Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Robespierre, le mal aimé

Robespierre, le mal aimé

Détesté des historiens « conventionnels », l’historien Henri Guillemin n’a cessé de faire « bouger les lignes », toujours à la recherche de la vérité historique, et à démontré que la vraie nature de Robespierre était aux antipodes de la légende dont il est affublé.

La vision que nous avons de Robespierre est en effet bien éloignée de la réalité et Henri Guillemin ne s’est pas privé de le démontrer : loin de l’image conventionnelle d’un Robespierre boucher, le couteau entre les dents, les mains ensanglantées d’une guillotine qui ne chômait pas, il nous propose une autre version, vraisemblablement plus proche de la réalité que celle admise généralement. lien

Au moment ou de nombreux médias tentent de présenter Jean-Luc Mélenchon, comme un nouveau Robespierre, cette mise en lumière n’est pas négligeable. lien

A l’époque, comme l’avait constaté Barnave, un avocat théoricien, une nouvelle classe faite de nouveaux riches, de banquiers, de bourgeois, s’offusquant de voir les commandes du pays aux seules mains du roi et des aristocrates, avait déclaré : «  une nouvelle distribution de la richesse appelle une nouvelle distribution du pouvoir  ». lien

Une banqueroute pointait son nez à l’horizon, et la politique d’emprunt permanent pratiquée par Louis XVI, (et ses prédécesseurs) était largement critiquée par ces nouveaux riches. lien

Cette situation n’est pas sans rappeler la notre aujourd’hui, puisque, comme l’affirme Guillemin  : « sous Louis XVI, la moitié du budget des dépenses françaises passe au remboursement de la dette ».

Même Edgard Faure, peu susceptible d’être considéré comme révolutionnaire, en convenait : « la France n’était pas pauvre, il y avait seulement des riches plus riches, et des pauvres plus pauvres »..comme aujourd’hui.

Un autre historien, Jacques Godechot, à qui l’on doit un ouvrage capital, « le 14 juillet  » (ces trente journées qui ont fait la France), donne des chiffres : l’ouvrier gagnait  4 € par jour, le pain d’1 kilo coûtait un peu moins de 3 € au moment de la prise de La Bastille, ne laissant aux Français que 1 € et des poussières pour le reste.

C’est dire l’état de pauvreté du peuple d’alors, qui n’est pas sans rappeler le notre aujourd’hui, quand l’on sait que certains ouvriers ne gagnent que 610 euros par mois, pour 40 heures hebdomadaires, (lien) que le cap des 3,2 millions de chômeurs est franchi, que beaucoup d’autres sont ignorés des statistiques du chômage, que près de 2 millions sont au régime RSA (lien), et sans oublier les 1,5 millions de travailleurs low cost (lien), le tout pour 22,5 millions de salariés « normaux ». lien

Mais revenons à 1789.

Le roi renvoie Necker, le remplaçant par Breteuil, catalogué droite dure, voire extrême, le 13 juillet, ce qui va décider les bourgeois à lancer le peuple contre le roi en lui distribuant des armes.

L’affaire étant gagnée, les nantis craignant que le peuple n’utilise ces armes différemment, proposent de les racheter pour  8 €, (40 sous) et met en place une « garde nationale », pour assurer « l’ordre ».

La constitution créée va considérer que chaque français est citoyen, sauf qu’il y aura des « citoyens passifs », ceux qui ne payent pas d’impôts, (ils seront privés de droit de vote, et interdits de coalition afin de défendre leurs intérêts), et les autres, les citoyens actifs…en un mot, les nantis, les possédants. lien

Mais voilà, le 7 juillet 1791, les choses vont aller autrement : 100 000 citoyens (dits passifs) vont signer une pétition demandant la déchéance du Roi après sa tentative de fuite, pétition lancée par les cordeliers, considérés très à gauche, et Lafayette, chef de la garde nationale fera tirer sans sommation sur la foule des pétitionnaires.

C’était le 17 juillet 1791, date qu’il faudrait inscrire en rouge dans tous les manuels scolaires, réclame Henri Guillemin.

Ce dernier rappelle la pratique des bourgeois d’alors, citant une maxime due à Voltaire  : « un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne  ». lien

Un seul homme, membre de la constituante, n’était pas d’accord avec ça, un petit avocat d’Arras, Maximilien Robespierre, fan de Jean-Jacques Rousseau.

C’est ce même Robespierre, alors qu’il briguait une place au Tiers Etat, écrira en 1788 dans un tract : « la plus grande partie de nos concitoyens est réduite par l’indigence, suprême degré d’abaissement où l’homme uniquement occupé de survivre est incapable de réfléchir aux causes de sa misère et aux droits que la nature lui a donné », évoquant même « l’hypocrisie  » à propos de la « déclaration des droits de l’homme  », au sujet de la phrase bien connue : « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits  ».

Il ne serait pas surprenant qu’un certain Jean-Luc Mélenchon reprenne bientôt la phrase de Robespierre, lors d’un meeting, tant les situations sont comparables.

Robespierre ne voit pas où est l’égalité, puisque l’assemblée a différencié les citoyens actifs, des citoyens passifs ?

Libres ? s’interroge-t-il au moment où dans nos colonies d’alors, il y avait encore de l’esclavage.

Et quid, ajoute-t-il, de cette liberté puisque vous interdisez aux ouvriers de défendre leurs droits ?

Robespierre finira par déclarer : « vous voulez séparer la nation en 2 classes dont l’une ne sera armée que pour contenir l’autre, c’est donc aux classes fortunées que vous voulez transférer la puissance  ».

Il était détesté pour oser proférer régulièrement ces évidences, et Mirabeau, qui voulait passer pour « l’ami du peuple », était considéré par Robespierre comme un vendu, arguant qu’il avait reçu des mains du roi, l’équivalent de  800 000 euros, ainsi qu’une rente de  20 000 euros tous les mois, pour continuer à pousser ses coups de gueule, faisant croire qu’il était à gauche, mais votant toujours pour la conservation des intérêts des nantis.

Mirabeau était conscient du danger que représentait Robespierre, tentant de le dénigrer par tous les moyens, disant par exemple que ce dernier s’exprimant à la tribune lui faisait penser à « un chat qui aurait bu du vinaigre  ».

Robespierre constatant que la révolution de 1789 n’avait pas donné le résultat escompté, arrivera à convaincre ses pairs de l’assemblée constituante de ne pas se présenter à la législative, laissant ainsi le pouvoir aux bourgeois, qui prendront le nom de Girondins.

Ces Girondins une fois élus vont déclarer la guerre à l’Autriche et à la Prusse, non pas pour des raisons patriotiques et révolutionnaires, comme certains historiens ont bien voulu l’affirmer, mais pour remplir les caisses de l’état, qui restaient désespérément vides.

Guillemin qualifiera cette guerre de « guerre de rapines », et en apportera les preuves, citant Narbonne, ministre de la guerre, qui n’hésitait pas à déclarer à la tribune : « il faut faire la guerre, le sort des créanciers de l’état en dépend » ou Brissot  : « la guerre est indispensable à nos finances et à la tranquillité intérieure ».

Robespierre, évoquant un reniement, rappelant que le gouvernement avait acté à l’unanimité de ne plus jamais conduire de guerres d’agression, leur fera remarquer que l’armée, dans son état, n’est pas en mesure d’être efficace, privée de la plus grande partie de ses officiers, lesquels se sont exilés, et il prévient que cette guerre risque l’échec, ajoutant qu’en cas de succès, cette armée ayant à sa tête Lafayette, dont on se souvient qu’il avait fait tirer sur la foule aux Tuileries, pourrait très bien retourner son fusil, aidé par les exilés, contre son propre peuple.

La suite donnera raison à Robespierre, des régiments de dragons changèrent de camp, et si Prussiens et Autrichiens ne déboulèrent pas tout de suite sur le sol français, c’est qu’ils étaient encore occupés du coté de la Pologne.

Ils envoyèrent tout de même un avertissement au gouvernement français, les menaçant s’ils touchaient à un moindre cheveu du souverain, et de sa reine…d’origine autrichienne comme on sait.

Sauf que la menace eut l’effet inverse.

La population des parisiens en colère se rendit aux Tuileries, le roi est déchu et Robespierre fit voter immédiatement le suffrage universel.

Il sera le premier à utiliser les 3 mots : « liberté, égalité, fraternité  ». lien

C’était le 10 aout 1792.

Et ce jour là, ce fut la véritable révolution, et non le 14 juillet 1789, martèle Henri Guillemin.

Et comme le dit ce dernier, madame de Staël ne s’y trompa pas, écrivant : « dès lors, la révolution changea d’objet, les gens de la classe ouvrière, s’imaginèrent que le joug de la disparité des fortunes allait cesser de peser sur eux ». 

Plus de 2 siècles après, comment ne pas s’interroger ?

Lors de son passage récent à Médiapart, Jean-Luc Mélenchon, a fait montre de lucidité en choisissant, tout comme Maximilien Robespierre, de ne pas servir de caution à la politique menée aujourd’hui par le gouvernement socialiste, à moins d’en être le premier ministre, afin d’appliquer un vrai programme de gauche, celui promis par Hollande. lien

A l’évidence le clivage est là, et le rassemblement du 5 mai 2013 en fera une démonstration supplémentaire. lien

Car, comme dit mon vieil ami africain : « pour être libre, il faut être informé  »

L’image illustrant l’article provient de « argoul.com »

Merci aux internautes de leur aide précieuse, et surtout merci à Henri Guillemin.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Hollande, le nouveau Louis XVI ?

Napoléon le menteur

Henri 4, l’envers du galant

Jeanne, une pucelle très convoitée


Moyenne des avis sur cet article :  4.02/5   (94 votes)




Réagissez à l'article

224 réactions à cet article    


  • jaicruvoir 4 mai 2013 08:27

    Robespierre un montagnard qui pour protéger la révolution à mis en place la terreur avec Danton.

    Un autre révolutionnaire qui pour protéger la révolution à mis en place les purges et les Goulags => Staline.

    Et de nos jours qui dans la vie politique Française mettra en oeuvre l’élimination physique de ses opposants ?

    L’histoire ne se répète pas, elle bégaie.


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2013 09:00

      jaicruvoir

      c’est effectivement comme celà que Robespierre est perçu...parce que des historiens malhonnêtes ont voulu que l’on ait cette image de lui
      si vous aviez écouté la conférence de Guillemin que j’ai proposé en lien, vous n’auriez pas écrit ce commentaire...
      quand guillemin affirme, il en donne les preuves irréfutables.
      alors que d’autres répandent, sans preuve, des rumeurs.

    • kemilein 4 mai 2013 12:00

      les camps ce sont les libéraux qui les propose....
      oui les libéraux-zékonomik aiment enfermer les gens, ceux qui sont pas comme eux.


    • non667 4 mai 2013 19:39

      à olivier
       o.k. pour ce que dit guillemin de robespierre !
      par contre pas du tout o.k. pour le parallèle avec méchanlon !
      c’est un fidèle franc mac mondialiste qui haie les nations en général et la France en particulier !
       demandez lui s’il est social nationaliste ? (zina ?) il à déja répondu : droit de vote aux étrangers ,régularisation des sans papiers ,yeux bleus ,priorité a la lutte contre le F.N. nationaliste plutôt qu’a la lutte contre le mondialo-capitalisme ! = taupe du N.O.M. en mission

      5-5-2013 = embrouille pour se faire un vent de pub ! afin de faire gober la 6° république qui n’est qu’une coquille vide ou tous les gogos pensent qu’il y a ce qu’ils aiment ! smiley smiley smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2013 20:08

      non666

      beau débat en perspective.
      j’ai beaucoup apprécié son intervention avant hier chez médiapart.
      j’aimerais bien décrypter son programme, sa vision de la 6eme république
      le pouvoir au peuple ?
      le vote par hasard ?
      le revenu universel ?
      dis moi ce que tu en penses....

    • non667 4 mai 2013 21:57

      à olivier

      j’aimerais bien décrypter son programme, sa vision de la 6eme république...........
      ....................................dis moi ce que tu en penses....

      mes dernières lectures politiques date du programme commun pc-ps ,des110 propositions du ps d’avant 1981.
      fort de ces lectures ,il ne m’a pas fallut 8 jours pour m’apercevoir que « la politique de rigueur  » de 1983 tournait le dos économiquement à ce programme ! cela se vérifie encore !
      alors les paroles ,les programmes......je n’écoute plus aucun parti . sauf quand il y a le fn non pas pour les propositions mais pour voir s’il esquive les coups et y répond ..

      mélanchon au pouvoir ,6° rep ce serait : droit de vote ...,régularisation.... tout de suite.
       pour le reste appel au peuple de gauche (6 milliard ) a venir manifester à paris pour exiger une république sociale - mondiale ! smiley smiley smiley smiley



    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2013 22:07

      non667

      je me suis fait la même analyse.
      d’où la nécessité de donner la parole à la base, et de ne laisser à l’élu que le travail de l’appliquer.
      c’est ça la sixième

    • Walid Haïdar 5 mai 2013 00:29

      non667, vous êtes d’accord sur le versant Roberspierre, mais pas sur le parallèle avec Mélenchon qui est une taupe mondialiste franc-mac.

      Alors pour votre gouverne, Robespierre était Franc-maçon, et il était universaliste, comme Mélenchon. Vous appelez-ça mondialisme à l’extrême droite.

      L’extrême droite est historiquement viscéralement opposée à la révolution de 1789, et quad ce n’est pas le cas, elle est encore plus viscéralement opposée à la figure de Robespierre ainsi qu’au principe d’égalité.

      LA vérité c’est que les militants d’extrême se partagent entre imposteurs et ignorants. Voilà maintenant qu’ils se réclament de Robespierre, cela n’a aucun sens. De même lorsqu’ils se réclament de Chavez, alors que celui-ci vouait quasiment un culte au Franc-maçon universaliste qu’était Simon Bolivar, à Chavez qui se réclamait de la théologie de la libération elle-même persécutée dans toute l’Amérique Latine par les partisans de l’église traditionalistes qui sont exactement sur les mêmes positions philosophiques que les traditionalistes européens. D’ailleurs la théologie de la libération chère à Chavez est frontalement en conflit philosophie avec les conceptions des traditionnalistes catholiques d’où qu’ils soient.

      Vous ne faites que répéter des imbécilités sans relâche ponctuées de smiley puérils, pathétiques symptômes de l’inconsistance de vos propos et de vos positions.


    • Lecrabe 5 mai 2013 09:08

      Pour Robespierre, son appartenance à la franc-maçonnerie est sujet à débat, à tout le moins.
      http://www.rondelot.com/spip.php?article69


    • non667 5 mai 2013 09:38

      à walid
      je vois que j’ai mis un uppercut à un valet du N.O.M. !! smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley


    • Morpheus Morpheus 5 mai 2013 17:53

      Il y a tout de même un point DÉCISIF dans le projet de VIe république qui figure dans le programme du FDG de J-L Mélenchon sur lequel je ne peux pas le suivre : il propose une Assemblée Constituante certes non éligible aux postes de pouvoirs qu’elle définira, mais ÉLUE.

      Comme l’a démontré Étienne Chouard, une Assemblée Constituante élue ce sera « tout changer pour que rien ne change ». Les élus seront en évident conflit d’intérêt en écrivant une constitution.

       ! CE N’EST PAS AUX GENS DE POUVOIR D’ÉCRIRE LES RÈGLES DU POUVOIR !

      http://etienne.chouard.free.fr/Europe/GV_5_mai_2013.jpg

      Et là, sur ce point, Mélenchon enfume le peuple. Pour un VRAI changement, il FAUT une Assemblée Constituante TIRÉE AU SORT !

      Cordialement,
      Morpheus


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mai 2013 18:13

      Morpheus

      je suis d’accord.
      la nouvelle constitution ne devrait pouvoir être écrite que par tous les citoyens
      ce qui implique un très large débat, une participation par tous les moyens connus aujourd’hui
      et internet le permettrait relativement facilement
      puis ensuite, tirés au hasard, comme en Islande, des rédacteurs qui en fasse la compilation.
      Mélenchon n’est pas idiot, et je suis sur que nombreux de ses partisans le lui suggèreront.
      cordialement aussi.
       smiley

    • thierry3468 4 mai 2013 08:57

      Mélenchon prend des poses ,utilise un vocabulaire très cru comme s’il voulait apparaitre comme un nouveau révolutionnaire mais en est-il un ou joue -t-il parfaitement ce role pour encore mieux berner le peuple ?Mélenchon nous a habitué à son double jeu en feignant de ne pas connaitre le Siècle ....Mélenchon s’est ridiculisé en voulant terrasser la bête immonde FN .C’est à mes yeux un leurre ,un idiot utile ...Son accès facile aux médias prouvent qu’il n’est pas aussi dangereux aux yeux des élites financières .Son appartenance à la franc maçonnerie s’oppose à l’interet général ,à la défense du peuple et surtout pendant plus de 30 ans ,il a vécu dans cette classe politique corrompue et vendue à la finance sans rien dire .Son indignation est suspecte et peut cacher une nouvelle manipulation pour mieux contrôler le peuple .Mélenchon n’est pas Robespierre mais le singe pour mieux contrôler cette contestation grandissante ....


      • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2013 09:01

        thierry

        manifestement vous n’avez pas écouté son intervention récente sur le site médiapart...
        il avait une image diamétralement opposée à ce que vous écrivez.
        j’ai mis un lien pour revoir cette émission télévisée passionnante
        profitez en.
         smiley

      • kemilein 4 mai 2013 12:08

        «  »Son appartenance à la franc maçonnerie s’oppose à l’interet général ,à la défense du peuple«  »
        -
        la franc maçonnerie est pourtant le fer de lance de la démocratie-moins-pire
        - c’est a elle que tu dois ton droit de vote (quand bien même ca sert a rien eux y croyaient)
        - le droit a l’avortement c’est encore eux, le droit de se suicider ca sera encore eux (ouep parce que mourir grabatère pas foutu de se torcher le cul je préfère me suicider moi, et si c’est pour laisser un corps pourri, une marre de sang, c’est pas sympa pour ceux qui te ramassent, en gros le suicide ca s’encadre un peu quand meme)
        - les syndicats c’est encore eux
        - le mariage gay, c’est principalement leur oeuvre et non pas la gaypride
        - la greffe d’organe, c’est encore eux.

        je suis pas FMac, mais faut arrêter avec ça.
        la plus part des Fmac sont des médecins de quartier-campagne architectes avocats, des gens qui touchent plus que l’ouvrier, OUI, mais pas des fortunés non plus, vue qui ils sont ils n’ont pas la prétention de gouverner le monde, même s’ils aimeraient un monde-uni-des-bizounours-pour-de-vrai.

        les FMac sont les premiers a penser dans ce pays au final.

        vous les confondez avec d’autres, avec ceux qui le dirige et ne font qu’utiliser ce réseau a leur propre fin.
        la FMac est une diversion qui vous détourne des vrais centre d’intérêt donc de décision.
        les FMac sont surtout de utopistes plein d’espoirs pour le genre humain.


      • Henrique Diaz Henrique Diaz 4 mai 2013 17:16

        Les Fneux qui haïssent tellement Mélenchon savent-ils que Gilbert Collard est franc-maçon  ?


      • non667 4 mai 2013 20:42

        à henrique
        savent-ils que Gilbert Collard est franc-maçon  ?

        c’est bien possible que gilbert collard soit une taupe infiltrée des francs macs chargés d’espionner le F.N. de l’intérieur ,afin de transmettre en douce a l’extérieur tout ce qui pourrait nuire au f.n. voire à le faire exploser comme l’avait fait la taupe juive frank zimmerman en suscitant/organisant la révolte /scission, mégret /jmlepen !
        je serais au fn je m’en méfierais ...........
        jusqu’a présent sa présence à été positive pour le fn ....... à suivre !!!


      • non667 4 mai 2013 20:53

        à kemilein

        jobard ou faux derch ? plus franc macquiste que les franc-mac ?


      • kemilein 4 mai 2013 22:48

        toi vouloir cerveau ? toi en manqué !


      • Walid Haïdar 5 mai 2013 00:40

        « Son appartenance à la Franc-maçonnerie s’oppose à l’intérêt général »

        Manque de bol, Robespierre était un des rares révolutionnaires à inclure TOUT LE PEUPLE dans son soucis de l’intérêt général, bref, était un des seuls révolutionnaires à se soucier d’intérêt général. Et Robespierre était Franc-maçon.

        Manque de bol, Simon Bolivar, l’idole de Chavez qui a redistribué les richesses de son pays en faveur de la masse des pauvres... Simon Bolivar était Franc-maçon.

        Donc vous dites un peu n’importe quoi sur l’appartenance à la Franc-maçonnerie, mais on vous en veux pas, vu que l’extrême droite et ses larbins travaillent depuis très longtemps à faire passer les FM pour le mal absolu, travail dont la portée à été décuplée par la puissance d’internet où tous les droitards du monde entier peuvent se goinfrer de « documents » conspirationnistes qui ne voient l’histoire que par le prisme du complot des progressistes de toutes sortes qui seraient des fils de Satan*.

        Donc vous êtes une victime de cela, étant donné que cette tendance vous conduit à dire le contraire de la vérité, comme je viens de le démontrer.

        * D’ailleurs un des dégâts collatéraux de ces âneries, c’est qu’elles décrédibilisent totalement les travaux très sérieux qui sont faits à propos de véritables complots, et pire encore, créent une confusion entre ces fantasmes stupides et la réalité de groupes d’intérêts puissants et très concrets, qui ont des noms et des adresses, et qui eux « conspirent » contre les intérêts du peuple, et pour leurs propres intérêts particuliers.


      • Morpheus Morpheus 5 mai 2013 18:01

        @ Olivier Cabanel

        J’ai observé Jean-Luc Mélenchon dans beaucoup de ses apparitions médiatiques, et j’ai observé qu’il change d’attitude et de mode de communication en fonction du public auquel il s’adresse. Il est très différent lorsqu’il est face à une foule populaire, dans une radio ou une émission de télévision, chez Médiapart ou au Grand-Orient de France. Dans tous les cas, il montre une attitude de tribun. Tantôt vindicatif et agressif (face aux journalistes), tantôt sérieux et pondéré (au G-O de France), tantôt décontracté...

        Et il ne dit pas la même chose selon le public. En tous les cas, il me semble qu’il est tombé amoureux de son propre personnage, et ça, c’est pas vraiment génial.

        Cordialement,
        Morpheus


      • olivier cabanel olivier cabanel 5 mai 2013 18:09

        Morpheus

        mauvaise nouvelle donc !
        ceci dit, il n’est pas seul.
        lorsque l’on se trouve comme « compagnon » de parti, des hommes comme Michel Onfray, et d’autres, je pense qu’il y a moyen de remédier à ce que vous avez observé.
        j’attend d’abord beaucoup de comprendre le programme qu’il propose.
        j’ai entendu tout à l’heure à la radio qu’il propose de sanctionner un élu lorsqu’il ne tient pas parole.
        un coup de balais qui pourrait faire des dégâts !
         smiley

      • asterix asterix 4 mai 2013 09:51

        Bonjour Cabanel,

        Tu étais défenseur d’Eva Joly qui participera d’ailleurs à titre personnel à la manifestation organisée par Mélenchon. Pour bien être sûr de comprendre toutes les nuances de ton article, j’ai écouté les 58 minutes consacrées par Henri Guillemin à Robespierre.
        Une constatation : le ton que tu emploies diffère profondément de l’idolâtrie des Arianne et consorts, Personnellement, Mélenchon me fait peur parce qu’il ne parle jamais du peuple de France mais seulement du peuple de gauche, comme s’il en était l’être suprême. Une révolution des mentalités est quelque chose de délicat à gérer. L’Histoire est là pour nous rappeler qu’au moins neuf fois sur dix lui succède une dictature, une élimination par le sang, le népotisme des nouveaux responsables. Si les idées de Mélenchon sont généreuses, c’est là que le bât blesse car il a une dynamique de division, d’opposition. Pur et dur, c’est bien. Pousser des gueulantes, il le fait mieux que personne et sans doute avec beaucoup de sincérité..Bref, il est l’homme-providence, l’aiguillon de circonstance. Mais qu’arrivera-t’il de l’ordre social quand il va devoir composer, passer du monologue au dialogue ? Et surtout gérer l’ego de ceux qui aujourd’hui se disent inconditionnellement avec lui ( cfr le discours de Chavez et la nébuleuse de ceux qui ont accédé au pouvoir avec lui, grâce à lui, par dévotion envers lui ? ) 
        Est-ce l’homme qui fait l’Histoire ou l’Histoire qui fait l’homme ?
        Là, je n’ai sûrement pas la même position que Mélenchon...


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2013 10:08

          Astérix

          j’étais, et je suis toujours, défenseur d’Eva Joly, et ça ne me surprend pas qu’elle participe au rassemblement du 5 mai.
          il n’y aura pas qu’elle, il y a beaucoup d’anti nucléaires, et pas seulement.
          j’ai écouté attentivement Mélenchon lors de son intervention il y a deux jours sur le site médiapart, et le ton utilisé était beaucoup plus apaisé que lorsqu’il parle sur un autre média.
          il n’a pas seulement parlé du peuple de gauche, mais du peuple tout court, du peuple qui souffre.
          j’ai d’ailleurs mis un lien pour réécouter ce moment, et ça vaut la peine d’y aller.
          Mélenchon est un peu dans la position qu’occupe en Italie Beppe Grillo,
          ce n’est pas un homme seul, mais il est le seul dont on parle dans ce mouvement.
          ils sont chacun au sein de leur équipe des tas de personnes de haut niveau, philosophes, scientifiques, économistes...
          son programme est passionnant : revenu universel, constituante, et bien sur une nouvelle république.
          il faut donc regarder tout ça très attentivement, car s’il est difficile de critiquer le programme de Hollande proposé au Bourget, il est essentiel de constater qu’il ne tient pas parole, et à ce jour, je ne vois personne d’autre que Mélenchon pour appliquer réellement une politique qui sorte de la misère une majorité de français.



        • asterix asterix 4 mai 2013 10:49

          Que Mélenchon tienne parole, c’est tout ce que je lui demande. J’ai simplement exprimé mes doutes sur ses facultés d’y arriver seul. Oui : tout seul ! Tu as beau dire qu’il est entouré de gens de qualité, on n’entend jamais que lui. Le syndrôme du leader, attention au syndrôme du leader idolâtré, celui qui ne se trompe jamais, celui qu’on DOIT suivre pour espérer récolter quelques miettes. Oublies-tu que nous avons affaire à des êtres humains ? Ferais-tu fi du danger que représente l’alibi démocratique de ceux qui vont interprêter cette nouvelle pensée unique ?
          C’est l’Histoire qui fait l’homme, pas l’inverse !


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2013 11:40

          astérix

          bien sur on n’entend que lui.
          il est le porte voix, le porte parole, mais il a avec lui des gens bourrés de talent, d’idées, et je crois que c’est un peu la règle dans ce domaine...
          certains sont dans l’ombre, peu enclins à s’exprimer en public...
          il y a par exemple Martine Billard, issue des verts...mais aussi Marc Dolez, Benoit Schneckenburger, qui est d’une part philosophe, et d’autre part ceinture noire de karaté !
          parmi les artistes, outre Lavilliers, il y a Gudiguian, le réalisateur bien connu, Michel Onfray, le philosophe, Yvan le Bolloch, l’acteur, Jacques Weber...etc
          et j’en oublie
           smiley

        • asterix asterix 4 mai 2013 15:02

          Cher Olivier,

          Ce que j’aime avec toi, c’est qu’il y a toujours moyen de dialoguer. Les personnes que tu cites sont toutes de qualité. Ce dont je me méfie, c’est l’aspect LEADER idolâtre de Mélenchon. Il parle continuellement du peuple, mais dit toujours « je » , rarement nous.


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2013 15:33

          astérix

          oui, c’est vrai.
          ça pourrait changer.
          et ça lui donnerait une plus grande crédibilité.
           smiley

        • epicure 4 mai 2013 23:52

          Mélanchon est un porte parole d’un mouvement qui regroupe plusieurs partis, dont le parti comuniste. Malheuruesement dans une société dans une société médiatique, il vaut mieux un porte parole qui passe facilement dans les médias, et mélanchon a tout ce qu’il faut : de la verve, de la tenacité, de la culture, du charisme, et apparement il n’y a aps grand monde qui peut rivaliser avec lui d’où le fait qu’on voit surtout lui.
          Il faut se rappeller qu’on parle d’un mouvement de gauche, donc qui n’a pas de culture du chef, et qu’au PCF il est peu probable qu’on laisse partir mélanchon en roue libre pour devenir le chef du front de gauche, si ça devait arriver.
          Le programme ce n’est pas mélanchon qui l’écrit seul dans son bureau, mais que c’est une oeuvre collective, et que la plupart des membres du fdg ( en disant tous je ne doit pas être loin de la vérité ) en ont marre des renoncements du PS.
          Avoir un discours de gauche pour faire une politique qui brosse dans le sens du poil le grand capitalisme, il y a déjà le PS pour ça.


        • Walid Haïdar 5 mai 2013 01:11

          @Astérix : Je suis Mélenchon de très près (lecture intégrale de ses deux blogs, interventions dans les médias) et il a la même vision que vous sur la relation entre les hommes et l’histoire : c’est l’Histoire qui fait l’homme. Mais il n’oublie pas non plus que l’histoire ne se fait pas sans les hommes.

          Je ne suis pas en phase avec tout ce qu’il dit ni toutes ses approches (qui est en phase avec 100% de ce que dit ou fait une autre personne ? un clone ? même pas), mais si je ne le suivais pas d’aussi près, je suis certain que j’aurais une image beaucoup moins positive de lui, tant ce qu’il dit et ce qu’il pense sont éloignés de l’image reflétée par les médias (sans parler de la propagande d’extrême droite bien entendu).

          Mélenchon n’est pas seul, loin de là, et il a conscience qu’il ne peut rien faire seul, seulement les médias personnifient à outrance les processus et les représentations.

          Un exemple : le front de gauche est le seul parti qui propose une constituante, certes pas tirée au sort, mais dont les élus ne pourraient être membres d’aucune autre assemblée, et ne pourraient pas être élus ensuite dans d’autres assemblée. C’est exactement le contraire de faire les choses tout seul. Mélenchon par ailleurs ne compte pas former une majorité à lui tout seul. D’abord c’est lui qui fait en sorte qu’il ait unf ront de gauche : il n’est pas parti seul en bataille, mais en équipe, et ce alors que le PC n’était pas a priori très chaud. Ensuite ils réussissent à fédérer d’autres formations pour combattre de front, au delà des divergences, puis il réclame un dialogue avec le PS qui répondra toujours par le plus grand mépris, et enfin il propose aujourd’hui de former une majorité alternative comprenant la gauche du les verts, la gauche du PS et les députés FdG. C’est compliqué, mais on ne peut vraiment pas dire qu’il s’avance seul.

          Le vrai problème de Mélenchon à mon avis c’est qu’il sous-estime gravement l’imbécilité de la majorité des gens. C’est très violent (et prétentieux) ce que je dis, mais je pense que 50 ans de travail intensif des médias (et en particulier de la télévision) pour abrutir les masses, une société mercantiliste et consumériste, une colonisation massive des esprits par l’imaginaire hollywoodien et plus généralement par la vision américaine du monde, et bien ça laisse des traces, profondes, dans les esprits.

          Mais il essaie, comme il peut, et franchement, je ne suis pas certain d’avoir raison contre lui sur ce point, c’est juste que quand je parle avec les gens, que je lis les commentaires sur internet, je me dis que les gens sont vraiment profondément abrutis. Je sais pas comment il fait pour tenir bon et croire en la prise de conscience populaire. Le gens de droite dérivent vers l’extrême droite, même les pauvres sans appartenance prédéfinie, alors qu’on a vu pas plus loin qu’en Hongrie Victor Orban l’ami des Le Pen, défoncer la race des pauvres et n’apporter aucune solution pour son pays. Quant aux gens de sensibilité plutôt à gauche ils tergiversent entre « voter ça sert à rien/on nous prend pour des cons/tous les mêmes/moi je suis un pur et dur j’attends le grand soir » et « ouh la la mais Mélenchon il aime pas les bouddhistes/il parle trop fort/il veut faire des goulags », et enfin les chefs d’entreprises qui sont même pas capables de comprendre que c’est pas en comprimant les salaires et en cassant les services publiques qu’on va remplir leur carnet de commande, et cela alors même que leur formatage a été pensé par ceux-là même qui les étranglent en les obligeant à emprunter via des banques à qui on a filé 1000 milliards pour les sauver et qui ne les réinjectent non pas dans l’économie réelle mais dans la spéculation qui détruit l’économie, donc en commençant par détruire les entreprises les plus modestes, Mélenchon propose une hausse du SMIC qui concerne pricnipalement des activités non délocalisables, qui relancerait la consommation, donc serait positive pour les entreprises, il propose une (vraie) BPI et une planification écologique qui donnerait de la stabilité, une vision un tant soit peu claire du moyen terme, et enfin il propose de casser la spéculation en courcircuitant le système d’emprunt sur le marché secondaire i.e. en changeant les statuts de la BCE. Pour le cas o l’Allemagne refuserait (ce qui est loin d’être certain), il y a toute un arsenal d’alternatives que je vous invite à découvrir en lisant les articles de fond qu’ils produisent au PG (Mélenchon, Généreux...). Bref, son action s’inscrit dans un ensemble stratégique très cohérent mais encore faut-il prendre la peine de s’y intéresser, et je reconnais que ce n’est pas facile pour tout le monde, surtout quand on voit la diabolisation qui est faite de ce mouvement en doublure de l’abrutissement général déjà bien installé.

          Certains pensent « ils sont tous pourris », moi j’ai envie de leur répondre « vous êtes tous des cons », et j’en arrive parfois à me demander honteusement si les puissants n’ont pas raison d’exterminer en silence tous ces crétins qui se laissent faire et qui gobent leurs bobards (évidemment, ils n’ont pas raison, mais bon, c’est désespérant...).


        • William7 8 mai 2013 12:59

          Message limpide. Je pense qu’une partie de la population est abusée par le système de propagande médiatique (ils ne sont pas « cons » par nature), mais Mélenchon en a conscience et il en a parlé dans la dernière interview de médiapart. Il explique justement que la réinstauration d’un imaginaire de gauche (les thèmes abordés dans ses meeting, le fait de parler de l’amour ou de poésie, etc.) et d’une culture politique marquée est son objectif. Le problème à mon avis concerne les dispositifs et leur efficience face au matraquage adverse.

           

          L’intention est louable mais les moyens sont-ils suffisants ?


        • hrdrck 8 mai 2013 15:16
          Bonjour

          Par rapport à l’intelligence des gens. Quand le FdG parle de faire de l’éducation populaire, certains leur disent qu’ils prennent les gens pour des cons alors que c’est faux. Moi personnellement, lire Mélenchon me permet de m’informer et de m’instruire. Je suis étudiant, donc pas forcément la catégorie la moins instruite de la population, mais j’ai quand même largement besoin de m’agrandir l’esprit, d’entendre de la philo, de l’économie, des sociologues, des psychologues, etc. Même les politiques ont besoin de conseillers, de ministres, alors nous le peuple m’est avis qu’on a grandement besoin d’éducation (sans que ça ait un sens péjoratif).

          Sur Mélenchon, moi ce qui m’inquiète ce sont les carriéristes en général. La gauche du PS, Montebourg, que ne feraient-ils pas pour garder leur poste. Peut-être que Mélenchon en est, bien que le fait qu’il soit parti du PS peut contredire ça. Mais en tout cas je pense qu’avec le Front de Gauche ont a peut-être les moyens de mettre en place les conditions d’un changement social, de système, de réintroduire la philosophie et l’utopie dans l’esprit des gens, c’est pourquoi j’ai voté pour eux en 2012 (alors que j’ai plutôt des tendances libertaires).

          Ça raccorde avec ce que vous disiez sur le peuple de gauche, moi aussi ça me gêne, la droite ne se prive pas de parler au nom de tous les français, nous aussi nous le pouvons. Même les petits patrons auraient intérêt à voter à gauche du PS, car les politiques d’austérité et la mondialisation ne les sert vraiment pas. Et ce n’est pas pour autant qu’il faut se contenter de notre gentil capitalisme national comme le voudrait le FN.

        • pyjahman pyjahman 8 mai 2013 15:44

          @ Walid
          Encore une fois, tu tappes dans le 1000 !

          "Le vrai problème de Mélenchon à mon avis c’est qu’il sous-estime gravement l’imbécilité de la majorité des gens. C’est très violent (et prétentieux) ce que je dis, mais je pense que 50 ans de travail intensif des médias (et en particulier de la télévision) pour abrutir les masses, une société mercantiliste et consumériste, une colonisation massive des esprits par l’imaginaire hollywoodien et plus généralement par la vision américaine du monde, et bien ça laisse des traces, profondes, dans les esprits.« 

          La télévision a été leur meilleure arme surtout vu son prix accessible aux petits salaires. Il n’est plus à prouver (cf TV Lobotomie de Desmurget) qu’exposer un enfant en construction mentale (apprentissage du langage, de la logique) à la télévision perturbe le processus et crée des êtres dénués de tout sens critique.

           »c’est juste que quand je parle avec les gens, que je lis les commentaires sur internet, je me dis que les gens sont vraiment profondément abrutis« 

          L’humanité est globalement très décevante, mais il faut savoir se réjouir quand on assiste à des débats (comme celui ci) d’un tel niveau. Les gens ont droit de se tromper, les gens ont droit d’être naif, le coupable c’est celui qui manipule et non celui qui se fait manipuler, ne nous trompons pas d’adversaire.

          Là ou @asterix a raison, et je suis heureux que quelqu’un qui ne soit pas ’Mélenchiste’ ne gobe pas tout ce que les médias bavent, c’est que Mélenchon est agrippé à sa tradition gauche socialiste (la vraie), et qu’aujourd’hui nous n’en sommes plus là. Il s’adresse trop souvent au ’peuple de gauche’, mais c’est idiot de penser que les gens (qui sont pas forcéments stupides mais toujours butés) de droite finiront par dire »ben okay je passe l’arme à gauche", non il faut s’adresser à tous les citoyens, surtout ceux de droite qu’il faut convaincre en leur disant que la démocratie, la protection de notre environnement, de notre esprit critique, et de nos biens n’est pas un combat réservé à la gauche. Cela transcende tout le reste, et pendant que nous faisons la guerre droite/gauche, les nouvelles puissances détruisent la planète, Montebourg autorise les forages en Guyanne pour détruire une des dernières forêts primaires et déverser du mercure dans l’eau etc...

          Priorité : donner le pouvoir au peuple par tirage au sort (cf Chouard), et repenser fondamentalement notre rapport entre tout ce qui tient de l’humain et tout ce qui ne l’est pas (écologie, interaction entre humain - animal qui est fondamentale comme le pense Chouard).
          Ensuite, avec un cap, le reste suit : Les patrons veulent des employés moins cher ? Le peuple veut des patrons moins chers !
          Personne n’est irremplaçable.

          Le problème est : comment redonner le sens critique et la volonté de s’impliquer à une majorité de citoyens ?

          Question subsidiaire : Et quoi faire si en réalité, les gens préfèrent se faire commander plutôt que de s’impliquer ?

          A tous, je vous conseille de lire ’Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmis les hommes’ de Rousseau (@Walid je sais que tu as déjà lu =D) qui est une réflexion majeure en philosophie politique.

          Bien à vous tous, de droite ou de gauche.
          Pyjahman
           


        • heliogabale heliogabale 4 mai 2013 10:29

          Si je me fie à l’historiographie, les styles de Mélenchon et de Robespierre sont très différents.

          Il est connu que Robespierre n’était pas un tribun (une voix assez aigüe) et était même assez laborieux (malgré des textes que l’on devrait plus souvent enseigner en philosophie politique).

          Robespierre a occupé une place centrale dans un moment clé de la Révolution. Pourtant il l’a occupée pendant un temps bref (1 an au comité de salut public) avec des absences répétées pour maladie (l’équivalent de quatre mois).

          Pourquoi alors il divise autant ? A mon avis, c’est parce qu’il fut le représentant le plus éminent et le plus sincère du courant « démocrate » de la Révolution. Parce qu’il fut sûrement le premier à vouloir la démocratie telle que pouvait le concevoir Rousseau ou Montesquieu dans un pays comme la France qui était le pays le plus peuplé d’Europe. Parce qu’il était le plus brillant des penseurs révolutionnaires. Parce qu’on ne peut s’empêcher de penser que Robespierre est une certaine idée de la France.

          Imputer tous les maux de la Révolution à Robespierre, c’est dénigrer la composante égalitaire de la Révolution. 


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 mai 2013 10:59

            héliogabale,

            etes vous bien sur que Robespierre n’était pas un tribun ?
            j’aimerais en trouver une preuve ? si vous l’avez, n’hésitez pas...
            quoi qu’il en soit, lorsque on lit l’un de ses discours, il avait le mérite d’être clair, pédagogique, lumineux, et convaincant.
            n’est ce pas l’apanage des tribuns ?
            voila un extrait de l’un de ses discours :
            Nous voulons une Patrie qui procure du travail — qui procure du travail — à tous les citoyens ou les moyens de vivre à ceux qui sont hors d’état de travailler. Nous voulons une cité où les transactions seront la circulation de la richesse et non pas le moyen pour quelques‐uns d’une opulence fondée sur la détresse des autres. Nous voulons une organisation humaine,Nous voulons une organisation humaine où les mauvaises passions seront enchaînées, l’égoïsme, la cupidité, la méchanceté. Nous voulons substituer la droiture aux bienséances, substituer le mépris du vice au dédain du malheur, substituer les braves gens à la bonne compagnie. Nous voulons une demeure des hommes où toutes les âmes s’agrandiront, nous voulons accomplir les destins de l’humanité."
            et puis n’oublions pas qu’il était avocat...
            ceci dit, je partage en partie votre commentaire, et comme Guillemin vous rappelez fort justement que Robespierre avait largement été influencé par les idées développées par JJ Rousseau...
            Guillemin dit aussi qu’on a beaucoup imputé l’usage immodéré de la guillotine à Robespierre, alors qu’en réalité, il y avait surtout Danton

          • kemilein 4 mai 2013 12:17

            robespierre n’as pas une idée de la france
            il est la france

            la france qu’on nous vante est celle de robespierre, quand bien même on tente de nous le faire hair
            mais quand on regarde on a celle de voltaire, alors que lui on nous fait l’aimer

            pourquoi les gens sont si dupe de « la liberté c’est l’esclavage » ?? oO


          • epicure 5 mai 2013 00:06

            @Par kemilein (---.---.---.150) 4 mai 12:17

            oui voilà une belle manipulation d’un côté on met en avant la france défendue par robespierre, de l’autre côté on le diabolise, pour nous faire croire que ce sont ses adversaires, les libéraux qui sont responsables de cette france qu’on aime mettre en avant, en faisant un amalgame entre toutes les phases de la révolution, les courants qui ont dominés à un moment, enfin sauf la gauche qu’il faut diaboliser avec la terreur.
            Bizarrement ceux qui ont été nommés les terroristes, ont mené les plus dures campagnes d’exécutions pendant que robespierre était malade , ont fait exécuté robespierre, leurs noms sont restés dans les poubelles de l’histoire.
            chuuut il faut les oublier..


          • epicure 5 mai 2013 00:08

            @Par olivier cabanel (---.---.---.240) 4 mai 10:59

            voilà un discours qui tranche avec celui des libéraux, qui met l’humain d’abord avant le pouvoir de l’argent.


          • heliogabale heliogabale 4 mai 2013 10:37

            On n’entendra jamais personne parler du traumatisme que fut le passage à une société industrielle et capitaliste dans l’Angleterre du XIXe siècle. Ce que Polanyi décrivait comme la création des marchés de la terre (qui provoqua l’exode rural), de la monnaie (création des bourses) et son aboutissement celui du travail (ce qui a définitivement détruit la société ancestrale pour une nouvelle société atomisée). Ce fut également d’une rare violence que l’on peut comparer à juste titre à la colonisation.


            • Ariane Walter Ariane Walter 4 mai 2013 10:59

              Ici , l’idolâtre !!


              La révolution française a mis la fessée a la France monarchique, fille aînée de l’Eglise. 
              On pouvait croire que la laïcité et une vie meilleure acquise après la guerre était chose acquise, pour les classes laborieuses, mais non. Il faut se battre à nouveau.

              L’empire US et les grands bourgeois utilisent, comme a leur habitude, l’extreme-droite pour les protéger des courants populaires. 
              L’islamophobie , qui fait monter les courants nationalistes et ces mêmes courants nationalistes dont le pire est Aube dorée , sont les deux armes de ceux qui sont en place.

              J’ai fait mon choix depuis plus d’un an, en ce qui concerne le programme du FDG. Il est le seulqui mérite intérêt et Melenchon le défend avec courage, énergie et talent. 

              Merci pour ton article Olivier. J’ai également ecouté guillemin qui est passionnant. 
              Quant à melenchon à mediapart, il etait excellent puisque pour une fois il pouvait s’exprimer en n’ayant pas a repondre a des questions idiotes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès