Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Quelques pistes de réflexion pour améliorer AgoraVox

Quelques pistes de réflexion pour améliorer AgoraVox

Depuis plusieurs mois, j’observe l’évolution de notre site et j’essaie d’être à l’écoute des différents conseils, suggestions ou critiques qui permettraient de l’améliorer. Cet article a pour but de faire un petit bilan des principaux points soulignés et de soumettre au débat les éventuelles propositions de solution qui pourraient être appliquées assez rapidement.

Tout d’abord, à tous ceux qui attendaient cette discussion depuis longtemps, je souhaiterais leur faire part de mes excuses pour le retard dans la publication de cet article qui est en préparation depuis plusieurs semaines. De nombreuses raisons, professionnelles et personnelles ont bousculé mon emploi du temps. Nous y sommes enfin !

Je souhaiterais présenter cet article de la manière la plus interactive et pragmatique possible. Ainsi, j’ai pensé détailler chaque point d’amélioration directement dans un espace consacré aux commentaires (en couleur verte). De cette manière, vous pourrez voter, réagir et engager la réflexion sur chacun des points par le biais des commentaires (il est donc souhaitable d’utiliser « réagir au commentaire » plutôt que « réagir à l’article » pour répondre à un point en particulier) .

Le but est de dialoguer de manière précise et ordonnée sur chaque point. Je vous prierais donc de respecter chaque sujet dans vos interventions et de répondre de manière concise afin que vos commentaires soient constructifs et utiles à tous.

Avant de rentrer dans le vif du sujet et d’entamer la partie consacrée aux « suggestions d’amélioration », je voudrais évoquer un projet qui pourrait intéresser certains d’entre vous. Nous réalisons depuis juin des podcasts sur NaturaVox de personnalités qui s’intéressent aux différentes problématiques écologiques : il s’agit des « Rencontres NaturaVox ». Ces podcasts sont réalisés pour l’instant par une personne qui travaille chez nous. Mais nous souhaiterions aujourd’hui étendre et expérimenter cette activité à AgoraVox et aux rédacteurs. Un espace podcast serait créé sur AgoraVox, et pour les plus motivés d’entre vous, ceux qui ont de bonnes idées pour des interviews, nous mettrions à disposition l’appareil logistique, le matériel et les ressources humaines (caméraman et monteur) pour réaliser des podcasts d’une quinzaine de minutes. Tous les mois, on sélectionnerait un ou deux rédacteurs qui nous proposeraient une interview que nous jugerions intéressante. Si le succès est au rendez-vous, on pourrait même accélérer le rythme... Qu’en pensez-vous ?

Concentrons-nous maintenant sur les problèmes actuels du site et les pistes d’amélioration possibles. La première amélioration, je vous la livre maintenant, elle aura lieu très prochainement, c’est un relookage graphique du site : une sorte de lifting qui sera, je l’espère, source de jouvence... Nous avons quelques maquettes sous le coude, mais elles ne pourront être opérationnelles qu’en fonction des modifications fonctionnelles que nous allons, ou pas, apporter au site. Alors, discutons de ces modifications (il suffit de cliquer sur un des cinq liens qui suivent pour atteindre directement la discussion correspondante) :

  1. Le problème de la modération
  2. Le problème des commentaires et des discussions
  3. Le problème d’un espace de discussion pour tous les rédacteurs
  4. Le problème de la durée de vie des articles et de la politique éditoriale
  5. Autres remarques

Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

436 réactions à cet article    


  • Carlo Revelli Carlo Revelli 10 octobre 2007 10:18

    La modération des articles sur AgoraVox demeure pour certains internautes trop obscure et mystérieuse malgré la liste des modérateurs indiquée sur le

    site ainsi que la possibilité à tous les rédacteurs ayant publié au moins trois articles de « devenir modérateur  ». J’ai reçu beaucoup de remarques sur cet aspect « trop compliqué ».

    Pour cette raison, je propose que n’importe quel rédacteur qui ait publié au moins 4-5 articles reçoive de manière systématique le statut de modérateur et puisse ainsi voter n’importe quel article sans devoir faire de démarche ou de demande particulière. Bref, tout rédacteur avec un minimum de publication est de facto modérateur. Cela dit, je rappelle les règles déjà présentes dans p>

    href="../article.php3?id_article=8843">la politique éditoriale et qui restent inchangées :

    « Tous les modérateurs sont chargés de voter individuellement sur chaque article en fonction de son actualité, de sa pertinence, et surtout de son originalité. Ils doivent motiver leur vote par un petit commentaire.

    Chaque article est lu par plusieurs modérateurs : celui-ci est publié s’il obtient le quorum nécessaire de voix approuvant sa publication.

    Enfin, pour des raisons évidentes de responsabilité juridique, en fonction des résultats des votes, un modérateur appartenant à l’Equipe AgoraVox finalise la publication ou non de l’article. Il vérifie également si les votes respectent le cadre de la p>

    href="../article.php3?id_article=60">politique éditoriale. Il synthétise les raisons des votes à partir des commentaires des modérateurs, et envoie un mail à l’auteur en cas de refus. Il réalise la mise en page sur le site et avertit l’auteur en cas de publication. »

    Ayant déjà eu des procès en diffamation, vous comprendrez aisément que nous sommes très prudents à ce niveau. Etes-vous favorables ou non à l’élargissement du comité de rédaction de manière automatique, tout en étant conscients que le dernier mot (acceptation ou refus) reviendra toujours à l’entité juridique qui assume le risque de publication, à savoir AgoraVox ?


    • Sumer sumergocogito 10 octobre 2007 11:50

      Bonjour M. Revelli,

      La question de la démocratie et, surtout, de ses limites, agite l’Humanité depuis des millénaires, n’est-ce pas ?

      Mais, si l’on demeure pragmatique et comme vous le soulignez, c’est l’entité juridique responsable qui, en final, verra sa responsabilité engagée en cas de désordre.

      Ce qui me paraît essentiel, c’est que les principes soient posés, écrits et accessibles, que les procédures qui vont avec le soient aussi, et que l’on prévoie un dispositif pour vérifier régulièrement le respect de ces procédures.

      Un genre de système qualité, en quelque sorte.

      Si l’on considère les choses de ce point de vue, je crois que vous êtes le plus à même de savoir où faire porter l’effort, puisque vous êtes le père du « monstre ».


    • LE CHAT LE CHAT 10 octobre 2007 12:15

      Je suis d’accord avec le furtif ! il est anormal que des commentaires orduriers restent si longtemps sur le site après dénonciation de l’abus à la modération ! les écahnges peuvent être vifs , mais doivent rester courtois !


    • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 10 octobre 2007 12:42

      Salut matou. Personnellement, les deux fois où j’ai communiqué des abus, les commentaires en question ont été supprimés rapidement. Mais il faudrait effectivement améliorer ça, au vu notamment du trop grand nombre de commentaires irrespectueux. Je suis en tout cas favorable à une forme de bannissement temporaire vis-à-vis d’un utilisateur qui aurait atteint un certain quota d’abus. Ca pourrait déjà aider.

      @ Carlo,

      Comme l’a signalé Richard Patrosso, « devenir modérateur automatiquement après trois ou quatre articles est trop facile, trop accessible. » La sélection des modérateurs devrait être à la fois quantitative (entre 5 et 15 publications à vue de nez... 20 c’est tout de même beaucoup) ... et plus qualitative. Certains publient beaucoup sans pour autant que les articles soient réellement attrayants (non, je ne vise personne smiley ). La suggestion qui suit est certainement tirée par les cheveux, et peut-être impraticable : chaque rédacteur disposerait d’une « côté générale d’intérêt » où seraient additionnés le nombre de votes reçus à chaque article. Ce qui induirait un pourcentage global d’où l’on pourrait tirer un minimum requis pour devenir modérateur (70% ?). Voilà qui pourrait être un gage de qualité supplémentaire des membres de la modération.


    • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 10 octobre 2007 13:47

      Qu’est ce que tu racontes comme ineptie Demian ? Tu déroules comme toujours, je vois. smiley


    • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 10 octobre 2007 13:52

      bonjour Carlo, ton article est intéressant. Je réponds juste à la question : est-on favorable ou non que tout rédacteur puisse être modérateur ? Tu nous poses une question judicieuse, néanmoins compliquée ? Penses-tu que celà soit suffisant pour une personne qui a rédigé 3 ou 4 articles de devenir modérateur ? Je ne le pense pas. Je partage l’avis qu’une personne qui a rédigé une vingtaine , voire une trentaine d’article, smiley pourquoi pas cinquante pendant que nous y sommes soit modérateur de droit. Comme tu l’as souligné, il restera toujours l’avis qui prime du modérateur (trice) officiel (e) d’AGORAVOX. smiley


    • Manuel Atreide Manuel Atreide 10 octobre 2007 15:04

      Bonjour @ toutes et @ tous ...

      la modération est un vaste sujet, que je connais, sur lequel je me suis déjà exprimé. les réactions avaient été nombreuses.

      Oui, je confirme, la modération est une activité exigeante, qui demande du temps, de l’engagement, de l’honneteté intellectuelle et une certaine probité. Choses que j’essaie de faire et d’avoir, au mieux.

      Qui peut être modérateur ? Tout un chacun, potentiellement. En revanche, il est peut être utile de faire évoluer l’interface de modération dans ce cas, afin de ne pas tomber dans certains défauts qui feraient voler le concept en éclat.

      - Il me semble juste que le vote soit assorti obligatoirement d’une mention donnant les raisons du vote, courte ou longue. Si le système y incite actuellement, il n’est pas obligatoire. Cela me semble dommage car on lit plus attentivement un papier si on doit motiver sa décision.

      - Je crois que le quorum devrait être connu et être relativement élevé. A l’heure actuelle, je ne le connais pas et je n’ai aucune idée du poids de mon vote. Ce qui peut parfois me géner dans cette activité. Un quorum rendu public avec un nombre élevé serait un gage de qualité dans l’appréciation collective des modérateurs. En revanche, que faire tant que le quorum n’est pas atteint ? Cela risque de ralentir le temps entre la demande de publication et la décision. Bref, tout cela doit être mis au point finement, si cette idée devait être retenue.

      - Je pense qu’il serait interessant, en cas d’accès à tous aux fonctions de modération, de masquer le nom de l’auteur de l’article à modérer. On éviterait ainsi les cabales et attaques personnelles. Mon idée n’est pas parfaite, certains auteurs ayent un style inimitable, mais un accès libre à la modération pourrait rapidement tourner au reglement de compte. Ce qui serait la trahison même de ce système, unique pour le moment dans le petit monde des medias citoyens.

      - Je pense aussi que l’auteur d’un papier devrait avoir le droit de connaitre les commentaires de modération de ses pairs. Surtout en cas de refus. Il y a de nombreux papiers sur lesquels j’ai emis un jugement négatif, tout en souhaitant fortement que l’auteur ne baisse pas les bras et reprenne son ouvrage, car le potentiel du sujet était là, malgré une rédaction un peu problématique. En tout cas, si un de mes papiers devait être recalé, j’aimerais savoir ce qui a motivé son rejet par mes pairs, de façon à mieux le reprendre ou améliorer mon travail sur un autre sujet. Cela éviterait aussi les articles-messages qui se multiplient actuellement sur l’interface de modération et qui ne sont rien d’autre qu’une demande d’explication sur le refus d’un papier.

      - Un accès libre à la modération doit aussi être « surveillée ». je pense que le comportement des modérateurs doit être responsable et un rédacteur doit avoir la possibilité, en cas de problèmes avérés, de pouvoir en parler, voire de s’en expliquer. Il me semble donc que des traces concernant les votes, leur nombre, les motivations devraient être archivées.

      - Pourquoi ne pas réflechir à un panneau « public » donnant le nombre de papiers publiés, le nombre de papiers en attente etc, afin d’inciter les rédacteurs à s’impliquer dans cette fonction ? Car je crains que passé l’engouement premier, l’exigence de la fonction ne rebute la majorité. Or, en période faste (élection présidentielle par exemple), c’est la cohue dans les papiers en attente et certains mettent des jours avant d’être vraiment modérés ...

      - Pour terminer, quelques idées pratiques sur l’interface elle même : j’aimerais que les papiers sur lesquels je me suis exprimé disparaissent de ma liste de lecture. En cas d’affluence, cela la rendrait plus lisible et moins longue ... j’aimerais aussi voir les papiers dans leur présentation « front office », notamment avec les fichiers images insérés. Une illustration peut tout changer ... j’aimerais enfin pouvoir de temps en temps signaler que je n’ai pas la capacité à juger un papier, faute de compétence, faute de compréhension du problème, faute d’intérêt pour le sujet. Mais là encore, je sais que cette possibilité pourrait alors être détournée pour se défausser de sa responsabilité de modérateur. A réflechir finement, donc.

      Voila, nouvelle réaction, un peu à chaud. Désolé pour la liste à la prévert. je sais en tout cas qu’une évolution lourde de votre version de SPIP est necessaire pour faire évoluer agoravox, notamment sur la modération.

      Manuel Atréide


    • Voltaire Voltaire 10 octobre 2007 15:59

      Comme d’autres, je ne suis pas très favorable à une modération automatique par les auteurs.

      D’abord parce qu’avoir quelques articles acceptés ne signifie pas que l’on soit suffisamment objectif pour modérer de façon neutre.

      Ensuite parce qu’il faut avoir le temps et l’expérience pour modérer. Dans mon cas personnel, je n’ai déjà pas le temps d’écrire un quart des articles que je souhaiterais proposer, je ne souhaite donc pas être modérateur malgré mon intérêt pour Agoravox.

      En revanche, je suis favorable à l’envoie de commentaires détaillées aux auteurs dont l’article a été refusé. Mais Agoravox doit assumer sa politique éditoriale.


    • LE CHAT LE CHAT 10 octobre 2007 16:45

      @Manuel atreide

      En tout cas, si un de mes papiers devait être recalé, j’aimerais savoir ce qui a motivé son rejet par mes pairs, de façon à mieux le reprendre ou améliorer mon travail sur un autre sujet

      je suis bien d’accord avec toi , qu’on me dise clairement que les articles humoristiques n’ont pas leur place sur agoravox et pas des excuses bidons du genre « pas d’actualité » qui auraient pu être attribué aux délicieuses analyses de texte de l’excellent Philotrope .

      Je ne suis pas sûr que certains ne règlent pas leurs compte à d’autres par le biais de la modération smiley , d’ où l’utilité de savoir qui rejette les articles ...


    • Manuel Atreide Manuel Atreide 10 octobre 2007 18:02

      Cher furtif ...

      j’avoue ne pas saisir votre commentaire : où voyez vous que je me plains, et de quoi ?

      En tant que modérateur du site, je participe au débat qui vise à améliorer le système. je reconnais certes qu’il n’est pas parfait. Et je cherche, comme d’autres, à l’améliorer.

      Sous-entendez vous par vos dires que je cautionne un système imparfait et qu’à ce titre je perds tout droit à chercher à l’améliorer ?

      Bref, je suis un peu perdu. Comment répondre efficacement à quelqu’un dont on n’a pas compris les propos ?

      En attendant vos précisions

      Manuel Atréide


    • La Taverne des Poètes 10 octobre 2007 18:39

      Renève : Je pencherais pour un forum où l’on discute entre nous des articles rejetés (la modération étant déjà très occupée). MAIS à condition aussi que les motifs officiels du comité de lecture soient pertinents et limpides.

      Les échanges dans un forum spécial autour des articles rejetés permettraient, pour les auteurs qui souhaitent y soumettre leurs papiers, d’aider le rédacteur à avancer sur les raisons du refus et de l’aider à s’améliorer. Ce forum pourrait aussi constituer une mine de réflexion pour le comité de lecture qui pourrait y puiser des idées pour mieux formuler ses refus. Ce comité de rédaction, autant que les rédacteurs, doit savoir se remettre en question et s’améliorer.


    • L'enfoiré L’enfoiré 10 octobre 2007 19:04

      Bonjour à tous,

      1. Le problème de la modération, je connais pour l’avoir pratiqué depuis un temps certain comme Manuel. Comme pour lui, ne pas sentir le poids que l’on attache à son vote, est très frustrant. Ne pas connaître les règles du jeu. Le quorum inconnu, le(s) « modérateur(s) master » que je ne conteste pas inconnu. Qui a fait quoi avec quels commentaires ? Ai-je fait réellement avancer le schmilblick ou ai-je pédaler dans la semoule ?

      2. Ok pour ouvrir la modération en fonction des compétences et des disponibilités. Compétences des candidats qui pourraient trouver une correspondance sur la rubrique à modérer. (à part les articles genre « tribune libre », bien sûr).

      3. La liste des modérateurs reprise en référence deviendrait-elle de longueur variables et évolutives ?

      4. Les raisons de refus d’un article devraient, en effet, être bien plus qu’un rejet générique et peut-être accompagné d’un conseil. Elles peuvent être multiples et donc documentées comme telle dans une « boîte réponse » accessible pendant la phase modération par tous les modérateurs qui ont donné leur avis et transmise intégralement au rédacteur par la suite pour justifier le rejet.

      5. Je l’ai souvent dit, se conformer à la règle « Etre dans l’actualité » est totalement incompatible avec le travail d’un rédacteur citoyen. Ce n’est que le journaliste qui doit s’y conformer étant à la source de l’information. Si l’article reste dans cet espace-temps très éphémère tant mieux, mais ce ne peut être une clause de rejet systématique. Un article de réflexion qui va générer de la discussion est souvent bien loin de l’actu pure et dure.

      6. « Quorum élevé », dit quelqu’un. Oui, mais lequel ? Très dépendant du sujet présenté et des modérateurs disponibles. Si on le fixe vers des sommets, cela pourrait dire qu’un article va rester des lunes en rade (et donc sortir de toute actualité dans laquelle il pouvait heureusement se conformer).

      7. En résumé, n’est pas modérateur, qui veut. Il faut rester neutre et accepter des articles qui vont à l’encontre de ses propres convictions et indépendamment de l’auteur de la soumission. Personnellement, je ne voulais pas de prime abord regarder l’auteur de l’article pour le modérer. Dure dure de rester objectif.


    • La Taverne des Poètes 10 octobre 2007 19:38

      Salut l’Enfoiré : dis-donc t’as vu que je proposais de supprimer ton pseudo ? smiley Conséquence collatérale de mes réflexions...Aïe ! non pas sur la tête !


    • ddacoudre ddacoudre 10 octobre 2007 20:31

      bonjour carlos.

      La crédibilité à un prix, mais il ne peut se faire au non de la censure.

      Les sites comme agora offre à tout citoyen une expression libre qui est réservé dans les médias aux élites de la société choisi par la sélection des compétences, de la finance, ou de la politique.

      S’exprimer consistant faire état des émotions ressenties il est inévitable de se confronter à l’insulte qui est une faculté d’expression réactive et parfois le résultat d’une infériorité du à la maîtrise de l’expression écrite pour développer ses points de vues.

      Organiser un système de sanction direct me semble antinomique de votre projet. Pour autant il est justifié de ne pas le laisser se « médiocriser » ou dévaloriser par volonté ou seulement inaptitude. Dans le premier cas il suffit de ne pas répondre, dans le deuxième inviter le commentateur à développer son point de vue résumé par une insulte.

      Nous ne naissons pas tolérant et votre site est aussi un lieu ou l’on peut l’apprendre au contact des autres, et généralement les efforts de communication se font du haut vers le bas, de la compréhension vers l’incompréhension.

      Il y a suffisamment de rejet des autres autour de nous pour que vous n’y concouriez pas, c’est la voie la plus difficile.

      Plusieurs solutions on été suggéré, un chat réactif, une saisie au fil des commentaires des termes orduriers et vexatoires ressentis ainsi par les auteurs ou commentateur, et en publier le taux de fréquence par rapport à la totalité des articles et commentaires. Émettre un cache à l’usage du commentateur ou auteur visé par les termes listés comme insultants pour que ce dernier les caches à son initiative par une invite d’agora à s’expliciter. Et c’est peut-être dans ce tout autoriser sans tout permettre que s’ajusterons les commentaires.

      Cordialement.


    • Manuel Atreide Manuel Atreide 10 octobre 2007 20:34

      Ok furtif, cette fois ci, avec les poings, j’ai les i.

      Je n’ai donc pas le minimum éthique de savoir si ma voix vaut celle d’un autre. Raté, je sais que ma voix vaut celle d’un autre. un modérateur, une voix. C’est expliqué clairement.

      Combien sommes nous ? C’est très simple à savoir, Carlo nous a rappelé l’url de la page où nos pseudos sont donnés. La liste des modérateurs est donc définie ET publique. 43 modérateurs bénévoles. Donc 43 voix potentielles pour chaque papier.

      Cela expliqué, nous sommes 43 modérateurs BENEVOLES. Donc, nous ne sommes pas toujours disponibles pour lire chacun de vos textes et voter dessus. Le quorum est donc inférieur à ce chiffre.

      Ce que je tentais - vainement visiblement - de vous expliquer, c’est que si je sais que ma voix vaut celle d’un autre, je ne sait pas sa valeur par rapport au quorum. la décision vaut-elle pour 1/5ème du quorum ? 1/10eme ? 1/20eme ? Reconnaissez que la différence peut avoir son importance. Entre avoir 20% d’influence et 5%, ce n’est pas la même chose.

      Revenons pour terminer au mode de désignation des modérateurs. Non, nous ne sommes pas élus. Bien que nos noms soient publics, oui nous sommes désignés. Ou choisis. Pour cela, il faut quelques conditions précises : avoir un minimum de 3 papiers publiés, et en faire la demande.

      Carlo propose de faire évoluer tout cela. Je n’ai rien contre. Mais, si j’ai caressé l’idée de proposer une élection des modérateurs, j’ai fini par laisser tomber car :

      - Comment faire en sorte que les résultats ne soient pas systématiquement récusés par certains ? Vu le nombre de paranos qui sévissent ici, je ne crois pas qu’Agoravox y gagne quoi que ce soit. Les fous du souçon soupçonneront toujours Carlo et son équipe de trafiquer les votes dans le sens qui les arrange.

      - Quand et comment faire campagne ? Sur quelle base choisir nos modérateurs repésentants ?

      Je sais que le système actuel n’est pas parfaitement transparent. je sais aussi, pour lire vos papiers, que les décisions prises concernant vos papiers sont rarement entachées. Si des erreurs ont pu être commises ici et là, il n’y a pas de censure sur Agoravo. Je le sais, je suis à l’intérieur du système.

      Alors cher furtif, gardez vos allusions sur mon éthique. J’ai ici un rôle difficile et souvent ingrat, pour lequel je ne demande rien, pas même de la reconnaissance. Pour autant, je ne suis pas non plus prêt à voir ma probité et mon honneteté mises en doute par quiconque.

      Vous revendiquez, je crois, le droit de n’être que lecteur, sans avoir à vous impliquer dans la gestion de ce site. Fort bien. Mais dans ce cas, foutez la paix à ceux qui bossent pour vous. Ayez au moins ce respect.

      Manuel modérateur-et-fier-de-l’être Atreide


    • Manuel de Survie Manuel de Survie 10 octobre 2007 21:14

      Modérateur automatique à compter de 5 articles lus par 50 lecteurs et jugés intéressants par au moins 33% de lecteurs à chaque fois.


    • Tristan Valmour 10 octobre 2007 21:14

      Salut Carlo.

      D’abord, je te félicite pour ta gestion d’Agoravox comme pour ton ouverture au dialogue. Nous avons le rôle le plus facile, celui de critiquer, quand toi, tu cumules les responsabilités civiles, pénales et économiques.

      La modération posera toujours problème car tout écrivain/écrivant est doté d’un fort égo. On est toujours génial quand on écrit, mais un jour plus tard, on s’aperçoit que cela n’est pas vrai. Se voir refuser un article n’est jamais agréable, et même dans les rédactions professionnelles, les journalistes s’émeuvent lorsqu’ils doivent revoir leur copie. Cela tient à la nature de la relation entre l’homme et l’écrit, et il en va différemment avec les autres modes de communication.

      Pour entrer dans le vif du sujet, je crois que permettre à chaque rédacteur de devenir modérateur n’est pas une bonne idée. Un comité extensible à l’infini entraînera des problèmes dont nous ne pouvons aujourd’hui cerner la nature. Un comité de modération restreint et élu par les lecteurs et rédacteurs pourrait satisfaire le plus grand nombre. Il faudrait également le renouveler par tiers tous les quatre mois et veiller à ce que ce comité ne soit pas noyauté par des lobbies et partis politiques.

      Comme l’ont dit d’autres commentateurs, les motifs de refus d’un article ne sont pas assez explicites. Des articles trop longs ou trop courts sont publiés, d’autres encore sont en réalité des publireportages, etc. Il faudrait clarifier et expliciter les conditions pour qu’un article soit accepté. Parce que les articles « pas en rapport avec l’actualité » sont majoritaires. Cela ne me gêne pas, d’autant que le citoyen peut faire l’actualité ou proposer des sujets pérennes ; il n’est pas obligé d’imiter les médias conventionnels.


    • masuyer masuyer 10 octobre 2007 21:19

      Bonjour à tous,

      pour ce qui est de la neutralité des modérateurs, on peut penser qu’en augmenter signifiacativement le nombre devrait peut-être permettre de parvenir automatiquement à plus de neutralité.

      Avec toutefois le risque d’écarter les sujets trop "hors des sentiers battus.


    • La Taverne des Poètes 10 octobre 2007 21:24

      Soyons encore plus transparents, donnons autant que possible :

      - les critères généraux d’acceptation et de rejet.
      - les raisons précise du refus de chaque article
      - les raisons globales de l’acceptation de chaque article (et pourquoi pas ?)


    • Yannick Harrel Yannick Harrel 10 octobre 2007 21:53

      Bonjour,

      Je suis un très jeune contributeur sur Agoravox, toutefois je tiens à faire part de mon opposition quant à une qualification automatique de modérateur à tout rédacteur ayant atteint un certain quota d’articles. Je préfère largement une démarche volontaire le tout couplé à un quorum assez conséquent d’articles produits (10 au minimum serait une bonne solution donnant le temps au rédacteur de se frotter à l’esprit et le fonctionnement d’Agoravox).

      Mon refus d’une automaticité du statut de modérateur repose sur 2 points :

      * le temps disponible, tout modérateur doit accepter SCIEMMENT de consacrer un minimum de temps à cette activité. C’est une éthique de responsabilité qui risque de disparaître avec cette automaticité ébauchée.

      * éviter de cautionner la course à la quantité. La force d’Agoravox doit résider dans la qualité et la pertinence des articles proposés : en ouvrant grand les possibilités à chacun d’être modérateur, il y a un risque patent d’atteinte à cette qualité, a fortiori si le quorum est très bas (4-5 articles comme proposé par Carlo Revelli).

      Cordialement


    • amelie 10 octobre 2007 21:57

      Bonjour à tous,

      Merci à Carlo Revelli pour cette initiative très attendue de tous et à laquelle je vais essayer de participer.

      Pour commencer, je pense que votre définition du « modérateur » est trop large. Pourquoi vouloir mélanger la modération proprement dite et l’activité de jury de sélection des articles qui n’ont rien en commun et ne nécessitent pas les mêmes qualités.

      #1 - Concernant la modération proprement dite, je rejoins Manuel Atreïde quand il dit que la modération est une activité exigeante, qui demande du temps, de l’engagement, de l’honnêteté intellectuelle et une certaine probité. Elle nécessite également de la constance, de l’expérience et de l’objectivité que tous les rédacteurs qui ont écrit plus n articles n’ont pas forcément. Enfin, le statut de modérateur (au sens de la modération uniquement) donne accès à des outils qui doivent rester à usage limité. Je ne suis donc clairement pas favorable au statut de modérateur automatique même avec les précautions que vous prenez. Je vais même mettre les pieds dans le plat, les perturbateurs les plus nuisibles au fonctionnement d’Agoravox ont tous au moins une dizaine d’articles au compteur.

      Il faudrait peut être également écrire des règles de participations au débats comme c’est le cas pour la rédaction d’articles. J’ai par exemple remarqué que beaucoup sont persuadés que de venir faire une petite causette « entre amis », ou lancer un autre sujet que le débat, n’est pas un troll. Je suis personnellement plus gênée par les discussions stériles « entre amis » qui s’éternisent et rendent le débat illisible, voire incompréhensible que par les messages dits « injurieux » qui ne sont souvent des commentaires vifs.

      Certains voudraient transformer ce forum en salon de thé, avec échanges aseptisés, et pensée unique, je ne suis pas d’accord. Cette aventure citoyenne riche des sujets abordés, des différents points de vue exprimés, et de ses intervenants issus de tous milieux socio culturels et de tous niveaux de formation, est une réussite parce qu’elle permet le brassage et le parlé vrai. Personnellement, qu’il y ait quelques accrochages entre membres, quelques dérapages voire même quelques noms d’oiseaux échangés ne me gène pas outre mesure (il y en a bien entre parlementaires), mais il me semble que le sabotage en groupe d’articles comme ceux auxquels nous assistons de plus en plus régulièrement sur Agoravox, est un manque inacceptable de respect envers l’auteur, les commentateurs et les lecteurs.

      #2 - Concernant la sélection des articles, Je pense que ce n’est pas choquant que tous les rédacteurs ayant fait l’effort de publier un certain nombre d’articles puissent participer à la sélection. Il me semble toutefois qu’il y a deux aspects à prendre en compte :

      • L’éligibilité d’un article à la publication, pour cette décision il me semble qu’accepter dans le jury de sélection tous les rédacteurs ayant écrit plus de n articles,
      • la politique de publication, dans la mesure où vous ne pourrez pas publier tous les articles en même temps, je suppose que la distribution des articles suit des règles qui incluent le respect d’une certaine pluralité, équité et équilibre des sujets abordés. Je suppose que leur distribution sur les unes successives relève d’un processus de décision propre à Agoravox. Pourriez-vous nous en dire plus ? Comment y impliqués les rédacteurs, qui décide, comment ?

      Un nombre important de membres du jury diminue d’autant le poid de chaque vote, évitant ainsi qu’un petit groupe puisse mettre un véto systématique sur certains auteurs (je suppose que vous voyez ce que je veux dire).

      Bonne continuation à Agoravox.

      Amélie


    • Dégueuloir Dégueuloir 10 octobre 2007 22:18

      this is a question of balance.....

      La modération est le processus d’éliminer ou de diminuer des extrémités. Elle est employée pour assurer la normalité dans tout le milieu sur lequel elle est conduite. Les utilisations communes de la modération incluent :

      * Assurer l’uniformité et l’exactitude dans l’inscription des évaluations d’étudiant. * Un modérateur peut enlever des contributions peu convenables du site Web, du forum ou du canal d’IRC qu’elles représentent selon leur système de modération. * Une nuance plus proactive est trouvée dans l’utilisation d’église méthodiste de la limite pour les têtes de ses conférences. * Un modérateur de neutronest employé pour ralentir des neutrons dans un réacteur nucléaire. * Un mode de vie a commencé l’école américaine au Japon par Chaiken de biologie. Ce style de vie souligne des quantités parfaites de tout, ne se livrant pas à trop d’une chose, par conséquent modération.

      La modération est également un principe de la vie. En Grèce antique, le temple d’Apollo à l’alésage de Delphes l’inscription Meden Agan - « rien supérieur ». Faire quelque chose « dans la modération » signifie ne pas la faire excessivement. Par exemple, quelqu’un qui modère leur consommation de nourriture essaye de manger tous les groupes de nourriture, mais limite leur prise de ceux qui peuvent causer des effets délétères aux niveaux inoffensifs. De même dans le christianisme, le moderationism est la position que le boire des boissons alcooliques est tempéré permis, bien que l’ivresse soit interdite (voir le christianisme et l’alcool). Recherché de « http://en.wikipedia.org/wiki/Moderation »


    • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 10 octobre 2007 22:27

      En général, concernant le contenu des articles et des commentaires, la seule véritable restriction pourrait concerner la forme : les attaques personnelles ou nominatives devraient être interdites ainsi que les expressions vulgaires ou ordurières. Par contre ce serait bien s’il n’y avait pas de restriction, pas de censure, sur les idées.

      En effet la liberté d’expression totale devrait caractériser les régimes politiques qui veulent se rapprocher de la démocratie véritable : les citoyens devraient avoir la liberté totale d’avoir des idées, quelles qu’elles soient et devraient avoir le droit de les propager.

      Cette liberté d’expression totale sur les idées est défaillante dans la société actuelle française. AgoraVox pourrait contribuer à l’instaurer. Dans ce cas la règle à retenir serait simple : accepter toutes les idées et éliminer les expressions vulgaires ou ordurières.


    • Manuel Atreide Manuel Atreide 10 octobre 2007 22:50

      Cher furtif.

      Oui, vous avez raison. j’ai appris, après la rédaction de cet article qui vous a tant marqué, que la liste des modérateurs d’agoravox était publique. Comme quoi, on n’est pas toujours au courant de tout. même quand on fait partie de ce que vous qualifiriez de « club ».

      Pourquoi est-ce que je renonce - pour le moment - à proposer un système d’élection des modérateurs ? D’abord, j’ai du mal à concevoir un système que les paranos ne puissent pas mettre en doute. je crains que même si agoravox montaient une A.G. des rédacteurs chaque année, avec election des modérateurs à la clés, le système serait quand même critiqué, soupçonné de tricherie, décrié, trainé dans la boue.

      Alors oui, pour le moment je baisse les bras. J’ai déjà fort à faire à vous lire, encore et toujours, chaque jour, pour faire ce travail de modérateur. J’ai autre chose dans ma vie qu’agoravox, vous savez. je fais ma part, et plus que d’autres sans doute. A vous aussi de prendre le relai. Je suis toute ouie. Ou tous zieux.

      Pour terminer, mettons les choses au point, trnaquillement. Non, je ne vous regarde pas de haut. Non, je n’ai en aucun cas le sentiment de vous être supérieur. Non ,pas un seul instant, je ne suis « l’ami du prince ». A vrai dire, je me sens plus dans la peau d’un mec à votre service, qui bosse sans dire un mot et qui s’en prend plein la gueule JUSTEMENT parce qu’il fait ce boulot ... Rien ne m’oblige à vous dévouer tout ce temps vous savez !!!

      Je le fais parce que je crois profondement en l’utilité d’une modération faite par des citoyens.Je le fais parce que toute parcelle de pouvoir est bonne à prendre pour les citoyens. Je le fais parce que cette possibilité qui nous est donnée par agoravox, aucun autre site « citoyen » ne nous la propose.

      Je vais vous la faire courte pour résumer, cher furtif. Le modérateur que je suis est à votre service. Au service de l’ensemble des rédacteurs de ce site. De la hauteur et du dédain ? Non, je n’en ai pas. Même quand ceux pour qui je bosse mettent en doute ma probité. Je serre les dents, en grondant un peu. Mais je continue à bosser. parce que, malgré votre scepticisme, je crois en ce que je fais.

      Alors proposez des améliorations, demandez de la transparence, battez vous pour élargir la modération citoyenne. Je serai avec vous. Mais n’oubliez pas que ceux que vous critiquez - nous sommes 43 - ne méritent pas vos souçons, vos mises en cause, vos lazzis. Ils bossent pour vous.

      Serviteur,

      Manuel Atréide


    • snoopy86 10 octobre 2007 22:59

      M. Revelli

      Au risque de déplaire à beaucoup...

      La modération est votre problème dans la mesure où au final c’est vous et vous seul qui assurez la responsabilité juridique des excés qui peuvent se produire sur les fils. En conséquence personne n’a de leçon à vous donner sur la façon dont vous menez votre entreprise et assumez vos responsabilités.

      Tout au plus pouvons nous espérer que vous saurez les choisir suffisamment intelligents, objectifs et disponibles afin d’éviter les anomalies que nous avons constaté ces derniers temps. La pérennité et le succés tant de votre entreprise que du « journalisme citoyen » dépendent pour beaucoup de vos choix en la matière...


    • amelie 10 octobre 2007 23:30

      Léon, mes propos sont parfaitement clairs pour celui à qui ils s’adressent.

      Je ne vois pas où vous voyez de l’autocélébration de quelques qualités supposées que ce soit. Je ne fais que donner mon avis sur un thread qui est prévu à cet effet, ne vous en déplaise.

      Que vous vous soyez senti visé par mon commentaire montre que vous n’êtes pas complètement inconscient de votre statut réel sur Agoravox.

      Et enfin non, je ne cherche par de travail, merci de vous en préoccuper. Si vous n’avez pas d’autres questions, nous pourrions peut être revenir au sujet. Merci d’avance pour l’auteur.

      Don’t feed the troll.

      Amélie


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 octobre 2007 01:33

      @ Revelli & à tous :

      1. Mon premier choix est que soit publié avec un cote rédactionelle de 5 à 1 ( déterminant son positionnement initial) tout article qui n’est pas diffamatoire ou illégal.

      2. Si on insiste pour modérer, que AV donne l’imprimatur définitif, mais qu’interviennent à titre « consultatif », pour chaque article proposé, 5 rédacteurs de AV ayant accepté de participer à cet aréopage élargi, cotant l’article de 5 à 1 et s’en expliquant en une ou deux phrases. Qu’on leur donne 48 heures pour réagir.

      Si le jugement de AV est similaire à ceux des rédacteurs, qu’on donne suite. S’il n l’est pas, je pense que AV devrait s’en expliquer auprès des rédacteurs. Quel que soit le verdict, l’auteur de l’article soumis devrait recevoir la cote et les commentaires des 5 rédacteurs consultés.

      Pierre JC allard


    • La mouche du coche La mouche du coche 11 octobre 2007 06:36

      Je replace ici pour la troisième et dernière fois mon commentaire puisque l’article en est le sujet. Désolé pour ceux qui l’ont déjà lu. smiley

      @ Carlo Revelli

      J’attache une importance extraordinaire au commentaire de Demian à 17H44 ( Monet Inconnu au Clark Institute à Williamstown)

      Comme vous l’avez peut-être remarqué, je reproche en effet à Demian depuis longtemps de ne parler que des artistes connus, archiconnus et de n’être dans le fond qu’une plaquette de présentation du Ministère de la Culture. Cette attitude déteint sur la qualité du site lui-même.

      Or je découvre qu’il ne parle pas des artistes d’aujourd’hui parcequ’on lui refuse de le faire ! smiley

      Je trouve cela extrêmement dommageable pour agoravox. Agoravox est un journal d’actualité. En art comme ailleurs, il me semble important qu’il parle des artistes d’actualité et non pas seulement des morts. AVox ne peut être en-dehors du mouvement des idées de notre temps.

      je vois que les modérateurs des articles sont confrontés à un dilemme :

      . Soit ils acceptent un article d’une personne qui ne connaît PAS le milieu de l’art. Ils ne prennent pas de risque mais se retrouvent avec un article sans intérêt puisque précisément son auteur ne connaît pas l’art ! (exemple de la Taverne des Poètes)

      . Soit ils acceptent un article d’une personne qui VIT dans le milieu de l’art. Ils prennent alors le risque d’une publicité commerciale déguisée, mais la grande chance aussi de faire passer un article d’un grand intérêt puisque précisément son auteur connaît très bien l’art. (exemple de DW )

      Le problème est très grand pour ce journal et peut se retrouver dans tous les autres milieux autre que l’art. Je propose donc ceci : Pourquoi ne pas demander aux auteurs d’un article de préciser au début de leur texte leur degré de collusion avec le sujet dont il parle ? Ils préciseraient s’ils connaissent la personne dont ils parlent, s’ils travaillent dans la société dont ils parlent, s’ils ont des intérêts dans le produits dont ils parlent, etc. Chacun pourra avoir un important critère de jugement de la valeur de l’article.

      Je n’ai pas inventé cette idée : Elle est continuellement employée dans le milieu de la recherche scientifique internationale.

      cordialement


    • Sumer sumergocogito 11 octobre 2007 10:02

      Je suis en parfait accord avec ce texte, que je soutiens.


    • La Taverne des Poètes 11 octobre 2007 11:50

      Léon, je m’interroge sur l’objectivité d’un article qui serait la reproduction d’une plaidoirie, comme votre article sur l’affaire Truchelut qui était (vous le dites vous même d’entrée) un copié-collé du « tract » féministe des avocates. Je le dis de façon peut-être un peu provocatrice et caricaturale mais le message que je veux faire passer, c’est le journaliste -fut-il citoyen- ne doit-il pas faire un effort d’objectivité (surtout dans le saffaires sensibles) en reprenant aussi avec honnêteté intrellectuelle les arguments de l’autre partie ?

      En tout cas et en ce qui me concerne je n’ai rien contre la guitare ! smiley


    • fourminus fourminus 11 octobre 2007 12:18

      J’irai encore plus loin : L’objectif premier n’est-il pas de permettre à un maximum d’internaute de s’exprimer ?

      Imaginons que n’importe qui puisse publier. Il y aurait plus d’article sur Agoravox. Si certains de ces articles sont mauvais ou choquants, pourquoi ne pas les suspendre et ALORS les soumettre à un comité de lecture.

      Certes il y a le risque juridique. Un article illégal pourrait être en ligne jusqu’à ce qu’il soit détecté comme tel par les votes négatifs. Mais nous pouvons nous prémunir en élaborant une charte rédactionnelle. Chacun publie ce qu’il veut mais s’engage à respecter la charte. Si non respect : l’auteur met en jeu sa responsabilité et son article sera vite suprimé par le vote des lecteurs.

      Plus il y a de votants plus c’est démocratique
      Moins il y a de travail pour les modérateurs mieux il le feront

      Qu’en pensez-vous les amis ?


    • Manuel Atreide Manuel Atreide 11 octobre 2007 12:43

      Salut Léon ...

      Vous demandez à Carlo les raisons qui font qu’un papier - que vous qualifiez d’urgent - est en attente de publication. Depuis deux jours car vous l’avez soumis le 9 octobre. Ce que vous dénoncez, ce n’est certes pas une volonté délibérée de vous « barrer », mais le système de modération en lui même.

      L’interface de modération se présente sous la forme d’une liste de titre d’articles qui nous sont proposés en lecture. les seuls classements qui sont fait sont les suivants : les articles sont classés selon la rubrique décidée par l’auteur, et par date au sein de la rubrique.

      Comment imaginez vous qu’un modérateur puisse distinguer LE papier urgent ? Avez vous signalé d’une manière quelconque l’urgence ? Pensez vous que les modérateurs lisent tout les papiers proposés en ayant une connaissance extensive et intégrale de l’actualité, qui leur permettrait de « deviner » l’urgence ?

      Comprenez moi bien Leon, je ne vous agresse pas. Je mets en lumière le fait que vous ne connaissez pas le processus de modération. Nous recevons plusieurs dizaines de papiers par jour. Chacun doit être lu avec attention, la modération n’est pas une tâche qui doit être faite à la légère.

      Tant que le quorum n’est pas atteint, votre papier reste en attente. C’est aussi simple que cela. Vous dépendez de la disponibilité des modérateurs, de leur envie de lire votre papier - ou pas.

      Ce que je réalise, c’est que le processus de modération citoyenne, pour légitime qu’il m’apparaisse, souffre d’un déficit de communication. Oui, chers rédacteurs, vos papiers peuvent mettre plusieurs jours à être lus et corrigés. Oui, c’est long de vous relire et voter. Peut être d’une FAQ expliquant le processus en détail, vous présentant l’interface, vous donnant toutes les étapes serait une manière pour vous de mieux comprendre.

      C’est peut être une action toute simple à laquelle Agoravox devrait réflechir. Une simple FAQ, accessible. Au besoin même, je peux m’y coller. Et si je sais que cela ne résoudra pas tous les problèmes, si cela peut déjà répondre aux questions concernant la manière dont le système fonctionne, ce sera ça de gagné.

      Manuel Atréide


    • L'enfoiré L’enfoiré 11 octobre 2007 15:01

      Salut Taverne,

      Mon pseudo, tu en connais un peu plus maintenant sous le chapitre « remarques »

      « L’important, c’est la rose » comme disait Bécaud, et il ne pensait pas un parti politique en chantant cela. smiley


    • Léon Ouaknine Léon Ouaknine 11 octobre 2007 16:17

      Bonjour

      Je suis d’accord avec la suggestion.

      Il est nécessaire pour un modérateur d’aller au-delà d’une participation épisodique et de s’engager à suivre un processus dont les règles seraient explicites.

      Léon Ouaknine


    • HELIOS HELIOS 11 octobre 2007 22:02

      Bonjour, Merci mr Revelli, pour Agoravox...

      Pour la modération, le seul moyen d’eviter l’excés de personnalisation et le poids du travail à effectuer et de rendre celle ci collegiale.

      Je m’explique :

      Suivant des critères à définir, mais surement pas 30 articles, un certains nombre de volontaires pourraient être sélectionnés. A ces volontaires, lors de la proposition d’un article par un auteur, un mail comportant le lien ou l’article ainsi qu’un formulaire serait envoyé.

      Chaque modérateur, ayant reçu le mail, peut répondre ou ne pas répondre, peu importe. Lorsque un quota de réponses (nombre à determiner) est parvenu à la redaction, ou bien une date butée échue, un scoring est effectué et l’article est rejeté ou accepté. Les articles acceptés sont soumis à la rédaction (vous-même, peut être, c’est LE point juridique...) avant d’être effectivement publiés.

      Le scoring peut être publié avec l’article, mais l’auteur doit le recevoir sans identification des modérateurs, surtout si c’est pour un refus.

      Ceci me semble répartir le poids du travail, diminuer significativement l’influence des uns ou des autres et surtout ne pas laisser la place a un arbitraire dont la rigidité serait differente d’un jour a l’autre. La technique censée gerer ça est relativement simple a mettre en place (vous avez déjà les outils logiciels pour ça).

      Le système me semble bien libre et rien ne vous empêche d’identifier un (vous) ou des acteurs ayant le pouvoir de forcer la décision (pour ou contre).

      ce genre de fonctionnement existe par ailleurs, lorsque les décisions a prendre excedent le pouvoir unitaire des décideurs. Ici c’est plutôt l’organisation de la modération qui est a optimiser... sans se priver de la responsabilité de la décision.


    • Manuel Atreide Manuel Atreide 11 octobre 2007 22:29

      Bravo Helios !!

      tu viens de réinventer le système actuel. A quelques détails pres, c’est exactement ce qui se passe actuellement et que nous cherchons à améliorer ! Ce qui, en passant, me conforte dans mon idée que la modération actuelle n’est pas assez expliquée ...

      Sans rancune

      Manuel Atréide


    • HELIOS HELIOS 12 octobre 2007 11:00

      Merci, merci, dois-je me frotter les doigts sur le revers du veston pour montrer ma grande qualité ?

      Ce que j’essaie de montrer, au dela de tous les attendus exprimés dans les interventions ci-dessus, c’est l’aspect pratique de la chose.

      Un système qui marche peut être amélioré, mais vouloir faire mieux differemment est quelquefois perilleux. Mon propos est de l’automatiser au mieux et d’introduire un panel de « modérateurs » plus vaste ce qui permet d’ecreter le pouvoir du noyau dur actuel tout en gardant a Carlo le moyen d’en perpetuer une ligne editoriale par exemple.

      Il ne faut pas perdre de vue que les « forum » internet sont nombreux et qu’une petite erreur peut en quelques semaine carrément le tuer.

      Mais bon, j’ai aussi le droit de me taire... J’ai, en son temps, tenté de publier un article trés conjoncturel et d’actualité brulante sur l’afrique. J’etais proche de la source d’information donc en avance de deux ou trois jours. Helas, c’était un vendredi, pas de modération. D’autres se sont exprimés et mon article est donc devenu obsolète, moins bien documenté (evidement)... Voila pourquoi je pense qu’une automatisation me semble pertinente.


    • Emile Red Emile Red 12 octobre 2007 11:32

      Je vais passer pour le ringard de service, mais pour avoir un peu beaucoup participé à un commité de rédaction, je trouve qu’Avox ne s’en tire pas si mal que ça.

      Cependant plutôt que de modifier le système en profondeur, je crois que le mieux serait déjà d’améliorer celui existant.

      Il y a des gens qui se sentent une âme de bon samaritain et qui aiment l’avant-première pour qui la modération d’article est un plaisir, laissons leur, mais exigeons des explications fondées aux refus d’article, avec une possibilité de retourner l’article refusé à un autre groupe de modos, cela nécessiterait bien sur des « poules » de modos déterminées, en cas de refus douteux du groupe A un lien dans le mail de refus permettant de pouvoir le soumettre au groupe B ou C etc...

      D’autre part l’interface de rédaction pourrait proposer quelques fonctions qui faciliteraient aussi le travail des modos, cases à cocher pour l’urgence, pour l’importance et pour le genre (édito, scoop, résumé d’évenement, commentaire d’actu, opinion...).

      Je crois que de vouloir trop bien faire crée nécessairement une usine à gaz dont personne ne se satisfait, le fonctionnement actuel n’est peut-être pas idéal mais fonctionne malgré les petites imperfections que je note au dessus.

      Yannick Harrel détermine bien aussi le problème emblématique de tout fonctionnement participatif, il faut que la participation à la modération soit volontariste et qu’en aucun cas ce soit des rédacteurs nommés arbitrairement, surtout grace à un privilège quantitatif (nombre d’article, pourquoi pas nombre de ligne, de mots ou de commentaires ?), le modo doit se proposer et non le contraire.

      Un autre sujet qui n’est pas souvent abordé dans les commentaires et pourtant travail de modération s’il en est, reste le travail de lisibilité des articles.

      En effet de plus en plus sont publiés des articles ultra long (contraires à la charte), sans aucune aération et parsemés de fautes, sans jouer les monsieurs rabat-joie, je tiens à rappeler qu’il y a un grand nombre de lecteurs agés ou souffrant de problèmes visuels qui ne peuvent lire ou comprendre ces articles trop touffus.

      Voilà ma ’tite contribution, n’oublions pas que la raison et le pragmatisme font parfois (pas souvent ?) aussi bien que les idées et le coeur, et que c’est souvent le résultat qui compte même dans son imperfection, la seule règle étant la vigilance.


    • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 13 octobre 2007 11:03

      Concernant la modération : l’anonymat des modérateurs

      Ce qui est délicat c’est l’anonymat des modérateurs. Ceux qui ont autorisé la publication d’un article qui est par exemple défavorable à l’islam sont potentiellement en danger de devenir victimes des représailles des milieux islamistes. Faut-il sur AgoraVox garantir l’anonymat des modérateurs ou bien faut-il en acceptant la fonction de modérateur accepter de perdre l’anonymat avec toutes les conséquences ?

      Les simples citoyens ne disposent à vie des services de protection rapprochée.


    • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 13 octobre 2007 11:14

      Concernant la modération : accepter des articles long

      Certains sujets ne peuvent être exposés que dans des articles long ce qui est contraire à la charte actuelle. Lorsque l’on veut détailler les arguments, lorsque l’on veut citer les sources pertinentes avec les explications qui vont avec, il faut de la longueur. La charte devrait simplement imposer l’aération (titres des chapitres) et l’application de la grammaire et de l’orthographe françaises.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès