Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Réponse à Pierre Manent

Réponse à Pierre Manent

Votre Situation de la France (DDB, 2015) dessine un compromis possible entre la France et l’Islam, dans le cadre d’une reprise à neuf de la nation par elle-même. Permettre aux musulmans français d’être pleinement musulmans, comme aux chrétiens, aux juifs et aux tenants des droits de l’homme d’être eux-mêmes, selon une unité renouvelée de confiance et de bienveillance. D’une certaine manière, ce serait re-saisir, un siècle après, l’occasion ratée d’un empire colonial dont tous les autochtones seraient devenus français, mais cette fois sans l’empire. Or aujourd’hui, ce ne sont plus les colonies qui sont en jeu, c’est la France elle-même.

Vous avez pris vos responsabilités d’intellectuel et de citoyen, en élaborant une proposition politique sérieuse, fondée, et qui soit à la fois ambitieuse et plausible, évitant les deux écueils de la doctrine idéelle et du bricolage législatif. Vous avez essayé d’être sage en ces temps brouillés − et vous l’avez été.

Je devine ce qu’il vous a fallu de sincérité intellectuelle et de courage pour mettre à jour ces conclusions et pour les exposer. Il était sûr que, les écrivant, vous seriez caricaturé, défiguré, moqué, voué aux petites phrases assassines de la presse, puis ignoré − et vous l’avez été.

Je souscris au compromis que vous proposez. Je ne discuterai pas tel ou tel détail, je n’ergoterai pas, car la ligne générale est juste ; elle est une bonne réponse, et sans doute la seule disponible, aux défis de notre temps.

Que faire maintenant ? Vous dites avec justesse la faiblesse du corps social français, et la faiblesse aussi de ses organes politiques. Pire encore, vous décrivez le jeu pervers de communication où les dirigeants sont pris pour brouiller les perceptions du public et maintenir leurs postes, jeu dont je doute qu’ils soient capables de se départir, à quelque parti qu’ils émargent. Et vous attendez d’eux qu’ils engagent une action construite et efficace ! Hélas, faut-il compter sur ces gouvernants égarés et seulement espérer ?

Il est possible à chacun d’agir. Sur le plan personnel, la première chose à faire est de cultiver la liberté de penser, dont vous soulignez l’importance pour le caractère national français. Ceci signifie prendre le temps de se documenter, poser ses raisons, mûrir ses idées, écouter ses contradicteurs, peser leurs avis, et recommencer. Pour alimenter son esprit, le Français dispose d’un patrimoine culturel auquel il se doit de puiser et de se ressourcer. La littérature, vous ne le relevez qu’en passant dans ce livre, est au coeur de la synthèse française ; il est nécessaire d’y revenir, d’autant qu’aujourd’hui encore la grande littérature ne manque pas, surtout en poésie ; elle n’attend que ses lecteurs.

Ce ré-enrichissement personnel ne sera pas suffisant pour produire à nouveau du collectif, pour faire advenir un bien commun. Dans les faits, les principaux lieux de socialisation sont les familles, les entreprises et administrations, les associations et clubs, et les écoles. Il revient à chacun, à la place où il se trouve, d’y oeuvrer pour le bien commun. Certes, il s’agit chaque fois d’un bien limité, borné par le but intrinsèque de ces institutions, mais un bien quand même, et le plus proche des personnes.

Les managers et autres dirigeants ont une responsabilité particulière pour développer au sein de ces groupes une ambiance ouverte, respectueuse des personnes et de leurs croyances et engagements, bienveillante, généreuse, et d’y faire vivre la langue française et l’esprit de réflexion. Car la France, au quotidien, ce sont ces environnements, ces liens personnels à propos du travail ou des mille choses de l’existence. Leur ensemble harmonieux fera, ou non, notre nation.

Et ainsi la France continuera d’exister, dans une synthèse nouvelle où le reste du monde trouvera l’inspiration pour son avenir.

Merci, monsieur Manent, pour cette perspective que vous avez ouverte et qui manquait à nos regards.


Moyenne des avis sur cet article :  1.42/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • BA 13 janvier 08:38

    « Seulement 10% des réfugiés en provenance de Syrie et de l’Irak ont atteint l’Europe jusqu’à présent, et 8 à 10 millions d’entre eux sont encore sur le chemin. »

    Cette déclaration, c’est celle du ministre allemand du Développement, Gerd Müller (CSU), auprès du journal Bild am Sonntag.

    http://www.bild.de/politik/inland/dr-gerd-mueller/erst-zehn-prozent-der-fluchtwelle-ist-bei-uns-angekommen-44081514.bild.html

    Et les conséquences politiques ?

    Quelle va être la réaction des peuples européens ?

    Pour quel parti politique va voter le peuple allemand ?

    Pour quel parti politique va voter le peuple danois ?

    Pour quel parti politique va voter le peuple français ?


    • César Castique César Castique 13 janvier 10:29

      « Permettre aux musulmans français d’être pleinement musulmans... »


      Le musulman ne peut être pleinement musulman que dans un Etat islamique, république ou monarchie peu importe...

      On a connu Pierre Manent mieux informé et donc mieux inspiré.

      Rien que le fait de mettre toutes les religions sur un pied d’égalité est une insulte à l’Islam, puisque cela revient à mettre sur le même plan le Fidèle et le Mécréant, le Bien et le Mal, le Vrai et le Faux, le Juste et l’Inique...


      • @César Castique
        Avez-vous lu son livre ? Il est justement bien étayé, et la thèse qu’il développe ne se comprend pas sans les analyses qu’il fait, et qui sont d’une profonde pertinence. Il mérite d’être médité.

        Concernant les musulmans : ils sont nombreux en France, et en nombre croissant, c’est un fait. Il faut partir des faits.
        Ce que propose Manent, c’est une solution « politique », un essai de juste milieux, comme il y en a régulièrement dans la vie de chaque nation. Sur le plan des idées, dans un absolu abstrait, cela peut sembler bancal ; sur le plan pratique, les humains étant ce qu’ils sont, je veux dire imparfaits, il en va autrement.

      • César Castique César Castique 13 janvier 17:02

        @Guillaume de Lacoste Lareymondie

        « Avez-vous lu son livre ? »

        Ce n’est pas nécessaire. La question qui retient mon attention, porte sur la manière dont il sera reçu, non par le musulman lambda, qui n’en entendra même pas parlé, mais par ces milliers d’imams de France, qui sont, chacun, le « souverain pontife » de leur lieu de prière.

        « Il est justement bien étayé, et la thèse qu’il développe ne se comprend pas sans les analyses qu’il fait, et qui sont d’une profonde pertinence. »

        Mais ça, c’est votre point de vue d’Occidental empreint de relativisme religieux, comme Pierre Manent l’est lui-même.

        « Concernant les musulmans : ils sont nombreux en France, et en nombre croissant, c’est un fait. Il faut partir des faits. »

        C’est ce que je fais depuis vingt ans, en disant qu’un jour il faudra leur lâcher deux ou trois départements, où ils pourront vivre selon leurs règles. 

        Ça peut paraître extrême, mais c’est lié au fait qu’il n’y a pas d’exemple, dans l’histoire, de deux civilisations ayant vécu en parfaite égalité, sur un même territoire.

        « Ce que propose Manent, c’est une solution « politique », un essai de juste milieux… »

        Dans la mesure où l’Islam se considère comme la première religion et la dernière, le juste milieu n’est pas son fort.


      • leypanou 13 janvier 11:07

        Il revient à chacun, à la place où il se trouve, d’y oeuvrer pour le bien commun. : pour les esprits bornés, c’est une chose impossible.

        Leur formatage idéologique est tel qu’il les empêche d’aller au-delà de ce qu’il leur a été inculqué de voir.


        • @leypanou
          L’excès d’État-nounou a eu tendance à infantiliser les Français, ce qui va avec un délitement du corps social. Ce que je dis, c’est qu’il faut commencer à changer d’attitude, chacun à son niveau. Tous ne le feront pas, certes, mais certains le feront. Et il ne faut jamais juger une situation désespérée.


        • lsga lsga 13 janvier 18:57

          Respecter les croyances ?
          mwarf.

          Il faut interdire l’enseignement de la religion aux enfants.


          • HELIOS HELIOS 13 janvier 22:23

            ... Et ainsi la France continuera d’exister, ....


            Ah,ah,ah ! La France est un état laïque a condition que toutes les variantes de la chrétienté soient majoritaires, c’est a dire que les musulmans ne gardent de leur Islam que la partie spirituelle dans le cercle privé. Comme c’est impossible, accepter une autre solution c’est changer la France. 

            La France ce n’est pas qu’un territoire et avec l’Islam, la France ne sera jamais plus la France, ce sera un autre pays.

            • @HELIOS
              En fait, ce n’est pas du tout ce que propose Manent, de cantonner la religion à la sphère privée. Je vous invite sincèrement à le lire.


              Quand à la France, comme toute société, elle évolue, et c’est naturel, mais dans la continuité. La France des années 1950 n’est pas celle du début du 19e siècle, qui n’est pas celle de la Renaissance, qui n’est pas celle des Capétiens... La question est la poursuite de sa vie organique, ou sa simple disparition.

            • hans-de-lunéville 14 janvier 11:28

              @Guillaume de Lacoste Lareymondie
              Bonjour Mr et merci de cet article, mais je serais bien plus pessimiste, à mon avis chaque jours qui passe montre de façon évidente que cette religion ne pourra jamais être réellement intégrée au fonctionnement social de la France et de l’Europe, ils doivent s’amender et tenter eux-même de sauver leur religion, sinon ce sera charter et charter.... et ce sera très triste .


            • @hans-de-lunéville
              Ce qui est renvoyé par les médias ne reflète pas la réalité, et il ne faut pas désespérer des personnes !


            • Jonas 15 janvier 15:52

              Guillaume de Lacoste Lareymondie. 

              J’ai beaucoup de respect pour Pierre Manent , je me suis nourri de certains de ses livres, notamment « Les libéraux » et« Tocqueville et la nature de la démocratie » Aujourd’hui écrivait-il que la démocratie reste notre seul horizon politique , il est plus que nécessaire d’en comprendre la nature« . Or la démocratie est incompatible avec l’islam et aucune concession de doit lui être faite. 
              A part une minorité de musulmans occidentalisés , la majorité des musulmans considèrent leur religion comme une religion civile c-à-d une religion ou on applique automatiquement les lois de Dieu qui sont à caractères pénales, et à caractères familiaux, qui existent dans le Coran surtout infra-coranique au niveau des dires prophétiques. Une religion civile est une religion qui applique les lois révélées ou inspirées. 
              Les musulmans n’ont pas de tradition démocratique ceux qui immigrent en Occident sont des gens qui ont été sevrés de versets coraniques. depuis leur enfance . Pierre Manent , est un imminent connaisseur de la philosophie libérale et démocratique , mais , concernant l’islam , il fait fausse route. Un éminent intellectuel égyptien , Gamal al-Banna , frère du fondateur de la secte des » Frères musulmans « disait voyant la régression de l’islam un peu partout dans le monde et dans tous les domaines que » l’islam à quatre siècles de retard". Ce n’est pas en cédant et en marchant sur nos valeurs que l’islam rattrapera son retard. L’islam a d’autres valeurs qui sont diamétralement opposés aux nôtres, en ce concerne les droits de l’homme, égalité hommes/femmes , respect des minorités politiques et religieuses et surtout, surtout la séparation de la religion et de la politique. L’islam est une religion englobante. 
              Par ailleurs la laïcité , mot récente arabe -’almanyah- est condamnée par l’islam. Aucun pays arabe ou musulman n’est démocratique au sens occidental et encore moins laïc. 

              • @Jonas
                En théorie, vous avez raison, mais les choses ne sont pas aussi tranchées - complexité humaine oblige. Un nombre significatif de musulmans souhaite un régime libéral démocratique : ce pour certains est la raison de leur présence en Europe plutôt qu’ailleurs, et ce qui se voit aussi avec la part des populations du Maghreb qui souhaitent avoir la démocratie chez eux.

                Et il nous revient, à nous Européens, d’ouvrir des possibles, de donner des horizons neufs au monde.

              • Jonas 15 janvier 18:31

                @Guillaume de Lacoste Lareymondie

                Pardonnez-moi de me séparer de vous. Vous vivez dans un monde hors-sol. 
                « Ces choses là, sont difficiles , pour les comprendre , il faut les avoir étudier » disait le grand Hugo. Pour comprendre le monde arabo-musulman , il faut y avoir étudié la civilisation , la religion et y avoir vécu et surtout maîtrisé la langue. Une lecture attentive de la presse ( en anglais pour vous ) puis les discours diffusés à la TV et à la radio, vous enlèveront vos illusions. 
                Bien sûr , qu’il existe des femmes et des hommes arabo-musulmans d’un courage admirable qui se battent, pour certains au péril de leur vie , d’autres en fuyant leur pays et mènent un combat pour la liberté et la démocratie. Mais ils sont inaudibles dans leur pays. Car ce sont les régimes , tous, sans exception qui favorisent l’islamisme cette maladie issue de l’islam .
                l’islam , ne peut se réformer ,sans revoir les interprétations des textes coraniques , autrement dit faire leur aggiornamento, comme les deux autres religions monothéistes. Les textes sont les textes mais leurs interprétations suivant les recherches , historiques, philosophiques, anthropologiques , sociologiques etc doivent être conceptualisés . L’islam est incapable de le faire pour l’instant. 
                Le Coran , prescrit au musulman d’apprendre à lire et de s’instruire suivant la parole d’Allah, seule parole vraie ( il n’est visité par aucun doute) . Il mémorise et récite les sourates telles quelles pour gagner le paradis. Il massacre , tu, viol, crucifie , kidnappe ,incendie et détruit les sites archéologiques pour la goitre d’Allah et de son prophète. 
                 
                Ici sur ce site , j’avais crié haut et fort lors du soi- disant « Printemps arabe » que celui-ci débouchera sur le, chaos et la dictature. Bien de grands journaux , Le Monde , Libération, le Nouvel Obs de l’époque, Marianne, etc vendaient l’homme arabo-musulman nouveau avec sa démocratie. qui sera un exemple pour la vieille Europe. Par ailleurs ceux qui ce sont révoltés , ne l’on pas fait pour la démocratie ni pour l’égalité hommes/femmes, ni pour la liberté religieuse, ils l’ont fait d’abord contre la pauvreté , la misère , la corruption et le mépris ( Hogra). 
                 Deux exemples. 1) En 2010, le Tunisien Mohamed Bouazzi, vendeur ambulant dans la ville de Sidi Bouzid s’était immolé , ce qui avait déclenché les révoltes dans certains pays arabes. Il la fait , non pour la démocratie, qu’il ignore , mais a cause des humiliations subies et les souffrances endurées. depuis des années comme beaucoup de ses compatriotes. 
                2) Les égyptiens qui sont descendus , Place Tahrir , pour faire dégager Moubarak, et l’armée parmi eux retrouvaient des intellectuels , des écrivains et de nombreux journalistes. Une fois l’ancien dictateur parti. Ils ont voté en majorité pour les « Frères musulmans » qui est la seule organisation structurée. Les « Frères musulmans » qui étaient très en pointe dans les services caritatifs , une fois au pouvoir , ils ont étalé leurs lois religieuses et ont montré leur ignorance économique. Un coup d’Etat s’en est suivi , approuvé et glorifié,par les intellectuels, les écrivains et les journalistes qui avaient manifesté contre Moubarak. 
                Oui, le monde arabo-musulman est complexe c’est une des raisons pour lesquelles il ne faut pas le voir avec nos lunettes occidentales. Vous connaissez la fameuse phrase d’Aristote « Un seul acte vertueux ne fait pas plus de vertu qu’une hirondelle ne fait le printemps ». , 5 millions , 10 millions , 30 millions , 50 millions d’arabo-muulmans démocrates ne font pas des 1. 500 millions des arabo-musulmans dans le monde des démocrates. 


              • @Jonas

                J’ajoute une précision. Manent note avec justesse que les musulmans de France ne sont pas encore politisés, ils ne se sont pas construit d’identité politique. Ce qui laisse une marge de manoeuvre. (Le roman de Houellebecq part du postulat que cette conscience est advenue.) Et il est vrai que le concept d’islamophobie est dangereux en ce qu’il concourt à l’émergence d’une telle identité. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès