.....

        un politicien ,c’est celui qui a besoin de l’argent des riches et des voix de la populace ,pour faire croire aux uns qu’on les protège des autres !

        bon ,et puis ,au sujet du vote électronique ,quelle différence avec le bulletin ? sachant de toute façon qu’on se fera enfler d’une manière ou d’une autre !


        • LE CHAT LE CHAT 21 janvier 2009 10:41

          salut mon ami ,

          pour ceux qui entrent dans le métier de la politique et rentrent à science Po en croyant que la politique , c’est se mettre au service des gens , on leur apprend au contraire que c’est l’art de manipuler les foules ! smiley

          si tu as canal+ , il faut absolument regarder "l’école du pouvoir "dont la seconde partie passera lundi prochain 20h30 , c’est super instructif !

          bien à toi


        • LaEr LaEr 21 janvier 2009 11:17

          Tant que l’on pourra faire "carrière" en politique, on aura des dirigeants intéressés uniquement par leur petit intérêt. A l’heure où l’on parle partout de restriction budgétaire, il est indispensable de commencer par les dirigeants politique.

          Un exemple simple : 3000€ /mois pour un député ou autre, quelque soit le nombre de mandat détenu. C’est aussi le plus sur moyen de limiter le cumul de mandat.
          Le peuple accepterait peu-être plus les réformes s’il voyait que l’"élite" se les applique à elle-même !

          On devrait rentrer en politique comme l’on rentre en religion, par dévouement, et non par intérêt.

          Je crois que c’est en Norvège, ou même les plus hauts dirigeants du pays touchent un salaire très modeste, doivent partager leur voiture de fonction, et doivent justifier leur déplacement professionel (en utilisant le - cher possible). On est loin des 172% d’augmentation de Sarko, et des locations de Jet par Estrozi pour ne pas louper un apéro !




        • Romain Desbois 21 janvier 2009 13:23

          Dommage que tout ce débat ait des relents un peu poujadiste non ?

          Tous les politiques ne sont pas des politiciens, il y en a qui ont des convictions . Et à leur décharge, ils ont une vie de cinglés. Contrairement à ce que l’on croit, peu de gens veulent leur place. il suffit de voir la difficulté de créer une liste, même locale.

          De plus croire que des béotiens pourraient s’y retrouver une fois élus, c’est voir la politique par le petit bout de lorgnette. rien que pour s’y retrouver dans les méandres administratifs et architecturaux de Bruxelles, il est coutûme d’entendre qu’il faut au moins à un novice un an ! Et après il aura à gérer les subtilités des lobbys par exemple.

          Un vieux renard de la politique aura des atouts face à un novice fraichement élumou (oups).

          Croire que la politique n’est pas une profession est à mon sens, une grosse erreur ! En tout cas en l’état de notre société.


        • crazywasher crazywasher 22 janvier 2009 06:35

          Maxim,
          Ce que vous dites est hélas vrai !
          Mais je suis un indécrottable utopiste et je ne désespère pas qu’à force de débattre de ces problèmes, nous progresserons dans la bonne voix !
          Et même s’il n’y a que très peu de chance pour que les choses avancent, il ne faut pas cèder ! C’est un devoir de citoyen !


        • dapeacemaker911 21 janvier 2009 10:44

          Si il n y avait que ce detail a changer....

          nos textes sont corrompus autant que nos candidats....

          Il est grand temps de se retrousser les manches... tout le mal qu on a laissé passé faudra du temps pour le reparer.
          Tout ca traine depuis temps d annees par manque de communication claire sur le sujet, il suffirait de peu de temps si on s y mettait tous.

          A quand un vrai journal papier Citoyen ?
          A quand une chaine de TV Citoyenne ?

          On est submergé d infos non pertinentes et souvent contradictoires... il faut qu on se parle entre nous...Citoyens.

          Dam


          • pierrot123 21 janvier 2009 11:12

            Le "pouvoir politique", son exercice, est l’expression d’un rapport de force.
            Les" idées politiques" ne sont que l’habillage de ce rapport de force.
            Tout le reste est littérature.


            • Yvance77 21 janvier 2009 11:48

              De l’auteur je cite : "Certes ce candidat défend un programme, mais il n’est absolument pas tenu de le respecter une fois élu."

              Ce serait une première, vous en conviendrez, si nous élisions une personne tenant ses promesses - nos attentes !?

              Quoique Pipole 1er et son rêve américain sauce camembert, on peut pas dire qu’il ne tienne pas ses putains de serments (ou presque) au grand dam de la France de Jaurès.

              Bah ca finira sans doute avec un nouveau Charonne.

              A peluche et bon p’tit post


              • Internaute Internaute 21 janvier 2009 12:05

                De vos propositions je ne partage que l’abolition du vote électrique qui en effet est la porte ouverte à trois dérives - le trafficotage des bulletins, le fichage individuel et un puit de corruption car les contrats de machines à voter coûtent des centaines de millions d’euros.

                Le vote à la Condorcet peut s’appliquer à un référendum où l’on pose une séries de questions. En voulant l’appliquer au président de la république vous avez l’air de croire au CV anonyme pour un tel poste. Ce n’est pas le mode de scrutin mais les partis politiques qui font que nous ayons des élections type 2007. De toute manière les choses se corrigent d’elle-même quand le système a atteint ses limites. Regardez l’élection de Fujimori au Pérou. Elle était totalement impensable 6 mois avant les élections et pourtant elle a eu lieu.


                • Romain Desbois 21 janvier 2009 12:27

                  En tant qu’écolo libertaire je vote et jamais ne m’abstiendrai, avec des gants en bon gaulois (qui m’aime pas l’air-aux-mains), avec le nez bouché. (comme quoi hein LeChat smiley )

                  Car je ne veux pas que l’on choississe à ma place ! Même si c’est truqué à la base (les citoyens sont cooptés pour être candidats à la présidentielle). Plutôt que laisser les chose se faire, je préfère à l’abstention, voter à la limite pour un "petit candidat" pour que le pourcentage ne soit pas aussi spendide.

                  Et au deuxième tour , il faut éliminer le pire des deux (selon ses convictions). Le jour où il y aura le candidat parfait pour tous, genre le Messie, il n’y aura plus besoin d’aller voter.

                  Mais ce qu’il manque c’est une vrai culture de la démocratie, une vraie éducation à la politique. j’en connais tellement qui votent sans savoir pour quelles idées ils votent, que c’est à vous degouter de la démocratie !
                  Et on s’étonne après qu’ils soient déçus ! La plupart des électeurs ne savent même pas ce que leur candidat a dit ni quelles sont ses idées politiques. Au mieux ils répêtent ce qu’ils ont entendu d’un journaliste ou d’un voisin et/ou ami.

                  C’est souvent affligeant, mais ce ’est pas parceque l’utilisateur est mauvais qu’il faut changer l’outil.


                  • LE CHAT LE CHAT 21 janvier 2009 12:39

                    @romain
                    je préfère ne pas voter que voter en me bouchant le nez comme certains en 2002 ! mais cette année là , j’ai voté contre l’homme que le bruit et les odeurs dérangeait ! au moins j’étais sur de ne pas voter bilderberger !


                  • phil2nim phil2nim 21 janvier 2009 14:19

                    Je me retrouve très largement dans ce constat et ces propositions.
                    On pourrait ajouter la comptabilisation des bulletins blancs : pourquoi se déplacer pour exprimer une opinion "ni-ni" qui ne sera pas prise en compte de toute façon ?


                    • lebonga 27 janvier 2009 13:53

                      Je plussoie énergiquement !!!!

                      Je ne vote plus depuis que j’ai constaté que le vote blanc :

                      1) n’était pas représenté dans les résultats électoraux,
                      2) était amalgamé aux abstentions (en effet, puisque c’est la même chose au final, je préfère aller me ballader)

                      Beaucoup se disent en démocratie car ils ont le droit de vote. Je les encourage à revoir la définition et les différentes dérives associées à ce mot...

                      Cordialement


                    • Liberty 21 janvier 2009 14:58

                      Bonne question

                      TANT qu’un élu n’aura pas la majorité des voix des Français en droit de voter il ne sera pas légitime .
                      Tout décompté, abstention, nuls, non exprimés, Sarko a été élu avec 30% des voix !

                      Je suis POUR une prise en compte d’un nouveau bulletin "ne se sent pas représenté" afin de faire sa fameuse "démocratie irréprochable" .
                      Cela fais bien longtemps que nous ne votons POUR le meilleur mais CONTRE le pire .

                      Pourquoi pas revoter jusqu’à trouver le candidat qui détiens la majorité des voix des Français en droit de voter, et rendre le vote obligatoire .
                      Les voix des deux derniers candidats aux présidentielles représentent au total 68% des Français, soit 30% de Français qui ne croyaient pas en ces candidats, ou ne croient plus du tout à nos politiques payés à un prix fou .

                      Emission sur leur train de vie.


                      • foufouille foufouille 21 janvier 2009 17:19

                        je dirais plutot obliger de voter pour le moins pire au second tour
                        en plus 6 mois de segozy ou sarkolene ...............


                      • Liberty 21 janvier 2009 17:55

                        foufouille

                        Mon idée est de conserver à tous les scutins le bulletin "ne se sentent pas représentés" à tous les scrutins et de rendre le vote obligatoire .
                        Au final, il seraient obligés de changer de candidats et de baratin jusqu’à qu’une majorité se sente représentée et adhère à un projet .
                        Donc nous finirions par ne plus voter contre, ou pour le moins pire, mais pour le seul projet qui a 50% réels d’adhésion publique.

                        Le projet qui dépasse les 50% de voix des personnes en droit de voter .

                        C’est une idée folle pas prête d’arriver, puisque nos politiques savent bien qu’il y a fort à parier que l’élu ne soit pas un politique professionnel de la fac au cimetière ...

                        Après, au niveau transparence pour savoir à qui nous avons à faire, je propose de rendre public tous les biens et déclarations d’impôts de nos élus, ainsi que toutes leurs notes de frais .
                        Ben oui, nous sommes un peu les employeurs en réalité .

                        Julien Dray et sa femme c’est 15 000€ de revenus par mois, donc cela représente le revenu de moins de 10% des Français . (ce n’est ni le pire, ni le seul)
                        Comment des types qui gagnent autant pour leur foyer et qui en plus peuvent faire passer nombre de notes de frais, voitures de fonctions etc ... Peuvent encore capter quoi que ce soit à nos pauvres vies ?

                        10% des Français touchent moins de 735€ / mois
                        50% moins de 1290€ / mois
                        10% plus de 2331€ / mois ....

                        Source : INSEE 2007, données financières de l’année 2005 ...



                      • crazywasher crazywasher 22 janvier 2009 06:49

                        Bonjour Liberty,
                        Je suis tout à fait d’accord sur le problème posé de la légitimité des candidats. Ce point manque à mon article. Par contre, l’obligation d’aller voter me pose un problème... J’ai déjà voté blanc pour dire que les candidats ne me plasaient pas, mais il m’est aussi arrivé de rester chez moi un jour de vote (et je n’en ai pas honte) car je ne savais plus comment exprimer un ras le bol de ce système (la colère est mauvaise conseillère).
                        Je tiens à préciser que je suis, malgré cela, un citoyen concerné et investi.


                      • shadok71 shadok71 21 janvier 2009 16:43

                        On pourrait également parler du "vote utile", c’est à dire voter pour un candidat qui a des chances d’arriver au second tour plutôt que pour le candidat qui nous représente le plus.
                        C’est pour moi le gros défaut de notre mode de scrutin. Il avantage les partis majoritaires.
                        Evidement, on voit mal ces mêmes partis se tirer une bale dans le pied en réformant ce mode de scrutin.

                        L’auteur parle de la « méthode Condorcet », difficile à mettre en œuvre.
                        Une méthode simple à mes yeux serait un vote à un seul tour, ou l’électeur indiquerait sur le bulletin son ordre de préférence pour chaque candidat.
                        On affecterait au 1er du classement 1 point, au 2eme 2 points etc.
                        Le candidat sélectionné serait celui qui aurait le moins de point.


                        • Yena-Marre Yena-Marre 21 janvier 2009 17:37

                          Bonsoir ,
                          Au train ou ça va vous n’aurez bientôt plus de questions à vous poser .....le vote risque d’être confisqué par notre naboleon . Une fois l’assemblée bâillonnée , "tout est possible" et nous aurons été prévenus .


                          • Papybom Papybom 21 janvier 2009 17:42
                            L’oiseau à fait son nid.
                             
                            Depuis son sacre à 5 Millions d’euros, l’oiseau à détricoté tranquillement le canevas de la démocratie. La mise en place de ses pions et de ses réformes va porter ses fruits.
                             
                            Actuellement, qui peut le contrer ?
                             
                            -L’opposition étant minoritaire au Palais-Bourdon, où le groupe UMP dispose à lui seul de la majorité absolue, la motion de censure déposée par le PS n’a aucune chance d’être votée.
                             
                            -C’est impossible de le destituer, sauf fait vraiment très grave, il y a énormément de barrière.
                            "Le Président de la République est irresponsable pour les actes accomplis en cette qualité sauf dans les hypothèses de compétence de la Cour pénale internationale (
                            art. 53-2) ou de la Haute Cour (art. 68)."
                             
                            Assurément, il a raison en affirmant : "Dès que je veux changer quelque chose, toutes les formes du conservatisme se mobilisent", s’est-il emporté. "J’étais préparé à ça. J’écoute, mais je ne tiens pas compte".
                             
                            Force est de reconnaître son intelligence dans ce domaine. Ce n’est pas le président des Français, c’est le gourou de l’UMP. Le roi accorde des grâces à sa cour de flatteurs, mais fait bâillonner ou bastonner l’opposition. En partant de 25,75% qui lui était favorable (1°tour), il décide de l’avenir de 100% de ses sujets. Notre constitution ne disposant plus de remparts à lui opposer, la voie est libre…
                             
                            Il peut remercier la presse qui ne voulait que deux candidats, il peut remercier ses copains du Fouquet, il peut remercier les traites qui l’ont rejoint pour un portefeuille ou une sinécure.  
                            La noblesse de l’argent en a fait un roi, qui petit à petit, devient un dictateur digne des pires régimes Africains.
                             
                            Que pouvons-nous faire ? Rien !
                            -Espérer la fronde des députés UMP ? Le courage de Monsieur Jean-Pierre Grand «  Le président de l’Assemblée nationale, visiblement sur ordre, a coupé court au débat. C’est ahurissant, c’est totalement contraire aux bases de la démocratie ». C’est un des seuls à avoir une conscience.
                            -Attendre les mouvements de la rue ? Attention aux forces de l’ordre aux ordres.
                            Espérer dans les médias ? Pour eux, il n’existe qu’une opposition qui fait vendre du papier, c’est Mme Royal. Merci pour le lavage de cerveau. 
                            Nous devons attendre que l’oiseau tombe du nid et qu’un chat le dévore en 2012.
                            Que cela nous serve de leçon pour les prochains suffrages.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès