Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Quand des Auvergnats se mobilisent pour leur commune

Quand des Auvergnats se mobilisent pour leur commune

Les habitants du village de Landogne (Puy-de-Dôme) ont décidé de vendre certains de leurs biens aux enchères pour renflouer les caisses de leur commune.

En cette période où règne le chacun pour soi, les habitants de Landogne ont donc accepté de se mobiliser pour sauver leur commune. Avec 400 000 euros de déficit et un budget annuel de 250 000 euros, le maire arrivé en mars dernier a hérité d’une commune aux finances gérées jusque-là de manière hasardeuse.

Le 27 septembre, les habitants donneront des biens qui seront vendus aux enchères pour combler le terrible déficit. Jean-Marc Thomas, adjoint aux finances, déclare avoir déjà reçu "six bouteilles de vin blanc, une stère de bois, des ballots de foin, des sacs de grain, une tronçonneuse...". Le gain ne devra pas excéder 4 000 euros, à peine de quoi "réparer la tondeuse et faire quelques travaux de voirie" selon M. Thomas.

Il est impensable d’imaginer les Français donner quelque chose pour résorber la dette de leur pays ; malgré cela, la solidarité est encore de mise dans nos campagnes et cette histoire prouve une fois encore que, non, les Auvergnats ne sont pas avares...


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 8 septembre 2008 17:32

    il etait quoi le maire avant ?


    • Baba Yaga 8 septembre 2008 18:31

      Son étiquette ? Sans vouloir dire de bêtises, je crois qu’il était sans. 


    • foufouille foufouille 8 septembre 2008 21:18

      des fois y a sans etiquette et copains de....


    • faxtronic faxtronic 8 septembre 2008 18:04

      "Il est impensable d’imaginer les Français donner quelque chose pour résorber la dette de leur pays "

      Elle vient d’ou la dette ?


      • Baba Yaga 8 septembre 2008 18:35

        La dette nationale ? De toute façon, les causes sont les mêmes dans les deux cas : une gestion qui n’en était pas vraiment une (c’est toujours le cas en France) avec tout ce que ça comporte... 


      • Fergus fergus 8 septembre 2008 19:32

        Auvergnat d’origine, j’ai pas mal circulé dans la région et je suis même un jour passé par Landogne en me rendant à Pontaumur.

        Sauf erreur de ma part, Landogne est l’une de ces micro-communes si nombreuses sur notre territoire. A vue de nez, elle doit tourner autour de 200 habitants. Autrement dit, pas plus que des dizaines d’autres communes de la région. Des communes qui connaissent parfois des difficultés de trésorerie bien réelles. Mais les plus endettées que je connais ne dépassent pas une ardoise de 50 000 euros, soit huit fois moins que Landogne ! D’où les questions que je me pose :

        1° Que s’est-il passé dans ce village pour qu’il atteigne de tels sommets d’endettement ?

        2° Comment se fait-il que le préfet ne soit pas intervenu dès les premiers signes de dérive sérieuse de la gestion municipale ?

        3° Pourquoi l’auteur est-il muet sur la genèse de ce désastre ?

        Merci de bien vouloir nous en dire un peu plus.

        J’en terminerai par une réflexion plus vaste. Ce type de dérive et la détresse que cela peut susciter localement devrait agir comme un levier pour inciter les habitants à mettre enfin en oeuvre des fusions de communes pour se mettre au diapason de l’époque, quitte à perdre ici et là quelques écharpes d’édiles qui ne constituent que de vains et puérils attributs.


        • Baba Yaga 8 septembre 2008 20:17

           Pour information, Landogne organise chaque année un festival d’art assez coûteux.
          Quant au préfet, il laisse encore une chance à l’équipe municipale d’éviter la tutelle comme l’indique l’adjoint au maire chargé des finances. Il considère comme importante cette vente aux enchères pour montrer au préfet que la commune veut s’en sortir. Par ailleurs, Landogne a aménagé 16 parcelles de terrain à batir, seules 3 ont été vendues. On peut donc espérer dans le futur un assainissement des comptes. 


        • Marc Bruxman 8 septembre 2008 20:29


          J’en terminerai par une réflexion plus vaste. Ce type de dérive et la détresse que cela peut susciter localement devrait agir comme un levier pour inciter les habitants à mettre enfin en oeuvre des fusions de communes pour se mettre au diapason de l’époque, quitte à perdre ici et là quelques écharpes d’édiles qui ne constituent que de vains et puérils attributs.


          +1 ! Avoir une écharpe pour 200 habitants c’est de la fierté locale mais ce n’est plus forcément adapté. La tondeuse par exemple (dont on parle dans l’article) pourrait certainement être mutualisée avec les communes voisines (sans doute aussi petites). 

          Après pour le reste on parle de 400 k€ de déficit (pas de dette) et de 4 000 € de recette pour le projet. En gros, une goutte d’eau. Je ne sais pas ce qui a amené votre commune à en arriver la mais le résorbage du problème coutera plus qu’une vente aux enchéres. L’article aurait du effectivement mieux éclairer par quel délire on a atteint de telles sommes. (2000 € par habitant). 

          Car l’histoire la derriére semble "croustillante". Si réelement un mec a claqué 350 K€ pour organiser un festival d’art dans une commune de 200 habitants et sans s’assurer qu’il avait les reins pour en assurer la promotion, il y a des baffes qui se perdent ! ! !


        • jms 8 septembre 2008 21:49

          Qui dit nouvelles constructions, dit nouveaux habitants et donc nouvelles charges pour la commune (école, cantine, équipements, ...). Ce qui renfloue une commune c’est avant tout de l’activité économique et donc de la taxe professionnelle.


        • Fergus fergus 9 septembre 2008 09:40

          Pour bien connaître les micro-communes, notamment auvergnates, je peux vous assurer que cela fait belle lurette que l’écrasante majorité d’entre elles a perdu son école (souvent très modeste et accolée à la mairie) au profit de la ville voisine.

          Les écoles comme celles du film "Etre et avoir" (deux de mes parentes en ont tenu une) sont devenues extrêmement minoritaires et relèvent plus désormais de la curiosité ethnologique que de la réalité. Seuls de rares petits villages de montagne sont encore dans cette configuration. Et ce n’est pas la politique actuelle qui va sauver celles qui survivent...


        • JR 12 septembre 2008 11:13

          Cette annonce médiatique mérite avant tout quelques explications :
          1- tout d’abord l’équilibre du budget de fonctionnement ne semble pas mis en péril, le personnel est payé, les charges de fonctionnement honorées et même les indemnités de fonction de l’ordre de 14 000 € sont encaissées ; il semble qu’il y ai une confusion entre endetement et déficit !
          2- Ce village organise chaque année depuis 1997 une exposition "les Crèches du Monde" qui attire un public important 10 à 12 000 visiteurs ; mais qui a obligé la municipalité à des travaux d’aménagement du bourg,
          3- La mairie de Landogne a été pendant de nombreuses année le siège d’un syndicat intercommunal puis de la communauté de communes qui a eu pour effet la rénovation et l’agrandissement des locaux de cette mairie (elle ne disposait même pas de sanitaires) en compensation les structures intercommunales payaient un loyer.
          4- La moitié de l’endettement 200 000 € provient d’un emprunt pour la réalisation de 5 logements sociaux, lesquels logements sont loués et rembourse la part de la dette en question ; donc 50 % de cette dette ne grève pas le budget communal.
          5- L’équipe précédente a lancé la réalisation d’un lotissement communal de 17 lots dont près de la moitié sont vendus et en cour de construction, voir habité, lors de la fin de la commercialisation c’est un nouveau produit fiscal de 5 à 6 000 € qui tombera dans les caisses de la commune soit plus du double que le produit de la vente aux enchères !
          6- La fiscalité des ménages de cette commune est relativement modeste de l’ordre de 6 à 7 % pour les taxes d’habitation et le foncier bâti !
          Pour conclure je pense que l’organisation d’une telle manifestation avec l’ampleur que certains lui ont donnée aura l’effet inverse à celui escompté : notoriété de cette commune sera ternie, qui achetera un lot pour construire sa maison dans une commune soi-disant très endetté où les impôts vont augmenté de manière demesuré, à moins qu’il ne s’agisse d’une opération visant à discréditer les équipes municipales précédentes ou à satisfaire des ambitions personnelles. Enfin il me semble dérisoire d’avancer que le préfet attend le produit aléatoire d’un vente aux enchères pour décider ou non de la mise sous tutelle d’une commune.


        • JR 12 septembre 2008 11:34

          Pour rectification, le festival d’art de Landogne est organisé par une association communale "Landogne Festival d’Art" et non par la municipalité, cette manifestation ne coûte donc pas un sous à la collectivité  !


          • Baba Yaga 12 septembre 2008 14:55

            Plus que la vente aux enchères (qui a evidemment une portée symbolique), le prefet attend qu’une plus grande partie des terrains soient vendus pour prendre une décision de mise sous tutelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès