Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Rupture générationnelle : une affaire politique ?

Rupture générationnelle : une affaire politique ?

52% des Français, soit une majorité absolue, a moins de quarante ans. Pourtant seulement un député sur cinquante a moins de quarante ans. Cet article analyse comment faute de s’inscrire sur les listes électorales, faute de voter et faute de se présenter aux élections, la moitié des Français les plus jeunes perdent une grande partie de leur influence sur les décisions publiques, à leur propre détriment.

 52% des Français qui ont moins de quarante ans, cela représente une majorité absolue des habitants de notre pays. Si on ne considère que les Français de plus de dix-huit ans, en âge de pouvoir voter, alors les moins de quarante ans ne représentent plus que 39% des citoyens.

Le système d’inscription sur les listes électorales par un renouvellement annuel en mairie avant le 31 décembre n’est pas adapté aux moins de quarante ans qui sont conduits à déménager fréquemment pour changement de situation professionnelle ou familiale. Il en résulte que les moins de quarante ans ne sont souvent pas inscrits sur les listes électorales ou ne le sont pas dans la commune dans laquelle ils résident au moment des élections.

Mais surtout, les moins de quarante ans s’abstiennent beaucoup plus que les plus de quarante ans. Une analyse de l’Insee montre que le taux de participation aux élections de 2004 était de 43% pour les moins de quarante ans contre 63% pour les plus de quarante ans. La conséquence étant que la moitié des Français les plus jeunes ne représentaient plus que 29% des votants. Une perte d’influence qui se traduit ensuite dans le résultat des élections : un conseiller municipal sur dix seulement a moins de quarante ans, un maire sur vingt, un conseiller général sur vingt et un député sur cinquante. Cette exclusion des jeunes de la politique française est récente puisqu’en 1981, 20% des députés avaient moins de quarante ans. Elle est aussi unique en Europe, puisqu’au Parlement européen la France se classe au 23e rang sur 25 par l’âge moyen de ses députés européens. Enfin, elle a tendance à s’aggraver encore, puisque l’âge moyen des députés a augmenté de quatre ans et demi en cinq ans, malgré le "renouvellement" de 2002.

L’âge des élus n’aurait aucune importance si les politiques prenaient bien en compte l’intérêt général des Français, y compris l’intérêt des 52% de Français les plus jeunes. Mais ce n’est pas le cas. Les élus papy boomers ont beaucoup de mal à bien comprendre les besoins des Français les plus jeunes.

Cette année encore, les dépenses de la France pour les mois de novembre et décembre seront payées par l’emprunt et devront être remboursées par les plus jeunes. Cela s’ajoutera aux 80 000 euros par foyer d’engagements publics accumulés par l’Etat depuis trente ans. Cette année encore, les dépenses de santé seront financées par la dette. La réforme des retraites rendues nécessaire par les papy boomers n’entrera en application complète qu’en 2012, c’est-à-dire précisément l’année durant laquelle les papy boomers auront tous pris leur retraite (2012 - 60 ans = 1952). La hausse des coûts de la construction qui condamne les plus jeunes des Français à l’exil des "sans domicile proche" et à des pertes massives de pouvoir d’achat, sont la conséquence des politiques restrictives sur la construction qui permettent de protéger le patrimoine des électeurs propriétaires. Ou encore la composition par âge des conseils municipaux explique pourquoi les communes investissent beaucoup dans leurs équipements et leurs actions culturelles, mais se préoccupent moins de la petite enfance, du sport ou des loisirs pour jeunes.

En ne s’inscrivant pas sur les listes électorales avant le 31 décembre et en n’allant voter que très irrégulièrement, la moitié des Français les plus jeunes renoncent à une partie de leur influence sur les décisions publiques à leur propre détriment.

Sources :

Génération 69, les trentenaires ne vous disent pas merci, par Laurent Guimier, Editions Gallimard, 2006

Enquête de l’Insee sur la participation aux élections de 2004

 

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/IP997.pdf


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Paldeolien (---.---.113.52) 8 novembre 2006 10:01

    Bien ton article, il soulève l’incapacité des gens agés à répondre aux problemes récurents qui nous font, on vont nous faire face.

    Un vrai conflit de génération, on le sent très bien lorsqu’on aborde le sujet deu rechauffement climatique.

    Chez nos ainés, souvent le dénis est de mise, et cela est agaçant. Car notre avenir à nous trentenaires, en dépend aussi et surtout. je crois que les trentenaires sont tous ok sur le fait qu’il faudrait bien remplacer très vite le pétrole ds les véhicules, et pourtant, chez nos constructeurs, ça evolu pas beaucoup... Quelle est donc la génération qui détient les rennes du pouvoir... Mouarf


    • Eric 8 novembre 2006 11:32

      Ouai ! Et les plus de 40 ans sont honteusement sous representes dans les populations scolaires et etudiantes....

      A trente ans, on se loge on se marie, on s’occuppe de ses enfants. On est moins disponible pour la politique. Je ne pense pas qu’il en est jamais ete vraiment autrement dans le passe. En 81 il y a eu alternance, donc de nouvelles places a prendre sans que cela soit au detriment des sortants. Le parti le plus jeune etle plus feminin dans ses elus est le FN parcqu’il a moins de sortants a preserver....

      L’essentiel des engagements de l’etat concerne des frais de fonctionnement et des salaires. Des mesures acquises. Etre elu permet de jouer un role a la marge sur les credit nouveau completement negligeable. Dans une mairie, on a plus de pouvoir en etant consultant aupres de l’administration municipale qu’en etant elu.

      Les plus de 50 ans aident leurs enfants, gardent leurs petits enfants, et soignent leurs parents touches par alzeihmer.

      Je ne croit pas beausoup a une approche marxiste des « classes d’age » qui revient a dire qu’il y a des mechants egoistes et des victimes.

      Cela permet uniquement de ne pas mettre en oeuvre des politiques concretes d’amelioration la ou cela est necessaire : non cumul des mandats, demission des fonctionnaires elus, limite au nombre de mandats consecutifs, diminution du nombre de fonctionnaires inutiles, pouvoir reel des elus notamment au parlement etc...


      • TEO (---.---.76.217) 8 novembre 2006 12:57

        Oui, la France du Pouvoir est clairement une oligo-gérontocratie : la monopolisation des pouvoirs politiques, économiques, médiatiques, académiques... par un microcosme de vieux... de vieux hommes. ça n’a pas l’air grave ; mais ça l’est si on considère les mécanismes qui ont créé cet état de fait et qui l’entretiennent.

        Invoquer les faits que les moins de 40 ans ne prennent pas activement part à la chose politique, c’est énoncer un truisme plutôt stérile : « ils sont vieux parce qu’ils ne sont pas jeunes » ; c’est parce que les jeunes n’y participent pas, que la Politique est une affaire de vieux... il suffirait que les jeunes prennent leur responsabilité en y participant etc...« Cet apparent »bon sens« procède en fait d’une anthropologie libérale assez naïve : »rien ne s’oppose à...« , »il suffit que...« Eh bien non, beaucoup de choses »s’opposent"... dont le moindre n’est pas le SENTIMENT de l’INUTILITE d’une telle participation.

        En soi, il suffit du sentiment, mais en l’occurrence l’inutilité semble avérée : il n’est qu’à voir par exemple la représentation des femmes à l’Assemblée malgré la loi sur la parité... et les pratiques par lesquelles les vieux-mâles tournent la loi et continuent à se reproduire entre eux, envers et contre tout...

        La fracture générationnelle est une question gravissime, elle rejoint celle plus générale de la prise en otage de notre pays par une pseudo-élite vieillotte, ringarde, plus préoccupée de ses intérêts égoïstes que de l’intérêt général. On ne sortira pas de cette trappe par des pétitions de principes, mais en opérant une véritable ouverture qui amène sur la scène politique de notre pays non seulement des jeunes, mais aussi des femmes, des Français « issus de l’immigration »... Un minimum pour ce faire serait d’interdire le cumul des mandats... ; voter pour une femme pourrait sociologiquement y introduire aussi...


        • bernard29 candidat 007 8 novembre 2006 13:12

          Suggestion,

          Faîtes un parti des moins de quarante ans. mais attention il ne vous reste que six années.

          Et il y a de la concurrence. Parce que qu’est ce que voulez dire ? Que la diversité de la populaton française n’est pas bien représentée ? mais que l’udf a bien pris cela en compte et drague les moins de quarante ans.

          Avez vous pensez aussi à la limite inférieure ? moins de quarante mais plus de 25 ans. Parce que ceux de 16 à 25 ans ont aussi leurs spécificités. par ex (carte SNCF). Ne faudrait’il pas aussi distinguer les célibataires des mariés, pacsés. Les hommes des femmes, les chasseurs des non chasseurs, la ville est’elle bien représentée par rapport au monde rural, les chomeurs et les travailleurs, le tertiaire par rapport aux producteurs, Combien y a t’il d’élus mariés par rapport au pourcentage dans la population ? Les célibataires sont’ils bien représentés ?

          Oui, la seule solution c’est la rénovation démocratique de nos institutions du national au local, et d’abord, le non cumul strict des mandats, pour au moins à chiffre constant d’élus, avoir une meilleure diversité ou représentativité.


        • bernard29 candidat 007 8 novembre 2006 13:14

          commentaire destiné à l’auteur.


        • nanar (---.---.224.61) 8 novembre 2006 15:44

          Une question : pour faire une majorité absolue de 52% qui a moins de 40 ans. On compte seulement les bébés de plus de 18 ans, ou aussi ceux qui sont nés hier soir ?


          • Antoine Vielliard (---.---.73.92) 9 novembre 2006 00:23

            Comme précisé dans l’article, les 0-40 ans représentent 52% des Français (source INSEE), les 18-40 ans représentent eux 39% des Français. Mais seulement 29% des votants.

            Une démocratie a besoin de diversité sociale pour être représentative.

            Cette situation est nouvelle en France. En 1981, 20% des députés avaient moins de 40 ans. Elle est aussi unique en Europe.

            En revanche, elle ne concerne pas seulement le monde politique mais l’ensemble de la société française. On observe ces mêmes blocages de générations dans le monde économique et dans le monde médiatique.

            L’homogénéité du monde politique n’est pas génante en soit. Ce qui devient génant c’est quand cette classe d’âge gère la France selon ses propres intérêts au détriment de l’intérêt général : 80 000 euros d’engagements publiques qui devront être remboursés par les générations futures, perte de pouvoir d’achat pour les locataires en protégeant le patrimoine immobilier des propriétaires, réforme des retraites qui n’entrera en application qu’en 2012.. etc etc..

            Cordialement,

            Antoine Vielliard


          • cdg (---.---.202.181) 12 novembre 2006 18:08

            voter c est bien, mais pourquoui faire ?

            Le systeme est completement verrouille !

            La plupart du temps vous aurez le choix entre un apparatchik depute, maire, president du conseil general ... tenant du titre et des gens qui n ont aucune chance

            ex recent : juppe a bordeaux !


            • l’autre sens (---.---.19.126) 16 novembre 2006 11:27

              Merci de nous rappeller ces belles évidences.

              Ce qui met en relief, soit la bêtise de nos dirigeants, soit leur méchanceté, dévelloppée sur cette peur de perdre, ce que nous, on a déjà perdu...

              Je crois que le pire c’est qu’ils sont un peu les deux !

              Ne rien faire demande autant de volonté que de faire, c’est de la « volonté négative ». Rien faire est aussi un acte.

              Les historiens du futur aurons de quoi s’inspirer, sur la tragédie d’aujourd’hui.

              Assurément les Chirac et Cie entreront dans l’histoire, mais surement pas avec l’auréole qu’ils espéraient !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès