Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Quelle constituante

Quelle constituante

Deux questions parmi d'autres aux responsables du Front de Gauche, et à tous, le temps de la peaufiner avant de tenter de les déranger : les délégués à la constituante viendront-ils du sérail politique ? le Référendum Révocatoire est-il l'outil ultime de la démocratie ?

Pour rédiger le nouveau contrat social, qui ? des abstentionnistes ? au passage, une Constitution des abstentionnistes serait une sorte de Constitution des enragés, non ?... des vieux, des jeunes, des chômeurs, étudiants, retraités, des employés, des artistes,ouvriers, cadres, cultivateurs, agriculteurs, artisans, etc...qui et comment faire ? aucune idée sur le modus operandi.. commencer la constituante courant 2015 en confiant aux citoyens seuls les 2 ou 3 articles sur le contrôle des élus, le financement des partis politiques ? inclure la formidable Commission Nationale du Débat Public dans le process ? le formidable outil (en cours d'évolution) qu'elle incarne ? de toutes les manières, ce sera compliqué...ou tant d'autres pistes de modus vivendi.... mais la société est plus large que les partis politiques, ou disons qu'ils ne peuvent la représenter qu'imparfaitement, non ?

Vous mettez en avant le Référendum Révocatoire, le recall, en avant, une très bonne chose mais c'est déjà un contrôle à postériori...et puis en 2012, dans le progamme de "l'Humain d'abord" vous proposiez : "Nous proposerons la suppression du Sénat ou sa réforme profonde pour devenir une chambre relais des collectivités locales et des initiatives citoyennes" puis page suivante "L’initiative d’une loi sera ouverte aux citoyennes et aux citoyens, aux organisations syndicales et aux associations.".

 

Si une des craintes est que les constituants citoyens n'incluent ni l'écosocialisme ni la règle verte, ni ça ni ça, une "assemblée du long terme" telle que le propose Yves Sintomer et Loïc Blondiaux n'arriverait-elle pas aussi à ces conclusions ? avec la raison, la délibération, l'expertise, le temps (eh quoi ! si ça doit prendre deux ou trois générations, bon, peut-être ne pouvons-nous pas attendre), pour finir et tenter d'ouvrir, amis dirigeants du Front de Gauche, mais vous ne dites pas différemment, cet Article 28 nous parle : "Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures. »


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 29 août 2014 14:01

    Le « référendum révocatoire » est la négation de la responsabilité personnelle, la négation de « l’Humain d’abord ».

    La « Règle Verte » ?? placer cette règle dans le préambule de la constitution ne servira pas plus que le « principe de précaution », ou « la charte de l’environnement » déjà constitutionnalisés. Tout ceci n’est que poudre aux yeux et enfumage démagogiques.

    Il n’y a pas de « Vraie démocratie », de « démocratie réelle » pour lesquelles il faudrait une constituante pour les établir.  La démocratie est un combat permanent et indéfini, c’est un processus a sans cesse améliorer.

    A mon avis le premier combat a mener dans l’état actuel de notre vie politique, institutionnelle et démocratique, est la réflexion autour de la concrétisation d’un véritable « contre pouvoir citoyen ».

    voici une proposition ; http://changerlarepublique.over-blog.com/article-26789632.html

    les fonctions ; http://changerlarepublique.over-blog.com/article-contre-pouvoir-citoyen-2-les-fonctions-118866123.html 

    Et je crois qu’il y a beaucoup de propositions pour lesquelles il faut se battre. voici une liste que je pense essentielle. http://pacte-democratique.blogspot.fr/2010/12/pacte-democratique-2012.html

    merci de votre attention.


    • non667 29 août 2014 15:17

      la constitution pour la 6° république selon mélanchon est toute prête :c’est le coran qui primera sur toutes les scories qui pourraient rester de la 5°
      -droit de vote à toutes les élections
      -priorité des étrangers /clandestins pour les droits sociaux (logements )
      -viande hallal obligatoire
      - port de la burka /niquab obligatoire
      - paragraphe renforcé pour le droit des femmes : bat ta femme tout les jours ! si tu ne sais pas pourquoi ,elle, elle le sait !
      - impôt renforcé pour les dhimmis afin d’assurer le financement !


      • epicure 29 août 2014 16:22

        faut arrêter de fumer des pages du coran faites avec des fibres de cannabis tissées....
        Du gros n’importe quoi, pour être poli, qui ne repose sur rien.
        Cela montre que tune connais rien au front de gauche.

        La seule proposition acceptable par tout le front de gauche c’est que la république est laïque.


      • non667 29 août 2014 19:23

        à épicure
        qui ne repose sur rien.

        si sur tanger :

        Jean-Luc Mélenchon, interrogé par Hit-Radio sur son enfance à Tanger, où il est né, déclare : « Je ne peux pas survivre quand il y a que des blonds aux yeux bleus… c’est au-delà de mes forces », puis il traite les Normands d’alcooliques et les Français d’arriérés…

        et marseille :

        http://www.lexpress.fr/actualite/politique/jean-luc-melenchon-a-marseille_1104512.html

        (« Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos soeurs » et il n’y a « pas d’avenir pour la France sans » eux, a-t-il dit,

        tout est dit pas besoin d’en lire plus !


         d’autre part a henin il a montré que sont combat est avant tout anti-fn = mondialiste anti-nation = anti france =anti-français ! les français l’ont bien compris vu ses scores !
        lepen vite !

      • Onecinikiou 29 août 2014 20:28

        République laïque dites-vous... ?? Il y a de quoi être dubitatif !!



      • claude-michel claude-michel 30 août 2014 09:00

        Par non667++++++
        Vous avez raison de dire ces quelques vérités sur ce bonhomme bizarre que quelques illuminés mettent sur une stèle comme le messie... ?


      • alinea alinea 29 août 2014 16:26

        La constitution sera écrite par des délégués du peuple, élus par lui, uniquement pour cette tâche ; aucune personne ayant ou ayant eu des responsabilités politiques ne pourra y être, et à la suite de cette tâche, aucune des personnes élues pour ce faire, ne pourra se représenter.
        Le sixième république élimine la monarchie telle qu’on la connait aujourd’hui ; c’est un régime parlementaire, mais cela n’empêche pas les gens de faire autre chose que ce pour quoi ils ont été élus ou bien, en cas de crise, prendre des décisions qui ne conviennent pas à la majorité du peuple ; un référendum révocatoire, demandé par 5, 7 ou 10% des électeurs, sera un moyen de refuser une décision et/ou mettre quelqu’un d’autre à la place. Cela sera d’autant plus « jouable » dans les communes, les départements ou les régions !


        • citoyenrené citoyenrené 29 août 2014 18:04

          « aucune personne ayant ou ayant eu des responsabilités politiques ne pourra y être » merci pour cette précision Alinea, je n’en savais pas plus que ce qu’en disait Raquel Garrido
          merci camarade


        • bernard29 bernard29 29 août 2014 18:07

          Chère Alinéa, 

          Est-ce que vous ne confondez pas référendum abrogatoire (un texte une décision) et référendum révocatoire (une personne) ??

          Pourquoi ne pas simplement demander l’instauration d’un véritable Référendum d’Initiative Citoyenne , avec de multiples éventualités, pas seulement négatives mais au contraire constructives ( modification de la constitution, propositions de lois, décisions locales sur des projets etc etc ..)

          Ne confondez vous pas « mandat impératif » et « procédure de révocation de l’élu ». A moins que vous ne considérez qu’il faut les deux avec comme par exemple un référendum révocatoire à mi mandat présidentiel comme cela se pratique dans certaines démocraties sud américaines ??

          D’après le discours de Grenoble ; Mélenchon n’a pas eu l’air d’avoir tranché entre « régime parlementaire ou présidentiel » . Il a dit que cette question sera vue plus tard ; sans doute par la constituante !!! "

          Si votre constituante est composée de délégués élus, pensez vous que les partis politiques n’auront pas la part trop belle ??


        • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 29 août 2014 19:07

          Non, Alinéa, le référendum révocatoire ne sert pas à grand chose. Je sais que Mélenchon en parle presque à chacune de ses interventions, mais ce n’est pas une bonne idée (personne n’est parfait...) : mettre quelqu’un d’autre à la place n’empêche pas celui qu’on vient de virer d’avoir fait des bêtises, et ne garantit pas que son remplaçant sera meilleur. Quant à refuser une décision, cela s’appelle le référendum ABROGATIF, dont Mélenchon ne parle hélas jamais. Couplé à l’initiative citoyenne (possibilité de soumettre à référendum une loi initiée par des citoyens), le référendum abrogatif ferait de notre système politique une vraie DÉMOCRATIE REPRÉSENTATIVE, nos « représentants » nous représenteraient VRAIMENT (sinon ils se prendraient un référendum dans la tronche), ce qui serait vraiment DÉMOCRATIQUE. Mais avec le référendum révocatoire seul, nous n’aurions qu’un système « représentatif » non démocratique avec des mandats plus courts (avec 5 à 10 % des électeurs inscrits, il serait facile de réunir les opposants pour révoquer n’importe quel élu à mi-mandat...). Maigre consolation.
          Le VRAI référendum d’initiative citoyenne est l’unique revendication de l’association Article 3 (www.article3.fr)


        • Onecinikiou 29 août 2014 20:56

          Ce qui est hilarant dans toute ces réactions, c’est que l’on constate SYSTEMATIQUEMENT dès lors qu’un afficionado des régimes communistes, toujours pétri lors de la montée au pouvoir des meilleurs et des plus raffinées intentions, arrive effectivement au pouvoir, est qu’il le subtilise instantanément et écrase de son totalitarisme par le truchement l’appareil d’Etat (bien loin donc de l’abolir, ce qui n’a jamais été réalisé bien au contraire) toutes veilléités d’oppositions, toutes libertés fondamentales.


          C’est très simple : il n’y a pas d’exemple contraire au XXème siècle. Et il faut toujours confronter la théorie romantique à la pratique criminelle.

          D’autre part il est tout aussi hilarant de constater là encore que ceux qui se targuent de faire prévaloir les « assemblées », fussent-elles constituante, les délibérations, les conventions, la société civile etc..., sont ceux qui de toute éternité - empiriquement vérifié là encore, du PCUS jusqu’au FDG - ont toujours sombré dans le culte du chef le plus rédhibitoire, le plus violent. Il n’y qu’à voir les passions qu’a déchainé Mélenchon chez ces adeptes, ses partisans, ses sectateurs.

          La contradiction de nos pseudos humanistes, de nos « cocos », sous couvert toujours des meilleurs intentions et avec le prétexte récurrent de lutter contre le pouvoir personnel de l’homme providentiel, auquel de tous ils aspirent le plus en réalité mais de manière inavouée, est ici éclatante. On ne sait d’ailleurs s’il faut en rire ou en pleurer. 

          L’enfer gauchiste est toujours pavé des meilleurs intentions.

        • alinea alinea 29 août 2014 21:32

          Si vous m’avez bien lue Bernard, ces élus qui ne sont pas tirés au sort(! !!) ne sont pas des élus politiques ; ni avant la constituante, ni après !
          Il s’agit bien d’un référendum révocatoire, puisque la constitution est écrite par le peuple, on peut prétendre, dans un premier temps, qu’elle soit respectée.
          Je parle de régime parlementaire, et j’ai laissé l’expression, mais je sais bien que cela a un sens précis dans d’autres pays ; en tout cas le Président ne sera peut-être pas un « représentant », et encore, comme en Allemagne, mais il est hors de question de lui donner le moindre pouvoir que ce soit hors parlement !!
          Je n’en sais pas plus ; de toutes façons, avant d’écrire une constitution, il faut sérieusement sortir de notre léthargie, non ? Donc, en préparation, il y a du boulot !! smiley


        • alinea alinea 29 août 2014 21:38

          J’avais dû intégrer le référendum abrogatif, tellement cela me parait évident ; mais après tout, si tout se passe bien, on peut être content de nos élus qui ne seront plus là pour faire profession ni pour s’en foutre plein les poches ! Au niveau communal, en cas de corruption par exemple, révoquer peut être bien !
          On peut voir ça comme un stade intermédiaire, avant la démocratie avec tirage au sort !!! Si le peuple s’en mêle vraiment, rien ne sera plus figé non plus !


        • bernard29 bernard29 29 août 2014 22:42

          Vous pouvez rêver à une constituante , travailler à une constitution nouvelle... je ne vous donne pas 6 mois pour laisser tomber.

          Pour ma part je travaille à faire évoluer les propositions de mon pacte démocratique , et me battre pour la création d’un contre pouvoir citoyen.

          Pacte démocratique ; http://pacte-democratique.blogspot.fr/

          et contre pouvoir citoyen ; http://changerlarepublique.over-blog.com/article-26789632-6.html#comment118005702


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 août 2014 07:57

          alinea,
          Revoyez un peu l’histoire de la IVe république, régime parlementaire s’il en fut !
          24 gouvernements en 12 ans, un boxon sans nom.
          Pour voter des lois , il faut une majorité.
          Quand cette majorité change d’un mois à l’autre, cela devient ingouvernable.


          De toute façon, comme le FDG et autres adeptes de la Constituante ne veulent pas sortir de l’ UE, autant adresser des lettres au Père Noël...

        • citoyenrené citoyenrené 30 août 2014 08:00

          ouais, il est possible que l’esquisse du totalitarisme apparaisse dans tout projet révolutionnaire dans l’exercice du pouvoir, à ce jour.
          pour l’Homme-peuple, c’est un paradoxe inextricable pour moi, les mouvements collectifs nécessitent un homme-cristal, ou plusieurs , tant la personnalisation est partout dans notre monde médiatique, voir comment on construit des héros en collant collectivement des aspirations, désirs sur x ou y qui passait par là....homme-cristal qu’il faut savoir dépasser ensuite, ou renouveler, pour que le mouvement collectif n’ait pas un risque de je sais pas quoi, mais quand même, vous êtes, nous sommes, trop catégoriques


        • citoyenrené citoyenrené 30 août 2014 08:03

          @ Onecinikiou


        • Wilemo Wilemo 29 août 2014 18:03

          J’ai écouté les interventions de Melenchon ces derniers jours, et je suis a priori assez enthousiaste sur le principe. Je suis donc prêt à le suivre.

          Mais effectivement, il n’a pour l’instant rien dit, si ce n’est des souhaits « personnels » concernant la 6eme Rép., au demeurant peut être pas négligeables, mais peut être pas non plus, ni la panacée, ni même un essentiel. La révocabilité, par exemple, entre dans le cadre du déroulement de la représentation nationale, mais n’interroge pas le concept même de la représentation. A l’inverse, le concept de « transparence » n’est pas mentionnée dans l’actuelle constitution, ce qui, moi, me semble essentiel.
          Ce que j’attends, aujourd’hui, ce n’est pas tant sa proposition à lui d’une nouvelle constitution (car j’ai moi-même des idées sûrement toutes aussi valables), mais la fédération de l’équipe autour de l’organisation des débats officiels qui me permettront de donner mon avis argumenté sans que j’ai le sentiment de parler dans le vide.
          C’est tout le challenge qui l’attend, il me semble, en s’éloignant du FdG, pour aller vers tous ceux qui envisagent une nouvelle constitution (j’ai personnellement arrêté de parler de la 6eme R). Ce qui veut dire, concrètement, et au niveau de son rôle de responsable de parti, de créer une plateforme commune d’organisation avec d’autres partis/personnalités politiques de l’ensemble de l’échiquier politique, et qui se donnera pour unique but d’organiser une constituante, dans laquelle j’espère ne pas être qu’un « cons’électeur ». Il pourra prendre appui sur des intellectuels qui existent (not. ceux cités dans l’article), sur des expérimentations qui ont été faites (G1000, de Van Reybrouck), sur des outils à disposition, sur des citoyens éclairés... sur des « gens », des « nimporte qui », des « sans grades », des « impuissants », car c’est de cela que l’on meure. Certains verront de suite l’allusion au sort... :)

          Pour l’instant, de ce que j’en sais, je ne l’ai pas vu répondre, lui ou son équipe, à différentes sollicitations de certains de mes amis « constitutionnalistes » (de simple amateurs TRES éclairés), qui sont pourtant actifs, pertinents, vraiment cordiaux et qui plus est, font partie de collectifs importants aux réseaux diversifiés. Leur seul tare assez récurrente : mettre à leur juste place (minoritaire) les partis politiques...
          A titre personnel, je suis intellectuellement proche du PG, mais là n’est pas la question, et la constitution dépasse cette inclination personnelle. Il me semble hors de question d’envisager une « constitution de gauche ». Mais pour l’instant, il ne m’a malheureusement pas donné les gages d’une sorte d’impartialité partisane (c’est antinomique ! ) en ce sens.

          • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 29 août 2014 19:14

            Je crains même que lorsqu’il parle de « fédérer le peuple plutôt que rassembler la gauche », il pense davantage aux abstentionnistes qu’aux électeurs de droite. Pourtant, il y a des gens valables aussi dans des mouvements comme « Debout la République » par exemple. Si Mélenchon serrait la pince à Nicolas Dupont-Aignan ou François Asselineau, ce serait un signal fort de dépassement du clivage droite-gauche comme au lendemain de la dernière guerre où la Résistance n’était pas circonscrite aux seuls communistes mais englobait aussi des éléments de la droite conservatrice et gaulliste ! Il nous faut au moins ça pour renverser cette nouvelle forme de fascisme : le néolibéralisme à la mode UMPS !


          • alinea alinea 29 août 2014 21:42

            Absolument d’accord ; cela peut se faire s’il sort du personnage politique à élire !! je crois qu’il n’en est pas encore sorti, mais je ne lui jette pas la pierre parce que l’on ne peut pas « changer de chaîne » en un mois !
            Cependant il faut qu’il ouvre son cercle de proches, j’ai quand même l’impression que ça mijote tout seul là dedans ! Qu’il aille au bout de ce qu’il dit, et il ouvrira ; sinon, c’est qu’il s’est enkysté dans son personnage et on se passera de lui !!


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 août 2014 08:04

            Camille Desmoulins,
            Risque pas que l’ UPR s’accoquine avec tous les europathes que vous citez !
            Dans son programme, il y a de nombreuses et importantes modifications de la Constitution.


            La priorité de l’ UPR est la sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN.
            Ce qui n’est pas le cas de la plupart de ceux qui parlent de Constituante et de VIe république.

            Le FDG ayant lassé tout le monde avec son « Europe sociale » à la St Glinglin, il essaye de faire croire maintenant qu’on peut retrouver la démocratie sans sortir de l’ UE.
            Le FDG protège l’UE. C’est son rôle politique, comme celui du FN est de salir l’idée de souveraineté.

          • Wilemo Wilemo 30 août 2014 11:45

            Et c’est ce qui me chagrine, Fifi brin d’acier. 

            Les gens de l’UPR ont une idée à peu près précise de l’Europe, et je trouve que ce que raconte Asselineau est digne d’être écouté. Mais l’on pourrait faire la même remarque à propos de la plupart des formations politiques.
            Ces personnes engagées ont des avis forts, et sont, dirait-on dans une offre d’emploi, « force de proposition », et cela doit être entendu (je connais les difficultés que ressent l’UPR à ce sujet). Mais les formations politiques quelle qu’elles soient ne doivent pas oublier que malgré un nombre important de militants, elles restent dans l’ensemble très minoritaires au regard de l’ensemble de la population (env. 2 % je crois). Les propositions que portent les formations politiques sont importantes et même essentielles, mais dans l’idéal, ne devraient pas se substituer à l’ensemble de la population.
            Concernant la question constitutionnelle, et sans entrer dans les propositions de chacun, on observe que beaucoup de formations sont pour des modifications importantes, notamment en matière de représentation et de participation citoyenne, c’est à dire d’une population plus large que celle des partis.
            Il ne me semble alors pas incongru que ces formations se « regroupe » autour de cet objectif commun, chacune apportant à l’occasion ses propositions, mais là ne sera pas l’essentiel.
            Le plus important est d’organiser le processus même de la prise en compte impartiale des inclinations du plus grand nombre, non pas sur une question telle que « sortir ou pas de l’Europe », mais « comment s’organise-t-on pour recueillir une parole populaire collective, représentative et construite ? » Dans un cadre tel que celui ci, les militants des diverses formations pourraient ne plus être des distributeurs de tracts et des colleurs d’affiche prêchant pour leur paroisse, mais pourraient être formés pour être des animateurs du débat public dans leur circonscription, leur commune, leur quartier. La CNDP (commission Nationale du Débat Public) pourrait les y aider.

            Diverses formations pol. proposent des modifications de la constitution, mais c’est oublier que toutes ces formations s’organisent et se structurent dans le cadre même de la constitution, qui n’est ni de droite, ni de gauche. La droite et la gauche (ou toute autre classification que l’on voudra bien opérer), sont un élément autorisé par le droit.
            Une organisation politique seule ne saurait réaliser de tels ateliers constituants. Si JLM ou un autre tente de le faire, il y aura forcément toute une frange de la population qui n’y participera pas, tout simplement parce que ce sera partisan. C’est pourquoi il me semble que la mise en place de la constituante devrait être proposée par le pouvoir légitime en place, qui aurait pour seule mission d’organiser impartialement la constituante, et DANS CE CADRE, chaque formation proposerait son modèle institutionnel.

          • citoyenrené citoyenrené 30 août 2014 12:47

            Wilemo,
            une méthode CNDP à l’échelle de la commune, du quartier, je n’y avais pas pensé je la voyais remonter de l’échelon plus ou moins régional vers le national, mais l’imaginer descendre au contraire au local est assez génial...ayant parlé hier de conseils municipaux avec des ex-membres, de 2 méthodes différentes (l’une délibération jusqu’à consensus, l’autre par éclairage de la commission appropriée puis tranchant du vote du conseil (de 15 personnes)) de délibération et de prise de décision collective, les deux voies étaient passionnantes, votre idée l’est aussi


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 août 2014 18:55

            wilemo,
            Ne soyez pas chagrin, vous soulevez le débat central de la période.

            Pour retrouver la démocratie, comme en Suisse, souvent citée, il faut vivre dans un pays indépendant et souverain. Les Suisses décident ce qu’ils veulent, ils vivent dans un pays souverain.

             Pour qu’il y ait démocratie, il faut un « demos », un peuple et des frontières. Il n’y a pas de peuple européen, et la nomination des « Chefs européens » en ce moment ne relève pas du vote des électeurs.


            Pour faire court, tous ceux qui sont élus ( Députés, Maires, Présidents, Députés européens) ne décident plus de rien d’important.

            Et ceux qui décident ( La Commission européenne ) ne sont élus par personne, mais désignés après de nombreuses tractations : passe moi le séné, je te passe la rhubarbe.
            Le fonctionnement de l’ UE est parfaitement « indépendante » de l’avis des citoyens.


            La démocratie, c’est comme l’écologie. Peut-on sérieusement s’occuper d’écologie quand les lois européennes sont faites par les Monsanto & autres lobbies qui grenouillent à Bruxelles ? et que L’UE impose une agriculture intensive ? C’est de la rigolade !

            Chacun peut faire quelques petits trucs au niveau local, mais pour l’ensemble de la population, il faut nos propres lois, ce qui suppose de revenir à la souveraineté et de sortir de l’ UE.


            Il n’y a que 3 Mouvements politiques en France qui veulent sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, cherchez pas : l’ UPR, le PRCF & le M’PEP. Tous les autres veulent « renégocier les Traités pour modifier l’ Europe ».

            Pour éviter que les Français ne se regroupent pour sortir de l’ UE, on voit fleurir toutes sortes « d’enfumages » qui ne font jamais de la souveraineté, républicaine et démocratique, l’alfa et l’ omega de leurs propositions. Bien contents quand ils ne nous insultent pas en nous traitant « d’extrême-droite » !

            L’UPR ne refuse aucune alliance, pourvu que ce soit sur la base préalable de la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, de manière pacifique et légale par l’article 50.
            Demandez donc aux autres s’ils sont d’accord ?


          • Wilemo Wilemo 31 août 2014 16:55

            Je suis assez sensible au discours de l’UPR sur la notion de souveraineté, et je ne trouve pas que ce soit réellement antinomique avec l’idée d’une autre constitution.

            Mais cela impose, dès le début du processus, que les leaders soient très clairs sur l’idée d’un mandat impératif qu’ils se donnent, quelque chose qui dirait « tout le monde qui le souhaite s’y met. On prend le temps qu’il faut. Et dans la mesure où un processus large a donné à chacun la possibilité de s’exprimer ou de construire un discours, celui ci sera opérant car celui qui se sera exprimé ce sera »le peuple« , et le peuple est souverain. Et si cela entre en contradiction avec les institutions de l’UE, alors c’est la parole souveraine qui primera. »
            C’est ce genre de choses qui pourraient être mises dans la balance par Asselineau. Après, pour la négociation précise, c’est un problème « classique » d’association politique.
            Ce qui permettrait peut être de dissocier un tant soit peu la question européenne (UE/Otan/Euro) d’un problème intrinsèquement national.
            Donc je parle bien de mandat impératif dès le début de la « coalition », avec mention explicite des sanctions en cas de non respect.
            Je comprends vos réticences, et les partage sans doute, mais ce que je veux dire, c’est que tout ça se discute. Et si on veut une souveraineté populaire, il faudra bien que ceux qui partagent a priori cette idée (je parle d’abord des leaders) tentent de se mettre autour d’une table. Et c’est là que je reviens sur la CNDP, qui fait des choses vraiment pas mal dans la manière de construire un discours organisé, synthétisé sans être tronqué, qui met en évidence des alternatives crédibles, et qui évite (tente d’éviter) les biais habituels des débats contradictoires.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er septembre 2014 07:29

            Bien sûr qu’on peut discuter de tout.
            L’UPR propose de larges modifications de la Constitution : (Partie 2 )

            * Interdiction constitutionnelle de tout transfert de souveraineté

            * Suppression de la procédure du Congrès, référendum pour toute modification de la Constitution

            * Cour constitutionnelle formée de magistrats, et dépolitisée.

            * Referendum d’initiative populaire

            * Reconnaissance du vote blanc

            * Equité du financement des activités politiques.

            * Interdiction du cumul des mandats

            * 1 seul renouvellement de mandat

            * Inéligibilité à vie d’un responsable public pour corruption

            * Inscription dans la Constitution de services publics non privatisables comme l’éducation et la santé.

            * Rétablissement et extension du crime de Haute Trahison, qui est l’entente avec des puissances étatiques étrangères ou des puissances privées, pour mener une politique manifestement contraire à l’intérêt national du peuple français.

            Qu’est-ce qui ne vous convient pas dans ces mesures ?


          • Wilemo Wilemo 1er septembre 2014 13:24

            A titre PERSONNEL, et a priori, cela ME convient. Mais pour être plus précis, j’ajouterai que je le dis un peu vite, et que pour me faire une idée plus précise sur chacun de ces points, il me faudrait des avis contradictoires qui argumenteraient les avantages/inconvénients de tel ou tel point.

            Mais ce disant, cela me place dans une posture d’adhésion à l’UPR (tout au moins à ses idées), et si cela me semble important, de diffuser cette ligne.
            Or, mon voisin n’est peut être pas d’accord avec l’ensemble de cette ligne, mais peut être seulement un point, ou bien peut être est-il prêt à « négocier » sur une position proche. Plus probablement, peut être que mon voisin n’est pas au fait de ces questions. Or, tout autant que moi, mon voisin est souverain. Que ne lui demande-t-on pas son avis ? Et selon quel processus/protocole ?
            Je pars du principe que vous êtes pour une pluralité des opinions, et alors je me demande comment faire pour intégrer l’opinion de mon voisin dans la ligne politique de l’UPR, et le rendre acteur/constructeur du parti, plutôt que sympathisant, adhérent et militant selon ses envies ? (L’UPR n’est bien sûr qu’un exemple. Cela concerne toutes les formations politiques qui se donnent pour but l’accession à des fonctions républicaines via le suffrage)
            Les formations politiques sont essentielles à l’expression de la pluralité des opinions, et leur objectif de faire adhérer à une offre spécifique est on ne peut plus logique.
            Mais je crois qu’un processus constituant est plus élevé qu’une offre spécifique.
            Si avec la ligne que vous me proposez dans votre commentaire, vous vous présentiez à, dans le désordre et sans exhaustivité, NDA, JLM, Montebourg, MLP, EELV, pourquoi pas Chouard, etc... ou n’importe quel collectif souhaitant une autre constitution, vous seriez déjà, de fait, à discuter de la future constitution entre formations politiques, et à l’exclusion « des gens ». Ces formations pourraient, si ça se trouve, trouver un terrain d’entente (encore que j’en doute !  ) sur une base minimum. Mais la question de la formation réellement populaire et souveraine de la constitution resterait à la marge. Lorsque je vois les conflits entre sympathisants/militants de telle ou telle formation, ça me semble très difficile.

            Par contre, sur la base d’une nouvelle constitution popualire et souveraine, et pour peu que chaque formation ne préjuge pas de ce que doit être la future constitution (ce qui est finalement un pari sur la compétence des français à décider pour eux mêmes), ne pourraient-ils pas fonder leur ligne commune non sur des propositions précises, mais sur la façon d’organiser la consultation populaire qui soit souveraine en cas d’accession au pouvoir ? C’est plus tard, et dans le cadre de cette ligne, qu’alors l’UPR pourrait proposer ses différentes propositions individuellement, en partenariat ou en concurrence avec d’autres formations.
            Par exemple, dans l’esprit, je suis assez « chouardien » sur l’idée de valoriser le TAS (dans le cadre de la constituante, et non pas forcément dans le cadre des institutions qui en seraient issues), mais je pourrais parfaitement me satisfaire et adhérer à l’idée d’une part seulement de TAS dans la désignation de l’assemblée constituante. Mais cette ligne personnelle ne m’empêche pas d’être a priori d’accord avec vos propositions... encore me faudrait il la possibilité de l’exprimer, voir d’exprimer mes doutes, non par un simple vote pour une personnalité, mais dans le cadre d’une démarche plus large et plus profonde, si j’ai la certitude qu’ils seront entendus dans leur complexité.
            A contrario, aujourd’hui, Asselineau ou un autre me font des offres, des « packs » que je me doit d’accepter dans leur totalité, qui leur permet de dire « voyez ! les gens ont voté. C’est donc ce qu’ils veulent, et je suis l’expression du peuple »
            Pour ma part, ce que je veux, c’est un processus officiel et contradictoire. Pour ce qu’il en ressortira, je ne préjuge pas, et si le processus est populaire, propre et transparent (tous ces termes seraient à définir précisément), je fais confiance au peuple.
            Et si Asselineau se prononçait pour quelque chose de semblable, alors je pourrais être de ses électeurs. Et si lui et d’autres arrivent à s’associer sur une base de ce type, voir à en faire le seul enjeu du scrutin... alors ce serait le jackpot. 


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 août 2014 19:16

            Je viens de relire tous les commentaires, pas un qui lie la démocratie à la sortie de l’ UE...

            Mettre en cause la Constitution de la Ve république est idiot, en plus d’être faux.
            Le seul pays qui ait une Constitution copié/coller sur la nôtre, c’est la Russie de Poutine.
            Tous les autres pays européens ont d’autres Constitutions.


            Tous les Traités européens se sont fait un plaisir de siphonner les pouvoirs des Etats pour les transférer aux Instances européennes. Faire croire que Hollande dispose encore de pouvoirs régaliens, est une arnaque qui s’appuie sur la méconnaissance des Traités par les Français.

            De quels pouvoirs disposerait donc Hollande ?

            *** Pouvoirs sur la monnaie ? Plus aucun, c’est la BCE.
            *** Sur les Lois ? La Cour de Justice européenne est supérieure en droit aux Etats
            *** Sur l’armée et la politique étrangère ? Nous sommes dans l’ OTAN
            *** Sur les frontières ? Libre circulation des capitaux, des marchandises, des hommes et des personnes.
            *** Sur le budget ? Il est sous tutelle.

            C’est un village Potemkine.
            Le Pouvoir réel est à Bruxelles, et tous ceux qui protègent l’ UE essayent de nous faire croire le contraire.

            • Mmarvinbear Mmarvinbear 30 août 2014 19:40

              Le référendum révocatoire est une fausse bonne idée. Ce genre d’article permet de déresponsabiliser les électeurs en se disant que si le nouvel élu ne lui revient finalement pas, on peut toujours essayer de le virer en cours de mandat.


              Or, une politique a besoin de TEMPS pour s’appliquer et porter ses fruits.

              Comment organiser une société de façon efficace si tous les six mois on a un nouvel élu qui se dépêche de défaire ce qui vient d’être fait ?

              Prenons l’exemple le plus banal et simple. L’ école. Une nouvelle école doit être construite car les élèves manquent de place. Lors de la campagne, le candidat 1 veut la construire au nord. Le 2 au sud et le 3 à l’ouest.

              Le 1 l’emporte et commence les études de construction. Mais pour d’autres raisons, un référendum révocatoire est voté et le 1 perd sa place. 

              Nouvelle élection. Le 2 est élu. Il commence à bâtir au sud comme promis mais une nouvelle majorité se dégage et un nouvelle révocation a lieu. Election. Le 1 est élu à nouveau, et reprends les travaux au nord.

              A ce petit jeu, les travaux préparatoires se multiplient, l’école n’est pas construite, les élèves manquent toujours de place et l’argent a été dilapidé en études et en début de constructions jamais achevées.

              Est-ce un comportement intelligent et favorable au citoyen ?

              • citoyenrené citoyenrené 31 août 2014 07:35

                @ Mmarvinbear,

                remarque intéressante, en plus d’être un contrôle à postériori, ce qui serait une lacune (tout comme l’élection) l’avantage indirect le plus fort du Référendum Révocatoire est peut-être leur potentialité plus que leur application....peut-être le mandaté aura-t-il davantage en tête la mission, mandat, que ses souverains lui ont accordée
                Après que le temps long nécessite de dépasser le rythme électoral, la durée du mandat, oui
                puis la nécessaire et incompressible autonomie de l’Exécutif, à la rigueur oui encore, l’autonomie du Législatif , à voir...entre le mandat impératif et le blanc-seing pour 5 ans, la solution sera dans une combinatoire, comme dirait Blondiaux


              • citoyenrené citoyenrené 31 août 2014 07:40

                L. Blondiaux parle de « combinatoire » pour la Démocratie dans « la démocratie à venir et à refaire » et non du référendum révocatoire


              • citoyenrené citoyenrené 31 août 2014 08:00

                @ Mmarvinbear, dernière chose (pas réveillé, 3 messages)...l’élection nous englue dans le court terme, comment faire ?


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 31 août 2014 11:51

                peut-être le mandaté aura-t-il davantage en tête la mission, mandat, que ses souverains lui ont accordée


                J’en doute. Au contraire, on prend le risque de voir l’élu être paralysé dans son action car il voudra tout faire pour ne pas se faire révoquer : s’il agit dans le sens de ses promesses, il prend le risque d’une révocation par ses adversaires. S’il la joue prudente, il prends le risque d’une révocation par ses partisans.

                Je ne crois pas que le pays connaisse une crise de régime. Tous les appels à une soi-disant VIè république n’émanent en fait que des nostalgiques de la IVè. Ils veulent une plus grande responsabilité des parlementaires mais on le voit actuellement, les parlementaires actuels poussent de la voix mais se couchent dès que l’exécutif commence à faire les gros yeux.

                Comment leur accorder le moindre crédit et vouloir leur donner plus de pouvoirs alors qu’ il baissent leur froc à la première occasion ?

                De plus, les institutions actuelles fonctionnent. Ce n’est pas comme si nous étions dans un blocage politique. Blocage qui d’ailleurs existait sous la IVè : les gouvernements avaient à peine le temps de s’installer dans leurs ministères qu’ils se faisaient renverser parce que deux députés de la SNFCGIC n’avaient plus de sucre roux à mettre dans leur café et qu’un collègue du FSLFUESL ne voulait pas leur en filer.


                D’une certaine façon, le référendum révocatoire existe déjà : c’est l’élection suivante.

                Si la pays se porte mal, ce n’est pas de la faute des énarques ou des hauts fonctionnaires, qui sont les cibles faciles et traditionnelles des imbéciles.

                C’est avant tout de la faute du citoyen : soit il ne donne pas la peine de choisir ses dirigeants locaux ou nationaux ( ce qui ne l’empêche pas de s’en plaindre par la suite de toute façon ), soit il charge l’élu de ses propres manquements.

                C’est facile de dire « tous pourris » quand dans le même temps on redonne aux Balkani et consorts les clés de la mairie parce que vous comprenez, ils nous ont trouvé une place en crèche pour le petit ou un lit dans la maison « le joyeux mouroir » pour mamie !


                Un élu sera plus enclin à donner le meilleur de lui même s’il se sait surveillé par ses administre, qui le lui font savoir en le contactant, en le rencontrant, en lui disant ce qui va et ce qui ne va pas. C’est du travail, cela se prends sur le temps passé devant la télé, mais c’est comme cela que cela marche.

              • citoyenrené citoyenrené 31 août 2014 12:02

                « s’il agit dans le sens de ses promesses, il prend le risque d’une révocation par ses adversaires »...minoritaires, l’élu l’a été à la majorité


              • citoyenrené citoyenrené 31 août 2014 12:19

                « Tous les appels à une soi-disant VIè république n’émanent en fait que des nostalgiques de la IVè »

                pas tous nécessairement, d’une concertation préalable citoyenne consultative à la co-élaboration, à d’autres formes de liens, car c’est bien le lien qu’il faut réinventer, réinterroger en 2014

                "Un élu sera plus enclin à donner le meilleur de lui même s’il se sait surveillé par ses administre, qui le lui font savoir en le contactant, en le rencontrant, en lui disant ce qui va et ce qui ne va pas. C’est du travail, cela se prends sur le temps passé devant la télé, mais c’est comme cela que cela marche.« 

                une montagne courrier, des réponses personnalisées à chaque fois ? des visites discrétionnaires à sa permanence où il passe une fois par semaines ? des manifestations ? peuplard ne peut être que dans la rue ? instituez une rencontre mensuelle officielle, »des questions« de la salle, le lien au local sera vivant, »le retour du terrain", là, il l’aurait plus qu’en allant serrer les paluches, et quoi, les gens sont en train d’avoir leur liste des courses en têtes, prévois une rencontre publique une fois par mois,


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er septembre 2014 01:31

                minoritaires, l’élu l’a été à la majorité


                Une majorité, cela se perd en peu de temps désormais. Pour de bonnes ou de mauvaises raisons, l’ Etat de Grâce n’existe plus pour les élus.

                Les électeurs sont victimes du syndrome Internet : comme sur le web, ils veulent tout, tout de suite, et si ce n’est pas le cas, ils ne sont pas contents et ils le font savoir.

              • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er septembre 2014 01:32

                Et oui.


                La démocratie et la Liberté ne sont pas gratuits. Le prix : l’implication et la vigilance.

              • citoyenrené citoyenrené 1er septembre 2014 14:46

                « Une majorité, cela se perd en peu de temps désormais. »

                si l’Élu renie l’une de ses promesses....et bien ce serait choquant qu’il soit révocable ?

                « La démocratie et la Liberté ne sont pas gratuits. Le prix : l’implication et la vigilance. »

                la vie associative est déjà florissante, voire une magnifique spécificité française..les chercheurs en sciences politiques pensent que de 15% à 20% des ’citoyens’ ne prendront jamais part au destin commun de la cité, aux décisions, délibérations quoi qu’il en soit...mais le peuple est très politisé, l’abstention est un mélange de défiance et de dégout, n’y voyez pas qu’un peuplard indifférent et dilettante

                si vous êtes, comme moi, Mmarvinbear du genre à vouloir le dernier mot, ça va tourner en rond


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er septembre 2014 15:23

                si l’Élu renie l’une de ses promesses....et bien ce serait choquant qu’il soit révocable ?


                Cela dépends. Si en tenant une promesse, il savait provoquer une cata ? Quand les conditions sociales et économiques changent, il faut aussi changer le braquet sinon on abouti au contraire du but recherché.


                Tenir la barre du navire, c’est bien. Dire pendant la campagne qu’on ira toujours tout droit, ok. Mais si un gros iceberg se tient en face, vaut-il mieux rentrer dedans ou éviter l’obstacle ?


                Diriger un pays, c’est avoir la barre. Et ne pas hésiter à se renier quelque peu pour éviter l’iceberg, je trouve cela plus admirable qu’autre chose.



                mais le peuple est très politisé, l’abstention est un mélange de défiance et de dégout, n’y voyez pas qu’un peuplard indifférent et dilettante


                Le peuple n’est pas politisé du tout ! Le taux d’adhésion à un parti est un des plus bas qui existe, tout comme les syndicats en fait ! Et ce depuis l’établissement de la démocratie !


                Un des derniers exemples en date : les lycéens qui se mobilisent pour Léonarda. Ils déambulent en promettant de ne pas céder mais dès le premier jour de vacances scolaires, plus personne dans les rues ! Tous le cul devant la PS 3 ou à Megève avec papa-maman ! Et à la reprise des cours, silence radio !


                En réalité, les Français se considèrent comme des CLIENTS de la politique, et non des acteurs.


                Alors ils consomment. L’eau de vie UMP leur avait donné mal au crâne, ils sont allé essayer le rosé léger du PS.


                Mais comme ils n’avaient pas encore cuvé de la piquette hongroise, la liqueur hollandaise ne leur réussit pas.


                Et inutile après cela de leur proposer le gros Rouge qui tâche...


              • citoyenrené citoyenrené 31 août 2014 17:39

                erratum à l’article : une idée molle du dimanche : en vue de la monarchielle 2017, que le lien représentant-représentés soient redéfini en 2015-2016 par une conférence de citoyens sauce CNDP en vue de la Constituante que propose le Front de Gauche. Dans les articles de la future Constitution ayant traits au statut de l’Élu, et sur la place et fonctionnement des partis politiques (qui n’y est pas prévue ou peut-être) , que la mayonnaise médiatique prenne , une mise en scène savamment pensée et planifiée, puis commissions mixte paritaire électeurs/élus, le cas échéant, Référendum,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès