Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Quel avenir, pour la charte de la diversité ?

Quel avenir, pour la charte de la diversité ?

La crise des banlieues en France a eu « le mérite » de réactualiser le problème de la discrimination dont font l’objet les personnes issues des minorités (noirs, arabes) dans la société française en général, et dans le monde de l’entreprise en particulier. Problème auquel la Charte pour la diversité a pour objectif d’apporter une solution.

Signée en octobre 2004 à l’initiative de l’Institut Montaigne (un club patronal présidé par le patron d’Axa, Claude Bébéar), cette Charte engage les entreprises signataires à respecter l’équité entre leurs salariés, à recruter des personnes issues de ces minorités, et à contribuer à la reconnaissance et à l’intégration de ces personnes dans l’entreprise.

Un an après sa signature par quarante entreprises, on dénombre 300 entreprises qui se sont engagées par ladite charte « à respecter et à promouvoir l’application du principe de non-discrimination ». Mais il semble que les trois quarts de ces entreprises n’ont rien fait dans ce sens. Malgré la bonne volonté d’Azouz Begag, ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances, qui souhaite amener en deux ans un millier d’entreprises à signer ce texte, il est peu probable de voir se concrétiser ces objectifs dans un proche avenir.

A défaut d’adopter des mesures de discrimination positive pour soutenir les objectifs de cette la charte, en vue de favoriser la diversité au plus haut niveau dans les entreprises en France, ladite charte restera très limitée dans ses effets.

C’est dire la nécessité de repenser les stratégies à adopter pour combattre les discriminations à l’embauche. Certaines initiatives sont louables, notamment celles de la Halde (Haute autorité de lutte contre toutes les discriminations et pour légalité), dont les CV anonymes font partie... Mais elles ont aussi leurs limites.

Il peut être légitime de se demander pourquoi on ne s’inspire pas de l’exemple de l’insertion des handicapés dans l’entreprise : c’est-à-dire, pourquoi n’aurait-on pas une semaine pour l’emploi des personnes issues des minorités, comme pour les handicapés qui ont leur semaine, célébrée cette année du 14 au 20 novembre. Une telle semaine devraitt permettre de mettre en lumière le manque de diversité au sein des entreprises, de mesurer la diversité ethnique et culturelle des salariés, et encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française. L’institutionnalisation d’une telle semaine peut comprendre aussi l’attribution d’un prix du meilleur entrepreneur, pour récompenser les acteurs de cette diversité.

Pourquoi ne pourrait-on contraindre des entreprises à recruter un certain pourcentage de personnes de couleur, ou à défaut de s’acquitter d’une contribution financière à un fonds pour l’insertion professionnelle des personnes issues de minorités, à l’instar de ce qui se fait pour les handicapés ? En effet, les entreprises de plus de 20 salariés sont contraintes de recruter 6% de personnel handicapé, ou de s’acquitter d’une contribution financière à Agefiph (Fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées), pénalités qui vont être accrues selon les termes d’une nouvelle loi applicable en 2006.

Mais un tel système peut aboutir à des dérives, dans la mesure où des entreprises se contenteraient de recruter du personnel issu de ces minorités pour des emplois subalternes, afin d’avoir le quota exigé, ou de payer la contribution financière exigée.

D’où la nécessité d’œuvrer pour une prise de conscience générale du problème de la diversité auprès des chefs d’entreprise en France. Pour ce faire, il faudrait que dans chaque ville de France, soient créés, à l’initiative des maires ou de leurs adjoints en charge de la diversité, des clubs entreprise et diversité (CED) pouvant regrouper des dirigeants d’entreprise, des cadres, des salariés convaincus de l’importance de la diversité dans l’entreprise, des dirigeants d’entreprise issus de ces minorités pour œuvrer pour la promotion de cette diversité, et encourager les jeunes entrepreneurs issus de ces minorités à créer des entreprises dans les créneaux porteurs, favoriser le recrutement des personnes issues de ces minorités et promouvoir les sociétés créées par ces derniers. La loi sur le mécénat aidant (adoptée le 22 juillet 2003, cette loi a doublé la déduction d’impôts à 60%), ces clubs peuvent recueillir des fonds auprès de leurs entreprises membres pour financer des projets de personnes issues de l’immigration qui souhaitent créer des entreprises ou reprendre une entreprise. (Selon le Conseil économique et social, 700 000 chefs d’entreprise vont devoir passer la main dans les dix ans à venir, pour cause de départ à la retraite). Pour les diplômés issus de minorités, on peut initier un système de parrainage par lequel des cadres membres de ces clubs apporteraient une « protection » en soutenant ces diplômés dans leur recherche d’emploi, ou en les aidant à obtenir des postes dans leurs entreprises.

On pourrait créer une fédération des clubs entreprises et diversité au niveau national, et organiser chaque année, en marge de l’université d’été du MEDEF (Mouvement des entreprises de France), une université d’été de la diversité dans l’entreprise, pour discuter de la meilleure façon de faire progresser, au sein des entreprises, la part de minorités visibles par leur couleur, leur nom, leur origine, et le métissage qui doit refléter celui de la société française.

De telles initiatives, si elles sont mises en œuvre, contribueront sans nul doute à l’efficience de la Charte de la diversité pour faire de l’entreprise française le chantre de la diversité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Scipion (---.---.58.138) 18 décembre 2005 06:23

    Ce texte est aberrant.

    Je ne vois pas pourquoi des employeurs seraient « obligés » d’engager des gens dont ils ne veulent pas. Si j’étais patron, je peux vous dire que les collaborateurs que j’engagerais sous la contrainte, ne bénéficieraient pas d’une ambiance de travail idyllique.

    Par ailleurs, je doute fort que les « personnes issues des minorités » apprécient d’être mises sur le même plan que les handicapés. A quel titre ? Au titre de handicapés raciaux, peut-être ?

    Aberrant, je le répète...


    • (---.---.17.191) 18 décembre 2005 07:21

      Bonjour Scipion, Je ne serai pas aussi virulant que toi sur ces propositions meme si je trouve effrayant d avoir a force les gens pour qu ils ne soient pas raciste. Ceratain association on meme condamne le CV anonyme, car elles ne voient pas pourquoi se cacher pour trouver du travail. Pourtant je suis pour que l etat prenne des sanctions contre les entreprises qui pratique la discimination. Je proposerai alors, une sorte de guide Michelin des entrepises avec une belle publicite pour les laureats.... Ou alors un service pour acconpagne les personne issus de minorite dans leur recherche d emploi. Ce serai plus pour ne pas se retrouver seul face a l exclusion que pour menace l entreprise. Mais pourquoi pas egalement sanctionner le entreprise clairement raciste.

      Tout ce si est malheureux, mais je pense qu en France, si on ne passe pas par la menace on obtient rien.


      • (---.---.124.104) 18 décembre 2005 09:30

        « Je proposerai alors, une sorte de guide Michelin des entrepises avec une belle publicite pour les laureats.... »

        Ou une contre publicité. Avant de convaincre les patrons il faudrait d’abord convaincre les clients. J’ai eu à l’essai une vendeuse très compétente, très jolie mais d’outre méditerranée. Les clients n’en voulaient pas. Ils préféraient attendre ou aller voir le commerce voisin. Ayant un bilan à assurer, je n’ai pas pu la garder.

        J.D


      • Scipion (---.---.58.138) 18 décembre 2005 11:04

        Bonjour 18 décembre 2005, Je crois... Non, je suis sûr que nous nous sommes très mal compris. Vous dites trouver « effrayant d’avoir à forcer les gens pour qu ils ne soient pas racistes. », or, ce n’est ni le problème ni la solution.

        Il y a des gens qui ne veulent pas en côtoyer d’autres, et je pense qu’il n’y a qu’à en prendre acte. Parce que, précisément, on ne peut pas « forcer les gens pour qu ils ne soient pas racistes. » On peut seulement les forcer à cacher qu’ils le sont ou à faire semblant qu’ils ne le sont pas.

        Ca ne règle rien du tout ! Il y a mille manières de signifier, sans la moindre agressivité, à quelqu’un qu’on ne l’aime pas, la moins attaquable - pénalement parlant - d’entre elles étant de l’ignorer en toutes circonstances.

        Je ne sais pas comment vous vous sentiriez dans une boîte dont le patron passerait cinq fois par jour à côté de votre place de travail en faisant comme si vous n’existiez pas... Moi, je vivrais cela très mal !

        En outre, ce patron surveillera tout particulièrement les employés non désirés et il sera beaucoup plus intransigeants avec leurs erreurs, leurs manquements, leurs insuffisances, qu’avec ceux de ses employés qu’il a engagés librement.

        Il se répandra en récriminations, prenant la planète à témoin du tort qu’on a fait,à son entreprise, en l’obligeant de recruter des incapables, qu’il ne peut même pas mettre à la porte, afin de pas être accusé de « racisme ». Tout naturellement, la plupart des gens de son entourage lui donneront raison.

        Ce qui fait que votre « solution » n’aura fait qu’ajouter, aux frustrations de celui qui se sent rejeté, bien qu’on le croit intégré grâce à son emploi, les frustrations de ceux qui ont le sentiment que, dans ce pays, il n’y en a que pour les immigrés et les descendants d’immigrés...

        « Tout ce si est malheureux, mais je pense qu en France, si on ne passe pas par la menace on obtient rien. »

        Mais, croyez-moi, avec la menace on n’obtient rien non plus !


      • (---.---.248.83) 18 décembre 2005 13:59

        Je n ai jamais dis que la solution serai de force l incorporation des imigre dans les enreprises. Je ne parle pas de discrimination positive ou de quota (je absolument contre cette idee). Mais a un moment ou un autre il faut agir, je ne pense pas que la France peut accepete des comportement ouvertement raciste. Car, si j ai bien note, cet article est bien dans la rubrique citoyennete.... Alors faison preuve de courage politique que diable, ou demain nous nous retrouverons dans un etat fasciste sans nous en rendre compte. J admet que mes solution ne sont pas foecement les meilleurs et il y en a surement beaucoup d autres. Mais IL faut agir. Je comprends que que certains metier de contact clientel peuvent justifier le fait de ne pas employer d etranger sans perdre des clients. Mais bon, il faut savoir si ca ne nous derange pas de vivre dans un pays comme celui la..... PS : je ne blame personne, mais je crois que c est nous qui faisons le pays dans lequel nous vivons


        • Senatus populusque (Courouve) Courouve 18 décembre 2005 15:53

          Claude LÉVI-STRAUSS : « La contribution que l’ethnologue peut apporter à la solution du problème racial se révélerait dérisoire et il n’est pas certain que celle qu’on irait demander aux psychologues et aux éducateurs se montrerait plus féconde, tant il est vrai que, comme nous l’enseigne l’exemple des peuples primitifs, la tolérance réciproque suppose réalisée deux conditions que les sociétés contemporaines sont plus éloignées que jamais de connaître : d’une part une égalité relative, de l’autre, une distance physique suffisante. » (« Race et culture », Revue Internationale des Sciences sociales, 1971 (XXIII), n° 4)

          Michel HANNOUN : « Le rejet de l’autre est une attitude naturelle. Spontanément, tout individu ou tout groupe social est porté à rejeter ce qui diffère de lui, plutôt que se remettre en question. C’est dire à quel point le projet de lutter contre de tels comportements peut paraître ambitieux. [...] La pédagogie aura ici un rôle essentiel à jouer. » (L’Homme est l’espérance de l’Homme, Paris : Assemblée nationale, 1987).

          Cornélius CASTORIADIS : « Le racisme est un rejeton [...] d’un trait empiriquement presque universel des sociétés humaines. Il s’agit de l’apparente incapacité de se constituer comme soi sans exclure l’autre ; et de l’apparente incapacité d’exclure l’autre sans le dévaloriser et, finalement, le haïr. » (Les Carrefours du Labyrinthe III, Le Monde morcelé, Réflexions sur le racisme, Paris : Le Seuil, 1990).


          • albert (---.---.147.115) 18 décembre 2005 21:34

            Quelqu’un a dit : « le racisme est un sale petit secret dans le coeur des imbéciles »,et malheureusement, ce ne sont pas les imbéciles qui manquent en France,de l’ouvrier à l’homme politique.

            Le mythe de LEF (Liberté, Egalité, Fraternité)est maintenant mort.Pendant logtemps on a fait croire à beaucoup de monde quelque chose qu’ils n’ont jamais connu mais qu’ils ont attendu.Et rien ne s’est passé.

            Aujourd’hui on sait que c’est un mythe à jeter à la poubelle, comme une saleté qui vous a gachée vos espérances.L’âge de Raison a sonné, les victimes sont maintenant conscients que pour exister en France,il faut la force.

            La solution la moins mauvaise, c’est la discrimination positive, avec des quotas et des amendes et des peines de prisons pour les récalcitrants.


            • Scipion (---.---.58.138) 18 décembre 2005 22:22

              « Quelqu’un a dit : »le racisme est un sale petit secret dans le coeur des imbéciles« ,et malheureusement, ce ne sont pas les imbéciles qui manquent en France, de l’ouvrier à l’homme politique. »

              On va loin, albert, avec ce genre d’affirmations stupides ! Lisez donc ce qu’ont écrit Lévy-Strauss, Hannoun et Castoriadis. Si vous êtes encore capable de le comprendre.


            • albert (---.---.147.115) 18 décembre 2005 23:00

              Scipion,

              C’était une citation !

              Mais je partage aussi l’idée contenue dans cette citation.Et il n’ y a rien de contradictoire entre cette citation et ce qu’affirment les différents auteurs que vous citez.

              L’imbécile se caractérise par son incapacité à réfléchir,à opérer une remise en cause de ses idées.Le fait que le racisme soit un comportement « naturel » ne change rien à l’affaire.

              Et je dirais même que ce positionnement renforce mon assertion : les racistes sont « primaires »,et restent fixés à des comportements naturels où la raison n’a pas sa place.Et là où est absente la raison intervient l’imbécilité.

              Donc l’imbécile est souvent raciste et le raciste est toujours imbécile. Vous voyez que vous vous trompiez mon cher.Vous apportez de l’eau à mon moulin !


              • Scipion (---.---.245.239) 19 décembre 2005 07:02

                « Mais je partage aussi l’idée contenue dans cette citation. »

                Et bien, pas moi.

                « Et il n’ y a rien de contradictoire entre cette citation et ce qu’affirment les différents auteurs que vous citez. »

                Contradiction, non, mais incompatibilité, oui.

                « L’imbécile se caractérise par son incapacité à réfléchir,à opérer une remise en cause de ses idées. »

                Il faut faire attention avec ces phrases généralisatrices, elles s’appliquent dans tous les sens et à tout le monde !

                « Le fait que le racisme soit un comportement »naturel« ne change rien à l’affaire. »

                Je vous rappelle que l’antonyme absolu de « naturel », est « artificiel »...

                « ...les racistes sont »primaires« ,et restent fixés à des comportements naturels où la raison n’a pas sa place. Et là où est absente la raison intervient l’imbécilité. »

                Pas l’imbécilité, l’affectif !

                Par ailleurs, les prétendues Lumières pensaient la même chose. Leurs théories « rationnels » ont débouché sur la Terreur, le bolchevisme et le nazisme. Y’a pas de quoi pavoiser ! Vraiment pas...

                « Donc l’imbécile est souvent raciste et le raciste est toujours imbécile. »

                Faut voir... Si je me place du point de vue des Amérindiens, je me dis aujourd’hui, qu’ils auraient été bien inspirés s’ils avaient massacré les Européens, au fur et à mesure qu’ils mettaient un pied sur leurs rivages...

                « Vous voyez que vous vous trompiez mon cher. »

                Vous voyez que tout n’est pas si simple... smiley)


              • albert (---.---.147.115) 18 décembre 2005 23:57

                Scipion !! Ohé !! Alors ça vient cette réponse ? Des problèmes de compréhension peut-être ?


                • Scipion (---.---.245.239) 19 décembre 2005 07:03

                  Ca correspond à quoi, cette sommation ?

                  Si tu crois que je suis à ta pogne, il va te falloir déchanter. Et très vite !


                • Emile Red (---.---.84.16) 19 décembre 2005 10:22

                  Encore un sondage de plus pour attiser les querelles et enfoncer le pieu dans l’esprit des gens.

                  Ce matin sur France-Inter (on ne sait pas l’origine du sondage) :

                  - 56% des français trouvent qu’il y a trop d’étrangers en France...

                  Connerie quand tu nous tiens...


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 19 décembre 2005 11:59

                    En Algérie en 1962, subitement, il y a eu aussi trop d’étrangers ...

                    Pour la France, tout le monde sait qu’on finira par atteindre un seuil pour l’identité nationale.

                    On connaît la blague : Quelle est la première ville africaine traversée par le Paris-Dakar ? - Marseille.


                  • albert (---.---.154.112) 19 décembre 2005 12:12

                    Scipion,

                    J’ai lu votre réponse. Elle ne tient pas la route,cher ami.

                    Vous dites que là où est absente la raison, intervient l’affectif et non l’imbécilité.

                    Si l’on vous suit,les racistes seraient donc de « grands affectifs ». Ben voyons,pourquoi n’y avait-on pas pensé plus tôt. Voilà une réponse « qu’elle est bonne » !


                    • Scipion (---.---.245.239) 19 décembre 2005 12:20

                      Ma répionse ne tient pas la route, et c’est vous qui êtes dans le mur... smiley)

                      Dans nos genres, nous sommes comme qui dirait complémentaires...


                    • albert (---.---.154.112) 19 décembre 2005 12:37

                      Scipion,

                      No comment !

                      Vous êtes en train de déraper ! Je vois que parler avec vous a ses limites. Dorénavant,je vous ignorerai.


                      • Scipion (---.---.245.239) 19 décembre 2005 13:16

                        « Je vois que parler avec vous a ses limites. »

                        Effectivement, les limites que détermine votre méconnaissance du français

                        « Dorénavant,je vous ignorerai. »

                        Vous faites bien, je n’ai de toute manière pas l’intention de vous donner des leçons de vocabulaire et de sémantique.


                      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 19 décembre 2005 13:14

                        Claude LÉVI-STRAUSS : « [En 1971 devant l’UNESCO] je m’insurgeais contre l’abus de langage par lequel, de plus en plus, on en vient à confondre le racisme défini au sens strict et des attitudes normales, légitimes mêmes, et en tout cas inévitables. Le racisme est une doctrine qui prétend voir dans les caractères intellectuels et moraux attribués à un ensemble d’individus, de quelque façon qu’on le définisse, l’effet nécessaire d’un commun patrimoine génétique. On ne saurait ranger sous la même rubrique, ou imputer automatiquement au même préjugé, l’attitude d’individus ou de groupes que leur fidélité à certaines valeurs rend partiellement ou totalement insensibles à d’autres valeurs. Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au dessus de toutes les autres, et d’éprouver peu d’attirance envers tels ou tels dont le genre de vie, respectable en lui-même, s’éloigne par trop de celui auquel on est traditionnellement attaché. Cette incommunicabilité relative n’autorise certes pas à opprimer ou détruire les valeurs qu’on rejette ou leurs représentants, mais, maintenue dans ces limites, elle n’a rien de révoltant. » (Le Regard éloigné, Préface, Paris : Plon, 1983)


                        • albert (---.---.154.112) 19 décembre 2005 13:47

                          M.Courouve,

                          La technique de « l’argument d’autorité » est éculée.

                          Le fait que LÉVI-STRAUSS dse : « je m’insurgeais contre l’abus de langage par lequel, de plus en plus, on en vient à confondre le racisme défini au sens strict et des attitudes normales, légitimes mêmes, et en tout cas inévitables »,ne démontre rien.

                          La question reste toujours posée, car il existe mille autres citations où le racisme est critiqué, dévoilé dans ce qu’il a de plus destructeur.

                          Le racisme demeure pour moi,l’expression d’une incapacité à privilégier la raison sur des affects primaires. Que ce soit un sentiment « compréhensible » ne me rassure pas et ne dédouanne pas la personne concernée de ses actions.

                          Rappelons qu’il existe des degrés dans le rejet de l’Autre,et que la xénophobie est un degré inférieur du racisme.


                        • Scipion (---.---.245.239) 19 décembre 2005 16:46

                          M. Courouve,

                          J’ai le sentiment que notre ami Albert consacre beaucoup de temps et d’efforts à se forcer « ...à privilégier la raison sur (ses) affects primaires. » Ca expliquerait sa véhémence.

                          De plus, il fait partie de ces gens qui cherchent des solutions aux problèmes de la société non pas telle qu’elle est, mais telle qu’ils voudraient qu’elle soit.

                          Ce sont des idéalistes utopiques qui provoquent des catastrophes, la plupart du temps sanglantes, dès qu’un petit morceau de pouvoir leur échoit.

                          Et lorsqu’ils détiennent tout le pouvoir, ça donne une tragédie du style Khmers rouges : ils liquident tous les gens qui ne sont pas comme ils devraient être.


                          • albert (---.---.158.74) 19 décembre 2005 21:47

                            M.Scipion,

                            Avez-vous fini vos élucubrations ? Je ne parle pas de vous, cessez de parler de moi.

                            Vous êtes décidemment maître en tout et devin à la fois, sans oublier que vous avez fait l’école du rire.

                            Vous comprendrez que dans le cas présent,face à un être d’exception comme vous, je vous laisse causer avec vous-mêmes, votre ombre tenant lieu d’unique digne interlocuteur.


                          • qui s’y frottre s’y pique (---.---.163.230) 19 décembre 2005 21:47

                            Le racisme d’après vous ne concerne que les noirs ou les arabes. Je suis eurasienne. A 6 ans on m’a chassé du Vietnam parce que j’étais française, lorsque je suis arrivée en France on m’a dit texto « retourne chez toi sale jaune ». Je n’avais que 6 ans à l’époque, je ne comprenais rien du tout.

                            Maintenant l’eurasienne que je suis est bien acceptée, et on ne me rejette plus parce que je suis soi-disant étrangère, malgré que je me suis fait traitée de tous les noms possibles entre les deux « appache, macquaque etc... ».

                            Maintenant je fais partie des personnes agées (56 ans), j’ai un BTS de secrétariat de direction option bilingue, j’ai vécu à l’étranger pour perfectionner l’anglais, j’ai même fait Commerce International à ENS de Cachan, mais je suis trop VIEILLE, place aux jeunes, je n’ai trouvé du boulot qu’en gardant des personnes âgées au SMIC (7,76 Euros/H tout compris, CP et primes de transport) alors c’est quoi le raciste ? Etre né dans les pays d’Afrique ? et les autre minorités.

                            Quant à moi, les 2 pays m’ont chassé (Vietnam et France) mais je n’oublie pas que c’est la FRANCE qui m’a permis de faire des études et il y a des boulots ou on m’a traité comme une chienne car j’étais d’origine asiatique, mais d’autre ou on m’a au contraire très bien accepté.

                            Je préfère retenir les bonnes personnes que les mauvaises. J’ai peu être la mémoire sélective mais dans le bon sens.


                            • Elzéar (---.---.164.148) 20 décembre 2005 09:00

                              Chère Madame,

                              Où est-il passé le temps où le roi de France recevait le roi de Siam ? Où est-il passé le temps où la courtoisie Française était la référence dans le monde entier ? Où est-il passé le temps ... Chère Madame, vous avez raison d’ignorer ceux qui, jusque sur ce forum, ne sont pas capable de tenir un conversation sans se « brosser le poil ».

                              Amitié à vous, petite « fleur de lotus » et vous, enfants du Mekong qui avez tant souffert. Vous comprendrez, chère Madame, que les braves français qui représentent 80% de la population ne trainent pas ni ne font leur vie dans la rue. C’est dommage qu’à cause de cela on n’ait pas une vraie image la société, mais c’est très bon pour le pays réel. Malheureusement nos gouvernants se « politisent » sur l’image sociale de la rue et négligent complètement les immenses ressources du pays réel.

                              Cordiales salutations


                            • Scipion (---.---.245.239) 19 décembre 2005 22:47

                              « ...face à un être d’exception comme vous, je vous laisse causer avec vous-mêmes, votre ombre tenant lieu d’unique digne interlocuteur. »

                              Au moins, vous êtes lucide. Parce qu’il est évident que vos « arguments » ne brillent ni par la solidité ni par la pertinence...

                              Sorti de l’invective, il n’y a pas plus d’albert que de beurre en branche, comme aurait dit Céline. Mais si ça peut vous rassurer, je vous informe qu’ils sont nombreux, les « comme vous », sur le web.


                              • Leonard (---.---.36.15) 22 décembre 2005 18:15

                                Le CV anonyme c’est n’importe quoi. Et pourquoi pas le CV sans diplomes ni references ou experiences pour mieux integrer ces jeunes de banlieues qui qui ne savent pas lire ! Il faut savoir que dans le coran il est interdit a un musulman de se mettre au service d’un mecreant. D’emble une grande partie de ces jeunes ne peut trouver du boulot chez nous. En plus quand on est le premier exportateur de bac+5 et importateur de bac-5, nos entreprises vont bien se portees si elle ne peuvent choisir qui va faire le boulot, misere.


                                • mush (---.---.68.241) 27 mars 2006 14:23

                                  monsieur lutte pour la sauvegarde de facteurs discriminatoires. Une photo, une adresse ou un nom vous suffisent-ils pour deviner qu’un personne sait lire ou pas ? ET puis arretez de bassiner tout le monde avec le Coran. On parle beaucoup plus du Coran sur des forums reactionnaires en France qu’au Maroc. Je n’ai jamais entendu parler de votre histoire d’interdiction de travailler pour des mecreants. Je suis marocain, d’origine musulmane. J’ai obtenu un diplome d’une grande ecole française et cherché vainement un emploi en France, non par opportunisme (avec mon niveau de diplome la vie est plus douce pour moi au Maroc), mais pour les liens crées et un réel attachement pour le pays. Il a suffi d’un mois pour que je trouve un poste a haute responsabilité au Maroc...pour une multinationale Française. Ironique non ?


                                • XYLOO (---.---.190.228) 24 décembre 2005 08:26

                                  Charte de la diversite et mixite social, la mixite social dans certaine ville (quartier social classe ouvriere et un peu au dessus)consiste ni plus ni moins qu’a vider certaine classe de francais par differents moyen (refut d’intervention des autorites, discimination a des droit elementaire tel que l’inscription dans les ecoles publique souspretexte de nom trop français ou de signe evidant d’arienete par ce que l’enfant est blond aux yeux bleu, quand il y a 100 place dans une ecole on ne peut en rentrez 150 il faire de la place par tout les moyens ) pour les remplacer par les cas sociaux de l’immigration .Si cette charte arrive aux memes resultat...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès