Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Recommandé à Villepin pour la reconnaissance du vote blanc...

Recommandé à Villepin pour la reconnaissance du vote blanc...

Jeudi dernier, pendant que tous les médias français tournaient leurs caméras vers l’actualité avec un grand « A » concernant le vote de 200 000 militants, quatre personnes se retrouvaient au pavillon Baltard sous l’impulsion de Mehdi Guiraud du Parti blanc pour préserver les droits de 38 millions d’électeurs.

Mais, là, malgré un e-mailing aux rédactions, pas l’ombre d’une caméra. Et pourtant, puisqu’il s’agissait jeudi soir de démocratie, la question pour laquelle milite Mehdi concerne chacun d’entre nous : la reconnaissance du vote blanc.

Fatigués de leur long combat, Mehdi et ses acolytes ont donc décidé de se faire entendre par voie juridique. En effet, aux prochaines élections, certaines mairies pourront faire le choix de la machine électronique pour le vote. Sur cette machine, et à juste titre puisque le vote nul deviendra dès lors impossible, il y aura un bouton "vote blanc".

Et là est tout le problème : la Constitution française du 4 octobre 1958 (art. 3, 3e alinéa) définit comme suit le cadre du respect de l’électeur : "Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret"...

C’est sur ce mot d’égalité que Mehdi et ses partenaires souhaitent attirer l’attention, car si l’électeur qui vote sur une machine électronique possède le droit de voter blanc, rien n’est mis en place pour l’électeur lambda, qui ne trouvera aucun bulletin blanc en se rendant aux urnes.

Les scrutins de 2007 deviendraient dès lors inégaux... Et pourraient donc être considérés comme caducs.

Mehdi Guiraud (Parti blanc), Joseph Leddet (Parti Démocratie sociale), Frank Vauthier (représentant Fabien Neveu pour Démocratie active) et Jean-Michel Dejenne (représentant Olivier Durand pour l’Association pour la reconnaissance du vote blanc), ont donc hier soir cosigné une lettre à l’attention du Premier ministre pour l’avertir de ce vice de forme.

Cela remonte à début 2002 lorsque des membres du parti "Démocratie Sociale" posaient la question de la reconnaissance du vote blanc au conseil constitutionnel. La réponse, à l’époque, semblait évidente pour le conseil des sages : le vote blanc était un gadget, un non-sens. Persévérant, le citoyen de DS sachant que cet angle mort de la démocratie restait malgré tout un passage obligé dans un scrutin, poursuit donc et pose la question de ces boutons « vote blanc » sur les machines à voter : Puisque cela est si absurde, pourquoi cette option est-elle proposé aux électeurs ? (sur des machines à ce moment là en test).

Les interlocuteurs restèrent sans voix. Très clairement pour eux il y a deux évidences et un paradoxe : démocratiquement parlant l’électeur doit pouvoir voter, et ceci même lorsqu’il n’est pas convaincu par un candidat. Pourtant ce bulletin blanc n’exprime pas une adhésion, sa présence serait donc inutile. D’où le paradoxe d’un vote non reconnu mais qui existe...

Démocratie sociale souffrait comme tant d’autres citoyens politiques d’un manque de visibilité. Mehdi Guiraud, avec pour objectif de réunir les soutiens à la reconnaissance du Vote Blanc, rentra en contact avec ces militants perspicaces et exigeant d’une démocratie plus équilibrée. Et c’est dans ce cadre qu’un groupe s’organisa autour d’un objectif, rendre présent les bulletins blancs dans les bureaux de vote. L’Association pour la Reconnaissance du Vote Blanc et Démocratie Active se joignirent ensuite à ce mouvement citoyen pour soutenir cette revendication. Car en vue des élections de 2007 le respect de l’expression populaire est plus que jamais capital.

[cliquer sur play pour lancer la vidéo]



Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Fred (---.---.64.1) 21 novembre 2006 11:23

    Puisque « démocratie » redevient un nom à la mode, peut être, qu’enfin, le vote blanc sera comptabilisé tel qu’il devrait l’être.


    • LE CHAT (---.---.75.49) 21 novembre 2006 11:35

      ils auraient du faire cette manif en janvier , le mois du blanc !

      D’accord avec l’auteur pour une reconnaissance du vote blanc en France , qui donnerait un autre issue que de voter extremiste pour pouvoir dire merde à tous


      • T.B. T.B. 21 novembre 2006 14:16

        Je me permets de faire de la pub pour le candidat Mourguy (qu’on nous impose trop souvent, je le reconnais, à travers sondages et plateaux télés en prime time). Ce qu’il dit sur le vote blanc (texte non-intégral dont vous pouvez l’intégralité sur son site) :

        " Le Vote Blanc est banni depuis l’élection au suffrage universel du Président de la république, serait-il donc « hors-la-loi » ?

        En reconnaissant le vote blanc, qui est en grande partie un vote de contestation, nous saurons enfin combien de voix d’électeurs se portent réellement sur les extrêmes.

        C’est seulement après sa prise en compte officielle que nous pourrons alors proposer un gouvernement mixte « droite gauche » incluant à sa juste proportion tous les partis y compris les partis extrémistes reconnus dans la mesure où ce vote blanc sera comptabilisé comme suffrage exprimé.

        Nous ne voyons pas comment dans un pays républicain et démocratique, des partis politiques autorisés par l’Etat seraient exclus d’un gouvernement d’unité droite/gauche, puisqu’avec le vote blanc reconnu ces partis auront enfin un pourcentage exact d’électeurs et cette proportionnelle leur revient de droit.

        Alain Mourguy, Président UDG "


      • Darkfox (---.---.141.125) 21 novembre 2006 12:23

        il manque un candidat pour le parti du blanc :) Je susi pour ..mais le problème c’est que ce passerait il si plsu de 50% allez au premier tour ? les politiques se fiche pas mal de savoir ce que va donner let total .. ce qu ils veulent c’est gagner .. après il s en fiche un peu ... Exemple l Europe même en votant contre ça continue...


        • LE CHAT (---.---.75.49) 21 novembre 2006 15:24

          Michel Blanc serait de circonstance , ou pour la discrimination positive eric Blanc


        • candidat007 (---.---.122.128) 21 novembre 2006 13:54

          le fait qu’il faille un bouton spécial sur les machines électroniques à voter pour le vote nul (appelons cela vote blanc) ne résoud absolument aucune question sur l’intérêt de la reconnaissance du vote blanc. Pour que le vote blanc ou que l’abstention d’aileurs aient du poids , il faudrait qu’à partir d’un certain seuil de vote blancs ou d’abstentions d’ailleurs, l’élection soit remise en cause.

          Avec l’abstention, on peut refaire l’élection avec les mêmes candidats ou les deux ou trois candidats arrivés en tête).

          mais , avec le vote blanc (refus de tous les candidats) c’est encore plus compliqué, parce qu’alors il faut admettre qu’aucun des candidats n’est valable et il faut rechercher de nouveaux candidats pour la nouvelle élection. Lesquels ? on ne peut demander à tous les partis qui ont désigné leur champion de se dédire, ou alors on fait appel aux citoyens pour trouver des représentants ?? Et est-ce que le vote blanc serait encore possible pour cette nouvelle élection remplaçant le scrutin de départ.C’est une vs sans fin.

          définir un seuil de validité des élections basé sur la reconnaissance de l’abstention est possible, sur un vote blanc, je ne vois pas.

          par ailleurs je suis opposé çà l’utilisation des machines électroniques pour les élections. voir : http://www.recul-democratique.org/.


          • Algunet 21 novembre 2006 14:49

            Même et surtout les médias faussent le débat. Qui n’a pas entendu ou vu sur les médias « x% de votes blancs ou nuls » ! Le vote blanc n’existant pas cette expression non seulement n’a pas lieu d’être mais en plus laisse croire que le vote blanc existe. Oui le vote blanc doit être pris en compte et doit amener une sanction sur le vote. Au delà d’un certain seuil (50% ou plus) il doit remettre en cause le vote. Que se serait-il alors passé en 2002 ? smiley La démocratie c’est pouvoir exprimer son choix et le vote blanc prend toute sa signification lorsque un ou plusieurs candidat ne conviennent pas à l’électeur. Elargir ce choix par le vote blanc agrandirait la démocratie.


            • Partiblanc (---.---.239.2) 21 novembre 2006 17:40

              Merci à Pierre Abruzzini pour ce magnifique montage, je n’arrive toujours pas à blairer ma tronche. Mais merci pour tout. Pour ce qui est du candidat blanc il y a de nombreuses envies. Mais peu de personnes prêtes pour passer les coups de fils, dépenser de l’argent en essence et téléphone et surtout suffisament dispersés sur le territoire ( 30 départements ) pour lancer une campagne présidentielle. C’est notamment la raison pour laquelle les adhérents du Parti Blanc ont décidé en Décembre 2005 de ne pas rentrer dans cette bataille et d’en rester au législatives.


              • rodier (---.---.245.183) 21 novembre 2006 21:15

                Appel à vote blanc

                Bravo pour cette proposition très judicieuse sur le vote blanc :

                -  Je vote blanc depuis des années parce que c’est bien connu, ‘tous pourris’. Idée politique de bon sens qui m’évite de lire des programmes politiques astreignants.
                -  Ma femme vote blanc parce qu’elle ne s’intéresse pas à la politique et qu’aucun prétendant ne ressemble à Brad Pitt, un joli visage qui lui donnerait, comme elle le dit, ‘confiance’.
                -  Mon voisin vote blanc, parce qu’il n’aime pas Bruxelles.
                -  Ma mamie vote blanc parce qu’elle veut obliger les propriétaires de caniche à affubler leurs trésors d’un marteau de laine des Pyrénées fait au crochet et ce, de novembre à mars.
                -  Mon papi est pour les 60 heures de travail hebdomadaire minimal et aucun candidat ne le propose : il vote blanc.
                -  Tout aussi immaculé est le vote de ma tatie qui est pour la semaine de 20 heures.
                -  Idem pour mon coiffeur parce qu’il est bien trop occupé pour s’intéresser à la politique, alors que comme il le dit :’avec toutes ces paperasses de technocrates de Bruxelles, on a le temps de rien, nous les petits’.
                -  Monsieur Sylvester S., acteur du complexe cinématographico-industriel, en a marre de tous ces politiciens corrompus qui l’ont envoyés dans cette guerre de merde et qu’y ‘comprennent rien à la réalité du terrain’. D’ailleurs, je crois que Monsieur S n’est pas français mais il vote blanc.

                Toutes ses personnes ont soif de voir leur vote enfin reconnus et ils sont prêts à gouverner ensemble tellement leur programme commun est évident, clair et limpide : ils sont pour le vote blanc et ce ne sont pas les seize ‘Jean-foutre’ qui étaient censés les représenter en avril 2002 qui risquent de porter leur idées.

                Ils ne sont pas Le Pennistes ou Besancenoistes, mais Moiïstes, Papistes, Tatistes ou Coiffistes et ils méritent de voir leurs idées prospérer sous la bannière immaculée de la probité et de la pureté enfin retrouvée.


                • gem gem 22 novembre 2006 19:13

                  Je pense qu’il faut quand même expliquer pourquoi le blanc est compté avec les nuls.

                  Car de deux chose l’une : ou bien le vote blanc ne signifie globalement rien d’intelligible pour la nation (même si chaque votant blanc sait pourquoi il fait ça), et il est raisonnable de le comptabiliser avec les nuls.

                  Ou bien le blanc signifie quelque chose, et il est raisonnable d’exiger qu’il trouve un porte-parole et qu’il suive les mêmes procédures que tous les autres bulletins : candidature, programme, campagne respectant les règles, seuil pour être représenter au second tour, etc.

                  A la limite, demander la « reconnaissance du vote blanc » c’est exiger le droit pour le parti des « je veux voter mais rien ne me convient » d’être automatiquement non seulement au premier tour (qui est libre), mais même au second tour ! Bizarre, pour des gens qui veulent défendre la démocratie. Et réforme profonde, puisqu’on passe à un scrutin où on choisit entre deux options au second tour, à un scrutin où il y a 3 options, avec de lourdes implications politiques !

                  Tout cela est bien inutile : rien n’empeche le « parti blanc » de se présenter (avec son programme vide et des candidats qui ne font pas campagne, etc.) pour matérialiser le vote blanc. Et le tour est joué...

                  si le blanc est présent au second tour ? et bien il peut l’emporter au second !

                  si le blanc l’emporte ? les élus blancs n’auront qu’à appliquer leur programme. Démissioner, provoquant ainsi de nouvelles élections (parti blanc-blanc). Ou ne rien faire et rester chez eux, provonquant ainsi l’absence d’élus (parti blanc-gris). Ou voter systématiquement « contre » (parti blanc-noir). Ou proposer un référendum, en vue de réformer la loi électorale. Ou ce qu’il veulent : il y a tellement de « blanc » différents... qu’il est impossible de reconnaitre le vote blanc !


                  • chantecler (---.---.4.57) 22 novembre 2006 19:24

                    Désolé Gem,mais je ne suis pas d’accord avec toi:si les choix étaient nets,il n’y aurait rien à dire,mais si le choix est impossible,ou s’il y a absence de choix,le vote blanc devrait,à partir d’un certain pourcentage signifier l’annulation d’une élection. Deux exemples par l’absurde:si on nous donne le choix entre deux totalitarismes,que fais-tu ? Ou si 70% des électeurs refusent de cautionner,tu acceptes que quelqu’un soit élu avec 8O% des suffrages exprimés ? C’est dans ce cas une pantalonnade !


                  • gem (---.---.117.250) 23 novembre 2006 18:44

                    Encore une fois, rien n’inderdit de présenter aux suffrages un parti « ce vote est une pantallonade qui doit être annulé ».

                    Si il gagne, il ne tiens qu’à lui d’appliquer son programme : il démissionne et on refait l’élection. Si il perd, et bien la règle du jeu c’est qu’il rengaine ses prétentions...

                    Mais n’oublie pas qu’il y a plein d’autres raisons pour voter blanc (et notament que ça n’est pas parce qu’on vote blanc qu’on veut que le scrutin soit annulé : et je parle en connaissance de cause, car il m’est arrivé de voter blanc alors que je ne l’aurais pas fait si ça avait risqué de provoquer une nouvelle élection !). La « récupération » (« les gens ont voté ceci parce qu’ils sont en fait d’accord avec moi en fait ») est un grand classique d’après les élections, ça n’est pas plus pertinent à l’égard du vote blanc que des aurtres bulletins.


                  • partiblanc (---.---.50.31) 25 novembre 2006 15:22

                    à Rodier, A moi tous les « Moiïstes, Papistes, Tatistes ou Coiffistes » comme on dirait à moi tous les simples d’esprits... La démocratie est ainsi faite ; c’est au meilleur d’entre eux que reviendra le gouvernement du peuple par le peuple. Cette même démocratie qui permet à des « jean-foutre » de se présenter, à des JC d’être élu... Ceux qui savent que dans leur parti se trouvent les bonnes réponses en seront jaloux, parce qu’on les habitué à être contre. jamais à être pour, jamais à défendre par des idées ce qui n’est même pas une idée, mais une position ostentatoire de disponibilité à des propositions. mais voilà. Cela vaut toujours mieux que de ne rien dire, de ne pas participer. C’est ce que j’appelle un cercle vertueux.

                    à Gem : Merci d’avoir fait la description de notre parti et de nos actions... nous présentons en effet nos candidats aux élections. Pas a la présidentielle( les adhérents ne l’ont pas souhaités ) mais aux législatives, sauf si évidemment il y a des bulletins blancs comptabilisés parmi les suffrages exprimés. Et nous démissionnerons provoquant à nouveaux de nouvelles élections. De plus je suis assez d’accord avec le propos que l’interprétation du bulletin blanc n’est pas plus pertinente que celui que l’abstention ou le vote contestataire. il a donc le mérite de dé-diaboliser les votes extrêmes. de ramener dans le giron républicain des français ayant simplement soif d’une démocratie qui fonctionne normalement.


                    • partiblanc (---.---.50.31) 27 novembre 2006 21:31

                      Cet avis porte le tampon du secrétariat général du gouvernement et est daté du 21 Novembre. Il a été renvoyé le 24 Novembre. Cela donne donc jusqu’au 21 Janvier 2007 au cabinet du premier ministre pour donner suite à notre requète...


                      • partiblanc (---.---.50.31) 1er décembre 2006 17:29

                        J’ai reçu aujourd’hui un courrier du cabinet du premier ministre qui indique que notre demande était transmise au ministre de l’intérieur.


                        • Partiblanc Mehdi 9 janvier 2007 14:30

                          Voici que nous avons reçu Jeudi 21 décembre la réponse du ministère de l’intérieur. La réponse est problématique a plus d’un titre. nous discuterons avec nos partenaires de la suite que nous donnerons à ce courrier. Si vous avez un avis et des compétences de juristes. votre point de vue nous intéresse. Ce type de réponse était attendu.

                          MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR ET DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

                          Paris, le 18 DEC 2006

                          Monsieur,

                          Les services du premier ministre ont transmis votre courrier en date du 16 novembre 2006à Monsieur Nicolas SARKOZY, ministre de l’intérieur et de l’aménagement du territoire.

                          Vous dénoncez une rupture d’égalité dans l’expression du vote blanc, entre les électeurs votant au moyen de machines à voter et les électeurs votant de manière traditionnelle.

                          Aux termes de l’article L.57-1 du code électoral, les machines à voter utilisées dans les bureaux de vote des communes de plus de 3500 habitants doivent « permettre l’enregistrement d’un vote blanc ». Elles comportent donc toutes un bouton « vote blanc ».

                          Si aucune disposition du code électoral ne prévoit expressément que des bulletins blancs soient mis à la disposition des électeurs dans les bureaux de vote qui n’ont pas recours à des machines à voter, rien n’empêche un électeur de voter blanc.

                          Tout électeur peut ainsi mettre dans l’enveloppe électorale un bulletin blanc qu’il aura préalablement préparé ou ne glisser aucun bulletin dans l’enveloppe. Dans ces deux cas, son vote sera comptabilisé comme un vote blanc.

                          Ainsi le caractère égal du vote consacré à l’article 3 de la Constitution du 4 octobre 1958,est respecté.

                          Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.


                          • mourguy mourguy 30 août 2009 13:53
                            Le vote blanc 2012 :
                             
                             
                             
                            et aussi :
                             
                            http://le-ctoyen-dechaine.monblogue.branchez-vous.com/  BLOG CANADIEN CAR ... ARTICLE CENSURÉ systématiquement SUR DES BLOGS FRANCAIS ! la vérité dérange toujours... rine n’a changé... 
                             
                             
                            cordialement
                             
                            alain mourguy candidat 2012 UDG Union Des Gens de la société civile
                             
                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès