Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Refus ADN, une nouvelle lutte contre Big Brother

Refus ADN, une nouvelle lutte contre Big Brother

Pour avoir refusé d’ouvrir la bouche et d’y laisser prélever sa salive, Benjamin Deceuninck, un agriculteur de vingt-six ans, devra payer une amende de cinq cents euros.

(D’après un billet de Matthieu de Taillac) L’intéressé est un des membres du collectif français Refus ADN, qui milite devant les tribunaux pour préserver la confidentialité de l’ADN. Celui-ci étant unique, il permet d’identifier à une personne avec une sécurité presque absolue.

En juin 2006, la gendarmerie l’a convoqué pour extraire un peu de salive de sa bouche, et ainsi établir son code génétique pour garder l’information dans un dossier national, avec quelque 300 000 autres personnes fichées.

En effet, cinq ans auparavant, en 2001, Deceuninck avait commis l’une des 137 infractions qui autorisent à la police à exiger son identité génétique. Son infraction a consisté à faucher un champ de betterave transgénique, comme des dizaines d’écologistes activistes en France, pour attirer l’attention sur les risques de ce type de produits agricoles.

Une centaine de Français ont déclaré leur opposition à l’archivage des données ADN. Ils justifient leurs positions par des arguments politiques. Ils craignent en effet la constitution d’une base de données génétiques, servant à classer les individus en fonction de leur appartenance politico-religieuse, un peu comme l’avait décrit Georges Orwell dans son roman 1984.

Quand a été créé le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) par le gouvernement du socialiste Lionel Jospin, en 1998, il devait se limiter à conserver les données des délinquants sexuels. Mais peu à peu, les lois successives ont étendu la liste des cas pour lesquels on peut réclamer l’ADN d’un individu.
Deux mois après les attentats de du 11 septembre 2001, les législateurs ont inclus entre autres les actes de terrorisme, les attaques contre les personnes et contre les biens quand ils sont accompagnés de violence (incendies, destructions...).

En 2003 la loi de sécurité intérieure, connue aussi comme loi Sarkozy, donne la possibilité d’exiger l’ADN d’une personne pour des infractions plus légères. En outre, cette réforme prévoit la possibilité d’exiger l’identité génétique non seulement de personnes condamnées par la Justice, mais aussi de simples suspects.

Benjamin Deceuninck organise la résistance contre ces divers durcissements de la loi avec le collectif Refus ADN, qui regroupe les opposants à l’existence des archives génétiques.

« C’est un outil démagogique qui ne résout rien », déclare Deceuninck. Il cite le cas britannique, où trois millions de personnes ont leur fiche, pour montrer l’inefficacité du registre. En outre, il rappelle que parmi les 300 000 entrées de la base de données française, 180 000 correspondent à des individus qui n’ont commis aucune infraction.

Jean-Jacques Gandini, l’avocat de Benjamin Deceuninck, membre de la Ligue des droits de l’homme, explique que la loi Sarkozy a permis l’utilisation du FNAEG pour les « trois quarts du Code pénal ». Il critique aussi le fait que les données génétiques sont conservées quarante ans. «  Pendant quarante années on considère les personnes inscrites dans les archives comme des suspects potentiels, c’est un risque pour les libertés fondamentales », juge-t-il.


Source EL PAIS de 04/12/06 et Refus ADN.
Communiqué de presse de Benjamin Deceuninck

En dehors des militants altermondialistes, bien d’autres acteurs de diverses mouvances politiques sont concernés par le fichage de l’ADN, les risques de dérives sont grands. Peut-on en effet mettre sur un pied d’égalité les militants et les délinquants sexuels ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (105 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 8 janvier 2007 12:19

    Quel est la limite entre donné ses empreintes digitales et données sont ADN ???

    C’est du même niveau, c’est l’utilisation qui en est fait qui peut-être dangereuse.

    Il reste un problème à ce refus, quel infraction sera digne pour ne pas donner son ADN et qu’elle infraction ne sera pas digne. Après tout un pédophile condamné qui suit un traitement pourra refuser prétextant qu’en ce soignant il n’est pas plus dangereux qu’un faucheur d’OGM.


    • alpo47 (---.---.15.41) 8 janvier 2007 12:20

      Article à rapprocher de :« Explosion de la videosurveillance à New York ».

      Le « système » se met en place, sournoisement, irrésistiblement, prenant pour prétexte, les criminels sexuels et autres (ce que tout le monde va approuver), mais vise à ficher tout le monde ... progressivement


      • Lok (---.---.151.44) 8 janvier 2007 12:33

        Il est à noter que ce qu’on fait est une simple empreinte ADN, et non un séquençage ou une carte génétique (bien plus long et couteux à faire). On ne garde que ce qu’il faut pour permettre d’identifier un individu en comparant des empreintes.

        On ne peut donc pas faire de véritable « base de données génétiques » avec ces extraits d’ADN (tout comme les empreintes digitales).


        • (---.---.190.142) 8 janvier 2007 19:04

          C’est tout à fait vrai. A noter du coup que cette empreinte ADN n’est pas unique. Je n’ai plus le taux en tête et ai la flemme de cherche mais même à une fiabilité de 99.99 % ca n’est pas suffisant.


        • Lok 10 janvier 2007 10:58

          Évidemment ce n’est jamais fiable à 100%, personne n’a jamais dit le contraire... Mais sachant que quand on ne prend que 13 marqueurs on a une chance sur 1 milliard d’avoir une même empreinte, cette probabilité devient 99,9999999 %. En outre, on peut toujours réaliser de nouveaux tests avec d’autres marqueurs une fois un suspect rencontré. Et là les probabilités de se tromper deviennent vraiment infimes.

          Cette technique apparait donc quand même largementn suffisamment au point pour servir de preuve.


        • Lok 10 janvier 2007 11:40

          Ca me parait largement exagéré d’extrapoler une prise d’ADN sur un activiste anti-OGM jusqu’à parler de Big Brother ou d’une UE soviétique (ce serait bien de garder un peu les pieds sur terre, sinon on va dériver sur des sujets qui n’ont plus rien à voir).

          Ces prélèvement ne servent qu’à faire des empreintes génétiques (qui ne renferment aucunes informations génétiques exploitables). La seule chose que l’on peut faire avec ça c’est identifier un individu (avec une fiabilité largement suffisante) de la même manière que les empreintes digitales.

          Les empreintes digitales, ça passe, mais pas les empreintes génétiques ? Est-ce parce qu’il y a le mot « génétique » dedans que ça fait aussi peur ?


        • Lok 10 janvier 2007 11:42

          Ah pardon je me suis trompé d’endroit, le commentaire ci-dessus devrait être placé à la fin :/


        • heso 8 janvier 2007 12:46

          Il y a une diference majeur entre l’adn et l’empreinte digital : la valeur informationel. les deux sont des signatures d’un individue, mais l’adn donne des informations (potentiellement) sur l’apparence, la predispositions au maladie et certain le croit, la mentalité( quid du marqueur genitique du tueur en serie). la tentation des inquisiteurs serait de classé et apporter en justice des « preuves » ( a demontrer que ce soit des preuves) de predispositions a la culpabilité d’un presumé inoncent. ex:Pierre Bérégovoy a une predisposition a la depression (preuve son adn), il n’y pas meutre mais suicide. (je sais c’est tendencieux)


          • Lok (---.---.151.44) 8 janvier 2007 15:11

            On est encore bien loin de ça smiley (heureusement).

            Comme je l’ai dit dans mon commentaire précédent, il ne s’agit que d’une empreinte ADN et non d’un séquençage. Pour être plus précis, ces empreintes utilisent des marqueurs sur des séquences non codantes de l’ADN (c’est à dire qui ne correspondent pas à des gènes).

            Mais cela est largement suffisant pour identifier quelqu’un en comparant les empreintes.

            À l’heure actuelle ces empreintes n’apportent aucune autre information. Elles donnent donc quasiment autant d’informations sur les individus que les empreintes digitales smiley .

            Quant aux gènes du type « préposition au suicide » ou « gène de la criminalité » à l’heure actuelle c’est plus du domaine de la science-fiction qu’autre chose (du moins pour ces cas extrêmes, bien sûr).


          • (---.---.93.242) 8 janvier 2007 16:20

            Effectivement, il ne s’agit pas la de classer les gens selon leur ADN, mais encore une fois de determiner une facon infaillible de pouvoir identifier une personne.

            Certains diront que c’est bien car cela aide la police (on peut determiner de facon quasi certaine a qui appartien la meche de cheveu trouvee sur le lieu du crime.

            Le probleme, comme tous les fichier, vient de l’utilisation potentiel dont pourrait faire l’objet dans un futur.

            On est pas a l’abris de la venue d’un regime totalitaire (je dirais meme qu’on s’en approche furieusement) et lorsque cela sera le cas, ce regime possedera d’un outil extremement efficace pour controle le peuple !!!

            Il faut donc defendre tout simplement notre droit a l’anonymat. Meme si ce genre de fichier est efficace (cela reste a prouver), doit on laisser tomber notre liberte ?


          • heso 8 janvier 2007 12:47

            esperons que ca en reste la !


            • (---.---.162.15) 8 janvier 2007 13:45

              Il ne suffit pas de croiser les doigts. C’est en bonne partie de notre responsabilité. Il faut commencer par ne pas voter pour le ministre de l’intérieur Sarkozy qui a une responsabilité accablante dans la dérive actuelle et qui ne veut que continuer dans cette voie.

              Am.


            • Algunet 8 janvier 2007 15:40

              Bien compris, alors pour qui voter ? Ségo, ce sera pareil ! Itou pour les autres candidats. Donc à choisir pourquoi pas Sarko !

              Moi, je n’ai pas encore choisi ! smiley


            • Roland (---.---.194.220) 10 janvier 2007 01:03

              « espérons que ça en reste là »

              Ca n’en restera pas là ! Bien entendu. Vous êtes bien naif ! vous n’avez jamais lu l’histoire ? D’ailleurs des projets sont déjà dans les cartons. Vous feriez bien de vous documenter dans les sites qui parlent de ça, et des RFID, etc


            • (---.---.229.236) 8 janvier 2007 14:39

              Il faut bien entendu ficher tout le monde, et surtout les immigrés, dont les clandestin.

              Quant à ceux qui refusent, c’est une attitude anti-sociale qui mérite effectivement une sanction.


              • (---.---.93.242) 8 janvier 2007 16:21

                Et le fascisme selon toi ? c’est moins anti-social comme regime ?


              • (---.---.229.236) 8 janvier 2007 16:25

                Je ne vois pas ce que vient faire le facisme dans cette histoire. Donner un peu de salive pour permetre l’arrestation de tueur, ca n’a rien de traumatisant.


              • (---.---.108.243) 8 janvier 2007 23:22

                « il faut bien entendu ficher tout le monde... »

                On attend avec impatience que toi et sarko montrez l’exemple et que vous vous présentez de votre plein gré à la plus proche gendarmerie pour y donner votre empreinte adn .


              • SERGE (---.---.167.118) 8 janvier 2007 15:08

                Une loi peut au départ avoir une raison valable, ce qui est toujours dangereux, ce sont les dérives et c’est vrai que cette prise d’ADN dans des affaires de plus en plus nombreuses ne se justifie pas. Certains aimeraient que chaque individu ait, dès la naissance, une puce implantée dans son corps comme on peut le faire avec les animaux domestiques à la place de les tatouer.... Les partisans de cette implantation expliquent que, par exemple, cette puce pourrait permettre de payer en étant simplement reconnu par cette puce implantée dans le bras. Ou alors cette puce pourrait grâce à ses informations permettre aux service de santé d’avoir tout de suite des renseignements médicaux.... Et oui Big Brother n’avait pas rêvé mieux. Il faut être méfiant avec toutes les mesures liberticides, surtout si elles sont faites au nom des grands sentiments ou des grandes idées soit-disant généreuses.


                • bourgpat (---.---.218.110) 8 janvier 2007 17:38

                  Pour le RFID, les applications commerciales vis à vis des clients finau vont se développer. Le but est de faire d’abord enter la technique dans la vie quotidienne puis les applications vont devenir de plus en plus personnelles et intrusives.

                  Par exemple : http://www.presence-pc.com/actualite/d/Keynote-Bill-Gates-20/

                  « Bill Gates termine enfin son keynote sur la maison du futur. Il parle de projection sur les murs ou les surface de sa cuisine, de puce RFID qui permettrait de connaitre en temps réel les ingrédients dont on dispose dans sa cuisine et d’avoir une recette de cuisine mise à jour en fonction de ses stocks. L’homme tente de se poser en visionnaire en montrant que la connectivité est le nouveau thème à développer. Seul l’avenir pourra néanmoins nous dire comment cette connectivité se matérialisera pour les utilisateurs lambda. »

                  D’abord appâter le chaland avec des applications qui semblent peu problématiques. En effet connaitre les stock de son frigo et pouvoir déterminer des recettes cela semble sans soucis. Mais les connections derrière sur les destinataires de ces données ne sont pas encore indiquées.

                  Car en fonction de ces stocks des magasins en ligne pourraient alors démarcher et proposer leur service adaptés aux habitude de consommation. Moins de pub dans les boites à lettre plus de spams.

                  Aujourd’hui on peut gérer la domotique avec des puce RFID, quid de la gestion des alarmes domestiques (plus de code), des caractéristiques de protection parentales de la télévision, lecteur multimedia, ordinateurs,..... Vendre aux parents la sécurité de leurs enfants en leur permettant de les suivre à la trace par les capteurs reliés aux différents éléments de l’alarme.


                • (---.---.229.236) 9 janvier 2007 07:14

                  Les RFID ont d’abord pour but de lutter contre la contrefaçon, et elles ne sont pas lisibles de loin (sauf a avoir du matons de la taille d’un camion..)


                • bourgpat (---.---.218.110) 9 janvier 2007 11:53

                  Désolé pour le hors sujet sur le RFID, mais c’etait pour le rapprocher de cet article. http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17476

                  Les moyens de fichages augmentent et déjà la cnil n’a pas les moyen aujourd’hui de les contrôler voir de faire modifier rapidement les données érônnées qui peuvent apparaitre dans ces différentes bases de données (temps assez important pour que la police modifie ses fichiers, fichier d’interdiction bancaires, ....) Quant au RFID, avant d’être un jour utilisé pour eviter la copie de cd ou la contrefaçon de produits de marque, sont utilisation principale aujourd’hui semble plutôt être au niveau des plateformes de stockages de manniére à gérer les stock présents en temps réel et de contrôler les acheminements (savoir ce qui rentre, est en stock et ce qui sort pour pouvoir faire des achats en conséquence). L’autre grande utilisation du RFID en france est dans la carte navigo (qui à sa sortie avait été vendue comme permettant à l’avenir de gérer les dépassements de zone occasionnels pour ne payer que la différence. Projet dans les oubliette car il demanderait de suivre réelement les déplacements des possesseurs. Pour la contrefaçon de titre de transport elles semble marginale par rapport aux personnes qui ne payent pas les transports en commun.

                  Il peut y avoir à étudier l’utilisation possible du RFID en rapport avec le dossier médical informatisé. Cette technique permettrait il est vrai d’incorporer des éléments comme les numméros de lots, l’identification des produits et traitement administrés à un patient. Par contre elle pourrait avoir une influence sur le développements de solution d’informatique libre au niveau hospitalier en fonction de problèmes de licence ou de brevets informatiques si ils devaient passer. Et il reste à savoir si on souhaite que des systèmes non étudiable gèrent des données médicales et les statistiques qui pourraient alors être générées.

                  Sinon pour l’adn dans la résolution des fauchages de champs transgéniques, elles n’est pas utilisable si tu n’a pas à faire à des fumeurs ou des personnes qui vont se soulager à coté. Car passer un hectare de champs à la recherche d’indices génétiques laissés par un groupe de personne cela ne semble pas être utile.

                  Enfin cette généralisations des fichages se fait en faisant croire au citoyens des bénéfices qu’il va avoir sans parler des utilisations autres de ces bases de données ou des modifications à venir de leur utilisation.


                • Roland (---.---.194.220) 10 janvier 2007 01:14

                  Et bien entendu, les fascistes (oui ça fait partie typiquement des tendances fascistes !) savent TRES BIEN amaodouer les gens, n’oublions pas que tous ces milieux ont des « copnseillers en communication » experts en la matière, les manipuler, les persuader que « c’est pour leur bien » ( de toutes façons avez vous déjà oublier que dans les camps de réaducations maoistes on envoyait les gens pour leur bien ? et l’Inquisition, croyez-vous qu’elle faisait cequ’elle faisait par pur plaisir de faire du mal ? non c’était pour leur bien qu’elle se voyait « malheureusement dans l’obligation, pour des raisons de sécurité » de procéder au « signalement » et à la crémation les pécheurs et les hérétiques) les vculpabiliser, les gagner à la cause de leur propre asservissement. Et puis on procède par étapes (comme quand on cuit une grenouille dans une marmite d’eau tiède, au début elle ne se rend même pas compte que quelque chose est en train de changer, après elle trouve même ça bien, elle a pleu chaud, ce qui se passe après vous le savez... smiley), et on habitue les gens, comme d’habitude avec les animaux ! ... et , comme d’habitude en faisant naitre et en cultivant et en manipulant la peur (les nazis aussi avaient déjà fait ça, enfin tous ! Exemple :


                • Kelsaltan Kelsaltan 8 janvier 2007 17:14

                  Oui, je suis tout-à-fait pour la prise d’empreinte génétique, surtout pour les cols blancs qui trois semaines après leur condamnation pour blanchiment d’argent, sont propulsés (intronisés ?) ministre de la culture, et dont chacun aura pu apprécier les qualités commerciales dans la vente au plus offrant de nos droits individuels.

                  Faut vraiment éviter qu’ils récidivent...

                  Madame le juge Eva Joly a dit que cela ne s’était jamais vu nulle part, son opinion n’engage qu’elle. Je suis persuadé que cela s’est DEJA vu, quelque part.

                  Ceci exprimé, je crois savoir que refuser de donner (révéler ?) son empreinte génétique et payer l’amende ne dégage pas de l’obligation initiale. Retour à la case départ...

                  Parfait tout ça, le pays est mûr pour un clone de Ben Ali !


                  • Le péripate Le péripate 8 janvier 2007 21:38

                    Maintenant, si refuser de cracher sur un flic, c’est puni, où va t-on, je vous le demande ?

                    Le Peripate.


                    • Michael (---.---.112.7) 8 janvier 2007 22:57

                      1984 ! Nous y sommes en plein dedans, dans la m...

                      Voyez en urgence cet article du jour, sur AMI France : l’UE socialo=communiste.

                      Un ancien dissident soviétique met en garde contre une dictature de l’Union Européenne.

                      http://fr.altermedia.info/general/un-ancien-dissident-sovietique-met-en-garde-contre-une-dictature-de-lunion-europeenne_10064.html


                      • Lok 10 janvier 2007 11:43

                        Ca me parait largement exagéré d’extrapoler une prise d’ADN sur un activiste anti-OGM jusqu’à parler de Big Brother ou d’une UE soviétique (ce serait bien de garder un peu les pieds sur terre, sinon on va dériver sur des sujets qui n’ont plus rien à voir).

                        Ces prélèvement ne servent qu’à faire des empreintes génétiques (qui ne renferment aucunes informations génétiques exploitables). La seule chose que l’on peut faire avec ça c’est identifier un individu (avec une fiabilité largement suffisante) de la même manière que les empreintes digitales.

                        Les empreintes digitales, ça passe, mais pas les empreintes génétiques ? Est-ce parce qu’il y a le mot « génétique » dedans que ça fait aussi peur smiley ?


                      • sweetsmoke (---.---.241.2) 11 janvier 2007 11:35

                        Pas de quoi s’affoler, il n’y à bien que dans les experts que l’on fait croire aux spectateurs ignares qu’avec un mollards ou des cellules epiteliales sur une corde, on retrouve un gars en 5 min d’analyse.

                        dans la réalité : analyse couteuse à faire et longues, labo débordés des demandes de l’interieur, et cellules détruites à l’arrivée car mal conservées ainsi qu’un lot de parades déja nombreuses (à la manière du scotch sur les doigts) pour ne laisser aucune empreinte génétique.

                        mais chut...


                        • Darwin’s Beagle (---.---.42.128) 11 janvier 2007 22:15

                          Le prélèvement et fichage d’ADN réduit quasiment à zéro les risques d’erreur judiciaire. Moins de protection pour les délinquants, cela complique la tâche des collectivistes stalinoïdes qui font passer l’asservissement du peuple par l’immunité des mafias et des hooligans. Et qu’y a-t-il dans « collectif français Refus ADN » ? « Collectif » bien sûr. Les collectivistes ont toujours été les amis et les admirateurs des assassins. J’ai de beaux tee-shirts et de belles casquettes du Che à vendre, camarade, je te fais un bon prix.


                          • van Melsen, André (---.---.172.141) 12 janvier 2007 17:32

                            Bonjour. Je trouve qu’il est normal, et même bénéfique à beaucoup de points de vue, de constituer une base de donnée ADN. Elle peut servir à identifier divers criminels.Je constate que chaque fois qu’une nouveauté scientifique apparaît, il y a une levée de boucliers rétrograde. La même chose s’est produite, dans une moindre mesure cependant, quand il a été question de constituer un fichier des empreintes digitales : on sait maintenant combien il est utile. La peur d’être identifié ne devrait être présente que chez les personnes ayant quelque chose à se reprocher.


                            • alcofribas (---.---.184.105) 17 janvier 2007 22:00

                              Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.

                              Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.

                              Quand ils sont venus chercher les juifs, je n’ai rien dit, je n’étais pas juif.

                              Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai rien dit, je n’étais pas catholique.

                              Puis ils sont venus me chercher. Et il ne restait personne pour protester...

                              Pasteur Martin Niemoller (1892-1984), Dachau 1942


                            • Zepekegno (---.---.209.164) 16 janvier 2007 12:34

                              Si nos élites nous montraient un exemple de transparence, de fiabilité et de solidarité avec leur peuple, on leur confierait ces précieuses informations sans crainte. En attendant, pas touche à mon ADN smiley!


                              • Quintino69 (---.---.189.247) 12 février 2007 00:06

                                Eh oui cette aprés midi j’ai du me rendre chez les gendarmes car hier soir je fumais un pétard avec des amis quand ils sont arrivés. Suite a leur demande je leur ai donné ce que j’avais soit 2grammes de Hashish. Il m’ont demandé avec un autre détenteur(il avait moins de 1gramme !!) de nous rendre dans leur fiefs de pd(désolé mais il m’ont rendu fous) pour : prise d’empreintes, d’ADN et photo !! Maintenant j’ai le sentiment que l’on m’a pris qqchose de moi meme(une liberté jsé pas trop comment expliquer !), et surtout aprés avoir lu des articles sur le net qui parle du risque d’erreurs ou de confusions sur les ADN, je me pose la question de la légitimité de leurs tests ?


                                • Quintino69 (---.---.189.247) 12 février 2007 00:11

                                  Et pour tous ceux qui voit dans le cannabis une drogue, je leur réponderais que moi aussi , meme à part entière et exactement comme l’alcool et le tabac. Et que pour ce fait qui mé reproché, la nuisance exclusive à ma santé !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès