Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Renverser le capitalisme

Renverser le capitalisme

On ne cesse de vous le répéter : à petits pas, la crise s’en va. Un million de chômeurs en fin de droits, dix millions de personnes « mal logées » (environ une personne sur six !), la bourse plonge à nouveau, les investissements sont faibles, les ménages ne consomment pas assez, et le déficit public est alarmant. Bon. Mais les banques ont fait de bons bénéfices, ont distribué des bonus records, se refinancent à l’oeil et ne prêtent plus (et oui, pour ne pas être responsables de nouveaux subprimes !). C’est que tout va mieux, non ? sans compter les ventes de voitures, de vaccins et peut-être d’armements.

Mais arrêtons de rire une seconde et regardons les choses en face : les gouvernements ont sauvé les banques avec l’endettement que supporteront nos descendants, soit. Mais qui sauvera les Etats ?
Voilà une question à laquelle il serait judicieux de répondre.

Pour ma part, j’ai envie de crier « pas moi ! », et je suis persuadé que je ne suis pas le seul. Alors pourquoi ne pas inverser la vapeur ? si le biais par lequel on nous attaque est celui de l’argent, pourquoi ne pas prendre les organisateurs de ce jeu de dupes à revers ?

Bien sûr qu’il y a des solutions ! regardons bien comment tout cela fonctionne : obligation de posséder un compte en banque, démonétisation, création de monnaie fictive par l’intermédiaire des banques et de leurs spéculations, filouteries législatives et pots de vins en tous genres, impôts obligatoires, assurances, mutuelles, frais de dossiers, frais d’agences, TVA, tout cet arsenal nous oblige sans arrêt à passer par des intermédiaires qui nous coûtent beaucoup sans nous servir vraiment.

Quand on réfléchit à ce que l’on dépense au nom de « la protection sociale », du « bien public », et les bénéfices que l’on en tire, la balance fonctionne-t-elle comme elle le devrait ? Les assureurs, les banquiers, les grandes firmes censés nous apporter des « services » sont les plus gros bénéficiaires de la casse sociale qui nous accable.

Non seulement les services publics et les prestations sociales diminuent sans diminuer les taxes censées les mutualiser, mais en plus il nous faut cotiser dans le privé à des tarifs exorbitants. Les banques se font de l’argent sur notre dos, à tout moment du jour ou de la nuit, et nous refusent les crédits sous prétexte qu’on leur coûte trop d’argent. Et pour couronner le tout, il va falloir travailler plus longtemps pour simplement conserver des retraites qui ne permettent même pas de mourir dans la dignité.

Mais si on regarde d’un peu plus près, on s’aperçoit rapidement que les salaires des grands patrons, ceux des traders, des ministres, des hauts fonctionnaires, sont en réalité payés par la somme des petites contributions populaires. Ce sont les plus pauvres qui font tourner la machine capitaliste. Les plus rentables ne sont pas ceux qui ont de gros revenus, mais la somme des petits : ceux qui payent des agios, consomment du crédit revolving à des taux exorbitants, ceux qui payent leur maison presque le double de ce qu’elle vaut. ceux qui sont le plus malades car ils ont un métier pénible, ceux qui dépensent leur salaire jusqu’au dernier sou sans pouvoir en économiser un seul.

Car il faut bien se rendre compte que l’argent n’apparaît pas comme cela : ce sont toutes nos cotisations individuelles, tous nos achats, toutes nos activités qui sont le seul moyen pour créer le salaire de ces gens-là. Sur votre police d’assurance, ou votre mutuelle, la somme que vous verrez chaque mois entre dans le cadre de la mutualisation des millions de cotisations, qui vous coûtent la plupart du temps beaucoup plus cher que si vous aviez économisé dans votre coin en cas de coup dur (tout ça sans franchise, ni expertise vous annonçant toujours que vous n’avez pas bien regardé les petites lignes de votre contrat et que l’assureur ne peut pas -malheureusement, bien sûr- vous indemniser.

Pour les impôts c’est pareil. Notre argent file tout droit de notre salaire d’abord, et ensuite par la TVA, et enfin par les impôts, et bientôt par la taxe carbone, dans les poches d’un Etat qui va le reverser soit à ses propres collaborateurs, soit aux amis de ces derniers, dirigeants d’entreprises privées soit avec lesquels ils ont l’habitude de travailler, soit avec qui ils ont fait leurs études…

Vous voulez que ça s’arrête ? et bien ne leur donnez plus votre argent ! reprenez votre liquide à la banque, et dépensez-le ! vous détruirez les bonus et les banques.

Travaillez au noir, et vous ne paierez pas d’impôt, payez votre médecin en liquide et vous reboucherez le trou de la sécu, cessez de payer votre assurance et vous serez plus riche ! donnez votre production et vous ne serez pas taxé, boudez les agences immobilières, les syndics, et le prix des maisons baissera. Organisez-vous sans eux, et ils s’apercevront qu’ils ne peuvent pas vivre sans vous.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 février 2010 09:51

    à l’auteur

    Si cet article constitue le préambule à votre prochaine proposition « un programme politique sur agoravox », http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=69555, cela laisse très mal augurer de ce que pourrait être ledit programme...


    • caleb irri 8 février 2010 13:22

      @ Jean -Pierre Llabrés

      bonjour,

      je tiens à vous rassurer quant à votre interpellation : en aucun cas cet article n’est le reflet de ce que je souhaite voir figurer dans un programme politique. ce que je souhaite serait plus à rapprocher d’un autre article : http://calebirri.unblog.fr/2010/02/03/la-gratuite-est-la-seule-alternative/

      pour le présent article, j’essaie juste de réfléchir à la manière dont on pourrait renverser (au sens de « mettre à l’envers ») le capitalisme, en le prenant à son propre jeu. cette manière de faire pourrait constituer non pas le préambule à un programme politique, mais le moyen de faire pression sur le système pour qu’il écoute enfin la volonté du peuple. que le peuple (et le « petit » surtout, le plus nombreux) prenne conscience de sa force. qu’il comprenne que tout dépend de lui, car le système qui l’oppresse, c’est lui qui le fait tourner.

      au sujet de ma « propositon », elle est en attente sur le site, et j’ai également fait cette proposition à la rédaction d’Agoravox... on verra qu’elles en seront les suites. pour information, cette proposition ne vise absolument pas à mettre en avant les idées qui sont les miennes (j’ai le loisir de pouvoir le faire ici), mais justement de créer un espace de diversité des opinions à confronter ensemble.

      à suivre...


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 février 2010 13:28

      caleb irri (xxx.xxx.xxx.91) 8 février 13:22

      "réfléchir à la manière dont on pourrait renverser (au sens de « mettre à l’envers ») le capitalisme, en le prenant à son propre jeu".

      Votre projet pourrait-il se rapprocher du mien ?
      Pour un Nouvel Ordre Économique Français Équitable !


    • Lemiamat 8 février 2010 09:51

      Je suis désolé pour vous, mais depuis que l’homme est homme, il a toujours été un capitaliste. Si si je vous jure même cro magnon. Mais c’était un idiot, savez vous ce qu’il a fait ?
      Il a économisé de la nourriture, passé du temps pour inventer des outils, des armes. Il a capitalisé son savoir et son temps... mais çà c’est trop simple pour nous, personnes du XXI eme siecle...


      • sleeping-zombie 8 février 2010 12:58

        Ce que tu décris n’a rien a voir avec le capitalisme...


      • caleb irri 8 février 2010 13:26

        @ Lemiamat

        bonjour,

        je pense que vous confondez les deux sens du terme « capitaliser ». si dans le système de cro magnon il mettait son temps et son savoir au service de son propre profit, le capitaliste ne vise qu’à faire fructifier son capital. il n’y a ni temps ni travail pour lui. seulement l’apport du capital remplaçant le reste.


      • Croa Croa 9 février 2010 17:56

        FAUX !

        Il y a eu dans la préhistoire des civilisations le plus souvent communautaires et qui ont durées fort longtemps.


      • mimusops 8 février 2010 10:55

        D’accord, alors inventons le web 3.0. Un système d’échange parallèle, participatif et sans taux d’intérêts, mais donnant par exemple des avantages en nature aux prêteurs et donateurs. Ne comptons pas sur les Etats et les banquiers pour changer le système. C’est à nous tous d’organiser un nouveau système plus juste. Le web nous permet d’inventer des formes d’échanges économiques et de participation politique impensables il y a encore quelques années.
        Bref, on commence quand ?


        • Iokanaan 8 février 2010 13:51

          @ mimusops


          concrètement, ça donnerait quoi, cet autre système d’échange ? ce serait quoi, selon vous ?


        • mimusops 8 février 2010 16:04

          Pour commencer, je ne propose pas un nouveau système global, mais plutôt un autre système économique pour tous ceux que s’y retrouveraient.

          Dans la forme, j’imagine un site web dans lequel chacun pourrait proposer un ou des projets de tout type et de tout montant.

          Ensuite chacun peut prêter de l’argent sans taux d’intérêt (ou donner) au porteur du projet pour qu’il le réalise. Les modalités de remboursement et les sommes minimales de prêts pourront être fixées par le porteur. Ceux qui ont aidés à financer le projet auront alors des avantages sur le « produit » mis en place par le porteur.

          Là, je dois donner quelques exemples :

          - Vous souhaitez monter un gîte rural original, vous postez votre projet, vous fixez la somme minimale à 100 euros que vous vous engagez à rembourser dans les 5 ans. Ceux qui ont souscrit à votre emprunt auront alors tous leur repas gratuit s’ils viennent passer un séjour dans votre gîte (ce n’est qu’un exemple !).

          - Vous souhaitez produire un album de rock, vous postez quelques morceaux, fixez la somme à 5 euros et envoyez l’album à ceux qui vous ont financés.

          - Vous souhaitez monter un orphelinat ou planter des arbres à Madagascar, vous postez simplement un appel aux dons et vous vous engagez à informer régulièrement ceux qui ont été heureux de vous aider.

          Le site permettrait aussi de lancer des appels à projet, par exemple :
          - Vous souhaitez qu’un agriculteur bio viennent s’installer dans votre commune, vous lancez le projet, ceux qui le veulent aussi pourront faire une promesse de prêt à l’agriculteur qui viendrait s’installer et bénéficierait ensuite de prix intéressant sur les légumes.

          Bien sure, ce ne sont que des exemples et les règles du système sont bien évidemment évolutive. Par exemple le porteur de projet devrait réinvestir 5% de son prêt dans d’autres projets, etc...

          L’intérêt d’un tel système est justement de ne pas être rigide et ses règles devront être débattues et partagées par tous ceux qui y participe.

           

           


        • dapeacemaker911 8 février 2010 11:05

          @Lemiamat et a tant d autres :

          Que mettez vous, que mettons nous, derriere le terme capitaliste (et par extension "capitalisme) ???

          J aimerais tant qu on arrete de jouer sur les mots, de faire passer toute critique du systeme en place pour une ineptie, une connerie.

          Je ne pense pas qu il existe une personne sensée sur cette terre desirant empecher l Homme de faire du commerce, ou de capitaliser son savoir, son savoir faire et ses outils.

          Le capitalisme, est au service de l Homme et de la societé, son but premier, comme vous l avez parfaitement souligner est d ameliorer la vie des etres humains. pas de leur pourrir.


          Par contre il est evident que le capitalisme tel qu il est pratiqué par les multinationnales de nos jours n est plus au service de l Homme et de la societe. (friedman et ses disciples)
          Au contraire, comme dans tout bon systeme mafieux qui se respecte, l homme n y est plus qu un outil au service de quelques parains.

          Nos maitres ont deja reussi sur un point majeur : Les mots n ont plus le meme sens pour personne. Aussi, il devient dur de communiquer, d etre compris.

          Renversons la mafia.


          • Lemiamat 8 février 2010 11:24

            « Par contre il est evident que le capitalisme tel qu il est pratiqué par les multinationnales de nos jours n est plus au service de l Homme et de la societe. (friedman et ses disciples)
            Au contraire, comme dans tout bon systeme mafieux qui se respecte, l homme n y est plus qu un outil au service de quelques parains.

            Nos maitres ont deja reussi sur un point majeur : Les mots n ont plus le meme sens pour personne. Aussi, il devient dur de communiquer, d etre compris »

            Exactement, ce que je demande d’un ETAT c’est de s’occupper et de bien faire ses fonctions régaliennes avec en TOP PRIORITE la JUSTICE qui semble totalement perdue de nos jours.
            Avec une justice forte et une concurrence, la mafia n’a qu’a bien se tenir. (Voir le budget de la justice dan le budget global de l’état).

            Pour finir, en tant que libéral, je suis friand de justice, je veux un ETAT de DROIT et si pour y arriver il faut payer eh bien je veux payer !!!


          • sisyphe sisyphe 8 février 2010 11:30

            D’accord avec vous.

            La SEULE solution est un soulèvement des citoyens du monde contre un système (le capitalisme libéral, ses hedge funds, banksters, bourses et spéculation) devenu totalement et uniquement prédateur et vampirique, au bénéfice de mafias réalisant d’énormes bénéfices sur le dépeçage et la mise à genoux des 9/10èmes de la planète.

            Ils ne lâcheront pas leur proie ; le seul moyen est de les renverser, d’une façon ou d’une autre ; donnons nous en les moyens ; c’est une question de survie..


          • sisyphe sisyphe 8 février 2010 11:32

            ce message fait suite à celui de dapeacemaker..


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 février 2010 11:39

            à sisyphe (xxx.xxx.xxx.249) 8 février 11:30 

            « donnons nous en les moyens »

            Quel moyens ? Toute la question est là !


          • dapeacemaker911 8 février 2010 16:54

            @sisyphe  : LA solution, c est avant tout qu une MAJORITé des francais prennent connaissance de cet etat de fait.

            Pour l instant on reste dans la debilité du « c est pire ailleur » / « entre communisme et capitalisme je choisi le 2e, c est moins pire » « entre lepen et sarko, j ai voté le moins pire »

            Bref...

            Comme si il fallait definitivement choisir entre cancer du colon ou cancer de la prostate.

            Une fois la majorité des francais rendue stupide, vide de toute reflexion, fait neante et egoiste, il s avere bien difficile, pour n importe quel peuple, de resister.

            On est dans la merde.


            Je ne suis pas foncierement pour la destruction materielle du systeme en place, et pourtant, vu ou nous en sommes arrivés, cette « non-solution » en devient une.

            Quelque soit le domaine de reflexion, tant qu un « systeme en place » remplit le role, meme mal, meme de maniere ultra destructrice, aucune majorité ne voudra en changer. CQFD rien ne changera.

            Trop fait neants.

            La nature a horreur du vide : créons du vide.

            PS : Bon je vous laisse, y a la ferme de celebrité, des blondes aux gros nibards, des embrouilles bidons bref, de quoi revetir la nouvelle identité nationnale : etre un connard de base....











          • pasdessous 8 février 2010 11:09

            l’auteur a raison pour la première partie par contre les solutions sont peut-être un peu limite. il faudrait faire un catalogue des actions de résistance civile.


            • caleb irri 8 février 2010 13:30

              @ pasdessous

              bien d’accord avec vous : les solutions que je propose ne sont que des exemples, et certains sont mêmes difficiles à justifier. par contre, le catalogue que vous préconisez est entièrement à écrire. ce serait sans doute une bonne chose. évitant l’illégalité et prévenant des abus « légaux » des « adversaires », il pourrait être d’un secours non négligeable à toutes les formes de résistance citoyenne


            • zelectron zelectron 8 février 2010 11:34

              Quelque soit le système politique les « preneurs » du pouvoir risquent de le confisquer et c’est là ou le bât blesse : quel pouvoir pour empêcher les dirigeants d’usurper le pouvoir qu’eux mêmes ont pris de force à ceux là-même qui s’étaient autoproclamés démocrates pour remplacer la dictature précédente issue des urnes trafiquées, pour succéder à un despote ?*

              ps * et ainsi de suite.........


              • yoananda 8 février 2010 11:41

                La toute première des actions a mener c’est l’énergie dé-centralisée... l’énergie locale, l’autonomie...
                Sans ca, le reste aura beaucoup de mal a suivre.

                L’auteur a bien compris comment on pouvait sans sortir : sans tous ces parasites !!!!

                Mais ca demande, ultimement, a tout réinventer, a tout reprendre en main : la médecine, la sécurité, l’assurance, etc...
                On est dévenus beaucoup trop faignants ! lol maintenant, la fête et finie faut se réveiller et se bouger.


                • Cipango 8 février 2010 11:43

                  Peut être existe t il des actions à faire pour raisonner un peu certains gros systèmes. Mais tout n’est pas possible, certaines assurances sont obligatoires par exemple...

                  En fait, avant de lancer ce type d’idée, il faut en premier lieu redéfinir les concepts majeurs ( l’état, le travail, l’argent, les besoins et le luxe) et définir les lignes principales de la société de remplacement. Par exemple, on peut imaginer un système de monnaie à deux niveaux : une monnaie pour les besoins primaires et une monnaie pour le luxe. On peut aussi imaginer une nouvelle organisation du travail qui partage ces deux activités.


                  • foufouille foufouille 8 février 2010 16:15

                    par un systeme multiple
                    une partie communiste, non etatique
                    une autre capitaliste pour le non essentiel
                    et un etat qui servirait de lien


                  • dapeacemaker911 8 février 2010 17:04

                    Tant qu on y est, je recherche des sites qui referencent tous les mouvements sociaux, passés et a venir, les RDV militants en tout genre, etc etc...


                    parce que bien qu etant fortement engagé, il s avere que j apprend souvent l existence d un mouvement, apres qu il ait eu lieu.


                    Resister c est s organiser.

                    Je recherche aussi une compilation des miracles du pouvoir actuel, suppression des juges d instruction, des defendeurs des enfants, de la DGCCRF, autorisation de dilution des dechets radioactifs dns le BTP etc etc etc....

                    Il y a tellement de « bonnes nouvelles » chaque jour (chaque heure ?) que je n arrive plus a suivre... je ne dois certainement pas etre le seul a me noyer dans le flot incessant de non information (faits divers et autre peopolerie de merde), on en rate des vraiment importantes... sans aucun doute.

                    peaceforevery0ne@hotmail.com


                    • foufouille foufouille 8 février 2010 17:54

                      y en a aucun qui reunisse les gens
                      pareil pour les infos


                    • GéraldCursoux AnnO’Nyme 8 février 2010 17:25

                      (In le Robert) : Capital « Toute richesse qui ne sert pas à la consommation immédiate mais qui est destinée à la production d’un revenu ou de nouveaux biens ». C’est comme l’agriculture : il ne faut pas consommer tout ce qui est récolté pour avoir des semences à planter, et de nouvelles récoltes. Celui qui trouvera une autre façon de produire, soit des produits agricoles, soit des biens et des services... qu’il se montre ! Défendre l’anticapitalisme c’est comme défendre antirespiration : c’est absurde !


                      • foufouille foufouille 8 février 2010 17:55

                        ca depend qui prend la plus grosse part
                        certains ont presque rien
                        et certains presque tout


                      • Frabri 8 février 2010 17:38

                        renverser le capitalisme en sortant du capitalisme, comme le dit Hervé Kempf dans son livre « pour sauver la planète,sortez du capitalisme »

                        http://www.article11.info/spip/spip.php?article237


                        • Mmarvinbear mmarvin 9 février 2010 13:44

                          « Travaillez au noir, et vous ne paierez pas d’impôt » : Et vous ne permettrez pas à l’Etat de construire et d’entretenir des routes, des écoles, des hopitaux, des maisons de retraite publiques et accessibles. Vous empecherez les plus démunis d’avoir des soins gratuits via la CMU. Vous n’aurez aussi aucune retraite ! Soit vous devrez travailler jusqu’à la tombe, soit vous vivrez dans la misère la plus noire ou aux dépends de quelqu’un. Le rêve ultralibéral enfin réalisé !

                          « payez votre médecin en liquide et vous reboucherez le trou de la sécu »
                           : Et n’oubliez pas de ne pas prendre votre feuille de remboursement parce que sinon vous serez remboursé quand même ! Et comme ça aussi, sans sécu, vous n’aurez pas accès aux soins et médicaments couteux le jour ou vous chopperez un cancer... Vous mourrez vite comme ça.

                          « cessez de payer votre assurance et vous serez plus riche » : Et n’oubliez pas votre cierge à Sainte Gudule, car sans assurance, votre bien ne sera pas remboursé ou remplacé en cas de perte, vol ou incendie. Vous serez plus vite à la rue comme cela... Vos enfants seront content de vivre enfin libres, sous les ponts.

                          « donnez votre production et vous ne serez pas taxé »
                           : Donnez ! Vous n’aurez rien en échange ! Vous devrez vous contenter de votre production pour manger, vous habiller et vous chauffer. Vous mangerez vos jouets en bois. Vous vous ferez des vetements en jouets en bois. Vous brulerez vos jouets en bois...

                          « boudez les agences immobilières, les syndics, et le prix des maisons baissera »
                           : Préférez les tentes Quetchua en bord de Seine. Attention, cela risque tout de même d’attirer des demi-stars du show-biz en mal de pub et de larmes faciles. Le risque de finir à « la ferme célébrité chez Emmaus » n’est pas mince !

                          Saint Colucci l’a bien dit pourtant.

                          « Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme. Le communisme, c’est le contraire... »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès