Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Réforme territoriale : des parlementaires aux abonnés absents

Réforme territoriale : des parlementaires aux abonnés absents

Le 17 juin dernier, j’ai publié sur mon blog http://michelumix.over-blog.com/2014/06/reforme-territoriale-passer-de-la-parole-aux-actes.html et sur agoravox une lettre ouverte aux parlementaires de mon département sur le sujet de la réforme territoriale et parallèlement, je leur ai envoyé à chacun ce document à l’Assemblée Nationale et au Sénat.

J’y parlais de l’illisibilité du système actuel par le citoyen, de la méfiance de celui-ci vis-à-vis du personnel politique, de la simplification urgente du système, des économies budgétaires attendues et de la nécessité d’un vrai débat et non d’une foire d’empoigne au Parlement.

Trois mois après, le bilan de cette initiative est plutôt maigre : seulement trois réponses me sont parvenues. Pourtant, nous finançons des frais de mandats qui permettent à ces parlementaires de recruter des assistants chargés, a priori, de répondre aux citoyens qui leur écrivent, les frais d’affranchissement du courrier étant gratuit. A moins qu’il ne s’agisse d’un désintérêt pour le sujet, ce que je ne crois pas (4 députés sont aussi conseillers généraux et donc concernés par cette réforme)

 Le bilan

Sur 12 lettres envoyées, trois réponses seulement me sont parvenues, la première, celle d’un sénateur UMP (de LEGGE) qui me propose une rencontre à sa permanence (initiative intéressante), la seconde, claire et argumentée, d’un député P.S. (MARSAC) et la troisième, succincte, d’une députée UMP (LE CALENNEC). Ces trois parlementaires ont donc fait l’effort de répondre à un simple citoyen et c’est tout à leur honneur et c’est surtout leur rôle. Ils n’ont au moins pas oublié qu’ils avaient été élus par les citoyens ou leurs représentants et qu’ils leur devaient de la considération à défaut de leur rendre des comptes, le mandat de parlementaire n’étant par impératif.

9 parlementaires ont donc fait la sourde oreille à mon interpellation et ont l’ont donc traitée par le mépris. Ils méritent d’être cités, car ils participent activement de l’éloignement et de l’incompréhension entre le peuple et ses représentants : MM. LE MENN, HERVE, et Mme KLES, sénateurs et MMmes CHAPDELAINE, APPERE, MM. ANDRE, BENOIT, LURTON et ROGEMONT, Députés.

Pourquoi ce silence ?

Certes, le sujet est délicat et concerne directement les élus qui cumulent des mandats (Maire, conseiller général, conseiller régional) avec leur mandat parlementaire et qui appartiennent à des partis politiques qui n’ont aucun intérêt à voir diminuer le nombre de mandats et d’élus en France et les emplois d’assistants et de collaborateurs qui vont avec.

S’agit-il tout simplement de mépris vis-à-vis de la parole et de l’interpellation citoyenne, hypothèse que je retiens en définitive, tant la représentation nationale est aujourd’hui coupée du terrain, seuls les inaugurations, vins d’honneurs et autres manifestations festives, nécessaires à la réélection, constituant la face visible de ce lien aujourd’hui distendu avec les citoyens.

Car c’est un fait, le doute sur la qualité et la représentativité de nos représentants qui s’effiloche au gré des mandats successifs des parlementaires progresse dans la conscience populaire ou des comportements scandaleux de ceux-ci (affaire Thévenoud, dernière en date).

Ce doute concerne les deux partis dits « de pouvoir » que sont l’UMP et le PS, aujourd’hui totalement à la rue, les premiers en raisons de scandales financiers et de la guerre des chefs, le second qui lui ressemble de plus en plus du fait de promesses non tenues et de la politique de droite qu’il mène aujourd’hui.

Nous sommes en face d’une caste, de fonctionnaires de la politique coupés du terrain et qui ignorent superbement ce qui s’y passe. Ils sont dans leur bulle, préservent leurs intérêts, leurs mandats, leurs indemnités et leur régime spécial de retraite. Ne serait-il pas urgent de réformer ce système ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 9 septembre 2014 12:07

    Bravo pour votre initiative et votre persévérance sur ce dossier qui aurait bien besoin d’un débat public et citoyen.

    Les élus ne sont pas les derniers à parler de « Démocratie participative ». Mais ils ne l’appliquent pas à eux mêmes. Une de leurs fonctions essentielles est bien de faire vivre le débat public dans leurs propres collectivités territoriales. Et surtout, concernant cette question de leurs pouvoirs décentralisés, était l’exemple-type du sujet propre à mobiliser sur la démocratie régionale et départementale. Comme vous dites, ils ont trop à perdre d’un débat public.


    • Michel DROUET Michel DROUET 9 septembre 2014 17:50

      Bonjour Bernard 29

      Le discours est en effet une chose, mais la mise en application est beaucoup plus difficile. Nous avons des parlementaires professionnels de la politique qui en plus cumulent avec des mandats locaux. La dispersion des collectivités leur permet d’étendre leur influence et de voter un jour des dispositions qui bénéficieront à une autre dans laquelle ils sont également. Nous ne sommes pas loin du trafic d’influence. Cela leur permet de rebondir d’un mandat à l’autre au cas où les urnes leur seraient défavorables. Ils n’ont donc rien à gagner dans une réforme des collectivités et on peut compter sur eux pour vider cette réforme de son contenu.
      A partir du moment où nous avons voté, nous ne maîtrisons plus rien et ce ne sont pas les quelques miettes de démocratie participative qui vont changer les choses.


    • Luc le Raz Luc le Raz 9 septembre 2014 13:33

      « Ne serait-il pas urgent de réformer ce système ? » Oh que OUI ! Quand vont ils comprendre, qu’après tout, ils ne sont que nos employés ? ! « indemnité » Ce mot m’a toujours fait rire ! Pour compenser quel « préjudice » ?


      • Michel DROUET Michel DROUET 9 septembre 2014 17:53

        Bonjour Luc le Raz

        Indemnité veut seulement dire qu’il ne s’agit pas d’un salaire, maintenant lorsqu’on voit les mêmes parlementaires depuis trente ans, on peut douter du bien fondé de cette appellation.


      • diogène diogène 9 septembre 2014 13:49


        " Ne serait-il pas urgent de réformer ce système ?"

         

        Ce système a besoin d’un remède plus radical qu’une réforme...

        Parler de réforme, c’est accepter les fondements et croire que des imperfections grippent la machine, construite sur un concept fiable.

         

        Or le système en question, c’est la démocratie « représentative » dans laquelle le député, une fois élu, est indépendant de ses électeurs, il est irrévocable, et n’est pas tenu de suivre explicitement leur volonté. Heureusement, la durée du mandat étant toujours limitée, l’élu peut penser qu’il doit agir globalement dans le sens des intérêts de ses électeurs, dans l’espoir d’être réélu.

        Ce qu’il faut, c’est la démocratie directe et ses outils organisationnels que sont, entre autres, le libre fédéralisme et le mandatement impératif et révocable.

         

        Mais pour mettre en place ce système-la, des réformes ne suffisent pas...


        • Michel DROUET Michel DROUET 9 septembre 2014 18:00

          Bonjour Diogène

          Si on commence par dire que tout cumul (y compris avec des mandats locaux) est désormais interdit et qu’un parlementaire ne peut pas exercer plus de deux mandats successifs, on peut parler de réforme importante et je suis pour.

          Mettre en place la démocratie directe comme vous le préconisez demandera plus de temps et beaucoup de pédagogie. C’est un bouleversement plus profond.


        • diogène diogène 9 septembre 2014 18:59

          Une telle réforme serait votée par qui à votre avis ?

          Par ceux qui en croquent ?
          Certainement pas !
          On tourne en rond.
          C’est pour ça que le système ne peut pas se réformer lui-même et qu’il faut pousser ces gens-là dehors sans ménagement pour mettre en place d’autres règles du jeu.

        • bernard29 bernard29 9 septembre 2014 17:12

          Monsieur Douet,

          avez vous vu le site construirelabretagne ;com ?? vous y participez ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès